Frédéric Gros : « La marche est un authentique exercice spirituel »

Docteur en philosophie, titulaire d’une Habilitation à Diriger les Recherches, agrégé de philosophie et ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Frédéric Gros enseigne à Sciences-po « les humanités politiques » en tant que Professeur des Universités en première année de Collège ainsi qu’en Master « théorie politique ».

Ses recherches portent sur la philosophie, de Nietzsche et Rimbaud ou bien Rousseau, mais il est en particulier spécialiste de l’œuvre de Michel Foucault, qui guide ses travaux majeurs : philosophie politique, justice,  guerre et conflits.

Est publié en 2009, un livre de Frédéric Gros intitulé Marcher, une philosophie (Carnet Nord, 2009). L’auteur y dépeint la pratique de la marche.


« Si mettre un pied devant l’autre est un jeu d’enfant, la marche est bien plus que la répétition machinale d’un geste anodin : une expérience de la liberté, un apprentissage de la lenteur, un goût de la solitude et de la rêverie, une infusion du corps dans l’espace… »

Il évoque les contradictions de la marche dans un monde aliéné aux nouvelles technologies qui recherche la vitesse et la connectivité. La marche est parfois vue comme une contrainte, parce qu’elle nécessite un effort physique et provoque de la fatigue. De plus elle est lente dans un monde où les distances se raccourcissent grâce aux progrès techniques et à la richesse, on cherche alors à s’en affranchir.

Pourtant la marche brise les codes de la société, elle permet de retirer nos masques de conformité, et laisse la liberté à chacun de se réinventer et nous met à égalité.

Vides créateurs

La marche c’est aussi une source de paradoxes philosophiques : l’éternité d’un instant, l’union du corps et de l’âme dans la patience, l’effort et le courage, la solitude peuplée de présences, le vide créateur…

Une solitude peuplée de présence.
L’éternité d’un instant

Marcher pour se transformer

L’expérience de la marche représente aussi une étape dans les travaux de penseurs. Certains déambules, et se perdent, d’autres, comme Nietzsche par exemple, marchait toujours les mêmes chemins, il ne s’est égaré qu’à deux reprises. Mais il n’empêche que certains, comme c’est le cas de Foucault, sont plus réputés pour être des « culs-en-plomb » que des marcheurs.

Qu’est ce que cela signifie alors ?

Se transformer

Pour Frédéric Gros, marcher c’est d’abord jouir de l’élémentaire : manger, boire, dormir, se reposer, retrouver le goût des choses simples. Puis, plus profondément, notre corps se transforme.

Marcher ne nous rend pas intelligent, cela nous rend disponibles à la pensée, plus féconds. Nul doute que les penseurs marcheurs valident pareil constat. De plus, dans l’environnement de la marche, la dimension du paysage est à prendre en compte, par les émotions qu’il déclenche grâce à un moyen subtil : la récompense. La récompense par la contemplation, le marcheur se récompense-t-il en observant le paysage ? Le paysage le remercie-t-il d’une intensité supérieure ? Puis la récompense par l’effort, la persévérance, le courage physique afin de parvenir à nos fins, et le sentiment de la mission accomplie.

« La marche, on n’a rien trouvé de mieux pour aller plus lentement. Pour marcher, il faut d’abord deux jambes. Le reste est vain. Aller plus vite ? Alors ne marchez pas, faites autre chose : roulez, glissez, volez. Ne marchez pas. Car marchant, il n’y a qu’une performance qui compte : l’intensité du ciel, l’éclat des paysages. Marcher n’est pas un sport. »

Marcher lentement, c’est allonger le temps.

Frédéric Gros ouvre le champ des possibles à travers la marche, marcher, c’est allonger le temps, plus on marche lentement, plus la journée est longue.

Marcher c’est redécouvrir le sens de l’horizon dans un monde où tout est à plat, labyrinthique et à l’infini : en réseau.

« On surfe, on glisse, mais on reste à la surface […] Le réseau n’a pas d’horizon. »

Marcher vers de nouveaux horizons, en laissant les masques derrière soi.

Sources :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/24/frederic-gros-philosophe-la-marche-est-un-authentique-exercice-spirituel_1540510_3232.html

https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/en-marche-0

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/faut-il-se-liberer-des-contraintes-24-la-marche

Alexandre Field. Regarder, comprendre et agir, ensemble.

