Ouvrir les digues, une proposition stupide et dérisoire ?

J’ai rencontré le trouble à l’origine du projet lors de l’entretien avec Christophe Hivert, président de l’Association Intercommunale de Protection de la Levée de la Divatte. Durant cette discussion, j’aborde le sujet de l’ouverture possible dans un futur à moyen et long terme de la levée pour laisser les eaux s’y engouffrer. Sa réponse est tranchante et directe.

« C’est une notion [dont] on entend parler régulièrement qui nous paraît assez bizarre. […] Du point de vue de l’histoire populaire ça nous paraît farfelu. Ça parait assez dérisoire et stupide. »

Christophe Hivert – Entretien du 27 mars 2024

Il m’apparaît clairement ici que je touche à une controverse. Les principaux arguments invoqués contre la proposition d’ouvrir la levée sont l’ancienneté de la conquête des terres sur le fleuve et la situation dans l’estuaire. De plus, la présence d’habitations empêcherait d’envisager ce projet. Pourtant durant mes recherches la question de l’ouverture des digues revient souvent. Plusieurs exemples me viennent en tête.

Dans la baie de Lancieux dans les Côtes d’Armor une digue de polder, terre conquise au 19e siècle sur l’estran, est abandonnée aux assauts des vagues en 2020. Cette décision controversée a été alors prise par le Conservatoire du littoral en charge de l’infrastructure depuis 2002 lorsque les agriculteurs propriétaires n’étaient plus capable d’assurer son entretien. En 2020, une pétition riveraine avait été lancée pour s’opposer à cette dépoldérisation, aujourd’hui ces habitants sont en majorité en accord avec ce projet.

Autre exemple, celui de l’île Nouvelle dans l’estuaire de la Gironde. Cette île alluviale apparue au 19e siècle a longtemps été habitée et cultivée jusqu’à son acquisition par le Conservatoire du littoral en 1991. Les digues y ont cédé en 2010 lors de la tempête Xynthia et les brèches n’ont jamais été réparées depuis. Le milieu est retourné aux vasières puis à la végétation. Aujourd’hui cette île est devenue une zone humide de 300 hectares accueillant 200 nouvelles espèces d’oiseaux.

L’île Nouvelle, esturaire de la Gironde – NousAutres

Ces deux exemples ouvrent les possibles sur la vallée de la Divatte puisqu’ils recouvrent quelques caractéristiques perçues comme trop contraignantes. Ce sont d’anciennes digues ayant permis d’accaparer des terres au 19e siècle et de les exploiter, les habiter. De plus ces terres se trouvent dans des estuaires et sont balayées par les eaux de mer et de fleuve. A partir de ces exemples, il me fallait déterminer les conditions qui ont permis d’ouvrir ces endiguements.

Le premier facteur évident est l’enjeu financier. Dans les deux situations exposées, il a été le levier principal à l’origine de l’ouverture. Cet enjeu financier est à double tranchant sur la vallée de la Divatte. Actuellement, l’économie des communes est articulée autour de l’industrie maraîchère avec chaque année plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette économie peut très largement supporter le coût de l’entretien de la levée qui se situe autour de 800 000€ par an. Malgré tout, cet entretien de l’infrastructure est un poids supplémentaire sur l’ensemble des propriétaires des communes concernées. De plus l’économie maraîchère est tributaire du dérèglement climatique, des politiques agricoles nationales et internationales, des politiques migratoires… Cet état de fait n’est pas immuable et la capacité de la vallée à être un espace de production maraîchère pourrait changer dans les années à venir.

Le second facteur bloquant, c’est l’enjeu culturel. Dans de nombreux cas, l’attachement des populations aux digues est aussi une question d’attachement au territoire et plus particulièrement à son paysage, à ses savoir-faire. Cette manière d’envisager l’infrastructure hydraulique est très prégnante à l’île de Ré où elle est menacée par la montée des eaux et les tempêtes.

« Ceux qui y travaillent et les modèlent louent leur argile très plastique, qui imprime le caractère du saunier, ceux qui les préservent sont attentifs à la lumière, à l’arrivée des migrateurs, aux bernaches cravants qui amènent l’automne. Et ceux qui en profitent admirent les oiseaux qui s’envolent de partout, les goélands, l’herbe, les huîtres dans le marais et aimeraient que leurs enfants continuent à voir tout ça. »

The Conversation, Laure Carassou et Anne Gassiat, 4 novembre 2020

Mais que dire de la question de l’Histoire populaire ? La levée de la Divatte, c’est initialement une infrastructure demandée et financée par les populations bourgeoises pour libérer des espaces fonciers. Le lit majeur de le Loire était jusque là un espace commun utilisé pour le pâturage des bêtes. L’endiguement de cet espace a permis de le libérer des eaux du fleuve et ainsi de le financiariser au profit de certains. Le contrôle des espaces n’a pas profité à tous.

