La Société des Marais

Lorsque le sujet des milieux sauvages nous est rapporté, il est rarement omis de faire mention de la destruction des forêts primaires. Mais la disparition rapide d’un autre biotope à l’échelle mondiale reste moins médiatisée : celle des zones humides.
Pourtant, ces dernières sont essentielles à la survie d’un grand nombre d’espèces et les enjeux qui les entourent trouvent un écho particulier dans notre région des Pays de la Loire, dont elles sont une composante paysagère majeure.

Le Marais Audubon, en lisière de la métropole nantaise, asséché depuis le Moyen-Âge et transformé progressivement en terres agricoles, n’échappe pas à cette réalité. Et s’il a su conserver une certaine richesse faunistique et floristique, son avenir est aujourd’hui en suspend.

Pour endiguer la disparition des zones humides, le gouvernement français va en effet renforcer le protocole Natura 2000 en créant des zones de protection forte sur 10% du territoire national d’ici 2030. Le Marais Audubon, reconnu pour son avifaune, fait partie de ces nouveaux périmètres à l’étude. Mais la création de telles réserves pourrait s’avérer moins bénéfique qu’escompté sur le long terme.
Cette vision très occidentale de la protection de la nature a en effet depuis plusieurs décennies montrée des limites. En outre, elle a l’effet néfaste de dévaloriser l’intérêt écosystémique des espaces non-labellisés, dès lors simplement considérés comme exploitables.

Il faudrait donc trouver un moyen de conforter la qualité sauvage du Marais Audubon sans pour autant le sanctuariser.

Continuer la lecture de « La Société des Marais »

Pour un Périphérique en communs

Pour un Périphérique en Communs - Lettre

Madame, Monsieur,

Ce mercredi 29 juin 2022 s’est tenue la présentation clôturant mon PFE [Processus de Formation d’Enquêteur] au sein du Bureau des Enquêtes du Ministère.

En tant qu’enquêteur revenant du futur, j’ai donc dévoilé des éléments et évènements qui, en 2022, ne sont pas encore advenus. Ouverte au public, cette présentation fut l’occasion pour moi de restituer l’ensemble de la démarche que j’ai entreprise pour le compte de notre Ministère dans l’espoir que les personnes présentes puissent, elles aussi, s’en saisir dans leurs territoires respectifs.

Mon exposé fut organisé en deux temps :

  1. Un retour sur le processus d’enquête que j’ai conduit sur le Périphérique de Nantes entre 2022 et 2023. Ces éléments peuvent être consultés plus en détail dans mes précédentes notes d’enquête, accessibles ici et ici.
  2. Un aperçu des changements ayant eu lieu sur le Périphérique à la suite de mon enquête – à partir de 2023.

La présente note d’enquête – qui sera donc ma dernière -, vise à vous faire le récit de ces transformations à venir sur le Périphérique de Nantes.

Bonne lecture.

Benjamin Caramatie
Enquêteur D.E. [Diplômé d’État]

 

PRÉAMBULE

Les communs

Il me faut tout d’abord rappeler le cadre conceptuel qui m’a servi à mener mes investigations sur le Périphérique de Nantes.

Ce cadre de réflexion a notamment pris forme à la suite de la marche organisée par l’association Interstices au début de mon processus d’enquête. Lors de cette marche, un déclic est survenu. Nous étions sur la plaine de Tougas à l’ouest de Nantes, une décharge qui durant 30 ans a accueilli les déchets de la métropole. Maintenant, ces déchets sont enfouis sous la terre, sous les panneaux solaires et sous les moutons. Cachés, ces déchets n’ont pourtant pas disparu, ils pourraient devenir une source de pollution*.

* Voir à ce sujet les investigations menées par mon collègue Oskar, et le projet dont la Plaine de Tougas a fait l’objet.

Ces déchets constituent un héritage encombrant dont l’échelle impose que l’on s’en occupe collectivement pour en limiter les potentiels effets négatifs. Ces déchets, c’est ce qu’on appelle un commun négatif.

La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets
La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Ce concept m’a interpellé. Creusant le sujet et pressentant son potentiel, j’ai choisi de l’utiliser pour orienter mes recherches sur le Périphérique.

