Reconnecter le Boire de la Coudrouse

Reconnecter le Boire de la Coudrouse, un projet territorial prospectif de reconnexion d’un des anciens boires de Loire au cœur de la Vallée de la Divatte avec les eaux du fleuve.

La Reconnexion Boire de la Coudrouse c’est un projet territorial prospectif de reconnexion d’un des anciens boires de Loire au cœur de la Vallée de la Divatte avec les eaux du fleuve.

Située à l’Est de la métropole nantaise, la Vallée de la Divatte s’étend sur 14 km entre le lit mineur de la Loire qui correspond à l’espace fluvial en eau permanente et le coteau de la Roche, un affleurement rocheux creusé par les eaux. La Vallée de la Divatte fait partie du lit majeur de la Loire, la zone d’influence des eaux fluviales. Elle tire son nom de la rivière Divatte, affluent de la Loire qui la traverse. Cette vallée sédimentaire de 25 km² est traversée par de nombreux boires qui récoltent les eaux de ruissellement pour les amener en pied de coteau.

Un boire, c’est une appellation locale pour désigner un bras mort de la Loire, un espace qui n’est pas en eau tout le temps. Ces boires sont des prairies permanentes, des zones humides, des plans d’eaux qui sont essentiels à la biodiversité du fleuve qui vient y trouver une multiplicité de milieux. La variation du niveau des eaux au cours de l’année permet l’existence de milieux rares qui forment les frayères à brochets et anguilles, ou les bancs de sables propices aux plantes pionnières.

Aujourd’hui, la Vallée de la Divatte est traversée dans son épaisseur par 8 boires entièrement coupés des eaux du fleuve par la Levée de la Divatte, immense digue de terre et de sable s’étalant sur 15 km. D’une hauteur moyenne de 6 mètres 40 par rapport aux eaux les plus basses de la Loire, elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve en 1856.

Elle fait partie d’un système hydraulique cohérent développé pour drainer les terres humides et riches en sédiment de la Vallée de la Divatte. Ce système c’est une digue, des fossés, des portes, des canaux, des bassins de rétention qui visent à canaliser les eaux de remontée de nappe et de ruissellement pour les amener le plus rapidement que possible en aval. Ce drainage intense des sols permet d’habiter le cœur de vallée, mais aussi d’y développer les cultures agricoles.

Aujourd’hui, 4/5e de la vallée est dédié aux seuls espaces de productions maraîchers que sont les champs ou les serres. A ceux-là s’ajoute les plateformes logistiques, les usines de conditionnement, les hangars de stockage, les zones industriels de service, les routes reliant tous ces lieux et les espaces de gestion de l’eau. La Vallée de la Divatte est aménagée autour du besoin en sols des maraîchers. Ce sont ici chaque année environ 220 000 tonnes de fruits et légumes qui sont produits sur 20 km². La production la plus gourmande en surface est la mâche nantaise, produit protégé et exporté dans toute l’Europe.

Au départ poussés par des sols extrêmement qualitatifs et par le développement de l’agriculture productiviste, les maraîchers nantais se sont étalés au point de contrôler une grande partie des terres de la Vallée de la Divatte. Pour accroître la production, les sols sont aplanis et ensablés, quadrillés de serres et de tunnels plastiques, aspergés de métam-sodium un biocide à très large spectre, survolés par des hélicoptères qui projettent de la peinture et de la chaux.

L’industrie maraîchère s’est développée tout au long du 20e siècle dans la vallée, abritée par la Levée de la Divatte. Cette digue est actuellement entretenue dans le cadre de la compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) qui a, en plus de sa visée de prévention, une mission de restauration et de protection des espaces aquatiques et humides. Les collectivités publiques sont donc engagées financièrement à entretenir une infrastructure qui agit au détriment des sols et des espaces censés être restaurés par ces mêmes collectivités. Pire, si la levée n’est pas correctement entretenue, elle aggrave le risque de submersion en libérant rapidement un grand volume d’eau. Il est difficile pour les pouvoirs publics de proposer et d’installer des projets agricoles alternatifs, productifs et compatibles avec les espaces peu drainés parce qu’ils ne sont pas aussi compétitifs que les maraîchers industriels. Ces derniers sont si puissants financièrement qu’ils peuvent se permettre d’acheter du foncier pour 5 à 6 fois le prix du marché, empêchant ainsi l’investissement public.

