L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux

 

Ça commence au cœur du hameau des Brosses, sur la commune de Chateau-Thébaud, juste à côté du parking qui fait office de place centrale du village. Une juxtaposition d’objets de verre, de métal et de plastique qui constituent aujourd’hui ce que l’on met en commun à l’échelle d’un village : un abribus, une grappe de boîtes aux lettres, des bennes à ordures, une borne d’incendie. Ces objets nous parlent de réseaux (de distribution, de ramassage) par et vers des lieux de stockage plus ou moins lointains et invisibles à nos yeux. L’emplacement de cet agglutinement d’objets ne semble pas dû au seul hasard ; on peut voir au premier plan sur la photo un modeste édifice circulaire, appareillage de pierres pris d’assaut par les mousses et coiffé d’une plaque de métal : le vieux puits communal. S’il ne fait plus office de point de captage d’eau, sa présence semble toujours opérer dans l’organisation du tissu du village. On ne s’est pas résolu à raser cette percée dans le sous-sol, alors on garde le puits en vestige, et la place attenante avec.

Ce puits nous parle d’un autre temps, d’une autre forme de communs. C’est un symbole de l’ère paysanne où aller puiser l’eau quotidiennement mettait en rapport direct les corps humains avec la ressource en eau du sol. Il nous parle d’ancrage.

Valérie Jousseaume, dans l’ouvrage – publié à partir de sa thèse, Plouc Pride, un nouveau récit pour les campagnes, nous parle d’un biculturalisme qui serait propre à l’ouest français, du fait de l’histoire de l’industrialisation des campagnes du pays. C’est dans l’ouest de la France, industrialisé plus récemment que le nord par exemple, que l’identité et les pratiques paysannes ont perduré plus longtemps, jusqu’à cohabiter avec les valeurs de la modernité. Et l’autrice nous enjoint à se saisir des traces restantes de cette culture pour penser le monde qui vient, pour ré-atterrir.

C’est dans cette veine que nous nous sommes intéressés aux anciens communs de villages, et plus particulièrement aux puits, donc à l’eau potable, et finalement aux manières actuelles de la produire et de la distribuer.

Continuer la lecture de « L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux »

Communer

« Les fictions, au XXIe siècle, ne sont plus des adjonctions au réel. Les multiples strates de fiction sont, aussi sûrement que les strates géologiques d’une falaise forment la falaise, ce qui compose le “réel”. Il n’y a pas de réel face ou à côté d’un fictionnel. Nous oscillons entre des fictions qui nous sédimentent et font de nous des agrégats d’histoires, de croyances, de récits, à l’intérieur desquels nous naissons, nous mourons. » Camille de Toledo

C’est ce premier trouble qui viendra guider les choix de ce sentier. La strate. La stratification. L’accumulation. La trace. La disparition. Le souvenir. L’imaginaire. Le raconté. Le mystifié. Le passé qui se diffuse dans le présent, comme le sable est ramené sur le bitume par le passage successif des baigneur.euse.s remontant de la plage.

C’est en tombant nez à nez avec un commun de village que la question de la stratification du temps qui passe et ses traces, ou leur absence dans le monde tangible, se pose. Les communs de villages sont ces lieux, édifices, qui étaient utilisés par tous les habitants : les fours, les battages, les lavoirs, les calvaires, les terres incultes laissées en pâture pour les bêtes… Le temps faisant, la propriété privée s’étant développée depuis la Révolution, les communs de villages ont peu à peu perdu leur fonction première, et secondaire. Le four ne fait plus cuire le pain, et il ne permet plus aux habitantes de se réunir.

« Rien n’est plus craint, n’est plus perçu comme excluant qu’un groupe féminin assemblé au lavoir ou au four. Les femmes ensemble parlent, critiquent, dénoncent, injurient, calomnient, tissent les histoires de famille, creusent les rivalités, et par là elles assurent toute la part des relations sociales qui passe par une parole violente et médisante dont elles semblent avoir le monopole. » Martine Segalen 1

Car ce sentier est aussi à la recherche de ces femmes des hameaux, pour qui les communes étaient des lieux de sociabilisation. Ils représentaient des moments pour « communer ».

Continuer la lecture de « Communer »

Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains

Inclure les hameaux dans la transition du territoire

Suite aux marches effectuées aux marges de la métropole et à l’enquête menée sur ce territoire, dont vous pouvez retrouver les compte-rendus ici et ici, je me suis interrogée sur la possibilité de vivre durablement au quotidien dans les villages et hameaux de la métropole nantaise.

