Là-eau

Culture de l’eau. Réseau et infrastructure de la ressource.

L’omniprésence de l’eau, naturelle et technique

Entre infrastructures naturelles, Loire, Acheneau, Lac de grandlieu, et techniques, puits, châteaux d’eau, barrages et vannages, le territoire Sud-ouest de la métropole nantaise se caractérise par un profil hydraulique domestiqué et discret.

Carte des ouvrages de gestion de l’Acheneau
Carte des puits et châteaux d’eau le long du sentier

La Loire s’impose d’elle-même, par sa dimension et les contraintes qu’elle induit. Tandis qu’au Sud, le Lac de Grandlieu se fait oublier, réserve naturelle, les hommes en sont proscris. Puis une rivière les relie, l’Acheneau, très en retrait elle aussi des zones fréquentées, longue d’un peu plus de 30km, la rivière possède la particularité de couler dans les deux sens grâce au faible dénivelé entre ses extrémités : 40cm, ce qui en fait aussi une zone marécageuse. Cette déclivité est aujourd’hui utilisée pour exonder les eaux vers la Loire, ou au contraire prélever l’eau de la Loire pour alimenter en eau les marais.

Continuer la lecture de « Là-eau »

Cachez cette eau que je ne saurais voir

Sur les cartes IGN, série bleue, on distingue des petits points bleus aux centres blancs : Fontaine, Puits, Source. Trois mots pour qualifier ces petits points, mais trois mots aux significations bien différentes. Je décide d’aller à leur rencontre, ou du moins à la rencontre de ces sources parce que pour moi ce sont des sources, j’en ai tellement envie. Cela signifierait la possibilité d’un ravitaillement lors de marches, des moments de repos en écoutant le chuchotement d’un filet d’eau.

Quelle ne fut alors ma stupéfaction en constatant que ces points étaient des puits et des puits clos, vraisemblablement hors d’usages, relégués au rang de décoration urbaine pour les plus chanceux. Leurs bouches sont grillagées ou obstruées, les pompes manuelles puisent dans le vide, nous privant de ce fait du précieux liquide qui incarne pareils lieux.

 

Trois puits. L’environnement a été mis en nuances de gris, les puits sont photographiés en couleur, on constate la monotonie. Le puits de gauche est condamné d’une plaque d’acier galvanisé, celui au centre est à pompe manuelle de puisage mais il ne fonctionne plus, celui de droite est obstrué par une porte grillagée.

Continuer la lecture de « Cachez cette eau que je ne saurais voir »

Les eaux fils de l’haut

Première version du tracé

 

Nous sommes à La Montagne. La ville tire son nom de ses particularités géomorphiques, elle est située sur devant le Château d’Aux, un lieu important de l’histoire de La Montagne et de Bouguenais. Des guerres entre républicains et vendéens, mais aussi suite à la proclamation de la république de 1792. Le lieu était en effet le dernier bastion protégeant les aciéries de Haute Indre. Le peuple et les ennemis avaient alors compris que contrôler les lieux, c’était paralyser les aciéries. Pour le peuple, c’était un formidable moyen de se faire entendre, cependant les révoltes furent écrasées dans le sang. Aujourd’hui le château est un établissement public nommé Félix Guilloux, qui héberge l’association « Au Fil de l’Aux », qui agit pour la protection de l’enfance.

Si le parcours débute ici, c’est pour montrer que les choses changent. S’il est difficilement perceptible de constater un changement de forme sur le château, on devine aisément que le fond est tout autre qu’autrefois.

Je vais alors poser une question qui n’est pas qu’est ce qui a changé, mais comment les choses ont-elles changées ? Comment ce changement a-t-il été possible ? Nous pouvons voir des maisons autour de nous, une école est juste derrière, qu’est-ce qui a fait que ce soit possible ? Ici à La Montagne, et partout ailleurs ?

Maintenant direction le nord, pour débuter les réflexions, nous allons longer la Loire sur la crête de la Montagne, de manière à être en surplomb sur les prairies du lit de la Loire.

Ce premier tronçon n’est que peu sauvage, la proximité de maisons y est pour beaucoup. Nous arrivons sur un point de vue panoramique : l’ancienne carrière de la Roche Ballue en contrebas, puis derrière, des prairies, arborées, et traversées de lignes hautes tensions. Au loin, si la Loire n’est pas observable, on discerne plusieurs éléments identifiables, la tour de Bretagne, le sillon de Bretagne, le pont de Cheviré, des châteaux d’eau et des cheminées ou des tours radio. Le lieu est idéal, il regroupe les éléments observables qui introduisent la réflexion du « comment est-ce possible », la distance/l’horizon, les lignes hautes tensions et les châteaux d’eau.

