Perception troublée

L’arrivée sur les lieux

C’est durant la seconde marche collective que j’ai pu rencontrer cette situation de trouble. Après avoir contemplé le lac de Grand-Lieu, une immensité lisse et inaccessible, nous nous sommes dirigés vers l’Acheneau, affluent de la Loire, dans le but de rejoindre un nœud, invisible, de trois frontières communales. Le chemin indiqué sur la carte IGN qui devait nous conduire à cet endroit s’est très vite transformé en champs. Pensant s’être perdus mais ne voulant pas abandonner notre but, nous avons fait abstraction des petits fils électriques qui coupaient notre chemin. Au fur et à mesure de notre progression, le sol argileux craquelé et les chants d’oiseaux crescendo nous ont indiqué le changement d’ambiance à venir.

Puis d’un seul coup, après avoir enjambé un fossé et prit un virage à droite, nous nous sommes retrouvé face, à ce que nous pourrions définir comme un « bout du monde ». Au premier abord un marais, d’une toute autre nature que ce que nous avions pu voir auparavant. Ici, comparé au Lac de Grand-Lieu, l’échelle de ce qui se trouve devant nous est à notre portée. Les clochers d’églises des communes alentours et la ligne de chemin de fer, que nous percevons dans un horizon proche nous permettent de donner une limite à ce marais. La présence d’animaux sauvages et l’absence de l’homme me fait penser que nous nous trouvons dans une bulle, lieu rare encore préserver de l’emprise de l’Homme.

Continuer la lecture de « Perception troublée »

Territoire mouvementé

En quittant Bouguenais, nous longeons la départementale 751A en direction de Bouaye. Le long de ces deux voies, il n’y a aucun trottoir, il faut marcher sur la piste cyclable ou sur l’herbe à côté du fossé. Nous entendons en continu le bruit des voitures qui passent à quelques mètres à peine de là où nous marchons. Autour de nous s’étendent des champs agricoles, des petits bois, des prairies séparées par des haies bocagères mais peu de maisons. Quelques animaux se devinent au loin, mais ils sont difficiles à identifier. Au niveau d’une intersection, il est indiqué sur la droite un Centre de permis de conduire ainsi que le Centre d’études techniques maritimes et fluviales. Nous continuons de suivre la départementale en longeant une haie de pins. Devant nous, un portail recouvert par de la végétation sauvage. Le passage est bloqué par des blocs de bétons. Nous ne voyons pas ce qui se passe derrière ce portail tant la végétation est envahissante. Quelques mètres plus loin, nous retrouvons des blocs de bétons et de granite venus condamner une entrée. On y voit un peu plus clair, la végétation est moins présente, et nous devinons un bâtiment derrière les fourrés.

En arrivant sur le site la première fois

Continuer la lecture de « Territoire mouvementé »

Un vocabulaire maritime

La rue du port, la place des pêcheurs, le port de la Morinière, le port Hamoneau, le port de la Castière, le vieux port – et j’en passe -, l’ex bâtiment du service des phares et balises, mais aussi les arrêts de bus – Caboteurs, Terra Neuvas, Bélouga…-. Nous ne sommes ni à Boulogne-Sur-Mer, ni à Douarnenez ni même aux Sables d’Olonne, mais bien à Bouaye, Brains, Port-Saint-Père, Cheix-en-Retz, Rouans… Pourtant, ici flotte un vocabulaire maritime inattendu alors même que nous sommes en territoire agricole, à la lisière de Nantes Métropole, aux portes du pays de Retz. Il s’agit bien là d’une curiosité, le paysage visible nous raconte une histoire, la toponymie en raconte une autre. Car si les noms de rues, de places et de lieux nous suggèrent une histoire profondément ancrée par la présence de l’eau (rivière, fleuve, puis océan) il n’en est rien dans la réalité, du moins ma réalité avant que je prenne soudain conscience de ces indices pourtant nombreux. Un regard averti observera des barques dans les jardins, des bouées de sauvetages accrochées aux murs, des kayaks sous un préau… C’était maintenant une certitude, une histoire portuaire et navale marquait ces lieux, l’enquête était ouverte.

