Quadrant sud-ouest de Nantes Métropole, marcher sur le sentier

Juin 2021. Nous recevons l’édition 2021 de la carte Grands Sentiers Nantes, humide et volant où s’inscrit le sentier du quadrant sud-ouest. Vous pouvez la trouver à l’école d’architecture, dans quelques librairies nantaises et sur le site de l’éditeur.

Cette carte propose un tracé unique mais polyphonique. Bricolé à partir de la vingtaine de sentiers dessinés par les étudiant.es, il additionne chaque narration individuelle et s’accroche à chaque projet de connaissance et d’intervention précautionneuse avec le terrain qu’ils ont imaginés.

Au départ de l’exploration et au début du semestre, la carte de tous les sentiers thématiques offrait une vision plus nébuleuse.

L’ensemble du processus de travail des étudiant.es se donne à lire au fil des catégories de ce blog. Ils sont auteurs et autrices des articles.

Si vous avez envie de les entendre raconter leur expérience, vous pouvez écouter ce podcast réalisé par Walae, Léna, Damien, Léo et Nadja, accompagnés par Julia Vallvé de l’atelier Java.

Enfin, pour utiliser le grand sentier, en vrai, nous avons conçu un topoguide minimaliste et son tableau d’assemblage permettant de se repérer et de se diriger dans le territoire. Vous pouvez télécharger le document pdf de 5 pages qui reprend le tracé et ses abords à l’échelle 1/25000. Vous imprimez chez vous les pages qui correspondent à votre parcours.

le topoguide minimaliste



Marchons, marchons, il en sortira quelque chose de bon !
Bonnes expéditions !

[extrait de la quatrième de couverture de la carte]

Projeter un sentier, intervenir à ses abords
Tracer un sentier est un acte d’urbanisme majeur comme éprouver ensemble à pied un territoire est une façon d’y travailler collectivement les usages et le projet. Grands Sentiers est une démarche d’arpentage du territoire péri-métropolitain nantais entre les bords du périphérique et le début de l’ombre urbaine du grand Nantes pour y concevoir un équipement léger, discret, un sentier pédestre à faible empreinte écologique relié à des bus et des trains régionaux. Grands Sentiers est une fabrique à enquêtes dans ces territoires peu visibles, anthropocène vibrant sous nos pieds, pour enrichir nos perceptions, nos débats et nos devenirs. Grands Sentiers est un désir de résistance à l’urbanisation sans ménagement par des interventions qui se saisissent des abords aux futurs (trop) incertains, pour penser la suite des évènements. Ce sentier est un espace public linéaire et divagant ; un lieu mobile de veille et de recherche-action. Il interroge autant nos manières de sentir, de penser, de construire le devenir des territoires que les troubles de nos milieux habités.
2021, la première carte annuelle du grand sentier

[…]
Cette année, chaque étudiant·e du studio de projet Grands Sentiers de l’École d’Architecture de Nantes a élaboré un sentier sur le quart sud-ouest du territoire métropolitain nantais. Le tracé final est polyphonique ; bricolé à partir de la vingtaine de sentiers créés, il additionne chaque narration individuelle et s’accroche à chaque projet de connaissance et d’intervention précautionneuse avec le territoire. Ce processus sera répété pendant quatre ans pour aboutir à un grand sentier sur l’ensemble du territoire.

[crédits de la carte]

Grands Sentiers Nantes année 1/4 | une création du studio de projet de master Grands Sentiers de l’École d’Architecture de Nantes, juin 2021, équipe enseignante : Frédéric Barbe, Vincent Benard, Anne Bossé, Sabine Guth et Petra Marguc | grandsentiers@nantes.archi.fr
éditée par à la criée, géographies, arts et écritures [depuis 2007] collectif@alacriee.org | imprimée par Media Graphic à Rennes sur papier offset lenza top recycling 80g | isbn 978-2-919635-17-7 | dépôt BNF juin 2021 | prix de vente en librairie 2€.

Suivre les lignes de la métropole nantaise

Le sentier sous les lignes se propose de suivre les lignes électriques au plus près.

Infrastructure nécessaire et même indispensable au bon fonctionnement d’une métropole, les lignes à haute tension occupent depuis plusieurs dizaines d’années une part de plus en plus importante du paysage. Au sein de la métropole nantaise, croissance démographique et augmentation de la demande numérique entraînent l’extension des lignes de distribution électrique. Si l’emplacement de ces lignes tente d’être le plus éloigné possible des zones urbaines pour des questions de sécurité et de santé publique, elles sont toutefois contraintes de s’en approcher et se heurtent à d’autres questions, celles d’impact environnemental et d’intégration paysagère. Ces grands pylônes métalliques s’élevant au-dessus des arbres, dominant le territoire, leur fils tendus dans le ciel parcourant routes, foret, villages et cours d’eau, s’étendant sur des kilomètres entiers. Tableau intriguant et pourtant si commun, qu’on ne les voit plus. Lorsque qu’on les suit où nous mènent-elles ?

Ce sentier sous les lignes propose donc de traverser le secteur ouest de la métropole nantaise en zigzaguant, traversant, s’approchant au plus près des lignes à haute tension. A travers ce parcours le but est de se rapprocher de ces infrastructures techniques de grande échelle, habituellement perçues depuis une vision lointaine, afin de mieux comprendre leur insertion dans nos paysages.

Partant du principale poste électrique de la métropole à Cheviré, tour à tour le sentier croise les lignes au point de pouvoir être directement sous celles-ci, puis s’éloignent aux aléas des routes, des chemins, pour redevenir une forme perdue dans un grand paysage.

Quels paysages traversent ces lignes ? A quel point peut-on s’en approcher ? Ce sentier propose de prendre toute la mesure de telles infrastructures dans notre paysage quotidien.

De la métropole à la « micropole »

Tout d’abord, le sentier propose aux marcheurs.euses de partir du centre de Nantes et d’aller à la rencontre des infrastructures métropolitaines qui sont dissimulées dans les périphéries des villes. Dans un second temps, il propose de quitter le monde urbain pour aller découvrir la particularité du paysage nantais : l’eau et les îles. Cette deuxième partie propose de montrer des lieux plus épargnés par la métropole et qui pourraient être les vecteurs d’une nouvelle manière de faire évoluer cette ville.

Imaginé comme une carte manifeste, ce chemin prends le contrepied des sentiers métropolitains qui amorcent des dynamiques d’urbanisation périurbaines et de métropolisation. La marche est au contraire ici une manière de montrer et de faire réfléchir sur les dessous de la construction des métropoles aujourd’hui, de les appréhender à hauteur de marcheur.euse et peut-être de ralentir la cadence.