Pourquoi ces infrastructures sont-elles là ? Parfois où on ne les attend pas. Comment ces objets techniques ont-ils rendu possibles le monde actuel ? Qu’en retenir ?

Nous poursuivons vers l’étier de Port Lavigne, puis arrivons à la zone de Cheviré. Le pont est immense, et malgré son importance, il est à la lutte avec une jungle de câbles électriques qui sillonnent le ciel pour savoir qui occupent le plus de place – le bruit monopolise l’espace. Pas d’arrêt ici, nous continuons notre chemin le long de la carrière des Pontreaux à travers Bouguenais puis sortons de l’espace urbain, c’est déjà plus paisible. Nous arrivons auprès d’une seconde carrière, celle des maraîchères. Nous sommes juste au bord du précipice, on peut en voir le fond.

Nous nous arrêtons, le site fait partie de la réflexion, l’eau et l’électricité sont tirés du sous-sol (indirectement, les technologies pour produire de l’électricité proviennent de minerais, celles pour le transport de l’eau également). Les carrières sont d’une beauté effrayante, on y observe un paysage peu commun qui se traduit par un usage de la matière difficilement reconnaissable entre l’état brut et transformé.

Le chemin continue, nous traversons l’autoroute, puis, la retraversons un peu plus loin, au niveau d’un château d’eau « le désert » de Bouguenais. Que fait-il là ? En campagne ? Quand ses utilisateurs sont ailleurs ? S’il s’appelle le désert c’est d’ailleurs sûrement à cause de sa localisation, raison qui rend davantage encore curieux ce choix.

Nous arrivons aux Bauches du désert, un peu plus au sud. Une bauche est un reboisement d’un espace « vide ». On pourrait alors penser qu’avant le hameau et la construction du château d’eau, les lieux étaient désertiques. Nous bifurquons vers l’ouest, l’environnement est calme et boisé. Nous traversons la D751 et arrivons sur un site qui semble abandonné. C’est l’ancien poste TSF (Télégraphie Sans Fils) de Basse Lande. Nous nous arrêtons faire une pause, et découvrir les lieux abandonnés, une ruine à côté d’un vieux château d’eau.

Nous repartons, un poste électrique est sur la route, des pylônes traversent des vignobles. Nous empruntons un chemin en direction de La Montagne, puis un bois, du Vieux four, puis un autre, des fous. Nous nous arrêtons. C’est la fin d’un premier tronçon, nous échangeons puis nous donnons rendez-vous au pont de la rue de la Cale, qui franchit le ruisseau des fous. Nous fixons une heure, et nous séparons.

Arrivés au point de Pont, nous repartons sur la rue de la Cale, et longeons l’île Pivin. Le cadre est agréable, d’un côté La Montagne, sur une butte rocheuse, de l’autre les prairies de l’île. Nous observons les restes d’anciennes lignes électriques, et apercevons des éléments du rivage nord de la Loire, un château d’eau, une cheminée. Le chemin se met subitement à monter, en direction de Saint-Jean de Boiseau. Nous arrivons en haut, sur un chemin empierré qui mène vers le château du Pé. Depuis ce chemin, de nouveau le paysage s’offre à nous. Nous y voyons Saint-Jean-de-Boiseau, coupé en deux par deux champs, le château d’eau du village, des pylônes électriques, la cheminée de Veolia Propreté de Couëron, la tour à plomb de la médiathèque, et même au loin, les cheminées de la centrale à charbon de Cordemais. On peut de nouveau se rendre compte des distances qui dimensionnent le territoire. Nous descendons à l’entrée du parc du Pé, puis nous séparons de nouveau, et fixons un nouveau point de rendez-vous, la métairie du bois, du Bois de Jasson.

Là-bas, Nous traversons le Bois de Jasson, vers le Sud, chacun est silencieux, à l’écoute des bruits environnant, jusqu’à butter sur l’Acheneau, nous allons alors vers Pilon, où se situe le pont le plus proche. Nous longeons l’Acheneau, tant bien que mal. Suivre son cours est difficile à cause des fluctuations de son lit. Nous passons le château Briord et constatons un nouveau château d’eau, mais de moindre taille, il est probablement à usage privé. Puis nous redescendons jusqu’à port Saint-Père, où il est de nouveau possible de traverser, la marche était vraiment paisible, sans doute grâce à la difficulté d’accès du site, il y a peu de passage. Nous traversons le bourg et franchissons la ligne ferroviaire, l’horizon des lignes semble infini. Nous longeons cette ligne et franchissons l’Acheneau en suivant les rails, et apercevons la réserve de Grand Lieu, l’Acheneau serait en fait un outil permettant à l’eau recueillie par le lac de gagner la Loire.