Cartographie des ports sur le secteur Sud-Ouest

Le lac de Grandlieu s’évacue par l’Acheneau dont l’embouchure se situe au canal de la martinière qui accède ensuite à la Loire. A l’instar de cette grande masse discrète qu’est le lac, l’Acheneau se devine sur certaines portions. Elle se cache. Coule silencieusement entre les prairies humides qui s’étendent sur plusieurs centaines de mètres et forment les rives. Ces espaces génèrent une mise à distance importante permettant ainsi la préservation d’une riche biodiversité. Pourtant, par moments, la rivière est abordable. Il s’agit pour la plupart, de ces lieux anciennement port et parfois commune. Ces points témoignent de l’importance de l’Acheneau dans la vie de ces territoires. D’abord ressource halieutique, la rivière fût une importante voie de circulation entre le lac et la Loire. Elle constituait, avec le Tenu, un moyen de communication avec le Marais Breton et la Baie du sel. Quotidiennement, le lit était emprunté de chalands, des bateaux à fond plat qui permettaient de naviguer aisément dans ces eaux peu profondes. A voile dans un premier temps, puis à vapeur. Ces péniches permettaient l’acheminement de matériaux de construction (chaux, ardoises, tuiles,…) et repartaient chargées en foin, vin et tout autre production issue du pays de Retz.

Photographie historique du port de la Morinière

Aujourd’hui, de cette histoire fluviale restent les souvenirs, des anciens pour l’essentiel. Les quelques ports occupés accueillent pêcheurs et barques accidentés. Des associations peinent à faire connaître les événements historiques. Une nostalgie de ces temps révolus coule entre les mémoires. L’Acheneau est passé au second rang dans ce territoire depuis l’apparition de la voie de fer au XIXe siècle, et l’avènement de l’automobile au siècle suivant. Certains villages, entièrement développé par la présence de l’eau semblent aujourd’hui déconnecté de cette réalité. C’est le cas à Bouaye, au hameau de l’Étier. Ancien village de pêcheurs qui ne possède plus d’accès à l’Acheneau depuis plusieurs années. Point de départ du futur ‘sentier dérive’ (autrement nommé le sentier des rives).

Tourner autour

Je suis retournée seule sur les lieux, le 12 avril au terminal sablier de l’île Cheviré, en vélo, et le 14 avril, à la Musse, à pied cette fois-ci et à partir de Neustrie. J’ai alors tenté d’écrire sur le vif à l’approche des lieux et à la suite de leur redécouverte. Ces textes témoignent de la plus ou moins importante porosité de ces espaces, de la confrontation de mes troubles premiers aux terrains et de la création de nouveaux troubles.

Lundi 12 avril, Rdv 15h sur le site GSM de la sablière

12h30, site des anciennes sablières, à l’extrémité orientale de Trentemoult.

Après avoir acheté un dictaphone à la Fnac, capsule temporelle prévoyant un futur high-tech et healthy (en atteste la mise en évidence aux caisses de livres de régimes genrés), je me suis éloigné du centre-ville pour Trentemoult. Le navibus, autre capsule, spatiale cette fois, permet une transition des plus douces vers cette « enclave ». Je mange mon pique-nique sur un banc bien placé, entre les WC publiques vertes et l’ancien silo devenu pendule. Entre les arbres, le navibus passe parfois, faisant remuer la Loire. Sur la rive d’en face, le pignon de l’agence AIA architecture me fait face. Trois hommes pique niquaient sur le banc à côté vêtus d’uniformes bleus marines. N’ayant pas suivi leur départ et leur direction, accaparée par un oiseau bruyant, je n’ai pas d’autres indices sur leur travail. Ils se sont comme évaporés à mes yeux et oreilles. Je m’interroge sur la flore me séparant du fleuve.

