Ronde d’une nuit d’été

Aller chercher le sauvage… ou plutôt apprendre à déceler sa présence un peu partout autour de soi.
Voilà l’expérience que propose ce sentier tout en déambulant aux abords d’une lisière imaginaire entre le monde de l’Homme et le reste du vivant : la trame noire.

La marche a lieu systématiquement au moment du crépuscule, de préférence en été. Elle se pratique lentement et silencieusement.
La nuit nous fait entrer dans un monde où nous n’avons plus forcément notre place. Elle brouille les certitudes et remet en question le statut des territoires que nous pensons maitriser.
Certains de ces lieux traversés par le sentier restent faciles à appréhender tandis que d’autres deviennent plus secrets et nécessitent d’aiguiser son regard.

Dans le quadrant nord-ouest le sentier passe par le Marais Audubon, un important réservoir de biodiversité pour la métropole nantaise.

Continuer la lecture de « Ronde d’une nuit d’été »

A la rencontre des lieux et des personnes en marge de la société

C E S P E R S O N N E S:

population de Roms

Bidonvilles et urbanités (Réalisation personnelle Diane ROBLOT)

Dans le contexte actuel, près d’une cinquantaine de bidonvilles se sont instaurés dans la métropole nantaise. 

On constate un manque d’espaces d’accueil pour les populations précaires (une vingtaine d’espaces d’accueil contre une quarantaine de bidonvilles dans l’agglomération nantaise), comme une exclusion de ces populations ; on ne les voit pas, on les cache dans les zones les moins fréquentées de notre paysage. 

Ces bidonvilles sont le plus souvent situés, si ce n’est systématiquement,  sur des friches urbaines ou des espaces délaissés à proximité des grands axes urbains et commerciaux. Des lieux et une installation illégale qui se poursuit par des expulsions pour reprendre possession des droits de propriété de la métropole.
Les camps sont des espaces surpeuplés, délabrés et restreints dans lesquels vivent parfois des centaines de familles et où s’entassent les ordures et les objets encombrants.

Continuer la lecture de « A la rencontre des lieux et des personnes en marge de la société »

L’homme et l’abeille

Sans leur intervention, la plus belle des fleurs serait finalement inutile. Et le miel ne serait pas le seul à manquer à notre menu sans les abeilles affairées: les concombres, les pommes ou même le coton n’existeraient plus. 80% de toutes les plantes utiles et sauvages sont pollinisées par l’abeille mellifère occidentale.

Chaque année, les apiculteurs doivent faire face à la perte de colonies entières. Une grande partie est victime de l’acarien Varroa, mais d’autres circonstances mettent également les abeilles à rude épreuve. L’offre de nourriture se raréfie car il y a de moins en moins de plantes, de haies et d’arbres qui fleurissent à différentes périodes. Quiconque parcourt la campagne les yeux ouverts peut s’en rendre compte : dès que le colza est récolté, il n’y a plus grand chose qui offre suffisamment de nourriture aux abeilles – et il y en a de moins en moins. A cela, s’ajoute bien sûr l’utilisation accrue de pesticides. Ces substances ne sont pas directement mortelles, mais elles affectent notamment le cerveau et l’intestin des abeilles. Certaines ne retrouvent plus le chemin de la ruche, d’autres sont tellement endommagées qu’elles meurent peu de temps après avoir été en contact avec les substances. De nombreuses colonies sont tellement affaiblies qu’elles ne survivent pas à l’hiver.

La raison de la mort des abeilles est en fin de compte le succès de la civilisation. Ils meurent à cause de l’homme qui a transformé les abeilles sauvages en animaux domestiques dociles.

Continuer la lecture de « L’homme et l’abeille »

Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose le questionnement suivant : comment les espaces publics disponibles deviennent-ils intimes et permettent-ils une identification personnelle ? L’objectif est de mettre le marcheur aux frontières de l’espace public, de se confronter aux rapports de cohabitation et aux conflits d’usages de certains espaces. 