Je tiens à honneur qu’en France, les fleuves comme la révolution rentrent dans leur lit et qu’ils ne puissent plus en sortir.

Napoléon III, discours au corps législatif, 17 février 1857

Proposer d’ouvrir la Divatte, c’est toucher à nos dépendances à la fois économiques mais aussi sensibles aux infrastructures. C’est se poser la question de à qui appartient la vallée de la Divatte et qui en profite.

Le tracé du sentier de la Coudrouse – Oskar Rischewski

Le sentier proposé dans le billet du tracé est le point de départ de cette exploration des dépendances de la vallée. La proposition était de marcher le long de l’eau de Loire passée au travers de la digue pour aller à la rencontre des situations du territoire. A partir du sentier et du trouble, la proposition d’exploration s’est articulée autour de deux entités prégnantes à la Divatte, le maraîchage et l’hydrologie.

Le parcours productif situé spatialement – Oskar Rischewski

La vallée, conquise sur le lit majeur de la Loire, est particulièrement exploitée par l’industrie maraîchère. C’est avant tout un système de production agricole orienté principalement autour des légumes. Ses productions principales sont la mâche (1500 ha), le poireau (300 ha) et le radis (200 ha). Cette production nécessite un bon approvisionnement, des savoirs, des techniques et enfin des services spécifiques. C’est donc un système productif hautement dépendant.
La production est transmise aux usines de conditionnement et aux entreprises de négociations, puis aux services de distribution. Ce système maraîcher est hautement concentré avec à peine 50 à 60 entreprises pour un peu plus de 2000 hectares cultivables.

Schéma du système maraîcher de la Divatte – Oskar Rischewski

La distribution de la production maraîchère est à peu de choses près divisée en 3. Un premier tiers de la production est destinée à une distribution locale orientée vers les grandes surfaces, le marché d’intérêt national ou les restaurateurs. Un second tiers de la production est destiné au marché national et principalement vers la capitale avec des acteurs du même ordre. Enfin, le dernier tiers de la production est tourné vers l’international et particulièrement l’Allemagne qui achète un tiers de la production de mâche nantaise.

Cette industrie maraîchère s’appuie sur l’hydrologie particulière de la vallée de la Divatte qui a accumulé durant des milliers d’années les sédiments charriés par la Loire et ce jusqu’à la construction de la digue de la Divatte en 1856. La mise en culture de la vallée humide a été facilitée par le drainage des eaux via un réseau de canaux s’appuyant sur d’ancien boire, ces bras morts de Loire. Ces eaux sont tantôt retenues, tantôt évacuées en aval par le canal de Goulaine et les portes de Basse-Goulaine pour les rejeter dans la Loire.

Schéma de la gestion des eaux sur la vallée – Oskar Rischewski

Cette gestion des eaux du lit majeur n’est pas propre à la vallée de la Divatte mais fait partie des nombreux systèmes de drainage mis en place sur le bassin versant ligérien et plus précisément en aval de Nevers. Ces systèmes repose sur la mise hors d’eau des vallées par les digues de Loire. Celles-ci étaient naturelles, ont évoluées en turcies puis ont été renforcées en levées.

L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux

 

Ça commence au cœur du hameau des Brosses, sur la commune de Chateau-Thébaud, juste à côté du parking qui fait office de place centrale du village. Une juxtaposition d’objets de verre, de métal et de plastique qui constituent aujourd’hui ce que l’on met en commun à l’échelle d’un village : un abribus, une grappe de boîtes aux lettres, des bennes à ordures, une borne d’incendie. Ces objets nous parlent de réseaux (de distribution, de ramassage) par et vers des lieux de stockage plus ou moins lointains et invisibles à nos yeux. L’emplacement de cet agglutinement d’objets ne semble pas dû au seul hasard ; on peut voir au premier plan sur la photo un modeste édifice circulaire, appareillage de pierres pris d’assaut par les mousses et coiffé d’une plaque de métal : le vieux puits communal. S’il ne fait plus office de point de captage d’eau, sa présence semble toujours opérer dans l’organisation du tissu du village. On ne s’est pas résolu à raser cette percée dans le sous-sol, alors on garde le puits en vestige, et la place attenante avec.

