Connecter les espaces forestiers métropolitains

Les Pays-de-la-Loire ; région la moins boisée de France

Carte du taux de boisement par département en 2022 produite par l'IGN

La région Pays-de-la-Loire est la moins boisée de France selon les chiffres de l’IGN, avec 12% de surface forestière.1 Néanmoins, la métropole nantaise accueille plusieurs lieux révélant les enjeux de la gestion forestière :

  • Une mare enclavée ;la source du ruisseau de la Patouillère au cœur du quartier des Grésillères.
  • Le bois des Gripôts géré la commune de Saint-Sébastien-sur-Loire.
  • Des forêts urbaines ; la forêt urbaine du Sud-Est appartenant à Nantes Métropole, la mini-forêt d’Alice créée par l’association MiniBigForest et située dans le village des Pégers.
  • Des Espaces Naturels Sensibles (ENS) ; la zone Est de la forêt de Touffou.
Continuer la lecture de « Connecter les espaces forestiers métropolitains »

Faire parler la forêt

« Je récuse absolument toute opposition entre savoir et pratique, entre théorie et pratique. […] Sans savoir on n’amène que soi partout. L’ignorance nous place dans une situation où on est plus à même de ne projeter que soi sur le monde. Et c’est pour cela qu’il est très important de tisser finement ensemble savoir et sensibilité. »

Estelle Zhong Mengual, historienne de l’art, dans l’épisode « Voir le vivant » du podcast La Suite dans les idées.

Modifier sa posture pour découvrir


Au cours de la première marche, je tente de modifier ma posture, pour sortir du point de vue de l’être humain. Accroupie, je découvre un tronc d’arbre coupé par l’Homme. Pourquoi les gardes forestiers l’ont-ils laissé au sol ?

Le trouble
Continuer la lecture de « Faire parler la forêt »

Un, deux, trois… arbres

Photo prise à la sortie de la maison du lac de Grand Lieu. Les arbres cachent le lac

 

Marcher avec les arbres

Depuis le début de ce studio de projet, nous avons marché, nous avons visité et découvert des lieux de la métropole que nous ne connaissions que de nom, que nous n’avions vu que sur une carte. Nous avons défilé entre les terres, les forêts, et suivi les routes bitumées, les sentiers clandestins, et surtout, les cours d’eau. 

Au début, tout m’intriguait mais rien ne me troublait. Pendant la première marche avec Ariane Wilson, j’étais tellement occupée à découvrir cette nouvelle façon d’arpenter le territoire en marchant, que je ne me suis pas laissée l’opportunité de m’intéresser au territoire arpenté en lui-même. L’intrigue venait plutôt par moment, comme lorsque nous avons traversé le bois des Fous à la Montagne, et que ce passage de l’urbain à quelque chose de plus rural, m’avait marqué. Un bois caché derrière des maisons, une petite bulle verte qui ferait presque penser à un monde parallèle, un monde féerique. 

Ce même jour, lorsque nous nous sommes arrêtés au port Hamoneau, face à un paysage de l’Acheneau, les marais  à ses abords, une ligne d’arbre à l’horizon qui marque presque une fin, et une sensation du bout du monde m’avait intrigué. Qu’est ce qui se cache derrière ce paysage ? Puis-je le traverser, le toucher ? Ces arbres si lointains, si grands, d’où viennent-ils ? A ce moment de la journée, je me suis rendue compte de quelque chose, qui me hantera l’esprit tout le long de la marche, ainsi les marches suivantes : les arbres, partout ou nous allons, il y a toujours ce compagnon fidèle avec nous, qui nous montre le chemin, nous dessine des paysages et parfois nous empêche de voir plus loin. Des arbres. C’est ici que commence mon trouble. 

Continuer la lecture de « Un, deux, trois… arbres »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search