Le quatre-heures au moulin du Breil

Visibiliser une dépendance du quotidien

Le sentier sur l’une des chaînes de subsistance de la fouace et l’enquête sur deux biscuits hayonnais établissaient de premières intentions : visibiliser les intermédiaires entre nous et ce que nous consommons. A travers le sentier, nous voulions intervenir en une juste échelle de conception, qu’elle traduise ces modalités d’invisibilisation dévoilées par l’enquête.

 

Ainsi, le futur aux abords de l’enquête fouace et LU nous amène à proposer de réduire les intermédiaires de subsistance à l’échelle du quotidien plutôt que de prétendre à transformer la grande industrie du biscuit. 

 

Le projet propose un atelier de confection des goûters de la semaine écolière, par et pour les enfants de l’école publique Charles Gifard de la Haie-Fouassière. Il s’implante en extension du moulin à vent du Breil, surplombant le vignoble à l’orée du bourg hayonnais, à une dizaine de minutes à pied de l’école. Cet atelier veut proposer une alternative à la grande industrie du biscuit : si le moment du goûter est un moment phare de la journée d’un enfant, il reste aussi celui de la malbouffe, et du surgissement de potentielles inégalités socio-économiques. La cohabitation historique et territoriale singulière de ces deux biscuits nous amène alors à imaginer la création d’un nouveau biscuit, tirant avantages de ceux étudiés, et dont les ingrédients et leur provenance ont été réfléchis.

 

Continuer la lecture de « Le quatre-heures au moulin du Breil »

Fouace nantaise et biscuit LU : que racontent-ils du territoire hayonnais ?

La fouace nantaise n’est pas tant le trouble en soi que sa manière d’exister actuellement à la Haie-Fouassière. Cette tradition hayonnaise nous était apparue, par une lecture architecturale et toponymique du lieu, comme une culture d’usage persistante. Le territoire historique, ses réalités vécues, ses cultures, ses travailleur.euses, ses moulins à vent et lieux de sociabilités très investis de la gastronomie locale, peignent la fouace nantaise comme un témoin important de subsistance jusqu’à la Première Guerre mondiale. Mais le maillage socio-vitico-agricole de la Haie-Fouassière a évolué à l’épreuve des modes de production industrialisés, racontant aujourd’hui ce pain par des moyens de production étalés sur le territoire, très peu consommé et faisant plutôt lieu d’une culture identitaire. Par ailleurs, un autre biscuit du territoire nantais, et installé sur le territoire hayonnais depuis 1986, le LU, témoigne d’une part d’une évolution divergente à celle de la fouace, et d’autre part d’un usage de subsistance contemporain bien plus réel que cette dernière. Une première intuition est alors née sur la base d’une pure comparaison historique des distances des chemins de fabrication entre farine et les deux biscuits, comme réalité territoriale à mettre en lumière. Seulement, ne pouvant pas considérer l’évolution de leurs chaînes de subsistance à travers une simple influence industrielle, relevant en réalité d’une dynamique bien plus complexe et nuancée, nous comprenons que l’enjeu n’est pas tant d’examiner et montrer les distances, que de visibiliser les intermédiaires et s’affranchir de leur monopole(1).

A titre d’exemple, l’usine LU s’est d’abord vue invisibilisée du regard du plus grand nombre en quittant la ville en contexte de désindustrialisation. Ses modalités de production sont invisibles par l’opacité de sa typologie architecturale. Au sein même du bâtiment usine, seules les machines ont un œil sur la fabrication des biscuits, les ouvriers ayant un œil sur les machines. Les chemins que parcourent les matières premières ont été eux, depuis plus longtemps encore, rendus imperceptibles en gagnant en distanciation.

Continuer la lecture de « Fouace nantaise et biscuit LU : que racontent-ils du territoire hayonnais ? »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search