“Ici, vos sables et graviers déco”, terres en attentes et tas d’autres produits terriens

On marche. Au fil du parcours, mon regard s’arrête sur des tas.
Des tas de choses,
de terre, enherbés ou piétinés, de pierres, démolies ou prêtes à construire, de briques, entières ou concassées, de racines, arrachées…
D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? Depuis quand sont-ils là ? Partiront-ils un jour ?

Une carrière productrice de matériaux de construction est au centre du cadrant. Fait-elle lien entre l’extraction et l’utilisation de ces tas ? La volonté est plus forte, il faut que je creuse ici.

L’entreprise Charier, exploitante de la carrière de la Faubretière (entre autres) débute son ascension économique au Nord du département, dans la commune de Redon. C’est pour répondre au besoin de construire des routes “pour relier les hommes et transporter les marchandises”, qu’en 1897 est lancé leur premier chantier de travaux de voirie, à Redon. Au fur et à mesure, l’entreprise se fonde, grandit, acquiert des sites et des carrières. Leur expansion est relativement locale, et le siège social s’installe finalement en 2020 à Couëron, au plus proche de la métropole et des échanges périphériques.

Dans notre quadrant sud-est, la carrière de la Faubretière est un des 7 sites d’exploitation de l’entreprise Charier dans le département et une des 22 exploitées en Loire Atlantique.

Ici, Charier TP gratte, creuse, concasse, broie, crible, lave toutes ces roches devenues petit à petit gravillons. Ses clients particulièrement friands de ces petites douceurs viennent charger des camions direction Point P, Caddac. Les clients majoritaires, les gros du terrassement. Car ici, la roche extraite n’a de qualités requises seulement pour le terrassement. Le gneiss et l’amphibolite des filons géologiques présents sur le site sont trop argileuses pour rentrer dans les compositions de bétons coulés directement sur chantier. Pour les utiliser, elles peuvent être re-traitées en aval avec de nouvelles technologies qui permettent de séparer les argiles des sables créés.
Si les bénéficiaires majoritaires à cette extraction sont les terrasseurs et bétonniers, certains particuliers viennent charger leur coffre de voiture de quelques kg de gravillons pour leurs usages personnels. On donnera pour illustrer un ratio de 90% de professionnels par rapport à 10% de particuliers.

“280 kg ! ça te fait 8,28€”

interaction à l’accueil de la carrière

La valeur du sol est faible, malgré le travail derrière.

D’abord on extrait la matière grâce aux tirs de mines qui effraient les riverain.e.s les plus proches. Autour de la carrière, les habitations commencent à 300m. Forcément, les planchers grondent, les murs tremblent et peut-être, se fissurent. La guerre froide entre carriers et riverains persiste. Malgré les accords mis en place entre eux, l’un dérange l’autre et vice versa.

La roche est ensuite acheminée par camions benne dans les machines concasseuses et cribbleuses qui forment de plus petits gravillons. Les différentes tailles sont tamisées et donnent des tas de différents calibres ensuite remontés aux lieux de stockage pour la vente ou de stockage en qualité de déchet, autrement commercialisé ici sous le nom de “sable de loire”. Malgré les quelques ventes, ce produit n’est pas assez apprécié pour faire descendre l’approvisionnement grandissant du stock (60 000m3 environ).

Charier Grands Terrassements participe à l’aménagement du territoire en réalisant les terrassements de grandes infrastructures régionales et nationales, de sites industriels et urbains. Si la production de matière permet des projets majeurs du territoire (collège de Vertou, échangeur autoroutier à Aigrefeuille,…) l’entreprise l’utilise surtout pour ses travaux personnels, souvent de l’ordre de la rénovation des voies autour de la Haie Fouassière.

A la fin de cette exploitation, la réglementation des carrières indique une remise en l’état du site, comprenant un comblement partiel et une mise en eau. Pour cela, l’entreprise commence déjà à récupérer de la matière pour combler. Des matières inertes, terres d’excavation de chantiers professionnels ou particuliers, ou matériaux issus de démolition de chantiers alentours (parpaing, bitume sans amiante, mais aussi pierres tombales et caveaux (vides!)…) sont stockés sur site dans une partie nommée ISDI (installation de stockage de déchets inertes). Cette installation a droit à 150 000 T de matière.