Nous prenons la direction de  Brains, en passant par Saint-Léger-des-Vignes, par le Port Hamoneau. D’ici, les marais qui longent la rivière offrent un nouveau panorama sur la vallée de l’Acheneau. Nous remontons au Grand Pêle, et rejoignons Brains par la chemin du Moulin du Breuil. Un nouveau tronçon se termine, et de nouveau nous nous donnons rendez-vous à la Maison du Lac de Grand Lieu à Bouaye.

Une fois sur place, nous partons en direction du pavillon Guerlain. Nous suivons le chemin qui le dessert en admirant l’immense réservoir d’eau qui s’étend à perte de vue comme une récompense après une marche éprouvante.

Durant cette marche, vous aurez observé des kilomètres de câbles apparents, mais aussi des réservoirs d’eau aux plus hauts points, là où il fallait aller la chercher sous terre autrefois. Des traductions d’extractions, à certains endroits, et de construction à d’autres. Des infrastructures insoupçonnées, parce qu’invisibles, à l’image des canalisations enterrées, ou simplement loin du regard, mais qui sont responsables de la manière de construire la société.

Cette marche est une prise de conscience. Une prise de conscience de l’origine, du coût et de l’énergie nécessaire à construire la société. Les matériaux qui « sortent de terre » pour aller toucher le ciel en sortent réellement. Ils sont les garants de la société.

Une marche longue, parce que, plus le périple est long, plus la journée est longue, les distances et le temps s’allongent. Frédéric Gros explique « c’est en marchant qu’on se rend compte du coût d’un kilomètre ». Imaginez alors les coûts d’un kilomètre de cycle de l’eau, de la naissance de la goutte à son absorption, d’un kilomètre d’électricité, du nécessaire pour le générer, à sa transformation.

Vous aurez enfin constaté durant cette marche :

Des moments de liberté, que je qualifierais de « laisser faire ». Une marche ce n’est pas une trajectoire rectiligne, chacun est libre de choisir son chemin, aussi ces moments sont fait pour que chacun puisse arpenter sans contraintes le territoire.

Dernière version de la carte du sentier

Enfin, l’alternance de paysages : urbain, bois, rivière, village, rivière de nouveau, hameau, bois de nouveau, et sur des chemins variés, ensablés, empierrés, enterrés ou bien bitumés. Cette marche est à l’image de nos pensées pendant la marche, tant prospectives que contemplatives, tant réfléchies que flâneuses, tant entourées qu’isolées. Cette marche traduit l’évolution de nos pensées et les représente.

du fleuve au fleuve, par les ruisseaux et les marais, les paysages de l’eau

Inspiré les lectures des récits de Sylvain Tesson, dont les mots sont d’agréables compagnons de marche

Ce sentier se déroule le long du fleuve et va à la découverte de ses affluents. Au fil de ses différentes haltes et détours, c’est toute une multitude de paysages différents qui se succèdent et que nous allons parcourir. Nous débutons donc à la pointe ouest de l’Ile de Nantes, l’un des symboles forts et paysage de carte postale de la ville de Nantes elle-même.

Mais l’histoire a déjà commencé, sans nous attendre, en effet, ce fleuve que nous allons longer sur approximativement quinze kilomètres, a pris sa source à près de mille kilomètres en amont pour traverser la France d’Est en Ouest et son bassin versant capte les eaux d’un territoire comptant pour un cinquième de la superficie de la France. Nous nous trouvons également à l’endroit même où le fleuve est considéré sous régime maritime, les limites précises où s’arrêtent le régime fluvial étant le pont Anne de Bretagne sur le bras nord de la Madeleine et le pont des trois continents du bras sud de Pirmil que nous allons emprunter sous peu.

Pour cela nous longeons tout d’abord le quai Wilson qui a vu cesser son activité assez récemment en janvier 2000 suite à l’évolution du trafic maritime dont la jauge des navires ne cessait d’augmenter et que la profondeur du fleuve à cet endroit ne satisfaisait plus à ces exigences. Aujourd’hui à l’aube de sa reconversion (la dernière phase de réaménagement de l’Île de Nantes débutant), ce quai abritera de ses arches de pierres un nouveau parc qui fera écho aux berges naturelles sur la rive sud lui faisant face à Rezé.