 

 

Récit d’une marche hypothétique.

Rendez-vous, 8h, entre le pont de Pont-Rousseau et la Sèvre, à Rezé.
Nous sommes à l’heure. Nous sommes trois : Casimir, Joanna et moi. Je serai leur guide. Je ne sais pas trop comment ça va se passer puisque je n’ai pas fait le trajet depuis bien des années. Je suis allée chercher Casimir à la gare hier soir. Il n’a jamais mis les pieds à Nantes et la seule vue qu’il en a eu hier était celle d’un bar saugrenu dans le quartier Bouffay. Ce matin le brouillard nous accompagne et nous retrouvons Joanna à l’heure prévue devant la Sèvre. Joanna habite non loin de là, elle vient du quartier du Port au Blé juste derrière. Elle nous apprend que l’endroit où nous nous trouvons était avant un bras de la Loire et qu’il est maintenant une route très passante de la métropole. Ce matin, très peu de voitures passent et leurs bruits sont étouffés par le brouillard. C’est donc dans une ambiance embrumée que commence notre marche.

Nous prenons la direction de Haute-Île. Nous traversons Basse-île, North House, Trentemoult. La brume se lève au fil de nos pas et de nos discussions. Joanna raconte la vie qui anime habituellement ces petits villages de pêcheurs, moi je parle de la ZAC Pirmil-les-Isles qui a bien changé le visage du quartier. Le paysage ici alterne entre petit village, zone industrielle et nouveau quartier clinquant neuf, la Loire se montrant de temps à autres.

Rue de l’île Chupin, rue de l’île Sainte-Hélène, rue de l’île Pointière, rue de l’île Botty, rue de l’île aux moutons.
En cherchant notre chemin sur la carte, les rues qui s’éloignent de Trentemoult revêtent toutes un nom insulaire. Petit paradoxe quand on observe ce qui nous entoure. Des usines imposantes, infrastructures portuaire ou métropolitaines qui suivent la Loire, coincées entre le périphérique de Nantes et des voies rapides. Le pont de Cheviré et le silo à grains marquent le paysage. Des quantités de céréales et de maïs transitent chaque année dans ces énormes silos explosifs.

Carrière des Pointreaux, carrière des maraîchères.
Nous arrêtons de suivre la Loire pour marcher direction plein sud, à l’ouest de la métropole nantaise. La route de Pornic sera notre alliée pendant quelques temps. Le soleil est désormais haut dans le ciel et le vrombissement automobile est lui aussi bel et bien réveillé. Joanna ne connaît ce chemin que lors de trajets estivaux pour rejoindre la mer. Aujourd’hui, on fait une portion de la route en surplomb de celle-ci. Les voitures, à pleine vitesse, n’ont pas le temps d’observer le paysage. Le pétrole est de moins en moins disponible sur la terre, il coûte de plus en plus cher mais les gens roulent de plus en plus. Penser au moment où ils devront se séparer de leur voiture individuelle les effraie. Pour l’instant, l’industrie pétrolière met toute son énergie dans la mise au point d’un carburant mêlant gasoil et huile végétale. Une fausse bonne idée qui va encourager la mono-culture intensive de colza.

Nous croisons deux immenses carrières. L’une paraît être encore en activité, l’autre non. Ces trous béants pointent du doigt une autre face cachée de la métropole. L’urbanisation et le besoin en matière première. Un aspect que les habitants qui emménagent dans un nouvel appartement flambant neuf ne mesure pas mais que bien des acteurs de la construction subissent. Le paysage aussi en prend un coup. Mais il ne faut pas oublier les filons à l’étranger, plus ou moins sulfureux d’ailleurs, qui exportent et alimentent la plupart des constructions aujourd’hui. En regardant dans le fond du trou, Casimir me demande combien de bâtiments ont pu être construits avec cette masse disparue de sol. Cette carrière aux allures de calanques marseillaises cache une réalité plus sombre. Quel paysage écorchons-nous aujourd’hui, dans quel pays et pour quel prix construisons-nous du neuf dans les villes ?

La ville au denis, le bois du chêne Pointu, le chemin du Bel Endroit, la Forêt.
Une tiny house s’est installée dans un recoin du chemin du Bel Endroit. Nous discutons avec ses deux habitants, Audrey et Martin, il y a quelques semaines ils étaient au Pellerin avec des amis qui vivent dans une yourte. Toute discrète, leur maison se tient face à l’aéroport et assiste quotidiennement au décollage des avions dans un vrombissement tonitruant. Faite entièrement de matériaux de récupération et construite à la main par ses deux habitants, elle contraste avec l’énorme infrastructure aéroportuaire. En accord avec l’agriculteur, cet habitat mobile s’est installé ici pour la belle saison et repartira se trouver un autre coin de champ l’année prochaine. Elle laissera sur place la marque de ses quatre roues dans le sol, une trace sous les panneaux solaires et un peu de compost. Nous continuons notre chemin.

Route de Paimboeuf, derrière le laboratoire des Ponts et Chaussées.
A coté de nous se tient une ferme industrielle. On la remarque aux énormes serres construites qui dominent une terre remplie de jeunes pousses alignées dans un ordre implacable. Des tuyaux nous montrent un système d’irrigation organisé et mécanisé.

Herbauges.
Ayant descendu dans le sud en traversant quelques lieu-dits, nous arrivons à Herbauges. Je les ai emmenés volontairement ici. Nous sommes entre la ligne de train et le lac de Grand-Lieu. Ma carte de 2021 nous indique que l’on a dépassé des domaines viticoles. Aujourd’hui, nous n’avons rien vu de tel. Les vignes ont été abandonnées suite aux nombreuses gelées survenues après que les bourgeons aient été tués par la gelée plusieurs années de suite, conséquence du dérèglement climatique. Tant mieux pour le lac car les vignes, culture très fragile, nécessitaient chaque année plusieurs engrais pour les protéger des différentes menaces. Cette bouillie bordelaise pour prendre l’exemple le plus connu, ruisselait dans l’eau du lac, au péril de la flore et de la faune.

