Domicile Zone

Le projet s’inscrit sur l’île d’Indret, au pied des hauts coteaux de La Montagne et au bord de la Loire sur la rive sud. Sur cette portion de sentier, nous serpentons sur une île d’une grande complexité, de par la richesse et la diversité du patrimoine bâti et paysager, des usages et de la symbolique des lieux. On y découvre un endroit de contrastes, mais aussi un lieu historique et situé, qui donne envie de travailler avec, de faire avec l’existant. 

L’île dans l’île

Aujourd’hui, l’île d’Indret est occupée par le Naval G., une entreprise spécialisée dans la construction navale de défense, qui conçoit ici les moteurs des sous-marins nucléaires. Le groupe détient la majorité du foncier de l’île, et une partie est en zone protégée, c’est-à-dire clôturée et surveillée. Sur l’autre partie, la présence est autorisée mais suspecte : les photographies sont interdites, les gardiens vous gardent à l’œil, le personnel de l’entreprise a constamment un badge autour du cou, rendant sa présence légitime. On ressent très rapidement un lourd secret qui plane et pose le groupe dans les imaginaires comme une figure mythologie de la sécurité, de l’austérité, de l’interdiction.

J’ai tout de même choisi de faire passer le sentier ici, pour donner à voir un autre visage de l’île, un esprit des lieux qui est présent partout.

Continuer la lecture de « Domicile Zone »

Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Continuer la lecture de « Les mécaniques du sable »