La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ?

Traversée visible/invisible du site sud-ouest de la forêt urbaine de la métropole nantaise

Durant les deux premières marches qui ont rythmé ce début de semestre, sans réellement nous en rendre compte, nous avons parcouru une fraction assez importante du site sud-ouest du projet de forêt urbaine de la métropole nantaise. Ce projet est celui mené depuis maintenant 15 ans sur le territoire métropolitain, au croisement de plusieurs politiques publiques concernant la transition écologique des territoires (transition énergétique, plan climat air énergie, biodiversité). Ils ont différentes vocations, entre espace naturel, espace de vie, espace de récréation, espace de production, espace d’expérimentation et espace d’observation.

Dans cet objectif, trois sites ont été identifiés entre différentes communes de la métropole nantaise, dont le plus grand site (780 hectares) se trouve entre Bouguenais et Saint-Aignan de Grand-Lieu. Il est caractérisé par une grande diversité d’occupation des sols et de propriétés, avec notamment des espaces boisés et un important patrimoine bocager peu entretenu. Ce territoire fait l’objet d’une gestion sylvicole, promouvant la gestion durable des zones boisées dans une approche de forêt dite multifonctionnelle, permettant le maintien des ressources forestières en prenant en compte les facteurs écologiques du patrimoine territorial. Ces attributs concentrent des notions de pédagogie et de participation qu’il s’agit d’activer afin de sensibiliser les usagers du territoire.

 

Continuer la lecture de « La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ? »

Marcher avec les adolescent·e·s : une façon de réclamer le territoire par le «pas de côté»

A travers leur regard, l’expérience d’une nouvelle posture face au territoire

Nous partons ensemble, avec un groupe d’adolescent·e·s mélangeant tant bien les genres, les âges, les provenances géographiques, les passions et les attentes en rapport avec la marche, à la découverte de ce secteur sud-ouest de la métropole nantaise. Dans le but de faire découvrir autrement cette zone, des adolescent·e·s venant de toute la métropole mais aussi de ce secteur même accompagnent mais aussi se laissent porter au fil des différents paysages et évènements qui s’offrent à eux. Pour se mettre en situation, nous partons d’un élément central dans la vie de l’adolescent·e : le lycée. Pour autant, nous chercherons à tout instant de nous en éloigner, car nous savons que 25% du temps disponible relèvent des « temps et lieux tiers », c’est-à-dire des moments hors du temps scolaire (représentant 32% de leur temps), du temps du « faire en famille » (représentant 30% de leur temps) et du temps seul à la maison (représentant 13% de leur temps).

L’expérience de l’improvisation sera notre mot d’ordre durant cette marche, en adoptant cette posture de jeu face à un cadre proposé par le sentier qu’il s’agira sans cesse de déjouer. Nous chercherons tout au long du parcours le « pas de côté » tel que peut l’envisager l’adolescent·e dans son parcours émancipatoire, l’aventure et la réappropriation des espaces prenant une place importante dans la construction de soi. Cette posture est envisageable pour les adolescent·e·s mais peut aussi être étendue à toute la société dans son caractère hétérogène, pour pratiquer la ville à travers le regard de ces jeunes et leurs situations dans l’urbain, s’affranchissant du territoire pour se l’accommoder. Reprenons une phrase de l’article précédent qui illustre cette proposition : Tentant d’apprendre par eux-mêmes, ce sont des nomades qui pratiquent la ville à la recherche d’angles morts urbains, là où ils peuvent se réapproprier des espaces pour qu’ils deviennent « à nous ».

Mise en action sur le territoire : marcher avec des adolescent·e·s

Pour mieux comprendre ce qu’il en retourne, nous organiserons une marche avec ces adolescent·e·s qui fabriquent ces paysages du secteur sud-ouest. Finalement, cette marche s’applique comme un workshop : une balade périurbaine pendant laquelle les usagers, les adolescent·e·s, aident les concepteurs et acteurs du territoire à voir la ville à travers leurs propres yeux, donnant à voir de nouvelles potentialités.