Nous nous arrêtons sur une grosse touffe d’herbe au milieu des vestiges de vigne. Les hautes herbes brûlées par le soleil nous dépassent. Nous sommes désormais loin de toute agitation citadine. On entend de loin les oiseaux du lac. Je montre a Joanna et Casimir une spatule blanche, oiseau avec de grandes ailes et que je reconnais grâce à son bec si particulier. On aperçoit le scintillement du lac au-travers de la végétation. Les maisons d’Herbauges sont dans notre dos. Je leur raconte un mythe connu autour du lac de Grand-Lieu. Un village appelé également Herbauges aurait existé il y un certain nombre de décennies. Aujourd’hui sous les eaux, il aurait été enseveli par le lac avec tous ses habitants. Ces derniers auraient été trop païens a un moment et dieu aurait averti le prêtre d’Herbauges de s’enfuir avant de faire disparaître le village sous les eaux. On essaie d’imaginer le village aujourd’hui, pris dans la vasière, les racines des herbes flottantes. « Imagine une année avec une canicule du mois de mars jusqu’en septembre » me dit Casimir. « Le lac s’assècherait tellement que Herbauges resurgirait ! » Projection dans le futur assez intrigante mais surtout effrayante. Joanna me dit qu’elle trouve que cette légende résonne bien avec l’époque dans laquelle nous vivons. Elle le voit comme une menace, pas chrétienne mais écologique, qui nous punirait de dégâts que l’humain aurait eu sur son territoire.

La digue entre l’Achenau et le lac de Grand-Lieu.
Nous reprenons la route et nous marchons le long de la digue. Les voitures roulent à une vitesse impressionnante, les piétons, les vélos et autres usagers n’y ont pas leur place. Cette route sépare le lac de Grand-Lieu de l’Achenau et de son marais attenant. Comme pour illustrer ce que disait Joanna, cette digue est un aménagement construit par l’homme, pour accélérer le temps de trajet entre le sud-ouest et le nord-est du lac. Gain de temps et raccourci pour les humains à quatre roues mais mortels pour les ragondins et autres animaux et végétaux. Au bout de la route, un trou dans la haie nous font rentrer dans un autre monde : l’Île des Couëtis.

La suite dans le cabinet de troublosité.

 

Exploration des lisières de l’urbain

Carte du sentier « exploration de lisières de l’urbain » (Ludivine Bouillon)

Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, l’île de Nantes aurait été en friche, peut-être y aurais-je croisé certaines espèces pionnières. Maintenant j’y croise l’éléphant des Machines de l’île, l’égérie Nantaise. Il y a 30 ans si j’avais parcouru ce sentier j’aurais simplement traversé une route entre deux champs. Aujourd’hui je traverse la passerelle piétonne au-dessus de la route de Pornic. Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, je serais passée devant la jeune peupleraie de la Matrasserie, aujourd’hui elle est coupée à ras. Il y a 30 ans, si j’avais parcouru ce sentier, j’aurais aperçu un hangar agricole depuis la rue du Colvert de Brain, aujourd’hui, j’y vois un mur de parpaing, une maison s’y construit. Et demain, que pourrais-je y voir? Le sentier est l’unique constante au milieu de ces paysages changeants. 

Il a été tracé de telle sorte que les marcheurs puissent se questionner sur les limites de la métropole ;il interroge la relation des espaces urbains et de ses infrastructures avec les espaces agricoles ou naturels. Comment se rencontrent-ils ou se confrontent-ils ? 

Un ressenti pourra s’éprouver dans la durée, à la grande échelle du sentier. Le marcheur traversera d’abord les espaces denses de la ville puis s’infiltrera dans le tissu de plus en plus dilaté et discontinu des communes périphériques, avant d’aboutir à un paysage de marais, uniquement praticable une partie de l’année (le sentier peut évidemment se pratiquer dans les deux sens). Le marcheur expérimente donc une transition à grande échelle qui pourra le questionner sur la relation entre la ville et sa périphérie. Où la ville diffuse s’arrête-elle ? Où commence l’image de la campagne idéalisée? 

 

À son échelle, le marcheur pourra expérimenter de multiples micro-événements, traversant des lieux de tension ou de rencontre entre espaces ou infrastructures urbaines et espaces naturels ou agricoles. 

Le marcheur pourra découvrir l’urbain au détour d’un bâtiment de ferme, comme au détour d’un arbre. Il pourra se faire surprendre par le passage d’un train au milieu d’un bois. 

Train forestier (Ludivine Bouillon)

Il se trouvera confronté plus ou moins directement aux infrastructures de transport. Il lui sera possible d’observer les frictions, voire les paradoxes qu’elles peuvent créer sur leurs abords. 

Vaches de quatre voies (Ludivine Bouillon

L’urbain fait également partie du paysage sonore du sentier qui se fait parfois ressentir, et entendre à distance. Il est parfois juste suggéré, camouflé quelques mètres plus loin.  

Mais où est donc la carrière ? (Ludivine Bouillon)

La surprise, l’étonnement sont mobilisés pour brouiller les pistes : le sentier passe d’un paysage rural à un paysage urbain ou rencontre les deux simultanément. Le marcheur peut alors se questionner sur l’ambivalence ville/campagne et les limites de l’urbain.

Route contemplative (Ludivine Bouillon)

 

Chaque arpenteur est un témoin de plus, captant un moment de vie du sentier. Chaque moment, chaque souvenir, chaque anecdote, chaque photo, chaque dessin, chaque texte … est une relique qui témoigne de l’histoire du sentier. Au fil du temps ces savoirs accumulés permettent de se rendre compte de l’évolution de ce fragment de territoire. Le sentier est un outil de mesure focalisant notre regard sur les limites, les lisières urbaines. Le sentier est l’occasion de se questionner sur la manière dont nous occupons l’espace de la métropole et de réfléchir à la manière dont nous souhaitons l’habiter maintenant.

Le sentier de l’arbre comme monde

« Parmi tous les végétaux, l’arbre aurait encore un autre attrait, beaucoup plus mystérieux et grandiose celui-la. Parce que sa longévité est immense, parce qu’il est l’image d’un rassemblement de forces éternelles, parce que sa “verticalité ascensionnelle” unit la terre au ciel en traversant le domaine des hommes, l’arbre semble le plus approprié de toute rêverie cosmique” Francis Hallé, Eloge de la plante [35] 

Pendant les marches collectives, nous avons traversé différents paysages du quadrant sud-ouest allant de l’urbain au rural. La présence d’une grande variété d’arbres m’avait fortement marquée. Que cela soit les alignements bordant les routes, les arbres le long des berges, les différentes haies dans le paysage bocager ou l’arbre solitaire au milieu des champs. Quelques espèces rares de ces arbres ont attiré l’attention du CAUE et le Conseil Général, qui les ont classés comme étant arbres remarquables. Il faut noter que la notion d’arbres remarquables évolue selon les époques et les observateurs. Si un arbre commun aujourd’hui est d’une espèce décimée, il sera donc remarquable demain ; au contraire si un arbre était extrêmement rare il y a des années, il devient  complètement banalisé dans tous les coins et jardins de la ville.

