Les femmes rurales

Le trouble a commencé par un questionnement. Où la ville commence et où la campagne se termine. Et inversement. Comment ces lieux, noms, concepts qu’on dit s’opposer, coexistent plutôt en étant superposés ? C’est cette superposition qui m’a troublée. Notamment les questions de seuils entre la boue, la terre labourée des champs et le goudron des routes. Les résidus de terre qui s’étalent sur le goudron qui a lui-même empiété sur la matière terre. Le passage de l’un à l’autre, cette superposition, ces strates m’ont inspiré le temps. Le temps qui passe, qui se stratifie et les époques qui se superposent les unes aux autres.

Puis en marchant à la recherche de ces seuils de temps, je suis tombée, un peu par hasard, sur un lieu que ne pouvais décrire. Mais là, au cœur du hameau de la Bouteillerie, se trouvait ce qui, je l’apprendrai plus tard, est un commun de village. Dans ce hameau, une terre inculte (et sa marre communale) transformée en aire de pique-nique et bibliothèque partagée.

(Elsa Foucault)

Je commence alors à chercher à en apprendre plus sur ces communs de villages, que sont-ils ? A quoi servent-ils ? Ces communs, de villages, appartiennent à partir de 1330 de manière inaliénable et indivisible aux habitant.e.s. Ils ont des véritables marqueurs de la vie et de la société villageoise de l’avant-guerre. L’ancienne coutume de Bretagne (1330) avait pour but de donner une propriété à celleux qui n’en avait pas. Au XIX et XXe siècles, les communs de villages servaient avant tout à partager certains usages et équipements qui n’étaient pas encore individualisés : fours, lavoirs etc.

Ces lieux, étaient centraux dans la vie des habitants mais surtout des habitantes. Les hameaux du vignoble nantais ce sont en majorité installés suite au développement des vignes, et leurs habitant.e.s travaillaient dans les vignes. Les hommes étaient vignerons, ou du moins viticulteurs, et les femmes également, par mariage.

1Localisation des communs de village dans le vignoble nantais
Continuer la lecture de « Les femmes rurales »

Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains

Inclure les hameaux dans la transition du territoire

Suite aux marches effectuées aux marges de la métropole et à l’enquête menée sur ce territoire, dont vous pouvez retrouver les compte-rendus ici et ici, je me suis interrogée sur la possibilité de vivre durablement au quotidien dans les villages et hameaux de la métropole nantaise.

Revenons dans un premier temps sur la situation de ces territoires que j’ai explorés. Ils se concentrent aux marges de la métropole, à sa limite administrative, éloignés des pôles urbains denses des communes de Carquefou, Nantes, Thouaré-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire et Mauves-sur Loire, à l’écart des grands axes de circulations desservis par les transports en commun. Je suis allée visiter ces lieux et rencontrer leurs habitants qui m’ont confié une partie de leur quotidien. Là-bas, on habite encore dans des hameaux, que les habitants aiment appeler leurs villages. Ce sont des petits groupements d’habitations de 2, 3, 10 jusqu’à 200 voire 1000 maisons pour les plus gros ; chacun a son nom et son histoire : la Bidaudière, la Gouachère… La plupart des habitants sont des familles qui recherchent la tranquillité de la campagne tout en étant à proximité de la ville. Elles habitent dans d’anciennes fermes réhabilitées, dont on peut encore voir l’ancien puit, le four à pain ou le moulin au fond des jardins. D’autres habitent dans des pavillons construits sur d’anciens terrains agricoles, ou plus récemment à l’arrière des jardins d’autres maisons. Dans ces villages on ne trouve pas de supermarché, de café ou même de boulangerie. Les habitants se déplacent en voiture pour aller travailler en ville et faire leurs courses dans le bourg ou le centre commercial le plus proche sur leur trajet. Les soirs d’été ou le week-end, les habitants aiment aller marcher depuis chez eux, sur les chemins à l’ombre des boisements le long du ruisseau de la Chalandière par exemple, promener leur chien ou ramasser des fritillaires. Sur ces chemins, ou depuis son jardin, l’horizon dégagé s’étend sur de grands champs vallonnés ponctués de haies bocagères encore partiellement présentes. Des associations comme « les amis de la Gouachère » organisent des évènements festifs qui rassemblent les habitants autour de la mare au centre du village une fois par an par exemple.

