Une ville pour l’abeille et l’homme

Pour rendre la ville de Saint Herblain favorable aux insectes, je propose des interventions à différentes échelles. Il s’agit de fermer le patchwork de plantes qui se trouve actuellement le long des rues et de créer sur le site du centre commercial Atlantis une structure où l’abeille et l’homme pourront s’épanouir.

En commençant par les interventions à petite échelle qui sillonnent les rues de la ville et comblent les lacunes de la végétation.
1) Dans les nombreuses zones industrielles de la ville, on trouve des kilomètres de clôtures d’entreprises qui contribuent également à la biodiversité en utilisant des plantes grimpantes à la place des fils barbelés, donnant ainsi un signal tout en rendant leurs terrains plus esthétiques et accueillants pour les clients.

2) Boulevard Salvador Allende. Ici, des haies cubiques ont été plantées tous les 10 mètres, mais il n’y a aucune surface fleurie.
Les espaces vides peuvent être comblés en plantant des fleurs sauvages dans les interstices, ce qui constitue une source de nourriture fiable pour les abeilles.

3) La troisième idée sert surtout à informer et à sensibiliser les gens pendant qu’ils attendent le bus ou le tram. Les nombreux arrêts de bus doivent être rendus favorables aux abeilles grâce à des plantes robustes sur les toits. Un côté est utilisé pour les plantes grimpantes, l’autre côté est recouvert d’affiches présentant des faits intéressants sur les abeilles.

4) La quatrième intervention pourrait être mise en œuvre sous la forme d’un projet scolaire avec des enfants qui tendraient un filet de récipients plantés entre de nombreux arbres plantés en ligne. Ainsi, des jardins suspendus verticaux peuvent être créés loin du sol.

Le plan d’analyse permet de savoir qui se trouve chaque jour ou même une fois par mois dans la zone située à 10 minutes à pied d’Atlantis. Outre de nombreux bureaux et commerces, on y trouve également quelques écoles et centres de formation, un hôpital, des hôtels, des restaurants, etc.

Le centre du projet, l’Urban Jungle, est situé au cœur de la ville, dans le centre commercial Atlantis. Plus précisément entre le théâtre ONYX, un grand bâtiment abritant un magasin de sport et un magasin d’électroménager, et le lac artificiel.

L’Urban Jungle est une structure métallique qui s’élève de l’espace entre les bâtiments voisins et s’étend sur les toits, les reliant ainsi entre eux.
Les boxes qui se trouvent dans la structure de 5x5x5m sont tous construits de la même manière et ne se distinguent que par des revêtements de façade différents. Par exemple, le grillage se retrouve sur les côtés des différents éléments de la structure, comme une aide pour les plantes grimpantes, qui transforment une simple façade métallique en un paradis vert favorable aux insectes.
Grâce à la paroi vitrée derrière la grille, le visiteur est directement au cœur de l’action et peut observer le jeu entre les insectes et les plantes. Au rez-de-chaussée, une longue passerelle sous une pergola plantée crée un lien avec le lac, avec d’autres passerelles pour y séjourner.

Les personnes qui se rendent quotidiennement dans la zone pour y travailler sont particulièrement heureuses de pouvoir faire une pause tranquille dans leur quotidien stressant pour savourer leur déjeuner, discuter avec leurs collègues au rooftop bar, travailler au calme ou s’amuser sur le terrain de football avec leurs collègues après une longue journée au bureau.

Les jeunes qui fréquentent l’une des écoles ou l’un des centres de formation des environs trouvent un endroit pour se retirer afin d’étudier, de pratiquer des activités créatives, de s’exercer à un instrument de musique ou de s’entraîner à de nouvelles figures avec des amis au skatepark.

Les personnes qui habitent dans les immeubles voisins, où elles n’ont pas de jardin privé, trouvent dans les nombreux parterres surélevés de l’Urban Jungle un endroit pour cultiver, entretenir et récolter leurs fruits, légumes et herbes aromatiques. Ceux qui ont faim après une longue journée de shopping ou après avoir terminé leur travail peuvent directement transformer les légumes plantés dans l’une des cuisines et les appeler pour manger sur la terrasse.