Architecte, enseignant, co-fondateur du Mouvement des chemineurs et de l’association Le Bureau des Guides du GR2013

Tout a commencé à l’école d’architecture de Versailles, ou plutôt, grâce à celle du paysage qui lui faisait face. En effet, Alexandre F., étudiant, était admiratif de la pédagogie donnée aux étudiants en paysage. Juste en face, ils apprenaient à « regarder » le territoire, à comprendre où ils étaient, dans quel lieu, quel environnement. Lors d’un projet, les étudiants en architecture ont constaté qu’ils avaient énormément de mal à tirer des éléments constructifs de ces rencontres in situ. Perturbés par cette lacune, Alexandre et ses amis n’avaient plus qu’une idée en tête, sortir de l’école. Le but était d’apprendre à comprendre le territoire, à le découvrir et réussir à le représenter, à le décrire par le biais d’outils. Comment rapporter le site pour pouvoir laisser une place à l’architecture par la suite ?

Continuer la lecture de « Alexandre Field. Regarder, comprendre et agir, ensemble. »

Francis Alÿs, des marches urbaines entre poésie et politique.

Francis Alÿs est un artiste belge qui pratique la marche d’une manière bien personnelle. De formation architecte, c’est une fois diplômé qu’il part s’installer à Mexico, ville dans laquelle il vit depuis plus de 20 ans et depuis laquelle il va développer son travail artistique.

Abandonnant son métier d’architecte en 1989, il va se mettre à arpenter les villes de Mexico, New York, Londres, Lima et Jerusalem. Il y expérimente de nombreuses façon de marcher dans l’espace urbain, mettant en scène son corps en action de façon originale. Comme un peintre investirait l’espace de son tableau, la ville va ainsi devenir le terrain de jeu de Francis Alÿs, avec comme outil la construction performances artistiques solitaires et parfois collectives.

Son travail de marche s’empare de sujets modestes, issus du quotidien, joue des scènes de vie anodines et discrètes dans l’espace urbain. Entre poésie et politique, sa posture de flâneur mettant en oeuvre des actions inutiles, vaines et prônant la perte de temps cache une critique virulente du monde globalisé dans lequel nous vivons et où tout doit être productif et rentable.

Francis Alÿs pense ses traversées urbaines singulières comme des actions pouvant interpeller les habitants. Ses démarches se transformeraient alors en une légende urbaine, racontée de bouche à oreille et dont l’impact de son action pourrait être démultiplié.

Francis Alÿs, When faith move mountains, 2002, Lima, Pérou.

Francis Alÿs, Modern Procession (7min, 2002, New York)

Francis, par la marche, mets en place un outil politique et social accessible à tous. Faisant une performance in situ et visible par tout le monde, il touche alors un public qui ne va pas dans les musées.

Cette dimension politique, critique des moyens de diffusion de l’art est présent partout dans son travail. Derrière une apparence légère et absurdes, il utilise ses marches comme outil pour pointer du doigt et montrer ce qui ne fonctionne pas dans la société, les inégalités, le quotidien du travail précaire, la question des frontières irréelles sur le territoire. En 2004, Francis Alÿs marche le long de la frontière administrative avec un pot de peinture vert percé qui peint une ligne vert au sol (The Green Line). Ce geste pose la question de la réalité géographique et politique d’un trait abstrait un jour dessiné des politiciens sur une carte et ce dans le but de délimiter des zones au coeur d’un conflit Israëlo-Palestinien.

Francis Alÿs, The Green Line, carte de l’arpentage, 2004, Jerusalem.

Eric Hazan – Une traversée de Paris

Pour cet article, je me suis principalement appuyée sur le livre d’Éric Hazan paru en 2016 “Une traversée de Paris” 

Allégorie de la démarche d’Éric Hazan

“Cette traversée elle suit ma vie”

D’Ivry à Saint-Denis, Éric Hazan entame une traversée de Paris qui durera 1 an. Il dit s’être muni, comme Zola de son temps, d’un carnet et d’un crayon, dans lequel il notait ses observations tout en marchant. 

Cet itinéraire choisi “sans réfléchir”, n’était finalement pas anodin; il s’avère suivre les méandres de son existence; depuis son enfance en passant par ses études, son activité de chirurgien jusqu’à l’édition qu’il pratique depuis les années quatre vingt. Ses intérêts personnels deviennent les fils conducteurs de la traversée. Son métier d’éditeur l’élève en fin connaisseur de librairies, il en fait donc des points remarquables, ponctuant sa marche, riche d’anecdotes. Il en est de même pour le récit des insurrections parisiennes, sujet qui anime “L’historien des barricades”. Eric Hazan, ne cache pas ses convictions tant dans ses livres que dans son activité, il est le fondateur des éditions La fabrique qu’il décrit “à la gauche de la gauche”.  

