Le sentier de l’arbre comme monde

“Parmi tous les végétaux, l’arbre aurait encore un autre attrait, beaucoup plus mystérieux et grandiose celui-la. Parce que sa longévité est immense, parce qu’il est l’image d’un rassemblement de forces éternelles, parce que sa “verticalité ascensionnelle” unit la terre au ciel en traversant le domaine des hommes, l’arbre semble le plus approprié de toute rêverie cosmique” Francis Hallé, Eloge de la plante [35] 

Pendant les marches collectives, nous avons traversé différents paysages du quadrant sud-ouest allant de l’urbain au rural. La présence d’une grande variété d’arbres m’avait fortement marquée. Que cela soit les alignements bordant les routes, les arbres le long des berges, les différentes haies dans le paysage bocager ou l’arbre solitaire au milieu des champs. Quelques espèces rares de ces arbres ont attiré l’attention du CAUE et le Conseil Général, qui les ont classés comme étant arbres remarquables. Il faut noter que la notion d’arbres remarquables évolue selon les époques et les observateurs. Si un arbre commun aujourd’hui est d’une espèce décimée, il sera donc remarquable demain ; au contraire si un arbre était extrêmement rare il y a des années, il devient  complètement banalisé dans tous les coins et jardins de la ville.

Ce sentier suggère donc d’aller à la rencontre de ce patrimoine vivant, dans le quadrant sud-ouest, en empruntant uniquement des chemins de terrains boisés et agricoles, afin de découvrir les différents paysages naturels enfouis au cœur de la métropole nantaise.

Le tracé est imaginé  comme une partie de chasse au trésor. Vous aurez chacun une carte avec l’emplacement approximatif de l’arbre en question ainsi que quelques descriptions pour le reconnaître. Il ne s’agit pas d’être expert, mais plutôt de prendre le temps de contempler ces êtres vivants. Comme Francis Hallé le dit : “Pour comprendre un arbre, il faut tourner autour, y passer du temps.” 

Je vous propose donc de vous munir d’une carte, d’une bonne paire de chaussures, et de suivre le sentier des arbres comme monde. 

Le départ s’effectue de la gare de Pirmil, direction le tilleul de Rezé. Cet arbre est identifiable à ses feuilles en forme de cœur, vertes sur la face supérieure et blanchâtres sur la face inférieure. Si vous pratiquez le sentier en été, il faut savoir que le tilleul à partir de juillet porte des petites fleurs groupées, très odorantes, dont le nectar attire les abeilles. Pour s’y rendre, vous longerez les bords de la Sèvre dans une longue allée de platanes, vers les bois des Roches Vertes. N’hésitez pas à vous concentrer sur les sons. Pendant le passage de la gare de Pirmil aux bords de la Sèvre, plus vous avancerez, plus le brouhaha des voitures, des bus, des tramways disparaîtra peu à peu dans les bruissements des platanes. Une fois sorti des Roches Vertes, il faudra traverser la Sèvre, et prendre la route des châteaux d’eau direction le parc de Praud, le Tilleul de Rezé est à 100 mètres d’un parc de jeux pour enfants. 

De la, il faudra trouver l’orne de Saint-Aignan de Grand Lieu. Nommé par les habitants de la commune l’orne survivant. Il est l’un des rares de son espèce à avoir survécu à la graphiose, une maladie mortelle, apparue en Europe vers les années soixante. Cet arbre est connu pour être particulièrement présent sur les zones littorales, car il résiste bien aux embruns et son bois ne pourrit pas dans l’eau. Sa présence à Saint-Aignan de Grand-Lieu renvoie à sa proximité au lac. Pour s’y rendre, vous continuerez à marcher le long de la rue de Praud, en passant les jardins du Vert Praud, jusqu’au pont traversant le périphérique. Je vous propose de faire une pause une fois le pont traversé. Jusqu’ici, vous avez marché le long des parcs et jardins, le passage sur ce pont coupant le périphérique est un rappel que nous sommes toujours au cœur de la métropole.

Je ne sais pas vous, mais pendant ma marche, cela me semblait anecdotique d’être en quête d’un arbre rare datant de plusieurs siècles, mais pour m’y rendre la métropole m’oblige à traverser un objet propre à l’urbanisation de nos villes : les routes périphériques. A partir d’ici, vous marcherez sur les bords de la métropole, le paysage change, les constructions seront petit à petit remplacées par de large champs bordés de haies. Il faudra suivre une longue départementale traversant cinq hameaux direction Saint-Aignan de Grand-lieu. Après deux petites heures, si tout se passe bien, vous serez censé être dans le bourg de la commune. L’orne se trouve en face de la poste, sur le parking de la mairie. Il garde sa place depuis le Moyen Age, arbre de justice il était planté ici sur une butte seigneuriale. Les magistrats et les seigneurs rendaient justice sous son ombrage. Le paysage dans lequel il se trouve a peut être bien évolué mais l’orne survivant reste inchangeable. 

