Là Noue aussi.

Des limites à rendre fertiles.
Pirater les haies pour nous nouer.

Léna Guillo + Nadja Warnant

—1 · Marcher le long des haies

En commençant le semestre par des marches, on a compris l’importance de l’arpentage d’un territoire pour faire projet. C’est pourquoi on imagine que ce projet commencerait par un événement collectif, on inviterait les habitant·e·s à marcher avec nou·e·s.

Affiche de la deuxième marche collective.

Trois marches sont organisées avec des participants dans une volonté de rencontrer le territoire. La première, comme une introduction, pour découvrir le secteur sud-ouest de Nantes Métropole. La seconde, un temps de collecte de ce qu’on pu y voir et glaner comme éléments autochtones. La troisième, plus active, tente d’intervenir par des micro-interventions en semant des graines. 

De ces marches, on a pu faire des constats. L’aéroport sur le territoire pose la question de son agrandissement, et de l’empiétement sur des propriétés —peut-on parler d’un projet d’intérêt général ? —. Les paysages de la métropole sont aujourd’hui plus secs que jamais. Le vivant est désormais sous contrôle : l’économie de la graine les rend non reproductibles et non libres de droits. On observe des haies prêt-à-planter qui ne proposent pas de milieux, appauvrissent le sol, l’écosystème et le paysage. Comme le dit Isabelle Stengers à propos du vivant qui se développe dans les milieux humains et abstraits, sans interdépendance, ce vivant serait singulièrement indifférent aux autres parce qu’il peut proliférer n’importe où, et conquérir à peu près n’importe quel milieu.

Continuer la lecture de « Là Noue aussi. »

Exploration des lisières de l’urbain

Carte du sentier « exploration de lisières de l’urbain » (Ludivine Bouillon)

Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, l’île de Nantes aurait été en friche, peut-être y aurais-je croisé certaines espèces pionnières. Maintenant j’y croise l’éléphant des Machines de l’île, l’égérie Nantaise. Il y a 30 ans si j’avais parcouru ce sentier j’aurais simplement traversé une route entre deux champs. Aujourd’hui je traverse la passerelle piétonne au-dessus de la route de Pornic. Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, je serais passée devant la jeune peupleraie de la Matrasserie, aujourd’hui elle est coupée à ras. Il y a 30 ans, si j’avais parcouru ce sentier, j’aurais aperçu un hangar agricole depuis la rue du Colvert de Brain, aujourd’hui, j’y vois un mur de parpaing, une maison s’y construit. Et demain, que pourrais-je y voir? Le sentier est l’unique constante au milieu de ces paysages changeants. 

Il a été tracé de telle sorte que les marcheurs puissent se questionner sur les limites de la métropole ;il interroge la relation des espaces urbains et de ses infrastructures avec les espaces agricoles ou naturels. Comment se rencontrent-ils ou se confrontent-ils ? 

Un ressenti pourra s’éprouver dans la durée, à la grande échelle du sentier. Le marcheur traversera d’abord les espaces denses de la ville puis s’infiltrera dans le tissu de plus en plus dilaté et discontinu des communes périphériques, avant d’aboutir à un paysage de marais, uniquement praticable une partie de l’année (le sentier peut évidemment se pratiquer dans les deux sens). Le marcheur expérimente donc une transition à grande échelle qui pourra le questionner sur la relation entre la ville et sa périphérie. Où la ville diffuse s’arrête-elle ? Où commence l’image de la campagne idéalisée? 

 

À son échelle, le marcheur pourra expérimenter de multiples micro-événements, traversant des lieux de tension ou de rencontre entre espaces ou infrastructures urbaines et espaces naturels ou agricoles. 

Le marcheur pourra découvrir l’urbain au détour d’un bâtiment de ferme, comme au détour d’un arbre. Il pourra se faire surprendre par le passage d’un train au milieu d’un bois. 

Train forestier (Ludivine Bouillon)

Il se trouvera confronté plus ou moins directement aux infrastructures de transport. Il lui sera possible d’observer les frictions, voire les paradoxes qu’elles peuvent créer sur leurs abords. 

Vaches de quatre voies (Ludivine Bouillon

L’urbain fait également partie du paysage sonore du sentier qui se fait parfois ressentir, et entendre à distance. Il est parfois juste suggéré, camouflé quelques mètres plus loin.  

Mais où est donc la carrière ? (Ludivine Bouillon)

La surprise, l’étonnement sont mobilisés pour brouiller les pistes : le sentier passe d’un paysage rural à un paysage urbain ou rencontre les deux simultanément. Le marcheur peut alors se questionner sur l’ambivalence ville/campagne et les limites de l’urbain.

Route contemplative (Ludivine Bouillon)

 

Chaque arpenteur est un témoin de plus, captant un moment de vie du sentier. Chaque moment, chaque souvenir, chaque anecdote, chaque photo, chaque dessin, chaque texte … est une relique qui témoigne de l’histoire du sentier. Au fil du temps ces savoirs accumulés permettent de se rendre compte de l’évolution de ce fragment de territoire. Le sentier est un outil de mesure focalisant notre regard sur les limites, les lisières urbaines. Le sentier est l’occasion de se questionner sur la manière dont nous occupons l’espace de la métropole et de réfléchir à la manière dont nous souhaitons l’habiter maintenant.

