Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée

La vallée de la Divatte est séparée de la Loire par la levée de la Divatte, digue érigée entre 1847 et 1856 à la suite de crues répétées du fleuve. Elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve et a permis de libérer les communs jusqu’ici utilisés comme pâturages pour une activité maraîchère.

Elle est réputée insubmersible jusqu’à la grande crue de 1910.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale

Le 2 décembre 1910, la digue est percée par les eaux à deux reprises, laissant le fleuve envahir son lit majeur sur 30 kilomètres carrés. En certains points, l’eau atteint 5 mètres de hauteur. Le lendemain, la digue d’Embreil est submergée et laisse les eaux s’engouffrer dans le marais de Goulaine. Le 6 décembre, les ingénieurs des Ponts et Chaussés dynamitent les portes anti-crue de Basse-Goulaine pour laisser le trop-plein se retirer dans le fleuve. Le spectacle est saisissant.

La digue fatiguée, causait des inquiétudes ; des renards se produisaient sur plusieurs : points, on aveuglait les fuites le mieux possible, et dans la soirée, vers 8 heures, la rupture se produisit : Ce fut terrible. Deux ou trois maisons ont été emportées.

L’Espérance du peuple, 4 décembre 1910

La zone mettra 3 mois à être drainée partiellement. 8000 habitants seront déplacés sur 7 communes différentes, pour autant aucune perte humaine n’a été déplorée.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale
Continuer la lecture de « Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée »

Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Continuer la lecture de « Les mécaniques du sable »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search