Le Muscadet pour un Commun Vivant

Le quadrant qui s’étend au sud-est de la métropole nantaise déploie un paysage marqué par la vigne. C’est d’abord ce que nous dit la carte, dont les petits points qui représentent les vignes grignotent le papier depuis le bord du département jusqu’aux portes de Nantes. Puis, c’est ce que nous disent les côteaux et les plaines, dont les ceps bien alignés nous regardent passer lentement sur le GRP Sèvre et Maine “Boucle du Vignoble”. Les 28 communes qui se trouvent ici, entre Nantes et Boussay, forment le Pays du Vignoble Nantais. Ce territoire porte aussi le nom du vin que l’on y produit : le Muscadet. 

photographie du Vignoble Nantais ©CAUE44

«Parler d’un vignoble, c’est décrire un paysage marqué par l’économie qui le modèle et la nature qui le transforme.»

Sandra Savigny et Michaël Ripoche, Les paysages de la vigne, 303 hors série n°139
D’image d’Épinal à paysage liminal : monoculture au seuil du déclin

Vin blanc sec réputé pour son prix bas et son acidité, par deux fois lourdement mis à mal (tout d’abord dans les années 1880 à cause du phylloxéra, puis en 1991 suite aux gels), il fut la gageure des communes qui l’ont élevé. Ce marché là dessina tout autant les parcelles que les bâtiments qui les accompagnent : de petites maisons de vignerons en pierres enduites et tuiles oranges aux volumes imbriqués et tassés, aux granges-pressoir et longères, en passant par les fermes et maisonnées qui s’y greffèrent au XIXème siècle et qui constituent le vernaculaire local; le tout regroupé dans les hameaux qui encadrent les parcelles viticoles en “mosaïque” (C. Toulier, “La petite maison rurale de Loire-Atlantique”, 303 1er trimestre). Plus tard, des hangars ont vu le jour pour poursuivre la production viti-vinicole à l’aide de moyens plus contemporains.

photographie d’une maison de vigneron à Remouillé ©CAUE44

Ce paysage caractéristique du Vignoble est de plus en plus fréquemment soumis à des perturbations, à l’instar du gel de 91, qui donna lieu à la fin de la décennie 90 à la prime à l’arrachage. Cette prime permit aux vignerons de partir en retraite dignement mais elle fit alors disparaître de nombreux rangs. Mais si l’arrachage a réduit le nombre de parcelles, il peut aussi être vu comme une opportunité pour produire peu mais en meilleure qualité, puisqu’aujourd’hui le vin rencontre une clientèle certes moins régulière, mais plus exigeante : “55% des personnes interrogées déclarent regarder si la bouteille qu’elles souhaitent acheter possède un certification environnementale. Une tendance qui est amplifiée chez les jeunes de 18-35 ans.” (source : La Revue du vin de France, Benjamin Helfer, mars 2023). Aussi, la culture viti-vinicole locale a récemment fait l’objet de coups de pouces médiatiques, notamment par un nouveau parcours orchestré par le Voyage à Nantes : le Voyage dans le Vignoble. Profitant du regain de popularité de l’œnotourisme, le Muscadet mise sur son patrimoine pour reprendre de l’élan.

extrait de la brochure Voyage dans le Vignoble ©Le Voyage à Nantes

Mais cette reconquête possible du marché par le muscadet est freinée par une nouvelle difficulté : les aléas environnementaux de plus en plus fréquents et violents soumettent la vigne à des stress de plusieurs natures. Les coteaux, dont le sol à nu nourrit les ceps sur les pentes, sont exposés à des problématiques d’érosion, de lessivage, et de glissements des terres, pouvant aller jusqu’au déchaussement des pieds de vigne, mais aussi avant cela, un changement de composition chimique du sol. D’autre part, les périodes de fortes pluies sur les plaines ne laissent pas l’eau s’écouler ou être absorbée, amenant alors une humidité propice au développement du mildiou. Enfin, la récente “crise” du monde agricole français s’est soldée d’un énième recul des mesures environnementales, par le rejet de la Politique Agricole Commune (PAC) et de son ambition de limiter de plus en plus l’usage de produits phytosanitaires. Cette prolongation de l’utilisation de biocides n’augure pas une amélioration prochaine des conditions microclimatiques, ni d’une recherche de résolution de la pénibilité du travail agricole et des maladies qu’il engrange. C’est, en somme, une non-mesure qui donne à voir les limites du plantationocène (Anna Tsing, 2015). Par la généralisation de méthodes industrielles et l’arrêt de la polyculture en territoire Muscadet au cours du XXème siècle, la vigne en est un cas d’école : elle est cultivée individuellement, hors de son tissu relationnel pluribiotique (Charlotte Brives, 2024), et s’en trouve fragilisée; les apports de divers intrants phytosanitaires et biocides contribuent à précariser son existence.

document de l’auteure, sources photographiques : personnelles, Fondation pour la Nature et l’Homme, France Info, Guillaume Delanoue
Marcher pour faire ensemble

«Cet été, moi, je découvre que vigneron est un métier de marcheur.»

