Marche pèlerine – Quête solitaire ou collective

Les exemples de Shikoku et Kumbh Mela

 

Pèlerinage – nom masculin

Voyage d’un ou plusieurs fidèles d’une religion vers un lieu consacré ; Lieu où se rend un pèlerin par piété.

Dictionnaire Larousse

Pèlerin – nom masculin

« Arrivant au sanctuaire après une longue route, une pénible marche, le croyant s’offre à l’Évangélisation. Il est sorti de chez lui, il a supporté la fatigue et accueille désormais un message qui ne va pas toujours dans le sens de ses idées préconçues, il doit accepter l’aventure de sa conversion. » […] « Le pèlerinage est l’occasion de remettre tout en ordre. Au prix d’un effort constant, un certain chaos, celui du monde contemporain, cesse de régner. Tout reprend sa place, l’important l’emporte sur l’urgent. »

Monseigneur Paul GIRES, Président de l’association nationale des pèlerins français

Pèlerin – nom masculin

« Le pèlerin voyage à pied, dans l’austérité et l’effort, vers un lieu de dévotion. Un endroit tenu pour sacré selon sa religion. Sur sa route, il rencontre d’autres pèlerins, est accueilli par des institutions qui le logent, le nourrissent, l’informent et renforcent sa foi, avant d’atteindre un but souvent lointain. »

Introduction de ce qu’est un pèlerin, selon Antoine DE BEACQUE. France-Culture.

 

D’après ces définitions, on comprend que le terme « pèlerin » désigne un marcheur, qui reconnecte son corps à son esprit au travers d’un voyage. Ce voyage, cette marche, est tout aussi importante que le but à atteindre, le point d’arrivée.

Historiquement, on observe que le pèlerinage est universel. Ce déplacement rituel à pied, en hommage au divin, apparaît dans de très nombreuses civilisations, depuis le IIIe millénaire av. J-C jusqu’à nos jours. Cette tradition traverse toutes les communautés et l’existence du pèlerin n’est pas lié à un territoire ou à une religion. Néanmoins, chaque pèlerinage a ses récits, ses itinéraires, ses rites et ses coutumes, suivant son emplacement.

« Dès qu’il a placé le premier pas sur la route, le pèlerin sait qu’il se perd dans le monde, et qu’à mesure qu’il avancera il se perdra de mieux en mieux. »

DHÔTEL André, Rhétorique fabuleuse, Cahiers du Sud

La recherche d’une communion entre notre âme et notre chaire par le biais de la marche, se réalise seul, comme lors du pèlerinage des 88 temples de Shikoku, au sud du Japon, ou en communauté, durant le pèlerinage hindou de la Kumbh Mela par exemple, que l’on qualifie souvent de « plus grand pèlerinage du monde » avec des dizaines de millions de pèlerins se réunissant à la confluence des fleuves Gange et Yamuna.

Continuer la lecture de « Marche pèlerine – Quête solitaire ou collective »

Nicolas Soulier, un urbanisme marchable

Développer la marche comme outil de conception urbaine

Nicolas Soulier est ce que l’on pourrait appeler un urbaniste-marcheur. Il a réussi à influencer la fabrique de la ville française pour permettre de redonner de la valeur aux marcheurs dans les aménagements.

Son ouvrage Reconquérir les rues, exemples à travers le monde et pistes d’action paru en 2009 aux éditions Ulmer est un réel manifeste de la notion de marchabilité comme moyen urbanistique. Ce concept a été créé par des chercheurs américains dans les années 2000 pour permettre de mesurer la viabilité des quartiers, la sécurité mais aussi le bruit ou le confort.

Il y décrit tout d’abord les processus de stérilisation observés. Ces stérilisations de l’espace public sont impulsées par 3 phénomènes que sont la stérilisation réglementaire, routière et enfin résidentielle.

Le cadre réglementaire ou l’exemple des jeux d’enfants est une manière de normer les relations et de fait, les contrôler dans l’espace. Ainsi les jardins d’enfants sont symptomatiques de cette normalisation des espaces. Les installations sont réglementées, adaptées et les règles d’utilisation mises en évidence pour éviter les litiges.