Reconnecter le Boire de la Coudrouse, c’est un projet de réintroduction des eaux de Loire dans la Vallée de la Divatte au travers de l’ancien Boire de la Coudrouse. Ce retour des eaux s’étale de l’ouverture de la Levée de la Divatte au niveau du lieu-dit La Coudrouse jusqu’à la ville de St-Julien-de-Concelles, chef-lieu de la commune. Les eaux de Loire qui s’engouffrent viennent redessiner le cours du boire, s’étendent, se resédimentent dans la Vallée de la Divatte. Le retour d’espèces dites ingénieures comme le castor transforme durablement le tracé du boire par leur installation durable.

Ces espèces creusent, endiguent, entretiennent leur milieu humide et créent tout au long du cours du boire retrouvé une multitude de situations, de points de rencontre, de conflits d’usages des sols. Ces situations sont notamment :

Aux portes de St-Julien-de-Concelles, à la confluence avec le Boire de la Roche en pied de coteau, les eaux s’étendent dans des prairies et des terrains sportifs, le long du plan d’eau du Chêne. Ce retour des eaux favoriserait l’extension de la zone humide à partir du plan d’eau, ouvrant la possibilité d’un grand projet paysager au pied du coteau le long du boire de la Roche.

Plus en amont, le reméandrage progressive des eaux hors de leur zone de drainage pourrait entrer en conflit avec l’usine de conditionnement du Val Nantais. Cette installation industrielle de 75 000 mètres carrés regroupe 280 salariés pour 22 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. Les bâtiments de plain-pied pourront ponctuellement être touchés par les eaux de crues saisonnières. Le déplacement ou l’isolation hydrologique de cette infrastructure clé de la production maraîchère devra être envisagé. Le bâti peut aussi être transformé pour pouvoir être ponctuellement sous les eaux.

De la même manière, le reméandrage des eaux rencontre les espaces primaires de production agricoles, les champs, les serres, les chapelles plastiques… Ces espaces devront s’adapter en proposant des pratiques qui permettent cette cohabitation avec des eaux peu contrôlées. L’utilisation de produits phytosanitaires sera grandement réduite, les planches maraîchères seront réorientées pour empêcher le ruissellement et l’érosion des sols, les serres ne pourront pas être maintenues tout au long de l’année. La restructuration du paysage inclue des haies diverses faisant office de coupe-vent, de barrière au ruissellement, d’absorption des eaux et de réserve à prédateurs naturels des espèces pouvant provoquer des dégâts aux cultures. Ces haies essentielles à la biodiversité et caractéristiques des espaces maraîchers en zone humide ont progressivement été remaniées et remembrées jusqu’à disparaître à la fin du 20e siècle pour faciliter l’usage d’outils de production industriels. Le retour des haies ramène une multitude de milieux fragilisés ou disparus.

Cette restructuration du paysage et des pratiques agricoles sera l’occasion d’installer de jeunes exploitations, dont les pratiques sont compatibles avec des espaces moins standardisés par le drainage des eaux. Le retour des prairies humides comme commun, pâturées et entretenues par de grands bovins ouvrirait la possibilité d’une activité au sein même du boire. Cette nouvelle activité d’élevage compatible avec les espaces humides pourrait s’installer dans les anciennes infrastructures industrielles maraîchères. On peut imaginer des propositions de hangars inondables ou surélevés par des tertres, ces talus bâtis. Cette pratique d’élevage bovin s’accommode d’un niveau relativement élevé des eaux et maintien les prairies, riches en milieux.

Autre situation, les habitations de la vallée ont été bâties en majorité sur les émergences du paysage repérées lors des crues. Ces émergences, lieux-dits et bourgs seront densifiés par les habitations et les activités déplacées. Les cœurs de bourgs se reforment dans ces espaces denses. On y redéploie de petits commerces ou des activités artisanales disparues dans ces espaces d’habitat jusque-là trop diffus.

Au niveau du lieu-dit la Coudrouse, le désaménagement de 200 mètres linéaires constitue l’amorce de l’ensemble du projet de reconnexion du Boire de la Coudrouse avec les eaux de la Loire.

Ce désaménagement nécessite le démontage d’une digue dans un système cohérent mais aussi de changer le rapport des populations aux crues de Loire.

En 1856, 1857 et 1910, des crues successives brèchent la Levée de la Divatte et s’engouffrent rapidement. Les crues sont lentes en aval de Blois, mais l’endiguement augmente le danger de submersion en provoquant, en cas de rupture, une vague de submersion violente. Ainsi aujourd’hui encore les crues sont perçues comme dangereuses alors que le lit majeur est habité et cultivé dans des espaces régulièrement en eau. Rouvrir le boire c’est donc aussi réinventer la mémoire territoriale et reconstruire notre rapport aux eaux de crue.

