Domicile Zone

Le projet s’inscrit sur l’île d’Indret, au pied des hauts coteaux de La Montagne et au bord de la Loire sur la rive sud. Sur cette portion de sentier, nous serpentons sur une île d’une grande complexité, de par la richesse et la diversité du patrimoine bâti et paysager, des usages et de la symbolique des lieux. On y découvre un endroit de contrastes, mais aussi un lieu historique et situé, qui donne envie de travailler avec, de faire avec l’existant. 

L’île dans l’île

Aujourd’hui, l’île d’Indret est occupée par le Naval G., une entreprise spécialisée dans la construction navale de défense, qui conçoit ici les moteurs des sous-marins nucléaires. Le groupe détient la majorité du foncier de l’île, et une partie est en zone protégée, c’est-à-dire clôturée et surveillée. Sur l’autre partie, la présence est autorisée mais suspecte : les photographies sont interdites, les gardiens vous gardent à l’œil, le personnel de l’entreprise a constamment un badge autour du cou, rendant sa présence légitime. On ressent très rapidement un lourd secret qui plane et pose le groupe dans les imaginaires comme une figure mythologie de la sécurité, de l’austérité, de l’interdiction.

J’ai tout de même choisi de faire passer le sentier ici, pour donner à voir un autre visage de l’île, un esprit des lieux qui est présent partout.

Continuer la lecture de « Domicile Zone »

In Situ, une expérience respiratoire

Premier constat, aujourd’hui je marche masquée 

Depuis quelques mois la propagation du Covid-19, syndrome respiratoire, nous a amené à nous confiner, à mettre nos souffles à l’écart pour en sauver d’autres (Multitudes, septembre 2020), à rester chacun dans sa bulle en cherchant de « nouvelles formes de connectivité » (Olafur Eliasson, mars 2020). « Je vous demande de rester chez vous », s’exprima Emmanuel Macron le 16 mars 2020 en annonçant le premier confinement. Nous avons vu émerger un monde à l’arrêt, clôturé, avec l’apparition de nouveaux concepts tels que le non-essentiel, les gestes barrières et la distanciation sociale. Les cercles d’un, dix ou trente kilomètres autour du domicile ont dessiné des nouvelles géographies individuelles et fictives. Bulles, sphères ? La crise sanitaire ainsi que les mesures prises pour la combattre, soulignent des inégalités sociales, économiques et environnementales. Or, mis à l’arrêt, routes terrestres et voies aériennes vidées, physiquement immobilisés mais hyper-connectés, confinés nous polluons moins. Un communiqué de presse du 14 avril 2021 publié par la Santé Publique de France a mis en évidence la diminution des décès prématurés à cause de la pollution atmosphérique en 2020, corolaire à la baisse de polluants dans l’air pendant la période du confinement. Immobiliser certaines sources de nuisances donne néanmoins une image fulgurante de leurs dégâts. Aujourd’hui je marche masquée pour éviter d’inhaler ou expirer des particules véhiculant le SARS-CoV-2. Et demain ? Les limites de l’indépendance respiratoire semblent ne plus être de l’ordre de la fiction. Remarquons que même les premières attestations de déplacement incluaient une case à cocher pour sortir « prendre l’air ». Certes essentiel s’aérer, s’oxygéner, reste aujourd’hui réglementé, mais surtout potentiellement dangereux. 

