A sols ouverts ! Dans les entrailles d’une ancienne décharge

A quelques kilomètres du centre ville de Nantes, entre le quartier du vieux Doulon et la Loire, se trouve la Prairie de Mauves. Si son nom de « prairie » évoque une vaste plaine enherbée abritant une faune et une flore foisonnante, le paysage que j’ai découvert lors de la marche est bien loin d’être bucolique.

Enclavée entre le centre technique SNCF au nord, l’usine d’incinération des déchets à l’ouest, le périphérique à l’est et la Loire au sud, la Prairie de Mauves a accueilli les déchets de la ville de Nantes durant une vingtaine d’années. Exploitée de 1969 à 1987, cette ancienne décharge a été l’un des sites privilégiés par la municipalité afin d’enfouir tous les détritus dont on ne savait plus quoi faire.

Consommation de l’espace jetable

Depuis la moitié du 20e siècle la quantité de déchets s’est accrue avec la croissance économique et les changements des modes de consommation et de production. Le triptyque « Take, Make, Waste » est alors le paradigme de cette culture de la consommation jetable épuisant les ressources naturelles considérées comme intarissables. Dans les années 60, pour “gérer” les quantités astronomiques de déchets produits, le modèle de la décharge s’est imposé partout en France et dans le monde en raison de son coût extrêmement bas. Nous ne savons pas recycler ces déchets, alors, pour ne plus les voir, nous allons les cacher sous terre : problème résolu ! Invisible, puisque sous nos pieds, le phénomène d’enfouissement de million de tonnes de déchets témoigne d’une ignorance et du mépris absolu des sols comme vivant. Or, le sol est une ressource non renouvelable à l’échelle humaine et un patrimoine fragile dont il est urgent de prendre soin.
Si la « Loi n°92-646 du 13 juillet 1992 relative à l’élimination des déchets » a permis la fermeture de nombreuses décharges ne respectant pas les mesures sanitaires et environnementales, nous héritons aujourd’hui de territoires aux sols artificialisés et pollués dont il est nécessaire d’imaginer la reconversion. Par la création des centres d’enfouissement, nous avons consommé les sols comme s’ils étaient, eux aussi, jetables. Ayant une durée d’exploitation déterminée avant même le début de leur mise en service, nous pouvons dire que les décharges ont programmé l’obsolescence du territoire sur lequel elles ont été implantées. Elles deviennent alors le réceptacle et le témoin de nos modes de consommation. Si l’enfouissement est aujourd’hui réservé aux déchets ultimes, les décharges ont détruit les sols et se pose aujourd’hui la question de leur évolution. Que faire de cet héritage commun négatif ?

Continuer la lecture de « A sols ouverts ! Dans les entrailles d’une ancienne décharge »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search