A la limite

« Le délaissé est une production humaine en même temps qu’un milieu vivant. Quelque chose d’imprévisible y est à l’œuvre. » Yvan Detraz, Zone Sweet Zone

Ce tracé propose d’aller à la rencontre des différentes limites naturelles et administratives ainsi que d’arpenter les différents sols du sud-ouest nantais.

Construction de la réflexion

L’hypothèse de départ s’intéresse aux délaissés urbains et s’inspire du travail réalisé par Yvan Detraz dans le livre Zone Sweet Zone. Il y expose la manière dont il a élaboré un grand sentier de randonnée dans la périphérie bordelaise. Au fil de ses marches, il constate que l’espace périurbain est dessiné selon des logiques marchandes et forme un tout hétérogène. Le périurbain est conçu comme une succession d’espaces décousus qui ne communiquent que très peu entre eux. Entre chacun de ces espaces occupés, se trouvent des espaces inutilisables ou abandonnés. Ce sont ces derniers qu’Yvan Détraz qualifiera de « délaissés ». Au fil de ses arpentages, il reconnaitra les potentialités de ces derniers. Selon lui, c’est en portant de l’importance à ces délaissés qu’il sera possible de recréer une vie publique riche et conviviale en périphérie.

L’hypothèse initiale d’un sentier dans Nantes Métropole s’inspire de cette démarche. Je proposais alors d’arpenter les différents types de sols non urbanisés du grand Nantes.

Le tracé du sentier dans le Grand Nantes

Au fil des marches que nous avons réalisées dans le sud-ouest, j’ai été interpelée par la présence de l’eau : chemins inondés, lac de Grand-lieu, flaques d’eau, terre craquelée, noues. Ces différents types de sols défilaient sous nos pieds et j’ai cherché à en savoir plus. J’ai pris conscience de la géographie des différents bassins versants que nous avions traversés et la présence d’une ligne de partage de ces derniers. En parallèle, j’ai pris connaissance de la structure paysagère du sud Loire qui venait, elle aussi, dessiner le territoire à sa manière.

Le tracé actuel se veut témoin de ces différents étonnements rencontrés au fil du semestre. Il arpente la périphérie avec la volonté de montrer la présence de l’eau sous différentes formes, de traverser des limites paysagères, mais aussi de passer par des frontières invisibles telles que les frontières administratives des communes de la métropole ou encore la ligne de partage des eaux. Ce tracé raconte une autre histoire des délaissés, à la rencontre des limites invisibles du territoire, et surtout au plus près du sol.

 

La Noue, le nous ?

 

Nadja Warnant – Lena Guillo

Comme à plusieurs endroits du sud-ouest de Nantes Métropole, La Noue est un toponyme qui revient souvent. Lieux marécageux, c’était auparavant des endroits pas très appréciés et souvent laissés aux pauvres. De là vient la notion de communs, ces champs, ces mares étaient parfois des communaux à mettre en partage, gérés par plusieurs familles. Au lieu-dit La Noue à Saint-Aignan de Grand-lieu, au sud-est de l’aéroport de Nantes, une carte datant d’avant le 19e siècle fait état des communs du domaine du Roy sur les villages des Poteries et de la Noë. (Fig. 1) On peut y voir trois constructions ainsi que des mares, des pièces d’eaux à entretenir, un champ en contrebas d’où la terre aurait été utilisée pour faire des tuiles, ainsi qu’un terrain vague où était prévu des plantations. Autour de cela, des vignes qui appartenait à un Monsieur Jamet, pour le domaine de Launay.

Figure 1 : Carte des communs de La Noë et Les Poteries
sources : archives départementales de Loire Atlantique

 

Nous avons réussies à retrouver aujourd’hui plusieurs traces et indices de cette carte sur le territoire.

Continuer la lecture de « La Noue, le nous ? »

Délimite, des limites.

De Bouguenais au Pèlerin,
48 km de sentier pour traverser les limites de propriétés et s’intéresser aux communs.
Source: Lena Guillo, Nadja Warnant.

 

 

Avant de commencer à marcher, on prend les transports en commun. 