« J’ai avec moi une carte IGN du sud-ouest Nantais imprimée, superposée à un tracé orange. Le rendez-vous de départ était donné à l’arrêt de la navette fluviale de Trentemoult en provenance de Gare Maritime, d’où d’autres marcheurs venant de la rive droite allaient probablement arriver. Le tracé orange part en deux directions et articule une série de six boucles, d’une vingtaine de kilomètres en moyenne. Deux se dirigent vers l’ouest jusqu’au Pellerin, trois vers le sud-ouest jusqu’à atteindre le lac de Grand-Lieu et une dernière réunie les deux directions. L’ensemble du parcours dessine une boucle en forme de croissant de soixante dix kilomètres, les liaisons intermédiaires des sous-boucles ajoutent une trentaine de kilomètres au sentier. Il nous est proposé d’aller au lac de Grand-Lieu prendre l’air ou vers La Montagne s’oxygéner. » 

Une ligne couleur Xanthoria parietina, ou une géographie de nuisances 

Voici une centaine de kilomètres qui vont à la quête des endroits non répertoriés par Google Maps, service de cartographie en ligne démocratisé, à la portée de tous ceux qui possèdent un smartphone et une connexion internet. 

C’était l’hypothèse d’entrée pour tracer cette ligne orange qui donnerait à son fond, le territoire, son identité (Benjamin, 1917).  L’hypothèse du Sentier Insitu/Online a été émise comme une réponse à la situation actuelle que nous traversons. Physiquement isolés, mais hyper-connectés par l’utilisation massive des télécommunications, il était question de contrarier l’aplatissement de nos écrans pour retrouver l’épaisseur du sol que nous habitons. Suivre cette ligne orange avec nos pas était aussi une façon de devenir témoins des écarts existants entre une représentation numérique et la réalité. À la manière de Philippe Vasset, narrateur-enquêteur des zones blanches en banlieue parisienne, allons à la découverte de ces espaces anonymes. Renouer des liens avec notre territoire serait aussi connaître ce qui nous permet de subsister et ainsi pouvoir défendre nos intérêts (Latour, 2018). Le sud-ouest nantais est certes un territoire particulier, où carrières, aéroport, autoroutes, échangeurs, industries, hangars et lignes haute tension s’articulent pour composer un tableau diffus de nuisances. Aujourd’hui nous traversons une crise d’oxygénation à toutes les échelles. Ne serait ce pas l’atmosphère l’élément plus fondamental qui nous permet de subsister ? 

Marche n°1_ Prendre l’air au lac. Retour d’expérience  « J’ai suivi la direction sud-ouest dans le but d’atteindre le Lac de Grand Lieu. Après avoir aperçue la chaufferie de la Petite Californie, j’ai traversé la départementale D723. Un panneau me donne la bienvenue aux Coüets. Rue en montée, elle débouche dans une intersection de venelles, dont «l’impasse des petits pavés ». Le quartier au tissu resserré lui tourne le dos à la voie rapide. Cela évolue rapidement, le tissu urbain se distend, des habitations à un étage se séparent les unes des autres par des jardins et des espaces vides incongrus. Les Couëts, ou le paysage classique du quartier pavillonnaire. Immergée, entre voies sur-bétonnées, venelles et sentiers, je me trouve dans un parcours labyrinthique vertigineux (Berenstein-Jacques, 2005). La topographie des Couëts est particulière. J’apprends en effet plus tard, qu’il a un dénivelé de quinze mètres entre la surface du quartier et ses limites. À savoir le ruisseau de la Jaguère longeant Rezé à l’est et la Nationale 844 entre la porte 51, l’échangeur de Grand Lieu et la carrière désaffectée des Pontreaux à l’ouest. Au nord, la Départementale 723  l’écarte de la zone industrialo-portuaire de Cheviré. Au sud la ligne TER allant vers l’Atlantique et passant entre une deuxième carrière d’enrobés et l’aéroport devient frontière. Lorsque je marche aux Couëts je me trouve sur un plateau surélevé où les repères verticaux de la métropole nantaise (la Tour de Bretagne au centre de Nantes, la Maison Radieuse à Rezé, le pont Cheviré à Bouguenais,…) s’effacent. Le ciel se trouve mis en valeur et prend le dessus sur tous les autres éléments du quartier. Comment l’ignorer alors que le relief même nous mène à lever le regard ? Alors que des arachnides métalliques d’haute tension, symboles de nos besoins numériques, s’érigent comme des cathédrales vers le ciel ? Alors que l’air devient turbulent à chaque atterrissage d’avion ? Si le paysage part du bas pour dynamiser le haut (Corajoud, 2010), ici l’ordre semble inversé. Si ce n’était pas le cas comment expliquer l’emplacement de l’horloge de la place du quartier à mi chemin entre le pavage et les avions ?  Je continue de marcher vers le sud, je passe cette fois-ci au-dessus de la Nationale 844 après avoir longé le Chemin du Moulin du Rocher, sous les pylônes électriques et câbles d’haute tension. Je descends ce rocher uniquement pour remonter et retrouver un point de vu dégagé sur la carrière d’un côté, et le collège et le centre sportif de la Neustrie de l’autre. Plus loin, le Pont Cheviré, la Loire, la Tour de Bretagne… Avant d’atteindre le lac de Grand-Lieu, il faudra longer l’aéroport, le TER, la carrière d’enrobés et les vignes. Une table de pique-nique nous attend devant les pistes pour manger le midi. Nous allons perdre probablement certains curieux ou fanatiques de l’urbex devant la clôture aéroportuaire qui interdit le passage au château abandonné de Bougon. Le lac sera autant clôturé » 

