Les femmes rurales

Le trouble a commencé par un questionnement. Où la ville commence et où la campagne se termine. Et inversement. Comment ces lieux, noms, concepts qu’on dit s’opposer, coexistent plutôt en étant superposés ? C’est cette superposition qui m’a troublée. Notamment les questions de seuils entre la boue, la terre labourée des champs et le goudron des routes. Les résidus de terre qui s’étalent sur le goudron qui a lui-même empiété sur la matière terre. Le passage de l’un à l’autre, cette superposition, ces strates m’ont inspiré le temps. Le temps qui passe, qui se stratifie et les époques qui se superposent les unes aux autres.

Puis en marchant à la recherche de ces seuils de temps, je suis tombée, un peu par hasard, sur un lieu que ne pouvais décrire. Mais là, au cœur du hameau de la Bouteillerie, se trouvait ce qui, je l’apprendrai plus tard, est un commun de village. Dans ce hameau, une terre inculte (et sa marre communale) transformée en aire de pique-nique et bibliothèque partagée.

(Elsa Foucault)

Je commence alors à chercher à en apprendre plus sur ces communs de villages, que sont-ils ? A quoi servent-ils ? Ces communs, de villages, appartiennent à partir de 1330 de manière inaliénable et indivisible aux habitant.e.s. Ils ont des véritables marqueurs de la vie et de la société villageoise de l’avant-guerre. L’ancienne coutume de Bretagne (1330) avait pour but de donner une propriété à celleux qui n’en avait pas. Au XIX et XXe siècles, les communs de villages servaient avant tout à partager certains usages et équipements qui n’étaient pas encore individualisés : fours, lavoirs etc.

Ces lieux, étaient centraux dans la vie des habitants mais surtout des habitantes. Les hameaux du vignoble nantais ce sont en majorité installés suite au développement des vignes, et leurs habitant.e.s travaillaient dans les vignes. Les hommes étaient vignerons, ou du moins viticulteurs, et les femmes également, par mariage.

1Localisation des communs de village dans le vignoble nantais
Continuer la lecture de « Les femmes rurales »

Révélons les sols !

Ce 20 mars 2023, le Giec a publié son sixième rapport de synthèse. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat tire une fois de plus la sonnette d’alarme sur l’ampleur du changement climatique et la gravité de ses impacts. Les scientifiques « estiment que le réchauffement de la planète atteindra 1,5°C dès le début des années 2030 »1, soit dix ans plus tôt que la précédente estimation. Les conséquences de cette augmentation seront donc inévitables. L’urgence est réelle, nous avons trois ans pour inverser la courbe des émissions de gaz à effet de serre. Les impacts du changement climatique vont, non seulement, s’accentuer au fur et à mesure, mais ils seront aussi plus complexes, en cascade et difficiles à gérer. Il suffit de se remémorer la canicule de l’été 2022 en France et ces impacts catastrophiques sur l’agriculture, l’eau, la biodiversité et la santé des êtres vivants. 

Les scientifiques appellent à la sobriété ainsi qu’à la transformation structurelle de notre société. Parmi les secteurs leviers tels que les énergies ou les transports, l’aménagement ou le ménagement des villes et des territoires jouent un rôle essentiel dans cette grande transition. Comme l’écrit le GIEC dans son sixième rapport de synthèse, « le secteur de l’agriculture, la forêt et l’usage des terres représentent un potentiel important de réduction des émissions, avec des bénéfices potentiels pour la biodiversité. »2

Dans ce contexte de crise écologique et climatique, partout sur le territoire de nombreux collectifs citoyens se battent pour un monde plus respectueux du vivant. Face à la lenteur et parfois à l’inaction des politiques publiques ces citoyens se mobilisent et luttent contre des projets qu’ils jugent écocidaires. Partant d’un enjeu environnemental de défense de lieux condamnés à être artificialisés, ils dénoncent un système de société où règne le paradigme de la croissance et de la consommation. Si des grandes luttes comme celles du Larzac ou de Notre-Dame-des-Landes ont marqué les esprits, il existe actuellement en France plus de 400 collectifs locaux mobilisés. Ces luttes locales ne sont pas la représentation des intérêts particuliers d’une certaine population mais témoignent d’un véritable mouvement de pensée global. 

Continuer la lecture de « Révélons les sols ! »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search