Pour la (re)circulation du vivant

Révéler la bordure bocagère du marais de Goulaine et le potentiel des jardins

Le marais de Goulaine est une cuvette subdivisée en deux dépressions issues de l’érosion, séparées par la butte de la Roche. Alors que la zone humide avait été aménagée et était autrefois accessible en bateau pour transporter du vin, de la chaux et des céréales, la construction de la Divatte a bouleversé ses usages. Pour faire court et se concentrer sur ce qui m’intéresse, les marais se sont vus contenir les eaux des crues en hiver et accueillir des pâturages en été, faisant évoluer ses frontières tout au long de l’année. Le marais était alors régulièrement fauché pour nourrir le bétail et accéder aux cours d’eau. Ce fauchage est devenu essentiel pour préserver les espèces qui y sont installées, et conserver des niveaux d’eau corrects à chaque saison est tout autant important, c’est notamment pourquoi on trouve des portes hydrauliques au niveau du pont de l’Ouen, et le long du canal de Goulaine.

L’eau, essentielle pour le vivant, est très présente dans ce territoire mais on a tendance à l’oublier. Selon François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner, nous devrions fonctionner par bassin versant, en voyant les cours d’eau comme les veines du territoire. Ils ont déjà marqué les villes et les régions pour tracer des frontières mais aussi pour les nommer, alors pourquoi pas faire communauté dans ce sens ? Autour de ces eaux, des hydromondes se développent. Ce sont toutes les continuités écologiques qui se forment entre différentes espèces.

“Un bassin-versant est tout un monde. (…) Une ligne de partage – des eaux, mais aussi des sols, des climats et des vivants.”

Pour une intermondiale des bassins-versants, François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner

Depuis les années 1990, le système de polyculture associée à l’élevage et à la vigne disparaît pour laisser place à la viticulture et au maraîchage spécialisé. Le marais se referme sur lui-même à cause d’un manque d’entretien, qui conduit à un boisement et un enfrichement. De plus, ce marais est une cuvette qui récolte toute la pollution liée à l’agriculture intensive. La zone humide, menacée, est alors classée Natura 2000. Comment son contour a-t-il été défini ? En comparant les cartes établies depuis le XVIIIe siècle, ses frontières semblent avoir évoluées, lui donnant une épaisseur impalpable.

Evolution des contours du marais représentés en carte en 1756 (beige), 1820 (marron), 1960 (vert clair) et 2020 (vert foncé)

Continuer la lecture de « Pour la (re)circulation du vivant »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search