Le bus nous dépose le long d’une départementale, à côté de La Ville-Au-Denis, une ligne droite qui suit les courbes des vallons. On prend une passerelle qui nous fait survoler le trafic, on arrive dans une zone pavillonnaire. Une longue rue bordée de maisons. La perspective est impressionnante. Des voitures garées devant des garages, des entrées travaillées, des gazons mis en scène et puis des barrières, des clôtures, des murets, des haies, tout un vocabulaire de la délimitation.  
Avant de continuer à s’engouffrer dans cette rue qui semble ne pas se finir, on tourne dans une rue entre deux maisons : un panneau indique “jardins familiaux”.  Ici un seul sol, découpé en petits lopins de terre cultivée, et chacun semble savoir exactement ce qui lui appartient. Quelques grands-pères à moitié sourds bêchent soigneusement la terre humide, un père de famille désherbe pendant que sa fille joue entre les réservoirs d’eau et en arrière-plan, le son continu de la route. Il y a des petites cabanes, des sceaux, des parpaings, l’ensemble parait assez humble et modeste. Rien d’extravagant, rien qui ne soit en surplus, pas même des fleurs, tout à l’air d’être consommable ou permettant de consommer. 
On en ressort et revenons à cette rue qui nous ferait presque croire que nous sommes dans un film américain. Elle se termine par l’entrée dans une zone d’activité. Entre la gendarmerie et une entreprise de joints nantais, se trouve Terrasalica, une micro jardinerie éco-responsable. Premier arrêt, il se fera dans un petit hangar, pour prendre la température et comprendre ce que veut dire jardiner.  
Un rond-point, une passerelle et un autre rond-point, et Jardiland. Deuxième arrêt ou plutôt, autre temps de la marche : on continuera de marcher dans ce supermarché du vivant : tout ce qui y touche de près ou de loin peut y être acheté. On y déambule lentement en s’intéressant à la mise en scène et surtout en suivant le parcours tout tracé. Rien n’indique le sens de la marche mais nous le trouvons tout.e seul.e. Le plus difficile est de repartir les mains vides. Même pas un petit cactus ?  
Les plus courageux.ses s’intéresseront au détour qui propose d’aller voir le cimetière paysager de Moulin-Laheux : rares sont les cimetières français à avancer des espaces engazonnés et plantés. Il peut aussi être l’occasion de répertorier les espèces végétales (véritables ou synthétiques) les plus utilisées lorsque l’on parle de la mort.  
Si l’on revient sur nos pas, on se retrouve dans une zone clairsemée de maisons, un chemin de terre apparaît pour nous inviter à marcher entre les champs. D’ici on observe des morceaux d’aéroports et surtout on voit les avions décoller. Sans transition c’est la zone d’activité Du Chaffault, tenant son nom d’un château, détruit en 2009, pour faire place à l’industrie de l’aéronautique.  Le nom du château est inscrit sur la carte, un peu par devoir de mémoire. Rien d’étonnant, mais ici tout est grillagé, intraversable. Il faudra, en plus de raser la départementale, longer les hangars et s’insérer dans les allées dès que cela sera possible. Nos corps se sentent touts petits et vulnérables. La fin de la zone d’activité est brusque: le bardage métallique s’efface pour laisser place à des formes feuillus. On retrouve les champs, les prés, les vignes et les routes de campagne.  
On arrive aux Epinais, sur notre droite, un espace public avec une aire de jeu pour enfants, c’était un communaux auparavant. Trace des gestions de territoire avant le remembrement et l’individualisation de tout usage. Avant de traverser le bourg on remonte de quelques mètres la départementale. Drôle de mélange : de gros camions sortant de Du Chaffault passent à côté d’un vieille maison bourgeoise (anciennement celle de M. Jamet, propriétaire de vignes au XVIIIe siècle). Au rond-point on prendra à la troisième sortie, pour se diriger vers l’aéroport. Sur la route du Frémiou, on croise un regroupement de maisons, sûrement un ancien corps de ferme que la famille s’est redivisé.  On hésite à y entrer, privé ou public ? En même temps on se dit que si la voiture Google l’a fait, nous aussi. Au milieu de ces maisons de différents âges, on voit des panneaux, des écriteaux avec des slogans. Comme un air de déjà-vu. Le Frémiou rassemblé avec La Blanchardais et d’autres hameaux est devenu le quartier général d’une nouvelle ZAD. Une zone à défendre contre le projet d’agrandissement de l’aéroport.  
Nous reprenons la route du Frémiou pour approcher ce spécimen, nous suivons le haut grillage de l’aéroport. On s’arrête pour observer le spectacle de la piste d’atterrissage et on s’imagine la destination ou la provenance des avions. Sur la route, des cavaliers, des coureurs, des cyclistes empruntent le même chemin.  
Le bourg se rapproche, un patchwork de maisons se frottent et forment un ensemble curieux, on souhaiterait approcher, regarder au-dessus des clôtures, des haies, mais les panneaux de propriété privées et « attention le chien traverse en 4 secondes » nous en dissuadent assez facilement.  