La stérilisation sécuritaire des communs est due notamment à la stérilisation routière. Dans la deuxième moitié du XXème siècle, la forte croissance économique et des politiques publiques favorables ont facilité le développement de l’automobile. Cette augmentation progressive est accompagnée de nombreux aménagements importants, autoroutes, parkings… A ceux-là s’ajoutent la sécurisation des axes majeurs via la différenciation des usages. Les marcheurs deviennent des piétons, repoussés aux extrémités des axes tandis que les engins motorisés occupent 85% des rues devenues routes. Loin de relier des espaces, les routes sont autant d’obstacles infranchissables et dangereux. Elles viennent détourner les quartiers d’habitation des axes principaux. Nicolas Soulier parle ainsi de stérilisation des rues qui, d’espaces sociaux sont relégués à espaces de mobilités.

La stérilisation résidentielle est impulsée à la fois par la réglementation des communs qui évince les activités privées de l’espace public, mais aussi par la stérilisation des rues qui deviennent des espaces de nuisances et de dangers. Les usages privés sur la voie publique sont progressivement proscrits. Les chaises, les pots de fleurs, les tables sont reléguées aux arrières cours et jardins.

Face à ces constats, Nicolas Soulier apporte des exemples de processus dits « fertiles ». Le partage modal de la rue qui permet de redonner une place à la marche ou aux cyclistes mais aussi les deuxièmes chantiers c’est-à-dire toutes les actions spontanées qui prennent place après la construction des habitations sont autant de manières de modifier notre rapport aux espaces stérilisés.

Mais pour lui, un des aspects essentiels à cette reconquête des rues pour les marcheurs et les cyclistes, c’est la tolérance du privé dans l’espace publique via la notion de frontage. Ces espaces entre la façade et la chaussée qui peuvent s’apparenter au jardin de devant apportent animation et sûreté à la rue. Une plante grimpante en fleur, un vélo accroché au grillage, une paire de chaises sont autant de choses qui confortent les usages dans l’espace public.

Interprétation de la notion de frontage

Face à la stérilisation des frontages par leur transformation en parkings, espaces poubelle… Nicolas Soulier propose un modèle de frontage que l’on protège et surtout que l’on réactive, qu’on entretient. Pour cela, le partage modal est essentiel mais aussi l’implication des riverains.

Nicolas Soulier apporte un changement de focale sur la manière de fabriquer l’urbain. Il faut redonner de la valeur au marcheur et protéger, entretenir et réactiver nos espaces de sociabilité dans les communs.

Patrick Baud : la curiosité comme guide à travers la ville

Patrick Baud commence sa carrière publique en 2005 en animant “Exocet” une émission sur la radio locale Raje. Les sujets évoqués sont les lieux insolites dans le monde ou encore les histoires étranges de la culture populaire. En 2012, il publie son premier livre L’homme qui sauva le monde et autres sources d’étonnement. Le livre reprend en partie des articles publiés sur son blog, et dévoile par la même occasion de nouvelles histoires. Un an plus tard, il crée une chaîne sur la plateforme Youtube qu’il appelle “Axolot”.

Logo des Etranges escales (source: Pandora Productions)
 
En 2014, il crée le format des “Étranges Escales”. Chaque épisode se concentre sur une ville dans laquelle il essaie de dénicher les endroits méconnus et insolites. Le premier épisode est tourné à New-York où il croise notamment la route d’une statue ayant survécu à une bombe nucléaire, un appartement dans une bouteille géante ou encore une église aux bas-reliefs prémonitoires. Il se rend ensuite dans plusieurs grandes villes du monde parmi lesquelles Rome, Tokyo, Londres, Berlin ou encore Prague, avant de dévoiler une saison spéciale sur des grandes villes françaises.

Son objectif est simple : rechercher des lieux insolites, à l’écart du tourisme de masse et des grands monuments. Il déroule alors une narration, une manière de raconter la ville à travers ces objets égarés au fil du temps, et ces anecdotes qui côtoient la grande histoire des territoires.  En marchant entre ces lieux, il se donne aussi l’occasion de visiter des quartiers moins connus et d’observer les habitudes locales derrière les mises en scène touristiques. Si les trajets sont tout à fait réalisables en transports publics, la randonnée permet alors de faire ses propres découvertes.

En se proposant comme guide le temps d’une vidéo, Patrick Baud incite à la découverte et à la curiosité, et donne des indices aux voyageurs en quête d’histoires et d’anecdotes plus humaines. La marche en ville devient alors un grand jeu de pistes à l’échelle d’une grande ville.

