-Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité

Le sentier nous amène à transformer le complexe sportif de La Neustrie pour soulever le système respiratoire en tant que système d’échange avec notre environnement, et à agir vis à vis la respirabilité des milieux. Cette transformation du complexe sportif que je propose va s’opérer avec la mise en place d’un équipement qui nous invite à modifier nos comportements respiratoires mais aussi qui travail en tant que dispositif cherchant à rendre ce milieu plus respirable

Le complexe sportif de la Neustrie se crée suite à l’ouverture du collège au début des années 1970. Sa construction s’inscrit dans un cadre législatif et administratif mis en place par l’Etat pour promouvoir le réseau sportif, notamment en lien aux établissements scolaires (Falcoz, Chifflet, 1998). 1975, l’image aérienne nous montre déjà le complexe en chantier. 1975, une année après l’inclusion dans les documents d’urbanisme du projet de transfert de l’aéroport vers Notre Dames des Landes. Il est aussi antérieur à l’échangeur et au périphérique. Autant de sources qui rendent aujourd’hui cet espace irrespirable.

Continuer la lecture de « -Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité »

Rebecca Solnit « l’Art de marcher »

« Comme agir et travailler, marcher exige un engagement corps et âme dans le monde, c’est une façon de connaître le monde à partir du corps et le corps à partir du monde. »

Marcheur. Marcheuse

Rebecca Solnit est une marcheuse, j’entends par là, une femme qui marche. Cette précision, certes évidente, est cependant assez rare et signifiante pour mériter d’être soulignée.  Dans son ouvrage, « l’Art de marcher », l’autrice présente la marche comme « une façon de connaître le monde à partir du corps, et le corps à partir du monde » (page 47) ; pourtant, et elle l’explique plus tôt : « le corps qui nous est présenté dans ces centaines de livres et d’essais, ce corps […] n’est pas le corps humain dans son universalité » (page 45). Et à l’autrice de poursuivre sur les récits de marcheurs qui, pendant un temps, ont réussi à laisser croire qu’il était possible de décrire l’expérience pédestre depuis un point de vu neutre et objectif, alors qu’ils représentaient bien moins une figure universelle que celle d’un marcheur masculin, blanc et de classe bourgeoise. Rebecca Solnit est donc une marcheuse dans toute sa corporalité incarnée, son expérience située, et il convient de le garder en tête.

Ce court texte ne prétend pas résumer l’ouvrage de Rebecca Solnit, encore moins d’en faire une critique ; il est plutôt l’occasion d’une analyse commentée des quelques marches pratiquées par l’autrice et décrites dans la première partie intitulée « le rythme des pensées ». Nous verrons en quoi cet ouvrage révèle des pratiques et des expériences différenciées de la marche selon des facteurs tels que : le territoire traversé, la destination de la marche, les compagnons de marche, ou même plus simplement la personne qui marche.

Marcher au rythme des pensées

L’ouvrage commence alors que l’autrice se penche sur le début de la rédaction du présent texte et réalise, après quelques secondes à sa table que « l’espace d’un bureau n’est pas un lieu propice à la réflexion sur l’espace » (page 11). Elle part alors pour ce qui sera sa première marche. Un périple d’une dizaine de kilomètres, qui prend place à San Francisco et au court duquel elle marche tour à tour sur une pointe de terre rouge, remonte un vallon avant d’arriver face au pacifique.  Nous suivons ses pas qui, petit à petit, prennent de l’assurance et finissent par trouver un rythme harmonieux, si bien, qu’arrivée au niveau de la vallée, la confiance qu’elle a acquise en « l’habilité de ces pieds » (page 24) est telle qu’elle peut se consacrer à l’admiration du paysage. Maintenant sereine, l’autrice ajoute une nouvelle dimension à sa pratique. Elle explique alors que les chemins physiques que nous empruntons grâce à la marche ouvrent les portent à d’autres chemins, intérieurs, faisant de nos pensées un paysage traversable au rythme de nos pas. Elle va même plus loin et nous propose une véritable mise en abîme de ce concept en procédant d’allers-retours judicieux entre son expérience pédestre personnelle et une tentative de définition, peut-être la plus aboutie, de l’histoire de la marche.  Dès lors, ses pérégrinations mentales retracent l’histoire d’autre pérégrinateurs mentaux tels que Rousseaux, qui ne peut méditer qu’en marchant, Aristote et ses élèves formés à la philosophie au gré de marches (les péripatéticiens) ou encore Søren Kierkegaard et ses balades pensives.