Revenons au point de vue des abeilles.
Les abeilles sont essentielles à la vie sur notre planète. Près de 90 % des espèces végétales à fleurs dans le monde dépendent des pollinisateurs animaux, ce qui représente environ un tiers de l’approvisionnement alimentaire mondial.

En raison de l’influence de l’homme, les abeilles sont désormais menacées d’extinction, non seulement en raison du manque de sources de nourriture, mais aussi du manque d’aides à la nidification pour les abeilles solitaires. Contrairement aux abeilles mellifères, les abeilles solitaires ne vivent pas dans des ruches et ne produisent pas de miel. Pour leur offrir plus d’espace en ville, j’ai conçu un nichoir.


Le Bee Home fonctionne sur le même principe que l’Urban Jungle, il offre des ouvertures pour s’envoler et, à l’intérieur, des couloirs qui servent à déposer les œufs. Il sera intégré à l’Urban Jungle dans la zone du potager et sera proposé à la vente afin que chacun puisse installer son Bee Home personnalisé chez lui et contribuer à une ville plus accueillante pour les abeilles.

P.I.A.F.S.

Coupe Perspective Ouest-Est des volières et du pigeonnier

Le Palais d’Information et d’Accompagnement de la Faune Sauvage est un centre de soins pour oiseaux sauvages s’attachant également à sensibiliser les publics à la protection du vivant.

Le PIAFS dans le quadrant Nord-Ouest

Situé sur le domaine de la Pâtissière à Saint-Herblain, le PIAFS propose un réaménagement du château en centre de soins, l’installation de volières de réadaptation à la vie sauvage, et une réhabilitation du pigeonnier en centre d’information.

Le PIAFS s’implante en réponse directe au projet de lotissement situé de l’autre côté de la voie métropolitaine, à l’ouest. Le futur quartier comprend la création d’environ 200 logements et d’une école de 15 classes sur 11 hectares de végétation aujourd’hui occupés par une faune et une flore très riche.

Le PIAFS répond alors à deux enjeux de projets : la conservation et la réhabilitation du pigeonnier de la pâtissière, à l’origine de mon enquête, et la cohabitation nécessaire entre les futurs habitants du quartier et la biodiversité déjà présente sur le site.

L’intervention a commencé par une remise en question du périmètre d’intervention de la ZAC de la Pâtissière qui s’arrête au bord de la voie métropolitaine.

Le nouveau périmètre inclut le pigeonnier et le château de la Pâtissière. En intégrant le PIAFS au sein d’un projet de plus grande envergure, il devient plus facile de trouver un intérêt politique et financier pour le mettre en œuvre.

Le Grand Sentier passe également au sein du nouveau périmètre, dans le lotissement, puis à travers le PIAFS. Intitulé “sur la piste des oiseaux”, il permettra aux randonneurs de traverser un quartier modèle en termes de cohabitation avec le vivant et de se sensibiliser à la protection de la vie sauvage.

Ancien périmètre de la ZAC
Nouveau périmètre de la ZAC
Intégration du Grand Sentier

Trois entités interconnectées

Nous avons alors trois entités qui communiquent et s’entraident : le PIAFS, la ZAC et le sentier. Le PIAFS sensibilise les habitants du quartier, les écoliers et les randonneurs à la préservation des espèces sauvages. En retour, les habitants du quartier et les écoliers s’engagent auprès du centre de soins et aident à nourrir les oiseaux ou à entretenir les volières. Les randonneurs peuvent pour leur part participer au comptage des oiseaux qu’ils observent le long du sentier.

Le PIAFS s’installe donc sur le domaine de la Pâtissière. Le château est réaménagé pour accueillir le centre de soins, le pigeonnier est transformé en espace d’information et d’échanges sur la faune sauvage, autour duquel les volières de réadaptation viennent s’articuler.

Les volières de réadaptation sont la dernière étape dans le processus des soins apportés aux oiseaux. Il s’agit en quelque sorte de leur convalescence. L’objectif pour les oiseaux est de réapprendre à voler, à se nourrir seul, et à se réensauvager, c’est-à-dire retrouver la peur de l’être humain, après avoir été habitués à la présence des soigneurs.