“C’est dans le détail qu’on arrive à comprendre quelque chose et non dans les grandes synthèses” 

Sa traversée, qui pourrait s’effectuer en une journée de marche soutenue, a duré un an. C’est une marche lente, une dissection minutieuse de son environnement qui lui a permis d’écrire son récit. Il laisse ses souvenirs remonter, croise son expérience avec celles des grands écrivains de Paris comme Honoré De Balzac, Walter Benjamin, Charles Baudelaire, mais également avec la grande histoire. C’est un entremêlement de divers récits, des plus communs aux plus individuels. Les espaces qu’il traverse cumulent ainsi diverses temporalités et divers points de vue qui soulignent le mouvement constant de la ville. Cet entremêlement de savoirs lui a parfois demandé d’approfondir certains domaines de connaissances, c’est le cas de l’architecture contemporaine. Il y a donc une traversée sensible du territoire, mêlée à une enquête qui révèle les choses qu’on ne voit pas, ou qu’on ne voit plus. 

-Eric Hazan, Une traversée de Paris, Seuil, 2016

https://www.franceculture.fr/emissions/un-autre-jour-est-possible/un-autre-jour-est-possible-mardi-14-juin-2016

https://www.franceculture.fr/emissions/series/eric-hazan

Bernardo Secchi – l’urbanisme avec les pieds

Bernardo Secchi, architecte-urbaniste né en 1934 et décédé en 2014, était associé à Paola Vigano au sein du Studio Secchi-Vigano. Les deux ont réfléchi à la théorie de la ‘ville diffuse’ et ont travaillé sur de nombreux projets à l’échelle métropolitaine en Europe. 

Le studio08, le nom de l’équipe à l’année 2008, a été choisi pour travailler sur le projet de l’Atelier International du Grand Paris, initié sous Nicolas Sarkozy l’année précédente. Leur proposition est divisée en trois chapitres1 : d’abord, celle de la “ville poreuse”, une pensée qui leur permet d’approcher des problématiques propres au 21ème siècle, celles de l’après-Kyoto2. Après cette analyse, le studio pense à trois scenarios de projets différents pour la métropole et son avenir, se penchant sur “la question environnementale, la mobilité et les inégalités, propres à Paris”3. Finalement, il propose des projets stratégiques qui impliquent les trois scénarios illustrés précédemment. 

projet du Grand Paris : la ville poreuse – Equipe studio08 – Secchi Vigano

Les bureaux du Studio Secchi-Vigano sont situés à Milan (Italie). Alors qu’il leur est demandé de travailler sur le projet du Grand Paris, ils s’installent dans la métropole car ils considèrent ne pas assez la connaître. Bernardo Secchi explique4 : “Lorsque j’arrive dans une ville pour laquelle on m’a demandé d’expertiser des situations compliquées, je récolte tout ce qui existe sur elle: de la littérature à la photographie en passant par la peinture, la musique, l’histoire, etc. Et je commence: marcher, marcher et après, encore marcher. L’urbanisme est quelque chose que l’on fait avec les pieds.” 

Pour lui, la marche est une façon d’amorcer le projet. Son rythme, son échelle, son histoire permettent d’observer et de comprendre le territoire. “Il faut observer les détails minimaux, les noter, redessiner continuellement ce qu’on a vu, écouter les gens, leur imaginaire, les images de la ville qu’ils ont, les confronter à nos propres images, à nos propres projets, en évitant les grands gestes. […] Alors seulement, on peut commencer à travailler à un niveau conceptuel adéquat, pas encore sur un projet qui soit défini d’un point de vue de sa physionomie visuelle, de son architecture, mais qui commence à mettre au clair la structure de cette architecture.” 