En empruntant le pont des trois continents mis en service en février 1994, nous atteignons la rive sud et ses anciennes îles comblées. Ce pont supporte un important flux routier, générant sentiment d’insécurité piétonne, gène olfactive et sonore, et est aussi le dernier moyen jusqu’à l’embouchure, pour nous piétons, de traverser la Loire sans recourir à l’intermittence des bacs en aval. La Loire à quelques mètres sous nos pieds paraît calme, mais elle est animée par un puissant courant pouvant charrier des objets flottants volumineux et potentiellement dangereux pour la navigation.

Arrivés donc sur la rive sud, le village de Haute Île fait figure de dernier bastion de résistance, témoin d’un modeste passé portuaire, aujourd’hui ceint de grands entrepôts, demain de non moins grands édifices de logements, ce village emblématique, comme ceux de North House et Trentemoult que nous rejoindrons plus tard, tente vaillamment de résister au féroce processus de gentrification.

Franchir la passerelle de bois au-dessus de l’écluse régulant le flux de la Sèvre Nantaise nous permet d’atteindre la pointe de Pirmil, un délaissé de verdure bloqué par le nœud multimodal de transport promut lui aussi à une imminente et massive bétonisation.

Le paysage résolument urbain qui nous a accompagné depuis le début va très rapidement s’effacer et passer en second plan dès lors que nous allons suivre les bords de la Sèvre Nantaise. Les jardins des demeures cossues qui la bordent sont la mémoire du passé portuaire de Nantes au XVIIe siècle où Louis XIV fit de lui la destination privilégiée d’import et d’acclimatation de végétaux. Bien que très aménagées, ces rives conservent un aspect plus naturel que l’autre affluent nantais de la Loire, l’Erdre.

Nous bifurquons vers le Sud en remontant l’Îlette et nous gravissons un relief plus marqué que les douces pentes des berges précédentes, le paysage se resserre autour nous. Les anciennes tanneries de la Rousselière (1850) qui bénéficièrent de l’eau du ruisseau, réhabilitées en logements, nous exposent fièrement leurs façades de briques, de métal et de verre alors que nous passons à côté d’elles.

Notre chemin atteignant l’a priori infranchissable périphérique, un détour s’impose par le village de la Verterie où une serre maraîchère semble bien isolée de ses sœurs en amont de la Loire. En passant finalement le périphérique, nous longeons par le Nord le bourg des Sorinières, d’abord par un couloir vert ménagé comme zone tampon entre les plus récents lotissements résidentiels, puis à travers les zones humides du nouveau Marché d’Intérêt National pour replonger vers la Loire à travers l’étroite vallée de la Jaguère qui se cache à Rezé. Nous sommes alors dans un étroit corridor de verdure, un peu encaissé, et l’on pense alors être à bonne distance de la ville qui ne se cache pourtant que derrière les premières rangées d’arbres.

Un crochet par une icône dont il est difficile de ne pas noter la présence lorsque l’on fréquente les bords de Loire à Nantes, la Maison Radieuse (Le Corbusier, 1955), nous mène ensuite au site archéologique de Ratiatum, vestige d’une activité portuaire en bord de Loire entre les Ier et IIIe siècles.

Nous sommes à nouveau pris dans l’activité effervescente de la ville lorsque nous traversons le boulevard du Général de Gaulle et la zone commerciale d’Atout Sud et un nouveau contraste s’établit dès lors que nous rejoignons les quais de Trentemoult où nous retrouvons la majesté du fleuve. C’est ici également qu’apparaissent les installations industrielles du Grand Port Maritime de Nantes Saint Nazaire sur la rive opposée avant que nous ne nous confrontions directement à elles.

C’est une friche et le profond fossé du cours détourné du ruisseau de la Jaguère en limite Ouest de Trentemoult qui nous empêche de suivre la Loire au plus près. Nous allons donc dans un premier temps devoir éviter l’enceinte close de grillages du port de Cheviré par le Sud et la route départementale de Pornic très fréquenté. Ici le paysage se distant, fini les pavillons individuels et leurs jardins, place aux grandes voies de circulation et aux volumineux parallélépipèdes des entrepôts. Il est enfin possible de pénétrer dans cette zone qui semble défendue par l’entrée centrale du port. En se dirigeant alors directement vers la Loire au Nord, une fois quittée la voie la plus usitée par les poids lourds, une étrange impression nous étreint, celle d’une apparente inactivité, le bruit ambiant n’étant pas plus intense que celui du trafic en plein centre de Nantes par exemple. Le piéton ne semble manifestement pas avoir sa place dans cet endroit non plus au vu de l’absence d’aménagement viaire. La Loire elle-même semble avoir disparu, les hangars, silos et autres bâtiments des ports de la Roche Maurice et du Bas Chantenay constituent la toile de fond du décor, il faut se trouver à moins de cent mètres des quais pour que la différence de niveau ne tende plus à la masquer. L’immense objet qu’est le pont de Cheviré continue à vous plonger dans cette ambiance presque surréelle car, selon votre position et le sens du vent, le bruit généré par les automobiles sur son tablier peut être à peine audible. La traversée de cet espace termine comme elle a commencé, par une friche, celle de l’Île Botty qui, comme toute les autres, fut remblayée et stabilisée grâce aux sables issus des dragages du lit de la Loire.