L’expression nait visiblement au début des années 2000, sous la plume de Maria Mies et Veronica Bennholt-Thomsen [1], la première l’utilisant pour désigner les déchets organiques générés par l’agriculture de son village rural d’Allemagne. Le concept se popularise après la catastrophe de Fukushima en 2011, alors repris par le militant anticapitaliste Sabu Kohso ou encore le professeur-chercheur Alexandre Monnin. En voici une définition :

« Les communs négatifs désignent des “ressources”, matérielles ou immatérielles, “négatives” tels que les déchets, les centrales nucléaires, les sols pollués ou encore certains héritages culturels (le droit d’un colonisateur, etc.). Tout l’enjeu étant d’en prendre soin collectivement (commoning) à défaut de pouvoir faire table rase de ces réalités. »

Glossaire · Politiques des communs. Politiques des communs. [2]

Je suis facilement remonté au concept plus général de commun, dont la définition est similaire à celle donnée ci-dessus, à ceci près que la ressource en question n’a pas de caractère négatif mais au contraire positif. Il peut s’agir de ressources naturelles (le stock de poissons d’un lac ou d’une mer, un des exemples le plus courant) [3], ou créées par l’homme. Par exemple, la mise à disposition gratuite de contenus audiovisuels durant la pandémie de la Covid-19 [4].

Les types de communs
Les types de communs – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

La notion de commun (sous-entendu « commun positif ») est plus ancienne que celle des communs négatifs. Elle a été notamment forgée par l’économiste et Prix Nobel américaine Elinor Oström dans son ouvrage Governing the Commons, paru en 1990 [3]. Le mot a cependant un ancrage historique bien plus ancien, venant du latin munus (obligation, charge), « cum-munus désignant ainsi la co‑obligation qui nous engage les uns vis-à-vis des autres du fait de vivre ensemble dans la même cité ». Sa signification d’aujourd’hui provient de commons, une notion issue des mouvements écologistes et altermondialistes anglo-saxons. La traduction française commun est d’ailleurs imprécise ; il serait plus juste de parler de communaux, en référence aux « pratiques collectives rurales régies par des droits coutumiers (glanage, pâturage, ramassage de champignons) » [5].

Les communs
Le principe de “communs”, d’après Elinor Oström – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Aborder le Périphérique via cette notion de commun négatif comme je l’ai fait, c’était, je crois, un bon moyen pour comprendre au mieux cet objet autoroutier. C’est en voir les impacts négatifs, les aspects qui rendent nécessaires sa transformation, mais c’est aussi en reconnaître les qualités, les potentiels et pourquoi il a été construit. Mais le concept permet d’aller plus loin dans la réflexion.

Continuer la lecture de « Pour un Périphérique en communs »

C.I.E.N

Le Centre d’Interprétation de l’Eau Nantaise est le fruit de plusieurs étapes de recherches et de réflexions. C’est après l’étude d’une situation d’un trouble lié aux infrastructures techniques de l’eau, puis la recherche d’un tracé d’un grand sentier métropolitain nantais qu’est née l’idée de ce projet aux abords de la Loire.

L’objectif du CIEN est de révéler pour comprendre les infrastructures invisibles liées à l’eau ainsi que leurs relations avec les espaces visibles : les chemins, les routes, les rues et les quartiers que nous appréhendons chaque jour. N’ayant pas pour seul objectif de réaliser des espaces d’expositions, le projet est mixte, il regroupe également les bureaux de la Régie de l’eau de Nantes métropole, des laboratoires de recherches, des locaux de réunions et de conférences

Un abord troublé

Le programme prend place sur la commune de Saint-Herblain sur trois parcelles de friche constructible en zone UEI – secteurs d’activités économiques industrielles, logistiques et de commerce de gros. 

Il relie un axe de circulation entre le centre-ville et l’ouest de l’agglomération, le sentier Chercher l’eau trouble et le rejet des eaux usées traitées de la station d’épuration. Ainsi, le projet se situe à la confluence artificielle et invisible du rejet des eaux usées traitées et de la Loire.

Au carrefour des circulations

Continuer la lecture de « C.I.E.N »

Une ville pour l’abeille et l’homme

Pour rendre la ville de Saint-Herblain favorable aux insectes, je propose des interventions à différentes échelles. Il s’agit de “fermer” le patchwork de plantes situées le long des rues et de créer, sur le site du centre commercial Atlantis, une structure où l’abeille et l’homme pourront s’épanouir.

Commençons par les interventions à petite échelle qui sillonnent les rues de la ville et comblent les lacunes de la végétation :
1) Dans les nombreuses zones industrielles de la ville, on trouve des kilomètres de clôtures d’entreprises. Contribuons à la biodiversité en utilisant des plantes grimpantes à la place des fils barbelés, les terrains seront plus esthétiques et accueillants pour les clients.

2) Boulevard Salvador Allende. Des haies cubiques ont été plantées tous les 10 mètres, mais il n’y a aucune surface fleurie. Les espaces vides seront comblés en plantant des fleurs sauvages dans les interstices, ce qui constitue une source de nourriture fiable pour les abeilles.

 

Continuer la lecture de « Une ville pour l’abeille et l’homme »

P.I.A.F.S.

Coupe Perspective Ouest-Est des volières et du pigeonnier de la Patissière

Le Palais d’Information et d’Accompagnement de la Faune Sauvage est un centre de soins pour oiseaux sauvages s’attachant également à sensibiliser les publics à la protection du vivant.

