In Situ, une expérience respiratoire

Premier constat, aujourd’hui je marche masquée 

Depuis quelques mois la propagation du Covid-19, syndrome respiratoire, nous a amené à nous confiner, à mettre nos souffles à l’écart pour en sauver d’autres (Multitudes, septembre 2020), à rester chacun dans sa bulle en cherchant de « nouvelles formes de connectivité » (Olafur Eliasson, mars 2020). « Je vous demande de rester chez vous », s’exprima Emmanuel Macron le 16 mars 2020 en annonçant le premier confinement. Nous avons vu émerger un monde à l’arrêt, clôturé, avec l’apparition de nouveaux concepts tels que le non-essentiel, les gestes barrières et la distanciation sociale. Les cercles d’un, dix ou trente kilomètres autour du domicile ont dessiné des nouvelles géographies individuelles et fictives. Bulles, sphères ? La crise sanitaire ainsi que les mesures prises pour la combattre, soulignent des inégalités sociales, économiques et environnementales. Or, mis à l’arrêt, routes terrestres et voies aériennes vidées, physiquement immobilisés mais hyper-connectés, confinés nous polluons moins. Un communiqué de presse du 14 avril 2021 publié par la Santé Publique de France a mis en évidence la diminution des décès prématurés à cause de la pollution atmosphérique en 2020, corolaire à la baisse de polluants dans l’air pendant la période du confinement. Immobiliser certaines sources de nuisances donne néanmoins une image fulgurante de leurs dégâts. Aujourd’hui je marche masquée pour éviter d’inhaler ou expirer des particules véhiculant le SARS-CoV-2. Et demain ? Les limites de l’indépendance respiratoire semblent ne plus être de l’ordre de la fiction. Remarquons que même les premières attestations de déplacement incluaient une case à cocher pour sortir « prendre l’air ». Certes essentiel s’aérer, s’oxygéner, reste aujourd’hui réglementé, mais surtout potentiellement dangereux. 

« J’ai avec moi une carte IGN du sud-ouest Nantais imprimée, superposée à un tracé orange. Le rendez-vous de départ était donné à l’arrêt de la navette fluviale de Trentemoult en provenance de Gare Maritime, d’où d’autres marcheurs venant de la rive droite allaient probablement arriver. Le tracé orange part en deux directions et articule une série de six boucles, d’une vingtaine de kilomètres en moyenne. Deux se dirigent vers l’ouest jusqu’au Pellerin, trois vers le sud-ouest jusqu’à atteindre le lac de Grand-Lieu et une dernière réunie les deux directions. L’ensemble du parcours dessine une boucle en forme de croissant de soixante dix kilomètres, les liaisons intermédiaires des sous-boucles ajoutent une trentaine de kilomètres au sentier. Il nous est proposé d’aller au lac de Grand-Lieu prendre l’air ou vers La Montagne s’oxygéner. » 

Une ligne couleur Xanthoria parietina, ou une géographie de nuisances 

Voici une centaine de kilomètres qui vont à la quête des endroits non répertoriés par Google Maps, service de cartographie en ligne démocratisé, à la portée de tous ceux qui possèdent un smartphone et une connexion internet. 

C’était l’hypothèse d’entrée pour tracer cette ligne orange qui donnerait à son fond, le territoire, son identité (Benjamin, 1917).  L’hypothèse du Sentier Insitu/Online a été émise comme une réponse à la situation actuelle que nous traversons. Physiquement isolés, mais hyper-connectés par l’utilisation massive des télécommunications, il était question de contrarier l’aplatissement de nos écrans pour retrouver l’épaisseur du sol que nous habitons. Suivre cette ligne orange avec nos pas était aussi une façon de devenir témoins des écarts existants entre une représentation numérique et la réalité. À la manière de Philippe Vasset, narrateur-enquêteur des zones blanches en banlieue parisienne, allons à la découverte de ces espaces anonymes. Renouer des liens avec notre territoire serait aussi connaître ce qui nous permet de subsister et ainsi pouvoir défendre nos intérêts (Latour, 2018). Le sud-ouest nantais est certes un territoire particulier, où carrières, aéroport, autoroutes, échangeurs, industries, hangars et lignes haute tension s’articulent pour composer un tableau diffus de nuisances. Aujourd’hui nous traversons une crise d’oxygénation à toutes les échelles. Ne serait ce pas l’atmosphère l’élément plus fondamental qui nous permet de subsister ? 