Direction le Champs de Foire, le long (encore une fois) d’une départementale. On longe quelques vignes, et des maisons apparaissent, bordant la route. Entre deux maisons, une allée (la seule) est laissée vide. On s’y engouffre. Comme un couloir entre un vieux mur en pierres et des barrières de chantier. Chacun renfermant un jardin. L’un, pittoresque avec des statuettes aux allures gréco-romaines, l’autre plus pragmatique, avec des jeux pour enfant. Le premier se laisse ouvrir sur un morceau de terrain dont on ne sait pas à qui il appartient. Quelques arbres dessinent brièvement les contours de cette parcelle. Limites auxquels le voisin semble tenir car la pelouse tondue prend la place d’une clôture. A cheval sur les deux terrains, une taupe (rebelle) se moque des propriétaires. Ses monticules de terre laissent deviner le réseau souterrain qui relie les deux terrains. Elle deviendra notre mascotte pour le sentier. 
On rebrousse chemin et de nouveau sur la départementale continuons jusqu’à trouver la route de la Groissonnerie et un bout du PR en traversant un centre équestre, puis remontons le long de la Marionnière (le suffixe -ière peut se traduire par propriété quand il est associé à un nom de personne). Pour pouvoir progresser vers l’Ouest, on entre dans le château du Souché, manoir médiéval, c’est aussi un vignoble. Pour éviter de se faire remarquer, mieux vaut se dépêcher. Un chemin d’exploitation part de la bâtisse et nous emmène à travers les vignes, il s’arrête et nous laisse couper par les vignes,  leur orientation nous indique la direction à prendre. Quelques-uns en profitent pour grapiller quelques grappes. 
La marche continue jusqu’à la route de la Bouvaiserie, des petites maisons éparpillées ici et là jonchent notre trajet. Un petit chemin parallèle à la route nous fait rentrer dans un petit bois.  De retour sur la D11, un chemin nous emmène à travers champs, ou plutôt à travers vigne. Cette balade bucolique se termine sur un ensemble de lotissements, La Roderie; notre porte d’entrée dans la commune de Bouaye. La route réapparaît assez vite : entre muscadet et habitations cette grosse départementale relie le Sud-Ouest à Nantes. Sur notre gauche un petit pavillon de château apparaît, laissé comme un petit reliquat d’une époque passé, il semble presque faux, posé ici, à côté d’une route. Surtout qu’à quelques mètres de lui s’est installé un Super U. On traverse son parking et prenons un bout de route qui longe le supermarché. C’est le début d’une coupe urbaine, d’un enchaînement de situations et de paysages qu’on n’aurait pas pu imaginer être accolées. 
L’accès de livraison nous mène aux coulisses de la grande enseigne -le stockage, les camions, les monte-charges et les palettes se cachent derrière un imposant mur blanc- et se transforme en petit sentier de terre, interdit aux véhicules. Marchant le long d’un près d’herbe, il débouche sur une première zone pavillonnaire. On l’estime datant des années soixante : des petites maisons aux volets bordeaux ou vert sapin, aux pelouses bien tondues, et aux rues désertes. En continuant tout droit, comme à l’arrière de ce premier décor, se trouve une autre zone pavillonnaire, celle-ci beaucoup plus récente, l’Epine. L’asphalte encore bien noir, laisse découvrir un autre quartier bien rangé, comme toujours en construction. Ici, le design des boîtes aux lettres est assorti aux menuiseries et aux gouttières gris anthracite. La végétation, quasi inexistante si ce n’est la pelouse, semble encore bien jeune et fraîchement plantée. Les clôtures basses et les grandes ouvertures en nous laissant observer nous font aussi sentir observer. Alors que nous sommes dans la rue, on se sent complètement étranger.es, comme si nous étions déjà chez les gens, à partager leur intimité. Au bout de l’impasse, un chemin de terre se dessine, c’est le chemin du Pavillon de l’Epine.  Ce doit être elle, la maison de l’Epine, seule vieille bâtisse parmi ces lotissements. Elle donne sur ce qui devaient être d’anciennes vignes. Pourtant la terre est retournée, en attente de futures maisons. La route nous indique de continuer vers le chemin d’Herbauges. Toujours dans notre coupe urbaine, on remarque que se confrontent plusieurs notions d’intimité, tandis qu’une des maisons se laisse totalement être observée, sa voisine d’en face monte une haie bien épaisse à plus de deux mètres de haut. Le chemin continue et avant de passer sous les rails, le paysage s’ouvre sur un champ de vigne avec en arrière-plan de nouveaux logements collectifs fraîchement livrés. Le domaine des Herbauges apparaît après être passé sous les rails. Il prend son nom d’une légende, située à l’emplacement du lac de Grand-lieu, la cité des Herbauges aurait été le lieu des pires débauches païennes que Dieu aurait fait ensevelir sous le lac. Ici aucune trace de ce mythe, seulement un vignoble. Des vignes et quelques bâtiments cohabitent, certains pour la production et la vente du vin, le reste comme habitation. La carte indique un chemin au bout, on doit donc traverser tout ce corps de bâtiments. En marchant entre les maisons on ne sait pas très bien si on peut être ici, rien n’indique que ce n’est pas possible pourtant le regard d’une petite fille nous fait comprendre que nous sommes chez elle. Le chemin nous fait passer à travers les vignes, sûrement celle du domaine.  

