Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou

Le sentier qui vous était proposé dans les articles précédents envisageait la marche comme une expérience interculturelle : un dialogue entre le marcheur et les entités plus qu’humaines qui peuplent les marges de la métropole. A cheval sur deux bassins-versants, entre l’Erdre et la Loire, son tracé suit les lignes d’une glyphe celte plaquée sur le sol, symbole de l’élément eau. Le marcheur relie ainsi des nœuds où se trouvent des singularités du paysage liées à l’eau : une mare, une source, un puits, une station d’épuration, une pompe… Depuis ces nœuds pourraient se jouer de nouvelles formes de rituels, liées à l’eau, dont le projet de la maison-source est un exemple.

Le village de la Gouachère dans la dynamique des bassins-versants d’Erdre et Loire (document de l’auteur)

Le sentier Pertho nous a conduit jusqu’à la Gouachère, un village excentré du reste de la métropole et de ses infrastructures, en aplomb de Nantes et de Carquefou. L’eau y est présente sous de nombreuses formes. A la surface, on la voit dans les mares, les noues, les prairies humides ou dans de petites sources, connues de ses habitants. Malgré cela, elle n’est bue ou utilisée que par un très petit nombre d’entre eux. Le village est en effet relié au grand réseau métropolitain.

La Gouachère et la vallée de la Chalandière (document de l’auteur)

La maison-source se propose d’offrir aux habitants de la Gouachère, ainsi qu’aux marcheurs du sentier Pertho, un accès à l’eau de la vallée et aux services qu’elle peut rendre aux humains. On y trouve notamment des douches, une laverie et accès à une eau potable. Elle se trouve en bordure du village, en partie haute d’une prairie humide. Du fait de la courbure naturelle du site, les eaux de pluie, qui du village viennent s’infiltrer dans le pré, ont tendance à se concentrer rapidement à l’est de la parcelle, rejoignant ainsi plus directement le petit ruisseau situé en contre-bas. Les trois bâtiments de la maison-source sont implantés de façon à inonder plus largement la prairie pour stocker plus d’eau dans les sols, en faisant glisser les eaux de pluie aux pieds des façades.

Les eaux qui ruissellent (plan de l’auteur)
Continuer la lecture de « Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou »

Action Flou de Poings

“Bonjour,

Nous sommes le FLOUT, le Front de Lutte contre l’Occupation Utilitaire du Territoire.

Nous sommes vigoureusement anti-classification, anti-urbanisme capitaliste, anti-fonctionnalisme, anti-stéréotypes, anti-assignations forcées, et radicalement anti-PLU. Nous sommes un groupe d’activiste d’échelle mondiale. Nous luttons pour la fin de l’aliénation du territoire par sa classification et sa séparation en particules distinctes. Ainsi, nous sommes contre les frontières et les limites. Nous affirmons que cette lutte est celle pour une qualité de vie humaine comme non humaine exaltée, pour un quotidien de l’étonnement et pour une conscience accrue de l’intensité du paysage.

Le FLOUT promeut la perte et souhaite la propager. C’est dans l’incrédulité que se dessinent des possibilités émancipatrices. Alors, nous déclenchons la première ACTION FLOU DE POING. Nantes sera la première des cibles, avec à son extrême nord le territoire de Chantrerie-Gâchet, stigmate morcelé d’une conception spatiale hostile et instigatrice.

Le FLOUT montre et déforme. Le FLOUT floutera le territoire. Nous provoquerons la perte, convoiterons l’égarement, subvertirons les frontières et dessinerons un paysage trouble, parsemé de ces zones de frottement, de ces lieux d’incertitude, d’autonomie temporaire.

Nous les cherchons, ces lieux de liberté, de remise en question, de renouveau, aujourd’hui si rares, si éparses. Mais maintenant, il n’est plus possible de prospecter, le FLOUT souhaite être maître de son émancipation. Ainsi, le FLOUT propose les DISJONCTEURS, l’objet du piratage à venir. Jetez vos cartes et préparez-vous.

Nous sommes le FLOUT, et nous comptons sur vous.”