Marche n°2_ Aller à la montagne s’oxygéner. Retour d’expérience « Ici je me dirigerai vers l’ouest, longeant la Loire. Une servitude de passage a été attribuée pour la longue traversée de la Zone Industrielle de Cheviré, sous le poste électrique et le pont. À l’horizon un sentier, et au delà les dunes. Les lignes du réseau électrique haute tension semblent guider mon parcours. De l’autre côté de la Loire, j’aperçois la série d’usines et de bâtiments industriels du bas Chantenay. Il s’agit de mon chemin de retour. D’abord je grimperai La Montagne, pour enfin respirer. Cette fois-ci je prendrai le bac à Indret pour rentrer. » 

Marcher au sud-ouest, quelles conclusions ?

Nous nous sommes surtout confrontés à des paysages industrialo-portuaires ou des hubs de transport. Une figure constante : celle de la clôture, la barrière, la limite physique qui nous empêche d’y accéder, tout en nous observant, (télé)surveillant, sous prétexte de danger. L’atmosphère et les polluants ne s’arrêtent pas aux limites physiques. Avez vous bien respiré ? Sur ces mêmes clôtures, vous avez aperçu des tâches jaunes, texturées. Attardez vous un moment et rapprochez vous, cernez le regard dans ces point, oubliez l’horizon. N’hésitez pas à toucher la pollution industrielle du doigt grâce aux lichens (Gramaglia, Dauphin, 2017). 

Marche n°3_ Sur les chemins de la biosurveillance lichénique. Prospective narrée «Le parcours quun jour nous a ramené aux pollueurs de l’air, est aujourd’hui un chemin de participation citoyenne pour permettre à tous les habitants et toutes les habitantes de connaître la qualité d’air qu’ils et elles respirent. Le sentier in situ, est devenu un expérience respiratoire. À chaque boucle est associée une estimation de la qualité de l’air, identifiable grâce à un code colorimétrique, lui même faisant écho aux couleurs des espèces de lichens présents, plus ou moins sensibles aux polluants. Les Xanthoria parietina, lichens de couleur jaunâtre, ont une bonne résistance aux polluants. Les couleurs des boucles des sentiers peuvent évoluer. Dans un scénario de décroissance du trafic aérien, la boucle longeant les clôtures du hub aéroportuaire pourrait peut être un jour cesser d’être jaune... Le quartier d’habitations des Couëts est depuis le début au centre de la boucle globale, poumon inhalant une grande partie des polluants atmosphériques de la zone. La mise en lumière de l’hypoxie des Couëts a mené à la création d’un centre de biosurveillance lichénique participative et a ouvert le débat sur la respirabilité de ce quartier, notamment en matière d’inégalités environnementales. Les centres sportifs déjà présents se positionnent aujourd’hui comme des potentiels sites pour l’expérimentation avec des prototypes architecturaux permettant de rendre l’activité physique moins dangereuse face aux menaces de l’atmosphère. La marche reste une expérience physique « qui nous tient et nous maintient debout par la rythmique des appuis au sol à laquelle participe tout le corps, elle nous propulse à chaque pas vers le ciel. Sol et ciel. La marche invente un jeu de couplage et découplage entre le haut et le bas. » (Amar, 2016). Aujourd’hui, les marcheurs sont invités à coordonner le rythme de leur pas avec celle de la respiration. Il s’agit de la marche afghane, technique qui permet de créer une cohérence entre le système respiratoire et cardiaque du corps. Et si nous appliquons cette technique de coordination à l’ensemble des systèmes terrestres ? » 

