A la limite

« Le délaissé est une production humaine en même temps qu’un milieu vivant. Quelque chose d’imprévisible y est à l’œuvre. » Yvan Detraz, Zone Sweet Zone

Ce tracé propose d’aller à la rencontre des différentes limites naturelles et administratives ainsi que d’arpenter les différents sols du sud-ouest nantais.

Construction de la réflexion

L’hypothèse de départ s’intéresse aux délaissés urbains et s’inspire du travail réalisé par Yvan Detraz dans le livre Zone Sweet Zone. Il y expose la manière dont il a élaboré un grand sentier de randonnée dans la périphérie bordelaise. Au fil de ses marches, il constate que l’espace périurbain est dessiné selon des logiques marchandes et forme un tout hétérogène. Le périurbain est conçu comme une succession d’espaces décousus qui ne communiquent que très peu entre eux. Entre chacun de ces espaces occupés, se trouvent des espaces inutilisables ou abandonnés. Ce sont ces derniers qu’Yvan Détraz qualifiera de « délaissés ». Au fil de ses arpentages, il reconnaitra les potentialités de ces derniers. Selon lui, c’est en portant de l’importance à ces délaissés qu’il sera possible de recréer une vie publique riche et conviviale en périphérie.

L’hypothèse initiale d’un sentier dans Nantes Métropole s’inspire de cette démarche. Je proposais alors d’arpenter les différents types de sols non urbanisés du grand Nantes.

Le tracé du sentier dans le Grand Nantes

Au fil des marches que nous avons réalisées dans le sud-ouest, j’ai été interpelée par la présence de l’eau : chemins inondés, lac de Grand-lieu, flaques d’eau, terre craquelée, noues. Ces différents types de sols défilaient sous nos pieds et j’ai cherché à en savoir plus. J’ai pris conscience de la géographie des différents bassins versants que nous avions traversés et la présence d’une ligne de partage de ces derniers. En parallèle, j’ai pris connaissance de la structure paysagère du sud Loire qui venait, elle aussi, dessiner le territoire à sa manière.

Le tracé actuel se veut témoin de ces différents étonnements rencontrés au fil du semestre. Il arpente la périphérie avec la volonté de montrer la présence de l’eau sous différentes formes, de traverser des limites paysagères, mais aussi de passer par des frontières invisibles telles que les frontières administratives des communes de la métropole ou encore la ligne de partage des eaux. Ce tracé raconte une autre histoire des délaissés, à la rencontre des limites invisibles du territoire, et surtout au plus près du sol.

 

Territoire mouvementé

En quittant Bouguenais, nous longeons la départementale 751A en direction de Bouaye. Le long de ces deux voies, il n’y a aucun trottoir, il faut marcher sur la piste cyclable ou sur l’herbe à côté du fossé. Nous entendons en continu le bruit des voitures qui passent à quelques mètres à peine de là où nous marchons. Autour de nous s’étendent des champs agricoles, des petits bois, des prairies séparées par des haies bocagères mais peu de maisons. Quelques animaux se devinent au loin, mais ils sont difficiles à identifier. Au niveau d’une intersection, il est indiqué sur la droite un Centre de permis de conduire ainsi que le Centre d’études techniques maritimes et fluviales. Nous continuons de suivre la départementale en longeant une haie de pins. Devant nous, un portail recouvert par de la végétation sauvage. Le passage est bloqué par des blocs de bétons. Nous ne voyons pas ce qui se passe derrière ce portail tant la végétation est envahissante. Quelques mètres plus loin, nous retrouvons des blocs de bétons et de granite venus condamner une entrée. On y voit un peu plus clair, la végétation est moins présente, et nous devinons un bâtiment derrière les fourrés.