Ce puits nous parle d’un autre temps, d’une autre forme de communs. C’est un symbole de l’ère paysanne où aller puiser l’eau quotidiennement mettait en rapport direct les corps humains avec la ressource en eau du sol. Il nous parle d’ancrage.

Valérie Jousseaume, dans l’ouvrage – publié à partir de sa thèse, Plouc Pride, un nouveau récit pour les campagnes, nous parle d’un biculturalisme qui serait propre à l’ouest français, du fait de l’histoire de l’industrialisation des campagnes du pays. C’est dans l’ouest de la France, industrialisé plus récemment que le nord par exemple, que l’identité et les pratiques paysannes ont perduré plus longtemps, jusqu’à cohabiter avec les valeurs de la modernité. Et l’autrice nous enjoint à se saisir des traces restantes de cette culture pour penser le monde qui vient, pour ré-atterrir.

C’est dans cette veine que nous nous sommes intéressés aux anciens communs de villages, et plus particulièrement aux puits, donc à l’eau potable, et finalement aux manières actuelles de la produire et de la distribuer.

Continuer la lecture de « L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux »

En eaux troubles

Photo @florentlandreau

Des terres vaines et vagues

Les anciennes cartes de la région mentionnaient les marais sous le nom de « terres vaines et vagues ». Cette expression utilisée par les notaires indiquait des terres aux frontières changeantes et incertaines, sans valeur notable. Pendant longtemps, cette vision a prédominé concernant les marais. Cela explique pourquoi leur assèchement était perçu comme bénéfique, valorisant des zones autrefois négligées.

Continuer la lecture de « En eaux troubles »

Voyage sur le sentier des vannes

Photo : @florentlandreau

Le marais de Goulaine est situé sur un des bassins versants qui alimente la Loire en aval et qui apporte à lui seul 18 millions de m3 d’eau potable, ce qui est considérable. Cela équivaut aux besoins d’une agglomération de 500 000 personnes. C’est un écosystème complexe qui joue un rôle crucial pour la biodiversité. De plus, il a un rôle très important dans la gestion hydrique de la région car il fait office de bassin de régulation, ce qui tend à atténuer l’impact des inondations.

Continuer la lecture de « Voyage sur le sentier des vannes »

Pour la (re)circulation du vivant

Révéler la bordure bocagère du marais de Goulaine et le potentiel des jardins

Le marais de Goulaine est une cuvette subdivisée en deux dépressions issues de l’érosion, séparées par la butte de la Roche. Alors que la zone humide avait été aménagée et était autrefois accessible en bateau pour transporter du vin, de la chaux et des céréales, la construction de la Divatte a bouleversé ses usages. Pour faire court et se concentrer sur ce qui m’intéresse, les marais se sont vus contenir les eaux des crues en hiver et accueillir des pâturages en été, faisant évoluer ses frontières tout au long de l’année. Le marais était alors régulièrement fauché pour nourrir le bétail et accéder aux cours d’eau. Ce fauchage est devenu essentiel pour préserver les espèces qui y sont installées, et conserver des niveaux d’eau corrects à chaque saison est tout autant important, c’est notamment pourquoi on trouve des portes hydrauliques au niveau du pont de l’Ouen, et le long du canal de Goulaine.

L’eau, essentielle pour le vivant, est très présente dans ce territoire mais on a tendance à l’oublier. Selon François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner, nous devrions fonctionner par bassin versant, en voyant les cours d’eau comme les veines du territoire. Ils ont déjà marqué les villes et les régions pour tracer des frontières mais aussi pour les nommer, alors pourquoi pas faire communauté dans ce sens ? Autour de ces eaux, des hydromondes se développent. Ce sont toutes les continuités écologiques qui se forment entre différentes espèces.

“Un bassin-versant est tout un monde. (…) Une ligne de partage – des eaux, mais aussi des sols, des climats et des vivants.”

Pour une intermondiale des bassins-versants, François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner

Depuis les années 1990, le système de polyculture associée à l’élevage et à la vigne disparaît pour laisser place à la viticulture et au maraîchage spécialisé. Le marais se referme sur lui-même à cause d’un manque d’entretien, qui conduit à un boisement et un enfrichement. De plus, ce marais est une cuvette qui récolte toute la pollution liée à l’agriculture intensive. La zone humide, menacée, est alors classée Natura 2000. Comment son contour a-t-il été défini ? En comparant les cartes établies depuis le XVIIIe siècle, ses frontières semblent avoir évoluées, lui donnant une épaisseur impalpable.

