Régine Robin, les derniers pas de la flâneuse

« J’habite une mégapole depuis ma naissance et depuis ma naissance la ville m’habite : depuis ma naissance la ville me dévore et je dévore la ville. Pour moi, elle n’est pas un objet mais une pratique, un mode d’être, un rythme, une respiration, une peau, une poétique. » – Régine Robin, « Mégapolis »

Illustration de couverture, « Mégapolis », 2009

Régine Robin est une historienne, sociologue, écrivaine, passionnée des grandes mégalopoles dans lesquelles elle passe plusieurs années à y vivre, à les arpenter, passant de Tokyo à New York puis Londres sans arrêter. Cet arpentage constant, presque effréné, des grandes villes du monde l’a conduit à écrire « Mégapolis » en 2009. Dans ce livre, c’est sa « casquette » d’écrivaine qui prend le pas. Entre New York, Londres, Tokyo, Buenos Aires et Los Angeles, elle nous emmène dans sa propre vision de la ville, celle d’une ville fantasmée. Villes de fiction, villes de souvenirs, villes des milliers de gens qui s’y croisent, pour Régine Robin la ville « réelle » ne vaut d’être perçue qu’à travers celle de la ville rêvée.

Illustration dénouer, flâner, prendre à bras le corps la ville – Amélie Certes

Milles façons de partir à l’assaut des villes

Comment entamer une ville, se demande Régine Robin. Et surtout comment entamer de telles villes ? Des villes mégalopoles gigantesques, en mouvement perpétuel. Comment les saisir dans leur ensemble, à bras le corps ? Pour elle toutes les manières sont possibles. S’arrêter au terminus des métros Londoniens, traverser à pieds les séries d’immeubles et de parking à Los Angeles, revoir Manhattan en remontant Broadway, ses protocoles changent et varient selon la ville, selon l’humeur mais aussi souvent selon la vision fantasmée des livres et du cinéma. Elle se perd alors à Buenos Aires dans les pas de Bruno Cadogan, le personnage de Tomas Eloy Martinez, elle revoit New York sous le rythme de la musique Rhapsody in Blue dans « Manhattan » de Woody Allen. Dans chacune de ces mégalopoles ses souvenirs et ses imaginaires se mêlent à la ville arpentée pour former des promenades à la limite du réel.

Pour Régine Robin marcher dans la ville s’est avant tout y flâner au point de s’y perdre, au point de ne plus voir qu’elle est la plus vraie entre la ville réelle et la ville fantasmée.

Source : Régine Robin, « Mégapolis », édition Stock, 2009

Philippe Vasset, à travers le prisme du narrateur-enquêteur

« Malgré la couverture satellite permanente, et le maillage de caméras de surveillance, nous ne connaissons rien au monde. »

Philippe Vasset

Philippe Vasset est un journaliste et un écrivain français. En 2007, il publie Un livre blanc, récit avec cartes suite à des enquêtes réalisées dans les différentes «zones blanches »1  de cartes IGN du territoire de la métropole parisienne. Avec la publication de cet ouvrage il fonde l’Atelier Parallèle de Géographie avec la collaboration des artistes et photographes Xavier Courteix et Xavier Birsmuth. 

Un livre blanc, récit avec cartes se construit comme une « littérature de terrain » (TV); c’est à dire un récit où l’écriture même devient motrice d’enquêtes sur le territoire, et dont l’objectif est de décrire de façon objective la réalité trouvée. Les recherches de son projet commenceront alors avec un rapport direct à la lecture de cartes, décrites par Vasset comme des objets éloignés des réalités, «Séchés, découpés, coloriés, annotés,… » (LB, p.9). Les cartes comme outils de représentation d’une réalité le questionnent, notamment en ce qui concerne les zones non-représentées, blanches et non-imprimées. Qu’est ce que se trouve dans les zones laissées en blanc ? Pourquoi la représentation a cessée à ces endroits ? De tels questionnement pousseront l’auteur à aller à la rencontre directe de ces lieux oubliés, effacés, pour ensuite nous rendre une expression écrite de ses expériences, mêlant des descriptions avec des explications de ses démarches. La représentation du monde livrée par les cartes IGN, dont il s’en sert pour aller à la découverte de son territoire, est remise en question et devient le point de départ des explorations et de son récit. 