On se retrouve sur une route très fréquentée, à marcher en file les un.es derrières les autres alors que des voitures nous dépasse, c’est la seule voie qui traverse ce bout de marais. On passe devant une habitation, qui par un une haie taillée en forme d’arche nous invite à marcher sur l’herbe, le long des vignes, pour ensuite rejoindre une route beaucoup moins empruntée. On prend le temps d’observer les paysages agricoles : des fermes, des prés, des bottes de foin. 
On arrive au Buttay, encore une fois on ne sait pas très bien comment lire cet ensemble de bâtiments, sûrement une seule et même propriété divisée en plusieurs lieux, et la route au milieu de tout ça venant re-segmenter l’unité. C’est elle qui nous permet d’être là, de pouvoir se balader et d’observer ce qu’il se passe chez eux. Un chemin descend vers les marais. Avant de s’enfoncer dans les sous-bois, on se retourne, et on se dit que ce plan, avec la route bordée par ces arbres, menant à la grande maison du Buttay pourrait être une séquence de cinéma (cette fois-ci français).  
Longeant les bras d’eau et les prairies humides, le chemin parfois s’efface et l’on marche sur des poteaux électriques couchés, servant de pont.  
la route continue vers le Coin aux Rats, petite zone d’habitation, des maisons aux rideaux à dentelle laissent deviner qui habite ici. C’est l’entrée de Saint-Mars-de-Coutais. Ici, on fait exprès de se perdre parmi les rues avec comme intention de voir le plus de résidentiel possible.  
On chemine entre les pavillons blanc vif, toujours en installation. L’impression de naviguer dans un monde en cours, où rien ne dépasse. Le bourg arrive et les maisons se rapprochent, la rue principale de Saint-Mars-de-Coutais une grande ligne droite, nous offre la perspective jusqu’à sa fin. On passe à côté d’un château, au-dessus du Tenu, petite pause bucolique avant de sortir du bourg. 

La route continue, le sentier nous fait passer dans un petit bois, à côté du Marais Commun, petit clin d’œil à la thématique. La sortie est franche, un passage à niveau et de nouveau dans une zone résidentielle : le crépis est rose et les parpaings fraîchement posés. A un carrefour deux palmiers nous indiquent la direction, on tourne, décidés à tenter de traverser les marais, entre les prés et les vaches. Le marais se termine par un corps de ferme que l’on doit traverser. Beaumanoir d’après la carte.  
On laisse le manoir derrière nous et reprenons la départementale, et longeons un mur de pierres sèches cachant le château de La Rivière. N’ayant vu aucune information sur ledit château, nous décidons de faire un détour. Grosse maison du XIXe siècle, il est impossible de s’en approcher, tout est soigneusement fermé, pourtant le chemin continue et nous emmène dans un sous-bois, jusqu’à revenir sur la départementale, et bientôt l’entrée de Port-Saint-père. Finalement entre le château et les maisons plus modestes du bourg, c’est presque le même langage lorsqu’il s’agit de parler de frontières, la seule différence est la hauteur ; les murets, les haies, les grillages nous laissent apercevoir les même enjeux de vouloir délimiter sa parcelle. On se perd entre les allées désertes. Ici rien ne semble avoir changé depuis pas mal d’années, les maisons sont toujours aussi similaires, et les pelouses toujours aussi bien tondues. Avant de sortir de Saint-Père et de traverser la rive, le camping semble être le seul lieu paysagé accessible. On remarque que très simplement les arbres sont utilisés comme limites des emplacements des campeurs. Plantés aux coins des parcelles ils agissent comme marqueurs. 
L’Acheneau, frontière avec la ville de Saint-Léger-Les-Vignes. 
On bifurque directement vers la Grande Vigne. Le nom nous a interpellés, pourtant aucune trace de vigne, seulement quelques maisons et des prés. Les maisons sont neuves, vêtues de ce même crépies rose clair que l’on retrouve souvent dans le sentier. On a comme l’impression que c’est le même constructeur qui a récupéré tout le marché. On passe le long d’un petit sentier, surement un chemin d’exploitation et longeons les champs. On arrive au Grand Fief et après avoir fait quelques fait centaine de mètres :  un cul de sac. L’idée est bien de réfléchir sur la notion de propriété non ? Comme la taupe, on décide de se moquer des frontières, des délimitations, passons par un corps de ferme et coupons à travers champs, jusqu’à rattraper un sentier.  

Arrivée au Port Hamoneau, des petites barques, des tables de pique-nique, un ponton d’observation nous disent que c’est un lieu à observer. Il suffit de longer le marais et de suivre le sentier le plus loin possible. Il s’aventure dans les prairies humides pour les plus chanceux, ou continue dans l’eau pour les plus téméraires. Il croise plusieurs douves et se perd. Il faut faire confiance à la carte et à ses sens pour retrouver la Proutière (anciennement Prévôtière, fondée par le prévôt, surnom pour ceux « qui se prenaient pour un officier de justice »). Des maisons en pierre bordent la route de chaque côté. Le lieu semble avoir été épargné de la folie du lotissement. Le sentier se termine à Jasson, comme s’il était une personne, un propriétaire, tout à l’air de lui appartenir : La Ferme de Jasson, les Landes de Jasson, la chapelle de Jasson

 

Léna Guillo, Nadja Warnant

La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ?