Evolution des contours du marais représentés en carte en 1756 (beige), 1820 (marron), 1960 (vert clair) et 2020 (vert foncé)

Continuer la lecture de « Pour la (re)circulation du vivant »

Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée

La vallée de la Divatte est séparée de la Loire par la levée de la Divatte, digue érigée entre 1847 et 1856 à la suite de crues répétées du fleuve. Elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve et a permis de libérer les communs jusqu’ici utilisés comme pâturages pour une activité maraîchère.

Elle est réputée insubmersible jusqu’à la grande crue de 1910.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale

Le 2 décembre 1910, la digue est percée par les eaux à deux reprises, laissant le fleuve envahir son lit majeur sur 30 kilomètres carrés. En certains points, l’eau atteint 5 mètres de hauteur. Le lendemain, la digue d’Embreil est submergée et laisse les eaux s’engouffrer dans le marais de Goulaine. Le 6 décembre, les ingénieurs des Ponts et Chaussés dynamitent les portes anti-crue de Basse-Goulaine pour laisser le trop-plein se retirer dans le fleuve. Le spectacle est saisissant.

La digue fatiguée, causait des inquiétudes ; des renards se produisaient sur plusieurs : points, on aveuglait les fuites le mieux possible, et dans la soirée, vers 8 heures, la rupture se produisit : Ce fut terrible. Deux ou trois maisons ont été emportées.

L’Espérance du peuple, 4 décembre 1910

La zone mettra 3 mois à être drainée partiellement. 8000 habitants seront déplacés sur 7 communes différentes, pour autant aucune perte humaine n’a été déplorée.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale
Continuer la lecture de « Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée »

Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide

Randonnée du 13/03/24 – Les chemins de l’eau
Itinéraire préparé et réalisé le 13/03/24 (document réalisé par l’autrice)

Suite aux randonnées groupées et solitaires précédentes, mon attention s’est portée sur l’eau, omniprésente dans les paysages que j’avais traversé. En écho à celle présente dans notre corps, l’eau du Marais de Goulaine s’étale, s’impose, s’infiltre. Lorsque nous marchons, nous empruntons des sentiers qui semblent nous être destinés. Lorsque l’eau circule, elle semble utiliser des fossés, des creux qui lui sont destinés. Pourtant, j’ai plusieurs fois marché sur ou dans l’eau. Etait-ce un sentier ou un ruisseau ? j’ai donc choisi pour cette nouvelle marche de longer au possible le marais de Goulaine, en passant par un point haut, la butte de la Roche, pour mieux en comprendre les reliefs, et descendre vers cette surface d’eau que je ne connaissais pas et que je n’arrivais pas encore à visualiser. Nous avions prévu avec Louise de commencer cette randonnée ensemble puis de nous séparer pour contourner une partie du marais chacune d’un côté, afin de nous concentrer sur des thématiques différentes.

Continuer la lecture de « Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide »

Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou

Le sentier qui vous était proposé dans les articles précédents envisageait la marche comme une expérience interculturelle : un dialogue entre le marcheur et les entités plus qu’humaines qui peuplent les marges de la métropole. A cheval sur deux bassins-versants, entre l’Erdre et la Loire, son tracé suit les lignes d’une glyphe celte plaquée sur le sol, symbole de l’élément eau. Le marcheur relie ainsi des nœuds où se trouvent des singularités du paysage liées à l’eau : une mare, une source, un puits, une station d’épuration, une pompe… Depuis ces nœuds pourraient se jouer de nouvelles formes de rituels, liées à l’eau, dont le projet de la maison-source est un exemple.

Le village de la Gouachère dans la dynamique des bassins-versants d’Erdre et Loire (document de l’auteur)

Le sentier Pertho nous a conduit jusqu’à la Gouachère, un village excentré du reste de la métropole et de ses infrastructures, en aplomb de Nantes et de Carquefou. L’eau y est présente sous de nombreuses formes. A la surface, on la voit dans les mares, les noues, les prairies humides ou dans de petites sources, connues de ses habitants. Malgré cela, elle n’est bue ou utilisée que par un très petit nombre d’entre eux. Le village est en effet relié au grand réseau métropolitain.

La Gouachère et la vallée de la Chalandière (document de l’auteur)

La maison-source se propose d’offrir aux habitants de la Gouachère, ainsi qu’aux marcheurs du sentier Pertho, un accès à l’eau de la vallée et aux services qu’elle peut rendre aux humains. On y trouve notamment des douches, une laverie et accès à une eau potable. Elle se trouve en bordure du village, en partie haute d’une prairie humide. Du fait de la courbure naturelle du site, les eaux de pluie, qui du village viennent s’infiltrer dans le pré, ont tendance à se concentrer rapidement à l’est de la parcelle, rejoignant ainsi plus directement le petit ruisseau situé en contre-bas. Les trois bâtiments de la maison-source sont implantés de façon à inonder plus largement la prairie pour stocker plus d’eau dans les sols, en faisant glisser les eaux de pluie aux pieds des façades.