En arrivant sur le site la première fois

Continuer la lecture de « Territoire mouvementé »

Le mystère de l’Ermitage de Saint-Hermeland

Me voilà arrivé dans la cité des trois îles, plus précisément à Indret, zone mystérieuse repérée sur la carte IGN suscitant hautement ma curiosité. D’abord détachée du reste de sa commune, puis isolée par des grandes prairies humides et l’estuaire de la Loire, Indret parait historiquement et spatialement garder son ancien passé d’île. Arrivé en bateau, ou plutôt en BAC, j’ai d’abord été frappé par la forte identité industrielle d’Indret et son gigantisme. Constructions soit hautes, soit massives, le relief d’Indret vient scinder le paysage ligérien. Si mon objectif premier était de traverser la fonderie d’Indret, aujourd’hui aux mains de Naval Group, je me suis rapidement rendu compte de l’impossibilité de ce franchissement. Indret, c’est une ville, un extrait de ville, une île fortifiée ! C’est aussi un grand soin apporté au contrôle et à la protection des regards. Des kilomètres linéaires de murs et grillages l’encerclent. Y faire le tour implique de longer la Loire mais cela est également impossible. Recalé à la frontière sud d’Indret, j’engage ma traversée d’est en ouest. Déçu de cette mise à distance, je persiste. Et voilà que je ne vais pas être déçu…


Arrivé plein ouest, bientôt « en bout d’île », et face à ce qui semble être une impasse, je vois au loin une prairie hautement herborisée avec une matérialité inhabituelle contrastant hautement avec le béton et les métaux de l’usine Naval Group. À cette distance, il s’agit d’un simple agglomérat de pierre s’élevant dans les airs. En m’approchant, bien que difficilement à travers les hautes herbes, je me rends finalement compte que ces pierres ont été soigneusement disposées par la main de l’homme pour former une sorte de grotte formée de deux tours étonnamment liées entre elles. Mais qui y a-t-il à l’intérieur ? Aucun accès n’est encore possible. Cette île semble vouloir conserver des secrets et maintenir un mystère que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de ses remparts.

Photographie du trouble insulaire et en dérive. 8 avril 2021

En effet, ces 2 tours que je qualifierais de « Trouble » semblent être protégées par une triple frontière : localisation égarée ; accessibilité envahissante ; enveloppe-muraille. Il faut dire que ce Trouble est très bien caché. Qui viendrait construire ce genre d’édifice en impasse et en périphérie d’une zone industrielle, sur une ancienne île entourée de rien ? D’une autre part, son accessibilité laisse à désirer, et vient même contrer la marche. Des hautes herbes, on y voit même plus où poser le pied. Une pente ascendante sans prise à laquelle se retenir. C’est un véritable périple pour arriver jusqu’à lui. Le Trouble laissé inerte, comme la prairie non entretenue, semble être une dérive dans le temps, conservé volontairement à l’état d’oubli. Puis c’est son enveloppe de pierres qui vient empêcher l’accès à son contenu, à son intérieur. Tel 2 tours tombées du ciel puis brisées au tier, elles semblent faire muraille à une haute divinité qu’elles protégeraient. Et en prime, la nature s’en mêle une fois de plus. Le lierre s’accrochant à lui vient à former le liant entre les pierres. Véritable élément structurelle, il tend à renforcer la tenue du Trouble dans le temps ainsi que le caractère infranchissable de son enveloppe-muraille.

Je reste là, autour de lui, tournant encore et encore. Les mêmes questions se ressassent. Qu’a-t-il à me révéler ? Quel est son utilité ? Que peut-on faire dans un espace si étroit ? Empreint de curiosité, je mène alors quelques recherches historiques. À ma grande surprise, ce n’est pas une grotte divine mais un refuge, plus précisément un ermitage qu’on nomme également l’oratoire de Saint Hermeland. Oratoire et Ermitage rapportent tous les deux au besoin de se mettre à l’écart. Si le premier est un petit lieu consacré à la prière à l’usage d’une personne ou d’une famille, le second se dit être l’habitation d’un ermite. D’après son nom, cet édifice était alors l’habitat et le lieu de prière de Saint Hermeland, grand personnage historique du 7ème siècle du territoire Nantais. Initialement destiné à faire carrière dans les armes, il fit connaître sa décision de quitter la cour du Roi afin de se consacrer à une vie religieuse. En 670, Les nantais émirent le souhait de voir se fonder dans la région un nouveau monastère. De cette occasion, Hermeland partit pour le diocèse de Nantes. Parvenu dans la capitale des namnètes, il demanda une barque pour descendre la Loire jusqu’à la mer et reconnaître l’endroit qui lui paraîtrait le plus approprié. « Il descendit ainsi la Loire et arriva sur une île un peu en aval. Celle-ci, bien buttée, mettait le lieu à l’abri des inondations et pouvait permettre de dégager des terrains propres à l’implantation des cultures nécessaires. Il aurait nommé le lieu Antrum (antre). Par déformation ce nom se serait transformé par la suite en Aindre puis Indre (nom actuel de la commune). En face, au milieu du fleuve, une autre île plus petite qui lui sembla propre à accueillir ses méditations. Il la nomma Antricinum (petite antre) qui devint également par déformation Aindrette puis Indret »1. Saint Hermeland aimait particulièrement traverser la Loire et venir se recueillir dans la partie ouest d’Antricinum dans ce petit oratoire. Tous les carêmes, Hermeland s’y retirait avec quelques religieux, pour s’y préparer à célébrer la fête de Pâques. Empreint d’un ascétisme hors du commun, il passa la fin de sa vie ermite à Indret, dans son ancien oratoire, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle on nomme à la fois cet édifice Oratoire et Ermitage.