Traversée visible/invisible du site sud-ouest de la forêt urbaine de la métropole nantaise

Durant les deux premières marches qui ont rythmé ce début de semestre, sans réellement nous en rendre compte, nous avons parcouru une fraction assez importante du site sud-ouest du projet de forêt urbaine de la métropole nantaise. Ce projet est celui mené depuis maintenant 15 ans sur le territoire métropolitain, au croisement de plusieurs politiques publiques concernant la transition écologique des territoires (transition énergétique, plan climat air énergie, biodiversité). Ils ont différentes vocations, entre espace naturel, espace de vie, espace de récréation, espace de production, espace d’expérimentation et espace d’observation.

Dans cet objectif, trois sites ont été identifiés entre différentes communes de la métropole nantaise, dont le plus grand site (780 hectares) se trouve entre Bouguenais et Saint-Aignan de Grand-Lieu. Il est caractérisé par une grande diversité d’occupation des sols et de propriétés, avec notamment des espaces boisés et un important patrimoine bocager peu entretenu. Ce territoire fait l’objet d’une gestion sylvicole, promouvant la gestion durable des zones boisées dans une approche de forêt dite multifonctionnelle, permettant le maintien des ressources forestières en prenant en compte les facteurs écologiques du patrimoine territorial. Ces attributs concentrent des notions de pédagogie et de participation qu’il s’agit d’activer afin de sensibiliser les usagers du territoire.

 

Continuer la lecture de « La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ? »

Faire sauter les barrières ; libérer les enfants!

Rempart, enceinte, forteresse, barricade… Tant d’adjectifs pourrait qualifier cette cour de récréation observée à Bouaye de l’école Victor Hugo, faisant face à la Venelle des Écoliers. Comme dans de nombreux espaces récréatifs d’écoles que j’ai pu observer, le constat fut le même : les cours de récréation sont des espaces clos, protégés, parqués. Les sols uniformément bitumés, les grillages verts jouant le rôle de barrières ou encore la végétation quasiment inexistante dans ces espaces récréatifs créent une ambiance que l’on pourrait presque qualifier de carcérale. 

Cette situation de l’école à huit clos m’a alors troublée. Les enfants masqués, collés au grillage vert et leurs petits doigts s’accrochant à celui-ci semblent rêver de liberté, ou du moins semblent avoir l’envie de passer entre les mailles et de suivre le groupe de marcheurs en contrebas. Ce grillage vert d’environ quatre mètres de haut joue différents rôles. Celui de filet protecteur, afin de protéger les voitures des ballons pouvant vouloir s’échapper de la cour de l’école. Celui de barrière protectrice afin de protéger les enfants du vide. Celui de barrière visuelle permettant d’une certaine manière d’obstruer la vue avec la hauteur et ainsi de préserver les enfants. Mais en fin de compte, ce n’est pas ce grillage futile qui dissuade, c’est cette hauteur sur laquelle il est accroché. Cette position en altitude semble alors être autant une barrière physique que mentale. Cette double barrière est vraisemblablement là pour protéger ce public vulnérable, mais finalement, ne pourrions nous pas tenter de le responsabiliser ?

« Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité. »  – Victor Hugo

Qui dit barrières dit restrictions, et pour l’enfant peut être une envie de les contourner. En passant devant cette école, je me suis alors souvenu qu’en passant devant d’autres cours de récréation le constat fut toujours le même : les enfants sont en grande partie accolés à cette barrière et regardent avec un regard plein d’envie l’autre côté, celui où ils n’ont pas le droit d’aller : l’inatteignable. Je me suis alors mise à imaginer ce que l’on pourrait trouver derrière cet obstacle. On y retrouve sans aucun doute un sol bitumé comme dans chaque espace récréatif, avec peut-être un ou deux petits arbres émergeant du sol, leurs racines transperçant le bitume, comme si la nature elle aussi voudrait s’échapper et rêvait de liberté. J’ai finalement fait le rapprochement entre cette forteresse écolière et cette venelle des écoliers. Et si cette ruelle étroite serait l’échappatoire en sortant de l’école, celle dans laquelle les enfants peuvent enfin se sentir libres? 

Photographie et collage du site « trouble ».

Philippe Vasset, à travers le prisme du narrateur-enquêteur

« Malgré la couverture satellite permanente, et le maillage de caméras de surveillance, nous ne connaissons rien au monde. »

Philippe Vasset

Philippe Vasset est un journaliste et un écrivain français. En 2007, il publie Un livre blanc, récit avec cartes suite à des enquêtes réalisées dans les différentes «zones blanches »1  de cartes IGN du territoire de la métropole parisienne. Avec la publication de cet ouvrage il fonde l’Atelier Parallèle de Géographie avec la collaboration des artistes et photographes Xavier Courteix et Xavier Birsmuth. 