L’intimité territoriale durant les échanges : “l’intimité territoriale n’est pas celle de la sphère privée, domestique ; elle se constitue aux frontières de l’espace public, dans les zones grises ou délaissées du territoire homologué. Cette dimension semble liée à des situations de marginalité ou d’exclusion.” Jean-François Chevrier

Traverser l’intimité territoriale, c’est habiter l’espace public, laisser possible l’usage, l’appropriation et l’interprétation. Il faudra chercher l’intime en relevant les moteurs de cette sensation de confort. Au travers ce tracé, il pourra être possible d’expérimenter des situations de marche en limite de certains espaces. Il y faudra alors remarquer les différentes ruptures entre quartiers d’habitation, zones commerciales ou encore zones naturelles et agricoles. Il s’agit d’un entier d’expérimentation. 

Cartographie : Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose une expérience d’une journée. Le parcours est d’environ 21 km. Les points de départ et d’arrivée correspondent à des terminus d’arrêt de tram afin de pouvoir pratiquer cette marche sans autres moyens de locomotion.

Continuer la lecture de « Au travers l’intimité territoriale »

Le ruissellement métropolitain

Redécouvrir les sous-bassins hydriques nantais

Jardins, pâturages, marais, marécages, prairies, drainage, méandres, lacs, étiers, tampon hydraulique, refuges de biodiversité, inaccessibles, délaissés, Tiers paysage … Toutes ces notions sont autant de manières de décrire, d’appréhender les zones humides. Ces espaces s’inscrivent en grande partie dans le cycle de l’eau, récupèrent et accumulent les eaux de ruissellement, régulent les crues et les inondations, échangent avec les nappes phréatiques, à tel point qu’ils peuvent recouvrir la quasi-totalité des sous-bassins versants. Extrêmement intégrées au paysage anthropisé, ces zones deviennent quasiment illisibles tant dans leurs rôles que dans leurs limites géologiques.

Au cœur de la métropole nantaise, les zones humides et leurs cours d’eau sont mis en valeur comme écrin de verdure au cœur de l’urbain, accentuant ainsi leurs limites par une artificialisation des sols importante. On pense alors à la Chézine, la Sèvre Nantaise, l’Erdre ou encore le Cens, corsetés par la spéculation qui pousse à urbaniser des terrains jusqu’ici évités.

Pourtant, de manière contre-intuitive, la sortie des espaces les plus densément peuplés et urbanisés n’empêche pas la transformation profonde des sous-bassins versants. Mais celle-ci est plus difficile à voir. Les cours d’eau des sous-bassins versants sont souvent invisibles par leur drainage, leur artificialisation et leur détournement. De même, bien qu’un changement paysager est en train de s’effectuer, les zones humides adjacentes sont rarement aménagées pour permettre leur découverte.

Mon sentier métropolitain est composé de 3 sentiers manifestes situés à l’Ouest de la métropole nantaise :

Tracé des sentiers sur fond de bassins versants secondaires et tertiaires

1. L’évolution de l’aménagement

Il revient sur l’évolution de notre rapport aux zones humides et de leur intégration dans le paysage urbain et péri-urbain. Il débute au lac de la zone commerciale Atlantis, infrastructure utilitaire à laquelle un traitement paysager a été contraint. On suit ensuite le « sentier d’Hermeland », faisant partie du cours Hermeland imaginé en 1990 comme une « traversée naturelle dans l’urbain ». Le chemin qui suit le ruisseau Pont-Pierre y serpente comme pour évoquer la balade aménagée. Le ruisseau aboutit sur la Carrière Pont-Pierre témoin, à la fois de la réhabilitation d’espaces industriels marquants, mais aussi de la volonté de « singer » la nature via le jardin méditerranéen. Le sentier s’achève au marais de la Pelousière, parfait témoin d’un changement du rapport au paysage des zones humides qui devient un marais d’observation du tiers paysage. La notion de parc s’est progressivement ensauvagée pour aboutir à un aménagement de cheminements dans des espaces de délaissés. Quel impact cela peut avoir sur notre vision de la « Nature » ?