Le sentier In situ, une expérience respiratoire – l’épaisseur du territoire contre l’aplatissement numérique- Le tracé
Le sentier In situ, expérience respiratoire – Cartographie narrative

 

Mais qu’y a-t-il derrière ?

 

Cette enquête commence au travers de deux perceptions: la première derrière des grillages et une dense végétation ; la seconde plus en hauteur, depuis un siège coloré du TER vers Pornic. Nous sommes toutes deux troublées par ce paysage minéral profond qui nous semble tout droit venu d’ailleurs. Sa proximité avec les habitations nous interroge. Nous revenons quelques jours plus tard, vêtues de notre curiosité, et décidons d’aller au-delà des barrières, des barbelés et de la végétation afin d’approcher au plus près de cette cicatrice du sol.

Nous voilà désormais surplombant la carrière des Maraîchères profonde de 120 mètres, couplée de son usine d’enrobé à l’odeur brûlée, marqueurs strictement cachés de l’anthropisation de la métropole. Une des premières questions qui traversent notre esprit porte sur le devenir de cette carrière dans une zone à la fois occupée par des habitations, de grands axes de circulation, une voie ferrée et un aéroport. Ce cratère artificiel aujourd’hui délaissé serait apparemment destiné à être comblé dans les prochaines années, à l’image de sa voisine un peu plus au nord, la carrière des Pointreaux.

Continuer la lecture de « Mais qu’y a-t-il derrière ? »

du fleuve au fleuve, par les ruisseaux et les marais, les paysages de l’eau

Inspiré les lectures des récits de Sylvain Tesson, dont les mots sont d’agréables compagnons de marche

Ce sentier se déroule le long du fleuve et va à la découverte de ses affluents. Au fil de ses différentes haltes et détours, c’est toute une multitude de paysages différents qui se succèdent et que nous allons parcourir. Nous débutons donc à la pointe ouest de l’Ile de Nantes, l’un des symboles forts et paysage de carte postale de la ville de Nantes elle-même.

Mais l’histoire a déjà commencé, sans nous attendre, en effet, ce fleuve que nous allons longer sur approximativement quinze kilomètres, a pris sa source à près de mille kilomètres en amont pour traverser la France d’Est en Ouest et son bassin versant capte les eaux d’un territoire comptant pour un cinquième de la superficie de la France. Nous nous trouvons également à l’endroit même où le fleuve est considéré sous régime maritime, les limites précises où s’arrêtent le régime fluvial étant le pont Anne de Bretagne sur le bras nord de la Madeleine et le pont des trois continents du bras sud de Pirmil que nous allons emprunter sous peu.

Pour cela nous longeons tout d’abord le quai Wilson qui a vu cesser son activité assez récemment en janvier 2000 suite à l’évolution du trafic maritime dont la jauge des navires ne cessait d’augmenter et que la profondeur du fleuve à cet endroit ne satisfaisait plus à ces exigences. Aujourd’hui à l’aube de sa reconversion (la dernière phase de réaménagement de l’Île de Nantes débutant), ce quai abritera de ses arches de pierres un nouveau parc qui fera écho aux berges naturelles sur la rive sud lui faisant face à Rezé.

