En eaux troubles

Photo @florentlandreau

Des terres vaines et vagues

Les anciennes cartes de la région mentionnaient les marais sous le nom de « terres vaines et vagues ». Cette expression utilisée par les notaires indiquait des terres aux frontières changeantes et incertaines, sans valeur notable. Pendant longtemps, cette vision a prédominé concernant les marais. Cela explique pourquoi leur assèchement était perçu comme bénéfique, valorisant des zones autrefois négligées.

Continuer la lecture de « En eaux troubles »

Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide

Randonnée du 13/03/24 – Les chemins de l’eau
Itinéraire préparé et réalisé le 13/03/24 (document réalisé par l’autrice)

Suite aux randonnées groupées et solitaires précédentes, mon attention s’est portée sur l’eau, omniprésente dans les paysages que j’avais traversé. En écho à celle présente dans notre corps, l’eau du Marais de Goulaine s’étale, s’impose, s’infiltre. Lorsque nous marchons, nous empruntons des sentiers qui semblent nous être destinés. Lorsque l’eau circule, elle semble utiliser des fossés, des creux qui lui sont destinés. Pourtant, j’ai plusieurs fois marché sur ou dans l’eau. Etait-ce un sentier ou un ruisseau ? j’ai donc choisi pour cette nouvelle marche de longer au possible le marais de Goulaine, en passant par un point haut, la butte de la Roche, pour mieux en comprendre les reliefs, et descendre vers cette surface d’eau que je ne connaissais pas et que je n’arrivais pas encore à visualiser. Nous avions prévu avec Louise de commencer cette randonnée ensemble puis de nous séparer pour contourner une partie du marais chacune d’un côté, afin de nous concentrer sur des thématiques différentes.

Continuer la lecture de « Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide »

Exotisme en-terrinée

En cheminant le long des canaux du Marais Audubon, on ne met pas longtemps à apercevoir des monticules de pierres.
Ces derniers, plus ou moins ordonnés sous les arbres qui ponctuent la ligne d’eau, sont parfois si endommagés qu’on les retrouve éboulés.
Mais à quoi peuvent-ils bien servir ? Et qui les a installés ?

– Bonjour ! Vous êtes du coin ?
J’ai remarqué qu’il y a des tas de pierres au bord de l’eau. C’est bizarre, non ? Vous savez à quoi ça sert ?

– Ah ça, c’est pour éviter que les ragondins abiment les berges.
Si on ne le fait pas, ils détruisent tout.

Le ragondin.
Un rongeur devenu indissociable de nos zones humides… et souvent affublé d’une réputation peu flatteuse.
On l’accuse de nombreux maux : détruire les cultures, propager des maladies, détruire les écosystèmes, etc. Mais qu’en est-il vraiment ?

Continuer la lecture de « Exotisme en-terrinée »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search