Etienne Davodeau, Les ignorants, 2011

La mise en danger de cette identité territoriale qui marque le Vignoble Nantais amène aujourd’hui à reconsidérer la question viticole. Les bouleversements déjà en cours devront irrémédiablement faire muter les pratiques, tant de production que de consommation.

document de l’auteure

Le sentier a vocation à accompagner les acteurs du monde agricole du Muscadet dans la bifurcation qui s’opère.

Dans sa géographie, il marque les coteaux de Saint-Fiacre-sur-Maine et Maisdon-sur-Sèvre comme premiers lieux de l’agissement.

Dans sa dimension et par ses segments, il met en circulation les “outils+vivants” du monde agri et viticole, dont les acteurs isolés sont en souffrance.

Il pose la question de la polyculture, de l’hybridation des méthodes, des partages de savoirs. Il replace la vigne en pluribiose.

Le sentier fait de la plante un indicateur de la santé du terroir, depuis l’état du cep jusqu’aux agencements qui dessinent le grand paysage et sa mise en réseau.

Le sentier dessine le “Chemin du Faire Ensemble”, depuis, par, et jusqu’au “Commun Vivant”.

Géographie du sentier

Pouvant être emprunté à partir de tous les points qu’il traverse et ceux qui en sont proches, le sentier est protéiforme. Dans sa création, il se décline en trois degrés : primaire, secondaire, tertiaire.

Le primaire en trace le parcours dans ses plus grandes lignes, il permet de relier les éléments du grand paysage et ses entités clefs : les côteaux qui accueillent la vigne, les lisières arborées qui hébergent le sauvage, et les hameaux qui concentrent les flux humains.

Le secondaire apporte des nuances utiles à la circulation des outils dans les lieux travaillés. Il permet de rallier au sentier d’autres entités territoriales en formant des boucles : plus de hameaux, plus de vignobles, plus de fermes et plus de boisements.

Les embranchements du degré tertiaire connectent cette première hypothèse de sentier, prenant place à Saint-Fiacre-Sur-Maine et Maisdon-Sur-Sèvre, à d’autres communes alentours, et permet d’opérer les réitérations.

Dans son aboutissement, aucune hiérarchie n’opère entre les segments. Le sentier n’a pas vocation à être parcouru dans son intégralité par un usager à un instant défini. Ses tours et détours ne servent que la praticité, la connexion, et la traversée des espaces levier. Aussi, il est tout à fait envisageable de réviser les segments au fil des arpentages et des évolutions géographiques indépendantes du sentier. C’est ce que permettent les rangs de vigne, dont les entre-deux forment des sentiers prêts à l’emploi -comme des contre-allées aux chemins institués-, et c’est ce que peuvent ralentir les boisements, de par leur nature plus touffue.

document de l’auteure

De l’importance des petits coins résiduels – les abeilles sauvages

La subsistance des abeilles dépend entièrement des fleurs. Le pollen des fleurs est la principale et unique source de nourriture des abeilles. La présence des abeilles est à son tour cruciale pour la reproduction des plantes. Sans pollinisateurs, la plupart des plantes disparaîtraient. Il est donc dans notre meilleur intérêt que les deux restent en bonne santé.


Le sentier des abeilles traverse aussi bien des sols agricoles que des sols bétonnés dans des zones industrielles, jusqu’à des utilisations mixtes dans les zones urbaines. Dans ces différentes zones, les abeilles sont confrontées à des défis différents. Sur les surfaces agricoles, les déserts verts de cultures et de plantes utiles (des kilomètres de champs de colza ne fleurissent que trois à cinq semaines par an environ, selon les conditions météorologiques) leurs posent un problème. En raison des monocultures, elles ne trouvent de la nourriture que pendant une période limitée de l’année et sont intoxiquées par l’utilisation importante de pesticides. Une utilisation massive de lisier comme engrais entraîne également une flore pauvre en espèces. Un manque de nourriture et trop peu de possibilités de nidification ont un impact négatif sur le développement des larves d’abeilles (sauvages), ainsi que sur les insectes complets formés.

