Au service du damier de la Succise

Refaire émerger des écosystèmes

Alors que mon enquête portait initialement sur le marais de Goulaine, zone protégée Natura 2000 dont l’état est défini par la gestion de l’eau, j’ai recentré mes recherches sur une espèce symbole de cette zone humide, le damier de la Succise. Mais tout d’abord, faisons un point pour comprendre comment j’en suis arrivée là.

Pour le resituer, le marais de Goulaine aux frontières mouvantes selon la saison est l’habitat d’espèces particulières. Cette zone parfois inondée, parfois asséchée, présente des spécificités propres à plusieurs milieux au même endroit. Elle est impactée par l’activité humaine, comme l’étalement urbain, le maraîchage qui s’étale et ensable les cours d’eau, l’agriculture qui utilise des produits sanitaires agressifs, mais aussi la présence d’espèces invasives comme la jussie (plante à fleurs aquatique et amphibie) et l’écrevisse de Louisiane. De nombreux organismes gèrent le marais :

  • le syndicat Loire Aval qui détient la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,  
  • la communauté de communes Sèvre et Loire qui finance la Maison Bleue dont la mission est de faire découvrir le marais aux scolaires et aux marcheur.euse.s tout en assurant sa protection,  
  • ainsi que des communautés de pêcheur.euse.s et de chasseur.euse.s qui suivent l’évolution des espèces animales et végétales. 

Mon entretien avec un des animateurs de la Maison Bleue m’a révélé qu’une majorité des personnes en charge de la gestion du marais sont satisfaits de sa baisse de fréquentation afin de limiter les dégradations. 

Ce qui impacte le plus le marais n’est pas lié à une fréquentation interne mais plutôt à ce qui se passe à ses frontières. Alors pourquoi vouloir empêcher la population d’y accéder ? Le sanctuariser pourrait mener à un oubli de ce qui s’y passe, un oubli de ses richesses et une perte de sa biodiversité et de ses qualités d’ambiances reconnues par les passants. Son origine artificielle nous rappelle sa dépendance de l’action humaine. Cette zone humide a besoin d’être entretenue par fauchage pour l’empêcher de s’enfricher et de devenir une forêt homogène qui perdrait la richesse de ses écotones, et sa capacité d’îlot de fraîcheur. 

La zone protégée du marais au milieu de la diversité de parcelles (carte de l’autrice)
Continuer la lecture de « Au service du damier de la Succise »

Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs

Baptiste Morizot est enseignant-chercheur et maître de conférence en philosophie à l’Université d’Aix-Marseille. Lauréat du prix Jacques-Lacroix en 2019, il a acquis en France une certaine renommée pour ses travaux sur la relation qu’entretient l’homme avec le reste du vivant.

Loin de se contenter d’aborder cette question sous un angle théorique, ses écrits sont basés sur une démarche de terrain aussi forte qu’inhabituelle : la pratique du pistage.

Piège photographique d’un loup dans la Vallée de l’Athabasca (Canada).
Crédit image : Raoul Kluivers. MORIZOT Baptiste, Rencontres animales : voir un loup d’Homme à Homme.
Continuer la lecture de « Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs »

Philippe Vasset, à travers le prisme du narrateur-enquêteur

« Malgré la couverture satellite permanente, et le maillage de caméras de surveillance, nous ne connaissons rien au monde. »

Philippe Vasset

Philippe Vasset est un journaliste et un écrivain français. En 2007, il publie Un livre blanc, récit avec cartes suite à des enquêtes réalisées dans les différentes «zones blanches »1  de cartes IGN du territoire de la métropole parisienne. Avec la publication de cet ouvrage il fonde l’Atelier Parallèle de Géographie avec la collaboration des artistes et photographes Xavier Courteix et Xavier Birsmuth. 

Un livre blanc, récit avec cartes se construit comme une « littérature de terrain » (TV); c’est à dire un récit où l’écriture même devient motrice d’enquêtes sur le territoire, et dont l’objectif est de décrire de façon objective la réalité trouvée. Les recherches de son projet commenceront alors avec un rapport direct à la lecture de cartes, décrites par Vasset comme des objets éloignés des réalités, «Séchés, découpés, coloriés, annotés,… » (LB, p.9). Les cartes comme outils de représentation d’une réalité le questionnent, notamment en ce qui concerne les zones non-représentées, blanches et non-imprimées. Qu’est ce que se trouve dans les zones laissées en blanc ? Pourquoi la représentation a cessée à ces endroits ? De tels questionnement pousseront l’auteur à aller à la rencontre directe de ces lieux oubliés, effacés, pour ensuite nous rendre une expression écrite de ses expériences, mêlant des descriptions avec des explications de ses démarches. La représentation du monde livrée par les cartes IGN, dont il s’en sert pour aller à la découverte de son territoire, est remise en question et devient le point de départ des explorations et de son récit. 

