Les marcheurs-photographes du GR2013 // Paysages Usagés

Paysages Usagés, intervention artistique sur le GR2013 // Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth

Ici, nous nous intéressons à la démarche de Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth, deux artistes-photographes qui sont intervenus artistiquement sur le GR2013.

Ce sentier de 365 km imaginé et balisé à l’occasion de Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013, s’immisce entre le paysage urbain, périurbain et rural de la métropole marseillaise. Il forme une boucle dans l’espace métropolitain à travers 38 communes sur un territoire de 3000 km².

Le tracé du GR2013 dessine une boucle que les photographes ont arpenté en organisant 100 arrêts pour la prise de photographies.

Pour ce sentier, un projet artistique de représentation des paysages de la métropole a été mis en place par l’Observatoire photographique du paysage (OPP) : Paysages Usagés, démarche de Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth. Ils se sont intéressés au GR2013 avant même son balisement sur le territoire, dès 2012. Leur projet s’organise autour d’une série de 100 photographies prises le long du sentier, chacune parcourue par une ligne blanche traçant le futur passage du GR. Ces photographies sont capturées une fois par an pendant 10 ans, permettant d’apprécier les changements qui ont opéré sur le territoire, entre ceux liés à l’activité humaine et ceux d’autres forces qui redéfinissent chaque année le paysage. Ils sont guidés par un désir qui n’est pas uniquement celui de mettre en lumière des problématiques connues aujourd’hui mais surtout de faire de ces photographies des supports d’analyse du territoire et de notre action et mouvement sur celui-ci. Ces photographies deviennent alors un observatoire de la richesse des paysages traversés dans la métropole marseillaise, et analyse les frictions des éléments qui nous entourent lors de sa traversée.

3 paysages photographiés en 2012 puis en 2013 dans le cadre de l’intervention artistique Paysage Usagés (http://www.francesterritoireliquide.fr/lesphotographes/bertrand-stofleth-et-geoffroy-mathieu.html)

Un projet participatif qui donne corps au sentier chez les marcheurs

Les 100 premières photographies sont réalisées dès 2012 sur le sentier. Afin de reconduire les photographies chaque année, un volet participatif a été mis en place, proposant au public, ou ceux qu’ils appellent les “adoptants”, d’adopter 70 des 100 photos, les 30 restantes étant reconduites par les créateurs de l’OPP. Pour que cette reconduction puisse être possible, il s’agissait d’utiliser des instruments photographiques basiques, dont un appareil reflex et un trépied. Il était aussi nécessaire d’établir un protocole lors de l’arrêt sur le sentier pour la prise de vue, prenant en compte des paramètres précis tels que la hauteur du trépied, la distance par rapport à un objet, un croquis du paysage photographié et du trépied dans l’espace.

Cette reconduction de photographies chaque année jusqu’en 2022 propose aux adoptants de s’approprier le paysage ainsi que la marche, et analyser l’expérience de ceux-ci par rapport aux anciennes photos. Le volet participatif de l’intervention artistique permet de dépasser le seul compte rendu d’un fait de paysage mais bien d’arriver à la propre étude de celui-ci, en utilisant l’arrêt sur le parcours, la mise en place d’un protocole, l’observation puis la captation du paysage. Un réel ancrage des adoptants dans le territoire s’opère, donnant naissance à un lien intime avec le paysage photographié. Un jeu d’appartenance et d’adhérence au paysage s’installe : une image qui appartient au citoyen, un trajet qui appartient au citoyen, un paysage qui appartient au citoyen.

L’intérêt de la transmission photographique pour les marcheurs

Ces trois dessins déclinent les façons de marcher des deux photographes ainsi que des adoptants de la reconduction des photographies.

Alors finalement, les premiers marcheurs de cette intervention artistique, Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth, pratiquent la marche et surtout l’arrêt. Elle est le fondement de leur démarche, menée par un protocole précis. Afin de décrire la démarche de ces marcheurs, nous nous tournons vers le concept d’écologie des lignes de Tim Ingold qui décrit deux hypothèses : une ligne « active », pleine, qui symbolise la promenade continuelle, sans obstacle ; et une ligne « pressée », en pointillées avec des zones entourées, qui s’apparente plutôt à un déplacement où un but subsiste. A partir de cette terminologie, le processus des deux photographes semble naviguer entre ces deux lignes, entre marche sinueuse le long d’un sentier et arrêt sur des sites précis où l’objectif de la captation vient alors guider leur marche.

La reconduction des photographies chaque année donne l’occasion aux adoptants et autres marcheurs de parcourir le GR2013 de manière assez récurrente. Cette marche, entre promenade et arrêts significatifs dans un but protocolaire, vient alors se rejouer chaque année grâce à la transmission effectuée des photographes vers les “adoptants”. Dans ce sens, ils diffusent l’expérience de la marche par la mise en place d’un but précis : celui de photographier un paysage selon un protocole donné. Cette passation incite et invite le public à marcher, expérimenter le paysage urbain et périurbain de la métropole marseillaise, et continue alors d’alimenter cette pratique constructrice de nos paysages.

Sources :

http://www.francesterritoireliquide.fr/lesphotographes/bertrand-stofleth-et-geoffroy-mathieu.html

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search