Ainsi le FLOUT, ce collectif radical et engagé, a choisi Nantes pour la première de ses actions FLOU DE POING. Comme énoncé, c’est à Chantrerie-Gachet, au nord de la ville, que les choses commenceront. C’est en effet un territoire extrêmement morcelé. On y décèle foule de limites, fractionnements, assignations d’usages divers et variés ; la liste est longue : des grandes écoles, une zone industrielle, des surfaces de bureau, du logement collectif, du logement étudiant, des parcs, des forêts, des marais, des surfaces agricoles, du logement pavillonnaire et des friches, le tout bordé par une autoroute, une rivière et un ruisseau.

Occupation des sols (image de l’auteur)
Continuer la lecture de « Action Flou de Poings »

Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains

Inclure les hameaux dans la transition du territoire

Suite aux marches effectuées aux marges de la métropole et à l’enquête menée sur ce territoire, dont vous pouvez retrouver les compte-rendus ici et ici, je me suis interrogée sur la possibilité de vivre durablement au quotidien dans les villages et hameaux de la métropole nantaise.

Revenons dans un premier temps sur la situation de ces territoires que j’ai explorés. Ils se concentrent aux marges de la métropole, à sa limite administrative, éloignés des pôles urbains denses des communes de Carquefou, Nantes, Thouaré-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire et Mauves-sur Loire, à l’écart des grands axes de circulations desservis par les transports en commun. Je suis allée visiter ces lieux et rencontrer leurs habitants qui m’ont confié une partie de leur quotidien. Là-bas, on habite encore dans des hameaux, que les habitants aiment appeler leurs villages. Ce sont des petits groupements d’habitations de 2, 3, 10 jusqu’à 200 voire 1000 maisons pour les plus gros ; chacun a son nom et son histoire : la Bidaudière, la Gouachère… La plupart des habitants sont des familles qui recherchent la tranquillité de la campagne tout en étant à proximité de la ville. Elles habitent dans d’anciennes fermes réhabilitées, dont on peut encore voir l’ancien puit, le four à pain ou le moulin au fond des jardins. D’autres habitent dans des pavillons construits sur d’anciens terrains agricoles, ou plus récemment à l’arrière des jardins d’autres maisons. Dans ces villages on ne trouve pas de supermarché, de café ou même de boulangerie. Les habitants se déplacent en voiture pour aller travailler en ville et faire leurs courses dans le bourg ou le centre commercial le plus proche sur leur trajet. Les soirs d’été ou le week-end, les habitants aiment aller marcher depuis chez eux, sur les chemins à l’ombre des boisements le long du ruisseau de la Chalandière par exemple, promener leur chien ou ramasser des fritillaires. Sur ces chemins, ou depuis son jardin, l’horizon dégagé s’étend sur de grands champs vallonnés ponctués de haies bocagères encore partiellement présentes. Des associations comme « les amis de la Gouachère » organisent des évènements festifs qui rassemblent les habitants autour de la mare au centre du village une fois par an par exemple.

Continuer la lecture de « Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains »

Le sentier de l’observatoire de la Boire noctambule

Vue du projet de refuges depuis le quai des pécheurs de carpes (production de l’auteur)

Tout est issu d’une marche préparatoire réalisée en journée où nous observons des épiphénomènes appelés “traces”.

Ces dernières vont faire naître un sentier nocturne.

Dans ce sentier, nous proposons donc de révéler ces traces, mais aussi d’habiter temporairement le site grâce à une micro architecture un lien avec ce paysage riche en biodiversité de la Boire de Mauves. Suite au dernier article publié (les passagers de la nuit), je vais rentrer ici un peu plus dans le détail.

Plan de masse de la Boire de Mauves (production personnelle)

Pour concevoir ce sentier et son aménagement architectural et paysager, je me suis appuyé sur ma sensibilité et sur la connaissance du terrain par ses habitants. Il faut rappeler que le parcours de nuit est particulier car l’immersion est totale. En réduisant la lumière, on réduit notre champ visuel, et il nous faut compenser cette perte sensorielle en activant tous nos autres sens. On est alors beaucoup plus attentif aux bruits, aux odeurs, aux lueurs lointaines de la ville, aux courants d’air qui font frissonner la peau …

Et lorsque la pollution lumineuse s’estompe, ainsi que les pollution sonores liées à l’activité humaine, les sensations de peur et d’excitation se font ressentir. On est à l’affût, comme une bête sauvage et c’est à ce moment que l’on prête attention aux détails troublants : ici les traces d’un renard, par là des excréments d’un animal plus petit, mais aussi les marques de pneus de vélo, signes d’une activité humaine récente.

