Sentier des Arts Faire

Subvenir

Consommer, se soigner, prendre soin de soi et des autres, gagner de l’argent. Des actions que l’on réalise tou·te·s en somme. Pourtant, chez chacun·e·s de nous, ces pratiques prennent des formes différentes, en des lieux divers. Quels sont les moyens déployés pour tirer notre subsistance du monde qui nous est imposé ?

Sous les conseils de Michel de Certeau (L’invention du quotidien, 1980), se sentier vous propose de partir à la rencontre des pratiques ordinaires, créatives, bricoleuses et rusées que nous déployons pour survivre au monde, les manières de faire. Le recours à cette notion permet de penser l’articulation entre visite de sentier, regard porté et discours tenu sur le lieu que l’on traverse. Nous serons alors attentifs aux manières de marcher afin que traverser ce sentier soit déjà prendre part à aux manières de faire présentées, cela, avec l’objectif final de brouiller les limites entre visiteur·euse·s et visité·e·s.

Théâtre de rue

Afin de mettre en œuvre les objectifs précédemment décrits, le sentier est pensé comme une performance déambulée et théâtralisée. Ce sentier scénarisé se compose de plusieurs actes ou tableaux. Chaque tableau est pensé comme une boucle au cours de laquelle se déroule une performance rendant compte d’une facette différente des manières de faires dans le Sud-Ouest de Nantes. Le reste des marches se fait sans discours tenu sur les parties traversées afin de permettre de temps moins formels de rencontre entre acteurs et spectateurs, il est néanmoins prévu de traverser des lieux qui font échos aux manières de faire. De plus, être présent sur le sentier c’est déjà regarder la ville sous le prisme des arts de faire et ainsi les voir là où nos chemins habituels ont tendance à les ignorer.

A chaque étape, les tableaux sont pensés par les acteur·trice·s et habitant·e·s du quartier traversé en partenariat avec les associations de théâtre ancrées dans le territoires. Dès lors les urbanistes, architectes et géographes se font les scénographes de la ville. Chaque tableau est pensé afin de révéler une ou plusieurs manières de faire qui prennent place dans le lieu traversé par le sentier. Le recours au théâtre et ses formes dérivées permet un jeu entre réalité et fiction afin d’une part, produire un discours sur l’espace traversé, d’autre part, révéler l’espace traversé du point de vue de celles et ceux qui le pratiquent tous les jours. Ces derniers ont ainsi le choix de ce qu’ils disent et montrent. Le choix en somme de ce qu’ils veulent donner à voir et comprendre aux spectateur·trice·s.

Les premières prestations se feront alors sur un sentier tracé sur carte et non-aménagé, puis c’est la portée du discours et des visites qui auront pour effet d’infléchir des politiques publiques pour l’aménagement des abords du sentier.

Sentier des arts de faire

Tableau 1_ La mécanique de rue (scénario fictif)

La Soufflerie, un espace de fabrication de concerts, théâtres et spectacles de danse, situé au cœur du quartier du Château (zone QPV), s’empare de l’appel à projet. Le centre socio-culture et l’atelier théâtre du château se joignent au projet ainsi qu’un jeune collectif d’architectes, un urbaniste et une sociologue et des habitant·e·s du quartier affilié·e·s a aucune association. Après quelques mois de préparation, ils·elles sont prêt·e·s à prendre part à la première performance déambulée.

Le 1ère prestation démarre sur un monologue revendicateur : « Chômeurs, inactifs, paresseux, assistés, cas sociaux, … Et si je vous disais que ceux qui ne font rien passent en réalité leurs journées à travailler. ». Nous sommes alors allées de Provence. A notre droite se trouve une longue barre délabrée. A gauche, des voitures sont garées en épi, quelques-unes ont le capo ouvert. De voiture en voiture, les comédiens jouent de courtes scènes évoquant des situations quotidiennes : vidange, réparation de moteur, changement de roue, … certains travaillent seuls d’autres en famille. Très vite, nous arrivons au bout de l’allée, à gauche, l’allée de Touraine dévoile le commissariat de Police de la ville de Rezé, l’occasion pour les acteurs de jouer une interpellation policière : « Deux individus ont été interpelée car ils s’adonnaient à la pratique illégale de la mécanique sauvage. » Nous poursuivons notre chemin rue du lieutenant Monti, à la frontière de la zone QPV, à droite des pavillons à gauche des barres de grand-ensemble, paysage de bordure classique. 