Revenons dans un premier temps sur la situation de ces territoires que j’ai explorés. Ils se concentrent aux marges de la métropole, à sa limite administrative, éloignés des pôles urbains denses des communes de Carquefou, Nantes, Thouaré-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire et Mauves-sur Loire, à l’écart des grands axes de circulations desservis par les transports en commun. Je suis allée visiter ces lieux et rencontrer leurs habitants qui m’ont confié une partie de leur quotidien. Là-bas, on habite encore dans des hameaux, que les habitants aiment appeler leurs villages. Ce sont des petits groupements d’habitations de 2, 3, 10 jusqu’à 200 voire 1000 maisons pour les plus gros ; chacun a son nom et son histoire : la Bidaudière, la Gouachère… La plupart des habitants sont des familles qui recherchent la tranquillité de la campagne tout en étant à proximité de la ville. Elles habitent dans d’anciennes fermes réhabilitées, dont on peut encore voir l’ancien puit, le four à pain ou le moulin au fond des jardins. D’autres habitent dans des pavillons construits sur d’anciens terrains agricoles, ou plus récemment à l’arrière des jardins d’autres maisons. Dans ces villages on ne trouve pas de supermarché, de café ou même de boulangerie. Les habitants se déplacent en voiture pour aller travailler en ville et faire leurs courses dans le bourg ou le centre commercial le plus proche sur leur trajet. Les soirs d’été ou le week-end, les habitants aiment aller marcher depuis chez eux, sur les chemins à l’ombre des boisements le long du ruisseau de la Chalandière par exemple, promener leur chien ou ramasser des fritillaires. Sur ces chemins, ou depuis son jardin, l’horizon dégagé s’étend sur de grands champs vallonnés ponctués de haies bocagères encore partiellement présentes. Des associations comme « les amis de la Gouachère » organisent des évènements festifs qui rassemblent les habitants autour de la mare au centre du village une fois par an par exemple.

Continuer la lecture de « Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains »

Pour un Périphérique en communs

Pour un Périphérique en Communs - Lettre

Madame, Monsieur,

Ce mercredi 29 juin 2022 s’est tenue la présentation clôturant mon PFE [Processus de Formation d’Enquêteur] au sein du Bureau des Enquêtes du Ministère.

En tant qu’enquêteur revenant du futur, j’ai donc dévoilé des éléments et évènements qui, en 2022, ne sont pas encore advenus. Ouverte au public, cette présentation fut l’occasion pour moi de restituer l’ensemble de la démarche que j’ai entreprise pour le compte de notre Ministère dans l’espoir que les personnes présentes puissent, elles aussi, s’en saisir dans leurs territoires respectifs.

Mon exposé fut organisé en deux temps :

  1. Un retour sur le processus d’enquête que j’ai conduit sur le Périphérique de Nantes entre 2022 et 2023. Ces éléments peuvent être consultés plus en détail dans mes précédentes notes d’enquête, accessibles ici et ici.
  2. Un aperçu des changements ayant eu lieu sur le Périphérique à la suite de mon enquête – à partir de 2023.

La présente note d’enquête – qui sera donc ma dernière -, vise à vous faire le récit de ces transformations à venir sur le Périphérique de Nantes.

Bonne lecture.

Benjamin Caramatie
Enquêteur D.E. [Diplômé d’État]

 

PRÉAMBULE

Les communs

Il me faut tout d’abord rappeler le cadre conceptuel qui m’a servi à mener mes investigations sur le Périphérique de Nantes.

Ce cadre de réflexion a notamment pris forme à la suite de la marche organisée par l’association Interstices au début de mon processus d’enquête. Lors de cette marche, un déclic est survenu. Nous étions sur la plaine de Tougas à l’ouest de Nantes, une décharge qui durant 30 ans a accueilli les déchets de la métropole. Maintenant, ces déchets sont enfouis sous la terre, sous les panneaux solaires et sous les moutons. Cachés, ces déchets n’ont pourtant pas disparu, ils pourraient devenir une source de pollution*.

* Voir à ce sujet les investigations menées par mon collègue Oskar, et le projet dont la Plaine de Tougas a fait l’objet.

Ces déchets constituent un héritage encombrant dont l’échelle impose que l’on s’en occupe collectivement pour en limiter les potentiels effets négatifs. Ces déchets, c’est ce qu’on appelle un commun négatif.

