Le long des territoires délaissés

120 km autour de Nantes

Cette hypothèse de tracé s’intéresse aux territoires délaissés de la périphérie. Dans un premier temps, j’ai défini les espaces délaissés comme les espaces non qualifiés sur la carte mais également les espaces non construits ou végétalisés. Afin de les identifier et de les différencier, je me suis intéressée à la nature géographique des sols. Plusieurs catégories se sont dessinées, mettant en valeur la diversité des territoires.

Ce premier tracé dans le grand Nantes tente d’arpenter la plus grande diversité de ces sols.

Il s’agirait par la suite de comparer les données cartographiques à la réalité, d’éprouver les intersections entre ces différents types de sols, de s’interroger sur la nature et l’artificialisation des sols ou encore sur l’accès et la publicité de ces espaces. Il s’agirait également de remettre en question ces catégories, de les redéfinir et de les renommer après les avoir éprouvées.

Mathilde

Allégorie des délaissés – Mathilde

L’Oasis

L’oasis

se fraye un chemin à travers l’aride cité minérale

est riche de diversité

est un refuge

est une échappée

est une découverte

est un lieu de quiétude à l’écart de la frénésie urbaine

est sur le chemin

est l’horizon

est un monde

est faite de la main de l’homme

l’eau y est sise

L’idée d’oasis comme thème de sentier m’est tout d’abord apparue à travers l’image d’un étroit couloir abritant une végétation dense et luxuriante, un peu à l’image des vallées des petits ruisseaux nantais que je découvre les uns après les autres.  L’enjeu est de pouvoir permettre à tout habitant de la métropole un accès  rapide et aisé à un environnement dominé par le végétal suivant le principe élaboré par Jean Claude Nicolas Forestier dans son ouvrage «Grandes villes et systèmes de parcs» en 1908. Forestier  y décrit comment structurer une ville par une succession d’avenues-promenades, de petits parcs puis de grandes réserves. Cette démarche est à nouveau à l’œuvre aujourd’hui dans de nombreuses villes et à Nantes même. Le tracé s’appuie donc sur le sentier GRP Pays nantais qui parcourt la métropole, les sentiers qui parcourent les nombreux cours d’eau créent un premier maillage qui est enfin complété par des chemins de traverses. Le tour de la métropole à pied s’effectuerais entre trois à six jours de marche, selon le rythme et les envies de détours de chacun. Ce serait alors l’occasion de haltes dans différents quartiers pour en découvrir l’histoire, rencontrer les personnes qui y vivent et peut-être y déceler les différentes façons d’habiter ce territoire qui pourrait se révéler plus vaste et plus riche de diversité qu’il n’y parait dès lors qu’on le parcourt à vitesse «humaine».