Ouvrir les digues, une proposition stupide et dérisoire ?

J’ai rencontré le trouble à l’origine du projet lors de l’entretien avec Christophe Hivert, président de l’Association Intercommunale de Protection de la Levée de la Divatte. Durant cette discussion, j’aborde le sujet de l’ouverture possible dans un futur à moyen et long terme de la levée pour laisser les eaux s’y engouffrer. Sa réponse est tranchante et directe.

« C’est une notion [dont] on entend parler régulièrement qui nous paraît assez bizarre. […] Du point de vue de l’histoire populaire ça nous paraît farfelu. Ça parait assez dérisoire et stupide. »

Christophe Hivert – Entretien du 27 mars 2024

Il m’apparaît clairement ici que je touche à une controverse. Les principaux arguments invoqués contre la proposition d’ouvrir la levée sont l’ancienneté de la conquête des terres sur le fleuve et la situation dans l’estuaire. De plus, la présence d’habitations empêcherait d’envisager ce projet. Pourtant durant mes recherches la question de l’ouverture des digues revient souvent. Plusieurs exemples me viennent en tête.

Dans la baie de Lancieux dans les Côtes d’Armor une digue de polder, terre conquise au 19e siècle sur l’estran, est abandonnée aux assauts des vagues en 2020. Cette décision controversée a été alors prise par le Conservatoire du littoral en charge de l’infrastructure depuis 2002 lorsque les agriculteurs propriétaires n’étaient plus capable d’assurer son entretien. En 2020, une pétition riveraine avait été lancée pour s’opposer à cette dépoldérisation, aujourd’hui ces habitants sont en majorité en accord avec ce projet.

Autre exemple, celui de l’île Nouvelle dans l’estuaire de la Gironde. Cette île alluviale apparue au 19e siècle a longtemps été habitée et cultivée jusqu’à son acquisition par le Conservatoire du littoral en 1991. Les digues y ont cédé en 2010 lors de la tempête Xynthia et les brèches n’ont jamais été réparées depuis. Le milieu est retourné aux vasières puis à la végétation. Aujourd’hui cette île est devenue une zone humide de 300 hectares accueillant 200 nouvelles espèces d’oiseaux.

L’île Nouvelle, esturaire de la Gironde – NousAutres

Ces deux exemples ouvrent les possibles sur la vallée de la Divatte puisqu’ils recouvrent quelques caractéristiques perçues comme trop contraignantes. Ce sont d’anciennes digues ayant permis d’accaparer des terres au 19e siècle et de les exploiter, les habiter. De plus ces terres se trouvent dans des estuaires et sont balayées par les eaux de mer et de fleuve. A partir de ces exemples, il me fallait déterminer les conditions qui ont permis d’ouvrir ces endiguements.

Le premier facteur évident est l’enjeu financier. Dans les deux situations exposées, il a été le levier principal à l’origine de l’ouverture. Cet enjeu financier est à double tranchant sur la vallée de la Divatte. Actuellement, l’économie des communes est articulée autour de l’industrie maraîchère avec chaque année plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette économie peut très largement supporter le coût de l’entretien de la levée qui se situe autour de 800 000€ par an. Malgré tout, cet entretien de l’infrastructure est un poids supplémentaire sur l’ensemble des propriétaires des communes concernées. De plus l’économie maraîchère est tributaire du dérèglement climatique, des politiques agricoles nationales et internationales, des politiques migratoires… Cet état de fait n’est pas immuable et la capacité de la vallée à être un espace de production maraîchère pourrait changer dans les années à venir.

Le second facteur bloquant, c’est l’enjeu culturel. Dans de nombreux cas, l’attachement des populations aux digues est aussi une question d’attachement au territoire et plus particulièrement à son paysage, à ses savoir-faire. Cette manière d’envisager l’infrastructure hydraulique est très prégnante à l’île de Ré où elle est menacée par la montée des eaux et les tempêtes.

