Bernardo Secchi – l’urbanisme avec les pieds

Bernardo Secchi, architecte-urbaniste né en 1934 et décédé en 2014, était associé à Paola Vigano au sein du Studio Secchi-Vigano. Les deux ont réfléchi à la théorie de la ‘ville diffuse’ et ont travaillé sur de nombreux projets à l’échelle métropolitaine en Europe. 

Le studio08, le nom de l’équipe à l’année 2008, a été choisi pour travailler sur le projet de l’Atelier International du Grand Paris, initié sous Nicolas Sarkozy l’année précédente. Leur proposition est divisée en trois chapitres1 : d’abord, celle de la “ville poreuse”, une pensée qui leur permet d’approcher des problématiques propres au 21ème siècle, celles de l’après-Kyoto2. Après cette analyse, le studio pense à trois scenarios de projets différents pour la métropole et son avenir, se penchant sur “la question environnementale, la mobilité et les inégalités, propres à Paris”3. Finalement, il propose des projets stratégiques qui impliquent les trois scénarios illustrés précédemment. 

projet du Grand Paris : la ville poreuse – Equipe studio08 – Secchi Vigano

Les bureaux du Studio Secchi-Vigano sont situés à Milan (Italie). Alors qu’il leur est demandé de travailler sur le projet du Grand Paris, ils s’installent dans la métropole car ils considèrent ne pas assez la connaître. Bernardo Secchi explique4 : “Lorsque j’arrive dans une ville pour laquelle on m’a demandé d’expertiser des situations compliquées, je récolte tout ce qui existe sur elle: de la littérature à la photographie en passant par la peinture, la musique, l’histoire, etc. Et je commence: marcher, marcher et après, encore marcher. L’urbanisme est quelque chose que l’on fait avec les pieds.” 

Pour lui, la marche est une façon d’amorcer le projet. Son rythme, son échelle, son histoire permettent d’observer et de comprendre le territoire. “Il faut observer les détails minimaux, les noter, redessiner continuellement ce qu’on a vu, écouter les gens, leur imaginaire, les images de la ville qu’ils ont, les confronter à nos propres images, à nos propres projets, en évitant les grands gestes. […] Alors seulement, on peut commencer à travailler à un niveau conceptuel adéquat, pas encore sur un projet qui soit défini d’un point de vue de sa physionomie visuelle, de son architecture, mais qui commence à mettre au clair la structure de cette architecture.” 

Transects de la métropole parisienne : fines tranches de 50km pour analyser le territoire – Equipe Studio08 – Secchi Vigano

Outre ce projet du Grand Paris, le studio utilise également la marche comme dé-marche de projet à d’autres occasions : en septembre 2010, un groupe d’une dizaine d’étudiants de l’Ecole Nationale Supérieur de Paysage de Marseille – missionnée par la région PACA pour travailler sur le bassin de la Durance – marche le long de la rivière pendant cinq jours, avec des interventions d’enseignants et praticiens le long du sentier, dont le studio Vigano-Secchi5. De cette marche et de recherches ultérieures, le studio propose le projet ‘Val de Durance’, questionnant la place du cours d’eau à une échelle régionale, nationale et européenne6 

Dessins issus de la marche le long de la Durance par les élèves de l’ENSP – Walk on the river
Emprise du bassin de la Durance – Equipe Studio09 – Secchi-Vigano

Ainsi, les pieds sont outil de projet, qui contribuent à « fabriquer un premier regard sur le territoire, empreint de récits, d’imaginaires et de perceptions variées des habitants”7. Les pieds ramènent l’urbaniste sur terre, plutôt que dans les airs, lui permettant de comprendre les territoires plus en détail en sortant du confort de l’atelier. 

1 http://www.secchi-vigano.eu/atS08/at%20S08_grand%20paris.html
2 https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2011-2-page-103.htm
3 https://lecycledurbanismedesciencespo2018.wordpress.com/2018/09/30/bernardo-secchi-la-lecon-durbanisme-comme-une-oeuvre-collective/
4 http://www.marcellinbarthassat.ch/files/bernardo_secchi.pdf
5 https://c-pour-dire.com/2010/09/15/paysages-de-la-durance-decouvertes-et-philosophie-au-ras-de-leau-vive-et-du-temps-ralenti/
6 http://www.secchi-vigano.eu/atS09/at%20S09_val%20durance.html

 

Jean-François Pirson – artiste pédagogue

« La marche c’est comme une danse, ça ouvre à l’espace, ça fend l’espace »

Arpenter par Jean-François Pirson

Jean-François Pirson se définit comme artiste-pédagogue en tant que marcheur, danseur, chorégraphe, photographe, dessinateur, écrivain. C’est de manière kinesthétique qu’il exprime et pratique son rapport à l’espace, par le toucher et le mouvement, ce qui l’emmène  à un arpentage de divers territoires. Cette méthode de marche permet, selon lui, de bouger le corps et la pensée, qu’il exprime par l’idée « d’habiter sans se sédentariser ». C’est-à-dire habiter pleinement un lieu et en prendre soin (même de très courte durée) et ne pas sédentariser sa pensée. Il marche alors avec son corps qui « contracte tout le territoire d’un bloc. Il ne s’embarrasse pas plus des détails, mais fait le choix entier d’un espace. » Il se laisse propice à la rêverie et à l’éveil d’une idée. 