2. Les obstacles au bassin versant

Le second sentier débute sur l’ancienne décharge de Tougas. En aval de tout le sous-bassin traversé, ce site contamine largement les eaux de ruissellement. On traverse ensuite d’importantes infrastructures routières et ferroviaires reliant Nantes à St-Nazaire. Celles-ci viennent endiguer l’ancien lit majeur de la Loire et ainsi contraindre la régulation hydraulique de l’ensemble. En remontant le bassin versant de la Pâtissière, le sentier devient « théorique ». Il est censé passer le long des zones humides qui sont aujourd’hui la propriété du jardin de la Pâtissière. Une importante partie du versant est donc ici privatisée. Lors de la remontée du coteau, le sentier croise les lignes à haute tension qui ont découpé les boisements qui ralentissaient les ruissellements. Enfin, ce second sentier abouti sur le Jardin de la Coutellière, formé collectivement autour du ruisseau protégé de la Coutellière. La gestion communautaire des espaces hydrauliques serait-elle une option ?

3. Le cycle de l’exploitation

Tout commence avec le recueil des ruissellements des versants. En suivant le cours du ruisseau de la Carterie, on traverse des espaces agricoles majoritairement céréaliers. Le ruisseau se déverse dans le lac de Beaulieu. Créé ex-nihilo en 1991, il sert à réguler l’hydrographie de l’aval modifié par les grandes infrastructures mais aussi pour la pêche et la préservation de grands oiseaux. En longeant le marécage puis le marais de Beaulieu, on aperçoit l’aménagement des coteaux de Couëron. Ces espaces humides sont utilisés pour le pâturage en été. Après avoir retraversé la ligne de chemin de fer et les espaces urbains, on découvre les prairies de la Vallée de la Pâtissière. Ces prairies sont dites permanentes. Par le biais d’importants ouvrages hydrauliques, le paysage de marécages a progressivement été drainé pour permettre la pâture toute l’année. Ce paysage particulier de l’estuaire de la Loire est aujourd’hui sous tension. Entre les exploitants, qui ne peuvent en obtenir une assez grande production, et les habitants pour qui l’entretien des étiers est un coût important, les prairies permanentes sont un enjeu important, au regard également de l’importance culturel de ce paysage historique. L’étier de la Vallée de la Pâtissière se déverse dans la Loire par un goulot étranglé par l’artificialisation des berges. Cela entraîne l’accélération de l’envasement des prairies mais aussi des inondations plus violentes. Enfin, le troisième sentier se finit par l’Île de la Liberté en face du port de Couëron. Cet ancien banc de sable de Loire s’est progressivement consolidé en île via la progression du bouchon vaseux. Autrefois pâturé, l’abandon par l’agriculture et l’absence de marnage a permis aux forêts de Loire de se développer et d’envahir progressivement l’île. Serait-ce le sort qui attend l’ensemble des prairies permanentes ?

Les zones humides sont donc des “espaces parapluie”. Leur compréhension et leur entretien consciencieux permet de prendre soin d’un grand nombre de sous espaces et de pratiques. Activités agricoles, gestion de la ressource en eau, inondations, aménités, diversités biologiques sont autant de sujets qui sont abordés par la gestion (ou non) des zones humides. L’ambition de ces sentiers est non pas exhaustive mais une invitation à découvrir nos espaces péri-urbains via les sous-bassins versants et plus particulièrement l’impact des zones humides sur ceux-ci.

Suivre les tensions

Comment un chemin évolue-t-il si l’on ne suit pas de chemin, mais que l’on est guidé par une autre structure ? Par quelles situations passe-t-on et quelles sont celles que l’on rencontre ?C’est avec ces questions que j’ai commencé à chercher mon chemin. Et je me suis engagée sur le chemin au milieu des tensions.

