La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes.

Une race au bord de l’extinction

En marchant sur la route de Saint-Julien-De-Concelles, je fus étonnée de rencontrer des vaches aussi près de la ville. Je ne m’attendais pas à en rencontrer ici, un jour de pluie qui plus est. Alors je cherche les vaches, vers Vertou, dans les Bas Prés. Les prairies sont là, les panneaux d’informations aussi, mais pas les vaches. Débute alors mon enquête sur les bovins, et je découvre l’existence d’une race spécifique à Nantes: la vache nantaise.

Race rustique, non adaptée au circuit industriel, elle fut de moins en moins élevée au fur et à mesure que la consommation de bovin se standardisait. A tel point que dans les années 80, on n’en comptait plus qu’une cinquantaine. Au bord de l’extinction, elle fut sauvée par quelques agriculteurs et éleveurs nantais qui ont créée l’association de la vache nantaise, pour la sauvegarde de cette race.

Alimenter la biodiversité, alimenter le circuit court

Pour les éleveurs nantais, la vache nantaise a un fort intérêt écologique. En effet, c’est une vache plus que apte à pâturer dans les prairies et zones humides des abords de Nantes, là où le niveau d’eau est haut en automne et en hiver, et redescend au printemps et en été. Faire pâturer des animaux dans une prairie au lieu de faucher la végétation permet une plus grande diversité de la faune et de la flore du terrain. La nantaise est totalement herbivore, son alimentation est composé à 100% d’herbacées. Elle a ses propres préférences quant à celles-ci: elles préfèrent manger des graminées qui ne sont pas encore arrivées à maturité, qui n’ont pas encore de graines ou qui n’ont pas encore fleuries car c’est à ce moment là qu’elles ont le plus d’apport nutritif.

En plus des graminées, les vaches sont aussi un atout essentiel pour lutter contre la prolifération de la jussie, une plante invasive que l’on trouve dans les zones humides. Les bovins s’habituent à manger sur certaines parties d’une prairie, laissant la faune se développer sur l’autre partie, ce qui offre un paysage non-homogène, avec ici des herbes à ras du sol et là d’autres qui montent en hauteur. Cette disparité permet au reste de la faune de vivre, de manger, de se reproduire… Par exemple, sur les zones délaissées par le cheptel, les oiseaux faisant leur nid au sol peuvent facilement s’installer, leurs poussins étant protégés par les hautes herbes de leurs prédateurs quand ils sortent du nid.

Dessin de l’autrice
Continuer la lecture de « La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes. »

Au service du damier de la Succise

Refaire émerger des écosystèmes

Alors que mon enquête portait initialement sur le marais de Goulaine, zone protégée Natura 2000 dont l’état est défini par la gestion de l’eau, j’ai recentré mes recherches sur une espèce symbole de cette zone humide, le damier de la Succise. Mais tout d’abord, faisons un point pour comprendre comment j’en suis arrivée là.

Pour le resituer, le marais de Goulaine aux frontières mouvantes selon la saison est l’habitat d’espèces particulières. Cette zone parfois inondée, parfois asséchée, présente des spécificités propres à plusieurs milieux au même endroit. Elle est impactée par l’activité humaine, comme l’étalement urbain, le maraîchage qui s’étale et ensable les cours d’eau, l’agriculture qui utilise des produits sanitaires agressifs, mais aussi la présence d’espèces invasives comme la jussie (plante à fleurs aquatique et amphibie) et l’écrevisse de Louisiane. De nombreux organismes gèrent le marais :

  • le syndicat Loire Aval qui détient la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,  
  • la communauté de communes Sèvre et Loire qui finance la Maison Bleue dont la mission est de faire découvrir le marais aux scolaires et aux marcheur.euse.s tout en assurant sa protection,  
  • ainsi que des communautés de pêcheur.euse.s et de chasseur.euse.s qui suivent l’évolution des espèces animales et végétales. 

Mon entretien avec un des animateurs de la Maison Bleue m’a révélé qu’une majorité des personnes en charge de la gestion du marais sont satisfaits de sa baisse de fréquentation afin de limiter les dégradations. 