« Ceux qui y travaillent et les modèlent louent leur argile très plastique, qui imprime le caractère du saunier, ceux qui les préservent sont attentifs à la lumière, à l’arrivée des migrateurs, aux bernaches cravants qui amènent l’automne. Et ceux qui en profitent admirent les oiseaux qui s’envolent de partout, les goélands, l’herbe, les huîtres dans le marais et aimeraient que leurs enfants continuent à voir tout ça. »

The Conversation, Laure Carassou et Anne Gassiat, 4 novembre 2020

Mais que dire de la question de l’Histoire populaire ? La levée de la Divatte, c’est initialement une infrastructure demandée et financée par les populations bourgeoises pour libérer des espaces fonciers. Le lit majeur de le Loire était jusque là un espace commun utilisé pour le pâturage des bêtes. L’endiguement de cet espace a permis de le libérer des eaux du fleuve et ainsi de le financiariser au profit de certains. Le contrôle des espaces n’a pas profité à tous.

Je tiens à honneur qu’en France, les fleuves comme la révolution rentrent dans leur lit et qu’ils ne puissent plus en sortir.

Napoléon III, discours au corps législatif, 17 février 1857

Proposer d’ouvrir la Divatte, c’est toucher à nos dépendances à la fois économiques mais aussi sensibles aux infrastructures. C’est se poser la question de à qui appartient la vallée de la Divatte et qui en profite.

Le tracé du sentier de la Coudrouse – Oskar Rischewski

Le sentier proposé dans le billet du tracé est le point de départ de cette exploration des dépendances de la vallée. La proposition était de marcher le long de l’eau de Loire passée au travers de la digue pour aller à la rencontre des situations du territoire. A partir du sentier et du trouble, la proposition d’exploration s’est articulée autour de deux entités prégnantes à la Divatte, le maraîchage et l’hydrologie.

Le parcours productif situé spatialement – Oskar Rischewski

La vallée, conquise sur le lit majeur de la Loire, est particulièrement exploitée par l’industrie maraîchère. C’est avant tout un système de production agricole orienté principalement autour des légumes. Ses productions principales sont la mâche (1500 ha), le poireau (300 ha) et le radis (200 ha). Cette production nécessite un bon approvisionnement, des savoirs, des techniques et enfin des services spécifiques. C’est donc un système productif hautement dépendant.
La production est transmise aux usines de conditionnement et aux entreprises de négociations, puis aux services de distribution. Ce système maraîcher est hautement concentré avec à peine 50 à 60 entreprises pour un peu plus de 2000 hectares cultivables.

Schéma du système maraîcher de la Divatte – Oskar Rischewski

La distribution de la production maraîchère est à peu de choses près divisée en 3. Un premier tiers de la production est destinée à une distribution locale orientée vers les grandes surfaces, le marché d’intérêt national ou les restaurateurs. Un second tiers de la production est destiné au marché national et principalement vers la capitale avec des acteurs du même ordre. Enfin, le dernier tiers de la production est tourné vers l’international et particulièrement l’Allemagne qui achète un tiers de la production de mâche nantaise.

Cette industrie maraîchère s’appuie sur l’hydrologie particulière de la vallée de la Divatte qui a accumulé durant des milliers d’années les sédiments charriés par la Loire et ce jusqu’à la construction de la digue de la Divatte en 1856. La mise en culture de la vallée humide a été facilitée par le drainage des eaux via un réseau de canaux s’appuyant sur d’ancien boire, ces bras morts de Loire. Ces eaux sont tantôt retenues, tantôt évacuées en aval par le canal de Goulaine et les portes de Basse-Goulaine pour les rejeter dans la Loire.

Schéma de la gestion des eaux sur la vallée – Oskar Rischewski

Cette gestion des eaux du lit majeur n’est pas propre à la vallée de la Divatte mais fait partie des nombreux systèmes de drainage mis en place sur le bassin versant ligérien et plus précisément en aval de Nevers. Ces systèmes repose sur la mise hors d’eau des vallées par les digues de Loire. Celles-ci étaient naturelles, ont évoluées en turcies puis ont été renforcées en levées.

Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée

La vallée de la Divatte est séparée de la Loire par la levée de la Divatte, digue érigée entre 1847 et 1856 à la suite de crues répétées du fleuve. Elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve et a permis de libérer les communs jusqu’ici utilisés comme pâturages pour une activité maraîchère.

Elle est réputée insubmersible jusqu’à la grande crue de 1910.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale

Le 2 décembre 1910, la digue est percée par les eaux à deux reprises, laissant le fleuve envahir son lit majeur sur 30 kilomètres carrés. En certains points, l’eau atteint 5 mètres de hauteur. Le lendemain, la digue d’Embreil est submergée et laisse les eaux s’engouffrer dans le marais de Goulaine. Le 6 décembre, les ingénieurs des Ponts et Chaussés dynamitent les portes anti-crue de Basse-Goulaine pour laisser le trop-plein se retirer dans le fleuve. Le spectacle est saisissant.

La digue fatiguée, causait des inquiétudes ; des renards se produisaient sur plusieurs : points, on aveuglait les fuites le mieux possible, et dans la soirée, vers 8 heures, la rupture se produisit : Ce fut terrible. Deux ou trois maisons ont été emportées.

L’Espérance du peuple, 4 décembre 1910

La zone mettra 3 mois à être drainée partiellement. 8000 habitants seront déplacés sur 7 communes différentes, pour autant aucune perte humaine n’a été déplorée.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale
Continuer la lecture de « Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée »

Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun

 

De Saint Sébastien sur Loire à Saint Fiacre sur Maine

Le projet de sentier se donne pour prétexte d’aller voir un puits communal dans le village de La Hautière, et ainsi s’aventurer au-delà des limites administratives de la métropole nantaise.

Le tracé figure en quelque sorte un rayon allant du centre vers la périphérie.

Cette traversée sera l’occasion de se demander ce qui fait commun aujourd’hui dans un périurbain qu’on imagine de prime abord comme le règne de la maison individuelle, de la voiture et du gazon.

L’idée est de marcher pour faire taire ses a priori, essayer de regarder ce qui fait vraiment commun en 2024 sur un territoire habité. Le sentier passe “en vrac” par des éléments naturels du territoire. De l’eau, des sols dont on prend plus ou moins soin, des traces d’anciens communaux de villages – des puits, des chemins, des fours à pains – et des objets plus contemporains – un abribus, un château d’eau,une table de pisue-nique, un arbre de boîtes aux lettres, un système d’éclairage public…

des boites partagées (photographies personnelles)

Continuer la lecture de « Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun »

Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide

Randonnée du 13/03/24 – Les chemins de l’eau
Itinéraire préparé et réalisé le 13/03/24 (document réalisé par l’autrice)

Suite aux randonnées groupées et solitaires précédentes, mon attention s’est portée sur l’eau, omniprésente dans les paysages que j’avais traversé. En écho à celle présente dans notre corps, l’eau du Marais de Goulaine s’étale, s’impose, s’infiltre. Lorsque nous marchons, nous empruntons des sentiers qui semblent nous être destinés. Lorsque l’eau circule, elle semble utiliser des fossés, des creux qui lui sont destinés. Pourtant, j’ai plusieurs fois marché sur ou dans l’eau. Etait-ce un sentier ou un ruisseau ? j’ai donc choisi pour cette nouvelle marche de longer au possible le marais de Goulaine, en passant par un point haut, la butte de la Roche, pour mieux en comprendre les reliefs, et descendre vers cette surface d’eau que je ne connaissais pas et que je n’arrivais pas encore à visualiser. Nous avions prévu avec Louise de commencer cette randonnée ensemble puis de nous séparer pour contourner une partie du marais chacune d’un côté, afin de nous concentrer sur des thématiques différentes.