En milieu urbain, les insectes sont stressés et désorientés par le trafic bruyant, ainsi que par les vibrations dans le sol dues à une forte circulation. De plus en plus de surfaces sont construites et le sol est scellé par du béton, ce qui entraîne la disparition des friches et, de manière générale, des surfaces résiduelles, c’est-à-dire des petits coins inutilisés, des talus ou des bandes étroites qui ne sont ni labourés, ni fauchés, ni entretenus régulièrement. Pourtant, ces espaces pourraient abriter une grande variété de plantes à fleurs et fournir du pollen et du nectar aux abeilles mellifères et sauvages. Dans les jardins privés, on trouve souvent des surfaces pavées ou des pelouses décoratives vertes qui demandent beaucoup d’entretien et n’offrent rien d’autre qu’un désert gris / vert aux abeilles. L’utilisation de poisons agricoles est également plus élevée dans les petits jardins et les jardins de balcon, que ce qui est bon pour les insectes.

Tant sur les terres agricoles que dans les villes, les éléments “perturbateurs”, tels que les petites rivières, les haies, les friches où poussent les plantes sauvages et où se reproduisent les insectes, sont éliminés afin de pouvoir exploiter davantage de surface et utiliser de grosses machines. Néanmoins, la biodiversité est plus diversifiée en ville, car les espaces verts ne sont pas axés sur le rendement. Une étude publiée en 2018 par la Royal Society B a montré que les abeilles vivant dans les zones urbaines ont une vie plus saine que leurs congénères vivant dans les zones rurales. Ses colonies sont plus grandes, mieux nourries et moins sujettes aux maladies. Les colonies urbaines survivent également à leurs cousines des campagnes. Par exemple, à Paris, on a pu détecter plus de 200 pollens différents, alors que dans la région rurale environnante, on ne trouvait que 15 à 20 espèces de pollens.

La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

Sur les traces de l’île d’Utopia.

Les limites sont floues,
on peine à voir sa forme arrondie qui devrait émerger des marais,
des friches d’arbres la rendent très discrète,
ils sont sauvages ou mal entretenus ça dépend,
on glisse un regard dans trou de feuillage pour tenter de l’apercevoir.

C’est un territoire en mouvement,
vivant au gré des saisons,
sèches ou humides,
des chemins se révèlent au printemps lorsque l’eau se retire,
si l’on se rapproche un peu trop de ces prairies devenues accessibles,
de grands oiseaux blancs s’envolent dans un bruissement d’ailes,
en ce moment ils reviennent des pays chauds,
ils reviennent de plus en plus tôt,
avec eux planent les changements climatiques,
la modification du milieu aquatique et la possibilité d’une future montée de eaux.

Continuer la lecture de « Sur les traces de l’île d’Utopia. »

Suivre les fruits du territoire

Humer, toucher, goûter, suivre les fruits du territoire ou 28 kilomètres au sud de la métropole dans un paysage marqué par une activité agricole qui cohabitent avec forêts, marais, affluents de la Loire et zones urbaines qui prennent le pas sur le domaine cultivable. Suivre les fruits du territoire afin de comprendre pourquoi et comment les humains décident de s’installer, de cultiver et d’élever dans un espace donné. Les paramètres perceptibles physiquement lors d’une marche tels que le relief, l’hygrométrie, l’ensoleillement, la composition des sols sont tous essentiels à la compréhension d’une terre qui permet de nourrir et d’accueillir une population.

Des bords de la Sèvre à Vertou au Lac de Grand Lieu à Bouaye, le sentier conduit à la rencontre de neuf entreprises/associations qui démontrent la diversité de production de la métropole nantaise, de la culture au travail des matières premières : Eclat de riz, le domaine viticole Delaunay et la Maison de la Pomme à Vertou, La ferme de la Blanchardière aux Sorinières, le domaine viticole de Bel air, les Ruchers de Halbran et les Jardins de Grandlieu à St-Aignan-Grandlieu, le domaine viticole des Herbauges à Bouaye puis le domaine viticole des Hautes Noelles à St-Légers-les-Vignes. Bonne marche et bon appétit.

Les strates du paysage nourricier
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search