Transects de la métropole parisienne : fines tranches de 50km pour analyser le territoire – Equipe Studio08 – Secchi Vigano

Outre ce projet du Grand Paris, le studio utilise également la marche comme dé-marche de projet à d’autres occasions : en septembre 2010, un groupe d’une dizaine d’étudiants de l’Ecole Nationale Supérieur de Paysage de Marseille – missionnée par la région PACA pour travailler sur le bassin de la Durance – marche le long de la rivière pendant cinq jours, avec des interventions d’enseignants et praticiens le long du sentier, dont le studio Vigano-Secchi5. De cette marche et de recherches ultérieures, le studio propose le projet ‘Val de Durance’, questionnant la place du cours d’eau à une échelle régionale, nationale et européenne6 

Dessins issus de la marche le long de la Durance par les élèves de l’ENSP – Walk on the river
Emprise du bassin de la Durance – Equipe Studio09 – Secchi-Vigano

Ainsi, les pieds sont outil de projet, qui contribuent à « fabriquer un premier regard sur le territoire, empreint de récits, d’imaginaires et de perceptions variées des habitants”7. Les pieds ramènent l’urbaniste sur terre, plutôt que dans les airs, lui permettant de comprendre les territoires plus en détail en sortant du confort de l’atelier. 

1 http://www.secchi-vigano.eu/atS08/at%20S08_grand%20paris.html
2 https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2011-2-page-103.htm
3 https://lecycledurbanismedesciencespo2018.wordpress.com/2018/09/30/bernardo-secchi-la-lecon-durbanisme-comme-une-oeuvre-collective/
4 http://www.marcellinbarthassat.ch/files/bernardo_secchi.pdf
5 https://c-pour-dire.com/2010/09/15/paysages-de-la-durance-decouvertes-et-philosophie-au-ras-de-leau-vive-et-du-temps-ralenti/
6 http://www.secchi-vigano.eu/atS09/at%20S09_val%20durance.html

 

Alexis Pernet-marche et projets de grand paysage

Alexis Pernet est un géographe-paysagiste-chercheur, enseignant à l’école de paysage de Versailles et contributeur à la revue des Carnets du paysage.

Lors de son travail de fin d’étude à l’ENSP de Versailles, intitulé L’idée du bord : promenades autour de Paris, soutenu au début des années 2000, Pernet aborde la question de la marche, à la frange de l’agglomération parisienne. Il en relèvera des indices témoins de bordures mouvantes (friches, occupations temporaires…), en remarquant la nécessité des concepteurs de s’intéresser au devenir de ces territoires. Il extraira de cette déambulation de plus de 200 km, un journal à la première personne et des arrêts sur image de vidéos in situ.

Depuis, dans sa pratique du paysage, intervenant à une échelle très territorial, Pernet marche d’abord en solitaire. Il croque les lieux traversés, cartographiant progressivement les paysages ; pratique entre relevé à grande échelle et carte mentale subjective. Pour l’atelier des paysages de la vallée de l’Ance, il usera de la marche comme outil de médiation et de participation des élus, habitants et figures importantes. Utilisant notamment les photographies issues de ses marches comme support d’exposition et de communication du territoire (prenant le nom d’observatoire photographique). La marche devient ensuite collective, à la rencontre des agriculteurs du territoire ou encore sous forme de conférences itinérantes. Il conserve, de son travail de fin d’étude, une pratique approfondie de l’écriture à la première personne, utilisée pour raconter ses expéditions mais aussi le déroulé d’ateliers de concertation, d’entretiens et autres actions constitutives d’un projet de grand paysage.

« Ce que je sais… » trois états de la carte mentale de la vallée de l’Ance à mesure que s’approfondit la connaissance du territoire.

Par cette pratique assidue de la marche, Pernet cherche à remettre en question les outils utilisés pour penser le grand paysage, notamment la décontextualisation de ceux-ci. Il abordera cette question dans sa thèse Le grand paysage en projet, entre trajectoires institutionnelles et territoires vécus, l’expérience de l’atelier des paysages en vallée de l’Ance  

Les illustrations ci-dessous, mettent en parallèle des thématiques extraites de la démarche de Pernet et la première expérience de marche dans le pôle sud-ouest de Nantes métropole avec Ariane Wilson.

Sources

.Alexis Pernet, Histoire, critique et expérience, Le grand paysage en projet, MétisPresses, 2014, 319p

.Alexis Pernet, Des marges génératrices ? deux parcours à la périphérie des villes, de l’expérience du bord à son appropriation politique

.Alexis Pernet, Sur John Cage, le paysage et l’écoute

Jean Rolin, auteur d’une géographie quotidienne

Ancien grand reporter et passionné d’ornithologie, Jean Rolin (1949 – ) est par la suite devenu une figure de la littérature viatique. Il nous emmène par ses nombreux récits de voyage à contempler des sociétés qui lui sont contemporaines. Ainsi, il documente tout autant Paris et sa banlieue dans Zones (1995), la vie du boulevard maréchal Ney à Paris dans La Clôture (2001), les villes portuaires françaises telles que Calais et Saint Nazaire dans Terminal Frigo (2005) ou encore de nouveaux les abords de la Seine en banlieue parisienne tout en évitant Paris intra-muros dans Le Pont de Bezons (2020).

