La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes.

Une Race au bord de l’extinction

En marchant sur la route de Saint-Julien-De-Concelles, je fus étonnée de rencontrer des vaches aussi près de la ville. Je ne m’attendais pas à en rencontrer ici, un jour de pluie qui plus est. Je décide alors de chercher les lieux où les vaches sont présentent sur notre cadran. Pour cette troisième marche, je vais descendre vers Vertou, dans les bas Pré. Les prairies sont là, les panneaux d’informations aussi, mais pas les vaches. Où sont les vaches ?

Débute alors mon enquête sur les bovins, je découvre alors l’existence d’une race spécifique à Nantes: la vache nantaise.

Race rustique, non adapté au circuit industriel, elle fut de moins en moins élevé au fur et à mesure que la consommation de bovin se standardisait. A tel point que dans les années 80 on n’en comptait qu’une cinquantaine. Au bord de l’extinction, elle fut sauvé par quelques agriculteurs et éleveurs nantais qui ont créer l’association de la vache nantaise, pour la sauvegarde de cette race.

Alimenter la biodiversité, alimenter le circuit court

Pour les éleveurs nantais, la vache nantaise a un fort intérêt écologique. En effet, c’est une vache plus que apte à pâturer dans les prairies et zones humides des abords de Nantes, là où le niveau d’eau est haut en automne et hiver, et redescendent au printemps et en été. Faire pâturer des animaux dans une prairie au lieu de faucher la végétation permet une plus grande diversité de la faune et de la flore du terrain. La nantaise est totalement herbivore, son alimentation est composé à 100% d’herbacées. Elle a ses propres préférences quant à celles-ci: elles préfèrent manger des graminée qui ne sont pas encore arrivé à maturité, qui n’ont pas encore de graines ou qui n’ont pas encore fleuri car c’est à ce moment là qu’elles ont le plus d’apport nutritif.

En plus des graminées, elles sont aussi un atout essentiel pour lutter contre la prolifération de jussie, une plante invasive que l’on trouve dans les zones humides. Les bovins s’habituent alors à manger sur certaines parties de la prairie laissant la faune de l’autre partie se développer, ce qui offre un paysage non-homogène, avec des parties d’herbes à ras du sol alors que d’autres montent en hauteur là ou le travail de fauche aurait tout mis à ras, au même niveau. Et cette disparité permet au reste de la faune de vivre, de manger, de se reproduire…Par exemple, sur les zones délaissés par le cheptel, les oiseaux faisant leur nid au sol peuvent facilement s’installer et à leur poussin de sortir du nid, protégé par les hautes herbes de leurs prédateurs.

Comme dit précédemment, la vache nantaise ne répond pas aux standards pour entrer dans le circuit long de la viande alors que c’est une vache à viande. Pour autant la nantaise a tout intérêt d’entrer dans le circuit-court, c’est-à-dire la vente directe chez le producteur ou à travers un intermédiaire.

La métropole a lancé son PAT (Projet Alimentaire Territorial) et l’un de ses objectif est de “relocaliser l’agriculture et l’alimentation dans les territoires en soutenant l’installation d’agriculteurs“; mais aussi “rapprocher les producteurs des consommateurs en favorisant les circuits courts ou les produits locaux.“. Aujourd’hui, la race nantaise est sauvegardé et la mise en place d’un cheptel viable est plus facile qu’il y a 30 ans. Pour pouvoir vivre de cet élevage il faut une trentaine de bovin, là où en élevage intensif industriel il en faut une centaine. C’est plus simple alors pour un jeune éleveur de s’installer.

Un cheptel est composé en majorité de vaches et de génisses (bovin femelle n’ayant pas encore vêlé). Quand une génisse vêle d’un veau mâle celui-ci grandi avec sa mère et n’est séparé d’elle qu’entre ses 5 à 7 mois, pour être amené à l’abattoir pour sa viande. Il peut être amené plus tard, après ses 1 ans quand il est un bœuf (un jeune bovin castré). Si il n’est pas castré et qu’il a plus d’un an on parle alors de taureau, ce sont ceux qu’on garde pour la reproduction et sera tué après 3 ans. Pour les vaches, elles vivent plus longtemps ( 13 ans voire plus), pour s’assurer de lui faire faire un veau tout les ans.

