Quadrant nord-est, marche et bivouac

Troisième carte de la collection. Celle de 2023 se distingue à plusieurs titres (renversement de format, choix graphique, etc.),et notamment parce que le tracé proposé vous permettra, si vous le suivez, d’arpenter le trajet que nous avons effectué les 20 et 21 avril 2023 lors de notre jury-bivouac.

Le 4e de couverture de cette carte vous donne des précisions sur qu’est un jury-bivouac !

Un bivouac pour la route – Troisième temps de notre valse périphérique, Grands Sentiers se déploie en 2023 dans le quadrant nord-est de la métropole nantaise. Nous approfondissons l’immersion par la marche. Nos habitudes de divagation et d’imprégnation à l’échelle piétonne montrent toujours leur pertinence. Mais cette année, les étudiant·es présentent aussi leurs projets in situ (comme on dit), c’est-à-dire simplement dans les lieux mêmes de leur réalité. Et lors de ces deux jours de jury en marchant, nous bivouaquons à Quai des Chaps, lieu de vie et de travail des arts nomades, au bord du périphérique. Nous y faisons maisonnée le temps de notre marche et ce n’est pas rien que de bivouaquer dans sa propre ville, d’y cuisiner ensemble, d’y construire de nouveaux liens, d’y être accueilli·es et d’y apporter quelque chose. Et si tout cela fructifiait dans les temps mêmes de l’utopie transitionnelle, animée de doutes et fantasmes ?

Un souvenir de ce moment commun ici :

Photographie : Benoît Arridiaux

Un sentier qui chemine – Au terme des quatre années de l’enseignement Grands sentiers, nous aurons produit quatre cartes représentant des itinéraires possibles et des projets de fin d’étude qui s’inspirent des qualités existentielles et scientifiques de la marche dans nos métiers (architecture et urbanisme), mais aussi pour toutes et tous. Que deviendra alors notre très petite utopie marchable que le réseau français des sentiers métropolitains nous incite à amplifier ?

Cette année à nouveau, le travail de la carte comme l’organisation et le déroulé du bivouac doit beaucoup à Frédéric Barbe (édition à la criée), un grand merci.

Carte, Territoire et autres mots

Michel Houellebecq écrit en 2010 le roman La carte et le Territoire. Autant littéraires que nous sommes, seul le titre nous intéressera ici car, amusante coïncidence, ses termes résonnent pour les familiers de sentiers métropolitains. Lire “la Carte” puis “le Territoire” rappelle la temporalité de la préparation de la marche, de la découverte des environnements qui seront foulés d’abord par leur représentation. Le “et” serait alors remplacé par un “puis”, celui de la planification. Mais ce nom n’est pas orphelin, et son origine met en exergue un point de frottement : Houellebecq cite Alfred Korzybski, selon lequel “La carte n’est pas le territoire”1.

La carte illustre des idées, images, préconceptions éloignées de la réalité vécue et sensorielle du paysage. IGN, vue satellite ou autres, elle écrase, range et cache. Mais là est aussi sa fonction et il serait vain de lui reprocher d’oublier la complexité du réel. Car si la carte, aussi variée qu’elle soit, s’approche comme une docile organisation de certaines connaissances, le territoire lui, est un animal sauvage générateur d’expériences qu’il s’agira d’appréhender. À l’inverse de notre titre de roman, nous aurions alors ici plutôt affaire à un assemblage renversé : le territoire et la carte, le territoire puis la carte.

Ce territoire “sauvage” (aussi sauvage que le sauvage de Baptiste Morizot puisse l’être, existant à travers un ensemble de relations variées avec son environnement extérieur -qui l’entoure, comme intérieur -qui l’emplit, nécessairement anthropocène mais pourtant toujours indépendant) vit (et se vit) de sa propre volonté2, mais souvent aussi de celle des êtres humains plus ou moins liés à ce dernier. On lui offre des secteurs où s’étendre, où se spécifier (s’individuer ?), en le pratiquant et l’appréciant, mais aussi en le légiférant. Le Plan Local d’Urbanisme Métropolitain, outil humain de domestication, fait office d’autorité quant aux différentes espèces de territoires existantes, à leurs caractéristiques physiques et à leurs différents futurs. Le document contrôle l’animal comme un dresseur travaillant sa lignée de chiens. Serions-nous alors de retour au début ? La carte (ou le PLUm) puis le territoire ?