Pèlerinage

Rebecca Solnit part ensuite, accompagnée de 5 autres personnes, en pèlerinage jusqu’au sanctuaire de Chimayô (Nouveau-Mexique). Son expérience de pélerine lui présente la marche sous un angle nouveau. En effet, même si le pèlerinage et la randonnée ont cela en commun de mettre en relation symbiotique le voyage et la destination, le pèlerin marche tout de même vers un but spirituel atteignable qu’au prix du dur labeur et de la privation. Cette marche se présente alors pour l’autrice comme un moment relativement désagréable car elle est sans cesse obligée d’adapter sa vitesse à celle de ses compagnons et leurs humeurs.  Ce chemin est l’occasion pour l’autrice de nous proposer une histoire du pèlerinage à travers des exemples comme Saint-Jacques-de-Compostelle ou La Mecque ainsi que l’étude de ce qu’elle pense être l’héritage du pèlerinage. Selon elle, les marches manifestes comme la marche pour la justice de San Francisco, les marches de Martin Luther King ou de Peace Pilgrim sont les versions modernes du pèlerinage. Puis elle poursuit sur ce qu’elle pense être les premières dérives de la marche manifeste avec les cyber-marche qui ne consistent en fait qu’à signer une pétition en ligne.

Dimension symbolique de la marche

Enfin, au croisement entre les marches de l’esprit et le pèlerinage, Solnit révèle une troisième dimension de la marche, la marche symbolique. Elle prend pour cela l’exemple des chemins de croix qui consiste à reproduire pas à pas, le périple du Christ, et qui mène le disciple vers une expérience physique de l’histoire. Dans un tout autre registre, et parce que cet exemple ouvre de multiples possibilités, le labyrinthe permet d’entrer « pour de vrai » (en admettant que le réel correspond au lieu dans lequel nous nous trouvons physiquement) dans un espace hautement symbolique. Les limites deviennent floues, l’expérience nouvelle, la carte devient le territoire, le territoire notre esprit.

Cette carte mentale présente les principaux types de marche décrits par Rebecca Solnit dans la première partie de son ouvrage « l’Art de marcher » intitulé « le rythme des pensées ». Elle tente à cette occasion de retracer une histoire de la marche.

Référence bibliographique de l’ouvrage :

Solnit, Rebecca. L’Art de marcher. Actes Sud, 2002

Liège orbitale

Extrait de la carte Liège Orbitale

Collectif informel né en 2008 du débat et des manifestations liégeoises “Oui au tram, non à l’autoroute”, urbAgora est aujourd’hui devenue une association d’environnement régionale qui se veut de « Proposer des idées pour la ville » comme l’énonce son slogan. Ces idées concernent à la fois le débat urbain, le paysage, l’architecture ou bien encore le patrimoine.

« La ville appartient à ses habitants. Son devenir est notre affaire. C’est au nom de ce principe que l’asbl urbAgora a été créée, avec l’objectif d’être un lieu pluraliste d’abord à Liège puis, petit à petit, à une échelle plus large, en Wallonie et à Bruxelles. »1

C’est en Avril 2018, au cours du festival Avril en ville que l’association lance la randonnée d’inauguration du grand sentier Liège orbitale, sentier de 41,5 km. Conçu par la marche; la discussion citoyenne ; initié par des lectures telles que le livre London Orbital de Iain Sinclair ou encore La boucle noire de Charleroi ; ensuite cartographié puis balisé, Liège Orbitale est le fruit de plusieurs années de travail. Annoncé comme un « parcours de deux jours de randonnée […] entre Meuse et terrils »2, l’évènement attire plus de 100 curieux. Preuve de son succès et n’ayant pas pour objectif de le laisser à l’état d’ébauche ou de simple évènement ponctuel et éphémère, l’association revoit alors son sentier et sa communication. Afin de l’élargir à un public plus large, car là est l’intérêt de ce sentier, c’est-à-dire de le concevoir pour tous afin de révéler le territoire liégeois sous un nouvel angle, celui-ci se trouve être constamment renforcé à travers divers articles, des cartes à vendre, une page Facebook ou bien encore en organisant diverses randonnées thématiques. Cette notion de catégorisation/thématisation du sentier par type de marche leur est primordial puisqu’elle est le moyen de susciter l’intérêt face à des publics tous différents. Voici quelques-unes de leurs propositions, parfois précises, parfois vagues, et parfois les unes s’entremêlant avec les autres :