Continuer la lecture de « Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide »

14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils

(photographie de l’autrice)

LE PARC INDUSTRIEL DE VERTOU

Durée de la balade : 30min
Conditions de rédaction : assise sur le bord d’une fenêtre

Le piéton ne semble pas le bienvenu. Je suis là à me promener dans le temple de la voiture, dans une ville au sein d’une ville. Il est facile de s’imaginer les travailleurs utilisant la voiture pour se rendre d’un endroit à l’autre du parc, même à 2 minutes de leur bureau. Là où je suis ça sent l’essence, le bitume chaud. Les camions me frôlent à gauche, un mouton noir se promène dans son petit enclos à ma droite. A pieds je ne suis pas la bienvenue.

Il n’y a pas d’espace sécurisé. Alors que la sécurité est partout autour de moi comme le montre scanneur de badge pour ouvrir les barrières permettant d’accéder aux différentes entreprises. En tant que piéton, pourtant je pourrais facilement passer entre les failles de ces systèmes de sécurité. Car il y a des trous, des petits couloirs entre une barrière et une autre. Trous par lesquels les voitures ne peuvent certes pas passer mais où les piétons eux le pourraient. On pourrait croire que ces trous sont volontaires pour nous laisser passer, mais pour moi ils traduisent surtout qu’il n’a pas été envisagé qu’un piéton puisse essayer de passer, alors pourquoi lui bloquer la route ? Le parc est hostile aux piétons. Les voitures se garent sur les trottoirs quand les parkings sont pleins. Je me retrouve donc à marcher sur la route. Et quand je me replace sur le trottoir, une voiture arrive pour se garer, me roulant à côté. C’est à moi de lui faire de la place, et non l’inverse.

Les pylônes électriques côtoient les châteaux d’eau, les lampadaires, et les chênes, qui résistent, droits entre deux hangars dans un enclos qui leur est dédiés. Un corbeau pique une branche pour partir faire son nid, le chant des mésanges se mélange au grondement des moteurs, se plaignant sûrement de la mauvaise odeur. Le sol n’offre rien, il ne permet rien. C’est moi qui vais à lui. Tout est grand, espacé, je ne suis pas à ma place. Vite que je m’en aille. Vite que je traverse la rue.

Continuer la lecture de « 14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils »

Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains

Inclure les hameaux dans la transition du territoire

Suite aux marches effectuées aux marges de la métropole et à l’enquête menée sur ce territoire, dont vous pouvez retrouver les compte-rendus ici et ici, je me suis interrogée sur la possibilité de vivre durablement au quotidien dans les villages et hameaux de la métropole nantaise.

Revenons dans un premier temps sur la situation de ces territoires que j’ai explorés. Ils se concentrent aux marges de la métropole, à sa limite administrative, éloignés des pôles urbains denses des communes de Carquefou, Nantes, Thouaré-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire et Mauves-sur Loire, à l’écart des grands axes de circulations desservis par les transports en commun. Je suis allée visiter ces lieux et rencontrer leurs habitants qui m’ont confié une partie de leur quotidien. Là-bas, on habite encore dans des hameaux, que les habitants aiment appeler leurs villages. Ce sont des petits groupements d’habitations de 2, 3, 10 jusqu’à 200 voire 1000 maisons pour les plus gros ; chacun a son nom et son histoire : la Bidaudière, la Gouachère… La plupart des habitants sont des familles qui recherchent la tranquillité de la campagne tout en étant à proximité de la ville. Elles habitent dans d’anciennes fermes réhabilitées, dont on peut encore voir l’ancien puit, le four à pain ou le moulin au fond des jardins. D’autres habitent dans des pavillons construits sur d’anciens terrains agricoles, ou plus récemment à l’arrière des jardins d’autres maisons. Dans ces villages on ne trouve pas de supermarché, de café ou même de boulangerie. Les habitants se déplacent en voiture pour aller travailler en ville et faire leurs courses dans le bourg ou le centre commercial le plus proche sur leur trajet. Les soirs d’été ou le week-end, les habitants aiment aller marcher depuis chez eux, sur les chemins à l’ombre des boisements le long du ruisseau de la Chalandière par exemple, promener leur chien ou ramasser des fritillaires. Sur ces chemins, ou depuis son jardin, l’horizon dégagé s’étend sur de grands champs vallonnés ponctués de haies bocagères encore partiellement présentes. Des associations comme « les amis de la Gouachère » organisent des évènements festifs qui rassemblent les habitants autour de la mare au centre du village une fois par an par exemple.