Zoom sur tableau 1_La mécanique de rue

Les spect-acteurs sont invités à intervenir à tout instant, à faire corps avec la proposition, penser des alternatives possibles aux problèmes présentés.  On découvre alors la complexité de la mécanique de rue, son caractère artisanale. On prend à gauche, allée de Guérande, un comédien-mécanicien nous précise : « ici on fait de la mécanique clinique, les garagistes conventionnels prendraient jamais la peine de réaliser des opération si complexes ». On en apprend un peu plus sur les raisons qui sous-tendent ce travail et notamment son caractère nécessaire, de subsistance.

Les effets du sentier

La déambulation invite alors les spect-acteur·trice·s à poser un regard différent sur la mécanique de rue et requestionner la notion de travail. L’inclusion de la mécanique de rue au le champs des arts de faire accorde une valeur positive à ce travail. Les dispositifs en place fondés sur la responsabilisation des chômeur·euses·s qui jusque-là pouvait avoir des effets culpabilisants et se trouver non-adapté à une grande partie des habitant·e·s du quartier changent petit à petit pour laisser plus de place au déploiement d’autres activités, d’autres économies.

Les mécaniciens s’organisent et les architectes les accompagnent. Ils investissent des locaux abandonnés et y aménagent un atelier de réparation mécanique. Le parking, qui souffrait d’une réputation négative chez des architectes et urbanistes fait l’objet d’une attention nouvelle dans le projet de réhabilitation du Château. En effet, alors que jusque-là, les documents officiels détaillaient des intervention massives de rénovation et de démolition aux moyens de grands mailles piétons, d’absence de voitures et qui visaient l’objectif final d’une redistribution des population pour une mixité sociale évoluent vers une proposition plus en accord avec la population actuelle qui y réside et non plus simplement la population nouvelle qu’ils souhaitent attirer.

Tableau 2_ « Jardin des 3 moulins » association ECOS (scénario fictif)

Le second tableau est pensé par l’association ECOS qui choisie de nous faire visiter le Jardin des 3 moulins. Ecos est une association qui mêle pratique artistique, jardinage et sensibilisation aux enjeux écologiques afin de construire un savoir sur les thème de la biodiversité dans l’espace public métropolitain.

L’association nous propose aujourd’hui la visite théâtralisée du jardin des 3 Moulins et les environs du quartiers. On découvre ainsi les jardins familiaux, espaces de stockage et de convivialités pensées par les habitant·e·s eux·elles-mêmes (tables de pique-nique, composteurs,) qui impactent une vie de quartier entière. Ils ajoutent « tout le monde est le bienvenu à tout instant, pour participer au jardin ou simplement se promener ».

Tableau 3 _ « Travail domestique » (scénario fictif)

Le troisième tableau se situe au Parc de Praud. Le rendez-vous est donné au pied du manoir de Praud. C’est cette demeure abandonnée aux fenêtres clôturés de parpaings que l’association des « mamans de Rezé » choisit pour dénoncer la division sexuée du travail domestique.

La visite du manoir puis du parc et des jeux pour enfants rendent compte de la charge mentale qui pèse sur les femmes qui ont en majorité la responsabilité du travail ménager, de la confection des repas, du soins des enfants, du travail éducatif… On les voit à travers une mise en scène calibrée, se déplacer dans l’espace public et porter les courses, pousser des poussettes, s’occuper des enfants… et ainsi rendre compte d’un espace urbain qui souvent oublie de prendre en compte le travail domestique.

Tableau 4_ « Les compagnons » (scénario fictif)

Les compagnons Emmaüs présentent le dernier tableau. Face à leurs locaux à Bouguenais, ils nous proposent une visite axée sur l’accueil, le travail et la solidarité pour les personnes en situation d’exclusion sociale.

Leur prestation montre leur locaux incroyables et les environs du quartier. Partout sur notre chemin, des objets sur le sol (meubles, décoration, électroménager, …) créent une scénographie inattendue.

Fermeture de rideau

Spect-acteurs et spect-actrices restent comme accroché·e·s aux scènes qui se sont déroulées sur leurs yeux, aux expériences qu’ils ont vécues, aux rencontres qu’ils ont faites. Les activités quotidiennes, les gestes banales, la manières de faire et de répondre à nos besoins mais aussi les préjugés perçus comme évidents que parce qu’ils ne sont pas requestionnés, notre usage du sol, de la terre, tous les actes inconscients et pourtant opérants que l’on fait tou·te·s nous placent dans la communauté des habitant·e·s du monde.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search