Aujourd’hui en moyenne un Français mange 2 à 3 fois de la viande rouge ou environ 300 g/semaine pour un adulte. Un veau entre 5 et 7 mois fait entre 88 et 200 kg, son rendement carcasse (le poids de la carcasse à la fin de l’abattage) pour un veau de 6 mois est entre 130 et 135 kg. Donc, pour une côte de veau, un humain en mange 200 à 250g. La question est: combien de personnes peut-on nourri avec la carcasse d’un veau ? Et est-ce proportionnel au nombre de veau nantais ? Car si c’est plus aisé de constituer un petit cheptel de 30 bovins, est-ce possible de nourrir tout les nantais avec ? Et si on peut nourrir la majorité des nantais avec, peut-être que ça se ferait avec des portions encore plus petites par personnes.

Finalement, la mise en avant de la race nantaise dans le circuit-court et dans la politique du mieux manger de la métropole fait requestionner tout le rapport à la viande dans notre alimentation.

Et les sous-produits dans tout ça ?

Lors de l’abattage, toutes les parties du bovins ne sont pas gardé pour la consommation humaine. 41% est destiné à la consommation humaine, mais dans ce pourcentage les os à gélatine et la couenne seront transformés en gélatine. La peau, environ 6% est destinée au filières de l’artisanat des cuirs. Le reste des os, viscères, cornes et sang sont transformé en PAT (Protéine Animale Transformé) destiné à l’alimentation pour les animaux domestiques ou d’élevage (fishfood) ou bien en engrais, en matière de compostage, en biofuel…

Le Sentier: une transhumance aux abords de la métropole

Pour le sentier, je propose un itinéraire destiné à un cheptel public, donc détenu par Nantes métropole. Il tournerait sur trois prairies humides dans la zone des marais et finirai cette transhumance sur une zone d’éco-pâturage plus proche de la métropole. Je pense à la Cale de Beautour.

Voyage sur le sentier des vannes

Photo : @florentlandreau

Le marais de Goulaine est situé sur un des bassins versants qui alimente la Loire en aval et qui apporte à lui seul 18 millions de m3 d’eau potable, ce qui est considérable. Cela équivaut aux besoins d’une agglomération de 500 000 personnes. C’est un écosystème complexe qui joue un rôle crucial pour la biodiversité. De plus, il a un rôle très important dans la gestion hydrique de la région car il fait office de bassin de régulation, ce qui tend à atténuer l’impact des inondations.

Continuer la lecture de « Voyage sur le sentier des vannes »

Le Muscadet pour un Commun Vivant

Le quadrant qui s’étend au sud-est de la métropole nantaise déploie un paysage marqué par la vigne. C’est d’abord ce que nous dit la carte, dont les petits points qui représentent les vignes grignotent le papier depuis le bord du département jusqu’aux portes de Nantes. Puis, c’est ce que nous disent les côteaux et les plaines, dont les ceps bien alignés nous regardent passer lentement sur le GRP Sèvre et Maine “Boucle du Vignoble”. Les 28 communes qui se trouvent ici, entre Nantes et Boussay, forment le Pays du Vignoble Nantais. Ce territoire porte aussi le nom du vin que l’on y produit : le Muscadet. 

photographie du Vignoble Nantais ©CAUE44

«Parler d’un vignoble, c’est décrire un paysage marqué par l’économie qui le modèle et la nature qui le transforme.»

Sandra Savigny et Michaël Ripoche, Les paysages de la vigne, 303 hors série n°139
D’image d’Épinal à paysage liminal : monoculture au seuil du déclin

Vin blanc sec réputé pour son prix bas et son acidité, par deux fois lourdement mis à mal (tout d’abord dans les années 1880 à cause du phylloxéra, puis en 1991 suite aux gels), il fut la gageure des communes qui l’ont élevé. Ce marché là dessina tout autant les parcelles que les bâtiments qui les accompagnent : de petites maisons de vignerons en pierres enduites et tuiles oranges aux volumes imbriqués et tassés, aux granges-pressoir et longères, en passant par les fermes et maisonnées qui s’y greffèrent au XIXème siècle et qui constituent le vernaculaire local; le tout regroupé dans les hameaux qui encadrent les parcelles viticoles en “mosaïque” (C. Toulier, “La petite maison rurale de Loire-Atlantique”, 303 1er trimestre). Plus tard, des hangars ont vu le jour pour poursuivre la production viti-vinicole à l’aide de moyens plus contemporains.

