De l’importance des petits coins résiduels – les abeilles

La subsistance des abeilles dépend entièrement des fleurs. Le pollen des fleurs est la principale et unique source de nourriture des abeilles. La présence des abeilles est à son tour cruciale pour la reproduction des plantes. Sans pollinisateurs, la plupart des plantes disparaîtraient. Il est donc dans notre meilleur intérêt que les deux restent en bonne santé.


Le sentier des abeilles traverse aussi bien des sols agricoles que des sols bétonnés dans des zones industrielles, jusqu’à des utilisations mixtes dans les zones urbaines. Dans ces différentes zones, les abeilles sont confrontées à des défis différents. Sur les surfaces agricoles, les déserts verts de cultures et de plantes utiles (des kilomètres de champs de colza ne fleurissent que trois à cinq semaines par an environ, selon les conditions météorologiques) leurs posent un problème. En raison des monocultures, elles ne trouvent de la nourriture que pendant une période limitée de l’année et sont intoxiquées par l’utilisation importante de pesticides. Une utilisation massive de lisier comme engrais entraîne également une flore pauvre en espèces. Un manque de nourriture et trop peu de possibilités de nidification ont un impact négatif sur le développement des larves d’abeilles (sauvages), ainsi que sur les insectes complets formés.

En milieu urbain, les insectes sont stressés et désorientés par le trafic bruyant, ainsi que par les vibrations dans le sol dues à une forte circulation. De plus en plus de surfaces sont construites et le sol est scellé par du béton, ce qui entraîne la disparition des friches et, de manière générale, des surfaces résiduelles, c’est-à-dire des petits coins inutilisés, des talus ou des bandes étroites qui ne sont ni labourés, ni fauchés, ni entretenus régulièrement. Pourtant, ces espaces pourraient abriter une grande variété de plantes à fleurs et fournir du pollen et du nectar aux abeilles mellifères et sauvages. Dans les jardins privés, on trouve souvent des surfaces pavées ou des pelouses décoratives vertes qui demandent beaucoup d’entretien et n’offrent rien d’autre qu’un désert gris / vert aux abeilles. L’utilisation de poisons agricoles est également plus élevée dans les petits jardins et les jardins de balcon, que ce qui est bon pour les insectes.

Tant sur les terres agricoles que dans les villes, les éléments “perturbateurs”, tels que les petites rivières, les haies, les friches où poussent les plantes sauvages et où se reproduisent les insectes, sont éliminés afin de pouvoir exploiter davantage de surface et utiliser de grosses machines. Néanmoins, la biodiversité est plus diversifiée en ville, car les espaces verts ne sont pas axés sur le rendement. Une étude publiée en 2018 par la Royal Society B a montré que les abeilles vivant dans les zones urbaines ont une vie plus saine que leurs congénères vivant dans les zones rurales. Ses colonies sont plus grandes, mieux nourries et moins sujettes aux maladies. Les colonies urbaines survivent également à leurs cousines des campagnes. Par exemple, à Paris, on a pu détecter plus de 200 pollens différents, alors que dans la région rurale environnante, on ne trouvait que 15 à 20 espèces de pollens.

La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

Sur les traces de l’île d’Utopia.

Les limites sont floues,
on peine à voir sa forme arrondie qui devrait émerger des marais,
des friches d’arbres la rendent très discrète,
ils sont sauvages ou mal entretenus ça dépend,
on glisse un regard dans trou de feuillage pour tenter de l’apercevoir.

C’est un territoire en mouvement,
vivant au gré des saisons,
sèches ou humides,
des chemins se révèlent au printemps lorsque l’eau se retire,
si l’on se rapproche un peu trop de ces prairies devenues accessibles,
de grands oiseaux blancs s’envolent dans un bruissement d’ailes,
en ce moment ils reviennent des pays chauds,
ils reviennent de plus en plus tôt,
avec eux planent les changements climatiques,
la modification du milieu aquatique et la possibilité d’une future montée de eaux.

Continuer la lecture de « Sur les traces de l’île d’Utopia. »

Suivre les fruits du territoire

Humer, toucher, goûter, suivre les fruits du territoire ou 28 kilomètres au sud de la métropole dans un paysage marqué par une activité agricole qui cohabitent avec forêts, marais, affluents de la Loire et zones urbaines qui prennent le pas sur le domaine cultivable. Suivre les fruits du territoire afin de comprendre pourquoi et comment les humains décident de s’installer, de cultiver et d’élever dans un espace donné. Les paramètres perceptibles physiquement lors d’une marche tels que le relief, l’hygrométrie, l’ensoleillement, la composition des sols sont tous essentiels à la compréhension d’une terre qui permet de nourrir et d’accueillir une population.

Des bords de la Sèvre à Vertou au Lac de Grand Lieu à Bouaye, le sentier conduit à la rencontre de neuf entreprises/associations qui démontrent la diversité de production de la métropole nantaise, de la culture au travail des matières premières : Eclat de riz, le domaine viticole Delaunay et la Maison de la Pomme à Vertou, La ferme de la Blanchardière aux Sorinières, le domaine viticole de Bel air, les Ruchers de Halbran et les Jardins de Grandlieu à St-Aignan-Grandlieu, le domaine viticole des Herbauges à Bouaye puis le domaine viticole des Hautes Noelles à St-Légers-les-Vignes. Bonne marche et bon appétit.

Les strates du paysage nourricier