Marche collective avec Ariane Wilson, 11 mars 2021 : de la noue à la Montagne

Première marche du studio avec Ariane Wilson, maîtresse de conférence et architecte-marcheuse, enseignante à l’école d’architecture de Strasbourg. De la noue à la Montagne.

7h55/ CHU Hôtel-Dieu
Le périple commence dans ce bus Aléop qui, aujourd’hui, prend des allures de car de sorties scolaires tant la quasi-totalité du groupe s’y est retrouvée.

8h17/ Nœud 0 : mise au point à La Tournelle, Pont Saint-Martin
Le ciel est gris, la pluie légère. Abrité·e·s sous l’arrêt de bus La Tournelle nous écoutons Ariane Wilson décrire le contenu de la journée. Ce matin, nous marcherons avec l’inspiration de la noue, figure récurrente du secteur. Et comme un écho toponymique, nous irons toute la journée de nœuds en nœuds. Ariane développe son interprétation du secteur Sud-Ouest, appréhendée selon elle comme entité administrative : le pôle de proximité métropolitain Sud-Ouest. Munie d’une carte rigide de ce pôle, elle nous révèle le territoire sous un angle nouveau : maintenant désolidarisé du grand Nantes, il devient entité à part entière. La curiosité est attisée, nous avons hâte de partir à la découverte de ces terres inconnues.

Le départ officiel de la marche : point le plus oriental du pôle de proximité Sud-Ouest.

8h35 / transect 1 : marche silencieuse sous le signe de l’écoulement
Cette première heure de marche se fait silencieusement. Direction le Nord. Après avoir franchi le pont qui enjambe le périphérique, nous arrivons face à une allée bordée d’arbres. Les regards des débuts de matinées sont vifs. Le silence est tenu : le sifflement du vent, les pas sur la boue, le craquement des branches, le crissement des feuilles se laissent entendre. Quelques centaines de mètres plus loin, le ruisseau de la Jaguère se révèle, nous le longeons au plus près avant de s’en détacher pour d’autres vues. Les paysages se succèdent : zone pavillonnaire aux tuiles oranges caractéristiques du Sud de la Loire, voie rapide effrayante, bosquets et autres paysages réputés naturels reposants. Le premier nœud est vite atteint.

Justine, durant le premier transect silencieux, a noté 100 observations.

10h20/ Nœud 1 : au dessus du périphérique
Le premier arrêt se fait au-dessus du pont de la rue Jean-Baptiste Clément qui traverse la E3. Ce nœud est l’occasion d’une courte pause, le temps de noter tout ce que l’on retient de cette première marche. Nous débriefons ensuite rapidement cette expérience grâce à quelques exercices rapides que l’on reproduira quasi systématiquement à chaque nœud :
1-Choisissez trois mots pour décrire cette marche. On entendra : boue, humide, tuile, pavillon, déchets, …
2-Qu’a provoqué le silence ? Romane répond qu’il permet d’exacerber les bruits alentours. Louise-Marie ajoute que les contrastes sonores sont plus marqués.
3-Comment avez-vous senti l’écoulement ? En vrac, les réponses se succèdent : c’est l’écoulement du temps, de l’eau aussi, de la pluie, de l’électricité, de nos corps…
4-Nous nous mettons ensuite en cercle et dessinons ce que nous voyons de façon à produire un panorama complet :

10h35/ Transect 2 : séquence topographique
Nous traversons le pont, 1er franchissement qui va être suivi de nombreux autres. Franchissement de la voie rapide, la voie ferrée, la voie de tram, d’une passerelle sur un étang, d’une bambouseraie, franchissement même des clôtures et des interdits.

Mais revenons au départ de ce second transect. La voie rapide se trouve à notre droite, à gauche une zone protégée, sur nos têtes des lignes à haute tension, en face une ligne de voie ferrée, un TGV défile sous nos yeux.

Dès lors, les indices de la présence d’une carrière se dévoilent, de plus en plus intriguant … Curieux, le message « Danger, entrée interdite carrière » nous dissuade de l’idée de l’apercevoir. Nous continuons alors et entrons dans Bouguenais par le quartier des Couëts. Les pavillons bien rangés nous font oublier quelques instant la carrière, mais de retour au niveau de la voie rapide, un passage bien dissimulé, à quelques pas, donne à Ariane l’envie de jeter un coup d’œil dans cette direction.

