La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

Sur les traces de l’île d’Utopia.

Les limites sont floues,
on peine à voir sa forme arrondie qui devrait émerger des marais,
des friches d’arbres la rendent très discrète,
ils sont sauvages ou mal entretenus ça dépend,
on glisse un regard dans trou de feuillage pour tenter de l’apercevoir.

C’est un territoire en mouvement,
vivant au gré des saisons,
sèches ou humides,
des chemins se révèlent au printemps lorsque l’eau se retire,
si l’on se rapproche un peu trop de ces prairies devenues accessibles,
de grands oiseaux blancs s’envolent dans un bruissement d’ailes,
en ce moment ils reviennent des pays chauds,
ils reviennent de plus en plus tôt,
avec eux planent les changements climatiques,
la modification du milieu aquatique et la possibilité d’une future montée de eaux.

Continuer la lecture de « Sur les traces de l’île d’Utopia. »

Suivre les fruits du territoire

Humer, toucher, goûter, suivre les fruits du territoire ou 28 kilomètres au sud de la métropole dans un paysage marqué par une activité agricole qui cohabitent avec forêts, marais, affluents de la Loire et zones urbaines qui prennent le pas sur le domaine cultivable. Suivre les fruits du territoire afin de comprendre pourquoi et comment les humains décident de s’installer, de cultiver et d’élever dans un espace donné. Les paramètres perceptibles physiquement lors d’une marche tels que le relief, l’hygrométrie, l’ensoleillement, la composition des sols sont tous essentiels à la compréhension d’une terre qui permet de nourrir et d’accueillir une population.

Des bords de la Sèvre à Vertou au Lac de Grand Lieu à Bouaye, le sentier conduit à la rencontre de neuf entreprises/associations qui démontrent la diversité de production de la métropole nantaise, de la culture au travail des matières premières : Eclat de riz, le domaine viticole Delaunay et la Maison de la Pomme à Vertou, La ferme de la Blanchardière aux Sorinières, le domaine viticole de Bel air, les Ruchers de Halbran et les Jardins de Grandlieu à St-Aignan-Grandlieu, le domaine viticole des Herbauges à Bouaye puis le domaine viticole des Hautes Noelles à St-Légers-les-Vignes. Bonne marche et bon appétit.

Les strates du paysage nourricier