Un livre blanc, récit avec cartes se construit comme une « littérature de terrain » (TV); c’est à dire un récit où l’écriture même devient motrice d’enquêtes sur le territoire, et dont l’objectif est de décrire de façon objective la réalité trouvée. Les recherches de son projet commenceront alors avec un rapport direct à la lecture de cartes, décrites par Vasset comme des objets éloignés des réalités, «Séchés, découpés, coloriés, annotés,… » (LB, p.9). Les cartes comme outils de représentation d’une réalité le questionnent, notamment en ce qui concerne les zones non-représentées, blanches et non-imprimées. Qu’est ce que se trouve dans les zones laissées en blanc ? Pourquoi la représentation a cessée à ces endroits ? De tels questionnement pousseront l’auteur à aller à la rencontre directe de ces lieux oubliés, effacés, pour ensuite nous rendre une expression écrite de ses expériences, mêlant des descriptions avec des explications de ses démarches. La représentation du monde livrée par les cartes IGN, dont il s’en sert pour aller à la découverte de son territoire, est remise en question et devient le point de départ des explorations et de son récit. 

Le concept de terrain vague, apparait rapidement dans son ouvrage et s’entremêle avec les notions de « fiction », « vide » et « clôture ». Le terme «terrain vague » fait sa première apparition dans la littérature romantique (Châteaubriand, 1811) et renvoi à l’esthétique d’un paysage de ruines. Repris par la suite par les auteurs du réalisme et du déterminisme, Vasset se réapproprie du concept pour décrire les friches, les zones industrielles ou les espaces laissés à l’abandon, parsemés dans les périphéries des villes contemporaines. « Les lieux vides et flous que j’explorais m’offraient le surplus d’inconnu que me refusais désormais la fiction » (LB, p.103). Ainsi, ces espaces dont l’association au vague annonce un vide apparent, sont au contraire des zones fécondes et en constante mutation aux yeux de l’auteur. 

D’autre part, avec des difficultés pour faire la correspondance entre le limites dessinées sur les cartes et la réalité perçue, ces zones restent néanmoins clôturées ou semblent tant bien que mal rester closes, « Avant que quoi que se soit apparaisse, on ne voit que des murs et des clôtures. La carte dit qu’il y a rien, mais difficile de la croire: si ces zones sont effectivement vierges, pourquoi cette débauche de protection ? » 

Face aux limites bâties, le narrateur nous fait comprendre l’enjeu de sa démarche. Entre « petit touriste du périurbain » (LB) et voyeur intrusif, il arrive a se positionner comme un « narrateur-enquêteur » (TV, p.114) et nous transmettre son regard analytique qui respire tout de même la subjectivité et l’inquiétude. Complètement immergé, il nous avoue la complexité de l’exercice à travers sa narration. L’exploration de ces terrains vagues constitue une épreuve de soi,

« …comme si j’essayais de rendre visible, sinon compréhensible, une guerre à laquelle la ville, derrière ses façades immaculées, sa signalétique limpide serait secrètement en proie. D’ailleurs j’avais toujours peur au cours de mes expéditions: peur de me faire agresser (ça m’est arrivé plusieurs fois) et peur des vigiles et de leurs chiens. » (LB, p.66)

Enfin, si nous attardons à la structure de l’ouvrage nous remarquons que sa narration sera autant fragmentée que le territoire décrit. Ce rapport entre le territoire et le travail narratif et linguistique, se trouve également dans l’aveu de l’auteur vis à vis l’incapacité trouvée à un moment de décrire ces endroits.  L’appauvrissement de la langue va de pair avec l’appauvrissement des sites: nous retrouvons finalement la vacuité présagée au départ des terrains vagues

Avec ce roman d’exploration, Philippe Vasset nous immerge dans quelques «zones blanches » des carte IGN mais surtout nous fait basculer vers le point de vue du narrateur-marcheur, arpenteur, transgresseur, enquêteur.

1 Les sources cet article proviennent de Un livre blanc: récit avec cartes, Philippe VASSET, 2007 (dont les citations seront notées par  « LB, n° de page) » et Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, BROICH, NITSCH, RITTER, 2019 (dont les citations seront notées par « TV, n° de page) 

Philippe Vasset à travers le prisme du narrateur-enquêteur

Pour aller plus loin, 

VASSET Philippe, Un livre blanc, récit de cartes, 2007

VIART Dominique, «  Littératures de terrain : Jean Rolin et Philippe Vasset, explorateurs de terrains vagues », dans Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, Jacqueline Maria BROICH, Wolfram NITSCH et Daniel RITTER (dir.), 2019 

https://xaviercourteix.com/index.php/photos/zones-blanche/

http://www.xbismuth.net/nonsite/index.php?option=com_content&view=article&id=23&Itemid=140

BELDERBOS Marc, «Les marques dans le vide. Le nombre, la géométrie, le sujet», dans : Thierry Paquot éd., Géométrie, mesure du monde. Paris, La Découverte, « Armillaire », 2005, p. 105-129 

DE CERTEAU Michel, « Chapitre VII : Marche dans la ville Voyageurs ou marcheurs »,dans DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien, Tome I, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980) p.139-159

Le sentier In Situ/Online

En 2016, Yona Friedman confronte ses utopies de la ville spatiale et l’architecture mobile aux réalités de la ville contemporaine (Cités virtuelles – It is not only the city-scape that changes, 2016). L’individu s’affranchit aujourd’hui des réseaux et du besoin de proximité. Hyper-connectés, nous sommes plus que jamais dépendants de nos téléphones portables, de nos batteries et de ces flux invisibles qui nous connectent. (Télé)travail, (télé)études, achats sur internet,  l’immobilité et l’isolement imposés dans le contexte actuel soulèvent la dissolution de l’architecture telle qu’annoncée par Yona Friedman (The Dilution of Architecture avec Manuel Orazi, édité par Nader Seraj, Park Books, 2015).