Le PIAFS dans le quadrant Nord-Ouest

Situé sur le domaine de la Pâtissière à Saint-Herblain, le PIAFS propose un réaménagement du château en centre de soins, l’installation de volières de réadaptation à la vie sauvage et une réhabilitation du pigeonnier en centre d’information.

Le PIAFS s’implante en réponse directe au projet de lotissement situé de l’autre côté de la voie métropolitaine, à l’ouest. Le futur quartier comprend la création d’environ 200 logements et d’une école de 15 classes sur 11 hectares de végétation aujourd’hui occupés par une faune et une flore très riche.

Le PIAFS répond alors à deux enjeux de projets : la conservation et la réhabilitation du pigeonnier de la pâtissière, à l’origine de mon enquête, et la cohabitation nécessaire entre les futurs habitants du quartier et la biodiversité déjà présente sur le site.

Continuer la lecture de « P.I.A.F.S. »

La fabrique d’un commun privé : tisser entre les vallées de l’étoile verte

 

Mon questionnement débute lors de la première marche dans le quartier du Bois Raguenet. Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au niveau des axes principaux.

A l’échelle de notre quadrant, de nombreuses autres situations de lotissement peuvent être observées. Le Petit Chantilly, tout comme le Petit-Moulin ont une emprise au sol très importante et s’étendent de la Vallée du Cens jusqu’à la route de Vannes. De même pour le quartier résidentiel Nord Beauséjour où la circulation est principalement motorisée. Au sud du quadrant, on peut nommer dans la commune de Saint-Herblain : le Tillay, Preux-Crémetterie, Bourg Solvardière, Bourg Pelousière et le Village Expo .

Carte Situation

Ces quartiers d’habitation sont des espaces joints par l’étoile verte de Nantes. Pourtant aujourd’hui, la pratique transversale de ces espaces est une question. Il existe certes une possibilité pour les piétons de joindre les deux branches en passant par les voiries principales, mais pas d’aménagements qui motiveraient cette pratique de l’espace. Si la métropole nantaise valorise ses vallées de l’étoile verte dans ses politiques d’aménagement, qu’en est-il des espaces entre ces axes ?

Je définis le commun privé comme le produit d’un ensemble d’aménagements qui rassemblent les habitants de la métropole. Comment permettre un réseau de proximité pour les habitants de ces quartiers, pour les travailleurs dans ces zones commerciales ou encore pour les différents promeneurs ?

Continuer la lecture de « La fabrique d’un commun privé : tisser entre les vallées de l’étoile verte »

Le Parlement de Tougas

Le parlement de Tougas est un projet architectural de transition manifeste situé à l’ouest de la métropole nantaise. Il traverse une portion des 5 millions de tonnes de déchets enfouis dans cet ancien bras de Loire.

Cette zone faisait partie du lit majeur de la Loire, elle était donc régulièrement submergée durant les marées d’estuaire ou les crues du fleuve. Durant le 18e et 19e siècle, ces bandes de terres humides sont progressivement drainées via un système complexe d’étiers. Ces canaux permettent de gérer les écoulements d’eaux pluviales et d’empêcher les eaux salées de Loire de pénétrer trop profondément dans les terres. Les bandes de terre deviennent, par stabilisation et artificialisation des berges, des prairies de Loire exploitées par une pratique pastorale.

Cette manipulation et exploitation du paysage estuarien s’amplifie durant le 20e siècle. Les berges de Loire s’industrialisent et les infrastructures ferroviaires ou routières viennent découper les zones humides. Durant la deuxième moitié du 20e siècle, la population nantaise explose, la ville de Saint-Herblain s’agrandit jusqu’à rejoindre les côteaux de Loire.

Le site d’enfouissement de Tougas est créé en 1960 à partir d’une décharge sauvage pour faire face à la production croissante de déchets. Il est au départ géré par la Compagnie Générale des Eaux, futur Veolia. Jusqu’en 1992, année de la fermeture du site, la décharge va progressivement s’étendre sur 70 hectares pour accueillir les 5 millions de tonnes de déchets, équivalant au volume de 10 Tour Bretagne.

Continuer la lecture de « Le Parlement de Tougas »

Une école mobile au gré des expulsions des bidonvilles

Une école mobile au gré des expulsions

En arpentant le quadrant  nord-ouest par les espaces délaissés de la métropole, nous arrivons vite à une constatation que le paysage urbain se compose de formes diverses, de ruptures et d’espaces indéterminés ; nous tombons abruptement face à des situations intrigantes qui nous lancent afin d’ouvrir les portes d’espaces, de faits, à enquêter.