Coupe du paysage entre le marais à l’ouest et la ZAC à l’est

Le PIAFS devient aussi l’articulation entre le marais, où la faune sauvage est omniprésente, et le nouveau quartier. Dans sa répartition spatiale, le PIAFS s’attache à créer des seuils de présence humaine. Le centre de soins devient alors un sanctuaire au sein duquel ne pénètrent que les soigneurs. Les visiteurs ne dépassent pas le pigeonnier, et observent les volières depuis les lucarnes de la coupole.

La gestion des seuils est également travaillée dans la disposition des différentes volières. Le passage humain est limité au parvis du pigeonnier et au chemin menant au château. Les volières proches du passage sont habitées par les espèces anthropisées et par les oiseaux de ville.

Positionnement des différentes volières

Au cœur de la parcelle, on retrouve les volières dédiées aux espèces forestières. Elles possèdent une végétation plus dense et sont mises à distance des visiteurs. La volière des oiseaux d’eau est implantée à l’ouest, en bas de pente, afin de permettre le ruissellement des eaux de pluie vers un bassin de récupération.

Plan Masse

Le cheminement entre les volières est induit par la forme de ces dernières. Il s’agit de murs à hauteurs d’homme en briques ajourées, sur un soubassement en moellons, pour reprendre la matérialité du pigeonnier existant.

Le pigeonnier est transformé en espace d’échange et d’information. Au rez-de-jardin, une salle d’expression peut accueillir jusqu’à quarante personnes le temps d’une conférence ou d’un atelier, auprès d’un groupe de randonneurs, des habitants ou une classe d’école. À mi-hauteur se trouve une mezzanine où le visiteur peut accéder à des ressources documentaires mises à disposition par le centre.

Le pigeonnier transformé en espace d’échange

Enfin, au niveau de la coupole, une coursive d’observation permet d’observer à distance les volières. Ce sont donc les lucarnes d’envol, autrefois utilisées par les pigeons pour s’envoler, qui cadrent les vues sur le PIAFS et sur la ZAC. Les trois espaces sont aménagés au sein d’une structure en bois indépendante qui ne touche jamais les murs percés des anciens nids.

Les cheminements autour des volières permettent l’accès des soigneurs et des bénévoles. Les murs en briques ajourées permettent aux soigneurs une observation active, afin de définir si un oiseau est prêt ou non à être réintroduit dans son milieu. Dans le cadre des activités extra-scolaires, les enfants de l’école de la Pâtissière viennent aider par petits groupes à nourrir les oiseaux et à entretenir les volières

Enfin, la volière des oiseaux d’eau nécessite un aménagement plus important. Elle est donc positionnée en limite ouest de la parcelle, en bas de la pente, afin de faire ruisseler l’eau de pluie jusqu’à un bassin de récupération.

Cheminement entre les volières pour oiseaux des villes et espèces anthropisées
Volière des oiseaux d’eau (à gauche) et volière pour espèces forestières (à droite)

Les volières forment un petit village dialoguant avec le pigeonnier, par la forme des structures et la matérialité des cheminements. Leur proximité avec le pigeonnier, nouvel espace d’échange et d’information, matérialise la rencontre entre les habitants et la faune sauvage tout en permettant une convalescence sereine aux oiseaux.

Le PIAFS vu par les piafs

La fabrique d’un commun privé

 

Mon sujet débute lors de la première marche dans le quartier du Bois Raguenet. Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au niveau des axes principaux.

A l’échelle de notre quadrant, de nombreuses autres situations de lotissement peuvent être observées. Le Petit Chantilly, tout comme le Petit-Moulin ont une emprise au sol très importante et s’étendent de la Vallée du Cens jusqu’à la route de Vannes. De même pour le quartier résidentiel Nord Beauséjour mais où la circulation est principalement motorisée. Au sud du quadrant on peut nommer dans la commune de Saint-Herblain : le Tillay, Preux-Crémetterie, Bourg Solvardière, Bourg Pelousière et le Village Expo .