  • La marche à l’Histoire. Révéler un patrimoine nouveau, particulièrement le patrimoine industriel du xxe siècle, son passé minier et son activité sidérurgique ;
  • La marche dans les ZAC. Orienter le regard vers là où la ville se transforme ;
  • La randonnée urbaine. Proposer une pratique physique et sportive ;
  • La marche verte. Traverser les espaces verts ;
  • La marche aux collines. Mettre en évidence Lièges comme une ville de collines, autant naturelles qu’artificielles (les terrils).
  • La marche en famille. Prévoir des tronçons accessibles à tous ;
  • La marche en déclivité. Ne pas marcher sur du plat, jouer avec le relief liégeois ;
  • L’itinéraire piéton. Concevoir des traversées stratégiques à usage journalier ou hebdomadaire ;
  • La marche des segments oubliés. Améliorer des sentiers existants mais peu fréquentés. Réhabiliter des sentiers passés.
  • La marche en vacances. Se sentir en vacances autour de chez soi.
Collection dessinée et abstraite des types de marche identifiées pour le sentier Liège Orbitale

Afin d’en savoir plus :

1 https://urbagora.be/
2 https://avrilenville.be/fr/2018/
https://www.liegeorbitale.be/

JFK, par Laurent Malone et Dennis Adams.

Un exemple de paire de photographies effectuée lors de la marche. Source : http://www.laurentmalone.com

Afin d’ancrer le projet JFK dans son contexte, nous allons dans un premier temps présenter les deux protagonistes de cette marche.  

Laurent Malone

Laurent Malone est un photographe français s’intéressant dans ses oeuvres aux mutations de l’espace urbain notamment à partir de parcours tracés dans de nombreuses villes ( New-York, Hong Kong, Rio, Marseille…) . La marche devient alors pour lui le centre de son processus photographique. Laurent Malone accorde une intention particulière aux mutations urbaines ainsi que pour les usages non planifiés de l’espace public. 

« Les villes sont le lieu d’un rapport de force entre la rationalité incarnée par l’architecture et les usages des habitants qui inventent des ruses et des manières de faire avec pour se ré-approprier l’espace. » 1

Dennis Adams

Dennis Adams, quant à lui, est un artiste américain connu pour ses installations muséographiques ainsi que dans l’espace public. Cet artiste produit de nombreuses oeuvres vidéographiques servant à mettre en avant le processus d’amnésie collective ainsi que l’exclusion sociale. 

Le projet JFK, ou comment proposer une nouvelle structure narrative par la photographie.

Ces deux artistes, évoluant dans des domaines similaires, ont décidé de partager et de s’unir lors d’une marche de plus de onze heures dans la métropole new-yorkaise. Le 5 août 1997, en empruntant le chemin le plus direct entre Manhattan et l’aéroport JFK et sans interruption, les deux artistes proposèrent une nouvelle approche pédestre par la photographie. Équipés d’un seul et même appareil photo, un 35 mm, l’un des deux marcheurs pouvait, dès qu’il le désirait, prendre une photographie de l’environnement dans lequel il se trouvait. Il s’agissait ensuite de remettre l’appareil à l’autre afin qu’il puisse photographier au même instant dans la direction exactement opposée. 

Cette marche fut retranscrit par la suite dans un ouvrage photographique nommé JFK, le lieu où pris fin leur périple. Ce livre rassemble la totalité des photographies prises lors de la marche, c’est à dire 243 paires de photos et permet ainsi de retracer le parcours à pied des deux artistes. Cet ouvrage propose une expérience photographique singulière, notamment avec la mise en place d’un processus photographique où il s’agissait de photographier l’instant présent avec le principe de la double vision. Grâce à ce processus photographique, le parcours se dessine, s’illustre avec les éléments traversés par ce sentier linéaire comme des quartiers, des arrières cours, des autoroutes ou encore des cimetières. Avec ces paires, les paysages se complètent ou alors s’affrontent. Quand l’un va faire face à un mur, l’autre va révéler un paysage très urbanisé ou au contraire une étendue d’herbe… Finalement, le paysage new-yorkais se dessine. 