« L’arpenteur marche sans raison apparente ou pour prendre, les sens ouverts, la mesure du monde dans différents champs : phénoménologique, chorographique [la description d’un paysage] ou géographique, plastique, anthropologique et politique. Cet arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à lui même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne considère cette expérience comme un simple moyen -poétique- de lier sa vie à l’étendue de notre humanité. » 

Jean-François Pirson marche généralement seul ou avec sa compagne et ils parcourent le monde à pied, Barcelone, Beyrouth, Alep, Marrakech, Bruxelles, … Et ce, parfois dans le cadre d’expositions et installations de ses photographies et dessins. Car il explique aussi qu’il fait pour chaque marche de beaux petits carnet, et que c’est une manière pour lui d’avoir un soin au territoire. En dehors de cette pratique personne il marche aussi en groupe pour des workshop et notamment de le cadre de la faculté d’architecture de Liège où il est enseignant. Il applique la transversalité des pratiques à ses étudiant.e.s et propose des marches exercices. « Les dispositifs spécifiques qui accompagnent la marche renforcent le caractère exploratoire, la force du tracé, la plasticité du mouvement, ils avivent les frottements avec l’espace traversé et ses multiples usages, stimulant les sens, remuant la pensée du dehors »

Carnet dans La danse de L’arpenteur.

Pour aller plus loin : 

. Jean-François Pirson, La danse de l’arpenteur. Editions La Lettre volée (2019)

. Jean-François Pirson, Petits écarts dans Pratiques, réflexion sur l’art n°12. (2002 )

. Jean-François Pirson, Aspérités en mouvements ? Forme, espace, corps, sculpture, pédagogie. Editions La lettre volée (2001)

. Jean-François Pirson, Pratiques de territoire – Marches et workshops. Cellule Architecture Fédération Wallonie-Bruxelles. (2020) 

. https://vimeo.com/176434228

. https://www.youtube.com/watch?v=CSMneuxQ1nQ

 

Nicolas Tixier / Le transect urbain

Nicolas Texier est à la fois chercheur au sein du laboratoire du Cresson à Grenoble, enseignant à l’ENSA Grenoble, à l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine et à l’École Supérieure d’Art Annecy Alpes, et praticien  au sein du collectif BazarUrbain, palmarès des jeunes urbanistes en 2007.

Le récit du lieu

La singularité de sa démarche repose sur deux idées fondatrices : celle d’une « fabrique ordinaire » du territoire, et celle de la prise en compte des « paroles et pratiques habitantes ». Bien souvent au sein d’équipes pluridisciplinaires, il va décortiquer le récit du lieu – singulier et polyglotte – par l’enquête des différentes pratiques et ambiances liées au territoire, et renseigner ainsi sur ce qui fait le quotidien urbain.

Ils commencent par arpenter le territoire dans sa grande échelle à travers des marches commentées, complétées par des tables longues et ateliers prospectifs, des observations thématiques, des entretiens in situ et des cartes vidéographiques. Quelle que soit la taille du territoire abordé, l’échelle retenue est celle du corps, par ses déplacements et par la manière qu’il a d’habiter le lieu.

Le transect urbain : aller voir

Le transect s’inspire de la pratique de l’urbaniste Geddes qui, au début du XXe siècle, nous parle du potentiel « synoptique » de la coupe, c’est-à-dire sa capacité à rendre visibles des rapports qui lient des formes de vie collective humaine à des cadres de géographie physique.

Le transect urbain apparait comme « pratique de terrain, technique de représentation et posture de projet » (Nicolas Tixier). Le terme transect désigne pour les géographes « un dispositif d’observation de terrain ou la représentation d’un espace, le long d’un tracé linéaire et selon la dimension verticale, destiné à mettre en évidence une superposition, une succession spatiale ou des relations entre phénomènes » (Marie-Claire Robic). C’est un dispositif entre la coupe technique et le parcours sensible, construit par le dessin, la photo, le texte, la vidéo autant qu’il se pratique in situ par la marche. Il inscrit dans la représentation graphique les récits de vie autant que les perceptions d’ambiance. Il ouvre enfin une dimension narrative pour penser l’environnement urbain.

En effet, l’extrapolation de ce récit va constituer un enjeu du point de vue de l’aménagement, en extrayant de la mémoire collective ce qui interroge le devenir des lieux. « Renforçons alors l’hypothèse qu’un bâtiment, un quartier, un territoire ne sera durable qu’à une double condition : d’une part, que les transformations architecturales, urbaines, paysagères ou culturelles s’appuyent sur des qualités et des potentiels existants, qu’il convient d’identifier et de mobiliser dans une logique de projet ; d’autre part, que les citadins soient impliqués dans le processus de formulation et d’appropriation de ces transformations. » (Nicolas Tixier).