Continuer la lecture de « Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains »

Stefan Ansermet : la marche nocturne stimule les sens et affine l’attention

Dans Osez la nuit. Marcher dans l’obscurité pour réveiller nos sens oubliés (Favre, 2018), Stefan Ansermet livre ses conseils pour expérimenter la nature sans lumière.

Stefan Ansermet a 56 ans, il est minéralogiste autodidacte, chercheur associé et photographe de formation, passionné de voyage et de recherches. Il a écrit des guides de randonnées et s’est spécialisé dans la balade nocturne. Au fil du temps, il acquière une solide expérience et des connaissances professionnelles qui lui permettent aujourd’hui d’avoir différents mandats pour des institutions scientifiques, comme le musée de géologie de Lausanne (UNIL).

crédit photo : Patrick Martin, article VAUD et Régions, www.24heures.ch

Plus de 30 ans que Stefan Ansermet arpente les sentiers loin des villes, hume les odeurs de la forêt et observe le ciel… en noir et blanc. Avec toujours une même obsession: fuir la lumière artificielle pour se plonger dans le monde merveilleux de la nuit. « Certes, cela prend un peu de temps de vaincre ses peurs du noir ancrées dans l’enfance» confirme l’auteur. Mais une fois qu’on y est arrivé, « une confiance s’installe ». En scientifique et vrai cartésien, il reconnaît être totalement transformé devant un ciel illuminé d’étoiles. « C’est tellement puissant, qu’on a des pensées mystiques, même si l’on n’est pas croyant.» Dans Osez la nuit, il décrit sa découverte de la randonnée nocturne, enrichie d’une foule de conseils destinés à tous ceux et celles qui souhaiteraient s’initier.

Se balader au clair de lune serait devenu tendance si l’on en croit La Nuit suisse de la randonnée qui fête cette année sa dix-septième édition. En Suisse romande, plusieurs parcours guidés de Villars à Moudon invitent en effet le public à la tombée de la nuit. Mais l’approche de Stefan Ansermet est plus radicale. Pour vivre pleinement l’expérience, aucune source de lumière ne doit perturber la balade. La lampe de poche reste sagement dans le sac à dos. « D’un point de vue sensoriel, on a l’impression d’avoir des capteurs partout. On devient plus vivant car le cerveau ne pilote plus le corps. Tous les sens sont en éveil et permettent de percevoir des choses très subtiles.» (Ansermet, 2018, p.36)

La vue, d’abord. Au bout de 25 minutes environ, les couleurs disparaissent, tout devient monochrome et la vision périphérique. L’œil est alors au maximum de sa sensibilité. Étoiles filantes, aurores boréales si l’on va au nord, jeux de lumière de la lune… tout est amplifié. Le toucher devient, lui, plus intense. À l’instar de la chaleur d’une pierre restée toute la journée au soleil ou de la fraîcheur du lichen. L’ouïe s’affine et domine au profit de la vue. L’oreille s’aiguise de telle façon que le léger craquement d’une branche peut paraître effrayant. « Il m’est même arrivé d’avoir l’impression d’entendre des voix humaines alors qu’en réalité ce n’était que le glouglou d’un ruisseau ». Enfin l’odorat est décuplé. «Prenez par exemple l’odeur des cytises en fleur en été. Elle est nette et directe ». (ibid., p.50 et 53)

Continuer la lecture de « Stefan Ansermet : la marche nocturne stimule les sens et affine l’attention »