Ce qui impacte le plus le marais n’est pas lié à une fréquentation interne mais plutôt à ce qui se passe à ses frontières. Alors pourquoi vouloir empêcher la population d’y accéder ? Le sanctuariser pourrait mener à un oubli de ce qui s’y passe, un oubli de ses richesses et une perte de sa biodiversité et de ses qualités d’ambiances reconnues par les passants. Son origine artificielle nous rappelle sa dépendance de l’action humaine. Cette zone humide a besoin d’être entretenue par fauchage pour l’empêcher de s’enfricher et de devenir une forêt homogène qui perdrait la richesse de ses écotones, et sa capacité d’îlot de fraîcheur. 

La zone protégée du marais au milieu de la diversité de parcelles (carte de l’autrice)
Continuer la lecture de « Au service du damier de la Succise »

En eaux troubles

Photo @florentlandreau

Des terres vaines et vagues

Les anciennes cartes de la région mentionnaient les marais sous le nom de « terres vaines et vagues ». Cette expression utilisée par les notaires indiquait des terres aux frontières changeantes et incertaines, sans valeur notable. Pendant longtemps, cette vision a prédominé concernant les marais. Cela explique pourquoi leur assèchement était perçu comme bénéfique, valorisant des zones autrefois négligées.

Continuer la lecture de « En eaux troubles »

Une ville pour l’abeille et l’homme

Pour rendre la ville de Saint-Herblain favorable aux insectes, je propose des interventions à différentes échelles. Il s’agit de “fermer” le patchwork de plantes situées le long des rues et de créer, sur le site du centre commercial Atlantis, une structure où l’abeille et l’homme pourront s’épanouir.

Commençons par les interventions à petite échelle qui sillonnent les rues de la ville et comblent les lacunes de la végétation :
1) Dans les nombreuses zones industrielles de la ville, on trouve des kilomètres de clôtures d’entreprises. Contribuons à la biodiversité en utilisant des plantes grimpantes à la place des fils barbelés, les terrains seront plus esthétiques et accueillants pour les clients.

2) Boulevard Salvador Allende. Des haies cubiques ont été plantées tous les 10 mètres, mais il n’y a aucune surface fleurie. Les espaces vides seront comblés en plantant des fleurs sauvages dans les interstices, ce qui constitue une source de nourriture fiable pour les abeilles.

 

Continuer la lecture de « Une ville pour l’abeille et l’homme »

De l’importance des petits coins résiduels – les abeilles sauvages

La subsistance des abeilles dépend entièrement des fleurs. Le pollen des fleurs est la principale et unique source de nourriture des abeilles. La présence des abeilles est à son tour cruciale pour la reproduction des plantes. Sans pollinisateurs, la plupart des plantes disparaîtraient. Il est donc dans notre meilleur intérêt que les deux restent en bonne santé.


Le sentier des abeilles traverse aussi bien des sols agricoles que des sols bétonnés dans des zones industrielles, jusqu’à des utilisations mixtes dans les zones urbaines. Dans ces différentes zones, les abeilles sont confrontées à des défis différents. Sur les surfaces agricoles, les déserts verts de cultures et de plantes utiles (des kilomètres de champs de colza ne fleurissent que trois à cinq semaines par an environ, selon les conditions météorologiques) leurs posent un problème. En raison des monocultures, elles ne trouvent de la nourriture que pendant une période limitée de l’année et sont intoxiquées par l’utilisation importante de pesticides. Une utilisation massive de lisier comme engrais entraîne également une flore pauvre en espèces. Un manque de nourriture et trop peu de possibilités de nidification ont un impact négatif sur le développement des larves d’abeilles (sauvages), ainsi que sur les insectes complets formés.

En milieu urbain, les insectes sont stressés et désorientés par le trafic bruyant, ainsi que par les vibrations dans le sol dues à une forte circulation. De plus en plus de surfaces sont construites et le sol est scellé par du béton, ce qui entraîne la disparition des friches et, de manière générale, des surfaces résiduelles, c’est-à-dire des petits coins inutilisés, des talus ou des bandes étroites qui ne sont ni labourés, ni fauchés, ni entretenus régulièrement. Pourtant, ces espaces pourraient abriter une grande variété de plantes à fleurs et fournir du pollen et du nectar aux abeilles mellifères et sauvages. Dans les jardins privés, on trouve souvent des surfaces pavées ou des pelouses décoratives vertes qui demandent beaucoup d’entretien et n’offrent rien d’autre qu’un désert gris / vert aux abeilles. L’utilisation de poisons agricoles est également plus élevée dans les petits jardins et les jardins de balcon, que ce qui est bon pour les insectes.