Marche n°1_ Prendre l’air au lac. Retour d’expérience  « J’ai suivi la direction sud-ouest dans le but d’atteindre le Lac de Grand Lieu. Après avoir aperçue la chaufferie de la Petite Californie, j’ai traversé la départementale D723. Un panneau me donne la bienvenue aux Coüets. Rue en montée, elle débouche dans une intersection de venelles, dont «l’impasse des petits pavés ». Le quartier au tissu resserré lui tourne le dos à la voie rapide. Cela évolue rapidement, le tissu urbain se distend, des habitations à un étage se séparent les unes des autres par des jardins et des espaces vides incongrus. Les Couëts, ou le paysage classique du quartier pavillonnaire. Immergée, entre voies sur-bétonnées, venelles et sentiers, je me trouve dans un parcours labyrinthique vertigineux (Berenstein-Jacques, 2005). La topographie des Couëts est particulière. J’apprends en effet plus tard, qu’il a un dénivelé de quinze mètres entre la surface du quartier et ses limites. À savoir le ruisseau de la Jaguère longeant Rezé à l’est et la Nationale 844 entre la porte 51, l’échangeur de Grand Lieu et la carrière désaffectée des Pontreaux à l’ouest. Au nord, la Départementale 723  l’écarte de la zone industrialo-portuaire de Cheviré. Au sud la ligne TER allant vers l’Atlantique et passant entre une deuxième carrière d’enrobés et l’aéroport devient frontière. Lorsque je marche aux Couëts je me trouve sur un plateau surélevé où les repères verticaux de la métropole nantaise (la Tour de Bretagne au centre de Nantes, la Maison Radieuse à Rezé, le pont Cheviré à Bouguenais,…) s’effacent. Le ciel se trouve mis en valeur et prend le dessus sur tous les autres éléments du quartier. Comment l’ignorer alors que le relief même nous mène à lever le regard ? Alors que des arachnides métalliques d’haute tension, symboles de nos besoins numériques, s’érigent comme des cathédrales vers le ciel ? Alors que l’air devient turbulent à chaque atterrissage d’avion ? Si le paysage part du bas pour dynamiser le haut (Corajoud, 2010), ici l’ordre semble inversé. Si ce n’était pas le cas comment expliquer l’emplacement de l’horloge de la place du quartier à mi chemin entre le pavage et les avions ?  Je continue de marcher vers le sud, je passe cette fois-ci au-dessus de la Nationale 844 après avoir longé le Chemin du Moulin du Rocher, sous les pylônes électriques et câbles d’haute tension. Je descends ce rocher uniquement pour remonter et retrouver un point de vu dégagé sur la carrière d’un côté, et le collège et le centre sportif de la Neustrie de l’autre. Plus loin, le Pont Cheviré, la Loire, la Tour de Bretagne… Avant d’atteindre le lac de Grand-Lieu, il faudra longer l’aéroport, le TER, la carrière d’enrobés et les vignes. Une table de pique-nique nous attend devant les pistes pour manger le midi. Nous allons perdre probablement certains curieux ou fanatiques de l’urbex devant la clôture aéroportuaire qui interdit le passage au château abandonné de Bougon. Le lac sera autant clôturé » 

Marche n°2_ Aller à la montagne s’oxygéner. Retour d’expérience « Ici je me dirigerai vers l’ouest, longeant la Loire. Une servitude de passage a été attribuée pour la longue traversée de la Zone Industrielle de Cheviré, sous le poste électrique et le pont. À l’horizon un sentier, et au delà les dunes. Les lignes du réseau électrique haute tension semblent guider mon parcours. De l’autre côté de la Loire, j’aperçois la série d’usines et de bâtiments industriels du bas Chantenay. Il s’agit de mon chemin de retour. D’abord je grimperai La Montagne, pour enfin respirer. Cette fois-ci je prendrai le bac à Indret pour rentrer. » 

Marcher au sud-ouest, quelles conclusions ?