photographie d’une maison de vigneron à Remouillé ©CAUE44

Ce paysage caractéristique du Vignoble est de plus en plus fréquemment soumis à des perturbations, à l’instar du gel de 91, qui donna lieu à la fin de la décennie 90 à la prime à l’arrachage. Cette prime permit aux vignerons de partir en retraite dignement mais elle fit alors disparaître de nombreux rangs. Mais si l’arrachage a réduit le nombre de parcelles, il peut aussi être vu comme une opportunité pour produire peu mais en meilleure qualité, puisqu’aujourd’hui le vin rencontre une clientèle certes moins régulière, mais plus exigeante : “55% des personnes interrogées déclarent regarder si la bouteille qu’elles souhaitent acheter possède un certification environnementale. Une tendance qui est amplifiée chez les jeunes de 18-35 ans.” (source : La Revue du vin de France, Benjamin Helfer, mars 2023). Aussi, la culture viti-vinicole locale a récemment fait l’objet de coups de pouces médiatiques, notamment par un nouveau parcours orchestré par le Voyage à Nantes : le Voyage dans le Vignoble. Profitant du regain de popularité de l’œnotourisme, le Muscadet mise sur son patrimoine pour reprendre de l’élan.

extrait de la brochure Voyage dans le Vignoble ©Le Voyage à Nantes

Mais cette reconquête possible du marché par le muscadet est freinée par une nouvelle difficulté : les aléas environnementaux de plus en plus fréquents et violents soumettent la vigne à des stress de plusieurs natures. Les coteaux, dont le sol à nu nourrit les ceps sur les pentes, sont exposés à des problématiques d’érosion, de lessivage, et de glissements des terres, pouvant aller jusqu’au déchaussement des pieds de vigne, mais aussi avant cela, un changement de composition chimique du sol. D’autre part, les périodes de fortes pluies sur les plaines ne laissent pas l’eau s’écouler ou être absorbée, amenant alors une humidité propice au développement du mildiou. Enfin, la récente “crise” du monde agricole français s’est soldée d’un énième recul des mesures environnementales, par le rejet de la Politique Agricole Commune (PAC) et de son ambition de limiter de plus en plus l’usage de produits phytosanitaires. Cette prolongation de l’utilisation de biocides n’augure pas une amélioration prochaine des conditions microclimatiques, ni d’une recherche de résolution de la pénibilité du travail agricole et des maladies qu’il engrange. C’est, en somme, une non-mesure qui donne à voir les limites du plantationocène (Anna Tsing, 2015). Par la généralisation de méthodes industrielles et l’arrêt de la polyculture en territoire Muscadet au cours du XXème siècle, la vigne en est un cas d’école : elle est cultivée individuellement, hors de son tissu relationnel pluribiotique (Charlotte Brives, 2024), et s’en trouve fragilisée; les apports de divers intrants phytosanitaires et biocides contribuent à précariser son existence.

document de l’auteure, sources photographiques : personnelles, Fondation pour la Nature et l’Homme, France Info, Guillaume Delanoue
Marcher pour faire ensemble

«Cet été, moi, je découvre que vigneron est un métier de marcheur.»

Etienne Davodeau, Les ignorants, 2011

La mise en danger de cette identité territoriale qui marque le Vignoble Nantais amène aujourd’hui à reconsidérer la question viticole. Les bouleversements déjà en cours devront irrémédiablement faire muter les pratiques, tant de production que de consommation.

document de l’auteure

Le sentier a vocation à accompagner les acteurs du monde agricole du Muscadet dans la bifurcation qui s’opère.

Dans sa géographie, il marque les coteaux de Saint-Fiacre-sur-Maine et Maisdon-sur-Sèvre comme premiers lieux de l’agissement.

Dans sa dimension et par ses segments, il met en circulation les “outils+vivants” du monde agri et viticole, dont les acteurs isolés sont en souffrance.

Il pose la question de la polyculture, de l’hybridation des méthodes, des partages de savoirs. Il replace la vigne en pluribiose.

Le sentier fait de la plante un indicateur de la santé du terroir, depuis l’état du cep jusqu’aux agencements qui dessinent le grand paysage et sa mise en réseau.

Le sentier dessine le “Chemin du Faire Ensemble”, depuis, par, et jusqu’au “Commun Vivant”.

Géographie du sentier

Pouvant être emprunté à partir de tous les points qu’il traverse et ceux qui en sont proches, le sentier est protéiforme. Dans sa création, il se décline en trois degrés : primaire, secondaire, tertiaire.

