Une ville pour l’abeille et l’homme

Pour rendre la ville de Saint-Herblain favorable aux insectes, je propose des interventions à différentes échelles. Il s’agit de “fermer” le patchwork de plantes situées le long des rues et de créer, sur le site du centre commercial Atlantis, une structure où l’abeille et l’homme pourront s’épanouir.

Commençons par les interventions à petite échelle qui sillonnent les rues de la ville et comblent les lacunes de la végétation :
1) Dans les nombreuses zones industrielles de la ville, on trouve des kilomètres de clôtures d’entreprises. Contribuons à la biodiversité en utilisant des plantes grimpantes à la place des fils barbelés, les terrains seront plus esthétiques et accueillants pour les clients.

2) Boulevard Salvador Allende. Des haies cubiques ont été plantées tous les 10 mètres, mais il n’y a aucune surface fleurie. Les espaces vides seront comblés en plantant des fleurs sauvages dans les interstices, ce qui constitue une source de nourriture fiable pour les abeilles.

 

Continuer la lecture de « Une ville pour l’abeille et l’homme »

P.I.A.F.S.

Coupe Perspective Ouest-Est des volières et du pigeonnier de la Patissière

Le Palais d’Information et d’Accompagnement de la Faune Sauvage est un centre de soins pour oiseaux sauvages s’attachant également à sensibiliser les publics à la protection du vivant.

Le PIAFS dans le quadrant Nord-Ouest

Situé sur le domaine de la Pâtissière à Saint-Herblain, le PIAFS propose un réaménagement du château en centre de soins, l’installation de volières de réadaptation à la vie sauvage et une réhabilitation du pigeonnier en centre d’information.

Le PIAFS s’implante en réponse directe au projet de lotissement situé de l’autre côté de la voie métropolitaine, à l’ouest. Le futur quartier comprend la création d’environ 200 logements et d’une école de 15 classes sur 11 hectares de végétation aujourd’hui occupés par une faune et une flore très riche.

Le PIAFS répond alors à deux enjeux de projets : la conservation et la réhabilitation du pigeonnier de la pâtissière, à l’origine de mon enquête, et la cohabitation nécessaire entre les futurs habitants du quartier et la biodiversité déjà présente sur le site.

Continuer la lecture de « P.I.A.F.S. »

L’homme et l’abeille

Sans leur intervention, la plus belle des fleurs serait finalement inutile. Et le miel ne serait pas le seul à manquer à notre menu sans les abeilles affairées: les concombres, les pommes ou même le coton n’existeraient plus. 80% de toutes les plantes utiles et sauvages sont pollinisées par l’abeille mellifère occidentale.

Chaque année, les apiculteurs doivent faire face à la perte de colonies entières. Une grande partie est victime de l’acarien Varroa, mais d’autres circonstances mettent également les abeilles à rude épreuve. L’offre de nourriture se raréfie car il y a de moins en moins de plantes, de haies et d’arbres qui fleurissent à différentes périodes. Quiconque parcourt la campagne les yeux ouverts peut s’en rendre compte : dès que le colza est récolté, il n’y a plus grand chose qui offre suffisamment de nourriture aux abeilles – et il y en a de moins en moins. A cela, s’ajoute bien sûr l’utilisation accrue de pesticides. Ces substances ne sont pas directement mortelles, mais elles affectent notamment le cerveau et l’intestin des abeilles. Certaines ne retrouvent plus le chemin de la ruche, d’autres sont tellement endommagées qu’elles meurent peu de temps après avoir été en contact avec les substances. De nombreuses colonies sont tellement affaiblies qu’elles ne survivent pas à l’hiver.

La raison de la mort des abeilles est en fin de compte le succès de la civilisation. Ils meurent à cause de l’homme qui a transformé les abeilles sauvages en animaux domestiques dociles.

Continuer la lecture de « L’homme et l’abeille »

Sur la piste des oiseaux

Cette proposition de tracé amène le randonneur à travers des zones à forte probabilité d’observation d’oiseaux et relie des postes propices à l’installation d’espèces. Du lac de Grand-lieu à l’Erdre, en passant par le PEAN des Trois Vallées (Périmètre de Protection des Espaces Agricoles Naturels), Il s’agit de faire l’état des lieux de la protection de la biodiversité, dont les oiseaux sont le parfait indicateur de sa santé.

Proposition de tracé sur le territoire métropolitain

La population d’oiseaux en France a chutée de 30% en trente ans. En ville comme à la campagne, les oiseaux sont victimes de l’artificialisation des terres, de la fragmentation des espaces naturels, de la disparition de leur nourriture et de leurs habitats naturels. Certaines espèces s’adaptent à l’anthropisation, d’autres disparaissent purement et simplement. Le sentier propose de partir sur les traces de la lutte aviaire, de découvrir les dispositifs mis en place par les associations, les communes, la métropole, pour protéger les oiseaux et leurs milieux. C’est aussi l’occasion de développer de nouveaux systèmes, savoir-faire, savoir-cohabiter, qui permettront de redonner à la nature une place de premier plan dans la fabrique de la ville et du périurbain.

Continuer la lecture de « Sur la piste des oiseaux »

Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs

Baptiste Morizot est enseignant-chercheur et maître de conférence en philosophie à l’Université d’Aix-Marseille. Lauréat du prix Jacques-Lacroix en 2019, il a acquis en France une certaine renommée pour ses travaux sur la relation qu’entretient l’homme avec le reste du vivant.

Loin de se contenter d’aborder cette question sous un angle théorique, ses écrits sont basés sur une démarche de terrain aussi forte qu’inhabituelle : la pratique du pistage.

Piège photographique d’un loup dans la Vallée de l’Athabasca (Canada).
Crédit image : Raoul Kluivers. MORIZOT Baptiste, Rencontres animales : voir un loup d’Homme à Homme.
Continuer la lecture de « Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search