Toute cette petite ronde est bien rodée, à l’avantage de l’entreprise. On extrait du sol dans l’outil-carrière, on l’utilise pour terrasser ou construire un équipement en décapant les premières couches de sol et ce qui n’est pas réutilisé pour la construction (terres excavées pour fondations, etc) retourne en ISDI en carrière. Un cycle tout au profit de l’entreprise participant à l’artificialisation des terres en rebouchant la preuve de leur acte envers le sol.

Les détraqueurs des carrières sont nombreux. Riverains en colère et apeurés pour leur cadre de vie paisible, écologistes contre le béton et l’artificialisation… Des luttes contre ces phénomènes prennent le nom des terres pour les défendre (reprise des terres, soulèvements de la terre, etc) sous forme de collectifs, d’associations, de soulèvements, de marches…

D’un lieu controversé, peut-on en faire un terrain d’entente ou de défis entre les acteurs concernés ? De cet endroit non accepté, comment le prendre comme un outil au service des différents désagréments qu’il procure ?

Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière

Qu’est ce qu’on traverse aujourd’hui ? Sur quoi on pose nos pieds ? Quel lien on a encore avec le vrai sol ? Le sol vivant, celui qui bouge, vit, se décompose, se régénère…
A l’aube de la loi ZAN (zéro artificialisation nette), qu’est ce qu’on peut comprendre des sols qui nous entourent ?

Continuer la lecture de « Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière »

L’atelier d’observation de la carrière des Coteaux

Apprendre des oubliés et expliquer les cicatrices

Le sentier des carrières propose de relier les différentes carrières situées dans le quadrant sud-ouest de la métropole. Celles-ci, abandonnées ou en activité, participent au développement du territoire en même temps qu’elles transforment le paysage. 

Sur les vingt-deux carrières relevées, seules trois sont en activité : comment rendre compte des carrières qui ont été laissées à l’abandon et qui aujourd’hui sont des sites délaissés ?  

La carrière des Coteaux 

 La carrière des coteaux, située au Pellerin, a débuté son exploitation au 16ème siècle. Elle appartenait alors à la Seigneurie du bois Tillac, qui se situait deux-cent mètres à l’Ouest. Elle est aujourd’hui devenue un lycée agricole, le lycée agricole du Bois Tillac.  

Continuer la lecture de « L’atelier d’observation de la carrière des Coteaux »

La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

Paysage d’extraction

Photo légendée de la maquette de site réalisée en plâtre

Ce projet a vu le jour suite à un trouble commun , ce trou gigantesque à quelques pas du centre-ville, invisible pour les piétons, étranger au paysage nantais que l’on connaissait, “La carrière des maraîchères”. Elle se situe dans le secteur sud-ouest de la métropole nantaise, aux abords de l’aéroport. Cette cicatrice du sol est bordée de flux importants tels que la route de Pornic et la voie ferrée. Elle se situe également à proximité d’un monde plus rural avec deux hameaux, la Ville au Denis et la Gilarderie. Ce territoire est marqué par cette variation brutale du relief, avec un trou qui s’enfonce jusqu’à 131 mètres sous terre à quelques mètres des habitations riveraines. 

Aujourd’hui, le site est en fin de gisement, l’extraction est terminée et la carrière attend sagement sa “remise en état” c’est-à-dire, un comblement prévu avec des matériaux inertes (terre d’excavation*, matériaux de construction*, etc.). En ce moment, elle est habillée d’une dense végétation sur les hauteurs. Les traces des anciens outils d’extraction y sont encore visibles, immobiles. A l’intérieur, on entend seulement le bruit d’un petit moteur qui pompe l’eau du grand bassin formé en fond de carrière par les eaux souterraines et de ruissellement. Sorti hors de ce relief, l’activité industrielle des entreprises installées sur le site est toujours bien présente. 