Si Patrick Baud ne prend pas la marche comme point de départ de son processus, il est porteur d’un tourisme plus lent, plus attentif et respectueux des territoires. Les lieux qu’il dévoile sont révélateurs des troubles de ces grandes cités, parfois des revendications des acteurs à la marge du développement de ces grandes métropoles.

Henrik Schultz: “Aller au fond des paysages”

Les paysages sont en constante évolution. Nous les percevons, nous en parlons, nous les utilisons et contribuons ainsi à leurs transformations. Comment organiser cette transformation ? Pour comprendre un paysage, pour s’en réjouir, pour s’y enraciner, pour le remettre en question, pour le dessiner – pour tout cela, il faut l’explorer. De préférence à pied ! Dans son livre Landschaften auf den Grund gehen [Aller au fond des paysages], Henrik Schultz explique comment la randonnée peut servir d’instrument pour concevoir des paysages à grande échelle. 

Selon Schultz, la recherche d’idées lors d’une randonnée se caractérise par le fait qu’elle est le résultat d’un processus déterminé par l’alternance entre l’exploration intensive de l’espace, l’action irréfléchie et la réflexion. Il détermine trois modes qui se succèdent dans l’acte de la randonnée : flow, action et réflexion. 

Continuer la lecture de « Henrik Schultz: “Aller au fond des paysages” »

Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine

Boris Sieverts fait des visites guidées de la ville. Mais il ne montre pas à son public les endroits les plus brillants. Il les guide à travers les zones de notre paysage urbain qui se trouvent loin du centre-ville brillant. Il les conduit à travers les espaces intermédiaires des limites extérieures et intérieures de la métropole, qui révèlent, comme il le dit, ce que signifie la ville dans son ensemble, la diversité et l’étendue qu’elle y montre. 
Il les conduit vers des parkings, des scénarios de démolition, des lacs de dragage. Vers des forêts, des prairies et des jardins. Des autoroutes, des écoles, des ports, des foyers de demandeurs d’asile.  

source: https://www.bpb.de/veranstaltungen/reihen/politik-im-freien-theater/140639/boris-sieverts-buero-fuer-staedtereisen-der-koelner-norden-reise-in-die-raue-stadt/

 

“Il n’y a que là que l’on peut découvrir ce qu’est vraiment une ville. Le centre n’est que le bon salon où la ville montre ce qu’elle aimerait être”.

Boris Sieverts

Continuer la lecture de « Boris Sieverts et l’apprentissage de la poésie urbaine »

Yvan Detraz : “Il faut pratiquer le territoire pour le repenser plutôt que continuer à le panser”.

C’est en 1999 qu’Yvan Detraz, architecte DPLG de l’école de Bordeaux , poursuit son objet d’étude : réinventer les périphéries urbaines par la marche à pied. Le projet est de mettre en continuité et en dialogue ces morceaux de villes. C’est par une expédition pédestre de trois mois dans la périphérie bordelaise qu’il construit la nécessité des sentiers métropolitains. 

Dans son ouvrage Zone sweet Zone, la marche comme projet urbain, publié en 2020 aux éditions Wildproject, il fait un constat du périurbain des années 2000 et explique sa prise de position dans son travail de parcours des “terres communes”.  Son travail projette les notions de randonnées périurbaines, pique-nique périurbains et de refuges périurbains. 

Couverture du mémoire originel, 2000

Continuer la lecture de « Yvan Detraz : “Il faut pratiquer le territoire pour le repenser plutôt que continuer à le panser”. »

Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs

Baptiste Morizot est enseignant-chercheur et maître de conférence en philosophie à l’Université d’Aix-Marseille. Lauréat du prix Jacques-Lacroix en 2019, il a acquis en France une certaine renommée pour ses travaux sur la relation qu’entretient l’homme avec le reste du vivant.

Loin de se contenter d’aborder cette question sous un angle théorique, ses écrits sont basés sur une démarche de terrain aussi forte qu’inhabituelle : la pratique du pistage.