Cartographie des délaissés de Nantes Métropole (crédit : Diane Roblot)

Par cet arpentage, je suis allée à la rencontre des lieux et des personnes en marge de la société afin de comprendre leur place au sein de la métropole, ainsi que les problématiques politiques qui s’en dégagent. Par des lieux abandonnées et indéterminés, nous trouvons des personnes : la population de Roms qui s’installe illicitement à proximité des axes urbains et commerciaux, sur des terrains d’opportunités pour tenter de s’insérer dans une société.

Sur place, nous pouvons constater, où qu’ils s’établissent, la précarité de leurs conditions de vie. Une absence signifiante d’un accès à l’eau pour se laver, cuisiner ou s’hydrater, d’un accès à l’électricité pour manger ou communiquer… Une constatation visible et connue de tous, rejetée par une société politique qui se renvoie un livre alimenté de problématiques que personne n’ose ouvrir.

En enquêtant, en s’informant et en interrogeant, nous faisons connaissance d’une facette moins perceptible, mais tout de même furieusement inéluctable : celle de la difficulté d’un parcours d’insertion dans notre société. Avoir accès à l’administration, à l’information, à la santé, à un emploi, mais aussi à l’éducation !

Continuer la lecture de « Une école mobile au gré des expulsions des bidonvilles »

Oasis sonore – Camper aux portes de la métropole

Bienvenue dans l’oasis sonore. Le but de cette expérience est d’atteindre un état de bien-être.

Chaque jour, nous sommes exposés à des bruits chaotiques et assourdissants. Le bruit dans l’environnement, et en particulier le bruit du trafic routier, reste un problème grave pour la santé et le bien-être. 20% de la population européenne, soit 100 millions de personnes est exposée à des niveaux sonores nocifs à long terme. L’exposition au bruit peut en effet avoir toute une série d’effets néfastes sur la santé, notamment l’irritabilité, les troubles du sommeil, les effets délétères sur les systèmes cardiovasculaire et métabolique et la réduction des capacités cognitives chez les enfants. (source, Agence européenne pour l’environnement).
La zone du projet est située à quelques kilomètres de la ville de Nantes facilement accessible en voiture ou en train. Le site se caractérise par une forte composante naturelle. Le parcours est organisé sur 10 km et dure 1h20 minutes. Il débute à la gare de Couëron et se termine autour du lac de Beaulieu.


Dans l’oasis, chaque micro-site vise à mettre en valeur les sons naturels. L’éco-camping est le point d’arrivée après la marche. Des plateformes permettent de déposer le matériel de camping et de dormir au bord du lac. pour s’adapter au terrain en pente, les plateformes ont des formes et des dispositions différentes.
La chaise sonore est une installation qui se trouve dans la partie la plus au calme de l’oasis. À l’intérieur du fauteuil, vous aurez l’impression d’être dans un mégaphone qui amplifie les sons naturels. Elle a un diamètre de 3 mètres et a la forme d’un hexagone ; deux ou trois personnes peuvent y entrer en même temps.

 

Le quadrant nord-ouest du lac comprend des aires de détente, des zones de pêche et l’observatoire des oiseaux. L’aire de détente est organisée comme un grand espace traversé par le chemin où se trouvent des tables de pique-nique, des chaises et une aire de jeux. Le chemin est en rouge et traverse toute la zone du lac.
Le quadrant sud-est du lac comprend lui l’éco-camping. Les installations sont sèches, silencieuses et respectueuses de l’environnement : elles n’ont pas d’eau, pas d’électricité, pas de produits chimiques, pas de literie. Le système fonctionne avec le soleil et le vent. La structure des plateformes sur pilotis est elle très simple. Les bruits que l’on perçoit changent en fonction de la localisation dans le site. Assis, vous aurez une sensation de suspension et de contact direct avec le lac. Plus vous monterez, et plus la vue sera large.

 

Enjoy the experience.

 

D’un pas adolescent

Du lycée de Bouaye à la forêt urbaine, parcourir le péri-métropolitain par ses prises culturelles

Porté par un intérêt particulier qu’est celui de la pratique adolescente des territoires, le dessin d’un sentier et la pratique de la marche dans le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise nous invite envisager une transformation liant le projet de forêt urbaine mené par Nantes Métropole et le lycée de Bouaye.

Aujourd’hui, si la majorité des adolescent·e·s vivent en ville, encore 23% arpentent quotidiennement de différentes manières l’espace périurbain, celui qui capte notre attention aujourd’hui. Ce projet s’est donc fabriqué en étant attentive à la posture des adolescents et adolescentes, aux espaces publics qu’ils fréquentent et ce qu’ils y font, y recherchent, en cherchant aussi à ce que les espaces projetés leur offrent de nouvelles prises dans le territoire, pour qu’ils acquièrent leur indépendance. Ce projet tend à rendre visible les actions des jeunes et montre comment les mobiliser en tant que ressource dans la fabrique et la pratique des territoires par tous.

Continuer la lecture de « D’un pas adolescent »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search