Ce sentier suggère donc d’aller à la rencontre de ce patrimoine vivant, dans le quadrant sud-ouest, en empruntant uniquement des chemins de terrains boisés et agricoles, afin de découvrir les différents paysages naturels enfouis au cœur de la métropole nantaise.

Le tracé est imaginé  comme une partie de chasse au trésor. Vous aurez chacun une carte avec l’emplacement approximatif de l’arbre en question ainsi que quelques descriptions pour le reconnaître. Il ne s’agit pas d’être expert, mais plutôt de prendre le temps de contempler ces êtres vivants. Comme Francis Hallé le dit : “Pour comprendre un arbre, il faut tourner autour, y passer du temps.” 

Je vous propose donc de vous munir d’une carte, d’une bonne paire de chaussures, et de suivre le sentier des arbres comme monde. 

Le départ s’effectue de la gare de Pirmil, direction le tilleul de Rezé. Cet arbre est identifiable à ses feuilles en forme de cœur, vertes sur la face supérieure et blanchâtres sur la face inférieure. Si vous pratiquez le sentier en été, il faut savoir que le tilleul à partir de juillet porte des petites fleurs groupées, très odorantes, dont le nectar attire les abeilles. Pour s’y rendre, vous longerez les bords de la Sèvre dans une longue allée de platanes, vers les bois des Roches Vertes. N’hésitez pas à vous concentrer sur les sons. Pendant le passage de la gare de Pirmil aux bords de la Sèvre, plus vous avancerez, plus le brouhaha des voitures, des bus, des tramways disparaîtra peu à peu dans les bruissements des platanes. Une fois sorti des Roches Vertes, il faudra traverser la Sèvre, et prendre la route des châteaux d’eau direction le parc de Praud, le Tilleul de Rezé est à 100 mètres d’un parc de jeux pour enfants. 

De la, il faudra trouver l’orne de Saint-Aignan de Grand Lieu. Nommé par les habitants de la commune l’orne survivant. Il est l’un des rares de son espèce à avoir survécu à la graphiose, une maladie mortelle, apparue en Europe vers les années soixante. Cet arbre est connu pour être particulièrement présent sur les zones littorales, car il résiste bien aux embruns et son bois ne pourrit pas dans l’eau. Sa présence à Saint-Aignan de Grand-Lieu renvoie à sa proximité au lac. Pour s’y rendre, vous continuerez à marcher le long de la rue de Praud, en passant les jardins du Vert Praud, jusqu’au pont traversant le périphérique. Je vous propose de faire une pause une fois le pont traversé. Jusqu’ici, vous avez marché le long des parcs et jardins, le passage sur ce pont coupant le périphérique est un rappel que nous sommes toujours au cœur de la métropole.

Je ne sais pas vous, mais pendant ma marche, cela me semblait anecdotique d’être en quête d’un arbre rare datant de plusieurs siècles, mais pour m’y rendre la métropole m’oblige à traverser un objet propre à l’urbanisation de nos villes : les routes périphériques. A partir d’ici, vous marcherez sur les bords de la métropole, le paysage change, les constructions seront petit à petit remplacées par de large champs bordés de haies. Il faudra suivre une longue départementale traversant cinq hameaux direction Saint-Aignan de Grand-lieu. Après deux petites heures, si tout se passe bien, vous serez censé être dans le bourg de la commune. L’orne se trouve en face de la poste, sur le parking de la mairie. Il garde sa place depuis le Moyen Age, arbre de justice il était planté ici sur une butte seigneuriale. Les magistrats et les seigneurs rendaient justice sous son ombrage. Le paysage dans lequel il se trouve a peut être bien évolué mais l’orne survivant reste inchangeable. 

Pour garder cet air de divinité, le prochain arbre à trouver est le pin parasol de Bouaye. Pour cela vous borderez le lac de Grand Lieu (surtout n’espérez pas voir le lac, car il n’est entièrement visible que en hauteur dans les observatoires ornithologiques de la réserve)  direction la Jouetterie, où il faudra remonter vers le hameau de la Lézinière. L’arbre se trouve sur votre gauche, dans les vignes. Il est facilement reconnaissable, ses aiguilles sont longues et groupées par deux, il possède une écorce brun rouge, épaisse et très crevassée, c’est sa silhouette caractéristique, en forme de parasol, qui lui a donné son nom. On raconte que sa présence isolée dans les vignes est liée à la religion protestante : suite à la révocation de l’Edit de Nantes en 1685, les familles protestantes auraient signalé leur présence par la plantation d’un pin parasol. Cette silhouette, visible et reconnaissable de loin, avait pour fonction d’avertir les pasteurs itinérants et tous les adeptes de la Réforme de la présence d’un lieu d’accueil.  

Certains arbres ont été plantés pour des raisons bien spécifiques, d’autres naissent de grands hasards. Le prochain arbre sur la carte à trouver, est le chêne de Saint Mars de Coutais. Pour cette partie du sentier, il vous sera favorable d’avoir une paire de bottes et de ne pas avoir peur de se salir. Vous marcherez au fil des cours d’eau, traversant terres sèches et prairies humides. Du pin parasol revenez vers le hameau de l’étier. Après avoir traversé le bourg, vous vous trouverez face à une impasse non loin de Bouaye nommée la rue du port. Devant vous se trouvera une passerelle en bois. Attention ! Vous entrerez dans une zone naturelle protégée. Les grands rassemblements d’arbres ne laissent pas deviner que vous êtes sur la rive nord de l’Acheneau, déversoir du lac de Grand-lieu. Vous avancerez sur la passerelle, si vous effectuer cette marche l’hiver, il faudra faire demi-tour, joindre la maison du lac, direction le vannage de Bouaye pour retrouver le chêne, si vous êtes en êtes, le niveau d’eau est sensé être bas, vous êtes sensé apercevoir un bac à chaîne attaché à l’extrémité de la passerelle permettant de traverser vers la rive sud de l’Acheneau. Si vous êtes plusieurs, il faudra monter quatre par quatre, l’un de vous devra tirer la chaîne pour faire avancer le bac.