Départ du lycée général de Bouaye, nommé lycée Alcide d’Orbigny, rassemblant de nombreux adolescent·e·s venus de tout le secteur sud-ouest de la métropole, mais aussi des communes frontalières, permettant déjà d’engager une réelle mixité des expériences du territoire. Nous prenons le temps de demander aux lycéen·ne·s de cet établissement leur rapport avec ce territoire, leurs habitudes, les paysages connus et méconnus. Nous démarrons notre marche en direction du parc de la Mévellière situé plus au sud, dont l’accès nord était auparavant inexistant, ne permettant pas aux lycéen·ne·s une appropriation qui pourrait pourtant faire l’objet d’une habitude journalière tant la proximité avec l’établissement est ténue. Nous continuons en empruntant le sentier du GR du pays nantais, passant entre les champs de vignes et des espaces boisés très proches du bourg de Bouaye, changeant alors le rapport au centre de la commune. Nous reprenons notre route, traversons une zone pavillonnaire que de nombreux lycéen·ne·s doivent arpenter à pied de manière journalière, et nous nous dirigeons vers le site sud-ouest de la forêt urbaine : 780 hectares comprenant une grande diversité d’occupation des sols, entre espaces boisés, patrimoine bocager, aire de transition entre la ville et les espaces naturels. Nous nous y aventurons avant d’effectuer un premier arrêt au pied d’un bois, où plusieurs associations en lien avec le projet des forêts urbaines de la métropole nous attendent pour organiser un temps de discussion autour des projets envisageables sur cette zone concernant la communauté adolescente de la métropole. Comment peuvent-ils être amenés à participer à ce projet ? Quels sont leurs envies et désirs pour ces territoires à revaloriser et à revendiquer ? Comment rendre ces espaces accessibles pour tous et apporter cette dimension participative mais aussi ludique et expérimentale, qui donne corps à l’émancipation des jeunes et leur lien au territoire ?

La suite de la marche aura pour but de retrouver ces espaces que les adolescents osent se réapproprier « avec », à plusieurs. Direction le bourg de Bouguenais où nous passons par le lycée professionnel, ainsi qu’un stade municipal où un arrêt pourra être fait en fonction des désirs des adolescents. L’envie d’apercevoir la Loire se fait pressante, nous nous y dirigeons alors en empruntant des petits sentiers entre les cours d’eau, permettant de s’échapper rapidement de l’atmosphère de la ville, créant un séquençage rythmé du parcours.  Nous arrivons sur le site naturel de loisirs Roche Ballue, « un projet à vocation sociale, éducative et environnementale », où un festival des sports en plein air est organisé chaque année, labellisé éco-évènement. Ce sera l’occasion de mettre en place un deuxième arrêt, savoir si quelques adolescent·e·s ont déjà fréquenté ce lieu auparavant, quel rapport ont-ils avec ce lieu, et proposer à l’équipe de Roche Ballue de construire des projets et activités avec ces jeunes, dont le regard sur le territoire et leurs envies peuvent construire des potentialités fortes pour le lieu.

Continuons la marche. Nous nous échappons de l’agitation du site de loisirs pour retourner vers des espaces plus boisés. Le calme se fait ressentir. Les routes peu fréquentées nous permettent de prendre plus de place sur la chaussée, prendre peu à peu confiance sur ces territoires habituellement destinés aux voitures. Plus nous avançons, plus nous apercevons le bourg de La Montagne se dessiner au loin. Nous longeons alors la route principale avant d’arriver au Chalet, nom de l’espace jeunesse de la commune, où se trouve L’AJI (animation jeunes intercommunale), une salle de répétition et un skatepark, où un arrêt pourra être matérialisé selon les désirs des adolescents. Nous pourrons alors organiser une rencontre avec les équipes gérantes de l’établissement afin d’envisager de nouveaux projets intercommunaux au sein du secteur sud-ouest, qui pourraient mettre en relation les adolescent·e·s provenant de différentes zones autour d’activités communes, qu’elles soient ludiques, ou citoyennes.