Suivre les tensions. Un sentier qui suit les lignes de la métropole (carte de l’auteure)

Le courant est la force motrice de la modernité. L’extension de cette infrastructure afin de rendre l’approvisionnement énergétique compatible avec le climat, mais aussi répondre à la croissance démographique et à la numérisation simultanée, sont les questions essentielles de notre époque. D’où vient notre électricité ? Quelles sont les sources des énergies aujourd’hui ? Où se trouvent les artères électriques de notre ville ? Comment s’intègrent-elles dans le paysage urbain ? Quel est l’impact de leur existence sur la nature et sur les riverains ?

Le grand sentier se développe par étapes le long des lignes à haute tension autour de Nantes. Celles-ci tournent autour du centre de la ville, gardant toujours une distance de sécurité. Elles ne semblent pas la toucher.
Dans le paysage, la vue des pylônes électriques reliés entre eux est familière. Ainsi, les géants métalliques font presque partie du paysage idyllique. Ici aussi, ils ne semblent pas toucher la nature, mais certaines mesures de sécurité doivent être prises. Ils couvrent différents paysages urbains et ruraux. Dans ce contexte, les mâts sont les intermédiaires avec le sol.

Le sentier dans le quadrant nord-ouest se développe le long de la limite de la ville, s’éloigne de la ville densément construite et traverse des ambiances variées. Ici, les grandes routes côtoient les pâturages et l’habitat d’animaux, les zones résidentielles rencontrent une forêt dense, l’idylle villageoise côtoie les zones industrielles. Et de la proximité de l’autoroute, nous essayons à nouveau de nous échapper vers le calme de la nature avoisinante. Tout cela sous tension.

Guidés par les lignes à haute tension, nous pouvons apprendre à appréhender la métropole nantaise, cette surface incroyablement grande. Elle montre les conséquences et les interventions nécessaires à l’extension des lignes électriques et attire l’attention sur les obstacles.
La vue, l’ouïe et le toucher permettent d’identifier les tensions.

 

Sur la piste des oiseaux

Cette proposition de tracé amène le randonneur à travers des zones à forte probabilité d’observation d’oiseaux et relie des postes propices à l’installation d’espèces. Du lac de Grand-lieu à l’Erdre, en passant par le PEAN des Trois Vallées (Périmètre de Protection des Espaces Agricoles Naturels), Il s’agit de faire l’état des lieux de la protection de la biodiversité, dont les oiseaux sont le parfait indicateur de sa santé.

Proposition de tracé sur le territoire métropolitain

La population d’oiseaux en France a chutée de 30% en trente ans. En ville comme à la campagne, les oiseaux sont victimes de l’artificialisation des terres, de la fragmentation des espaces naturels, de la disparition de leur nourriture et de leurs habitats naturels. Certaines espèces s’adaptent à l’anthropisation, d’autres disparaissent purement et simplement. Le sentier propose de partir sur les traces de la lutte aviaire, de découvrir les dispositifs mis en place par les associations, les communes, la métropole, pour protéger les oiseaux et leurs milieux. C’est aussi l’occasion de développer de nouveaux systèmes, savoir-faire, savoir-cohabiter, qui permettront de redonner à la nature une place de premier plan dans la fabrique de la ville et du périurbain.

Continuer la lecture de « Sur la piste des oiseaux »

L’isola che non c’è – L’île qui n’est pas là

GUIDE RAPIDE DE LA MARCHE

où ? Le long de la Loire 

quand ? En deux jours de marée basse 

pour combien de temps ? 52 kilomètres 

comment ? Avec imagination et perspicacité historique 

L’itinéraire vise à atteindre différents endroits le long de la Loire afin de déterminer dans quelle mesure l’homme a influencé et modifié la nature et vice versa. Cette marche permet d’évaluer les lieux habités, intacts, fréquentés, préservés, touristiques, inaccessibles, à deux pas de la ville. 