Aujourd’hui encore, l’état de conservation de l’Ermitage de Saint-Hermeland est incroyable. En effet, les marches pour accéder à sa toiture semblent poursuivre l’atteinte des cieux. Propriété de personne, ou du moins c’est là perception que l’on en a, je ressens la fierté de cette découverte vaguement référencée et très peu informée, et j’apprécie pouvoir l’arpenter. Les marches tournant autour de l’ermitage encouragent d’autant plus son exploration qu’elle donne la sensation de s’élever au même titre que les tours avoisinantes, offrant un point de vue unique sur l’usine. Dans un environnement tantôt contrasté ; je pense au contraste d’époque et de matériaux, puis tantôt mystique ; je pense notamment aux coussins de mousses verdoyants et aux pierres polies près du chenal, cet ermitage cultive l’héritage des pèlerins, la transformation du territoire ligérien et les ambiances de l’âge de Pierre presque fantaisistes et étonnamment similaires à celles retranscrites dans nos dessins animés d’enfances.

Alors que j’y retenais la notion d’attente, de repos, d’isolement, de tranquillité et de contemplation en raison de son nom et son emplacement, j’ai récemment appris qu’il a été le fruit d’une expertise patrimoniale en 1982. Le verdict est le suivant, « L’intérieur de l’ermitage, difficilement identifiable, est du XIX siècle. Dans son état actuel, l’édifice proprement dit peut-être considéré comme une curiosité architecturale intéressante, d’un âge difficile à définir, mais pas très ancien (3 à 400 ans), sans intérêt archéologique »2. Pour d’autres, il s’agirait bel et bien d’une tour de défense mais bâtie au XVIIIe siècle sur laquelle on pouvait poser un canon afin de permettre la défense, en aval, des arsenaux tout proches. Le temps a passé, le rôle défensif de la construction n’étant plus d’actualité, une poignée de romantiques, représentatifs de leur époque, auraient transformé la vieille tour en vestige d’ermitage habillé d’un placage de gros blocs de pierre dans le style carolingien vers la fin XIX siècle. À ce sujet, les avis divergent une nouvelle fois. Il s’agirait bien originellement d’un ermitage datant de plus de 1000 ans mais qui serait devenue une loge de gardien. Alors quel est le vrai du faux ? Fiction, fantaisie ou réalité ? Peut-être est-ce là l’âme du lieu : un mystère tourné autour du Mythe de l’Ermitage. Retirer ce mythe, c’est retirer une part de son histoire et à chacun, notre âme d’enfant. Alors pourquoi pas essayer de le faire perdurer encore un peu ?

1Saint Hermeland, moine. Société d’Histoire de Saint-Jean-de-Boiseau.
2Saints de Loire-Atlantique : Hermeland d’Indre. Agence Bretagne Presse, publié le 19/03/12

Symbologie, mythologie et perception dessinées de l’Ermitage de Saint-Hermeland – production personnelle.

Jean Rolin, auteur d’une géographie quotidienne

Ancien grand reporter et passionné d’ornithologie, Jean Rolin (1949 – ) est par la suite devenu une figure de la littérature viatique. Il nous emmène par ses nombreux récits de voyage à contempler des sociétés qui lui sont contemporaines. Ainsi, il documente tout autant Paris et sa banlieue dans Zones (1995), la vie du boulevard maréchal Ney à Paris dans La Clôture (2001), les villes portuaires françaises telles que Calais et Saint Nazaire dans Terminal Frigo (2005) ou encore de nouveaux les abords de la Seine en banlieue parisienne tout en évitant Paris intra-muros dans Le Pont de Bezons (2020).