Une performance

Cet auteur nous offre ainsi une production prolifique d’ouvrages de “voyages sans destination”. En effet, au départ de ses recherches, il ne sait pas encore où cela va le mener. Ses voyages sont des projets, où la finalité n’est pas la réussite ou non, mais plutôt leur entreprise. On retrouve chez lui, dans sa pratique, une façon d’épuiser un trajet ou un territoire grâce à un protocole.

Jean Rolin marche avec des règles protocolaires qu’il n’annonce pas en début de récit mais laisse transparaître par bribes tout au long du récit. Les règles qu’il met en place lors de son dernier voyage relaté dans Le Pont de Bezons (2020) sont les suivantes : ne jamais dormir deux fois dans le même hôtel, ne jamais emprunter deux fois la même ligne de transports, ne pas adresser la parole aux personnes qu’il croise, … D’autre part, la Seine entre Mantes et Melun (hors Paris intra-muros) devient le fil conducteur de sa marche. Ces deux villes tout d’abord car elles commencent par « M », car ce sont deux noms brefs et car elles marquent la limite de jusqu’où peut nous emmener le pass Navigo. Il épuise cette portion par des marches journalières ou sur deux jours où il dort à l’hôtel. Il peut un jour décider de se rendre dans le Nord pour le lendemain marcher en sens inverse dans le Sud, il n’y a pas forcément de continuité dans sa découverte et l’épuisement de cette portion.

Le détail et l’ordinaire

Après ces quelques règles qu’il s’impose à lui-même, hasard et observation sont ses maîtres mots. Il peut alors dans son récit passer sans transition d’une observation à une autre, ce qui nous plonge dans dans son enquête qui se fait de toutes ces pensées individuelles apposées formant un ensemble. Amoureux du sentiment de ne pouvoir rencontrer personne sur son chemin et du détail, il absorbe toutes les émotions que l’on peut éprouver en marchant.

Il a le goût de l’observation, ce qui lui permet d’ethnographier son territoire proche. Il raconte le territoire non pas à travers ce qui paraît immuable et donc le plus objectif, mais bien à travers une série d’anecdotes de ce qui ne restera pas. Attaché à ce qui ne dure pas, Jean Rolin est observateur des détails comme une bouteille de bière vide qui traîne. Il prend ces éléments comme indices, vestiges d’une soirée festive au milieu d’un champ. Les bouteilles de bouteilles de bière sont toujours de la même marque, tout comme les flasques de whisky et de vodka. Ces indices sont les pièces du récit de la société contemporaine, tout comme le sont les habitants et leurs habitudes qu’il raconte avec détachement. C’est l’ensemble du récit mis bout à bout qui dépeint une image de la société contemporaine. Son récit est alors très situé : il dépend complètement de l’espace-temps dans lequel il a marché et qui étaient les personnes qui constituaient l’espace à ce moment-là.  Ses ouvrages peuvent alors permettre la compréhension des lieux et de leur histoire des années après avoir été publiés.

Les territoires actuels – Stalker

Le groupe Stalker est un laboratoire de recherche né dans les années 90, il est issu de la réunion entre plusieurs étudiants issus de l’école d’architecture de Rome. Insatisfaits de l’enseignement théorique qu’ils ont reçu, ils inaugurent des marches à travers les espaces en marge de la ville. La première débute le 5 octobre 1995.

Carte de Rome_Collectif Stalker

La démarche part du constat inévitable de la présence de vides urbains. Ils sont le négatif de la ville bâti et un indicateur de la forme urbaine actuelle. Prendre en compte ces vides, c’est prendre en compte la structure générale de la ville. Ces marges traduisent un paradoxe: celui d’une ville incontrôlable. L’urbanisme est l’allégorie de la domination anthropienne sur la nature. Cependant, celle-ci à des limites: les tracés des rues et des cadastres n’évoluent pas au même rythme que nos vies. Cette différence de cadences entre les constructions humaines et les avancées de la nature se reflète dans nos villes. Les « ratés » et les rebuts de l’homme se matérialisent dans des friches, des espaces non-construits. Dans le cas de Rome, le terrain exploré par Stalker se situe entre l’anneau ferroviaire et la périphérie, mais toujours dans les limites administratives de la ville.

