Là Noue aussi.

Des limites à rendre fertiles.
Pirater les haies pour nous nouer.

Léna Guillo + Nadja Warnant

—1 · Marcher le long des haies

En commençant le semestre par des marches, on a compris l’importance de l’arpentage d’un territoire pour faire projet. C’est pourquoi on imagine que ce projet commencerait par un événement collectif, on inviterait les habitant·e·s à marcher avec nou·e·s.

Affiche de la deuxième marche collective.

Trois marches sont organisées avec des participants dans une volonté de rencontrer le territoire. La première, comme une introduction, pour découvrir le secteur sud-ouest de Nantes Métropole. La seconde, un temps de collecte de ce qu’on pu y voir et glaner comme éléments autochtones. La troisième, plus active, tente d’intervenir par des micro-interventions en semant des graines. 

De ces marches, on a pu faire des constats. L’aéroport sur le territoire pose la question de son agrandissement, et de l’empiétement sur des propriétés —peut-on parler d’un projet d’intérêt général ? —. Les paysages de la métropole sont aujourd’hui plus secs que jamais. Le vivant est désormais sous contrôle : l’économie de la graine les rend non reproductibles et non libres de droits. On observe des haies prêt-à-planter qui ne proposent pas de milieux, appauvrissent le sol, l’écosystème et le paysage. Comme le dit Isabelle Stengers à propos du vivant qui se développe dans les milieux humains et abstraits, sans interdépendance, ce vivant serait singulièrement indifférent aux autres parce qu’il peut proliférer n’importe où, et conquérir à peu près n’importe quel milieu.

Continuer la lecture de « Là Noue aussi. »