Ce changement de rapport aux eaux en crue s’articule autour de la possibilité d’un renouveau de la baignade de Loire dans cette Vallée de la Divatte. La pratique de la baignade de Loire fût interdite en 1970. C’est alors une véritable culture du loisir local qui est mis au placard. La Loire et son lit majeur étaient tout au long du 20e siècle des espaces de villégiature privilégiés pour les habitants du département. De nombreux établissements de bains publics ou privés se sont développés, les plages étaient aménagées… Proposer le retour de cette pratique n’est pas seulement un projet ludique et local, mais c’est aussi favoriser un autre rapport aux espaces baignables, loin du tourisme de masse sur les bords de mer ou des eaux contrôlées au sein des piscines chlorées. C’est proposer de plonger son corps dans un milieu non maîtrisé à 100% par l’humain, partagé avec d’autres êtres vivants.

Le projet de reconnexion du Boire de la Coudrouse s’amorce donc par ce projet d’ouverture de la Levée de la Divatte sur 200 mètres linéaires. Cette ouverture est emblématique du projet et doit proposer un rapport transformé aux eaux du fleuve. L’ouverture de la Levée de la Divatte, c’est tout d’abord :

1- Le désenpierrement des 640 mètres cubes de moellons de pierre de la carrière de Mauves-sur-Loire qui forment le perré et la murette mais aussi les 360 mètres cubes d’asphalte de la route départementale qui surplombe la levée. Cette matière première sera réinvestie dans le projet de reconnexion du boire et dans les situations de projet identifiées.

2- La seconde étape c’est le détalutage des 6650 mètres cubes de terres argileuses et sablonneuses qui forment la levée. Ces terres ont été prélevées le long du bourrelet de rive ou sur les plages de Loire existantes le long de la vallée. Ce volume de terre hétérogène sera utilisé pour redessiner des berges temporaires et amender en sédiments le boire.

3- La troisième étape de ce désaménagement de la Levée de la Divatte c’est le désenrochement des 9600 m3 de roches qui servent à maintenir les berges du chenal principal de la Loire et à protéger la levée contre l’affouillement. Le phénomène d’affouillement, c’est l’érosion des terres sur lesquelles est fondée la digue. Avec le creusement du lit de la Loire pour prélever du sable à destination des maraîchers et de la construction tout au long de la seconde moitié du 20e siècle, les niveaux d’eau se sont effondrés et ont menacés les fondations de la levée. Ces enrochements ont été installés pour empêcher ce phénomène de menacer la cohérence du système d’endiguement. Avec l’ouverture de la levée, ces enrochements peuvent être partiellement démontés. Les épis rocheux le long de la berge sont maintenus pour empêcher l’érosion en aval de l’ouverture.

4- Avec l’ouverture complète des 200 mètres linéaires de la Levée de la Divatte, l’eau de la Loire peut à nouveau faire son lit dans le Boire de la Coudrouse. Elle vient remanier progressivement les berges et les sédiments déposés en formant des bancs de sable, des berges, des plans d’eau et des prairies humides. Pour protéger les espaces de la vallée endiguée en amont et en aval de l’ouverture, des retours de levée au moyen de rampes sont mis en œuvre à partir de la matière désaménagée.

5- La piscine de la Coudrouse est implantée à partir des bancs de sable et des plans en eau nouvellement formés. Construite à partir d’environ 600 m3 de moellons et d’enrochements maçonnés, la proposition prend la forme d’un bassin de baignade de 40 mètres par 20 avec emmarchements pour un ouvrage total de 50 mètres par 40. Il comprend le bassin, deux cabines et un plongeoir. Le tout est accessible grâce aux emmarchements et rampes disposés sur ses flancs. Des interstices au Nord et Sud laissent les eaux, les sédiments, la faune et le flore de la Loire s’engouffrer dans le bassin de la piscine. Le terme piscine ici renvoi à ses origines latines qui désigne à la fois le bassin commun des thermes romains mais aussi le vivier à poissons et crustacés construit à proximité des villas pour l’aquaponie. La piscine de la Coudrouse, c’est donc un bassin dont l’usage est soumis aux eaux de Loire qui le remplissent.