Photographies des traces repérées sur le site (de l’auteur)

Plus on avance sur le sentier, et plus on prend conscience d’une relation qui existe entre l’homme et cet environnement champêtre laissé à l’abandon. Le tiers paysage, comme l’appelle Gilles Clément, est plus riche dans la bordure, là où l’homme laisse la trace de son sillon.

Représentation du passage qui fait sentier – cf. les lignes de désirs
Continuer la lecture de « Le sentier de l’observatoire de la Boire noctambule »

Passage à niveau

La comparaison du réseau ferroviaire français de 1921 et de 2020 permet de révéler une profonde transformation des chemins de fer de France. Ils ont considérablement diminués en une décennie. Ce constat soulève nombre d’interrogations au sujet du devenir de ces voies ferrées. Que sont-elles devenues ? Ont-elles été reconverties ? Ont-elles été totalement effacées du réseau ? Peuvent-elles être un jour remobilisées ?

A l’échelle de la métropole de Nantes, l’étude du réseau ferroviaire permet de révéler les différents états dans lesquels les voies se trouvent actuellement : elles sont en service, neutralisées ou déclassées. Mais alors que ce constat soulève des questions relatives aux politiques de délaissement ou de maintien des voies ferrées, nous sommes à même de nous interroger sur le devenir de ces chemins de fer qui semblent être en constante évolution. 

Evolution du réseau ferré national (issu d’un travail d’étudiants en Licence : La mort des petites lignes ferroviaires)

Continuer la lecture de « Passage à niveau »

La Société des Marais

Lorsque le sujet des milieux sauvages nous est rapporté, il est rarement omis de faire mention de la destruction des forêts primaires. Mais la disparition rapide d’un autre biotope à l’échelle mondiale reste moins médiatisée : celle des zones humides.
Pourtant, ces dernières sont essentielles à la survie d’un grand nombre d’espèces et les enjeux qui les entourent trouvent un écho particulier dans notre région des Pays de la Loire, dont elles sont une composante paysagère majeure.

Le Marais Audubon, en lisière de la métropole nantaise, asséché depuis le Moyen-Âge et transformé progressivement en terres agricoles, n’échappe pas à cette réalité. Et s’il a su conserver une certaine richesse faunistique et floristique, son avenir est aujourd’hui en suspend.

Pour endiguer la disparition des zones humides, le gouvernement français va en effet renforcer le protocole Natura 2000 en créant des zones de protection forte sur 10% du territoire national d’ici 2030. Le Marais Audubon, reconnu pour son avifaune, fait partie de ces nouveaux périmètres à l’étude. Mais la création de telles réserves pourrait s’avérer moins bénéfique qu’escompté sur le long terme.
Cette vision très occidentale de la protection de la nature a en effet depuis plusieurs décennies montrée des limites. En outre, elle a l’effet néfaste de dévaloriser l’intérêt écosystémique des espaces non-labellisés, dès lors simplement considérés comme exploitables.

Il faudrait donc trouver un moyen de conforter la qualité sauvage du Marais Audubon sans pour autant le sanctuariser.

Continuer la lecture de « La Société des Marais »

Pour un Périphérique en communs

Pour un Périphérique en Communs - Lettre

Madame, Monsieur,

Ce mercredi 29 juin 2022 s’est tenue la présentation clôturant mon PFE [Processus de Formation d’Enquêteur] au sein du Bureau des Enquêtes du Ministère.

En tant qu’enquêteur revenant du futur, j’ai donc dévoilé des éléments et évènements qui, en 2022, ne sont pas encore advenus. Ouverte au public, cette présentation fut l’occasion pour moi de restituer l’ensemble de la démarche que j’ai entreprise pour le compte de notre Ministère dans l’espoir que les personnes présentes puissent, elles aussi, s’en saisir dans leurs territoires respectifs.