Si tout se passe bien, vous devrez être sur une digue bordée de chênes. Défilez lentement la digue. Il vous est conseillé de faire une marche silencieuse. Profitez des sons des aigrettes et des hérons. Après quelques minutes de marche, vous verrez une maison apparaître, il s’agit de la maison de Guerlain, ancien propriétaire du Lac. Vous y trouverez probablement des visites guidées sur l’histoire de la réserve. A la sortie de la maison, vous verrez la fin de la digue, marquée par un vannage, le vannage de Bouaye. Deux propositions s’offrent à vous : rejoindre la départementale D264, la suivre jusqu’a la première sortie à gauche direction la Basse cour, ou, continuer le long de la digue traversant la départementale vers un chemin en bois se cachant en contrebas de la départementale, traversant une prairie humide le long de l’Acheneau de l’autre côté du vannage. Il s’agit du chemin observatoire. Si vous l’empruntez, deux choix se présentent à nouveau. Vous pouvez le traverser à 1 mètre 50 du sol jusqu’au bout, ou monter en hauteur vers les arbres de bordures pour avoir une vue lointaine du chêne de Saint-Mars de Coutais ainsi que tout le paysage bocager qui l’entoure. Le chêne de Saint-Mars de Coutais se trouve solitaire dans un terrain privé, abritant quelques vaches. Cet arbre a poussé ici spontanément, il est né d’un gland provenant vraisemblablement des chênes situés un peu plus loin. Peut être l’un de ceux rencontrés le long de la digue. Il ne nuit pas aux cultures. Le terrain sur lequel il se trouve est trop humide pour la moindre production. Ce chêne a une allure typique de l’arbre isolé, c’est d’ailleurs cette position d’arbre solitaire et ce port majestueux qui lui confèrent une protection informelle. Le chêne que vous devez trouver par la suite n’a pas lui gardé son statut d’arbre isolé. 

Il s’agit de l’avant dernier arbre sur votre carte, le chêne de Sainte Pazanne. Pour s’y rendre, vous suivrez la D264, allant de La Basse cour jusqu’au bourg de Saint-Mars de Coutais. Le paysage bocager de cette commune explique l’importance donnée au chêne solitaire. L’agriculture est l’activité principale dans cette commune. D’ailleurs, vous verrez sur votre chemin une ferme collective située sur le hameau du Butay. Les agriculteurs se regroupent ici afin de mieux faire connaître leur production. La ferme est facilement repérable grâce à un moulin, pas loin des terres de vignes. Après une petite pause dans la collectivité, vous continuerez votre chemin vers le bourg de Saint-Mars de Coutais, un autre bac à chaîne comme celui rencontré au village de l’étier vous attend afin de retraverser l’Acheneau, direction Sainte Pazanne. Le chêne se trouve cette fois en plein centre-bourg, dans un espace vert derrière un petit magasin. Il y a encore peu de temps, cet arbre était isolé dans un champ, éloigné de l’urbanisation. Son propriétaire le mettait à la disposition des habitants lors des journées d’actions catholiques, tel un arbre à palabre, il rassemblait sous sa frondaison l’ensemble des participants. Le « grand chêne Bonneau » était alors un lieu d’échanges et de contacts. Le temps passe, le bourg s’étend petit à petit, la municipalité achète le terrain et souhaite tout de même conserver l’arbre. Aujourd’hui, un lotissement se dresse à ses côtés et le vieux chêne se retrouve dans un petit espace vert.  

Vous entrez dans le dernier tronçon de ce sentier, depuis les limites de la métropole vers son centre, traversant les grands marais de l’Acheneau direction le camélia de la Montagne. La Loire-Atlantique a une relation particulière avec le camélia. L’arbre était depuis son importation de Chine au XVIIIe siècle considéré comme une plante d’orangerie. C’est Ferdinand Favre, maire de Nantes et passionné d’horticulture, qui a adapté cet arbuste délicat à la culture en plein air. Le camélia de la Montagne rappelle ce passé botanique. L’arbuste, qui s’étale sur près de 9 mètres de long, est un des plus vieux camélias du département. Cet arbre se trouve sur la place de l’église dans un petit jardin à l’angle du passage Beaune. Une fois devant, vous serez officiellement à la fin de ce sentier, le sentier de l’arbre comme monde. Le retour à la gare de Pirmil se fera depuis l’arrêt du cimetière à la Montagne, vous prendrez le bus 78 direction Neustrie, ensuite le tramway 3 direction Pirmil. 

J’espère que ce sentier vous a permis de mieux connaître le territoire grâce à l’histoire transmise par son patrimoine arboré. Car chaque arbre remarquable, est classé non seulement pour sa beauté mais surtout pour le témoignage qu’il porte des terres qui l’entoure, un marqueur dans l’histoire qui reste inchangé face à l’urbanisation de la métropole. 

Ci-dessous le lien pour consulter le sentier sur google maps. https://www.google.com/maps/d/u/0/edit?mid=1TAT7NHBduBXpD9rU3bfRWGY4TgsEPkdQ&usp=sharing

Marche du 5 et 6 juillet 2024 Paysages d’extractions

Carrière des Maraîchère. Source: Chloé Harlay

A la rencontre de maillons de la chaîne de construction minéral. Publier le 07.05.2024

Guides : Chloé Bouteiller et Chloé Harlay
Capacité : 10 personnes
Durée : 2 jours (environ 20km/j)
Équipement : Il vous faudra vous munir de bonnes chaussures, de quoi vous abreuver tout le long de la journée, d’un pique nique, de vêtements adaptés à la météo. Le soleil nantais ne pardonne pas, s’il est au rendez-vous n’oubliez pas vos crèmes et chapeaux ! La nuit se fera en camping sauvage dans une grange à Bouaye. Prenez donc de quoi dormir, sans trop vous charger.
Remarque : vous pouvez vous inscrire sur notre site Grand(s)Sentier(s).fr, avant le 28 juin 2024. En fin de parcours, une navette est prévue pour ceux qui souhaitent, elle nous ramènera devant l’école d’architecture de Nantes. Pour ces deux jours, nous marcherons dans le quart sud-ouest, si vous avez des cartes IGN, vous pouvez prendre, celle de Saint-Philibert-de-grand-lieu/les Sorinières ainsi que celle de Nantes/Saint-Herblain. N’hésitez pas à nous poser vos questions dans la rubrique « contact ». En attendant de vous rencontrer, nous vous proposons un avant-goût de ce sentier.


Parcourir ce sentier est pour nous une manière de vous faire découvrir un aspect du territoire nantais peu connu des marcheurs de la métropole. 