Tant sur les terres agricoles que dans les villes, les éléments “perturbateurs”, tels que les petites rivières, les haies, les friches où poussent les plantes sauvages et où se reproduisent les insectes, sont éliminés afin de pouvoir exploiter davantage de surface et utiliser de grosses machines. Néanmoins, la biodiversité est plus diversifiée en ville, car les espaces verts ne sont pas axés sur le rendement. Une étude publiée en 2018 par la Royal Society B a montré que les abeilles vivant dans les zones urbaines ont une vie plus saine que leurs congénères vivant dans les zones rurales. Ses colonies sont plus grandes, mieux nourries et moins sujettes aux maladies. Les colonies urbaines survivent également à leurs cousines des campagnes. Par exemple, à Paris, on a pu détecter plus de 200 pollens différents, alors que dans la région rurale environnante, on ne trouvait que 15 à 20 espèces de pollens.

Un pigeonnier à la Pâtissière

Pigeonnier du Château de la Pâtissière, photo personnelle

À la limite ouest de la commune de Saint-Herblain se dresse une vieille tour de pierre, assaillie par la végétation, qui semble être laissée à l’abandon. Il s’agit du pigeonnier associé au Château de la Pâtissière, situé juste à côté. Au-delà de la qualité architecturale du monument, le pigeonnier est porteur d’une symbolique forte au cours de l’histoire et témoigne de la grandeur de l’ancien domaine du Château. L’ensemble culmine à une douzaine de mètres de hauteur, avec une coupole et une lucarne d’envol; il est aujourd’hui un repère visuel dans le paysage.

Schéma du pigeonnier, chronologie et usages du pigeonnier, mur d’enquête, travail personnel

Grâce à son architecture, nous pouvons dater la construction du pigeonnier aux alentours du XVe siècle. Il s’agit d’un pigeonnier cylindrique sur pied en moëllons. Il comportait probablement une échelle tournante qui néanmoins ne se trouve plus à l’intérieur. De même, la girouette, qui aurait pu nous donner des informations sur le rang de noblesse du seigneur, a elle aussi disparue. Nous pouvons toutefois affirmer de par la taille de l’édifice qu’il s’agissait d’un grand domaine. Les boulins, qui sont les cavités servant de nid à l’intérieur du pigeonnier, permettent d’établir une estimation de la superficie du domaine, un boulin représentant un demi hectare.

La ZAC de la Pâtissière, quel impact?

Le pigeonnier aura bientôt de nombreux voisins. En effet, de l’autre côté de la départementale va bientôt s’implanter une ZAC de 200 logements et une école de 15 classes, sur un terrain de 10 hectares. Aujourd’hui, les parcelles sont occupées par la faune et la flore sauvage, qui risque d’être fortement impactée par les nouvelles constructions. Je me suis alors intéressé à la place des oiseaux en milieu urbain et périurbain et aux dangers auxquels ils font face. Les oiseaux sont les témoins de la santé de la biodiversité. Lorsque les oiseaux sont en danger, c’est généralement l’écosystème dans son ensemble qui est menacé. La France a perdu trente pour cent de sa population d’oiseaux ces trente dernières années. En milieu urbain, les dangers sont multiples, à commencer par l’étalement urbain et la bétonisation de la terre dans laquelle les oiseaux trouvent leur nourriture. La fragmentation des milieux naturels pose aussi un gros problème en tant qu’elle empêche la continuité entre les différents biotopes. Ensuite, les nuisances sonores et lumineuses liées à l’activité humaine ont aussi un impact sur le rythme de vie et de reproduction des oiseaux, en éclipsant le cycle jour/nuit par exemple. Enfin, la nourriture se faisant rare, les oiseaux s’adaptent et cherchent dans nos déchets de quoi survivre. Il s’agit pour eux de nourriture inadaptée, souvent trop grasse.

