Introspection

« Car l’Homme, j’en suis convaincu, est un chercheur, de lui-même, des autres, du monde. »

Mike HORN, Vouloir toucher les étoiles.

Il y a une forme de dilettante dans la marche, on aime marcher ou on n’aime pas. Mais pourquoi marche-t-on ? Cherche-t-on à satisfaire un besoin, une envie? Certains marchent pour vivre, s’occuper, entretenir des liens sociaux, ou encore leur santé. Ceux là suivent un chemin rectiligne, un aller-retour, comme une parenthèse.
D’autres marchent pour fuir, s’en aller. Ils fuient parce qu’ils sont confronté à des situations auxquelles la réponse est complexe. La marche est alors un seuil. Un seuil où les corps s’égarent, où le psychisme s’alerte, où la réflexion s’éveille. Là, les chemins se dispersent. Des variables, une multitude de possibles qui rendent chaque trajectoire unique, un départ rempli de questions, une arrivée chargée de réponses. Ce chemin est une étape vers un nouveau développement, une boucle bouclée, mais qui reste ouverte.

Relier tous les bourgs

pour repenser le temps et le quotidien

Dans les villes souvent traversées à grandes enjambées (voiture, tram, vélo…), la pratique de la marche questionne notre rapport à la vitesse, et aux distances parcourues. Elle remet en lumière l’expérimentation du quotidien et l’attachement aux vécus du territoire, dans sa complexité de lieux de vie et d’usages.

Essayons d’étudier au maximum cette multipolarité. Nous vivons, travaillons, consommons, fréquentons des lieux aux caractéristiques diverses, représentant chacun des pôles de vie plus ou moins fréquentés à divers moments de la journée, de la semaine ou de l’année. Penser le lien entre ces espaces, c’est réintroduire la marche dans son quotidien, et les possibilités qui lui sont liées.

Commençons par le choix de 3 centralités distinctes :

– principales (concentration d’habitations, de routes, d’équipements)

– annexes (lieux-dits, quartiers historiques ou récents, souvent séparés de la centralité principale par des routes rapides, des talus de chemins de fer, un relief important…)

– « hub » (centres commerciaux, aéroports…) au vu de leur fréquentation importante et de leur organisation autonome.

Le maillage à penser est tout aussi fin, imaginant l’interconnexion, permettant d’éprouver les frontières, les portes, autorisant le choix, la pause.

collage (Romane Petesque)

Glaner le long des sentiers

Allégorie du glanage possible sur les sentiers. (Lena Guillo)

«De toute façon, la moitié des gens sont chiches, ils veulent pas qu’on glane parce qu’ils ont pas envie d’être gentils c’est tout» Cette phrase d’Agnès Varda dans Glaneurs et Glaneuses, son film documentaire sorti en 2000, montre la difficulté parfois rencontrée à glaner fruits, legumes, et autres aliments laissée en plein champs. Parce que glaner c’est ramasser ce qui reste au sol après récolte, contrairement à grappiller qui concerne ce qui reste sur les arbres, toujours après récolte ou non récolté intentionnellement. La loi française n’interdit plus le glandage sauf arrêté municipal mais le code civil français régit les biens relatif à leurs propriétaires. Une pomme tombée au sol est un bien meuble mais doit appartenir au propriétaire du terrain. En ce sens le glanage est plus pu moins possible selon l’accord des propriétaires, pas toujours tolérants selon Angès Varda. 

Le glanage pratiqué depuis longtemps, surtout par des nécessiteux, entre aujourd’hui dans une démarche écologique contre le gaspillage alimentaire. On peut mettre en avant l’initiative Fruimalin de l’association Relais planète solidaire, qui fait des récoltes dans les vergers où les arbres sont de simples agréments. Les bons fruits sont redonnés aux bénévoles récoltants et propriétaires et le moins bons fruits sont transformés en confitures et revendus par l’association. Autre exemple, l’association Ondine à Lyon qui promeut le circuit court tente de mettre en place une plateforme pour le glanage ou les producteurs bio locaux pourront mettre une annonce lorsque le glanage peut être fait sur certaines récoltes. Cette disposition à mettre en avant les territoires nourriciers proche de chez soi sont en développement comme les vergers communaux ou le site en open data falling fruit qui recense et permet le recensement des fruits en accès libre sur les espaces publics. Ces initiatives laissent à penser un glanage désirable et accepté qui est aussi un moyen de penser notre ancrage au sein d’un environnement. 

Ce sentier se compose alors de plusieurs boucles thématiques, en fonction des types de cultures et offre différentes marches nourricières selon les fins de saisons de récolte. Une grande boucle entre les surfaces commerciales est aussi effectuée car le glanage d’une nourriture laissée hors magasins peut être possible. Celle-ci rejoint presque tous ces petites boucles à travers champs. 

Carte des sentiers pour glaner. (Lena Guillo)