Laboratoire à ciel ouvert

Photographie personnelle _ Piste d’essai SNCF au Moulin Boisseau

Mardi 14 mars 2023, nous débutons une marche dans le but de suivre l’ancienne voie de chemin de fer Nantes-Segré. Ce fil conducteur nous amène tout d’abord au départ de la voie verte de Carquefou. Un vaste parking se tient à son entrée et laisse entrevoir des barrières en bois qui marquent le début de la balade. Un sol sableux semble avoir totalement recouvert les rails et tout autre signe du passé ferroviaire. Promeneurs et cyclistes se croisent laissant place à une atmosphère calme et apaisée. Des portillons situés à l’arrière des jardins des maisons, qui bordent la voie, donnent un accès direct aux habitants du quartier de la Madeleine. D’autres entrées au sentier se matérialisent par des ouvertures plus larges sur des lotissements. Devant la maison de retraite Florilège, un panneau planté fait valoir l’utilisation de “bandes de courtoisie” pour avoir “les pieds dans l’herbe” dans le cadre d’une “ville qui agit pour votre cadre de vie”. La perspective offerte par le linéaire de la Voie Verte, héritière de celui du passage de l’ancien chemin de fer, laisse paraître les traces d’une transformation du paysage. 

A la sortie de ce sentier de marche, la transition est brutale. Un axe routier bruyant laisse place à une zone industrielle d’où se distingue un grand panneau hissé en hauteur. “Plateforme d’innovation pour la mobilité autonome”. “SNCF installe ici un laboratoire à ciel ouvert pour construire et tester un futur système de transport public autonome”. A travers le grillage nous séparant du chantier en cours, des locaux métalliques se détachent par leur couleur éclatante entourés d’échafaudages. Chacun d’entre eux semblent être attitrés à une fonction : “Base de lancement”, “Cargo”, “Garage, “Show-room”. Des véhicules noirs spéciaux aux vitres teintées, équipés de caméras, sont étiquetés de l’appellation “Véhicules autonomes d’expérimentation”. Derrière ces bases de vie, une route rectiligne encore inaccessible semble avoir été récemment bitumée. Des indices attirent notre attention : des piquets au numéro 2 et 3 ainsi qu’une plaque rouillée, cassée en plusieurs morceaux. Sa reconstitution permet de décerner ce qui y est écrit : “Passage du train P”. Le chantier est bel et bien situé sur une portion de l’ancien chemin de fer Nantes-Segré. Les murs de l’arrière d’une maison font office de séparation du lieu des travaux d’avec l’espace public. Cette maison est l’ancienne gare de Carquefou. 

Photographie personnelle de l’ancienne gare de Carquefou et de la piste SNCF
Continuer la lecture de « Laboratoire à ciel ouvert »

Un paysage à ma(r)cher

Depuis les débuts de l’humanité, la majorité de l’alimentation humaine était cueillie : jeunes pousses, fleurs, graines, racines, bourgeons, feuilles, noix, baies…

C’est en tant que non initiée à la pratique de la cueillette que je propose de déguster le paysage. Il s’agit d’une proposition pour réapprendre à regarder les espaces qui nous entourent comme de nouvelles possibilités gustatives. Regarder avec le ventre. Penser avec les papilles.
Sortir du cycle économique prévisible et connu de nos assiettes pour arpenter la métropole sous l’angle du comestible : le territoire nantais comme un vaste frigo à l’air libre.

« Voir est un acte de sélection et d’attribution de valeurs, nous ne voyons pas tout indistinctement. Nous remarquons, valorisons certaines choses et en laissons d’autres de côté. »
– Zhong Mengual, Estelle. Apprendre à voir: le point de vue du vivant. Mondes sauvages. Arles, Actes Sud, 2021.

Ce que l’œil voit sans voir, prendre des plantes connues et déjà vues pour recommencer à voir.
Des plantes que l’on qualifie dans le langage courant de « mauvaises herbes », dont on n’hésiterait à se séparer, couper, tondre, brûler ou juste éviter du regard, sans se rendre compte de tout leur potentiel comestible.