Carte Situation

Ces quartiers d’habitation sont des espaces joints par l’étoile verte de Nantes. Ce n’est pourtant pas pour cela qu’aujourd’hui nous pouvons observer une pratique transversale de ces espaces. Il existe certes une possibilité pour les piétons de joindre les deux branches en passant par les voiries principales. Mais il n’existe pas d’aménagements qui motivent cette pratique de l’espace. La métropole nantaise valorise ses vallées de l’étoile verte dans ses politiques d’aménagement. Mais qu’en est-il des espaces entre ces axes ?

Je définis le commun privé comme un produit d’un ensemble d’aménagements qui rassemblent les habitants de la métropole. Comment alors permettre un réseau de proximité pour les habitants de ces quartiers ou bien pour les travailleurs dans ces zones commerciales ou encore pour les différents promeneurs ?

Mon projet se situe entre deux branches de l’étoile. Un axe majeur traverse cette zone : c’est la route de Vannes. La route de Vannes concentre plus de 500 entreprises dont 285 commerces. On observe des ruptures urbaines : l‘urbanisation résidentielle été consécutive à celle de la zone commerciale, mais elle s’est faite de manière totalement autonome de part et d’autre de la route nationale. Cet espace est desservi par la ligne 3 du tram (tracé noir sur la carte). Et enfin, un élément majeur de notre espace est le cours Hermeland tracé par la ville de Saint-Herblain (en vert sur la carte). Ce tracé comporte des aménagements au sud de la ville, dans des espaces végétalisés. On observe donc une première ébauche de cette logique de transversalité à l’étoile verte de la métropole. 

Les enjeux

J’ai relevé des espaces où on observe une concentration de services ou bien où il y a plus d’espace libres ou encore des espaces desservis et reliés au centre ville. [lieux de projets]

Le projet se compose avec des interventions par le biais de typologie :Typologie de revalorisation des espaces végétalisés, typologie de cheminements secondaires au cœur de parcelles privées, typologie d’espaces de stationnement et des services et typologie des voiries.

Ces interventions amènent à dessiner deux transversales à l’étoile verte.

La première typologie concerne les voiries : en l’état actuel, les trottoirs sont étroits, il n’y a pas de pistes cyclables sécurisées et les zones de stationnement s’imposent dans la largeur et dans l’emprise au sol des voiries.

Le projet propose un redessin des voiries pour accueillir plusieurs modes de déplacements : 2 scénarios sont possibles : élargir les trottoirs, créer des pistes cyclables. L’objectif est prendre soin des usagers en assurant une sécurité de déplacement.

La deuxième typologie est celle de la revalorisation des espaces végétalisés combinée avec la typologie d’espaces de stationnement et des services.

Le projet propose de se centrer au niveau de la bibliothèque municipale, Avenue Alexandre Goupil (Mairie, La Poste, commerces …), Square de Kindia . Actuellement de nombreuses zones de stationnement sont présentent, l’accueil du marché s’effectue au niveau du parking, le square est clôturé, il n’existe pas de parvis pour les services et commerces présents.  

Il y a alors un travail de valorisation, au service des usages, des espaces de stationnement. Le projet créer une ouverture vers le square kindia afin de faire place publique et proposer des espaces de pauses (pas seulement passage) 

Les espaces de stationnement peuvent agir en réseau d’espace de rencontre pour les travailleurs de la route de vannes par exemple en proposant du mobilier urbain où prendre sa pause déjeuner. De plus,  l’ouverture sur le végétal comprend également l’accès aux interstices entre les parcelles privées.

Enfin, la typologie de cheminements secondaires au cœur de parcelles privées : cette typologie est au centre du projet, elle permet une réorganisation de l’espace et modifie la hiérarchie du privé/public.

Actuellement, il s’agit d’un maillage d’ultra privé : chacun avec son jardin privé et sa clôture. Il n’y a pas d’aération de cette densité habitante comme on pourrait le voir avec les RDC d’immeubles et de logements collectifs par exemple.