Afin de mieux appréhender cette étrange relation, il semble nécessaire de s’intéresser à la zone de partage entre ses deux protagonistes. Cette dernière s’incarne comme une matière commune constamment remodelée, l’image. L’image s’entend ici à la fois comme l’identité d’un territoire et la représentation que la carte en fait. Elle est ambivalente, car existant différemment dans des échelles et des formes variées. Elle peut être commune et s’appliquer au territoire comme peuvent l’être les clichés sur les banlieues, ou personnelle et unique, s’incarnant dans une histoire et des sensations impossibles à communiquer fidèlement. Carte et territoire génèrent et illustrent tous les deux et de manières variées cette image. Ce ne sont cependant pas les seuls à la manier et leurs relations ne s’effectuent pas en circuit fermé. Les médias, l’art, le bouche à oreille, en somme toutes formes de communication manipulent cette dernière. Kevin Lynch propose des éléments de langage cartographique de l’image du territoire avec ses “parcours”, “limites”, “nœuds”, “quartiers” et “points de repère” (L’image de la cité, 1971). Bien que d’abord connus comme outils d’analyse du paysage (territoire vers carte), ils sont aussi pour lui des éléments générateurs (carte vers territoire), offrant une dynamique dans les deux sens.

(document personnel)
Continuer la lecture de « Carte, Territoire et autres mots »

Quadrant nord-ouest de Nantes Métropole, quatre variantes pour marcher

Juin 2022, seconde édition de la carte Grands Sentiers Nantes. Elle est sous-titrée cette année Sauvage et roulant en l’honneur de ce quadrant nord-ouest plus rude et râpeux que le précédent (https://gdsentiers.hypotheses.org/1456).

Comme pour l’édition 2021, vous pouvez trouver la carte à l’école d’architecture, dans quelques librairies nantaises et sur le site de l’éditeur. A nouveau, elle a été réalisée par les étudiants et les étudiantes du studio de projet de master Grands sentiers, qu’ils soient à nouveau remerciés ici pour leur engagement. Et elle ne serait pas menée à bien sans l’accompagnement de Frédéric Barbe, géographe éditeur.

Cette année, la carte déplace les choix de représentation, l’univers graphique, la place accordée aux projets individuels… et elle propose, non pas un tracé mais quatre variantes thématiques. Ce que nous avons abordé ce semestre montre bien les relations entre la marche, outil sensible de découverte et de compréhension des milieux et la conception de futures transformations des lieux, de leurs usages, de leurs valeurs.

Marcher c’est suivre des flux, percevoir des écoulements pour imaginer d’autres confluences – à lire dans Repolitiser la question de l’eau. Marcher c’est s’accorder en rythme, ressentir les paysages vivants pour concevoir dans les variations (saisonnières) et les coexistences – à méditer dans Réapprendre les cycles de vie. Marcher c’est s’immerger, chercher la juste distance pour prendre soin des lieux et de ceux et celles qui les occupent – à voir dans Prendre soin avec tou·tes. Marcher c’est buter et faire demi-tour, éprouver une violence sensorielle pour assumer les héritages et les controverses – s’en emparer dans Explorer les communs négatifs.

Si ces sujets vous importent, et que vous souhaitez être accompagné sur le grand sentier du quadrant nord-ouest, en vrai, pour “voir au travers” des travaux des étudiant·es, voici le topoguide à télécharger en pdf. Il vous permet d’imprimer chez vous les pages qui correspondent à votre parcours :

https://gdsentiers.hypotheses.org/files/2022/07/TopoguideV3_Blogreduit.pdf

Bonnes excursions !

Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon.

Hendrik Sturm est artiste marcheur, ou plutôt comme il aime se nommer «sculpteur-marcheur».
Ses études aux Beaux-Arts et sa thèse en neurobiologie lui donne une vision et une lecture très spécifique de la marche.
Aujourd’hui professeur aux Beaux-Arts de Toulon, et guide au Bureau des Guides du GR2013, il sculpte tous les paysages français périurbains, ruraux ou urbains.

Continuer la lecture de « Hendrik Sturm, le sculpteur en chaussures Salomon. »

Philippe Vasset, à travers le prisme du narrateur-enquêteur

« Malgré la couverture satellite permanente, et le maillage de caméras de surveillance, nous ne connaissons rien au monde. »

Philippe Vasset

Philippe Vasset est un journaliste et un écrivain français. En 2007, il publie Un livre blanc, récit avec cartes suite à des enquêtes réalisées dans les différentes «zones blanches »1  de cartes IGN du territoire de la métropole parisienne. Avec la publication de cet ouvrage il fonde l’Atelier Parallèle de Géographie avec la collaboration des artistes et photographes Xavier Courteix et Xavier Birsmuth. 