Pour garder cet air de divinité, le prochain arbre à trouver est le pin parasol de Bouaye. Pour cela vous borderez le lac de Grand Lieu (surtout n’espérez pas voir le lac, car il n’est entièrement visible que en hauteur dans les observatoires ornithologiques de la réserve)  direction la Jouetterie, où il faudra remonter vers le hameau de la Lézinière. L’arbre se trouve sur votre gauche, dans les vignes. Il est facilement reconnaissable, ses aiguilles sont longues et groupées par deux, il possède une écorce brun rouge, épaisse et très crevassée, c’est sa silhouette caractéristique, en forme de parasol, qui lui a donné son nom. On raconte que sa présence isolée dans les vignes est liée à la religion protestante : suite à la révocation de l’Edit de Nantes en 1685, les familles protestantes auraient signalé leur présence par la plantation d’un pin parasol. Cette silhouette, visible et reconnaissable de loin, avait pour fonction d’avertir les pasteurs itinérants et tous les adeptes de la Réforme de la présence d’un lieu d’accueil.  

Certains arbres ont été plantés pour des raisons bien spécifiques, d’autres naissent de grands hasards. Le prochain arbre sur la carte à trouver, est le chêne de Saint Mars de Coutais. Pour cette partie du sentier, il vous sera favorable d’avoir une paire de bottes et de ne pas avoir peur de se salir. Vous marcherez au fil des cours d’eau, traversant terres sèches et prairies humides. Du pin parasol revenez vers le hameau de l’étier. Après avoir traversé le bourg, vous vous trouverez face à une impasse non loin de Bouaye nommée la rue du port. Devant vous se trouvera une passerelle en bois. Attention ! Vous entrerez dans une zone naturelle protégée. Les grands rassemblements d’arbres ne laissent pas deviner que vous êtes sur la rive nord de l’Acheneau, déversoir du lac de Grand-lieu. Vous avancerez sur la passerelle, si vous effectuer cette marche l’hiver, il faudra faire demi-tour, joindre la maison du lac, direction le vannage de Bouaye pour retrouver le chêne, si vous êtes en êtes, le niveau d’eau est sensé être bas, vous êtes sensé apercevoir un bac à chaîne attaché à l’extrémité de la passerelle permettant de traverser vers la rive sud de l’Acheneau. Si vous êtes plusieurs, il faudra monter quatre par quatre, l’un de vous devra tirer la chaîne pour faire avancer le bac.

Si tout se passe bien, vous devrez être sur une digue bordée de chênes. Défilez lentement la digue. Il vous est conseillé de faire une marche silencieuse. Profitez des sons des aigrettes et des hérons. Après quelques minutes de marche, vous verrez une maison apparaître, il s’agit de la maison de Guerlain, ancien propriétaire du Lac. Vous y trouverez probablement des visites guidées sur l’histoire de la réserve. A la sortie de la maison, vous verrez la fin de la digue, marquée par un vannage, le vannage de Bouaye. Deux propositions s’offrent à vous : rejoindre la départementale D264, la suivre jusqu’a la première sortie à gauche direction la Basse cour, ou, continuer le long de la digue traversant la départementale vers un chemin en bois se cachant en contrebas de la départementale, traversant une prairie humide le long de l’Acheneau de l’autre côté du vannage. Il s’agit du chemin observatoire. Si vous l’empruntez, deux choix se présentent à nouveau. Vous pouvez le traverser à 1 mètre 50 du sol jusqu’au bout, ou monter en hauteur vers les arbres de bordures pour avoir une vue lointaine du chêne de Saint-Mars de Coutais ainsi que tout le paysage bocager qui l’entoure. Le chêne de Saint-Mars de Coutais se trouve solitaire dans un terrain privé, abritant quelques vaches. Cet arbre a poussé ici spontanément, il est né d’un gland provenant vraisemblablement des chênes situés un peu plus loin. Peut être l’un de ceux rencontrés le long de la digue. Il ne nuit pas aux cultures. Le terrain sur lequel il se trouve est trop humide pour la moindre production. Ce chêne a une allure typique de l’arbre isolé, c’est d’ailleurs cette position d’arbre solitaire et ce port majestueux qui lui confèrent une protection informelle. Le chêne que vous devez trouver par la suite n’a pas lui gardé son statut d’arbre isolé. 