La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets
La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Ce concept m’a interpellé. Creusant le sujet et pressentant son potentiel, j’ai choisi de l’utiliser pour orienter mes recherches sur le Périphérique.

L’expression nait visiblement au début des années 2000, sous la plume de Maria Mies et Veronica Bennholt-Thomsen [1], la première l’utilisant pour désigner les déchets organiques générés par l’agriculture de son village rural d’Allemagne. Le concept se popularise après la catastrophe de Fukushima en 2011, alors repris par le militant anticapitaliste Sabu Kohso ou encore le professeur-chercheur Alexandre Monnin. En voici une définition :

« Les communs négatifs désignent des “ressources”, matérielles ou immatérielles, “négatives” tels que les déchets, les centrales nucléaires, les sols pollués ou encore certains héritages culturels (le droit d’un colonisateur, etc.). Tout l’enjeu étant d’en prendre soin collectivement (commoning) à défaut de pouvoir faire table rase de ces réalités. »

Glossaire · Politiques des communs. Politiques des communs. [2]

Je suis facilement remonté au concept plus général de commun, dont la définition est similaire à celle donnée ci-dessus, à ceci près que la ressource en question n’a pas de caractère négatif mais au contraire positif. Il peut s’agir de ressources naturelles (le stock de poissons d’un lac ou d’une mer, un des exemples le plus courant) [3], ou créées par l’homme. Par exemple, la mise à disposition gratuite de contenus audiovisuels durant la pandémie de la Covid-19 [4].

Les types de communs
Les types de communs – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

La notion de commun (sous-entendu « commun positif ») est plus ancienne que celle des communs négatifs. Elle a été notamment forgée par l’économiste et Prix Nobel américaine Elinor Oström dans son ouvrage Governing the Commons, paru en 1990 [3]. Le mot a cependant un ancrage historique bien plus ancien, venant du latin munus (obligation, charge), « cum-munus désignant ainsi la co‑obligation qui nous engage les uns vis-à-vis des autres du fait de vivre ensemble dans la même cité ». Sa signification d’aujourd’hui provient de commons, une notion issue des mouvements écologistes et altermondialistes anglo-saxons. La traduction française commun est d’ailleurs imprécise ; il serait plus juste de parler de communaux, en référence aux « pratiques collectives rurales régies par des droits coutumiers (glanage, pâturage, ramassage de champignons) » [5].

Les communs
Le principe de “communs”, d’après Elinor Oström – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Aborder le Périphérique via cette notion de commun négatif comme je l’ai fait, c’était, je crois, un bon moyen pour comprendre au mieux cet objet autoroutier. C’est en voir les impacts négatifs, les aspects qui rendent nécessaires sa transformation, mais c’est aussi en reconnaître les qualités, les potentiels et pourquoi il a été construit. Mais le concept permet d’aller plus loin dans la réflexion.

Continuer la lecture de « Pour un Périphérique en communs »

Le Parlement de Tougas

Le parlement de Tougas est un projet architectural de transition manifeste situé à l’ouest de la métropole nantaise. Il traverse une portion des 5 millions de tonnes de déchets enfouis dans cet ancien bras de Loire.

Cette zone faisait partie du lit majeur de la Loire, elle était donc régulièrement submergée durant les marées d’estuaire ou les crues du fleuve. Durant le 18e et 19e siècle, ces bandes de terres humides sont progressivement drainées via un système complexe d’étiers. Ces canaux permettent de gérer les écoulements d’eaux pluviales et d’empêcher les eaux salées de Loire de pénétrer trop profondément dans les terres. Les bandes de terre deviennent, par stabilisation et artificialisation des berges, des prairies de Loire exploitées par une pratique pastorale.

Cette manipulation et exploitation du paysage estuarien s’amplifie durant le 20e siècle. Les berges de Loire s’industrialisent et les infrastructures ferroviaires ou routières viennent découper les zones humides. Durant la deuxième moitié du 20e siècle, la population nantaise explose, la ville de Saint-Herblain s’agrandit jusqu’à rejoindre les côteaux de Loire.

Le site d’enfouissement de Tougas est créé en 1960 à partir d’une décharge sauvage pour faire face à la production croissante de déchets. Il est au départ géré par la Compagnie Générale des Eaux, futur Veolia. Jusqu’en 1992, année de la fermeture du site, la décharge va progressivement s’étendre sur 70 hectares pour accueillir les 5 millions de tonnes de déchets, équivalant au volume de 10 Tour Bretagne.

Continuer la lecture de « Le Parlement de Tougas »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search