Ne nécessitant aucune connaissance préalable spécifique, c’est un sentier d’apprentissage à la cueillette et d’initiation au regard sur les plantes.
Pensé comme une première entrée en matière pour des personnes non-initiées, il propose de s’intéresser aux plantes sauvages les plus communes et les plus connues : pissenlits, orties, plantains, fraisiers sauvages, pâquerettes, aubépines et mâches sauvages seront les vedettes de cette marche; des plantes sauvages qui, a priori, ne devraient pas poser de problème d’identification ou de confusion. Une première porte d’entrée pour celles et ceux qui, par la suite, voudraient continuer et se nourrir d’autres morceaux des paysages.
Une proposition comme invitation à la découverte et redécouverte de ces mauvaises herbes qui traceront un sentier où le ventre est roi, prolongeant la relation que l’on entretient avec le territoire traversé et son végétal.

une des possibilités d’un sentier-cueillette (document personnel)

Le sentier est proposé à titre d’exemple, les herbes sauvages poussent toujours là on ne s’y attend pas, mais son principe est reproductible et adaptable.

Ingrédients :
des marcheurs.euses-cueilleurs.euses, minimum 2
des paniers, sacs en tissus et contenants
un couteau, sécateur ou autre objet coupant (la loi permet le port d’un couteau de loisir)
des bonnes chaussures et un regard aiguisé

Continuer la lecture de « Un paysage à ma(r)cher »

Sur la trace des villages métropolitains

Aux marges de la métropole

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (document personnel)

Des villages dans la métropole nantaise ? On m’avait parlé de Nantes et de sa métropole, ou de la métropole de Nantes mais pas de ses villages. Pourtant il paraît qu’il y en a plein, aux marges du territoire. Là où les lignes de bus et le train ne s’arrêtent pas, là où on n’a pas encore la fibre, là où il n’y a pas de supermarché ni même de boulangerie. Là où on habite dans des villages ou des hameaux. Là où il y a encore des fermes habitées, des fêtes de village, une grand-mère qui nous raconte la vie d’avant. Là où il y a encore des bouts de forêt avec des fritillaires à ramasser, des odeurs de pommes du verger, et l’horizon dégagé. Et si on allait voir par nous-même ?

Les parcours permettent de se rendre du bourg aux villages, de villages en villages, des villages aux bourgs. Un chemin tracé sur la carte s’appuyant sur les routes existantes amène le marcheur là où se trouvent des successions de villages et hameaux. Depuis ce tracé, un réseau de chemins se déploie de part et d’autre incitant le marcheur à l’exploration.

Il faut les trouver d’abord. Depuis le centre-ville, il faut prendre le tram puis le bus et marcher, ou prendre le train puis marcher aussi. Les chemins demandent à être explorés pour atteindre les villages. A peine visibles quand on les traverse parce qu’ils sont trop petits, il faut parfois sortir de la route et aller au bout des impasses pour les trouver. Des silhouettes au loin de l’autre côté du champ, un petit panneau noir annonçant le nom des lieux, une mare au centre du village, un calvaire fleuri à l’entrée, un arrêt de bus scolaire, ou le bruit d’une tondeuse en fond peuvent vous aider à reconnaître l’endroit.

Faire étape dans les villages

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (collage, document personnel)

Avant il y avait les colporteurs. Des marchands munis d’une mallette remplie de produits trouvés en ville qui marchaient de villages en villages et s’y arrêtaient pour vendre les produits que l’on ne trouvait pas sur place. L’occasion de discuter avec les habitants, de donner des nouvelles de la ville et des villages voisins. Plus tard, ils ont été remplacés par des camions ambulants. A Carquefou, il y avait l’épicier qu’on appelait “le ptit marchand”, le boulanger, et “barbe bleue” qui vendait des habits de travail. Aujourd’hui, ce sont les habitants qui se déplacent en voiture pour aller faire leurs courses au bourg le plus proche.

Continuer la lecture de « Sur la trace des villages métropolitains »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search