14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils

(photographie de l’autrice)

LE PARC INDUSTRIEL DE VERTOU

Durée de la balade : 30min
Conditions de rédaction : assise sur le bord d’une fenêtre

Le piéton ne semble pas le bienvenu. Je suis là à me promener dans le temple de la voiture, dans une ville au sein d’une ville. Il est facile de s’imaginer les travailleurs utilisant la voiture pour se rendre d’un endroit à l’autre du parc, même à 2 minutes de leur bureau. Là où je suis ça sent l’essence, le bitume chaud. Les camions me frôlent à gauche, un mouton noir se promène dans son petit enclos à ma droite. A pieds je ne suis pas la bienvenue.

Il n’y a pas d’espace sécurisé. Alors que la sécurité est partout autour de moi comme le montre scanneur de badge pour ouvrir les barrières permettant d’accéder aux différentes entreprises. En tant que piéton, pourtant je pourrais facilement passer entre les failles de ces systèmes de sécurité. Car il y a des trous, des petits couloirs entre une barrière et une autre. Trous par lesquels les voitures ne peuvent certes pas passer mais où les piétons eux le pourraient. On pourrait croire que ces trous sont volontaires pour nous laisser passer, mais pour moi ils traduisent surtout qu’il n’a pas été envisagé qu’un piéton puisse essayer de passer, alors pourquoi lui bloquer la route ? Le parc est hostile aux piétons. Les voitures se garent sur les trottoirs quand les parkings sont pleins. Je me retrouve donc à marcher sur la route. Et quand je me replace sur le trottoir, une voiture arrive pour se garer, me roulant à côté. C’est à moi de lui faire de la place, et non l’inverse.

Les pylônes électriques côtoient les châteaux d’eau, les lampadaires, et les chênes, qui résistent, droits entre deux hangars dans un enclos qui leur est dédiés. Un corbeau pique une branche pour partir faire son nid, le chant des mésanges se mélange au grondement des moteurs, se plaignant sûrement de la mauvaise odeur. Le sol n’offre rien, il ne permet rien. C’est moi qui vais à lui. Tout est grand, espacé, je ne suis pas à ma place. Vite que je m’en aille. Vite que je traverse la rue.

Continuer la lecture de « 14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search