Je propose une première intervention avec l’aménagement de passages entre les parcelles privées afin d’avoir des cheminements secondaires et des espaces de rencontres. Cette proposition interviendrait sur l’existant. Une parcelle est actuellement vide et pourrait accueillir des espaces communs avec des installations de jeux pour enfants et de grandes tables de pique-nique. Un cheminement en sol stabilisé est dessiné et accessible au public. L’effet de privé serait possible grâce aux végétations floues et hautes qui serviraient de barrière naturelle. Cette proposition serait motivée par l’ajout d’arbres fruitiers et d’autres plantes où les habitants pourront ramasser les récoltes. L’objectif est d’intégrer une biodiversité qualitative entretenue par les habitants.

Première phase de transformation

J’ai souhaité pousser cette proposition jusqu’à l’intérieur des logements. Il s’agit de la même parcelle pour montrer que gabarit proposé est possible.  Le projet comprend une maison de 130m² avec un étage : schéma pour une famille ou une colocation (possible jusqu’à 4 chambres). Chaque logement comprend un patio qui peut servir de jardin d’hiver. Il peut s’ouvrir sur les jardins publics à l’aide des baies coulissantes. En périphérie de l’îlot  une maison de quartier ou des locaux associatifs de 160m² peuvent s’implanter et venir s’ouvrir sur les jardins. 

Deuxième phase de transformation

Deuxième phase d’intervention en coupe

Bien évidement ce projet pose la question de l’outil juridique : La création d’AFUL, association foncière urbaine libre, est une réponse possible. Au sein de l’AFUL, ce n’est pas le syndicat des copropriétaires qui est membre, mais bien chaque copropriétaire en son nom.

Les habitants peuvent s’organiser en AFUL et proposer de nouveaux projets et mener différentes actions comme : Remembrer des parcelles et réaliser des travaux d’aménagement / Grouper des parcelles en vue d’en conférer l’usage à un tiers, ou de les vendre à un établissement public ou une société de construction / Construire et entretenir des ouvrages d’intérêt collectif : garages, aires de jeux, espaces verts,… / Conserver et restaurer le patrimoine immobilier / Assurer le remembrement ou le groupement de parcelles avec pour objectif la restructuration urbaine (type loi Malraux) / Ainsi, l’AFUL aura comme objectif principal la gestion des parties communes et la réalisation de travaux. Les AFUL se trouvent en milieu urbain dans la plupart des cas.

Ce type d’organisation est actuellement visible avec l’AFUL de la Chantrerie à Nantes.

Le Parlement de Tougas

Le parlement de Tougas est un projet architectural de transition manifeste situé à l’ouest de la métropole nantaise. Il traverse une portion des 5 millions de tonnes de déchets enfouis dans cet ancien bras de Loire.

Cette zone faisait partie du lit majeur de la Loire, elle était donc régulièrement submergée durant les marées d’estuaire ou les crues du fleuve. Durant le 18e et 19e siècle, ces bandes de terres humides sont progressivement drainées via un système complexe d’étiers. Ces canaux permettent de gérer les écoulements d’eaux pluviales et d’empêcher les eaux salées de Loire de pénétrer trop profondément dans les terres. Les bandes de terre deviennent, par stabilisation et artificialisation des berges, des prairies de Loire exploitées par une pratique pastorale.

Cette manipulation et exploitation du paysage estuarien s’amplifie durant le 20e siècle. Les berges de Loire s’industrialisent et les infrastructures ferroviaires ou routières viennent découper les zones humides. Durant la deuxième moitié du 20e siècle, la population nantaise explose, la ville de Saint-Herblain s’agrandit jusqu’à rejoindre les côteaux de Loire.

Le site d’enfouissement de Tougas est créé en 1960 à partir d’une décharge sauvage pour faire face à la production croissante de déchets. Il est au départ géré par la Compagnie Générale des Eaux, futur Veolia. Jusqu’en 1992, année de la fermeture du site, la décharge va progressivement s’étendre sur 70 hectares pour accueillir les 5 millions de tonnes de déchets, équivalant au volume de 10 Tour Bretagne.