En face se trouve le village de Port Lavigne, un Trentemoult miniature, qui mène aux artificielles dunes de sable de l’île de la Fourche dans un paysage redevenu verdoyant, les végétaux permettant de fixer ces reliefs créés par l’Homme.

A l’horizontalité des prés traversés s’oppose ensuite la verticalité de la falaise et de l’ancienne carrière qui abrite aujourd’hui la base de loisirs de la Roche Ballue, celle-ci procure sans doute aux habitants de cette zone de la métropole nantaise le plus proche lieu de baignade en eaux naturelles avant l’océan.

Roche que l’on longe jusqu’à la bien nommée commune de La Montagne qui de son surplomb domine le lit majeur de la Loire. Puis vient l’île d’Indret qui semble fonctionner en toute autarcie : des logements à l’usine, de l’église à la médiathèque, du château d’eau à la station d’épuration, et cet énigmatique tube rouge émergeant de la Loire… Une installation de Jimmie Durham pour l’aventure artistique Estuaire en 2009.

Nous entamons ensuite la seconde boucle vers l’intérieur des terres avant de retrouver une dernière fois les berges de la rive sud de la Loire. L’ascension de La Montagne et la traversée de la départementale menant à l’océan se fait en suivant le chemin de l’eau créé par l’Homme vers le point culminant de la commune de Brains où se situent deux châteaux d’eau qui doivent probablement être les points de départ du réseau d’adduction en eau potable pour plusieurs des communes à proximité. En basculant de l’autre côté du bourg vers l’ouest, nous rencontrons un réseau hydrographique plus ancien, mais tout aussi contrôlé : l’Acheneau et ses douves de drainage, ses marais et ses prés. Le retour vers la Loire se fait enfin en visitant les puits Saint-Jean-de-Boisseau et en traversant le fleuve depuis Le Pellerin pour retrouver le Paradis à Couëron.

Ce sentier au fil de l’eau permet de voir les différents usages qu’il en est fait : zones humides « techniques » (drainage, bassins de rétention ou d’orage, activités industrielles et de transport, pompage et adduction d’eau potable, traitements des eaux usées), zones naturelles protégées Natura 2000, zones récréatives et de promenades.

L’Oasis

L’oasis

se fraye un chemin à travers l’aride cité minérale

est riche de diversité

est un refuge

est une échappée

est une découverte

est un lieu de quiétude à l’écart de la frénésie urbaine

est sur le chemin

est l’horizon

est un monde

est faite de la main de l’homme

l’eau y est sise

L’idée d’oasis comme thème de sentier m’est tout d’abord apparue à travers l’image d’un étroit couloir abritant une végétation dense et luxuriante, un peu à l’image des vallées des petits ruisseaux nantais que je découvre les uns après les autres.  L’enjeu est de pouvoir permettre à tout habitant de la métropole un accès  rapide et aisé à un environnement dominé par le végétal suivant le principe élaboré par Jean Claude Nicolas Forestier dans son ouvrage «Grandes villes et systèmes de parcs» en 1908. Forestier  y décrit comment structurer une ville par une succession d’avenues-promenades, de petits parcs puis de grandes réserves. Cette démarche est à nouveau à l’œuvre aujourd’hui dans de nombreuses villes et à Nantes même. Le tracé s’appuie donc sur le sentier GRP Pays nantais qui parcourt la métropole, les sentiers qui parcourent les nombreux cours d’eau créent un premier maillage qui est enfin complété par des chemins de traverses. Le tour de la métropole à pied s’effectuerais entre trois à six jours de marche, selon le rythme et les envies de détours de chacun. Ce serait alors l’occasion de haltes dans différents quartiers pour en découvrir l’histoire, rencontrer les personnes qui y vivent et peut-être y déceler les différentes façons d’habiter ce territoire qui pourrait se révéler plus vaste et plus riche de diversité qu’il n’y parait dès lors qu’on le parcourt à vitesse «humaine».