Le sentier dérive

Suite au trouble et à la création d’un sentier permettant de se saisir de l’histoire – parfois oubliée – de l’Acheneau à travers un itinéraire au plus près de ses flots, c’est aux portes du chemin, à Bouaye, que s’est développée une intervention en relation directe avec l’enjeu du sentier.

Bouaye, commune de plus de 9 000 habitants, se dévoile par son bourg, son église, et ses quelques commerces. Pourtant, l’histoire veut que l’Etier – petit hameau au sud de la commune – eut été le cœur battant du village jusqu’au siècle dernier. Habité dès le 14e siècle, il connut une croissance importante entre le 19e et le 20e siècle grâce aux eaux poissonneuses du lac ainsi que part le passage fréquent des chalands transportant foin, vin, et matériaux de construction.

Photographie historique de l’Etier et de sa rivière

Continuer la lecture de « Le sentier dérive »

Suivre les mobilités enfantines

Il y a autour de la marche enfantine un certain imaginaire. D’anciennes expressions en témoignent tel que « le chemin des écoliers » ou encore « faire l’école buissonnière » . 

Venelle des écoliers face à l’école Victor Hugo à Bouaye.

Ces expressions expriment un certain idéalisme et une certaine liberté dans les mouvements des enfants. Cependant, aujourd’hui, et pour une question de sécurité, ces expressions sont moins d’actualité, de multiples facteurs freinant cet engouement autour de la marche enfantine (peur des autres, dangers de la route…). Après avoir arpenté le territoire, il est remarquable que les enfants n’ont plus une place à part entière dans la ville, et que la ville elle même est peu adaptée à leur présence. Le dessin des communes ne prend résolument pas en compte les enfants qui y déambulent, et pour cause, de multiples frontières s’y matérialisent pour eux : des grillages, des écoles à huit clos, des échelles inadaptées voir disproportionnées ou encore le trafic automobile.

Suivre les mobilités enfantines et les faciliter. Voilà aujourd’hui ce que propose cet ensemble de portions de sentier à l’échelle du quadrant sud ouest de la métropole nantaise. Pour une question d’échelle et de praticité, ce sentier se divise en plusieurs micro-sentiers, que l’enfant peut arpenter de différentes manières et dans différents buts.

triple couche de barrière (double grillage et hauteur) – croquis de la cour d’école Victor Hugo

Le parcours proposé est composé de micro-cheminements à arpenter de différentes manières par les enfants. L’idée de cet ensemble de cheminements serait de pousser les enfants à arpenter, à découvrir librement, accompagnés mais aussi par eux mêmes, leur territoire tout en se sentant en sécurité.

Ensemble de micro-cheminement sur les traces des enfants – cartographie à l’échelle du quadrant sud ouest de la métropole nantaise

Les cheminements praticables quotidiennement par les enfants.

Cette première catégorie de cheminements regroupe les cheminements facilement arpentables par les enfants et permettant de faciliter leur mobilité quotidienne, entre les activités scolaires, leurs habitations et leurs activités extra-scolaires. Cette première catégorie de cheminement se retrouve majoritairement en coeur de bourgs et tissus pavillonnaires, délimité dans un périmètre d’un kilomètre. Un kilomètre, c’est la distance qu’un enfant de six ans peut parcourir en vingt, trente minutes. Dans ce kilomètre, on retrouve facilement en coeur de bourg les écoles des communes concernées, ainsi que les principales activités liées à la vie de l’enfant.  Ces premiers cheminements rendraient donc service aux parents et aux enfants, et indiqueraient dans les communes les cheminements les plus sécurisés afin de se rendre aux différents points importants dans la vie quotidienne d’un enfant.

Les cheminements aménagés et sécurisés en campagnes et forêts.  

Cette seconde catégorie réunit les cheminements entre les communes principales du quadrant sud-ouest et les lieux-dits environnants. Ils permettent de proposer une mobilité douce entre campagnes et forêts, éloignés du danger de la route et n’ayant pas un but précis comme la première catégorie (c’est à dire celui relier les écoles par des chemins plus directs et pratiques). Ces cheminements proposent des promenades vertes, arpentables en familles ou entres copains, ou encore nouvelle manière de rentrer de l’école, plus longue mais plus riche en paysages. Ils permettent aussi aux enfants vivants dans les bourgs plus éloignés des écoles de s’y rendre.

C’est aux abords de cette typologie de sentier que ce distingue un projet : le projet de structure permettant l’apprentissage par le Faire.

Les cheminements impraticables à pieds pour les enfants.

Cette dernière catégorie de cheminements est aujourd’hui plus difficile à envisager à pratiquer à pieds par des enfants. Ces portions ne sont qu’au nombre de deux dans l’ensemble du quadrant. Elles relient les communes difficilement arpentable avec une mobilité douce et sécurisée, mais permet aux enfants de se déplacer entre les différentes communes grâce au ramassage scolaire.

Finalement, cette commande de grand sentier dans quadrant sud ouest de la métropole nantaise c’est décliné ici en un ensemble de micros-sentiers, permettant une multiplicité de façons de se déplacer pour les enfants dans le territoire.