Suite à ce constat, le collectif se questionne: comment habiter cette zone urbaine aux multiples facettes ? Comment appréhender cet organisme illogique et multiple? Pour trouver des réponses, le groupe souhaite avant tout comprendre avec bienveillance l’essence de nos espaces délaissés. Leur mouvement se veut aux antipodes d’une démarche de domestication, mais plutôt d’écoute puis de traduction.

Cependant, ces territoires inoccupés sont des lieux chaotiques. Hors du présent des villes, leur langage et leurs mutations sont difficilement formulables. Une méthode permet de toucher du doigt l’expressivité des lieux : la marche. Stalker initie des traversées expérientielles qui, par leur dynamisme permettent au promeneur d’être alerte à la sensorialité des lieux. Cette recherche nomade permet de ne pas banaliser avec des mots ce qui se passe dans ces territoires.

Ce qui résulte de cette démarche, ce sont des manières de retranscrire ces espaces si différents de la ville que nous connaissons. Des archives, des cartes, des tracés, des textes, menant à des enquêtes et des discussions. Ces éléments permettent une requalification des lieux : plutôt que de continuer à les nommer espaces en marges, ils deviennent « les territoires actuels ». Un nouvel espace urbain que l’on peut découvrir grâce à un itinéraire d’exploration au delà du quotidien. Ce travail permet de trouver des solutions pour sauvegarder le devenir des espaces actuels. La meilleure étant l’abandon afin de conserver la mutabilité de la ville, et finalement ne pas chercher à prévoir l’imprévisible.

« L’abandon est la plus grande forme de soin possible de ce qui est né et s’est développé au delà de la volonté et du projet de l’homme. »

Lorenzo Romito

Jean-François Pirson – artiste pédagogue

« La marche c’est comme une danse, ça ouvre à l’espace, ça fend l’espace »

Arpenter par Jean-François Pirson

Jean-François Pirson se définit comme artiste-pédagogue en tant que marcheur, danseur, chorégraphe, photographe, dessinateur, écrivain. C’est de manière kinesthétique qu’il exprime et pratique son rapport à l’espace, par le toucher et le mouvement, ce qui l’emmène  à un arpentage de divers territoires. Cette méthode de marche permet, selon lui, de bouger le corps et la pensée, qu’il exprime par l’idée « d’habiter sans se sédentariser ». C’est-à-dire habiter pleinement un lieu et en prendre soin (même de très courte durée) et ne pas sédentariser sa pensée. Il marche alors avec son corps qui « contracte tout le territoire d’un bloc. Il ne s’embarrasse pas plus des détails, mais fait le choix entier d’un espace. » Il se laisse propice à la rêverie et à l’éveil d’une idée. 

« L’arpenteur marche sans raison apparente ou pour prendre, les sens ouverts, la mesure du monde dans différents champs : phénoménologique, chorographique [la description d’un paysage] ou géographique, plastique, anthropologique et politique. Cet arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à lui même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne considère cette expérience comme un simple moyen -poétique- de lier sa vie à l’étendue de notre humanité. » 

Jean-François Pirson marche généralement seul ou avec sa compagne et ils parcourent le monde à pied, Barcelone, Beyrouth, Alep, Marrakech, Bruxelles, … Et ce, parfois dans le cadre d’expositions et installations de ses photographies et dessins. Car il explique aussi qu’il fait pour chaque marche de beaux petits carnet, et que c’est une manière pour lui d’avoir un soin au territoire. En dehors de cette pratique personne il marche aussi en groupe pour des workshop et notamment de le cadre de la faculté d’architecture de Liège où il est enseignant. Il applique la transversalité des pratiques à ses étudiant.e.s et propose des marches exercices. « Les dispositifs spécifiques qui accompagnent la marche renforcent le caractère exploratoire, la force du tracé, la plasticité du mouvement, ils avivent les frottements avec l’espace traversé et ses multiples usages, stimulant les sens, remuant la pensée du dehors »

Carnet dans La danse de L’arpenteur.