Allégorie du tracé effectué par Dennis Adams et Laurent Malone le 5 août 1997.

Ouvrages consultés

Une vidéo réalisée par la médiathèque des Abattoirs : https://www.youtube.com/watch?v=x62fi1hWdGU

Le site de l’artiste Laurent Malone : http://www.laurentmalone.com

1 Le site de la webradio des arts et du commun R22, dans la rubrique Auteur.ice.s : https://www.r22.fr/auteurices/laurent-malone

Le site de ParisArt, dans la rubrique Livres : https://www.paris-art.com/jfk/ 

Jean-Yves Petiteau

Allégorie des itinéraires de Jean-Yves Petiteau

« Suivre une personne qui nous guide par le corps et la parole sur un territoire qu’il invente et construit par la mise en scène de son récit » est la manière dont Jean-Yves Petiteau définit sa démarche, ses itinéraires.

Jean-Yves Petiteau, né en 1942 à Nantes, est un sociologue chercheur membre du CNRS et enseignant touchant aux domaines de l’art, de l’aménagement du territoire et de l’architecture . Il développa tout au long sa vie une méthode particulière de recherche et d’analyse dans le projet urbain qui vise à appréhender un site, un territoire sous le regard de ses acteurs en les suivants afin de percevoir les subtilités du quotidien de l’espace public. Cette méthode physique permise par la marche, met en scène l’interrogé.e dans son environnement matériel proche et déconstruit le simple dialogue linéaire autour d’une table de café statique.



Image issue de l’ouvrage Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires

Une des mises en pratique de cette démarche est perceptible dans son roman-photo réalisé en 2015 avec son ami photographe Bernard renoux: Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires. Cet ouvrage retrace en alliant le texte et la photographie les itinéraires de 3 dockers nantais enquêtés en 1990 puis 23 ans plus tard, en 2013 sur les traces de leurs souvenirs après la disparition progressive des docks. Jean-Yves Petiteau montre ici par ses entretiens écrits « l’importance de la prise de parole qui inaugure par l’énonciation de références et contextes d’ordinaire négligés ou invisibles “un passage à l’acte” qui agence dans l’espace/temps des rapports qui construisent et ménagent un territoire. ».

Avec cette démarche, Jean-Yves Petiteau marqua l’enseignement dans les écoles d’architecture nationale de Grenoble et Nantes en apportant une nouvelle pédagogie. Les étudiants pouvaient y voir un outil novateur pour regarder et comprendre l’espace public et ainsi mieux le projeter.

Si vous souhaitez en savoir plus…

Conférence de Jean-Yves Petiteau à l’esaaa en 2011: https://vimeo.com/287948086

PETITEAU Jean-Yves et RENOUX Bernard, Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires, édité par Didier Tallagrand, Nicolas Tixier, Maïlys Toussaint, 2018, 132 pages

Richard Long

Richard Long est un artiste britannique né à Bristol en 1945, il y vit et y travaille toujours aujourd’hui. Il s’exprime par le biais de dessins, sculptures, textes et photographies de ses installations. A la suite de ses études à la fin des années 1960, il fait partie de cette génération d’artistes qui crée le mouvement du Land Art.

Les œuvres de Richard Long sont issues de marches solitaires qu’il pratique dans le monde entier, au plus proche de chez lui mais aussi dans les régions les plus reculées du globe comme l’Antarctique. Ses marches sont soigneusement préparées, s’imposant des contraintes comme celle de relier les côtes est et ouest de la Grande Bretagne ou de la péninsule ibérique, s’imposer des haltes en prenant pour intervalles les décimales du nombre pi, etc. Au cours de ces marches, il concevra des sculptures aux dimensions souvent importantes (plusieurs dizaines de mètres) à partir d’un matériau unique – « matières premières du monde, ce qui n’est pas fabriqué » – qu’il trouvera à sa disposition sur place et qui sera organisé en figures géométriques simples : lignes, cercles, croix, étoiles.