Le concept de terrain vague, apparait rapidement dans son ouvrage et s’entremêle avec les notions de « fiction », « vide » et « clôture ». Le terme «terrain vague » fait sa première apparition dans la littérature romantique (Châteaubriand, 1811) et renvoi à l’esthétique d’un paysage de ruines. Repris par la suite par les auteurs du réalisme et du déterminisme, Vasset se réapproprie du concept pour décrire les friches, les zones industrielles ou les espaces laissés à l’abandon, parsemés dans les périphéries des villes contemporaines. « Les lieux vides et flous que j’explorais m’offraient le surplus d’inconnu que me refusais désormais la fiction » (LB, p.103). Ainsi, ces espaces dont l’association au vague annonce un vide apparent, sont au contraire des zones fécondes et en constante mutation aux yeux de l’auteur. 

D’autre part, avec des difficultés pour faire la correspondance entre le limites dessinées sur les cartes et la réalité perçue, ces zones restent néanmoins clôturées ou semblent tant bien que mal rester closes, « Avant que quoi que se soit apparaisse, on ne voit que des murs et des clôtures. La carte dit qu’il y a rien, mais difficile de la croire: si ces zones sont effectivement vierges, pourquoi cette débauche de protection ? » 

Face aux limites bâties, le narrateur nous fait comprendre l’enjeu de sa démarche. Entre « petit touriste du périurbain » (LB) et voyeur intrusif, il arrive a se positionner comme un « narrateur-enquêteur » (TV, p.114) et nous transmettre son regard analytique qui respire tout de même la subjectivité et l’inquiétude. Complètement immergé, il nous avoue la complexité de l’exercice à travers sa narration. L’exploration de ces terrains vagues constitue une épreuve de soi,

« …comme si j’essayais de rendre visible, sinon compréhensible, une guerre à laquelle la ville, derrière ses façades immaculées, sa signalétique limpide serait secrètement en proie. D’ailleurs j’avais toujours peur au cours de mes expéditions: peur de me faire agresser (ça m’est arrivé plusieurs fois) et peur des vigiles et de leurs chiens. » (LB, p.66)

Enfin, si nous attardons à la structure de l’ouvrage nous remarquons que sa narration sera autant fragmentée que le territoire décrit. Ce rapport entre le territoire et le travail narratif et linguistique, se trouve également dans l’aveu de l’auteur vis à vis l’incapacité trouvée à un moment de décrire ces endroits.  L’appauvrissement de la langue va de pair avec l’appauvrissement des sites: nous retrouvons finalement la vacuité présagée au départ des terrains vagues

Avec ce roman d’exploration, Philippe Vasset nous immerge dans quelques «zones blanches » des carte IGN mais surtout nous fait basculer vers le point de vue du narrateur-marcheur, arpenteur, transgresseur, enquêteur.

1 Les sources cet article proviennent de Un livre blanc: récit avec cartes, Philippe VASSET, 2007 (dont les citations seront notées par  « LB, n° de page) » et Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, BROICH, NITSCH, RITTER, 2019 (dont les citations seront notées par « TV, n° de page) 

Philippe Vasset à travers le prisme du narrateur-enquêteur

Pour aller plus loin, 

VASSET Philippe, Un livre blanc, récit de cartes, 2007

VIART Dominique, «  Littératures de terrain : Jean Rolin et Philippe Vasset, explorateurs de terrains vagues », dans Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, Jacqueline Maria BROICH, Wolfram NITSCH et Daniel RITTER (dir.), 2019 

https://xaviercourteix.com/index.php/photos/zones-blanche/

http://www.xbismuth.net/nonsite/index.php?option=com_content&view=article&id=23&Itemid=140

BELDERBOS Marc, «Les marques dans le vide. Le nombre, la géométrie, le sujet», dans : Thierry Paquot éd., Géométrie, mesure du monde. Paris, La Découverte, « Armillaire », 2005, p. 105-129 

DE CERTEAU Michel, « Chapitre VII : Marche dans la ville Voyageurs ou marcheurs »,dans DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien, Tome I, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980) p.139-159

Corps à corps avec la ville : étude de la dimension expérientielle de la marche à travers la fiction

Nombreuses sont les enquêtes qui révèlent les discriminations et sentiments de discrimination vécus par les personnes issues des quartiers prioritaires. Certain.e.s chercheur.euse.s s’intéressent alors aux questions liées à l’accès au travail, au logement ou à la santé. D‘autres développent des arguments concernant la gestion urbaine et politique de ces quartiers (Epstein, 2013, Kipfer, 2019). Les auteurs et autrices décrivent alors souvent ces inégalités par le prisme des usages différenciés de la ville et des inégalités dans la distribution socio-spatiale. Certains travaux, moins nombreux, accordent un intérêt particulier à l’expérience subjective des discriminations (Alessandrin et Dagorn, 2016).  