Les eaux qui ruissellent (plan de l’auteur)
Continuer la lecture de « Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou »

Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez

Aux abords du ruisseau de la Chalandière, on découvre un vallon très boisé de frênes, de chênes, de châtaigniers… Leurs troncs sont plutôt fins, ces arbres sont en effet très jeunes. C’est une vallée qui était fortement habitée avant le remembrement et qui s’est transformée en petite forêt, en friche pendant les années 70 – 80. Si vous vous y promenez au printemps, prenez de bonnes chaussures car le sol se gorge d’eau, et les chemins y sont pentus. Les sentiers, sûrement très anciens, longent des cours d’eau qui serpentent dans des fossés entre les arbres. On rejoint des mares, quelques sources, d’autres ruisseaux discontinus… De petites fleurs colorées poussent auprès des arbres, on trouve un terrier de lapin ou de blaireau, des oiseaux qui chantent dans les branches… C’est un lieu très habité.

En remontant vers le village de la Gouachère, ce n’est que très progressivement que l’on quitte cette ambiance de sous-bois. Les arbustes deviennent des haies opaques de lauriers ; le sentier, plus large, peut désormais accueillir le passage d’une voiture. Au bout de celui-ci, on trouve un petit édicule blanc, non loin des premières habitations de ce hameau. En vert sur fond blanc, trois traits parallèles tracent le S de Suez.

Suez, c’est le nom d’un isthme situé en Egypte qui relie l’Afrique et l’Asie et qui sépare la mer Rouge de la mer Méditerranée. C’est aussi le nom d’une multinationale dont la création remonte à 1855, au moment du percement d’un canal dans cette frange de terre pour relier les deux mers. L’entreprise trouve donc ses racines dans la longue histoire de l’exploitation d’un canal sur le sol égyptien par une entreprise française, puis par des britanniques jusqu’à la crise de Suez, la nationalisation par Nasser en 1956 et l’échec de l’opération militaire franco-israélo-britannique pour restituer l’exploitation du canal à ses anciens actionnaires. En somme, c’est un emblème de l’impérialisme européen au Proche-Orient1.

La construction du canal de Suez, 18662

L’exploitation du canal par la Compagnie financière de Suez prend fin dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle entreprend alors une conversion vers la finance et effectue de nombreux investissements à l’étranger notamment. En 1967, elle devient actionnaire majoritaire de la Société Lyonnaise des eaux et de l’éclairage. C’est une entreprise qui s’est attachée depuis le Second Empire à devenir l’acteur central de l’approvisionnement en eau, de la production de gaz puis d’électricité dans de grandes villes françaises. Les deux entités fusionnent en 1997 pour former le groupe Suez.

Continuer la lecture de « Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez »

Traversée de mondes animés

Où sont les mondes animés aujourd’hui dans la périphérie de la métropole nantaise ? Reste-t-il des rites autour de l’eau, des pierres, des forêts dans ces paysages ?

Ce sentier invite celui qui l’emprunte à une expérience interculturelle : un dialogue entre le marcheur et des non-humains qui habitent ses abords.

Le sentier à l’échelle de la métropole (document personnel)
Un rituel comme dispositif d’attention

Le tracé dans la métropole propose une marche qui serait un rituel. Les trois chemins qui le compose suivent la forme de trois runes celtes : Pertho, Ansuz et Inguz, chacune liée à un élément de la triade celtique, respectivement l’eau/les sources, l’air/les forêts, la terre/les mégalithes. La marche, en soit, est déjà une forme de méditation, seul ou en groupe. La marche comme rituel vise à y ajouter une dimension spirituelle : imprimer avec ses pas un symbole dans le sol.

Le sentier relie des points et traverse des mondes singuliers pour construire une attention autour de la manière dont l’humain aménage ces trois éléments. C’est un outil pour se réapproprier des paysages ordinaires ou rudes parce qu’ils ont une vocation purement fonctionnelle, au seul service des humains.

Pertho : faire parler les eaux captées, pompées, nettoyées…
Le sentier à l’échelle du cadrant Nord-Est

A l’échelle du quadrant nord-est de la métropole nantaise, on traverse des « mondes de l’eau ». La marche débute dans la vallée de la Chalandière, à la source de la mare chaude et s’achève à une autre source plus au sud : celle de la Poste.

Continuer la lecture de « Traversée de mondes animés »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search