Le primaire en trace le parcours dans ses plus grandes lignes, il permet de relier les éléments du grand paysage et ses entités clefs : les côteaux qui accueillent la vigne, les lisières arborées qui hébergent le sauvage, et les hameaux qui concentrent les flux humains.

Le secondaire apporte des nuances utiles à la circulation des outils dans les lieux travaillés. Il permet de rallier au sentier d’autres entités territoriales en formant des boucles : plus de hameaux, plus de vignobles, plus de fermes et plus de boisements.

Les embranchements du degré tertiaire connectent cette première hypothèse de sentier, prenant place à Saint-Fiacre-Sur-Maine et Maisdon-Sur-Sèvre, à d’autres communes alentours, et permet d’opérer les réitérations.

Dans son aboutissement, aucune hiérarchie n’opère entre les segments. Le sentier n’a pas vocation à être parcouru dans son intégralité par un usager à un instant défini. Ses tours et détours ne servent que la praticité, la connexion, et la traversée des espaces levier. Aussi, il est tout à fait envisageable de réviser les segments au fil des arpentages et des évolutions géographiques indépendantes du sentier. C’est ce que permettent les rangs de vigne, dont les entre-deux forment des sentiers prêts à l’emploi -comme des contre-allées aux chemins institués-, et c’est ce que peuvent ralentir les boisements, de par leur nature plus touffue.

document de l’auteure

Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière

Qu’est ce qu’on traverse aujourd’hui ? Sur quoi on pose nos pieds ? Quel lien on a encore avec le vrai sol ? Le sol vivant, celui qui bouge, vit, se décompose, se régénère…
A l’aube de la loi ZAN (zéro artificialisation nette), qu’est ce qu’on peut comprendre des sols qui nous entourent ?

Continuer la lecture de « Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière »

Les biscuits nantais comme objets d’étude de subsistance : mais de quoi dépend-on vraiment ?

 

Révoltants constats

L’homme apprivoisant ce qu’il peut des autres vivants, s’extrait du même coup de la communauté des vivants : il se voit désormais devoir ré-apprivoiser, par les sciences ou par les arts, ces mêmes vivants pour tenter de les comprendre, et de comprendre sa codépendance à ce tout. Vertigineuse entreprise, que de s’atteler à réduire ce qu’Estelle Zhong Mengual qualifie de “situation d’esseulement à l’égard de notre monde partagé(1), et d’autant plus quand cette cécité s’applique, outre notre environnement vivant, à notre propre environnement fonctionnel humain. Prenons notre système de consommation, qui dans sa grande croissance, a su invisibiliser les chaînes liant les produits à leurs consommateur.rices, et par là-même briser les consciences humaines de leur propre subsistance. S’atteler à traiter ce qu’on pourrait alors appeler une situation d’esseulement face à ce dont notre survie du petit quotidien dépend, serait peut être la première ficelle à tirer de la pelote de la cohabitation, et de celle du soin du quotidien.

Face au fait de notre ignorance collective à l’égard ce dont on dépend vraiment, un double constat guide l’envie d’intervenir : d’une part, celui que le ou la citoyen.ne moyen.ne aujourd’hui ne cherche pas à acquérir ces informations, mais d’autre part, celui que quand pour autant il ou elle les a, il ou elle peut éprouver satisfaction ou dégoût, l’une étant émancipatrice et l’autre révoltant. On traiterait alors ici d’un déracinement au fait de ressentir, un manquement au ressenti du besoin de savoir ce que l’on consomme, pour tendre à ressentir la satisfaction de ce que l’on considère bien consommer. C’est là un biais qui s’inscrit dans la masse de ceux que l’aliénation du système dominant nous inflige : ne pas savoir déplier une chaîne de subsistance entre soi et un produit de notre consommation est certes une conséquence du gigantisme de l’industrie, mais ne pas savoir vouloir faire l’effort d’y remédier est aussi entre autres du fait de l’accélération sociale (2), celle que l’on subit collectivement et qui nous apparaît quotidiennement comme des “manques de temps”. Il s’agit donc bien là d’une situation dont nous sommes collectivement victimes, et dont s’emparer tout aussi collectivement apparaît comme vecteur émancipateur.

La fouace nantaise, puis LU comme objets d’étude de subsistance

Fabriquer une fouace en pistant ses ingrédients pour comprendre de quoi on dépend (3), est l’idée guide du dessin d’un sentier au départ de la Haye-Fouassière, commune fief de la fouace dont elle tient son nom.