Il s’agit de l’avant dernier arbre sur votre carte, le chêne de Sainte Pazanne. Pour s’y rendre, vous suivrez la D264, allant de La Basse cour jusqu’au bourg de Saint-Mars de Coutais. Le paysage bocager de cette commune explique l’importance donnée au chêne solitaire. L’agriculture est l’activité principale dans cette commune. D’ailleurs, vous verrez sur votre chemin une ferme collective située sur le hameau du Butay. Les agriculteurs se regroupent ici afin de mieux faire connaître leur production. La ferme est facilement repérable grâce à un moulin, pas loin des terres de vignes. Après une petite pause dans la collectivité, vous continuerez votre chemin vers le bourg de Saint-Mars de Coutais, un autre bac à chaîne comme celui rencontré au village de l’étier vous attend afin de retraverser l’Acheneau, direction Sainte Pazanne. Le chêne se trouve cette fois en plein centre-bourg, dans un espace vert derrière un petit magasin. Il y a encore peu de temps, cet arbre était isolé dans un champ, éloigné de l’urbanisation. Son propriétaire le mettait à la disposition des habitants lors des journées d’actions catholiques, tel un arbre à palabre, il rassemblait sous sa frondaison l’ensemble des participants. Le “grand chêne Bonneau” était alors un lieu d’échanges et de contacts. Le temps passe, le bourg s’étend petit à petit, la municipalité achète le terrain et souhaite tout de même conserver l’arbre. Aujourd’hui, un lotissement se dresse à ses côtés et le vieux chêne se retrouve dans un petit espace vert.  

Vous entrez dans le dernier tronçon de ce sentier, depuis les limites de la métropole vers son centre, traversant les grands marais de l’Acheneau direction le camélia de la Montagne. La Loire-Atlantique a une relation particulière avec le camélia. L’arbre était depuis son importation de Chine au XVIIIe siècle considéré comme une plante d’orangerie. C’est Ferdinand Favre, maire de Nantes et passionné d’horticulture, qui a adapté cet arbuste délicat à la culture en plein air. Le camélia de la Montagne rappelle ce passé botanique. L’arbuste, qui s’étale sur près de 9 mètres de long, est un des plus vieux camélias du département. Cet arbre se trouve sur la place de l’église dans un petit jardin à l’angle du passage Beaune. Une fois devant, vous serez officiellement à la fin de ce sentier, le sentier de l’arbre comme monde. Le retour à la gare de Pirmil se fera depuis l’arrêt du cimetière à la Montagne, vous prendrez le bus 78 direction Neustrie, ensuite le tramway 3 direction Pirmil. 

J’espère que ce sentier vous a permis de mieux connaître le territoire grâce à l’histoire transmise par son patrimoine arboré. Car chaque arbre remarquable, est classé non seulement pour sa beauté mais surtout pour le témoignage qu’il porte des terres qui l’entoure, un marqueur dans l’histoire qui reste inchangé face à l’urbanisation de la métropole. 

Ci-dessous le lien pour consulter le sentier sur google maps. https://www.google.com/maps/d/u/0/edit?mid=1TAT7NHBduBXpD9rU3bfRWGY4TgsEPkdQ&usp=sharing

Eric Hazan – Une traversée de Paris

Pour cet article, je me suis principalement appuyée sur le livre d’Éric Hazan paru en 2016 “Une traversée de Paris” 

Allégorie de la démarche d’Éric Hazan

“Cette traversée elle suit ma vie”

D’Ivry à Saint-Denis, Éric Hazan entame une traversée de Paris qui durera 1 an. Il dit s’être muni, comme Zola de son temps, d’un carnet et d’un crayon, dans lequel il notait ses observations tout en marchant. 

Cet itinéraire choisi “sans réfléchir”, n’était finalement pas anodin; il s’avère suivre les méandres de son existence; depuis son enfance en passant par ses études, son activité de chirurgien jusqu’à l’édition qu’il pratique depuis les années quatre vingt. Ses intérêts personnels deviennent les fils conducteurs de la traversée. Son métier d’éditeur l’élève en fin connaisseur de librairies, il en fait donc des points remarquables, ponctuant sa marche, riche d’anecdotes. Il en est de même pour le récit des insurrections parisiennes, sujet qui anime “L’historien des barricades”. Eric Hazan, ne cache pas ses convictions tant dans ses livres que dans son activité, il est le fondateur des éditions La fabrique qu’il décrit “à la gauche de la gauche”.  

“C’est dans le détail qu’on arrive à comprendre quelque chose et non dans les grandes synthèses” 

Sa traversée, qui pourrait s’effectuer en une journée de marche soutenue, a duré un an. C’est une marche lente, une dissection minutieuse de son environnement qui lui a permis d’écrire son récit. Il laisse ses souvenirs remonter, croise son expérience avec celles des grands écrivains de Paris comme Honoré De Balzac, Walter Benjamin, Charles Baudelaire, mais également avec la grande histoire. C’est un entremêlement de divers récits, des plus communs aux plus individuels. Les espaces qu’il traverse cumulent ainsi diverses temporalités et divers points de vue qui soulignent le mouvement constant de la ville. Cet entremêlement de savoirs lui a parfois demandé d’approfondir certains domaines de connaissances, c’est le cas de l’architecture contemporaine. Il y a donc une traversée sensible du territoire, mêlée à une enquête qui révèle les choses qu’on ne voit pas, ou qu’on ne voit plus. 

-Eric Hazan, Une traversée de Paris, Seuil, 2016

https://www.franceculture.fr/emissions/un-autre-jour-est-possible/un-autre-jour-est-possible-mardi-14-juin-2016

https://www.franceculture.fr/emissions/series/eric-hazan

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search