La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble

Lors de nos marches dans le quadrant nord-ouest nous avons  traversé de nombreuses formes d’espaces hydrographiques sans pour autant les identifier. Des prairies sous l’eau, des canaux envasés, des marais enherbés. Notre méconnaissance s’est cristallisée sur une remarque : « je pense que le marais Audubon est un paysage façonné par l’Homme, enfin je ne suis pas sûr. »

Cette intervention m’a fait bondir. Comment un paysage autant drainé, canalisé, exploité quotidiennement peut-il être considéré comme « naturel » ? Sommes-nous à ce point déconnectés de notre gestion spatiale ?

Pourtant, la question de la gestion des eaux est de plus en plus devenue une question publique. Oubliée durant les grandes périodes d’aménagement du territoire français, les eaux ont été drainées, conduites et déviées pour permettre l’artificialisation, l’extension des espaces de production et l’endiguement du territoire. Cet excès d’imperméabilisation du territoire est sur le point de nous exploser au visage. Plaques d’égouts débordantes, déversoirs pleins, avals inondés, sécheresses « exceptionnelles » suivies de pluies intenses… Les inondations de plus en plus régulières dans les zones urbaines sont là pour nous rappeler la force des éléments qu’aucun drain ne pourra canaliser. Pour autant, les politiques de gestion de l’eau sont peu connues des publics souvent concernés et laissées aux professionnels.

Axonométrie d’enquête

Continuer la lecture de « La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble »

Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Continuer la lecture de « Les mécaniques du sable »