Relier tous les bourgs

pour repenser le temps et le quotidien

Dans les villes souvent traversées à grandes enjambées (voiture, tram, vélo…), la pratique de la marche questionne notre rapport à la vitesse, et aux distances parcourues. Elle remet en lumière l’expérimentation du quotidien et l’attachement aux vécus du territoire, dans sa complexité de lieux de vie et d’usages.

Essayons d’étudier au maximum cette multipolarité. Nous vivons, travaillons, consommons, fréquentons des lieux aux caractéristiques diverses, représentant chacun des pôles de vie plus ou moins fréquentés à divers moments de la journée, de la semaine ou de l’année. Penser le lien entre ces espaces, c’est réintroduire la marche dans son quotidien, et les possibilités qui lui sont liées.

Commençons par le choix de 3 centralités distinctes :

– principales (concentration d’habitations, de routes, d’équipements)

– annexes (lieux-dits, quartiers historiques ou récents, souvent séparés de la centralité principale par des routes rapides, des talus de chemins de fer, un relief important…)

– « hub » (centres commerciaux, aéroports…) au vu de leur fréquentation importante et de leur organisation autonome.

Le maillage à penser est tout aussi fin, imaginant l’interconnexion, permettant d’éprouver les frontières, les portes, autorisant le choix, la pause.

collage (Romane Petesque)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search