Mon exposé fut organisé en deux temps :

  1. Un retour sur le processus d’enquête que j’ai conduit sur le Périphérique de Nantes entre 2022 et 2023. Ces éléments peuvent être consultés plus en détail dans mes précédentes notes d’enquête, accessibles ici et ici.
  2. Un aperçu des changements ayant eu lieu sur le Périphérique à la suite de mon enquête – à partir de 2023.

La présente note d’enquête – qui sera donc ma dernière -, vise à vous faire le récit de ces transformations à venir sur le Périphérique de Nantes.

Bonne lecture.

Benjamin Caramatie
Enquêteur D.E. [Diplômé d’État]

 

PRÉAMBULE

Les communs

Il me faut tout d’abord rappeler le cadre conceptuel qui m’a servi à mener mes investigations sur le Périphérique de Nantes.

Ce cadre de réflexion a notamment pris forme à la suite de la marche organisée par l’association Interstices au début de mon processus d’enquête. Lors de cette marche, un déclic est survenu. Nous étions sur la plaine de Tougas à l’ouest de Nantes, une décharge qui durant 30 ans a accueilli les déchets de la métropole. Maintenant, ces déchets sont enfouis sous la terre, sous les panneaux solaires et sous les moutons. Cachés, ces déchets n’ont pourtant pas disparu, ils pourraient devenir une source de pollution*.

* Voir à ce sujet les investigations menées par mon collègue Oskar, et le projet dont la Plaine de Tougas a fait l’objet.

Ces déchets constituent un héritage encombrant dont l’échelle impose que l’on s’en occupe collectivement pour en limiter les potentiels effets négatifs. Ces déchets, c’est ce qu’on appelle un commun négatif.

La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets
La Plaine de Tougas, ses moutons, ses panneaux solaires, et ses déchets – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Ce concept m’a interpellé. Creusant le sujet et pressentant son potentiel, j’ai choisi de l’utiliser pour orienter mes recherches sur le Périphérique.

L’expression nait visiblement au début des années 2000, sous la plume de Maria Mies et Veronica Bennholt-Thomsen [1], la première l’utilisant pour désigner les déchets organiques générés par l’agriculture de son village rural d’Allemagne. Le concept se popularise après la catastrophe de Fukushima en 2011, alors repris par le militant anticapitaliste Sabu Kohso ou encore le professeur-chercheur Alexandre Monnin. En voici une définition :

« Les communs négatifs désignent des “ressources”, matérielles ou immatérielles, “négatives” tels que les déchets, les centrales nucléaires, les sols pollués ou encore certains héritages culturels (le droit d’un colonisateur, etc.). Tout l’enjeu étant d’en prendre soin collectivement (commoning) à défaut de pouvoir faire table rase de ces réalités. »

Glossaire · Politiques des communs. Politiques des communs. [2]

Je suis facilement remonté au concept plus général de commun, dont la définition est similaire à celle donnée ci-dessus, à ceci près que la ressource en question n’a pas de caractère négatif mais au contraire positif. Il peut s’agir de ressources naturelles (le stock de poissons d’un lac ou d’une mer, un des exemples le plus courant) [3], ou créées par l’homme. Par exemple, la mise à disposition gratuite de contenus audiovisuels durant la pandémie de la Covid-19 [4].

Les types de communs
Les types de communs – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

La notion de commun (sous-entendu « commun positif ») est plus ancienne que celle des communs négatifs. Elle a été notamment forgée par l’économiste et Prix Nobel américaine Elinor Oström dans son ouvrage Governing the Commons, paru en 1990 [3]. Le mot a cependant un ancrage historique bien plus ancien, venant du latin munus (obligation, charge), « cum-munus désignant ainsi la co‑obligation qui nous engage les uns vis-à-vis des autres du fait de vivre ensemble dans la même cité ». Sa signification d’aujourd’hui provient de commons, une notion issue des mouvements écologistes et altermondialistes anglo-saxons. La traduction française commun est d’ailleurs imprécise ; il serait plus juste de parler de communaux, en référence aux « pratiques collectives rurales régies par des droits coutumiers (glanage, pâturage, ramassage de champignons) » [5].