Google Maps, outil par excellence de l’ère dématérialisée et virtuelle que nous traversons, nous ramène paradoxalement à notre territoire. Le géopositionnement pas satellite (GPS) et les services de cartographie en ligne deviennent des éléments charnières entre ce monde représenté, virtuel et la réalité matérielle et humaine. 

Google ubiquiste se plonge dans les réseaux de la ville pour dévoiler tout ce qui se trouve à sa portée. Si la démarche a d’abord été réservée à la voiture, Venice ou des centres commerciaux tel Atlantis à Saint-Herblain (44) sont aujourd’hui répertoriés par un Google-piéton. Les capacités de cette caméra qui voit tout évoluent, et les limites se dessinent là où Google décide de s’arrêter. Si nous déclenchons l’observation Street View sans positionner le bonhomme jaune, le territoire se recouvre d’une trame bleu ciel, sauf dans les zones non répertoriées. Aller à la rencontre de ces frontières peut être révélateur de certaines réalités urbaines. 

Le sentier in situ/online (1) vise à aller à la rencontre de ces limites et des terrains non répertoriés.

D’une façon rapide et potentiellement erronée, on peut penser que la surface Google maps tendrait à se limiter aux surfaces urbanisées. Le bonhomme jaune butte d’avantage dans les territoires périurbains, dans les limites avec les champs et les zones industrielles, mais pas uniquement, voies privées, Grands ensembles sont également exclus de ce repérage. Qu’est ce que cela nous dit du territoire vécu ? D’autres interruptions sont les barrières, les clôtures, des témoins de la fragmentation du territoire. Quand Google Maps automobile doit faire demi-tour, nous marcheurs, arpenteurs, pourrons peut-être tenter d’aller au delà… 

Vues aériennes du territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Google Earth
Captures d’écran réalisées sur le territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Street View de Google

Pour cette première hypothèse de sentier, non marché, une série de photographies tirées de Google Street View font échos au travail du photographe Pascal Anders (Raymond La France, 2008-2013). Elles vont à la rencontre de certaines limites, qui peuvent être le début du parcours pour ceux et celles qui voudraient aller au delà du répertoire virtuel. 

Ce sentier deviendrait une manière de renouer des liens avec le territoire qui est le notre. Physiquement, matériellement et sur place. En marchant, l’espace n’est plus ce que nous voyons, mais ce que touchons (Jean Lévêque, « La déduction hégélienne de l’espace », in Paquot, Younes, Géométrie. Mesure du monde, 2005). C’est le rapport direct et mécanique entre nos pas et la résistance et l’épaisseur du sol qui nous libèrent des aplatissement virtuels. Le sol et l’eau seront toujours essentiels à la survie des êtres humains, au-delà de toute dissolution spatiale (Friedman, 2016). 

Par ailleurs, les antennes relais qui se multiplient aujourd’hui sont la matérialisation des services dont nous dépendons quotidiennement. Le sentier pourrait suivre la verticalité de ces éléments implantés dans le territoire ou contraire tenter d’y échapper ; un sentier basse fréquence ?…

1 Le sentier In Situ/Online, Le tracé. Le nom de ce sentier fait référence au projet vidéo In situ / On line – Des cartes à l’épreuve de l’expérience  réalisé  par Anne Jarrigeon, Lucinda Groueff, et Hortense Soichet et Viviane Perelmuter en 2016 (Paris, Hambourg).

Le sentier de la limite métropolitaine.


Dans une métropole qui ne cesse de grandir, comment s’arrête la ville ? Comment se dessine la limite?

Carte du sentier, les limites métropolitaines à travers les « dernières » zones de lotissement.
(Nadja Warnant)

Promenade entre les lotissements, il propose de s’intéresser à un paysage ni totalement rural ni complétement urbain. De divaguer entre le quotidien de zones pavillonnaires et le à côté, ce qui les lie entre elles, les champs, les routes, des zones d’activité, etc…

Le sentier de la limite, visite du « rien d’extraordinaire ». (Nadja Warnant)


Sentier du «rien d’extraordinaire», du «banal», à la recherche de détails, de particularités que forment l’univers de l’à côté. C’est s’émerveiller devant une un jardin fantaisiste, un pavillon reprenant le vocabulaire d’un château romantique, le nom d’une rue, mais aussi parfois du quasi rien. Il propose simplement à cet instant T, Mars 2021, de faire un état des lieux des limites de la métropole Nantaise et de ses zones d’habitat individuel; comment est ce qu’on y vit, qu’est ce qu’il s’y passe ? Traverser des lieux que, d’habitude, on ne visite pas.