Nous nous sommes surtout confrontés à des paysages industrialo-portuaires ou des hubs de transport. Une figure constante : celle de la clôture, la barrière, la limite physique qui nous empêche d’y accéder, tout en nous observant, (télé)surveillant, sous prétexte de danger. L’atmosphère et les polluants ne s’arrêtent pas aux limites physiques. Avez vous bien respiré ? Sur ces mêmes clôtures, vous avez aperçu des tâches jaunes, texturées. Attardez vous un moment et rapprochez vous, cernez le regard dans ces point, oubliez l’horizon. N’hésitez pas à toucher la pollution industrielle du doigt grâce aux lichens (Gramaglia, Dauphin, 2017). 

Marche n°3_ Sur les chemins de la biosurveillance lichénique. Prospective narrée «Le parcours quun jour nous a ramené aux pollueurs de l’air, est aujourd’hui un chemin de participation citoyenne pour permettre à tous les habitants et toutes les habitantes de connaître la qualité d’air qu’ils et elles respirent. Le sentier in situ, est devenu un expérience respiratoire. À chaque boucle est associée une estimation de la qualité de l’air, identifiable grâce à un code colorimétrique, lui même faisant écho aux couleurs des espèces de lichens présents, plus ou moins sensibles aux polluants. Les Xanthoria parietina, lichens de couleur jaunâtre, ont une bonne résistance aux polluants. Les couleurs des boucles des sentiers peuvent évoluer. Dans un scénario de décroissance du trafic aérien, la boucle longeant les clôtures du hub aéroportuaire pourrait peut être un jour cesser d’être jaune... Le quartier d’habitations des Couëts est depuis le début au centre de la boucle globale, poumon inhalant une grande partie des polluants atmosphériques de la zone. La mise en lumière de l’hypoxie des Couëts a mené à la création d’un centre de biosurveillance lichénique participative et a ouvert le débat sur la respirabilité de ce quartier, notamment en matière d’inégalités environnementales. Les centres sportifs déjà présents se positionnent aujourd’hui comme des potentiels sites pour l’expérimentation avec des prototypes architecturaux permettant de rendre l’activité physique moins dangereuse face aux menaces de l’atmosphère. La marche reste une expérience physique « qui nous tient et nous maintient debout par la rythmique des appuis au sol à laquelle participe tout le corps, elle nous propulse à chaque pas vers le ciel. Sol et ciel. La marche invente un jeu de couplage et découplage entre le haut et le bas. » (Amar, 2016). Aujourd’hui, les marcheurs sont invités à coordonner le rythme de leur pas avec celle de la respiration. Il s’agit de la marche afghane, technique qui permet de créer une cohérence entre le système respiratoire et cardiaque du corps. Et si nous appliquons cette technique de coordination à l’ensemble des systèmes terrestres ? » 

Le sentier In situ, une expérience respiratoire – l’épaisseur du territoire contre l’aplatissement numérique- Le tracé
Le sentier In situ, expérience respiratoire – Cartographie narrative

 

Le sentier In Situ/Online

En 2016, Yona Friedman confronte ses utopies de la ville spatiale et l’architecture mobile aux réalités de la ville contemporaine (Cités virtuelles – It is not only the city-scape that changes, 2016). L’individu s’affranchit aujourd’hui des réseaux et du besoin de proximité. Hyper-connectés, nous sommes plus que jamais dépendants de nos téléphones portables, de nos batteries et de ces flux invisibles qui nous connectent. (Télé)travail, (télé)études, achats sur internet,  l’immobilité et l’isolement imposés dans le contexte actuel soulèvent la dissolution de l’architecture telle qu’annoncée par Yona Friedman (The Dilution of Architecture avec Manuel Orazi, édité par Nader Seraj, Park Books, 2015).