Les textes qui découlent de ces marches sont très courts, comme des haïkus, emprunts de poésie, mais aussi teintés d’un peu d’humour comme celui intitulé « WET AND DRY » qui retrace deux marches effectuées au Portugal, l’une en 2001 où il plut pendant dix-sept jours, et l’autre en 2014 où ce furent dix-huit jours de soleil ininterrompus.

Lorsque ces installations sont réalisées dans des galeries, c’est un aussi moyen de montrer d’une manière simple de quoi est constitué le paysage qu’il aura traversé, comme par exemple ces grandes fresques réalisées avec de la boue de rivières anglaises, et dont les projections sur les cimaises m’ont évoqué les roseraies qui pourraient en border les rives. Ce que ces installations et sculptures n’évoquent cependant pas au premier abord, c’est la dimension physique d’un tel travail (plusieurs tonnes de pierres déplacées à la main), reflet de l’effort physique de la marche (180km de marche en deux jours).

Richard Long conjure peut-être à travers ses œuvres l’éphémère des traces qu’il aura laissées dans le paysage, comme autant de témoignages avant que l’Homme n’y imprime un peu plus encore sa marque.

Références

http://www.richardlong.org/

 » WET AND DRY  » http://www.richardlong.org/Textworks/2015textworks/wet_and_dry.html

Vidéo de l’installation de l’exposition à la galerie Arnolfini à Bristol en 2015 https://www.youtube.com/watch?v=OK7wp44_jXQ

Conversation avec Stephen Snoddy, Directeur de la New Art Gallery Walsall, le 15 avril 2014 pour une rétrospective de ses travaux entre 1970 et 2013 https://www.youtube.com/watch?v=XVCEku5SAWo

Philippe Vasset, à travers le prisme du narrateur-enquêteur

« Malgré la couverture satellite permanente, et le maillage de caméras de surveillance, nous ne connaissons rien au monde. »

Philippe Vasset

Philippe Vasset est un journaliste et un écrivain français. En 2007, il publie Un livre blanc, récit avec cartes suite à des enquêtes réalisées dans les différentes «zones blanches »1  de cartes IGN du territoire de la métropole parisienne. Avec la publication de cet ouvrage il fonde l’Atelier Parallèle de Géographie avec la collaboration des artistes et photographes Xavier Courteix et Xavier Birsmuth. 

Un livre blanc, récit avec cartes se construit comme une « littérature de terrain » (TV); c’est à dire un récit où l’écriture même devient motrice d’enquêtes sur le territoire, et dont l’objectif est de décrire de façon objective la réalité trouvée. Les recherches de son projet commenceront alors avec un rapport direct à la lecture de cartes, décrites par Vasset comme des objets éloignés des réalités, «Séchés, découpés, coloriés, annotés,… » (LB, p.9). Les cartes comme outils de représentation d’une réalité le questionnent, notamment en ce qui concerne les zones non-représentées, blanches et non-imprimées. Qu’est ce que se trouve dans les zones laissées en blanc ? Pourquoi la représentation a cessée à ces endroits ? De tels questionnement pousseront l’auteur à aller à la rencontre directe de ces lieux oubliés, effacés, pour ensuite nous rendre une expression écrite de ses expériences, mêlant des descriptions avec des explications de ses démarches. La représentation du monde livrée par les cartes IGN, dont il s’en sert pour aller à la découverte de son territoire, est remise en question et devient le point de départ des explorations et de son récit. 

Le concept de terrain vague, apparait rapidement dans son ouvrage et s’entremêle avec les notions de « fiction », « vide » et « clôture ». Le terme «terrain vague » fait sa première apparition dans la littérature romantique (Châteaubriand, 1811) et renvoi à l’esthétique d’un paysage de ruines. Repris par la suite par les auteurs du réalisme et du déterminisme, Vasset se réapproprie du concept pour décrire les friches, les zones industrielles ou les espaces laissés à l’abandon, parsemés dans les périphéries des villes contemporaines. « Les lieux vides et flous que j’explorais m’offraient le surplus d’inconnu que me refusais désormais la fiction » (LB, p.103). Ainsi, ces espaces dont l’association au vague annonce un vide apparent, sont au contraire des zones fécondes et en constante mutation aux yeux de l’auteur. 