Improvisation 1 : la carrière
Nous empruntons alors une passerelle en bois jetée sur un étang d’eau stagnante puis nous arrivons au cœur  d’une bambouseraie ; sa traversée procure une expérience incroyable, comme si à l’intérieur de ce microcosme le son était contenu d’une façon bien particulière. Nous continuons le chemin en direction d’une clairière depuis laquelle on aperçoit le pont de Cheviré. Enfin, à la vue d’une clôture qui semble tout à fait franchissable, l’envie nous prend de jouer les Stalker. Un petit groupe passe par-dessus la clôture et après quelques mètres, l’incroyable carrière se présente à nous. Moment magique partagé entre quelques personnes du groupe.

Nous rebroussons chemin et reprenons la voie rapide que nous longeons en toute sécurité sur une piste cyclable. À notre gauche, un défilé de scènes étonnantes : panneau « Carrière des Pointreaux : ici nous acceptons vos déblais et gravats », des préservatifs (neufs), des pylônes électriques posés sur le ruisseau de Bougon …

Nous avons également pris soin de ramasser un objet que nous révélons à l’occasion du second arrêt.

12h10/ Nœud 2 : l’échangeur
Le second arrêt se fait sur la piste cyclable. Les voitures sont à quelque mètres seulement. Nous disposons alors géographiquement nos objets : coquille d’escargot, pierre, fleur, feuille de plantin, mousse, branche, boitier électrique et entre autres objets humains non-identifiés. Cette disposition, explique Ariane, dit beaucoup de notre parcours : les degrés d’attention en fonction du chemin, des éventuelles pauses également …

Ariane ajoute, « cette séquence du trajet était sous le thème de la topographie ». Et nous l’avons senti ! Pour la suite cependant, nous quittons la logique de la noue pour d’autres explorations…

12h30/ Transect 3
Nous continuons quelque peu sur la piste cyclable. Les murs anti-bruit qui s’effritent annoncent le léger détour. Le paysage se fait bucolique, même si, rythmé par les déchets. Dans les prairies, les chevaux nous observent, les barbelés nous mettent à distance.

13h30/ Nœud 3 (improvisé) :le pont jaune et la carrière
Très vite, nous retrouvons la voie rapide et un très beau pont jaune nous donne l’envie d’improviser un arrêt . Près du pont, nous commençons les dessins du panorama ; à gauche les abords d’une nouvelle carrière, à droite la voie rapide vue d’en haut, avec ces jonctions et bifurcations multiples.


Après cette courte séquence nous partons en quête d’un lieu pour déjeuner. Nous nous arrêtons alors à proximité de la seconde carrière, cachée pourtant par une haie fournie. Nous prenons place autour d’une structure en béton, peut-être bien des toilettes à en croire les inscriptions à sa surface : « suce » « bite » « nique » …

14h20/ transect 4: rencontres et frontières
Après le repas, le chemin se fait moins silencieux. Nous entrons dans la Ville aux Denis dans laquelle nous faisons la rencontre d’un habitant. Il coule une chape dans son jardin. La discussion s’engage :
« – Vous êtes de touristes ?
-Non des étudiant·e·s en école d’architecture »

L’habitant poursuit et, en quelques instants, il nous dresse son parcours scolaire et son parcours d’immigration. Il ajoute quelques informations concernant les carrières aux allures de revendications écologiques. Plus loin, c’est une rencontre d’un tout autre genre : celle de petits nains de jardins et autres décorations d’extérieur, mises en scène pour les passant·e·s.

15h30/ Nœud 4 : point de trois frontières.
Une allée arborée nous mène vers le quatrième nœud, point des trois frontières entre Bouaye, Bouguenais et Saint-Aignan-Grand-Lieu. De prime abord, rien ne nous indique que nous nous trouvons sur une frontière, mais à y regarder de plus près, quelques indices se présentent : arrêt d’une ligne électrique, paysage très différent aux trois pôles, naturel d’un côté, industriel de l’autre, les réseaux d’évacuation sont également des marqueurs.

15h45/ Transect 5 : de surprises en surprises
La suite du chemin se fait dans la direction de Bouaye, elle est marquée par un paysage industriel et leurs tables de pique-niques si intrigantes. Après notre passage à proximité du service des phares et balises, nous arrivons face au laboratoire des ponts et chaussées, l’IFSTTAR. Le drapeau français et européens se dressent fièrement, et nous indiquent ce que l’architecture exprime difficilement, ici nous sommes dans un haut lieu du savoir. L’accueil est froid. L’appréhension du lieu et ces alentours difficiles. Nous rebroussons chemin, les objets incongrus se succèdent sur le retour : maillot de foot abandonné, tas d’ardoises, déchets en tout genre … Jusqu’à notre arrivée face à l’objet le plus étonnant de cette section …