Continuer la lecture de « Paysage d’extraction »

Marche du 5 et 6 juillet 2024 Paysages d’extractions

Carrière des Maraîchère. Source: Chloé Harlay

A la rencontre de maillons de la chaîne de construction minéral. Publier le 07.05.2024

Guides : Chloé Bouteiller et Chloé Harlay
Capacité : 10 personnes
Durée : 2 jours (environ 20km/j)
Équipement : Il vous faudra vous munir de bonnes chaussures, de quoi vous abreuver tout le long de la journée, d’un pique nique, de vêtements adaptés à la météo. Le soleil nantais ne pardonne pas, s’il est au rendez-vous n’oubliez pas vos crèmes et chapeaux ! La nuit se fera en camping sauvage dans une grange à Bouaye. Prenez donc de quoi dormir, sans trop vous charger.
Remarque : vous pouvez vous inscrire sur notre site Grand(s)Sentier(s).fr, avant le 28 juin 2024. En fin de parcours, une navette est prévue pour ceux qui souhaitent, elle nous ramènera devant l’école d’architecture de Nantes. Pour ces deux jours, nous marcherons dans le quart sud-ouest, si vous avez des cartes IGN, vous pouvez prendre, celle de Saint-Philibert-de-grand-lieu/les Sorinières ainsi que celle de Nantes/Saint-Herblain. N’hésitez pas à nous poser vos questions dans la rubrique « contact ». En attendant de vous rencontrer, nous vous proposons un avant-goût de ce sentier.


Parcourir ce sentier est pour nous une manière de vous faire découvrir un aspect du territoire nantais peu connu des marcheurs de la métropole. 

Jour 1

1- Le rendez vous se fera au Terminale sablier de la Zone industrielle de Cheviré. Sur ces lieux, 230.000 tonnes de sables marins sont traitées chaque année par le Groupe GSM HeidelbergCement. Ce sable est principalement destiné au secteur du béton prêt à l’emploi pour la réalisation d’ouvrages d’art et de préfabrication. 2- Nous nous dirigerons ensuite vers la carrière des Pontraux. En phase d’enfouissement, nous verrons ensemble comment et avec quels matériaux est rebouché cette carrière. 3- En troisième point, nous ferons l’unique partie muette de cette marche. En silence, nous pénétrerons dans les entrailles de la carrière des Maraîchères, au plus proche de l’extractivisme minérale Français. 4- Nous irons quelques mètres plus loin voir l’une des utilisations possible de cette matière première qu’est la roche avec l’Ifsttar, l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux. 5- Nous passerons ensuite à l’intersection entre le cimetière de Bouaye, la D751 et la D11. L’extraction, entre vitesse et spiritualité.

Nuit 

Durant cette soirée, nous parlerons de notre journée ensemble. Nous trouverons de quoi manger et boire sur Bouaye. Nous dormirons abrités dans une grange et dînerons avec nos hôtes pour cette soirée.

Jour 2

6- Pour continuer nous descendrons vers St-Mars-de-Coutais et marcherons sur la rue de « la carrière ».7- Les rues « Les sablières » et « la sablière » nous guiderons vers notre point finale. 8- Nous arriverons donc au terme de cette journée à la Carrière béton de St-Pazanne qui après des années d’exploitation, se tourne désormais vers le négoce de matériaux et la réception de matériaux inertes de classe III. Elle est un lieu de stockage de matériaux provenant de la carrière de Rouans tout comme la carrière des Maraîchère. 