D’autre part, avec des difficultés pour faire la correspondance entre le limites dessinées sur les cartes et la réalité perçue, ces zones restent néanmoins clôturées ou semblent tant bien que mal rester closes, « Avant que quoi que se soit apparaisse, on ne voit que des murs et des clôtures. La carte dit qu’il y a rien, mais difficile de la croire: si ces zones sont effectivement vierges, pourquoi cette débauche de protection ? » 

Face aux limites bâties, le narrateur nous fait comprendre l’enjeu de sa démarche. Entre « petit touriste du périurbain » (LB) et voyeur intrusif, il arrive a se positionner comme un « narrateur-enquêteur » (TV, p.114) et nous transmettre son regard analytique qui respire tout de même la subjectivité et l’inquiétude. Complètement immergé, il nous avoue la complexité de l’exercice à travers sa narration. L’exploration de ces terrains vagues constitue une épreuve de soi,

« …comme si j’essayais de rendre visible, sinon compréhensible, une guerre à laquelle la ville, derrière ses façades immaculées, sa signalétique limpide serait secrètement en proie. D’ailleurs j’avais toujours peur au cours de mes expéditions: peur de me faire agresser (ça m’est arrivé plusieurs fois) et peur des vigiles et de leurs chiens. » (LB, p.66)

Enfin, si nous attardons à la structure de l’ouvrage nous remarquons que sa narration sera autant fragmentée que le territoire décrit. Ce rapport entre le territoire et le travail narratif et linguistique, se trouve également dans l’aveu de l’auteur vis à vis l’incapacité trouvée à un moment de décrire ces endroits.  L’appauvrissement de la langue va de pair avec l’appauvrissement des sites: nous retrouvons finalement la vacuité présagée au départ des terrains vagues

Avec ce roman d’exploration, Philippe Vasset nous immerge dans quelques «zones blanches » des carte IGN mais surtout nous fait basculer vers le point de vue du narrateur-marcheur, arpenteur, transgresseur, enquêteur.

1 Les sources cet article proviennent de Un livre blanc: récit avec cartes, Philippe VASSET, 2007 (dont les citations seront notées par  « LB, n° de page) » et Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, BROICH, NITSCH, RITTER, 2019 (dont les citations seront notées par « TV, n° de page) 

Philippe Vasset à travers le prisme du narrateur-enquêteur

Pour aller plus loin, 

VASSET Philippe, Un livre blanc, récit de cartes, 2007

VIART Dominique, «  Littératures de terrain : Jean Rolin et Philippe Vasset, explorateurs de terrains vagues », dans Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, Jacqueline Maria BROICH, Wolfram NITSCH et Daniel RITTER (dir.), 2019 

https://xaviercourteix.com/index.php/photos/zones-blanche/

http://www.xbismuth.net/nonsite/index.php?option=com_content&view=article&id=23&Itemid=140

BELDERBOS Marc, «Les marques dans le vide. Le nombre, la géométrie, le sujet», dans : Thierry Paquot éd., Géométrie, mesure du monde. Paris, La Découverte, « Armillaire », 2005, p. 105-129 

DE CERTEAU Michel, « Chapitre VII : Marche dans la ville Voyageurs ou marcheurs »,dans DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien, Tome I, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980) p.139-159

Révéler le grand à travers le petit

Carte du grand sentier métropolitain (Matthieu Boisseau)

 

Détail singulier au travers d’un paysage où bizarrerie familière, le « petit » ou les « petits » comme je les nomme vulgairement ont énormément d’histoires à raconter ou d’expériences à faire vivre. Dans ce sentier, j’entends par les « petits » des éléments ayant la faculté de créer un volume spatial, et de taille résolument plus petite que l’ordinaire du territoire dans lequel le « petit » co-existe. Entre micro-curiosités urbaines, cabanes perchées privées, pêcheries abandonnées, abris agricoles oubliés ou bien encore arbre emblématique disparu, le grand sentier métropolitain de 51,8 km vient révéler le territoire d’un œil nouveau où la quête, voire l’enquête de ces petites folies est de mise. Existant ou disparu, lieu ou non-lieu, nom ou sans nom…comme le dit si bien l’architecte Pascal Amphoux dans L’utopie contemporaine des marches collectives, le sentier est « un moyen quasi littéraire de faire co-exister dans une même marche ce qu’il y a lieu, ce qui a eu lieu ou ce qui n’a pas encore de lieu ».