6- La piscine de la Coudrouse est située sur un espace traversé quotidiennement à la fois par les populations locales mais aussi par des populations éloignées. Le passage de la Loire à Vélo, dispositif cyclo touristique, et de ses aménagements a favorisé un retour du piéton et du cycliste dans des espaces péri-urbains et ruraux dominés par l’automobile. Le désaménagement de la Levée de la Divatte sur 200 mètres linéaires conforte ces nouvelles “anciennes” pratiques, en maintenant la traversée du boire via le gué. Un gué est un espace de traversée possible sans immersion totale du corps. lci il se matérialise par le pavage d’espaces propices le long des bancs de sable. Ce pavage est à redessiner en fonction des mouvements sédimentaires.

Cette traversée est soumise au niveau des eaux et conduit à potentiellement poser pied à terre, se déchausser et pousser son vélo pour atteindre la piscine, puis à nouveau traverser pour atteindre la rive opposée. L’architecture de baignade est utilisée pour inviter à s’immerger dans des eaux perçues comme trop dangereuses (courant, fond instable, flore et faune). À la manière des baignades en rivière, l’architecture propose ici de venir profiter des premières journées chaudes du printemps. Les cabines à l’extrémité sud du bassin facilitent et encouragent la baignade en offrant une forme d’intimité au cœur du boire. Les emmarchements en cœur de bassin sont assez larges pour s’y allonger et profiter du soleil. Le plongeoir au nord invite à se lancer dans les eaux.

Mais cette architecture de baignade offre aussi un spectacle saisissant lors des épisodes de crue hivernales. Le corps principal du bassin est maintenant isolé au centre du boire. Les eaux viennent parfois engloutir les emmarchements ne laissant plus que le plongeoir et les cabines émerger comme d’étranges sculptures faisant office de repère de crue. La traversée n’est plus possible ici et il faudra alors suivre le cours du boire en crue pour rejoindre une autre traversée plus en aval.

De la même manière, au plus fort de l’été et avec des canicules qui s’annoncent de plus en plus répétées, la piscine et le gué, totalement à sec, vivent au même rythme que la Loire, les plaçant directement dans le prolongement de ses bancs de Loire.

Le projet de reconnexion du Boire de la Coudrouse redessine le rapport qu’on entretient avec la submersion des sols et des ouvrages par les eaux non contrôlées et propose, face au projet de contrôle et de drainage des eaux, un projet d’accoutumance et d’adaptation. L’ouverture de la Levée de la Divatte, avec sa piscine et son gué, est à la fois le point de départ de cette reconnexion du Boire par le fait qu’elle permet aux eaux de Loire de pénétrer la vallée, mais aussi parce qu’elle permet d’envisager ce retour de l’inondation non pas comme une catastrophe, mais plutôt comme une condition nécessaire à la vie dans la vallée.

Le ruissellement métropolitain

Redécouvrir les sous-bassins hydriques nantais

Jardins, pâturages, marais, marécages, prairies, drainage, méandres, lacs, étiers, tampon hydraulique, refuges de biodiversité, inaccessibles, délaissés, Tiers paysage … Toutes ces notions sont autant de manières de décrire, d’appréhender les zones humides. Ces espaces s’inscrivent en grande partie dans le cycle de l’eau, récupèrent et accumulent les eaux de ruissellement, régulent les crues et les inondations, échangent avec les nappes phréatiques, à tel point qu’ils peuvent recouvrir la quasi-totalité des sous-bassins versants. Extrêmement intégrées au paysage anthropisé, ces zones deviennent quasiment illisibles tant dans leurs rôles que dans leurs limites géologiques.

Au cœur de la métropole nantaise, les zones humides et leurs cours d’eau sont mis en valeur comme écrin de verdure au cœur de l’urbain, accentuant ainsi leurs limites par une artificialisation des sols importante. On pense alors à la Chézine, la Sèvre Nantaise, l’Erdre ou encore le Cens, corsetés par la spéculation qui pousse à urbaniser des terrains jusqu’ici évités.

Pourtant, de manière contre-intuitive, la sortie des espaces les plus densément peuplés et urbanisés n’empêche pas la transformation profonde des sous-bassins versants. Mais celle-ci est plus difficile à voir. Les cours d’eau des sous-bassins versants sont souvent invisibles par leur drainage, leur artificialisation et leur détournement. De même, bien qu’un changement paysager est en train de s’effectuer, les zones humides adjacentes sont rarement aménagées pour permettre leur découverte.