Futur site de la ZAC, photos personnelles

Comment agir ?

Il y a donc plusieurs enjeux qui ressortent de ces recherches. Le premier est la protection du pigeonnier en tant que patrimoine bâti, le second, la protection de la faune et de la flore sauvage au sein de la future ZAC de la Pâtissière. Mon travail consistera alors à fournir un protocole d’aménagement permettant la cohabitation de la faune sauvage et des humains au sein de la ZAC et concevoir un centre de soins pour oiseaux sauvages en réhabilitant le pigeonnier de la Pâtissière.

L’homme et l’abeille

Sans leur intervention, la plus belle des fleurs serait finalement inutile. Et le miel ne serait pas le seul à manquer à notre menu sans les abeilles affairées: les concombres, les pommes ou même le coton n’existeraient plus. 80% de toutes les plantes utiles et sauvages sont pollinisées par l’abeille mellifère occidentale.

Chaque année, les apiculteurs doivent faire face à la perte de colonies entières. Une grande partie est victime de l’acarien Varroa, mais d’autres circonstances mettent également les abeilles à rude épreuve. L’offre de nourriture se raréfie car il y a de moins en moins de plantes, de haies et d’arbres qui fleurissent à différentes périodes. Quiconque parcourt la campagne les yeux ouverts peut s’en rendre compte : dès que le colza est récolté, il n’y a plus grand chose qui offre suffisamment de nourriture aux abeilles – et il y en a de moins en moins. A cela, s’ajoute bien sûr l’utilisation accrue de pesticides. Ces substances ne sont pas directement mortelles, mais elles affectent notamment le cerveau et l’intestin des abeilles. Certaines ne retrouvent plus le chemin de la ruche, d’autres sont tellement endommagées qu’elles meurent peu de temps après avoir été en contact avec les substances. De nombreuses colonies sont tellement affaiblies qu’elles ne survivent pas à l’hiver.

La raison de la mort des abeilles est en fin de compte le succès de la civilisation. Ils meurent à cause de l’homme qui a transformé les abeilles sauvages en animaux domestiques dociles.

Continuer la lecture de « L’homme et l’abeille »

Sur la piste des oiseaux

Cette proposition de tracé amène le randonneur à travers des zones à forte probabilité d’observation d’oiseaux et relie des postes propices à l’installation d’espèces. Du lac de Grand-lieu à l’Erdre, en passant par le PEAN des Trois Vallées (Périmètre de Protection des Espaces Agricoles Naturels), Il s’agit de faire l’état des lieux de la protection de la biodiversité, dont les oiseaux sont le parfait indicateur de sa santé.

Proposition de tracé sur le territoire métropolitain

La population d’oiseaux en France a chutée de 30% en trente ans. En ville comme à la campagne, les oiseaux sont victimes de l’artificialisation des terres, de la fragmentation des espaces naturels, de la disparition de leur nourriture et de leurs habitats naturels. Certaines espèces s’adaptent à l’anthropisation, d’autres disparaissent purement et simplement. Le sentier propose de partir sur les traces de la lutte aviaire, de découvrir les dispositifs mis en place par les associations, les communes, la métropole, pour protéger les oiseaux et leurs milieux. C’est aussi l’occasion de développer de nouveaux systèmes, savoir-faire, savoir-cohabiter, qui permettront de redonner à la nature une place de premier plan dans la fabrique de la ville et du périurbain.

Continuer la lecture de « Sur la piste des oiseaux »

Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs

Baptiste Morizot est enseignant-chercheur et maître de conférence en philosophie à l’Université d’Aix-Marseille. Lauréat du prix Jacques-Lacroix en 2019, il a acquis en France une certaine renommée pour ses travaux sur la relation qu’entretient l’homme avec le reste du vivant.

Loin de se contenter d’aborder cette question sous un angle théorique, ses écrits sont basés sur une démarche de terrain aussi forte qu’inhabituelle : la pratique du pistage.

Piège photographique d’un loup dans la Vallée de l’Athabasca (Canada).
Crédit image : Raoul Kluivers. MORIZOT Baptiste, Rencontres animales : voir un loup d’Homme à Homme.
Continuer la lecture de « Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search