Une performance

Cet auteur nous offre ainsi une production prolifique d’ouvrages de “voyages sans destination”. En effet, au départ de ses recherches, il ne sait pas encore où cela va le mener. Ses voyages sont des projets, où la finalité n’est pas la réussite ou non, mais plutôt leur entreprise. On retrouve chez lui, dans sa pratique, une façon d’épuiser un trajet ou un territoire grâce à un protocole.

Jean Rolin marche avec des règles protocolaires qu’il n’annonce pas en début de récit mais laisse transparaître par bribes tout au long du récit. Les règles qu’il met en place lors de son dernier voyage relaté dans Le Pont de Bezons (2020) sont les suivantes : ne jamais dormir deux fois dans le même hôtel, ne jamais emprunter deux fois la même ligne de transports, ne pas adresser la parole aux personnes qu’il croise, … D’autre part, la Seine entre Mantes et Melun (hors Paris intra-muros) devient le fil conducteur de sa marche. Ces deux villes tout d’abord car elles commencent par « M », car ce sont deux noms brefs et car elles marquent la limite de jusqu’où peut nous emmener le pass Navigo. Il épuise cette portion par des marches journalières ou sur deux jours où il dort à l’hôtel. Il peut un jour décider de se rendre dans le Nord pour le lendemain marcher en sens inverse dans le Sud, il n’y a pas forcément de continuité dans sa découverte et l’épuisement de cette portion.

Le détail et l’ordinaire

Après ces quelques règles qu’il s’impose à lui-même, hasard et observation sont ses maîtres mots. Il peut alors dans son récit passer sans transition d’une observation à une autre, ce qui nous plonge dans dans son enquête qui se fait de toutes ces pensées individuelles apposées formant un ensemble. Amoureux du sentiment de ne pouvoir rencontrer personne sur son chemin et du détail, il absorbe toutes les émotions que l’on peut éprouver en marchant.

Il a le goût de l’observation, ce qui lui permet d’ethnographier son territoire proche. Il raconte le territoire non pas à travers ce qui paraît immuable et donc le plus objectif, mais bien à travers une série d’anecdotes de ce qui ne restera pas. Attaché à ce qui ne dure pas, Jean Rolin est observateur des détails comme une bouteille de bière vide qui traîne. Il prend ces éléments comme indices, vestiges d’une soirée festive au milieu d’un champ. Les bouteilles de bouteilles de bière sont toujours de la même marque, tout comme les flasques de whisky et de vodka. Ces indices sont les pièces du récit de la société contemporaine, tout comme le sont les habitants et leurs habitudes qu’il raconte avec détachement. C’est l’ensemble du récit mis bout à bout qui dépeint une image de la société contemporaine. Son récit est alors très situé : il dépend complètement de l’espace-temps dans lequel il a marché et qui étaient les personnes qui constituaient l’espace à ce moment-là.  Ses ouvrages peuvent alors permettre la compréhension des lieux et de leur histoire des années après avoir été publiés.

Le long des territoires délaissés

120 km autour de Nantes

Cette hypothèse de tracé s’intéresse aux territoires délaissés de la périphérie. Dans un premier temps, j’ai défini les espaces délaissés comme les espaces non qualifiés sur la carte mais également les espaces non construits ou végétalisés. Afin de les identifier et de les différencier, je me suis intéressée à la nature géographique des sols. Plusieurs catégories se sont dessinées, mettant en valeur la diversité des territoires.

Ce premier tracé dans le grand Nantes tente d’arpenter la plus grande diversité de ces sols.

Il s’agirait par la suite de comparer les données cartographiques à la réalité, d’éprouver les intersections entre ces différents types de sols, de s’interroger sur la nature et l’artificialisation des sols ou encore sur l’accès et la publicité de ces espaces. Il s’agirait également de remettre en question ces catégories, de les redéfinir et de les renommer après les avoir éprouvées.

Mathilde Pham

Allégorie des délaissés – Mathilde Pham