Jour 1

1- Le rendez vous se fera au Terminale sablier de la Zone industrielle de Cheviré. Sur ces lieux, 230.000 tonnes de sables marins sont traitées chaque année par le Groupe GSM HeidelbergCement. Ce sable est principalement destiné au secteur du béton prêt à l’emploi pour la réalisation d’ouvrages d’art et de préfabrication. 2- Nous nous dirigerons ensuite vers la carrière des Pontraux. En phase d’enfouissement, nous verrons ensemble comment et avec quels matériaux est rebouché cette carrière. 3- En troisième point, nous ferons l’unique partie muette de cette marche. En silence, nous pénétrerons dans les entrailles de la carrière des Maraîchères, au plus proche de l’extractivisme minérale Français. 4- Nous irons quelques mètres plus loin voir l’une des utilisations possible de cette matière première qu’est la roche avec l’Ifsttar, l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux. 5- Nous passerons ensuite à l’intersection entre le cimetière de Bouaye, la D751 et la D11. L’extraction, entre vitesse et spiritualité.

Nuit 

Durant cette soirée, nous parlerons de notre journée ensemble. Nous trouverons de quoi manger et boire sur Bouaye. Nous dormirons abrités dans une grange et dînerons avec nos hôtes pour cette soirée.

Jour 2

6- Pour continuer nous descendrons vers St-Mars-de-Coutais et marcherons sur la rue de « la carrière ».7- Les rues « Les sablières » et « la sablière » nous guiderons vers notre point finale. 8- Nous arriverons donc au terme de cette journée à la Carrière béton de St-Pazanne qui après des années d’exploitation, se tourne désormais vers le négoce de matériaux et la réception de matériaux inertes de classe III. Elle est un lieu de stockage de matériaux provenant de la carrière de Rouans tout comme la carrière des Maraîchère. 

Sentier Paysage d’Extraction

Depuis sa création en 2023, ce sentier à suscité l’intérêt de nombreux acteurs de la métropole nantaise et plus, associations, élus, représentants des communes, étudiants, écoles, entreprises, artistes, architectes, paysagistes, urbanistes, etc. Grâce à lui, les contrôles d’enfouissement de la carrière des Maraîchères ainsi que celle des Pontraux a été augmenté. Le groupe Lafarge revoit en ce moment ces politiques en terme d’écologie, d’environnement et biodiversité. L’usine bitume du groupe Colas, ainsi que le groupe Lafarge installés sur la carrière des Maraîchère s’est excusé auprès de l’association « stop usine bitume » ainsi qu’aux près des habitants de la Ville-au-Denis. L’association fait aujourd’hui partie des décisionnaire pour la fin de vie de cette carrière, « Enfin nous avons notre mot à dire sur notre territoire ! » Cécile Duboti habitant de la Ville-au-Denis depuis son enfance. L’ancienne association « Stop Usine Bitume » ainsi que l’association « Grand(s)Sentier(s) » dynamise régulièrement ce sentier en proposant des visites guidées ou des moment d’échange et de concertation liée à l’extractivisme des sols du Pays de la Loire. Lors de son lancement le 05 juillet 2023, les membres initiateurs de Grand(s)Sentier(s) ont organisé une grande veillée dans la carrière des Maraîchère, ou on eu lieu un repas collectif, des tables rondes, et une nuit exceptionelle dans la carrière pour les plus téméraire. En mars 2024, l’artiste Christine Quoiraud, danseuse et chorégraphe, a réalisé une marche sur les marches du projet « paysage d’extraction », cette représentation de 7H était une mise à l’épreuve de la relation entre la danse et la marche.

Aujourd’hui, ce sentier est vu comme un acteur dans la pensée du territoire de demain disponible à tous. Il permet de mettre en avant cette pratique de la marche qui est un excellent outil pour découvrir, comprendre et repenser son territoire. À travers cette marche, nous parlons extractivisme, biodiversité, transition écologique et solidaire, mais aussi urbanisme et architecture. 

Chloé Bouteiller et Chloé Harlay

Les carrières – détersion, bourgeonnement et remodelage cicatriciel

État des lieux carrièristique

Les Schémas Régionaux des Carrières

En janvier 2021 a été adopté le nouveau Schéma Régional des Carrières des Pays de la Loire. Celui-ci, établi par la loi ALUR de 2014, vient remplacer les Schémas Départementaux des Carrières (SDC), instaurés en 1993, qui ont permis d’établir pour la première fois un statut juridique propre aux carrières. Elles étaient auparavant régies par le code minier, introduit en 1976. 

Les Schémas Régionaux des Carrières (SRC) ont plusieurs visées. D’abord, un état des lieux des carrières existantes, les besoins passés, actuels et futurs en matériaux de carrière – granulats, sables, argiles, roches décoratives… – dans les différents départements en fonction de l’évolution de la démographie. Cet état des lieux a pour but de planifier une gestion rationnelle, économe et durable des carrières dans la région, d’évaluer les besoins futurs en fonction des ressources disponibles. 

D’autre part, les SRC abordent, davantage que les précédents SDC, le devenir des carrières et leur réhabilitation après l’arrêt de l’exploitation. Plusieurs pistes sont proposées : le remblaiement, la création d’un plan d’eau, la remise en état agricole, le boisement, l’aménagement d’une base de loisirs…  

Ces SRC ont été régionalisés pour être imposés à certains documents d’urbanismes, notamment les SCOT, PLU(i) et cartes communales. Suite à l’ordonnance n° 2020-745 du 17 juin 2020 relative à la rationalisation de la hiérarchie des normes applicable aux documents d’urbanisme, les SRC doivent être juridiquement ‘pris en compte’ dans les SCOT, afin que ceux-ci intègrent toutes les planifications sectorielles qui ont une incidence sur l’urbanisme. Les carrières sont donc aujourd’hui légalement considérées comme activités ayant un impact non négligeable sur l’urbanisme d’un territoire, tant lors de leur exploitation que leur réhabilitation. 

Granite de la carrière des Coteaux, le Pellerin

Le cas du département de Loire-Atlantique

Le département de la Loire-Atlantique est le quatrième producteur de produits de carrière à l’échelle nationale, le premier en Pays de la Loire. La production est d’environ 75% de roches massives (gneiss, micaschistes, schistes, calcaires, grès, granites et péridotites), concassées, destinées majoritairement aux industries de béton et de travaux publics ainsi qu’aux matériaux de construction. Les sables et graviers du Pilocène représentent 23% de la production. Les 2% restant se répartissent entre les calcaires (pour production de ciment, chaux et carbonate de calcium), les tourbes (amendement agricole et jardineries) et les argiles (briqueteries). 