Pour ce travail, nous partons des récentes recherches menées par Martinez Rodriguez et Avilès Arias (2019, Micropolitiques de la marche et inégalités urbaines : une exploration à partir de l’expérience vécue. Espaces et sociétés, 4(4), 111 127) qui, sur le terrain Argentin, constatent que les discriminations vécues (socio-économiques, de genre, de race…) agissent dans l’expérience pédestre, entraînant « des capacités inégales d’action des marcheurs sur leur pratique ». En d’autres termes, nous nous intéressons à l’idée selon laquelle le sentiment d’altérité et les multiples blessures dans la citoyenneté (notamment spatiale) qu’il provoque, suscite un malaise tel qu’il s’exprime dans la pratique de la marche (rythme, attention, réponse aux circonstances,…). La marche devient alors le support d’une expérience discriminatoire corporelle.  

Cette démarche s’accompagne de difficultés comme celles de percevoir l’ampleur de ce sentiment ou encore la nécessité d’aborder la question à travers les récits biographiques. Pourtant, nous sommes convaincus de l’importance de considérer la dimensions corporelle et expérientielle des discriminations. Nous pensons également qu’aborder la pratique de la marche sous cet angle peut constituer une entrée propice à la déconstruction des identités des personnes issues des quartier prioritaires.

Détour par la fiction, une démarche expérimentale

Afin de mettre à l’épreuve ces premières pistes de réflexion. Nous proposons d’utiliser la fiction comme outil d’exploration géographique. L’œuvre choisie à cette occasion est une bande dessinée de Clément Charbonnier Bouet parue en 2019, elle est intitulée « Monde parallèle ». Une œuvre dans laquelle l’unique personnage est un homme qui a grandi dans un quartier périphérique et renoncé à l’idée de le quitter. Ce dernier arpente quotidiennement son quartier d’un œil avisé. Au  travers de sa marche, il commente les sentiments qui le traverse et le paysage qui l’entoure. Il dira notamment « la rue par le corps. Le corps par la rue. Tout est un. Tout est fini. Je tourne en rond. » ou encore « J’ai marché pour trouver du travail, j’ai marché pour travailler, j’ai marché pour gagner de l’argent, j’ai marché pour ne pas en perdre. Maintenant je marche pour rien. »

« Monde parallèle » présente l’intérêt de produire un discours sur le territoire périphérique ainsi que sur l’expérience intime que suscite sa traversée. Une expérience qui d’ailleurs peut-être vécue de façon relativement similaire par d’autres habitant.e.s des quartiers prioritaires.

Nous avons alors dans un premier temps identifié sur l’ensemble de la métropole Nantaise les quartiers dans lequel un chemin similaire a celui du protagoniste pourrait être réalisé (typologie du quartier, …). Nous avons ensuite tracé dans ces quartiers de multiples micros-sentiers d’environ 10 km de long chacun. L’ensemble de ces sentiers prennent vie dans des « quartiers prioritaire des politiques de la ville », « zones urbaines sensibles » ou encore « zones de sécurité prioritaire ». Des lieux ignorés de la plupart, inaperçus car mouvants, ignorés car non vécus. Ces micros-sentiers, micros-iles , entre fiction et réalité, pourraient presque être explorés uniquement par le biais de la carte et la bande dessinée.

Nous nous sommes ensuite prêtés à l’exercice. Nous nous sommes rendus dans les quartiers Nords (La Boissière, Chêne des Anglais, le long du périphérique attenant,…) avec à l’esprit, l’idée de reproduire et d’expérimenter le trajet parcouru par notre protagoniste. Ainsi, le livre en main, notre chemin était guidé par les illustrations en quête de paysage similaire à celui dessiné sous nos yeux. Durant une après-midi, nous avons traversé les quartiers périphériques reproduisant une boucle similaire à celle du protagoniste dans un territoire pourtant tout autre. Par ailleurs, la facilité que nous avons eu à réaliser cet exercice dit également beaucoup du caractère générique et répétitif de ces territoires périphériques.

Cette expérimentation et la production graphique qui l’accompagne révèlent un territoire où fiction et réalité s’entremêlent et dialoguent créant un nouvel espace. Un espace sur lequel des mots sont plaqués sur les images, leur donnant tout à coup une dimension humaine forte.