Un livre blanc, récit avec cartes se construit comme une « littérature de terrain » (TV); c’est à dire un récit où l’écriture même devient motrice d’enquêtes sur le territoire, et dont l’objectif est de décrire de façon objective la réalité trouvée. Les recherches de son projet commenceront alors avec un rapport direct à la lecture de cartes, décrites par Vasset comme des objets éloignés des réalités, «Séchés, découpés, coloriés, annotés,… » (LB, p.9). Les cartes comme outils de représentation d’une réalité le questionnent, notamment en ce qui concerne les zones non-représentées, blanches et non-imprimées. Qu’est ce que se trouve dans les zones laissées en blanc ? Pourquoi la représentation a cessée à ces endroits ? De tels questionnement pousseront l’auteur à aller à la rencontre directe de ces lieux oubliés, effacés, pour ensuite nous rendre une expression écrite de ses expériences, mêlant des descriptions avec des explications de ses démarches. La représentation du monde livrée par les cartes IGN, dont il s’en sert pour aller à la découverte de son territoire, est remise en question et devient le point de départ des explorations et de son récit. 

Le concept de terrain vague, apparait rapidement dans son ouvrage et s’entremêle avec les notions de « fiction », « vide » et « clôture ». Le terme «terrain vague » fait sa première apparition dans la littérature romantique (Châteaubriand, 1811) et renvoi à l’esthétique d’un paysage de ruines. Repris par la suite par les auteurs du réalisme et du déterminisme, Vasset se réapproprie du concept pour décrire les friches, les zones industrielles ou les espaces laissés à l’abandon, parsemés dans les périphéries des villes contemporaines. « Les lieux vides et flous que j’explorais m’offraient le surplus d’inconnu que me refusais désormais la fiction » (LB, p.103). Ainsi, ces espaces dont l’association au vague annonce un vide apparent, sont au contraire des zones fécondes et en constante mutation aux yeux de l’auteur. 

D’autre part, avec des difficultés pour faire la correspondance entre le limites dessinées sur les cartes et la réalité perçue, ces zones restent néanmoins clôturées ou semblent tant bien que mal rester closes, « Avant que quoi que se soit apparaisse, on ne voit que des murs et des clôtures. La carte dit qu’il y a rien, mais difficile de la croire: si ces zones sont effectivement vierges, pourquoi cette débauche de protection ? » 

Face aux limites bâties, le narrateur nous fait comprendre l’enjeu de sa démarche. Entre « petit touriste du périurbain » (LB) et voyeur intrusif, il arrive a se positionner comme un « narrateur-enquêteur » (TV, p.114) et nous transmettre son regard analytique qui respire tout de même la subjectivité et l’inquiétude. Complètement immergé, il nous avoue la complexité de l’exercice à travers sa narration. L’exploration de ces terrains vagues constitue une épreuve de soi,

« …comme si j’essayais de rendre visible, sinon compréhensible, une guerre à laquelle la ville, derrière ses façades immaculées, sa signalétique limpide serait secrètement en proie. D’ailleurs j’avais toujours peur au cours de mes expéditions: peur de me faire agresser (ça m’est arrivé plusieurs fois) et peur des vigiles et de leurs chiens. » (LB, p.66)

Enfin, si nous attardons à la structure de l’ouvrage nous remarquons que sa narration sera autant fragmentée que le territoire décrit. Ce rapport entre le territoire et le travail narratif et linguistique, se trouve également dans l’aveu de l’auteur vis à vis l’incapacité trouvée à un moment de décrire ces endroits.  L’appauvrissement de la langue va de pair avec l’appauvrissement des sites: nous retrouvons finalement la vacuité présagée au départ des terrains vagues

Avec ce roman d’exploration, Philippe Vasset nous immerge dans quelques «zones blanches » des carte IGN mais surtout nous fait basculer vers le point de vue du narrateur-marcheur, arpenteur, transgresseur, enquêteur.

1 Les sources cet article proviennent de Un livre blanc: récit avec cartes, Philippe VASSET, 2007 (dont les citations seront notées par  « LB, n° de page) » et Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, BROICH, NITSCH, RITTER, 2019 (dont les citations seront notées par « TV, n° de page) 

Philippe Vasset à travers le prisme du narrateur-enquêteur

Pour aller plus loin, 

VASSET Philippe, Un livre blanc, récit de cartes, 2007

VIART Dominique, «  Littératures de terrain : Jean Rolin et Philippe Vasset, explorateurs de terrains vagues », dans Terrains Vagues, les friches urbaines dans la littérature, la photographie et le cinéma français, Jacqueline Maria BROICH, Wolfram NITSCH et Daniel RITTER (dir.), 2019 

https://xaviercourteix.com/index.php/photos/zones-blanche/

http://www.xbismuth.net/nonsite/index.php?option=com_content&view=article&id=23&Itemid=140

BELDERBOS Marc, «Les marques dans le vide. Le nombre, la géométrie, le sujet», dans : Thierry Paquot éd., Géométrie, mesure du monde. Paris, La Découverte, « Armillaire », 2005, p. 105-129 

DE CERTEAU Michel, « Chapitre VII : Marche dans la ville Voyageurs ou marcheurs »,dans DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien, Tome I, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1re éd. 1980) p.139-159

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search