Piège photographique d’un loup dans la Vallée de l’Athabasca (Canada).
Crédit image : Raoul Kluivers. MORIZOT Baptiste, Rencontres animales : voir un loup d’Homme à Homme.
Continuer la lecture de « Baptiste Morizot : changer son regard sur le vivant en pistant les grands prédateurs »

La Ville Poreuse ou Le Grand Pari(s) par le Studio 09

En 2008, pendant le mandat du Président de la République Française de l’époque Nicolas Sarkozy, et, sous la direction du ministère de la Culture, la consultation du « Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne » a été lancée. Cette consultation a trouvé une conclusion en mars 2009 par la présentation des travaux des 10 équipes sélectionnées, dont le cabinet Studio 09. Paola Vigano et Bernardo Secchi sont les fondateurs du cabinet Studio 09 créé en 1990 et basé à Milan. Tous deux architecte et urbaniste, ils sont à l’origine du concept de La Ville Poreuse et écrivains de leur ouvrage éponyme « La Ville Poreuse : Un projet pour le Grand Paris et la métropole de l’après-Kyoto » à la suite de cette consultation.

© équipe Studio 09, Secchi-Vigano
© équipe Studio 09, Secchi-Vigano

Selon Bernardo Secchi, l’urbanisme est une œuvre collective et c’est donc tout naturellement que son cabinet a été sélectionné pour travailler lors de la consultation du « Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne » puisque ce fût la première fois que les mondes de l’urbain et de l’architecture, toutes disciplines confondues, ont été obligé de travailler ensemble. « Du bureau d’études transport au labo de recherche en sciences humaines, passant par les paysagistes, les écologues, les architectes et les économistes, de France et d’ailleurs, c’est en quelque sorte dix mini ateliers d’urbanisme pluridisciplinaire qui ont produit une vision, un avenir pour le Grand Paris. » Une petite synthèse du Grand Pari(s) de l’agglomération parisienne – Paris Projet n°39, Apur.

Continuer la lecture de « La Ville Poreuse ou Le Grand Pari(s) par le Studio 09 »

Francis Alÿs: marcher dans la “Polis”

L’artiste belge Francis Alÿs a étudié l’architecture dans son pays et à Venise avant de s’installer à Mexico en 1987, où il vit et travaille actuellement. Sa production est vaste et son choix de médias est toujours différent. Il utilise la vidéo, le film, la peinture, la photographie, la performance et l’installation pour créer des œuvres d’art humoristiques et subtilement ironiques, avec un aspect social lié à l’environnement dans lequel il vit.

Francis Alÿs, The Modern Procession, 2002

L’artiste s’intéresse aux humbles, aux “rebuts” de la société, à ses composantes les moins nobles et les moins recherchées, qu’il s’agisse d’êtres humains (sans-abri, chiens errants) ou de déchets.

Parcourir la ville et se mêler à la communauté humaine est le point de départ à partir duquel Francis Alÿs peut lancer des coups de projecteurs sur nos conditions collectives modernes d’existence. À l’origine de la plupart de ses projets, de longues déambulations dans la ville au cours desquelles il produit, dans un premier temps, notes et dessins, voire collages et peintures. Ces derniers sont suivis de projets de performances, elles-mêmes donnant parfois lieu à des vidéos.

If you are a typical spectator, what you are really doing is waiting for the accident to happen
Mexico City, Mexico, 1996; 10:05 min

Continuer la lecture de « Francis Alÿs: marcher dans la “Polis” »

Des marches, démarches et un poète des débris

Franck Scurti est nommé comme le poète des débris, il travaille “avec économie” en ramassant des objets trouvés dans la rue. Ce qui l’intéresse le plus est la portée du geste créatif. Il préfère faire parler à sa place les choses qui entrent dans ses compositions, principalement sculpturales.

Le poète des débris
Le poète des débris (Crédit@CristelScurti)

Il cherche à redonner une valeur à ces objets délaissés qu’il trouve sur son chemin afin de former un récit. Souvent créées à partir d’objets et de matériaux trouvés dans la rue, ses œuvres se constituent de matières dépourvues de valeurs, redéfinies et recomposées. Des œuvres qui prennent la forme de sculptures et qui se nourrissent jour après jour d’objets trouvés lors des déplacements de l’artiste entre son domicile et son lieu de travail.

Franck Scurti installe une œuvre sous la nef du Grand Palais le 3 juillet 2020 (© Nicolas Krief, Nef du Grand Palais ADAGP Paris 2020)

Continuer la lecture de « Des marches, démarches et un poète des débris »