Régine Robin, les derniers pas de la flâneuse

“J’habite une mégapole depuis ma naissance et depuis ma naissance la ville m’habite : depuis ma naissance la ville me dévore et je dévore la ville. Pour moi, elle n’est pas un objet mais une pratique, un mode d’être, un rythme, une respiration, une peau, une poétique.” – Régine Robin, “Mégapolis”

Illustration de couverture, “Mégapolis”, 2009

Régine Robin est une historienne, sociologue, écrivaine, passionnée des grandes mégalopoles dans lesquelles elle passe plusieurs années à y vivre, à les arpenter, passant de Tokyo à New York puis Londres sans arrêter. Cet arpentage constant, presque effréné, des grandes villes du monde l’a conduit à écrire “Mégapolis” en 2009. Dans ce livre, c’est sa « casquette » d’écrivaine qui prend le pas. Entre New York, Londres, Tokyo, Buenos Aires et Los Angeles, elle nous emmène dans sa propre vision de la ville, celle d’une ville fantasmée. Villes de fiction, villes de souvenirs, villes des milliers de gens qui s’y croisent, pour Régine Robin la ville « réelle » ne vaut d’être perçue qu’à travers celle de la ville rêvée.

Illustration dénouer, flâner, prendre à bras le corps la ville – Amélie Certes

Milles façons de partir à l’assaut des villes

Comment entamer une ville, se demande Régine Robin. Et surtout comment entamer de telles villes ? Des villes mégalopoles gigantesques, en mouvement perpétuel. Comment les saisir dans leur ensemble, à bras le corps ? Pour elle toutes les manières sont possibles. S’arrêter au terminus des métros Londoniens, traverser à pieds les séries d’immeubles et de parking à Los Angeles, revoir Manhattan en remontant Broadway, ses protocoles changent et varient selon la ville, selon l’humeur mais aussi souvent selon la vision fantasmée des livres et du cinéma. Elle se perd alors à Buenos Aires dans les pas de Bruno Cadogan, le personnage de Tomas Eloy Martinez, elle revoit New York sous le rythme de la musique Rhapsody in Blue dans “Manhattan” de Woody Allen. Dans chacune de ces mégalopoles ses souvenirs et ses imaginaires se mêlent à la ville arpentée pour former des promenades à la limite du réel.

Pour Régine Robin marcher dans la ville s’est avant tout y flâner au point de s’y perdre, au point de ne plus voir qu’elle est la plus vraie entre la ville réelle et la ville fantasmée.

Source : Régine Robin, “Mégapolis”, édition Stock, 2009