Improvisation 2 : Urbex et jetons de poker
Il s’agit d’un grand bâtiment abandonné, non signalé sur la carte, à l’état de ruine, il nous réserve bien des surprises. Le béton brut et recouvert de tags et graffitis en tout genre. En y pénétrant, les pièces su succèdent jusqu’à l’arrivée dans une pièce gigantesque. Le mur rythmé d’ouvertures allongées et au sol de nombreux jetons de poker…

Suite et dernière ligne droite
La suite et fin de la balade se fait plus calme alors que la fatigue commence à se faire sentir dans le groupe. Sur la grande section direction nord que nous empruntons, le paysage se fait de plus en plus rural : prairies, fermes, allées arborées, petits ruisseaux, parcelles de vignes … se succèdent et parfois, se répètent. Quelquefois tout de même, nous passons dans un petit quartier pavillonnaire que vite nous quittons.

18h00/ Nœud final : arrivée à la Montage
Mais ce calme ne saurait durer, la dernière section jusqu’au point final nous fait longer la route le long de la barrière, un fossé à notre gauche, ne laissant que quelques centimètres à nos pieds pour avancer.
Nous réussissons à atteindre la Montagne mais le couvre-feu et la fatigue ont raison de nous, nous devons nous arrêter à quelques mètres du barycentre de gravité du pôle de proximité Sud-Ouest.

Marche collective avec Ariane Wilson, second jour, 12 mars 2021 : suivre les limites, de la Montagne aux îles

Deuxième marche avec Ariane Wilson, maîtresse de conférence et architecte-marcheuse, enseignante à l’école d’architecture de Strasbourg.
Suivre les limites.

Vendredi 12 mars, 8h30, arrêt  « La Montagne », ligne E8, à La Montagne.
Un premier kilomètre et un premier arrêt, il se met à pleuvoir. Nous apprenons le thème de la journée : « De la Montagne aux îles ». L’objectif est aussi énoncé : marcher « en coupe », d’abord Nord/Sud, enfin Est/Ouest.

Nous marchons vers le Nord silencieusement, en direction de la Loire, la pluie cesse. Le début du chemin est abrupt, mais bref, une descente de La Montagne (ville), à 39 mètres au dessus du niveau de la mer, par une sorte de bosquet, puis tout devient plat, une vieille route cahoteuse et rectiligne, bordée de platanes se dessine. Au bout, une vieille église et une usine, avec d’anciens logements ouvriers toujours habités. Nous virons à droite, puis arrivons face à la Loire. Le bac est en face. Attente … Il arrive, nous montons. Le bac repart. Nul bruit ne fait surface si ce n’est celui des moteurs.

 « Sur le bateau, j’ai fermé les yeux et oublié tout l’environnement autour de moi, la seule chose que j’entendais, c’était le bruit des moteurs qui me faisait vibrer. »
Chloé.

De l’autre côté, pas de descente, un trajet retour.

Puis nous repartons, toujours en silence, mais un silence perturbé par le vent. L’usine, une médiathèque, du trafic routier, des voitures, des poids lourds et même quelques joggeurs.

Nous nous arrêtons sur un pont, il se met à pleuvoir de nouveau. Nous repartons en direction de La Montagne, l’averse est passée grâce au vent omniprésent. Un virage à gauche, la pente est clairement positive, virage à droite, ça redescend, jusqu’au Bois des fous où coule un ruisseau. Deux hommes au loin discutent et nous observent curieusement, l’un sillonne le bois avec un détecteur de métaux, qu’y a-t-il d’enfoui qui mérite pareille frénésie ?

À la sortie du bois, le groupe suit la D64 vers le Sud. La route est bordée de maisons individuelles, puis des panneaux de signalisation d’entrée/sortie nous indiquent la fin des bourgs. Des bourgs ? En effet nous nous pensions à La Montagne, mais il s’avère en fait que la D64 est une limite communale entre La Montagne et Saint-Jean-de-Boiseau, ce qui signifie que nous avons longé cette limite et non traversé La Montagne comme nous pensions le faire.

Le panneau annonçant l’entrée de La Montagne à droite de l’image, et celui annonçant l’entrée de Saint-Jean-de-Boiseau un peu plus loin, à gauche de l’image, la route est une limite communale.
Au centre, Ariane Wilson qui marche vers nous.