Continuer la lecture de « Le Parlement de Tougas »

Une école mobile au gré des expulsions

Une école mobile au gré des expulsions

En arpentant le quadrant  nord-ouest par les espaces délaissés de la métropole, nous arrivons vite à une constatation que le paysage urbain se compose de formes diverses, de ruptures et d’espaces indéterminés ; nous tombons abruptement face à des situations intrigantes qui nous lancent afin d’ouvrir les portes d’espaces, de faits, à enquêter.

Cartographie des délaissés de Nantes Métropole (crédit : Diane Roblot)

Par cet arpentage, je suis allée à la rencontre des lieux et des personnes en marge de la société afin de comprendre leur place au sein de la métropole, ainsi que les problématiques politiques qui s’en dégagent. Par des lieux abandonnées et indéterminés, nous trouvons des personnes : la population de Roms qui s’installe illicitement à proximité des axes urbains et commerciaux, sur des terrains d’opportunités pour tenter de s’insérer dans une société.

Sur place, nous pouvons constater, où qu’ils s’établissent, la précarité de leurs conditions de vie. Une absence signifiante d’un accès à l’eau pour se laver, cuisiner ou s’hydrater, d’un accès à l’électricité pour manger ou communiquer… Une constatation visible et connue de tous, rejetée par une société politique qui se renvoie un livre alimenté de problématiques que personne n’ose ouvrir.

En enquêtant, en s’informant et en interrogeant, nous faisons connaissance d’une facette moins perceptible, mais tout de même furieusement inéluctable : celle de la difficulté d’un parcours d’insertion dans notre société. Avoir accès à l’administration, à l’information, à la santé, à un emploi, mais aussi à l’éducation !

Continuer la lecture de « Une école mobile au gré des expulsions »

Oasis sonore

Bienvenue dans l’oasis sonore. Le but de cette expérience est d’atteindre un état de bien-être.

Chaque jour, nous sommes exposés à des bruits chaotiques et assourdissants. Le bruit dans l’environnement, et en particulier le bruit du trafic routier, reste un problème grave pour la santé et le bien-être. 20% de la population européenne, soit 100 millions de personnes est exposée à des niveaux sonores nocifs à long terme. L’exposition au bruit peut en effet avoir toute une série d’effets néfastes sur la santé, notamment l’irritabilité, les troubles du sommeil, les effets délétères sur les systèmes cardiovasculaire et métabolique et la réduction des capacités cognitives chez les enfants. (source, Agence européenne pour l’environnement).
La zone du projet est située à quelques kilomètres de la ville de Nantes facilement accessible en voiture ou en train. Le site se caractérise par une forte composante naturelle. Le parcours est organisé sur 10 km et dure 1h20 minutes. Il débute à la gare de Couëron et se termine autour du lac de Beaulieu.


Dans l’oasis, chaque micro-site vise à mettre en valeur les sons naturels. L’éco-camping est le point d’arrivée après la marche. Des plateformes permettent de déposer le matériel de camping et de dormir au bord du lac. pour s’adapter au terrain en pente, les plateformes ont des formes et des dispositions différentes.
La chaise sonore est une installation qui se trouve dans la partie la plus au calme de l’oasis. À l’intérieur du fauteuil, vous aurez l’impression d’être dans un mégaphone qui amplifie les sons naturels. Elle a un diamètre de 3 mètres et a la forme d’un hexagone ; deux ou trois personnes peuvent y entrer en même temps.

 

Le quadrant nord-ouest du lac comprend des aires de détente, des zones de pêche et l’observatoire des oiseaux. L’aire de détente est organisée comme un grand espace traversé par le chemin où se trouvent des tables de pique-nique, des chaises et une aire de jeux. Le chemin est en rouge et traverse toute la zone du lac.
Le quadrant sud-est du lac comprend lui l’éco-camping. Les installations sont sèches, silencieuses et respectueuses de l’environnement : elles n’ont pas d’eau, pas d’électricité, pas de produits chimiques, pas de literie. Le système fonctionne avec le soleil et le vent. La structure des plateformes sur pilotis est elle très simple. Les bruits que l’on perçoit changent en fonction de la localisation dans le site. Assis, vous aurez une sensation de suspension et de contact direct avec le lac. Plus vous monterez, et plus la vue sera large.

