Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier

Le Périphérique - Lettre

Madame, Monsieur,

En tant que responsable de l’enquête n°2022_PDL_NA-NO/PERIPH, et après deux ans d’investigations menées sur le territoire nantais, j’ai l’honneur de vous communiquer en ce jour les conclusions issues de mon rapport d’enquête. Le présent courrier vous en propose une synthèse.

Continuer la lecture de « Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier »

Les bassins d’Orv(eau)lt

                Au nord de Nantes et au sud d’Orvault, entre l’écoulement du ruisseau et le ronronnement des véhicules, se trouve un espace étonnamment paisible. Le chemin est large, ses abords disposent d’assises pour se poser et il est praticable à pied ou à vélo. Les abords du Cens restent sauvages et l’autoroute est mise à distance par une butte, mais aussi par un espace clôturé interdit au public : des bassins d’orages.

La vallée du Cens, une promenade urbaine du nord-est au nord-ouest de la métropole nantaise.
Continuer la lecture de « Les bassins d’Orv(eau)lt »

Le Sentier des Communs Périphériques

Le Sentier des Communs Périphériques - Lettre

Madame, Monsieur,

Faisant suite aux derniers éléments de mon enquête consacrée au Périphérique de Nantes que je vous ai présentés ce jeudi 31 mars, je vous adresse en ce jour ma déclaration officielle d’ouverture de sentier d’enquête.


42 km de long. 23 portes autoroutières. 30 ans de construction. L’équivalent de 432 millions d’euros investis. Et aujourd’hui, jusqu’à 110 000 véhicules par jour.

Ça, ce sont les chiffres du Périphérique de Nantes. Mais cela ne suffit pas à le connaître.

Car le Périphérique ce sont aussi et surtout des abords à desservir : d’immenses zones commerciales et industrielles, d’innombrables lotissements pavillonnaires ; et plus généralement une métropole, celle de Nantes, qui, bien que pestant à longueur de temps contre un périph’ toujours trop embouteillé, trop bruyant, est bien forcée d’admettre qu’elle ne peut plus se passer de cette ceinture de bitume.

Mais à quelques foulées des bandes d’arrêt d’urgence il y a aussi ça : des jardins partagés, des terrains de gens du voyage, des casses sauvages, des ruines perdues dans les ronces, d’immenses champs de prunelliers et ajoncs en fleur.

Une richesse difficile à voir depuis la voiture, mais qui se laisse découvrir rapidement dès qu’on fait un pas sur le bas-côté. Des espaces partagés ou délaissés, occupés de façon plus ou moins officielle par l’Homme ou réappropriés par la nature.

Quels sont donc ces impensés du projet autoroutier, ces délaissés du monde bitumé ? Pouvons-nous faire le pari que certains de ces lieux parfois maltraités, souvent oubliés, sont peut-être encore inimaginés ?

Ceci est une invitation à explorer
Les Périphéries du Périphérique

Ceci est une invitation à parcourir
Le Sentier des Communs Périphériques


Continuer la lecture de « Le Sentier des Communs Périphériques »