Sources :

Nicolas Tixier, Damien Masson, Cintia Okamura, Pascal Amphoux, Laure Brayer, et al.. L’ambiance est dans l’air: la dimension atmosphérique des ambiances architecturales et urbaines dans les ap- proches environnementalistes. [Rapport de recherche] 81, Cresson. 2011, 254 p.

Nicolas Tixier, Pascal Amphoux, Jennifer Buyck, Didier Tallagrand, Transect urbains et récits du lieu. Des ambiances au projet, in Xavier Guillot, coordination, Ville, territoires, paysage, actes du séminaire éponyme (Isle d’Abeau, mars 2015), Saint-Étienne, Publications Universitaires de Saint-Étienne, pp. 50- 57, 2016.

Nicolas Tixier, Le quotidien en projets, Parcours, coupes, travellings et autres transects, Volume 1, Habilitation à diriger des recherches, Ecole Doctorale 454, Sciences de l’Homme, du politique et du territoire, Discipline Sciences humaines – Architecture, 22 décembre 2017, 288p.


Le Bureau des Guides du GR2013

« Marcher ensemble sur le territoire métropolitain pour observer, explorer, apprendre, percevoir, raconter et mieux habiter. »

Le bureau des guides est une association qui propose de découvrir et d’arpenter le sentier métropolitain du GR2013 autour de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Ce sentier de grande randonnée arpente les zones périurbaines de la métropole et propose un voyage autour de la mer de Berre et du massif de l’Étoile. Ce tracé d’environ 365 kilomètres a vu le jour en 2013 pour accompagner la série d’évènements de Marseille-Provence 2013, à l’occasion du titre de capitale européenne de la culture. Ce tracé a été initié en 2010 par Baptiste Lanaspeze (aujourd’hui membre du bureau des guides) dans le cadre d’une mission d’« éditorialisation de la programmation artistique » commanditée par Marseille-Provence 2013. Le sentier est finalisé en 2012 et le balisage posé en mars 2013. Si ce sentier a pu voir le jour en si peu de temps, c’est parce qu’il reprend des itinéraires de randonnée déjà existants, notamment les GR98, GR6, GR653A et GR51.  

Tracé du GR2013

Le bureau des guides s’occupe aujourd’hui de poursuivre et de développer l’aventure du GR2013. L’association regroupe les initiateur.ice.s du tracé qui cherchent à explorer les dimensions artistiques et culturelles du sentier et de la pratique de la marche à travers divers évènements.

Ils.elles sont associé.e.s avec des artistes-marcheur.euse.s qui proposent des balades le long du sentier autour de différentes thématiques. Il peut s’agir d’exploration sonores, de balades gustatives, de promenades sur les traces d’un artiste disparu, de voyages autour de l’histoire des villes et du paysage… Le bureau des guides propose également des conférences, des expositions, des performances artistiques et bien d’autres évènements autour de la marche et du territoire. Ils.elles veillent aussi à l’(a)ménagement du sentier et de ses abords.

L’idée, c’est de réfléchir ensemble au territoire dans lequel ils.elles vivent, aux usages, aux aménagements à venir, de partager leurs connaissances et leurs ressentis.

Voyage pédagogique depuis Port-de-Bouc jusqu’à St-Chamas pour les étudiant.e.s de l’ENSAM – Image issue du site du Bureau des Guides (Benjamin Béchet, 2018)

Toutes ces expériences sont retranscrites sur leurs site internet. On y trouve une multitude de manières de concevoir le territoire, de dessins, de photographies, de cartographies, de ressources documentaires, d’écrits… Ces travaux permettent de réfléchir à comment raconter un territoire, comment le transmettre, comment l’instruire et le représenter.

Ces explorations poétiques et scientifiques constituent aussi un immense hommage au site et au territoire provençal. Ne les ratez pas, elles sont disponibles ici :  https://www.gr2013.fr/

(1) Image de couverture issue du site du Bureau des Guides

« Sur le chemin de l’école » – le sentier d’un enfant ; entre l’école et ses activités

Définition du sentier – 50 kilomètres

La moitié de la population mondiale est urbaine, ce qui représente environ un milliard d’enfants urbains selon les chiffres de l’UNICEF 1. La ville représente alors pour l’enfant un potentiel dans son développement, dans son apprentissage de la ville ainsi que dans son épanouissement.

Les enfants sont un public vulnérable. Ce sentier métropolitain raconterait alors les périples qu’un enfant peut vivre en ville dans ses trajets quotidiens. Il permettrait de relier les différents pôles d’activités importants dans la vie d’un enfant tout en pouvant garantir sa sécurité.

Afin de définir le tracé, il s’agit de relever tous les pôles d’activités intervenants dans la vie d’un enfant (écoles, centres sportifs, parcs, aires de jeux…) ainsi que les moyens de transport métropolitains afin d’établir des connexions entre ces différents pôles et d’ainsi définir un nouveau parcours dans la ville, ludique et pédagogique. Ce sentier offrirait alors une nouvelle mobilité quotidienne pour les enfants vivants en milieu urbain.

1- Rapport de l’UNICEF, La situation des enfants dans le monde, 2017

Allégorie du sentier d’un enfant