La fouace tiendrait ici d’un objet épicentre à partir duquel une conversation sur la subsistance saurait, avec espoir et avec sa force critique, naître. Mais c’est aussi par ailleurs une manière de tisser un lien comparatif et critique vers l’industrie du biscuit, et plus particulièrement celle de Lu-Mondelez produisant à la Haie-Fouassière depuis 1986. Mettre en tension deux productions de biscuits locaux, aux devenirs plus que divergents, est la prochaine étape de ce travail en cours.

Continuer la lecture de « Les biscuits nantais comme objets d’étude de subsistance : mais de quoi dépend-on vraiment ? »

Communer

« Les fictions, au XXIe siècle, ne sont plus des adjonctions au réel. Les multiples strates de fiction sont, aussi sûrement que les strates géologiques d’une falaise forment la falaise, ce qui compose le “réel”. Il n’y a pas de réel face ou à côté d’un fictionnel. Nous oscillons entre des fictions qui nous sédimentent et font de nous des agrégats d’histoires, de croyances, de récits, à l’intérieur desquels nous naissons, nous mourons. » Camille de Toledo

C’est ce premier trouble qui viendra guider les choix de ce sentier. La strate. La stratification. L’accumulation. La trace. La disparition. Le souvenir. L’imaginaire. Le raconté. Le mystifié. Le passé qui se diffuse dans le présent, comme le sable est ramené sur le bitume par le passage successif des baigneur.euse.s remontant de la plage.

C’est en tombant nez à nez avec un commun de village que la question de la stratification du temps qui passe et ses traces, ou leur absence dans le monde tangible, se pose. Les communs de villages sont ces lieux, édifices, qui étaient utilisés par tous les habitants : les fours, les battages, les lavoirs, les calvaires, les terres incultes laissées en pâture pour les bêtes… Le temps faisant, la propriété privée s’étant développée depuis la Révolution, les communs de villages ont peu à peu perdu leur fonction première, et secondaire. Le four ne fait plus cuire le pain, et il ne permet plus aux habitantes de se réunir.

« Rien n’est plus craint, n’est plus perçu comme excluant qu’un groupe féminin assemblé au lavoir ou au four. Les femmes ensemble parlent, critiquent, dénoncent, injurient, calomnient, tissent les histoires de famille, creusent les rivalités, et par là elles assurent toute la part des relations sociales qui passe par une parole violente et médisante dont elles semblent avoir le monopole. » Martine Segalen 1

Car ce sentier est aussi à la recherche de ces femmes des hameaux, pour qui les communes étaient des lieux de sociabilisation. Ils représentaient des moments pour « communer ».

Continuer la lecture de « Communer »

Pour la (re)circulation du vivant

Révéler la bordure bocagère du marais de Goulaine et le potentiel des jardins

Le marais de Goulaine est une cuvette subdivisée en deux dépressions issues de l’érosion, séparées par la butte de la Roche. Alors que la zone humide avait été aménagée et était autrefois accessible en bateau pour transporter du vin, de la chaux et des céréales, la construction de la Divatte a bouleversé ses usages. Pour faire court et se concentrer sur ce qui m’intéresse, les marais se sont vus contenir les eaux des crues en hiver et accueillir des pâturages en été, faisant évoluer ses frontières tout au long de l’année. Le marais était alors régulièrement fauché pour nourrir le bétail et accéder aux cours d’eau. Ce fauchage est devenu essentiel pour préserver les espèces qui y sont installées, et conserver des niveaux d’eau corrects à chaque saison est tout autant important, c’est notamment pourquoi on trouve des portes hydrauliques au niveau du pont de l’Ouen, et le long du canal de Goulaine.

L’eau, essentielle pour le vivant, est très présente dans ce territoire mais on a tendance à l’oublier. Selon François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner, nous devrions fonctionner par bassin versant, en voyant les cours d’eau comme les veines du territoire. Ils ont déjà marqué les villes et les régions pour tracer des frontières mais aussi pour les nommer, alors pourquoi pas faire communauté dans ce sens ? Autour de ces eaux, des hydromondes se développent. Ce sont toutes les continuités écologiques qui se forment entre différentes espèces.

“Un bassin-versant est tout un monde. (…) Une ligne de partage – des eaux, mais aussi des sols, des climats et des vivants.”