En empruntant le pont des trois continents mis en service en février 1994, nous atteignons la rive sud et ses anciennes îles comblées. Ce pont supporte un important flux routier, générant sentiment d’insécurité piétonne, gène olfactive et sonore, et est aussi le dernier moyen jusqu’à l’embouchure, pour nous piétons, de traverser la Loire sans recourir à l’intermittence des bacs en aval. La Loire à quelques mètres sous nos pieds paraît calme, mais elle est animée par un puissant courant pouvant charrier des objets flottants volumineux et potentiellement dangereux pour la navigation.

Arrivés donc sur la rive sud, le village de Haute Île fait figure de dernier bastion de résistance, témoin d’un modeste passé portuaire, aujourd’hui ceint de grands entrepôts, demain de non moins grands édifices de logements, ce village emblématique, comme ceux de North House et Trentemoult que nous rejoindrons plus tard, tente vaillamment de résister au féroce processus de gentrification.

Franchir la passerelle de bois au-dessus de l’écluse régulant le flux de la Sèvre Nantaise nous permet d’atteindre la pointe de Pirmil, un délaissé de verdure bloqué par le nœud multimodal de transport promut lui aussi à une imminente et massive bétonisation.

Le paysage résolument urbain qui nous a accompagné depuis le début va très rapidement s’effacer et passer en second plan dès lors que nous allons suivre les bords de la Sèvre Nantaise. Les jardins des demeures cossues qui la bordent sont la mémoire du passé portuaire de Nantes au XVIIe siècle où Louis XIV fit de lui la destination privilégiée d’import et d’acclimatation de végétaux. Bien que très aménagées, ces rives conservent un aspect plus naturel que l’autre affluent nantais de la Loire, l’Erdre.

Nous bifurquons vers le Sud en remontant l’Îlette et nous gravissons un relief plus marqué que les douces pentes des berges précédentes, le paysage se resserre autour nous. Les anciennes tanneries de la Rousselière (1850) qui bénéficièrent de l’eau du ruisseau, réhabilitées en logements, nous exposent fièrement leurs façades de briques, de métal et de verre alors que nous passons à côté d’elles.

Notre chemin atteignant l’a priori infranchissable périphérique, un détour s’impose par le village de la Verterie où une serre maraîchère semble bien isolée de ses sœurs en amont de la Loire. En passant finalement le périphérique, nous longeons par le Nord le bourg des Sorinières, d’abord par un couloir vert ménagé comme zone tampon entre les plus récents lotissements résidentiels, puis à travers les zones humides du nouveau Marché d’Intérêt National pour replonger vers la Loire à travers l’étroite vallée de la Jaguère qui se cache à Rezé. Nous sommes alors dans un étroit corridor de verdure, un peu encaissé, et l’on pense alors être à bonne distance de la ville qui ne se cache pourtant que derrière les premières rangées d’arbres.

Un crochet par une icône dont il est difficile de ne pas noter la présence lorsque l’on fréquente les bords de Loire à Nantes, la Maison Radieuse (Le Corbusier, 1955), nous mène ensuite au site archéologique de Ratiatum, vestige d’une activité portuaire en bord de Loire entre les Ier et IIIe siècles.

Nous sommes à nouveau pris dans l’activité effervescente de la ville lorsque nous traversons le boulevard du Général de Gaulle et la zone commerciale d’Atout Sud et un nouveau contraste s’établit dès lors que nous rejoignons les quais de Trentemoult où nous retrouvons la majesté du fleuve. C’est ici également qu’apparaissent les installations industrielles du Grand Port Maritime de Nantes Saint Nazaire sur la rive opposée avant que nous ne nous confrontions directement à elles.