Sentier Paysage d’Extraction

Depuis sa création en 2023, ce sentier à suscité l’intérêt de nombreux acteurs de la métropole nantaise et plus, associations, élus, représentants des communes, étudiants, écoles, entreprises, artistes, architectes, paysagistes, urbanistes, etc. Grâce à lui, les contrôles d’enfouissement de la carrière des Maraîchères ainsi que celle des Pontraux a été augmenté. Le groupe Lafarge revoit en ce moment ces politiques en terme d’écologie, d’environnement et biodiversité. L’usine bitume du groupe Colas, ainsi que le groupe Lafarge installés sur la carrière des Maraîchère s’est excusé auprès de l’association « stop usine bitume » ainsi qu’aux près des habitants de la Ville-au-Denis. L’association fait aujourd’hui partie des décisionnaire pour la fin de vie de cette carrière, « Enfin nous avons notre mot à dire sur notre territoire ! » Cécile Duboti habitant de la Ville-au-Denis depuis son enfance. L’ancienne association « Stop Usine Bitume » ainsi que l’association « Grand(s)Sentier(s) » dynamise régulièrement ce sentier en proposant des visites guidées ou des moment d’échange et de concertation liée à l’extractivisme des sols du Pays de la Loire. Lors de son lancement le 05 juillet 2023, les membres initiateurs de Grand(s)Sentier(s) ont organisé une grande veillée dans la carrière des Maraîchère, ou on eu lieu un repas collectif, des tables rondes, et une nuit exceptionelle dans la carrière pour les plus téméraire. En mars 2024, l’artiste Christine Quoiraud, danseuse et chorégraphe, a réalisé une marche sur les marches du projet « paysage d’extraction », cette représentation de 7H était une mise à l’épreuve de la relation entre la danse et la marche.

Aujourd’hui, ce sentier est vu comme un acteur dans la pensée du territoire de demain disponible à tous. Il permet de mettre en avant cette pratique de la marche qui est un excellent outil pour découvrir, comprendre et repenser son territoire. À travers cette marche, nous parlons extractivisme, biodiversité, transition écologique et solidaire, mais aussi urbanisme et architecture. 

Chloé Bouteiller et Chloé Harlay

Les carrières – détersion, bourgeonnement et remodelage cicatriciel

État des lieux carrièristique

Les Schémas Régionaux des Carrières

En janvier 2021 a été adopté le nouveau Schéma Régional des Carrières des Pays de la Loire. Celui-ci, établi par la loi ALUR de 2014, vient remplacer les Schémas Départementaux des Carrières (SDC), instaurés en 1993, qui ont permis d’établir pour la première fois un statut juridique propre aux carrières. Elles étaient auparavant régies par le code minier, introduit en 1976. 

Les Schémas Régionaux des Carrières (SRC) ont plusieurs visées. D’abord, un état des lieux des carrières existantes, les besoins passés, actuels et futurs en matériaux de carrière – granulats, sables, argiles, roches décoratives… – dans les différents départements en fonction de l’évolution de la démographie. Cet état des lieux a pour but de planifier une gestion rationnelle, économe et durable des carrières dans la région, d’évaluer les besoins futurs en fonction des ressources disponibles. 

D’autre part, les SRC abordent, davantage que les précédents SDC, le devenir des carrières et leur réhabilitation après l’arrêt de l’exploitation. Plusieurs pistes sont proposées : le remblaiement, la création d’un plan d’eau, la remise en état agricole, le boisement, l’aménagement d’une base de loisirs…  

Ces SRC ont été régionalisés pour être imposés à certains documents d’urbanismes, notamment les SCOT, PLU(i) et cartes communales. Suite à l’ordonnance n° 2020-745 du 17 juin 2020 relative à la rationalisation de la hiérarchie des normes applicable aux documents d’urbanisme, les SRC doivent être juridiquement ‘pris en compte’ dans les SCOT, afin que ceux-ci intègrent toutes les planifications sectorielles qui ont une incidence sur l’urbanisme. Les carrières sont donc aujourd’hui légalement considérées comme activités ayant un impact non négligeable sur l’urbanisme d’un territoire, tant lors de leur exploitation que leur réhabilitation. 

Granite de la carrière des Coteaux, le Pellerin

Le cas du département de Loire-Atlantique

Le département de la Loire-Atlantique est le quatrième producteur de produits de carrière à l’échelle nationale, le premier en Pays de la Loire. La production est d’environ 75% de roches massives (gneiss, micaschistes, schistes, calcaires, grès, granites et péridotites), concassées, destinées majoritairement aux industries de béton et de travaux publics ainsi qu’aux matériaux de construction. Les sables et graviers du Pilocène représentent 23% de la production. Les 2% restant se répartissent entre les calcaires (pour production de ciment, chaux et carbonate de calcium), les tourbes (amendement agricole et jardineries) et les argiles (briqueteries). 

On compte aujourd’hui 36 carrières en activité dans le département, plus de 1000 sont non exploitées (abandonnées, en cours de remblaiement ou reconverties). 