Le groupe arrive à un carrefour, entre la D64 et le route du bois de Bougon. Une troisième averse vient nous rafraîchir, mêlée au vent qui vient du Sud-Ouest. Un calvaire est là, dans une cour, devant ce qui ressemble à une maison. Le carrefour semble en effet être le centre du pôle Sud-Ouest de la Métropole nantaise. Qu’est-ce que cela signifie alors ? Que chaque point des limites administratives est sensiblement à la même distance de ce carrefour? Chacun s’imagine ce que ce lieu qui semble chargé d’histoire a pu représenter jusqu’à aujourd’hui, et qu’incarne alors le calvaire, au delà de la représentation religieuse :

– « Un lieu de rencontre, disent certains
Un lieu de passage, ajoutent d’autres, ces maisons en bord de route ressemblent à de vieux hôtels ou de vielles auberges, on imagine les gens s’y arrêter pour la nuit. »

C’est aussi le lieu où trois frontières communales convergent : La Montagne, Saint-Jean-de-Boiseau et Brains.

Au sud, une butte obstrue la vue, mais le son qui la chevauche jusqu’à nous laisse très facilement deviner ce qui s’y trame, des ballets incessants de véhicules motorisés. De là-haut, la vue se dégage, mais le bruit est beaucoup plus gênant qu’en contrebas.

Le chemin continue le long de la RD64 en direction de Brains. Il fait beau, c’est agréable. Dommage que le vent ne nous permette pas totalement d’en profiter. Brains est un petit village avec une école qui nous semble récente avec son bardage gris. Puis le groupe s’enfonce sur un chemin de petite randonnée vers le Sud.

Là nous « jouons » en binôme. L’un ferme les yeux, et son partenaire le guide sur le sentier. Puis dix minutes plus tard, on échange les rôles. C’est assez troublant, il faut accepter de se livrer et accorder notre confiance à son guide, là commence ce qu’on pourrait appeler le « plaisir surprise » notre odorat et notre ouïe prennent le relais, notre imagination relie les odeurs aux sons pour en créer une représentation mentale de l’environnement dans lequel nous sommes, c’est vraiment surprenant. D’autant que la notion de distance est quelque peu bouleversée, un son qui provient d’un mètre ou deux nous semble être à quelques centimètres.

Nous arrivons dans le hameau du Grand Pesle (Pesle ou pêle, du latin pessulus qui signifie verrou, pourquoi ce lieu s’appelle-t-il ainsi ? ) et nous attardons quelque peu sur une borne pompier, des plaques de regard en fonte et des bouches à clé. Ces témoins d’une histoire à laquelle on ne prête que peu d’attention au quotidien, mais qui ont tant à raconter : de de son origine, de la fabrication à la méthode d’approvisionnement de l’eau, un véritable réseau souterrain mais aussi ignoré de nous.

Nous continuons sur la limite administrative entre la métropole nantaise et le Pays de Retz, les poubelles d’un côté ou l’autre de la ville n’obéissent pas à la même autorité. Nous arrivons au Port Hamoneau, face à l’Acheneau, et aux vastes étendues inondées des marais longs et fauchés, habités de grues, de cigognes et d’autres volatiles dont nous ignorons les noms. On s’y arrête pour dessiner et il se remet à pleuvoir, encore, c’est assez démoralisant, d’autant que la faim tiraille nos estomacs après ces premiers kilomètres. L’averse passe, nous terminons nos dessins et décidons de déjeuner sur un petit ponton en bois qui domine la rivière. Puis une nouvelle averse vient perturber et écourter notre pause.

Un chemin s’enfonce vers le Nord le long de l’Acheneau, nous le prenons, mais deux cents mètres plus loin, le niveau de l’eau nous contraint à rebrousser chemin. Nous essayons de couper à travers champs, sans succès. Nous revenons alors au Grand Pesle et mettons le cap vers l’écluse de la Martinière, au Pellerin, au Nord-Ouest de notre position. Nous continuons notre chemin un peu plus rapidement désormais, nous commençons à courir après le temps dans le but de réussir à atteindre notre objectif, mais les premiers signes de fatigue se font sentir dans les rangs, le prochain tronçon prend des allures d’épreuve.

Sur le chemin de L’Hermitage.
La commune du Pellerin a hérité de son nom par sa localisation : sur une route du pèlerinage vers Compostelle ?, la route de L’Hermitage tient peut-être son nom de l’accueil des pèlerins de passage.

À travers la campagne, sur des chemins de randonnée, des sentiers ou le long de la route, via des hameaux, Le Marais, Le Bignon, Le Taillis, Le Tordreau.

Nous franchissons la D723 en direction de L’Hermitage, la périphérie du Pellerin est là, nous contournons, par la Ville au Vay, Le Grand Chemin et enfin l’écluse de la Martinière.

Un long arrêt nous permet de débriefer sur la journée, puis nous repartons dans le centre du Pellerin prendre un bus pour Nantes. Un périple d’environ 26 kilomètres en dix heures environ. Une équipe fatiguée, mais fière d’avoir atteint son objectif, bravant les averses et le vent.