Continuer la lecture de « Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains »

Des hameaux métropolitains

Décentrer le regard

15 Avril 2023, je décide d’aller explorer les marges de la métropole, d’aller voir ce qu’il se passe au-delà de la ville de Nantes qui concentre l’attention des politiques. Sur la carte, on peut voir de micro tâches d’urbanisation disjointes de la continuité urbaine, dispersées parmi des terres agricoles. Elles sont présentes tout le long du périmètre métropolitain formant une couronne presque continue. Leur emprise dans l’aire métropolitaine semble équivalente voire majoritaire à l’emprise de la surface urbanisée continue. Ainsi, à la manière de Bénédicte Grosjean dans son ouvrage Urbanisation sans Urbanisme (Mardaga, 2010), dans lequel elle s’attarde sur la formation des territoires contemporains « d’entre-deux ni urbains ni ruraux » à travers le cas de la province de Bruxelles, je propose un décentrement du regard afin de comprendre ce qui constitue une composante essentielle des territoires habités de la métropole et de pouvoir les prendre davantage en compte dans les politiques d’aménagement. Je soutiens l’hypothèse, portée par Brès, Mariolle et Beaucire dans leur ouvrage Territoire Frugal publié en 2017, «d’une durabilité insoupçonnée des espaces d’urbanisation dispersée et de l’existence de fortes capacités d’adaptation dans ce type de territoires».

Territoires habités en marge de la métropole nantaise (carte de l’autrice)

Avec mon coéquipier, nous prenons ce jour-là le tram depuis le centre-ville de Nantes, puis le bus de la compagnie régionale Aléop. Après 1h15 de trajet, nous pouvons commencer à marcher. Sur un chemin boisé, nous rencontrons Denise. Elle habite à 10 minutes à pieds, dans un « village ». Un village dans la métropole ? Je pense aux villages que je connais dans les Pyrénées, je n’aurai pas imaginé qu’il y en ait si proche d’un milieu urbanisé comme Nantes. Lorsqu’elle nous explique qu’ils ne sont que deux à y habiter, je comprends que ce ne sont pas les mêmes villages que ceux que je connais. Ici, il n’y a pas d’église ni de place du village, seulement trois maisons. Pourquoi cette habitante considère-t-elle qu’elle habite dans un village ? Qu’est ce qui caractérise ces villages à la situation bien particulière au sein d’une métropole ? Que reste-t -il aujourd’hui du caractère rural et des modes de vie villageois dans la métropole ?

Les persistances d’un territoire rural

J’enquête alors sur les villages que nous avons arpenté au nord-est de la métropole, entre l’Erdre et la Loire, au-delà de l’aire urbanisée mais toujours au sein du périmètre administratif de la métropole, appartenant aux communes de Carquefou et Mauves-sur-Loire qui dessinent cette périphérie. Je cherche à comprendre dans un premier temps comment se sont formés ces « villages » dont me parle Denise.

Continuer la lecture de « Des hameaux métropolitains »

Sur la trace des villages métropolitains

Aux marges de la métropole

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (document personnel)

Des villages dans la métropole nantaise ? On m’avait parlé de Nantes et de sa métropole, ou de la métropole de Nantes mais pas de ses villages. Pourtant il paraît qu’il y en a plein, aux marges du territoire. Là où les lignes de bus et le train ne s’arrêtent pas, là où on n’a pas encore la fibre, là où il n’y a pas de supermarché ni même de boulangerie. Là où on habite dans des villages ou des hameaux. Là où il y a encore des fermes habitées, des fêtes de village, une grand-mère qui nous raconte la vie d’avant. Là où il y a encore des bouts de forêt avec des fritillaires à ramasser, des odeurs de pommes du verger, et l’horizon dégagé. Et si on allait voir par nous-même ?

Les parcours permettent de se rendre du bourg aux villages, de villages en villages, des villages aux bourgs. Un chemin tracé sur la carte s’appuyant sur les routes existantes amène le marcheur là où se trouvent des successions de villages et hameaux. Depuis ce tracé, un réseau de chemins se déploie de part et d’autre incitant le marcheur à l’exploration.

Il faut les trouver d’abord. Depuis le centre-ville, il faut prendre le tram puis le bus et marcher, ou prendre le train puis marcher aussi. Les chemins demandent à être explorés pour atteindre les villages. A peine visibles quand on les traverse parce qu’ils sont trop petits, il faut parfois sortir de la route et aller au bout des impasses pour les trouver. Des silhouettes au loin de l’autre côté du champ, un petit panneau noir annonçant le nom des lieux, une mare au centre du village, un calvaire fleuri à l’entrée, un arrêt de bus scolaire, ou le bruit d’une tondeuse en fond peuvent vous aider à reconnaître l’endroit.

Faire étape dans les villages

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (collage, document personnel)

Avant il y avait les colporteurs. Des marchands munis d’une mallette remplie de produits trouvés en ville qui marchaient de villages en villages et s’y arrêtaient pour vendre les produits que l’on ne trouvait pas sur place. L’occasion de discuter avec les habitants, de donner des nouvelles de la ville et des villages voisins. Plus tard, ils ont été remplacés par des camions ambulants. A Carquefou, il y avait l’épicier qu’on appelait “le ptit marchand”, le boulanger, et “barbe bleue” qui vendait des habits de travail. Aujourd’hui, ce sont les habitants qui se déplacent en voiture pour aller faire leurs courses au bourg le plus proche.

Continuer la lecture de « Sur la trace des villages métropolitains »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search