Carrières en activité et non exploitées dans le département

Le sentier

Le sentier propose de relier les carrières du secteur sud ouest de la métropole nantaise. 22 carrières ont été recensées ; deux sont en activités, une est en cours de remblaiement, une autre a été reconvertie en parc de loisirs et les autres sont abandonnées depuis plusieurs dizaines d’années. Ces ‘cicatrices’ paysagères, sources de richesse mais aussi de contestations environnementales, ont des impacts non négligeables sur l’urbanisme, la sociologie et le développement du territoire. 

Parmi les carrières qui ne sont plus exploitées, on peut noter trois différentes formes de carrière. Leur forme peut être comparée à celles observées lors de la cicatrisation d’une blessure : d’abord, la phase de détersion, ou inflammation, qui pourrait correspondre à l’état observé des carrières juste après l’arrêt de l’exploitation : éboulis, remontées d’eau, changement d’aspect. Ensuite, la phase de bourgeonnement, qui créé un nouveau tissu, par le comblement de la cicatrice, et finalement le remodelage cicatriciel, lors de laquelle la cicatrice prend une forme semblable au tissu environnant avec cependant des propriétés différentes. 

Carrière en cours de remblaiement

Carrière en cours de remblaiement – exemple de la carrière des Pontreaux, Bouguenais

Nous pouvons noter une seule carrière en cours de remblaiement dans le secteur sur ouest. Celles-ci sont décidées par arrêté préfectoral. Elles accueillent des déchets inertes avec des quantités maximales annuelles, ce sont des carrières dont l’arrêt de l’exploitation est récent. 

Carrière remblayée

Carrière remblayée – exemple de la carrière Sainte Geneviève, Port Saint Père

Environ deux-tiers des carrières recensées sont remblayées. Elles sont devenues presque invisibles, seule une petite ‘croûte’ est décelable, un petit mont formé par les remblais. Souvent, de la végétation s’est installée et la surface n’est pas exploitée. 

Carrière ennoyée

Carrière ennoyée – exemple de la carrière des Coteaux, le Pellerin

Et finalement, quelques carrières sont ennoyées par la remontée d’eau provenant des nappes phréatiques. Celles-ci ont un profil similaire : un plan d’eau, un carreau humide à ses abords puis un carreau sec, et un boisement sur le pourtour de l’exploitation où le sol n’a pas été exploité. 

Le tracé

Le sentier, de 62 kilomètres de longueur, rejoint ainsi différents types de carrières. Partant de la carrière Miséry à Nantes, reconvertie en espace public avec un programme culturel, et terminant à la carrière des Pontreaux à Bouguenais, en cours de remblaiement et dont le futur est à imaginer complètement, le sentier dessert des carrières privées et publiques, visibles et indécelables, de granite, de sable, de tourbe ou d’argile, mais ayant toutes contribué au développement du territoire environnant et dont le futur est en question.

Mais qu’y a-t-il derrière ?

 

Cette enquête commence au travers de deux perceptions: la première derrière des grillages et une dense végétation ; la seconde plus en hauteur, depuis un siège coloré du TER vers Pornic. Nous sommes toutes deux troublées par ce paysage minéral profond qui nous semble tout droit venu d’ailleurs. Sa proximité avec les habitations nous interroge. Nous revenons quelques jours plus tard, vêtues de notre curiosité, et décidons d’aller au-delà des barrières, des barbelés et de la végétation afin d’approcher au plus près de cette cicatrice du sol.

Nous voilà désormais surplombant la carrière des Maraîchères profonde de 120 mètres, couplée de son usine d’enrobé à l’odeur brûlée, marqueurs strictement cachés de l’anthropisation de la métropole. Une des premières questions qui traversent notre esprit porte sur le devenir de cette carrière dans une zone à la fois occupée par des habitations, de grands axes de circulation, une voie ferrée et un aéroport. Ce cratère artificiel aujourd’hui délaissé serait apparemment destiné à être comblé dans les prochaines années, à l’image de sa voisine un peu plus au nord, la carrière des Pointreaux.

Continuer la lecture de « Mais qu’y a-t-il derrière ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search