Le concept de terrain vague, apparait rapidement dans son ouvrage et s’entremêle avec les notions de « fiction », « vide » et « clôture ». Le terme «terrain vague » fait sa première apparition dans la littérature romantique (Châteaubriand, 1811) et renvoi à l’esthétique d’un paysage de ruines. Repris par la suite par les auteurs du réalisme et du déterminisme, Vasset se réapproprie du concept pour décrire les friches, les zones industrielles ou les espaces laissés à l’abandon, parsemés dans les périphéries des villes contemporaines. « Les lieux vides et flous que j’explorais m’offraient le surplus d’inconnu que me refusais désormais la fiction » (LB, p.103). Ainsi, ces espaces dont l’association au vague annonce un vide apparent, sont au contraire des zones fécondes et en constante mutation aux yeux de l’auteur. 

D’autre part, avec des difficultés pour faire la correspondance entre le limites dessinées sur les cartes et la réalité perçue, ces zones restent néanmoins clôturées ou semblent tant bien que mal rester closes, « Avant que quoi que se soit apparaisse, on ne voit que des murs et des clôtures. La carte dit qu’il y a rien, mais difficile de la croire: si ces zones sont effectivement vierges, pourquoi cette débauche de protection ? » 

Face aux limites bâties, le narrateur nous fait comprendre l’enjeu de sa démarche. Entre « petit touriste du périurbain » (LB) et voyeur intrusif, il arrive a se positionner comme un « narrateur-enquêteur » (TV, p.114) et nous transmettre son regard analytique qui respire tout de même la subjectivité et l’inquiétude. Complètement immergé, il nous avoue la complexité de l’exercice à travers sa narration. L’exploration de ces terrains vagues constitue une épreuve de soi,

« …comme si j’essayais de rendre visible, sinon compréhensible, une guerre à laquelle la ville, derrière ses façades immaculées, sa signalétique limpide serait secrètement en proie. D’ailleurs j’avais toujours peur au cours de mes expéditions: peur de me faire agresser (ça m’est arrivé plusieurs fois) et peur des vigiles et de leurs chiens. » (LB, p.66)

Enfin, si nous attardons à la structure de l’ouvrage nous remarquons que sa narration sera autant fragmentée que le territoire décrit. Ce rapport entre le territoire et le travail narratif et linguistique, se trouve également dans l’aveu de l’auteur vis à vis l’incapacité trouvée à un moment de décrire ces endroits.  L’appauvrissement de la langue va de pair avec l’appauvrissement des sites: nous retrouvons finalement la vacuité présagée au départ des terrains vagues

Avec ce roman d’exploration, Philippe Vasset nous immerge dans quelques «zones blanches » des carte IGN mais surtout nous fait basculer vers le point de vue du narrateur-marcheur, arpenteur, transgresseur, enquêteur.

1 Les sources cet article proviennent de Un livre blanc: récit avec cartes, Philippe VASSET, 2007 (dont les citations seront notées par  « LB, n° de page) » et Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, BROICH, NITSCH, RITTER, 2019 (dont les citations seront notées par « TV, n° de page) 

Philippe Vasset à travers le prisme du narrateur-enquêteur

Pour aller plus loin, 

VASSET Philippe, Un livre blanc, récit de cartes, 2007

VIART Dominique, «  Littératures de terrain : Jean Rolin et Philippe Vasset, explorateurs de terrains vagues », dans Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, Jacqueline Maria BROICH, Wolfram NITSCH et Daniel RITTER (dir.), 2019 

https://xaviercourteix.com/index.php/photos/zones-blanche/

http://www.xbismuth.net/nonsite/index.php?option=com_content&view=article&id=23&Itemid=140

BELDERBOS Marc, «Les marques dans le vide. Le nombre, la géométrie, le sujet», dans : Thierry Paquot éd., Géométrie, mesure du monde. Paris, La Découverte, « Armillaire », 2005, p. 105-129 

DE CERTEAU Michel, « Chapitre VII : Marche dans la ville Voyageurs ou marcheurs »,dans DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien, Tome I, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980) p.139-159

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search