Mon sentier métropolitain est composé de 3 sentiers manifestes situés à l’Ouest de la métropole nantaise :

Tracé des sentiers sur fond de bassins versants secondaires et tertiaires

1. L’évolution de l’aménagement

Il revient sur l’évolution de notre rapport aux zones humides et de leur intégration dans le paysage urbain et péri-urbain. Il débute au lac de la zone commerciale Atlantis, infrastructure utilitaire à laquelle un traitement paysager a été contraint. On suit ensuite le « sentier d’Hermeland », faisant partie du cours Hermeland imaginé en 1990 comme une « traversée naturelle dans l’urbain ». Le chemin qui suit le ruisseau Pont-Pierre y serpente comme pour évoquer la balade aménagée. Le ruisseau aboutit sur la Carrière Pont-Pierre témoin, à la fois de la réhabilitation d’espaces industriels marquants, mais aussi de la volonté de « singer » la nature via le jardin méditerranéen. Le sentier s’achève au marais de la Pelousière, parfait témoin d’un changement du rapport au paysage des zones humides qui devient un marais d’observation du tiers paysage. La notion de parc s’est progressivement ensauvagée pour aboutir à un aménagement de cheminements dans des espaces de délaissés. Quel impact cela peut avoir sur notre vision de la « Nature » ?

2. Les obstacles au bassin versant

Le second sentier débute sur l’ancienne décharge de Tougas. En aval de tout le sous-bassin traversé, ce site contamine largement les eaux de ruissellement. On traverse ensuite d’importantes infrastructures routières et ferroviaires reliant Nantes à St-Nazaire. Celles-ci viennent endiguer l’ancien lit majeur de la Loire et ainsi contraindre la régulation hydraulique de l’ensemble. En remontant le bassin versant de la Pâtissière, le sentier devient « théorique ». Il est censé passer le long des zones humides qui sont aujourd’hui la propriété du jardin de la Pâtissière. Une importante partie du versant est donc ici privatisée. Lors de la remontée du coteau, le sentier croise les lignes à haute tension qui ont découpé les boisements qui ralentissaient les ruissellements. Enfin, ce second sentier abouti sur le Jardin de la Coutellière, formé collectivement autour du ruisseau protégé de la Coutellière. La gestion communautaire des espaces hydrauliques serait-elle une option ?

3. Le cycle de l’exploitation

Tout commence avec le recueil des ruissellements des versants. En suivant le cours du ruisseau de la Carterie, on traverse des espaces agricoles majoritairement céréaliers. Le ruisseau se déverse dans le lac de Beaulieu. Créé ex-nihilo en 1991, il sert à réguler l’hydrographie de l’aval modifié par les grandes infrastructures mais aussi pour la pêche et la préservation de grands oiseaux. En longeant le marécage puis le marais de Beaulieu, on aperçoit l’aménagement des coteaux de Couëron. Ces espaces humides sont utilisés pour le pâturage en été. Après avoir retraversé la ligne de chemin de fer et les espaces urbains, on découvre les prairies de la Vallée de la Pâtissière. Ces prairies sont dites permanentes. Par le biais d’importants ouvrages hydrauliques, le paysage de marécages a progressivement été drainé pour permettre la pâture toute l’année. Ce paysage particulier de l’estuaire de la Loire est aujourd’hui sous tension. Entre les exploitants, qui ne peuvent en obtenir une assez grande production, et les habitants pour qui l’entretien des étiers est un coût important, les prairies permanentes sont un enjeu important, au regard également de l’importance culturel de ce paysage historique. L’étier de la Vallée de la Pâtissière se déverse dans la Loire par un goulot étranglé par l’artificialisation des berges. Cela entraîne l’accélération de l’envasement des prairies mais aussi des inondations plus violentes. Enfin, le troisième sentier se finit par l’Île de la Liberté en face du port de Couëron. Cet ancien banc de sable de Loire s’est progressivement consolidé en île via la progression du bouchon vaseux. Autrefois pâturé, l’abandon par l’agriculture et l’absence de marnage a permis aux forêts de Loire de se développer et d’envahir progressivement l’île. Serait-ce le sort qui attend l’ensemble des prairies permanentes ?

Les zones humides sont donc des “espaces parapluie”. Leur compréhension et leur entretien consciencieux permet de prendre soin d’un grand nombre de sous espaces et de pratiques. Activités agricoles, gestion de la ressource en eau, inondations, aménités, diversités biologiques sont autant de sujets qui sont abordés par la gestion (ou non) des zones humides. L’ambition de ces sentiers est non pas exhaustive mais une invitation à découvrir nos espaces péri-urbains via les sous-bassins versants et plus particulièrement l’impact des zones humides sur ceux-ci.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search