Oasis sonore – Camper aux portes de la métropole

Bienvenue dans l’oasis sonore. Le but de cette expérience est d’atteindre un état de bien-être.

Chaque jour, nous sommes exposés à des bruits chaotiques et assourdissants. Le bruit dans l’environnement, et en particulier le bruit du trafic routier, reste un problème grave pour la santé et le bien-être. 20% de la population européenne, soit 100 millions de personnes est exposée à des niveaux sonores nocifs à long terme. L’exposition au bruit peut en effet avoir toute une série d’effets néfastes sur la santé, notamment l’irritabilité, les troubles du sommeil, les effets délétères sur les systèmes cardiovasculaire et métabolique et la réduction des capacités cognitives chez les enfants. (source, Agence européenne pour l’environnement).
La zone du projet est située à quelques kilomètres de la ville de Nantes facilement accessible en voiture ou en train. Le site se caractérise par une forte composante naturelle. Le parcours est organisé sur 10 km et dure 1h20 minutes. Il débute à la gare de Couëron et se termine autour du lac de Beaulieu.


Dans l’oasis, chaque micro-site vise à mettre en valeur les sons naturels. L’éco-camping est le point d’arrivée après la marche. Des plateformes permettent de déposer le matériel de camping et de dormir au bord du lac. pour s’adapter au terrain en pente, les plateformes ont des formes et des dispositions différentes.
La chaise sonore est une installation qui se trouve dans la partie la plus au calme de l’oasis. À l’intérieur du fauteuil, vous aurez l’impression d’être dans un mégaphone qui amplifie les sons naturels. Elle a un diamètre de 3 mètres et a la forme d’un hexagone ; deux ou trois personnes peuvent y entrer en même temps.

 

Le quadrant nord-ouest du lac comprend des aires de détente, des zones de pêche et l’observatoire des oiseaux. L’aire de détente est organisée comme un grand espace traversé par le chemin où se trouvent des tables de pique-nique, des chaises et une aire de jeux. Le chemin est en rouge et traverse toute la zone du lac.
Le quadrant sud-est du lac comprend lui l’éco-camping. Les installations sont sèches, silencieuses et respectueuses de l’environnement : elles n’ont pas d’eau, pas d’électricité, pas de produits chimiques, pas de literie. Le système fonctionne avec le soleil et le vent. La structure des plateformes sur pilotis est elle très simple. Les bruits que l’on perçoit changent en fonction de la localisation dans le site. Assis, vous aurez une sensation de suspension et de contact direct avec le lac. Plus vous monterez, et plus la vue sera large.

 

Enjoy the experience.

 

D’un pas adolescent

Du lycée de Bouaye à la forêt urbaine, parcourir le péri-métropolitain par ses prises culturelles

Porté par un intérêt particulier qu’est celui de la pratique adolescente des territoires, le dessin d’un sentier et la pratique de la marche dans le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise nous invite envisager une transformation liant le projet de forêt urbaine mené par Nantes Métropole et le lycée de Bouaye.

Aujourd’hui, si la majorité des adolescent·e·s vivent en ville, encore 23% arpentent quotidiennement de différentes manières l’espace périurbain, celui qui capte notre attention aujourd’hui. Ce projet s’est donc fabriqué en étant attentive à la posture des adolescents et adolescentes, aux espaces publics qu’ils fréquentent et ce qu’ils y font, y recherchent, en cherchant aussi à ce que les espaces projetés leur offrent de nouvelles prises dans le territoire, pour qu’ils acquièrent leur indépendance. Ce projet tend à rendre visible les actions des jeunes et montre comment les mobiliser en tant que ressource dans la fabrique et la pratique des territoires par tous.

Continuer la lecture de « D’un pas adolescent »

Domicile Zone

Le projet s’inscrit sur l’île d’Indret, au pied des hauts coteaux de La Montagne et au bord de la Loire sur la rive sud. Sur cette portion de sentier, nous serpentons sur une île d’une grande complexité, de par la richesse et la diversité du patrimoine bâti et paysager, des usages et de la symbolique des lieux. On y découvre un endroit de contrastes, mais aussi un lieu historique et situé, qui donne envie de travailler avec, de faire avec l’existant. 

L’île dans l’île

Aujourd’hui, l’île d’Indret est occupée par le Naval G., une entreprise spécialisée dans la construction navale de défense, qui conçoit ici les moteurs des sous-marins nucléaires. Le groupe détient la majorité du foncier de l’île, et une partie est en zone protégée, c’est-à-dire clôturée et surveillée. Sur l’autre partie, la présence est autorisée mais suspecte : les photographies sont interdites, les gardiens vous gardent à l’œil, le personnel de l’entreprise a constamment un badge autour du cou, rendant sa présence légitime. On ressent très rapidement un lourd secret qui plane et pose le groupe dans les imaginaires comme une figure mythologie de la sécurité, de l’austérité, de l’interdiction.

J’ai tout de même choisi de faire passer le sentier ici, pour donner à voir un autre visage de l’île, un esprit des lieux qui est présent partout.

Continuer la lecture de « Domicile Zone »

Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Continuer la lecture de « Les mécaniques du sable »

-Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité

Le sentier nous amène à transformer le complexe sportif de La Neustrie pour soulever le système respiratoire en tant que système d’échange avec notre environnement, et à agir vis à vis la respirabilité des milieux. Cette transformation du complexe sportif que je propose va s’opérer avec la mise en place d’un équipement qui nous invite à modifier nos comportements respiratoires mais aussi qui travail en tant que dispositif cherchant à rendre ce milieu plus respirable

Le complexe sportif de la Neustrie se crée suite à l’ouverture du collège au début des années 1970. Sa construction s’inscrit dans un cadre législatif et administratif mis en place par l’Etat pour promouvoir le réseau sportif, notamment en lien aux établissements scolaires (Falcoz, Chifflet, 1998). 1975, l’image aérienne nous montre déjà le complexe en chantier. 1975, une année après l’inclusion dans les documents d’urbanisme du projet de transfert de l’aéroport vers Notre Dames des Landes. Il est aussi antérieur à l’échangeur et au périphérique. Autant de sources qui rendent aujourd’hui cet espace irrespirable.