Les communs
Le principe de “communs”, d’après Elinor Oström – Image : Benjamin Caramatie / Ministère des Grands Sentiers

Aborder le Périphérique via cette notion de commun négatif comme je l’ai fait, c’était, je crois, un bon moyen pour comprendre au mieux cet objet autoroutier. C’est en voir les impacts négatifs, les aspects qui rendent nécessaires sa transformation, mais c’est aussi en reconnaître les qualités, les potentiels et pourquoi il a été construit. Mais le concept permet d’aller plus loin dans la réflexion.

Continuer la lecture de « Pour un Périphérique en communs »

C.I.E.N

Le Centre d’Interprétation de l’Eau Nantaise est le fruit de plusieurs étapes de recherches et de réflexions. C’est après l’étude d’une situation d’un trouble lié aux infrastructures techniques de l’eau, puis la recherche d’un tracé d’un grand sentier métropolitain nantais qu’est née l’idée de ce projet aux abords de la Loire.

L’objectif du CIEN est de révéler pour comprendre les infrastructures invisibles liées à l’eau ainsi que leurs relations avec les espaces visibles : les chemins, les routes, les rues et les quartiers que nous appréhendons chaque jour. N’ayant pas pour seul objectif de réaliser des espaces d’expositions, le projet est mixte, il regroupe également les bureaux de la Régie de l’eau de Nantes métropole, des laboratoires de recherches, des locaux de réunions et de conférences

Un abord troublé

Le programme prend place sur la commune de Saint-Herblain sur trois parcelles de friche constructible en zone UEI – secteurs d’activités économiques industrielles, logistiques et de commerce de gros. 

Il relie un axe de circulation entre le centre-ville et l’ouest de l’agglomération, le sentier Chercher l’eau trouble et le rejet des eaux usées traitées de la station d’épuration. Ainsi, le projet se situe à la confluence artificielle et invisible du rejet des eaux usées traitées et de la Loire.

Au carrefour des circulations

Continuer la lecture de « C.I.E.N »

Une ville pour l’abeille et l’homme

Pour rendre la ville de Saint-Herblain favorable aux insectes, je propose des interventions à différentes échelles. Il s’agit de “fermer” le patchwork de plantes situées le long des rues et de créer, sur le site du centre commercial Atlantis, une structure où l’abeille et l’homme pourront s’épanouir.

Commençons par les interventions à petite échelle qui sillonnent les rues de la ville et comblent les lacunes de la végétation :
1) Dans les nombreuses zones industrielles de la ville, on trouve des kilomètres de clôtures d’entreprises. Contribuons à la biodiversité en utilisant des plantes grimpantes à la place des fils barbelés, les terrains seront plus esthétiques et accueillants pour les clients.

2) Boulevard Salvador Allende. Des haies cubiques ont été plantées tous les 10 mètres, mais il n’y a aucune surface fleurie. Les espaces vides seront comblés en plantant des fleurs sauvages dans les interstices, ce qui constitue une source de nourriture fiable pour les abeilles.

 

Continuer la lecture de « Une ville pour l’abeille et l’homme »

P.I.A.F.S.

Coupe Perspective Ouest-Est des volières et du pigeonnier de la Patissière

Le Palais d’Information et d’Accompagnement de la Faune Sauvage est un centre de soins pour oiseaux sauvages s’attachant également à sensibiliser les publics à la protection du vivant.

Le PIAFS dans le quadrant Nord-Ouest

Situé sur le domaine de la Pâtissière à Saint-Herblain, le PIAFS propose un réaménagement du château en centre de soins, l’installation de volières de réadaptation à la vie sauvage et une réhabilitation du pigeonnier en centre d’information.

Le PIAFS s’implante en réponse directe au projet de lotissement situé de l’autre côté de la voie métropolitaine, à l’ouest. Le futur quartier comprend la création d’environ 200 logements et d’une école de 15 classes sur 11 hectares de végétation aujourd’hui occupés par une faune et une flore très riche.

Le PIAFS répond alors à deux enjeux de projets : la conservation et la réhabilitation du pigeonnier de la pâtissière, à l’origine de mon enquête, et la cohabitation nécessaire entre les futurs habitants du quartier et la biodiversité déjà présente sur le site.

Continuer la lecture de « P.I.A.F.S. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search