Pour une intermondiale des bassins-versants, François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner

Depuis les années 1990, le système de polyculture associée à l’élevage et à la vigne disparaît pour laisser place à la viticulture et au maraîchage spécialisé. Le marais se referme sur lui-même à cause d’un manque d’entretien, qui conduit à un boisement et un enfrichement. De plus, ce marais est une cuvette qui récolte toute la pollution liée à l’agriculture intensive. La zone humide, menacée, est alors classée Natura 2000. Comment son contour a-t-il été défini ? En comparant les cartes établies depuis le XVIIIe siècle, ses frontières semblent avoir évoluées, lui donnant une épaisseur impalpable.

Evolution des contours du marais représentés en carte en 1756 (beige), 1820 (marron), 1960 (vert clair) et 2020 (vert foncé)

Continuer la lecture de « Pour la (re)circulation du vivant »

Connecter les espaces forestiers métropolitains

Les Pays-de-la-Loire ; région la moins boisée de France

Carte du taux de boisement par département en 2022 produite par l'IGN

La région Pays-de-la-Loire est la moins boisée de France selon les chiffres de l’IGN, avec 12% de surface forestière.1 Néanmoins, la métropole nantaise accueille plusieurs lieux révélant les enjeux de la gestion forestière :

  • Une mare enclavée ;la source du ruisseau de la Patouillère au cœur du quartier des Grésillères.
  • Le bois des Gripôts géré la commune de Saint-Sébastien-sur-Loire.
  • Des forêts urbaines ; la forêt urbaine du Sud-Est appartenant à Nantes Métropole, la mini-forêt d’Alice créée par l’association MiniBigForest et située dans le village des Pégers.
  • Des Espaces Naturels Sensibles (ENS) ; la zone Est de la forêt de Touffou.
Continuer la lecture de « Connecter les espaces forestiers métropolitains »

Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée

La vallée de la Divatte est séparée de la Loire par la levée de la Divatte, digue érigée entre 1847 et 1856 à la suite de crues répétées du fleuve. Elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve et a permis de libérer les communs jusqu’ici utilisés comme pâturages pour une activité maraîchère.

Elle est réputée insubmersible jusqu’à la grande crue de 1910.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale

Le 2 décembre 1910, la digue est percée par les eaux à deux reprises, laissant le fleuve envahir son lit majeur sur 30 kilomètres carrés. En certains points, l’eau atteint 5 mètres de hauteur. Le lendemain, la digue d’Embreil est submergée et laisse les eaux s’engouffrer dans le marais de Goulaine. Le 6 décembre, les ingénieurs des Ponts et Chaussés dynamitent les portes anti-crue de Basse-Goulaine pour laisser le trop-plein se retirer dans le fleuve. Le spectacle est saisissant.

La digue fatiguée, causait des inquiétudes ; des renards se produisaient sur plusieurs : points, on aveuglait les fuites le mieux possible, et dans la soirée, vers 8 heures, la rupture se produisit : Ce fut terrible. Deux ou trois maisons ont été emportées.

L’Espérance du peuple, 4 décembre 1910

La zone mettra 3 mois à être drainée partiellement. 8000 habitants seront déplacés sur 7 communes différentes, pour autant aucune perte humaine n’a été déplorée.

Carte postale de la Catastrophe de la Divatte – Archive départementale
Continuer la lecture de « Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée »

Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun

 

De Saint Sébastien sur Loire à Saint Fiacre sur Maine

Le projet de sentier se donne pour prétexte d’aller voir un puits communal dans le village de La Hautière, et ainsi s’aventurer au-delà des limites administratives de la métropole nantaise.

Le tracé figure en quelque sorte un rayon allant du centre vers la périphérie.

Cette traversée sera l’occasion de se demander ce qui fait commun aujourd’hui dans un périurbain qu’on imagine de prime abord comme le règne de la maison individuelle, de la voiture et du gazon.

L’idée est de marcher pour faire taire ses a priori, essayer de regarder ce qui fait vraiment commun en 2024 sur un territoire habité. Le sentier passe “en vrac” par des éléments naturels du territoire. De l’eau, des sols dont on prend plus ou moins soin, des traces d’anciens communaux de villages – des puits, des chemins, des fours à pains – et des objets plus contemporains – un abribus, un château d’eau,une table de pisue-nique, un arbre de boîtes aux lettres, un système d’éclairage public…

des boites partagées (photographies personnelles)

Continuer la lecture de « Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search