Dernier quart de notre marche avec les adolescents à la rencontre de différents acteurs du territoire sous l’œil de la jeunesse. Nous nous échappons encore une fois du bourg pour entamer une nouvelle traversée des espaces boisés, des champs de vignes, des ruisseaux. Nous évitons les grandes routes pour explorer les paysages que peu de gens longent, à la découverte de nouveaux passages, de nouveaux sites à investir. L’arrivée à Brains nous ouvre sur le skatepark de la commune où nous marquons la fin de notre marche. Nous entamons des discussions ouvertes entre les adolescent·e·s concernant leur rapport aux paysages traversés, ceux qui leur étaient connus ou inconnus. Au fil des rencontres effectuées, survolées, des idées germent et nourrissent évidemment l’intérêt des adolescent·e·s pour leur territoire et les projets qui pourraient être amenés à s’y développer selon leurs propres recommandations. La participation et l’engagement de cette frange de la population commencent ici et laissent présager des collaborations entre communes qui peuvent être fructueuses tant pour la rencontre des adolescent·e·s que de toute la population du secteur sud-ouest. Le skatepark et le city park sont maintenant à disposition des jeunes, où nous les laissons terminer comme ils le souhaitent cette marche de presque 25km.

Un territoire pris en main par les adolescent·e·s

Cette fois-ci, nous parcourons le chemin à pied, mais le sentier a pour but d’être aussi emprunté par des véhicules non motorisés, tels que le vélo, le skate, le roller, comprenant des installations DIY imaginé par les adolescents du secteur sud-ouest le long du parcours afin de provoquer l’évènement, l’improvisation et la surprise lors de la traversée. Ce parcours est alors ponctué rituellement par des micro-interventions qui viendront rythmer le trajet, entre divers espaces skatables, cyclables ou encore de multiples projets artistiques et culturels créés et réalisés par les adolescent·e·s. Il s’agit alors de suggérer un cadre à déjouer grâce à des espaces multifonctionnels, faisant se chevaucher différentes actions culturelles, sportives, ludiques mais aussi des usages plus simples incitant à la détente par exemple. Il s’agit finalement de connecter les « spots » adolescents en estompant les barrières entre espace public, ici périurbain et rural, et infrastructures sportives et culturelles qui sont souvent moins nombreuses dans ces secteurs, tout cela orchestré par les adolescent·e·s eux-mêmes (aidés par différentes associations et acteurs de la jeunesse), révélant leur engagement et expression envers le territoire et ses ressources. L’évaluation du territoire à travers le regard de la jeunesse sera alors un rituel permettant de faire évoluer et vivre sans cesse ces paysages périurbains et ruraux. Evidemment, ce parcours peut prendre une toute autre tournure, en fonction des paysages et architectures découvertes qui attirent leur attention et méritent leur appropriation, leur regard. Au fil du parcours se dessinent alors intuitivement des envies de réadaptations, de réappropriations tant temporaires que permanentes du territoire, sous couvert des potentialités que donnent à voir le regard de ces adolescent·e·s, ces explorateurs curieux, obstinés et sans limite.

Marche dans les angles morts adolescents

« L’adolescence est l’épreuve de l’autonomie par la capacité, acquise ou conquise, d’élaborer individuellement et collectivement un monde à soi hors des lieux imposés de l’enfance. La ville permet de franchir cette épreuve. »

(Joël Zaffran. 2016. La ville des enfants et des adolescents. Les Annales de la recherche urbaine. n°111.)

Imaginer le sentier d’un adolescent c’est tenter d’arpenter ses premiers pas autonomes liés à son émancipation. La mobilité et l’espace où celle-ci est mise en place devient primordial dans la construction de soi. Les adolescents s’aventurent alors dans la ville et en dehors, dans l’objectif d’échapper au contrôle parental ou institutionnel. Tentant d’apprendre par eux-mêmes, ce sont des nomades qui pratiquent la ville à la recherche d’angles morts urbains, là où ils peuvent se réapproprier des espaces pour qu’ils deviennent « à nous ». Cette démarche est celle d’un groupe, à l’épreuve d’une sociabilité qui prime dans ces espaces appropriés « avec ». Se laissant porter par le groupe, l’improvisation est souvent de mise, donnant lieu au plaisir de la découverte et à la construction de leurs propres expériences.

Il s’agit souvent pour les adolescents d’occuper l’espace en mouvement. Les différentes activités sportives et de loisirs deviennent les instruments de la mise en place de leur présence en ville. Jouant constamment avec l’architecture qui l’entoure (le dessous, le caché, le dessus, le plus haut, le dedans, le couvert), les adolescents sont des explorateurs curieux, obstinés, sans limite.

A cette image, il s’agit d’arpenter la ville dans ses recoins, ses détours, ses retours, ses espaces cachés, ses « espaces à nous », où les adolescents construisent ensemble leur propre marquage dans la ville et la société.

Allégorie du sentier adolescent