12h52

Je me suis approchée de la Loire, tentant de la toucher en empruntant une ancienne cale. La vase mouillée glissante me fait redouter une chute salissante, je n’atteins pas mon but. J’observe le saule fendu, aussi endommagé que les anciennes infrastructures laissées telles quelles de la sablière. Un bateau, le Belfast, reste là, rouillé, figé. « Accès interdit au public » mais passage dessiné dans le grillage. Dans un parc adjacent, je réfléchis maintenant à m’y risquer ou non, personne à impressionner en plus.

13h16

Je reviens à mon banc de départ en ayant franchi les grilles béantes de traversées régulières ou passées. Je surplombe une grande étendue de sable ponctuée d’une jeune végétation . Je ramasse les plantations majoritaires dans l’idée de les identifier ensuite. Que pousse dans le sable ? La chaleur se fait plus intense dans cette étendue sans arbre. Ma joue chauffante me donne des envies de plage. Au second plan, les usines de Cheviré, puis le pont. Les débarcadères à bateaux sont bloqués par des barbelés, fermant le site anciennement ouvert au fleuve. Un cercle de charbon calciné évoque une occupation.

13h52

Je ne sais pas vraiment où je suis. Après avoir suivi la route d’asphalte le long des usines de Cheviré, j’ai échappé aux courants d’air laissés par les camions, choisissant un chemin de terre battue plutôt que de suivre les engins allant pourtant dans la même direction. A peine 30 secondes plus tard, je romps la pause pipi de deux marcheuses ; l’une, une septuagénaire en survêtement rose est encore en action tandis que l’autre, debout, émerge des fourrées. La gêne laisse vite place à des rires partagés et compréhensifs, je reprends de l’élan sur mon vélo et me laisse porté par la piste rétrécissante, jusqu’à devoir mettre pied à terre. Marchant entre ronces et ajoncs je prie pour qu’une épine mal placée n’immobilise pas mon vélo récemment acquis. Je m’arrête au bout du chemin où ce que je considère comme le bout marqué par une rupture végétale, sensation enfantine de sortie de buisson, et le passage au-dessus d’un cours d’eau marécageux dans lequel se déverse de l’eau fuyant de tuyaux. Un essaim non-identifié charge l’air accompagnant l’eau stagnante.

14h30

Partie trop tôt, je n’ai pas envie de m’approcher de la sablière avant le rendez-vous. Je l’observe de loin, entre le bruit des oiseaux et le mouvement des camions évoluant linéairement sur la route en face, les roues cachées par une butte enherbée, si bien qu’ils semblent léviter. Cette butte est comme une pré-dune séparant la prairie de l’activité de la sablière, débutant à la route. J’expérimente un dessin à l’aquarelle relevant la colorimétrie du paysage, strate de verts, sable et bleu/blanc du ciel. Le ballet des camions est incessant. Étonnamment, peu de bruit émane du pont de Cheviré. Des capuchons jaunes indiquent un passage de gaz à proximité.

16h30

Je prends le Navibus du retour, ayant refait exactement le chemin inverse, rapidement, en retard pour mon rendez-vous avec une amie. Je suis troublée, sortie d’une situation inattendue. Arrivée à 15h donc sur le site de GDM. Une intérimaire en poste depuis 2 jours, me fait rapidement un topo du site en attendant son responsable. 5 minutes plus tard, le responsable finalement parti pour garder ses enfants, je me retrouve embarquée avec le chargeur. Il me fait partager, en une trentaine de minutes, un condensé de son activité journalière, m’évoque les bateaux arrivant une ou deux fois par semaine avec du sable marin, les différents mélanges et leurs utilisations, tout en remplissant les bennes des camions. Plutôt mal installée, accroupie dans la cellule je l’écoute avec attention tout en essayant de capturer ses actions avec mon appareil. A la sortie, je suis invitée à revenir jeudi matin pour voir l’arrivée d’un bateau. Je ne m’imaginais pas exactement tant de mouvement lors de ma première visite dominicale, le site figé. 