Pour aller plus loin : 

. Jean-François Pirson, La danse de l’arpenteur. Editions La Lettre volée (2019)

. Jean-François Pirson, Petits écarts dans Pratiques, réflexion sur l’art n°12. (2002 )

. Jean-François Pirson, Aspérités en mouvements ? Forme, espace, corps, sculpture, pédagogie. Editions La lettre volée (2001)

. Jean-François Pirson, Pratiques de territoire – Marches et workshops. Cellule Architecture Fédération Wallonie-Bruxelles. (2020) 

. https://vimeo.com/176434228

. https://www.youtube.com/watch?v=CSMneuxQ1nQ

 

Nicolas Tixier / Le transect urbain

Nicolas Texier est à la fois chercheur au sein du laboratoire du Cresson à Grenoble, enseignant à l’ENSA Grenoble, à l’Institut d’Urbanisme et Géographie Alpine et à l’École Supérieure d’Art Annecy Alpes, et praticien  au sein du collectif BazarUrbain, palmarès des jeunes urbanistes en 2007.

Le récit du lieu

La singularité de sa démarche repose sur deux idées fondatrices : celle d’une « fabrique ordinaire » du territoire, et celle de la prise en compte des « paroles et pratiques habitantes ». Bien souvent au sein d’équipes pluridisciplinaires, il va décortiquer le récit du lieu – singulier et polyglotte – par l’enquête des différentes pratiques et ambiances liées au territoire, et renseigner ainsi sur ce qui fait le quotidien urbain.

Ils commencent par arpenter le territoire dans sa grande échelle à travers des marches commentées, complétées par des tables longues et ateliers prospectifs, des observations thématiques, des entretiens in situ et des cartes vidéographiques. Quelle que soit la taille du territoire abordé, l’échelle retenue est celle du corps, par ses déplacements et par la manière qu’il a d’habiter le lieu.

Le transect urbain : aller voir

Le transect s’inspire de la pratique de l’urbaniste Geddes qui, au début du XXe siècle, nous parle du potentiel « synoptique » de la coupe, c’est-à-dire sa capacité à rendre visibles des rapports qui lient des formes de vie collective humaine à des cadres de géographie physique.

Le transect urbain apparait comme « pratique de terrain, technique de représentation et posture de projet » (Nicolas Tixier). Le terme transect désigne pour les géographes « un dispositif d’observation de terrain ou la représentation d’un espace, le long d’un tracé linéaire et selon la dimension verticale, destiné à mettre en évidence une superposition, une succession spatiale ou des relations entre phénomènes » (Marie-Claire Robic). C’est un dispositif entre la coupe technique et le parcours sensible, construit par le dessin, la photo, le texte, la vidéo autant qu’il se pratique in situ par la marche. Il inscrit dans la représentation graphique les récits de vie autant que les perceptions d’ambiance. Il ouvre enfin une dimension narrative pour penser l’environnement urbain.

En effet, l’extrapolation de ce récit va constituer un enjeu du point de vue de l’aménagement, en extrayant de la mémoire collective ce qui interroge le devenir des lieux. « Renforçons alors l’hypothèse qu’un bâtiment, un quartier, un territoire ne sera durable qu’à une double condition : d’une part, que les transformations architecturales, urbaines, paysagères ou culturelles s’appuyent sur des qualités et des potentiels existants, qu’il convient d’identifier et de mobiliser dans une logique de projet ; d’autre part, que les citadins soient impliqués dans le processus de formulation et d’appropriation de ces transformations. » (Nicolas Tixier).

Sources :

Nicolas Tixier, Damien Masson, Cintia Okamura, Pascal Amphoux, Laure Brayer, et al.. L’ambiance est dans l’air: la dimension atmosphérique des ambiances architecturales et urbaines dans les ap- proches environnementalistes. [Rapport de recherche] 81, Cresson. 2011, 254 p.

Nicolas Tixier, Pascal Amphoux, Jennifer Buyck, Didier Tallagrand, Transect urbains et récits du lieu. Des ambiances au projet, in Xavier Guillot, coordination, Ville, territoires, paysage, actes du séminaire éponyme (Isle d’Abeau, mars 2015), Saint-Étienne, Publications Universitaires de Saint-Étienne, pp. 50- 57, 2016.

Nicolas Tixier, Le quotidien en projets, Parcours, coupes, travellings et autres transects, Volume 1, Habilitation à diriger des recherches, Ecole Doctorale 454, Sciences de l’Homme, du politique et du territoire, Discipline Sciences humaines – Architecture, 22 décembre 2017, 288p.