 

Enjoy the experience.

 

D’un pas adolescent

Du lycée de Bouaye à la forêt urbaine, parcourir le péri-métropolitain par ses prises culturelles

Porté par un intérêt particulier qu’est celui de la pratique adolescente des territoires, le dessin d’un sentier et la pratique de la marche dans le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise nous invite envisager une transformation liant le projet de forêt urbaine mené par Nantes Métropole et le lycée de Bouaye.

Aujourd’hui, si la majorité des adolescent·e·s vivent en ville, encore 23% arpentent quotidiennement de différentes manières l’espace périurbain, celui qui capte notre attention aujourd’hui. Ce projet s’est donc fabriqué en étant attentive à la posture des adolescents et adolescentes, aux espaces publics qu’ils fréquentent et ce qu’ils y font, y recherchent, en cherchant aussi à ce que les espaces projetés leur offrent de nouvelles prises dans le territoire, pour qu’ils acquièrent leur indépendance. Ce projet tend à rendre visible les actions des jeunes et montre comment les mobiliser en tant que ressource dans la fabrique et la pratique des territoires par tous.

Continuer la lecture de « D’un pas adolescent »

Domicile Zone

Le projet s’inscrit sur l’île d’Indret, au pied des hauts coteaux de La Montagne et au bord de la Loire sur la rive sud. Sur cette portion de sentier, nous serpentons sur une île d’une grande complexité, de par la richesse et la diversité du patrimoine bâti et paysager, des usages et de la symbolique des lieux. On y découvre un endroit de contrastes, mais aussi un lieu historique et situé, qui donne envie de travailler avec, de faire avec l’existant. 

L’île dans l’île

Aujourd’hui, l’île d’Indret est occupée par le Naval G., une entreprise spécialisée dans la construction navale de défense, qui conçoit ici les moteurs des sous-marins nucléaires. Le groupe détient la majorité du foncier de l’île, et une partie est en zone protégée, c’est-à-dire clôturée et surveillée. Sur l’autre partie, la présence est autorisée mais suspecte : les photographies sont interdites, les gardiens vous gardent à l’œil, le personnel de l’entreprise a constamment un badge autour du cou, rendant sa présence légitime. On ressent très rapidement un lourd secret qui plane et pose le groupe dans les imaginaires comme une figure mythologie de la sécurité, de l’austérité, de l’interdiction.

J’ai tout de même choisi de faire passer le sentier ici, pour donner à voir un autre visage de l’île, un esprit des lieux qui est présent partout.

Continuer la lecture de « Domicile Zone »

Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Continuer la lecture de « Les mécaniques du sable »

-Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité

Le sentier nous amène à transformer le complexe sportif de La Neustrie pour soulever le système respiratoire en tant que système d’échange avec notre environnement, et à agir vis à vis la respirabilité des milieux. Cette transformation du complexe sportif que je propose va s’opérer avec la mise en place d’un équipement qui nous invite à modifier nos comportements respiratoires mais aussi qui travail en tant que dispositif cherchant à rendre ce milieu plus respirable

Le complexe sportif de la Neustrie se crée suite à l’ouverture du collège au début des années 1970. Sa construction s’inscrit dans un cadre législatif et administratif mis en place par l’Etat pour promouvoir le réseau sportif, notamment en lien aux établissements scolaires (Falcoz, Chifflet, 1998). 1975, l’image aérienne nous montre déjà le complexe en chantier. 1975, une année après l’inclusion dans les documents d’urbanisme du projet de transfert de l’aéroport vers Notre Dames des Landes. Il est aussi antérieur à l’échangeur et au périphérique. Autant de sources qui rendent aujourd’hui cet espace irrespirable.

Continuer la lecture de « -Spirer dans l’hypoxie, ou le dessin d’un sentier et d’un nouvel équipement pour agir en faveur de la respirabilité »