C’est une friche et le profond fossé du cours détourné du ruisseau de la Jaguère en limite Ouest de Trentemoult qui nous empêche de suivre la Loire au plus près. Nous allons donc dans un premier temps devoir éviter l’enceinte close de grillages du port de Cheviré par le Sud et la route départementale de Pornic très fréquenté. Ici le paysage se distant, fini les pavillons individuels et leurs jardins, place aux grandes voies de circulation et aux volumineux parallélépipèdes des entrepôts. Il est enfin possible de pénétrer dans cette zone qui semble défendue par l’entrée centrale du port. En se dirigeant alors directement vers la Loire au Nord, une fois quittée la voie la plus usitée par les poids lourds, une étrange impression nous étreint, celle d’une apparente inactivité, le bruit ambiant n’étant pas plus intense que celui du trafic en plein centre de Nantes par exemple. Le piéton ne semble manifestement pas avoir sa place dans cet endroit non plus au vu de l’absence d’aménagement viaire. La Loire elle-même semble avoir disparu, les hangars, silos et autres bâtiments des ports de la Roche Maurice et du Bas Chantenay constituent la toile de fond du décor, il faut se trouver à moins de cent mètres des quais pour que la différence de niveau ne tende plus à la masquer. L’immense objet qu’est le pont de Cheviré continue à vous plonger dans cette ambiance presque surréelle car, selon votre position et le sens du vent, le bruit généré par les automobiles sur son tablier peut être à peine audible. La traversée de cet espace termine comme elle a commencé, par une friche, celle de l’Île Botty qui, comme toute les autres, fut remblayée et stabilisée grâce aux sables issus des dragages du lit de la Loire.

En face se trouve le village de Port Lavigne, un Trentemoult miniature, qui mène aux artificielles dunes de sable de l’île de la Fourche dans un paysage redevenu verdoyant, les végétaux permettant de fixer ces reliefs créés par l’Homme.

A l’horizontalité des prés traversés s’oppose ensuite la verticalité de la falaise et de l’ancienne carrière qui abrite aujourd’hui la base de loisirs de la Roche Ballue, celle-ci procure sans doute aux habitants de cette zone de la métropole nantaise le plus proche lieu de baignade en eaux naturelles avant l’océan.

Roche que l’on longe jusqu’à la bien nommée commune de La Montagne qui de son surplomb domine le lit majeur de la Loire. Puis vient l’île d’Indret qui semble fonctionner en toute autarcie : des logements à l’usine, de l’église à la médiathèque, du château d’eau à la station d’épuration, et cet énigmatique tube rouge émergeant de la Loire… Une installation de Jimmie Durham pour l’aventure artistique Estuaire en 2009.

Nous entamons ensuite la seconde boucle vers l’intérieur des terres avant de retrouver une dernière fois les berges de la rive sud de la Loire. L’ascension de La Montagne et la traversée de la départementale menant à l’océan se fait en suivant le chemin de l’eau créé par l’Homme vers le point culminant de la commune de Brains où se situent deux châteaux d’eau qui doivent probablement être les points de départ du réseau d’adduction en eau potable pour plusieurs des communes à proximité. En basculant de l’autre côté du bourg vers l’ouest, nous rencontrons un réseau hydrographique plus ancien, mais tout aussi contrôlé : l’Acheneau et ses douves de drainage, ses marais et ses prés. Le retour vers la Loire se fait enfin en visitant les puits Saint-Jean-de-Boisseau et en traversant le fleuve depuis Le Pellerin pour retrouver le Paradis à Couëron.

Ce sentier au fil de l’eau permet de voir les différents usages qu’il en est fait : zones humides « techniques » (drainage, bassins de rétention ou d’orage, activités industrielles et de transport, pompage et adduction d’eau potable, traitements des eaux usées), zones naturelles protégées Natura 2000, zones récréatives et de promenades.