Continuer la lecture de « -Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité »

Labosol, le démonstrateur du prendre soin dans la porte de Bouguenais

Les gilet jaunes se sont emparés des ronds-points et ont ouverts nos regards sur ces infrastructures et leur délaissés. Attardons-nous à notre tour sur un échangeur.

Voici Labosol, un projet qui questionne le prendre soin dans la porte de Bouguenais. Ce laboratoire-transformateur des délaissés de la porte de Bouguenais vise à en prendre soin et à la transformer en une mine de métaux lourds issus des pollutions.

La porte de Bouguenais, c’est l’un des 23 échangeurs du périphérique nantais, située dans le quart sud-ouest de la métropole et sur la commune de Bouguenais. Cet objet infrastructurel qu’est l’échangeur, par son existence, représente déjà un démonstrateur de l’anthropocène, mais aussi un monstre de la modernité. Alors ce projet pose la question : comment s’ attaquer à un tel monstre de la modernité?

Continuer la lecture de « Labosol, le démonstrateur du prendre soin dans la porte de Bouguenais »

Marais en périls : agir au service des prairies humides

C’est durant la deuxième marche collective, en février, que j’ai découvert un phénomène particulier qui se joue dans les prairies humides de l’Acheneau (voir l’article Perception troublée dans cabinet de troublosités).

Le paysage singulier des prairies humides de l’Acheneau (ici dans la commune de Saint-mars-de-Coutais), évolue en fonction des temporalités. En hiver, lors des crues de l’Acheneau, ces dernières sont inondées, accueillant une faune et une flore rare et spécifique à ce milieu. Puis en été, elles sont utilisées par les éleveurs qui y fauchent l’herbe ou y font pâturer leurs bovins.

Ce qui caractérise ce milieu c’est son interdépendance entre les êtres qui le composent. Ce paysage singulier qualitatif, ne peut exister que s’il est entretenu par les éleveurs.

Continuer la lecture de « Marais en périls : agir au service des prairies humides »

Le chemin observatoire

Le territoire arpenté durant mes marches et explorations possède un remarquable patrimoine arboré qui génère une grande variété de paysages enfouis au cœur de la métropole. Le sentier sur lequel j’ai travaillé ce semestre permet de découvrir ces arbres classés remarquables par le CAUE, avec le soutien du Conseil Général de la Loire-Atlantique, dans le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise.

C’est en suivant ce sentier que je me suis retrouvée face au chêne de Saint-mars-de-Coutais, dans le hameau de la Basse Cour, se trouvant au nord-ouest du lac de Grand-Lieu, a la première sortie à gauche de la D264 venant de Bouaye. 

Ce chêne a poussé spontanément. L’habitant me l’ayant présenté m’a parlé de terres, complètement inondées suite aux débordements du lac à une certaine époque. Elles sont maintenant occupées par des sylviculteurs et des agriculteurs, à 1 km plus loin de la Basse Cour. Je suis donc allée à la découverte de ces terres.

Continuer la lecture de « Le chemin observatoire »

Là-eau

Culture de l’eau. Réseau et infrastructure de la ressource.

L’omniprésence de l’eau, naturelle et technique

Entre infrastructures naturelles, Loire, Acheneau, Lac de grandlieu, et techniques, puits, châteaux d’eau, barrages et vannages, le territoire Sud-ouest de la métropole nantaise se caractérise par un profil hydraulique domestiqué et discret.

Carte des ouvrages de gestion de l’Acheneau
Carte des puits et châteaux d’eau le long du sentier

La Loire s’impose d’elle-même, par sa dimension et les contraintes qu’elle induit. Tandis qu’au Sud, le Lac de Grandlieu se fait oublier, réserve naturelle, les hommes en sont proscris. Puis une rivière les relie, l’Acheneau, très en retrait elle aussi des zones fréquentées, longue d’un peu plus de 30km, la rivière possède la particularité de couler dans les deux sens grâce au faible dénivelé entre ses extrémités : 40cm, ce qui en fait aussi une zone marécageuse. Cette déclivité est aujourd’hui utilisée pour exonder les eaux vers la Loire, ou au contraire prélever l’eau de la Loire pour alimenter en eau les marais.

Continuer la lecture de « Là-eau »

L’atelier d’observation de la carrière des Coteaux

Apprendre des oubliés et expliquer les cicatrices

Le sentier des carrières propose de relier les différentes carrières situées dans le quadrant sud-ouest de la métropole. Celles-ci, abandonnées ou en activité, participent au développement du territoire en même temps qu’elles transforment le paysage. 

Sur les vingt-deux carrières relevées, seules trois sont en activité : comment rendre compte des carrières qui ont été laissées à l’abandon et qui aujourd’hui sont des sites délaissés ?  

La carrière des Coteaux 

 La carrière des coteaux, située au Pellerin, a débuté son exploitation au 16ème siècle. Elle appartenait alors à la Seigneurie du bois Tillac, qui se situait deux-cent mètres à l’Ouest. Elle est aujourd’hui devenue un lycée agricole, le lycée agricole du Bois Tillac.  

Continuer la lecture de « L’atelier d’observation de la carrière des Coteaux »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search