De ce fait, trois tronçons aux caractéristiques bien différentes ont déjà été établis… À savoir : Le défilé des mini-curiosités ; La rive aux cabanes errantes ; Les annexes à travers champs.

Le défilé des mini-curiosités est localisé sur le secteur Ile-de-Nantes, en pleine centralité urbaine. Depuis plusieurs années déjà, on remarque une recrudescence des curiosités : micro-architectures ou bien installations artistiques au sein des parcs. À Nantes, cette curieuse production est encouragée par La ligne verte du Voyage à Nantes et s’implante, sur l’île de Nantes, le long d’un grand parc linéaire. L’idée serait alors de débuter le sentier sur cet axe et de le prolonger prospectivement et fictivement au sein de la ZAC Sud-Ouest Ile de Nantes, du Talus Voyageur Benoni-Goullin, de l’usine Beghin-Say jusqu’aux nouvelles berges du CHU. Cette stratégie d’étranges objets sur une ligne verte s’inscrit avec un scénario dystopique que j’imagine sur l’Ile de Nantes selon lequel la densification et les enjeux fonciers seraient tellement forts que le vide pourrait se présenter comme quelque chose de rare.

La rive au cabane errantes vient au contraire révéler des « petits » ordinairement historiques ou banalement utilisés aujourd’hui, qui sont ou semblent être en état d’errance et d’abandon. Ce segment de sentier se localise dans les marais et prairies humides de Bouguenais jusqu’à Le Pellerin. Dans une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique encore peu explorée, ce tronçon fait appel à l’esprit d’aventure et à l’observation tant il y a de « cabanes » cachées à découvrir là-bas : le long de l’eau, sur l’eau, dans l’eau ou sous l’eau…

Pour finir, le segment nommé Les annexes à travers champs vient mettre en lumière des volumes implantés dans des bois ou des domaines agricoles/viticoles/etc. Le long du sentier, en plein milieu d’un champ ou dans les arbres, les « petits », en pleine immersion forment le plus souvent des liens intimes avec de multiples professions contemporaines, ainsi qu’avec des professions et des usages aux pratiques également plus anciennes.

L’intérêt est bel et bien de repérer dans ce grand sentier des petites choses intrigantes qui, par le biais d’une quête ludique, exprime des pratiques et des usages ; instruit et révèle des histoires oubliées ; et qui possiblement fleure à de drôles expériences urbaines et architecturales.

Matthieu BOISSEAU

Extrait de 3 tronçons de sentier (Matthieu Boisseau)

Grands sentiers

Le carnet d’un enseignement de projet à l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes.

Cet enseignement revendique que le tracé d’un sentier est un projet d’urbanisme tout comme il revendique qu’arpenter ensemble est un mode pédagogique singulier. Cet enseignement sera dédié à la conception et à l’inscription dans le temps long du Grand Sentier de Nantes Métropole. Quel type de sentier pourrait porter le Grand Nantes ? Quelle en serait sa singularité au regard des sentiers métropolitains dont se sont dotés d’autres villes européennes ? La première édition de cet enseignement sera dédiée à la conception globale du tracé, à définir ses visées critique, pédagogique et sensible, à repérer finement et précisément sur le terrain des portions particulières du sentier, et à projeter les transformations possibles des lieux aux abords. L’enseignement fonctionnera comme une agence de voyage, avec des guides en charge de préfigurer les expéditions. Réalisées en commun, ces expéditions seront la partie en plein air de l’enseignement. Les éditions suivantes auront à affiner le tracé, mais aussi à avancer dans son élaboration avec de multiples acteurs (institutionnels, habitants, élus) avant d’aller vers son officialisation et sa mise en œuvre passant par l’épreuve juridique. L’ensemble de ce processus d’exploration et de travail collectif – nous serons tous et toutes auteur.es – sera documenté : c’est le rôle et le sens de ce carnet Hypothèses. Il permettra également des relectures critiques des travaux de recherche et de projets (de diplômes notamment) liés à la marche dans les écoles d’architecture.