Faire sauter les barrières ; libérer les enfants!

Rempart, enceinte, forteresse, barricade… Tant d’adjectifs pourrait qualifier cette cour de récréation observée à Bouaye de l’école Victor Hugo, faisant face à la Venelle des Écoliers. Comme dans de nombreux espaces récréatifs d’écoles que j’ai pu observer, le constat fut le même : les cours de récréation sont des espaces clos, protégés, parqués. Les sols uniformément bitumés, les grillages verts jouant le rôle de barrières ou encore la végétation quasiment inexistante dans ces espaces récréatifs créent une ambiance que l’on pourrait presque qualifier de carcérale. 

Cette situation de l’école à huit clos m’a alors troublée. Les enfants masqués, collés au grillage vert et leurs petits doigts s’accrochant à celui-ci semblent rêver de liberté, ou du moins semblent avoir l’envie de passer entre les mailles et de suivre le groupe de marcheurs en contrebas. Ce grillage vert d’environ quatre mètres de haut joue différents rôles. Celui de filet protecteur, afin de protéger les voitures des ballons pouvant vouloir s’échapper de la cour de l’école. Celui de barrière protectrice afin de protéger les enfants du vide. Celui de barrière visuelle permettant d’une certaine manière d’obstruer la vue avec la hauteur et ainsi de préserver les enfants. Mais en fin de compte, ce n’est pas ce grillage futile qui dissuade, c’est cette hauteur sur laquelle il est accroché. Cette position en altitude semble alors être autant une barrière physique que mentale. Cette double barrière est vraisemblablement là pour protéger ce public vulnérable, mais finalement, ne pourrions nous pas tenter de le responsabiliser ?

« Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité. »  – Victor Hugo

Qui dit barrières dit restrictions, et pour l’enfant peut être une envie de les contourner. En passant devant cette école, je me suis alors souvenu qu’en passant devant d’autres cours de récréation le constat fut toujours le même : les enfants sont en grande partie accolés à cette barrière et regardent avec un regard plein d’envie l’autre côté, celui où ils n’ont pas le droit d’aller : l’inatteignable. Je me suis alors mise à imaginer ce que l’on pourrait trouver derrière cet obstacle. On y retrouve sans aucun doute un sol bitumé comme dans chaque espace récréatif, avec peut-être un ou deux petits arbres émergeant du sol, leurs racines transperçant le bitume, comme si la nature elle aussi voudrait s’échapper et rêvait de liberté. J’ai finalement fait le rapprochement entre cette forteresse écolière et cette venelle des écoliers. Et si cette ruelle étroite serait l’échappatoire en sortant de l’école, celle dans laquelle les enfants peuvent enfin se sentir libres? 

Photographie et collage du site “trouble”.