Google Maps, outil par excellence de l’ère dématérialisée et virtuelle que nous traversons, nous ramène paradoxalement à notre territoire. Le géopositionnement pas satellite (GPS) et les services de cartographie en ligne deviennent des éléments charnières entre ce monde représenté, virtuel et la réalité matérielle et humaine. 

Google ubiquiste se plonge dans les réseaux de la ville pour dévoiler tout ce qui se trouve à sa portée. Si la démarche a d’abord été réservée à la voiture, Venice ou des centres commerciaux tel Atlantis à Saint-Herblain (44) sont aujourd’hui répertoriés par un Google-piéton. Les capacités de cette caméra qui voit tout évoluent, et les limites se dessinent là où Google décide de s’arrêter. Si nous déclenchons l’observation Street View sans positionner le bonhomme jaune, le territoire se recouvre d’une trame bleu ciel, sauf dans les zones non répertoriées. Aller à la rencontre de ces frontières peut être révélateur de certaines réalités urbaines. 

Le sentier in situ/online (1) vise à aller à la rencontre de ces limites et des terrains non répertoriés.

D’une façon rapide et potentiellement erronée, on peut penser que la surface Google maps tendrait à se limiter aux surfaces urbanisées. Le bonhomme jaune butte d’avantage dans les territoires périurbains, dans les limites avec les champs et les zones industrielles, mais pas uniquement, voies privées, Grands ensembles sont également exclus de ce repérage. Qu’est ce que cela nous dit du territoire vécu ? D’autres interruptions sont les barrières, les clôtures, des témoins de la fragmentation du territoire. Quand Google Maps automobile doit faire demi-tour, nous marcheurs, arpenteurs, pourrons peut-être tenter d’aller au delà… 

Vues aériennes du territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Google Earth
Captures d’écran réalisées sur le territoire de la Métropole Nantaise avec l’outil Street View de Google

Pour cette première hypothèse de sentier, non marché, une série de photographies tirées de Google Street View font échos au travail du photographe Pascal Anders (Raymond La France, 2008-2013). Elles vont à la rencontre de certaines limites, qui peuvent être le début du parcours pour ceux et celles qui voudraient aller au delà du répertoire virtuel. 

Ce sentier deviendrait une manière de renouer des liens avec le territoire qui est le notre. Physiquement, matériellement et sur place. En marchant, l’espace n’est plus ce que nous voyons, mais ce que touchons (Jean Lévêque, « La déduction hégélienne de l’espace », in Paquot, Younes, Géométrie. Mesure du monde, 2005). C’est le rapport direct et mécanique entre nos pas et la résistance et l’épaisseur du sol qui nous libèrent des aplatissement virtuels. Le sol et l’eau seront toujours essentiels à la survie des êtres humains, au-delà de toute dissolution spatiale (Friedman, 2016). 

Par ailleurs, les antennes relais qui se multiplient aujourd’hui sont la matérialisation des services dont nous dépendons quotidiennement. Le sentier pourrait suivre la verticalité de ces éléments implantés dans le territoire ou contraire tenter d’y échapper ; un sentier basse fréquence ?…

1 Le sentier In Situ/Online, Le tracé. Le nom de ce sentier fait référence au projet vidéo In situ / On line – Des cartes à l’épreuve de l’expérience  réalisé  par Anne Jarrigeon, Lucinda Groueff, et Hortense Soichet et Viviane Perelmuter en 2016 (Paris, Hambourg).