On compte aujourd’hui 36 carrières en activité dans le département, plus de 1000 sont non exploitées (abandonnées, en cours de remblaiement ou reconverties). 

Carrières en activité et non exploitées dans le département

Le sentier

Le sentier propose de relier les carrières du secteur sud ouest de la métropole nantaise. 22 carrières ont été recensées ; deux sont en activités, une est en cours de remblaiement, une autre a été reconvertie en parc de loisirs et les autres sont abandonnées depuis plusieurs dizaines d’années. Ces ‘cicatrices’ paysagères, sources de richesse mais aussi de contestations environnementales, ont des impacts non négligeables sur l’urbanisme, la sociologie et le développement du territoire. 

Parmi les carrières qui ne sont plus exploitées, on peut noter trois différentes formes de carrière. Leur forme peut être comparée à celles observées lors de la cicatrisation d’une blessure : d’abord, la phase de détersion, ou inflammation, qui pourrait correspondre à l’état observé des carrières juste après l’arrêt de l’exploitation : éboulis, remontées d’eau, changement d’aspect. Ensuite, la phase de bourgeonnement, qui créé un nouveau tissu, par le comblement de la cicatrice, et finalement le remodelage cicatriciel, lors de laquelle la cicatrice prend une forme semblable au tissu environnant avec cependant des propriétés différentes. 

Carrière en cours de remblaiement

Carrière en cours de remblaiement – exemple de la carrière des Pontreaux, Bouguenais

Nous pouvons noter une seule carrière en cours de remblaiement dans le secteur sur ouest. Celles-ci sont décidées par arrêté préfectoral. Elles accueillent des déchets inertes avec des quantités maximales annuelles, ce sont des carrières dont l’arrêt de l’exploitation est récent. 

Carrière remblayée

Carrière remblayée – exemple de la carrière Sainte Geneviève, Port Saint Père

Environ deux-tiers des carrières recensées sont remblayées. Elles sont devenues presque invisibles, seule une petite ‘croûte’ est décelable, un petit mont formé par les remblais. Souvent, de la végétation s’est installée et la surface n’est pas exploitée. 

Carrière ennoyée

Carrière ennoyée – exemple de la carrière des Coteaux, le Pellerin

Et finalement, quelques carrières sont ennoyées par la remontée d’eau provenant des nappes phréatiques. Celles-ci ont un profil similaire : un plan d’eau, un carreau humide à ses abords puis un carreau sec, et un boisement sur le pourtour de l’exploitation où le sol n’a pas été exploité. 

Le tracé

Le sentier, de 62 kilomètres de longueur, rejoint ainsi différents types de carrières. Partant de la carrière Miséry à Nantes, reconvertie en espace public avec un programme culturel, et terminant à la carrière des Pontreaux à Bouguenais, en cours de remblaiement et dont le futur est à imaginer complètement, le sentier dessert des carrières privées et publiques, visibles et indécelables, de granite, de sable, de tourbe ou d’argile, mais ayant toutes contribué au développement du territoire environnant et dont le futur est en question.

À l’écoute du paysage

Source : carte du bruit, Nantes Métropole

L’expansion des villes, l’urbanisation et la mobilité bouleversent fondamentalement notre environnement sonore. Celui-ci résulte des infrastructures, de nos modes de vies, du choix des matériaux et des techniques de constructions.  Dans les métropoles le son est perçu comme une nuisance, désigné comme un problème environnemental dont souffre les populations. La mise en œuvre d’une réglementation et d’une protection physique est la première réponse.  

Mais au-delà de cette prise en compte réglementaire et technique de l’urgence de la souffrance, l’enjeu véritable réside dans la manière de concevoir avec le son le territoire, la ville, la rue. Nous constatons trop souvent que les environnements sonores urbains en arrivent à baigner dans une sorte de chaos indifférencié et uniformisé. C’est pourquoi au même titre que l’aspect visuel, le son devient un facteur d’identité et de créations urbaines, un indicateur de bien vivre dans nos villes. Alors, comment mettre le son en action plutôt qu’en le réduisant à une nuisance dont il faut se préserver ? Comment concevoir nos futurs espaces pour qu’ils soient musiciens du paysage ? 

Influencer les paysage sonore grâce à l’architecture

« Il faut au plus vite partir à l’écoute des régions, des villes des quartiers, écouter les cultures du quotidien. Écouter c’est se former, s’instruire, affiner des désirs, sentir ceux des autres, commencer à tisser du lien. Écouter c’est exister à plusieurs et non plus chacun face à tous les autres. »  

Alice Debonnet-Lambert, directrice du Centre d’information et de documentation sur le Bruit 

Ce sentier est un moyen de partir à l’écoute de nos territoires. La marche est silencieuse et le marcheur est invité à se laisser porter par sa sensorialité pour trouver sa place en tant qu’émetteur et récepteur sonore. Le silence permet à chacun de trouver son dialogue interne avec les bruits. Nous banalisons trop facilement le son avec le champ lexical de la nuisance, le mouvement de la marche autorise nos corps à embrasser différemment les musicalités du paysage car en avançant dans l’espace, nous sommes une composante sonore. Malgré tout, si le tracé du sentier est un guide, les marcheurs sont encouragés à suivre leurs yeux, leurs nez, et se laisser distraire par leurs oreilles afin de mieux se faire un avis sur cette dimension si subjective qu’est l’écoute de soi et de l’autre. À chacun de composer un rythme, une séquence, un refrain pour que la marche en périphérie soit source d’une nouvelle poésie intérieure.  

« Les aménageurs n’avaient pas imaginé que les paysages sur lesquels ils travaillaient allaient inspirer des jeunes poètes 30 ans plus tard, touchés par le spleen du béton. » Sentier du Grand Paris p145 

L’économie du paysage

Une marche à l’indice : à la recherche des êtres qui composent les paysages du quadrant Sud-Ouest de la métropole.

Introduction au sentier :

Avant de commencer la narration de ce sentier il est nécessaire de définir les notions de paysage et d’économie. La définition de la Convention européenne du paysage me semble la plus adéquate. Elle dit que le paysage est « une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humain et de leurs interrelations. »1. En d’autres termes, le paysage est la symbiose des actions de nombreux êtres vivants dans un milieu. Nous retrouvons aussi cette notion chez Tim Ingold avec le «taskscape»2, le paysage des tâches, celui des intentions mutuelles et des interactions. Le terme économie quant à lui, trouve son origine dans le mot grec signifiant « celui qui tient la maison ». Plus généralement l’économie représente «l’ensemble des activités d’une collectivité humaine relatives à la production, à la distribution et à la consommation des richesses»3.

