La Loire, territoires liquides

Tout au long de la Loire, nous sommes confrontés à une zone de territoires liquides qui changent de forme et d’essence indépendamment de l’homme. Les territoires atteints par le sentier ont radicalement changé au cours des siècles et continuent de se modifier aujourd’hui. Ce sont des espaces naturels de grande valeur écologique tout autant que fabriqués par une histoire qui risque de tomber dans l’oubli.

Ile la Motte, Indre

L’histoire de cet estuaire nous apprend que la Loire était autrefois couverte de petites îles vertes ; aujourd’hui incorporées aux rives du fleuve, elles sont des prairies ou des marais. Dans de nombreux cas, ils ne sont pas accessibles ni même visibles de loin. Elles perdent leur importance dans la ville qui grandit et englobe la nature. Cela n’est pas seulement dû aux événements comme les marées hautes ou la végétation envahissante, mais aussi à la façon dont l’homme modifie la zone. Pourrions-nous imaginer visiter ces zones comme s’il s’agissait encore d’îles ? En suivant les voies d’eau, la rivière et les canaux qui les entourent ? Les îles ne sont pas seulement des espaces physiques, géographiquement localisées et délimitées, elles sont aussi des entités mentales, des lieux imaginaires, des modèles intellectuels, des motifs pour la création littéraire et artistique.

D’où l’idée d’une île utopique, un lieu idéal qui n’existe pas. La tentative sera de rendre cette utopie aussi réelle que possible, un lieu où le promeneur peut s’arrêter et apprécier la nature environnante, au sein d’un village insulaire, pour un tourisme attentif et sensible aux questions de nature et d’écologie.

L’isola che non c’è – L’île qui n’est pas là

GUIDE RAPIDE DE LA MARCHE

où ? Le long de la Loire 

quand ? En deux jours de marée basse 

pour combien de temps ? 52 kilomètres 

comment ? Avec imagination et perspicacité historique 

L’itinéraire vise à atteindre différents endroits le long de la Loire afin de déterminer dans quelle mesure l’homme a influencé et modifié la nature et vice versa. Cette marche permet d’évaluer les lieux habités, intacts, fréquentés, préservés, touristiques, inaccessibles, à deux pas de la ville. 

Nous rencontrerons des îles, des vallées et des marais dont l’homme ne peut avoir le contrôle total ; des zones qui ont existé autrefois et qui existent encore aujourd’hui sous une forme différente ; des lieux qui ont été modifiés par le passage de l’homme et de l’eau. Il sera essentiel d’avoir une vision historique du lieu, en imaginant, là où il y a aujourd’hui des marais, de grandes îles vertes entourées par le fleuve. Il sera important de pouvoir remonter dans le temps et d’imaginer une Loire plus large et plus fragmentée, tachetée de vert. 

Donc la marche suit le cours de la Loire, le marcheur se laissera porter par le courant d’île en île, se heurtant parfois à des obstacles naturels qui lui permettront néanmoins d’admirer la beauté de la nature dans l’une de ses formes les plus sincères. 

Le marcheur sera guidé par l’eau à chaque étape de sa marche, qui dépendra des conditions de la rivière à un moment donné. Le niveau de l’eau et les conditions du sol peuvent changer rapidement, rendant certaines zones impraticables, seulement observables de loin ou, au contraire, seulement temporairement accessibles. 

Domicile Zone

Le projet s’inscrit sur l’île d’Indret, au pied des hauts coteaux de La Montagne et au bord de la Loire sur la rive sud. Sur cette portion de sentier, nous serpentons sur une île d’une grande complexité, de par la richesse et la diversité du patrimoine bâti et paysager, des usages et de la symbolique des lieux. On y découvre un endroit de contrastes, mais aussi un lieu historique et situé, qui donne envie de travailler avec, de faire avec l’existant. 

L’île dans l’île

Aujourd’hui, l’île d’Indret est occupée par le Naval G., une entreprise spécialisée dans la construction navale de défense, qui conçoit ici les moteurs des sous-marins nucléaires. Le groupe détient la majorité du foncier de l’île, et une partie est en zone protégée, c’est-à-dire clôturée et surveillée. Sur l’autre partie, la présence est autorisée mais suspecte : les photographies sont interdites, les gardiens vous gardent à l’œil, le personnel de l’entreprise a constamment un badge autour du cou, rendant sa présence légitime. On ressent très rapidement un lourd secret qui plane et pose le groupe dans les imaginaires comme une figure mythologie de la sécurité, de l’austérité, de l’interdiction.

J’ai tout de même choisi de faire passer le sentier ici, pour donner à voir un autre visage de l’île, un esprit des lieux qui est présent partout.

Continuer la lecture de « Domicile Zone »

Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Continuer la lecture de « Les mécaniques du sable »