Nous rencontrerons des îles, des vallées et des marais dont l’homme ne peut avoir le contrôle total ; des zones qui ont existé autrefois et qui existent encore aujourd’hui sous une forme différente ; des lieux qui ont été modifiés par le passage de l’homme et de l’eau. Il sera essentiel d’avoir une vision historique du lieu, en imaginant, là où il y a aujourd’hui des marais, de grandes îles vertes entourées par le fleuve. Il sera important de pouvoir remonter dans le temps et d’imaginer une Loire plus large et plus fragmentée, tachetée de vert. 

Donc la marche suit le cours de la Loire, le marcheur se laissera porter par le courant d’île en île, se heurtant parfois à des obstacles naturels qui lui permettront néanmoins d’admirer la beauté de la nature dans l’une de ses formes les plus sincères. 

Le marcheur sera guidé par l’eau à chaque étape de sa marche, qui dépendra des conditions de la rivière à un moment donné. Le niveau de l’eau et les conditions du sol peuvent changer rapidement, rendant certaines zones impraticables, seulement observables de loin ou, au contraire, seulement temporairement accessibles. 

Right to no stress city – a new way of experiencing the city and the territory

 

La santé est un état de complet bien-être à la fois physique, mental et social et pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité. Pouvoir bénéficier du niveau de santé le plus élevé possible est l’un des droits fondamentaux de tout être humain, sans distinction de race, de religion, de conviction politique ou de conditions économiques et sociales. ( OMS 1946 )

La politique d’urbanisme influence de manière significative la santé à travers les personnes. L’état de santé de la population ne dépend pas seulement de la qualité du système de santé qui lui est proposé, mais aussi de ses conditions de vie, de déterminants sociaux, environnementaux et économiques. L’aménagement du territoire et particulièrement la qualité de l’environnement urbain dans lequel cette population évolue influent sur sa santé et son bien être.

Un urbanisme pour la santé, c’est un urbanisme pour les habitants. Il met en valeur l’idée que la ville, c’est autre chose que des constructions, des rues et des espaces publics, c’est un organisme qui vit, qui respire ; son état de santé est étroitement lié à celui de ses habitants.

Continuer la lecture de « Right to no stress city – a new way of experiencing the city and the territory »

Le Sentier des Communs Périphériques

Le Sentier des Communs Périphériques - Lettre

Madame, Monsieur,

Faisant suite aux derniers éléments de mon enquête consacrée au Périphérique de Nantes que je vous ai présentés ce jeudi 31 mars, je vous adresse en ce jour ma déclaration officielle d’ouverture de sentier d’enquête.


42 km de long. 23 portes autoroutières. 30 ans de construction. L’équivalent de 432 millions d’euros investis. Et aujourd’hui, jusqu’à 110 000 véhicules par jour.

Ça, ce sont les chiffres du Périphérique de Nantes. Mais cela ne suffit pas à le connaître.

Car le Périphérique ce sont aussi et surtout des abords à desservir : d’immenses zones commerciales et industrielles, d’innombrables lotissements pavillonnaires ; et plus généralement une métropole, celle de Nantes, qui, bien que pestant à longueur de temps contre un périph’ toujours trop embouteillé, trop bruyant, est bien forcée d’admettre qu’elle ne peut plus se passer de cette ceinture de bitume.

Mais à quelques foulées des bandes d’arrêt d’urgence il y a aussi ça : des jardins partagés, des terrains de gens du voyage, des casses sauvages, des ruines perdues dans les ronces, d’immenses champs de prunelliers et ajoncs en fleur.

Une richesse difficile à voir depuis la voiture, mais qui se laisse découvrir rapidement dès qu’on fait un pas sur le bas-côté. Des espaces partagés ou délaissés, occupés de façon plus ou moins officielle par l’Homme ou réappropriés par la nature.

Quels sont donc ces impensés du projet autoroutier, ces délaissés du monde bitumé ? Pouvons-nous faire le pari que certains de ces lieux parfois maltraités, souvent oubliés, sont peut-être encore inimaginés ?

Ceci est une invitation à explorer
Les Périphéries du Périphérique

Ceci est une invitation à parcourir
Le Sentier des Communs Périphériques


Continuer la lecture de « Le Sentier des Communs Périphériques »