Il est maintenant temps pour moi de vous emmener sur les traces des différents êtres qui composent les paysages du cadrant Sud-Ouest de Nantes métropoles et au-delà. à travers cette marche guidée, je vous propose une expérience sensible où nous chercherons à questionner ces paysages, leur fonctionnement, les êtres qui en sont acteurs et leurs effets sur le territoire.

Ce sentier a pour but d’appréhender le circuit économique qui découle du paysage sous deux niveaux. Celui de l’immédiat, directement lié aux activités qui le constituent telles que l’agriculture, la sylviculture ou encore les services d’entretien des collectivités. Puis l’économie indirecte, liée à l’image qu’il renvoie, des activités qui le valorisent tel que les loisirs ou encore le tourisme.

Narration du sentier :

Date : 25 mai 2030, 9h00
Départ : La Matrasserie, Bougeneais
Arrivé : Saint-Mars-de-Coutais
Distance : 25 km

Se donner rendez-vous à la Matrasserie, face à cette peupleraie fraîchement coupée qui a suscité beaucoup de controverses, est une façon de commencer notre marche en se questionnant sur notre rapport au paysage. Un environnement de vie, souvent de qualité; on s’y attache, on se l’approprie, on en fait un commun. Seulement on oublie parfois sa fonction première, un but économique.

Maintenant que cette notion a été énoncée, la marche peut commencer. Cette dernière est ici utilisée comme un outil permettant de ralentir, d’observer plus précisément, d’essayer de comprendre le fonctionnement des paysages qui nous entourent. Individuellement ou à plusieurs, on observe des détails, les êtres, les traces et les activités qui les composent.

Différents arrêts nous permettent d’échanger, chacun apportant sa connaissance sur le territoire. On constate alors le développement d’une économie moins directe mais tout aussi essentielle. Les serres questionnent notre façon de consommer, les fermes pédagogiques nous sensibilisent, les associations de réinsertion offrent des opportunités d’emplois liés à l’entretien des espaces publics, la vente en circuit court valorise des produits locaux.

Mais il est parfois difficile pour les acteurs du quotidien d’assurer localement une valorisation et pérennisation d’un système économique. C’était d’ailleurs le cas sur les prairies humides des marais de l’Acheneau. Les éleveurs sont les principaux acteurs dans la préservation de ces zones humides, qui sans eux serait tout autre, engendrant la disparition d’un écosystème. Cependant, les aléas de la production d’herbe et la difficulté de valoriser les produits lors de la vente entraînaient une économie instable pour ces derniers.

C’est lors de la création de ce sentier métropolitain, que les différents acteurs de ce paysage ont été réunis, des projets concrets ont été mis en place, créant un nouveau schéma économique pour les éleveurs. Nous sommes dans la commune de Saint-Mars-de-Coutais, ici les habitants sont désormais acteurs actifs, soutenant la coopérative locale de transformation et vente des produits locaux. La marche fait aussi projet, en faire l’expérience l’été après la fauche ou l’hiver durant les inondations, exprime à elle seule la temporalité, la vie et les enjeux de ce site.

Après avoir traversé forêts et prairies nous nous retrouvons dans le village Le Butay, en surplomb de ce paysage. Puis nous nous dirigeons vers la fin de cette marche, en contrebas de la départementale. Nous survolons ici les prairies humides et nous nous arrêtons pour les contempler. Les discussions afflux, nous repensons à tous ces territoires traversés qui pourraient prendre exemple sur les changements qu’il y a eu ici. L’endroit parfait pour conclure cette marche.

1 Définition tirée du décret du 20 décembre 2006. Convention européenne du paysage.

2 Ingold, T. , 1993. The temporality of the landscape. p 152-174.

3 Larousse,dictionnaire en ligne consulté le 30 mai 2021

A la limite

« Le délaissé est une production humaine en même temps qu’un milieu vivant. Quelque chose d’imprévisible y est à l’œuvre. » Yvan Detraz, Zone Sweet Zone

Ce tracé propose d’aller à la rencontre des différentes limites naturelles et administratives ainsi que d’arpenter les différents sols du sud-ouest nantais.

Construction de la réflexion

L’hypothèse de départ s’intéresse aux délaissés urbains et s’inspire du travail réalisé par Yvan Detraz dans le livre Zone Sweet Zone. Il y expose la manière dont il a élaboré un grand sentier de randonnée dans la périphérie bordelaise. Au fil de ses marches, il constate que l’espace périurbain est dessiné selon des logiques marchandes et forme un tout hétérogène. Le périurbain est conçu comme une succession d’espaces décousus qui ne communiquent que très peu entre eux. Entre chacun de ces espaces occupés, se trouvent des espaces inutilisables ou abandonnés. Ce sont ces derniers qu’Yvan Détraz qualifiera de « délaissés ». Au fil de ses arpentages, il reconnaitra les potentialités de ces derniers. Selon lui, c’est en portant de l’importance à ces délaissés qu’il sera possible de recréer une vie publique riche et conviviale en périphérie.

L’hypothèse initiale d’un sentier dans Nantes Métropole s’inspire de cette démarche. Je proposais alors d’arpenter les différents types de sols non urbanisés du grand Nantes.

Le tracé du sentier dans le Grand Nantes

Au fil des marches que nous avons réalisées dans le sud-ouest, j’ai été interpelée par la présence de l’eau : chemins inondés, lac de Grand-lieu, flaques d’eau, terre craquelée, noues. Ces différents types de sols défilaient sous nos pieds et j’ai cherché à en savoir plus. J’ai pris conscience de la géographie des différents bassins versants que nous avions traversés et la présence d’une ligne de partage de ces derniers. En parallèle, j’ai pris connaissance de la structure paysagère du sud Loire qui venait, elle aussi, dessiner le territoire à sa manière.

Le tracé actuel se veut témoin de ces différents étonnements rencontrés au fil du semestre. Il arpente la périphérie avec la volonté de montrer la présence de l’eau sous différentes formes, de traverser des limites paysagères, mais aussi de passer par des frontières invisibles telles que les frontières administratives des communes de la métropole ou encore la ligne de partage des eaux. Ce tracé raconte une autre histoire des délaissés, à la rencontre des limites invisibles du territoire, et surtout au plus près du sol.