Le terminal sablier de Cheviré, de près

Mercredi 14 avril

10h50, Neustrie

Pas de vélo, cette fois, terminus du tramway puis pieds. Je ne sais plus combien de temps on met pour rejoindre la Musse, probablement une quinzaine de minutes. Le grand parking blanc, tout neuf, est plus rempli que la dernière fois, un samedi où l’on avait pu le visiter en y imaginant un tournage de clip un peu « ghetto ». Le tramway était vide, je suis descendu seule, quelques personnes attendent, sûrement pour aller dans l’autre sens. J’emprunte le même chemin que la dernière fois, assurée d’arriver à bon port.

11h08

Bon peut-être un peu plus de 15 minutes, je suis sur le chemin de terre quittant le Piano’cktail. Le bruit de la route se fait entendre, je suis passé au-dessus de ce cours d’eau accompagné des lignes électriques, magnifique percée entre espace humide et grésillement des lignes.

11h33

Je prends le chemin du retour bredouille, avec juste quelques photos. J’ai croisé un des propriétaires mais impossible de visiter le site. « C’est dangereux et je ne veux pas avoir de problème avec les autres propriétaires ». « Et puis c’est pas à vendre », tentative d’approche ratée, j’espère juste que le message laissé sur la messagerie du GAEC trouvera une oreille plus attentive. En attendant, je vais essayer de faire avec ce que j’ai. J’ai la confirmation, au moins, que le manoir est abandonné. J’ai même proposé de laisser mes coordonnées mais action inutile selon l’agriculteur. Pas de découragement, peut-être qu’une association d’histoire locale pourra me renseigner.

La maison noble de La Musse, de loin

Trouble mécanique : et si on pensait les grands ensembles à travers le prisme travail ?

Déjà vu : Trouble de la mémoire donnant l’impression soudaine et intense d’avoir déjà vécu dans le passé la situation présente. (Larousse en ligne)

« Il est 18h50. Le soleil est encore haut dans le ciel. Le vent est froid. Je traverse l’allée de Provence, au nord du quartier du château, à Rezé. Devant moi, une route bordée d’une vingtaine de véhicules dont au moins cinq véhicules utilitaires. A droite, une barre de logement dégradée. Au-dessus, une fenêtre ouverte de laquelle se dégage une musique dansante. A gauche un city stade. Quelques jeunes hommes jouent au basket. Les enfants eux, se cachent dans les buissons attenants. Ils sont à peine perceptibles mais leurs rires eux, résonnent dans toute la rue.  Je fais quelques mètres, et face à moi, j’aperçois une voiture dont les roues ne touchent plus le sol. Une 206 blanche, année : 2007 (j’aime souvent me vanter de ma capacité à estimer le modèle d’une voiture et son année de production. « C’est mon truc ». Alors bon, en modèles anciens je m’y connais moins, mais pour ce qui est des voitures récentes c’est vrai que je me trompe rarement. Je les ai jamais appris et pourtant je les connais. Parfois je me demande d’où vient ce savoir, mais au fond je le sais très bien). Cette 206 est montée sur un cric. Le coffre est ouvert. Des outils sont disposés un peu partout autour. Le réparateur s’est glissé dessous.  Je suis surprise du professionnalisme de sa pratique. Cette scène me donne un fort sentiment de déjà-vu, ou plutôt de toujours-vu. »

(Extrait de journal de marche, première rencontre avec le château, 27.03)

Quelques jours après cette première visite au château, je me rends à nouveau allée de Provence avec l’envi de « confirmer » quelque chose sans vraiment savoir quoi. Nous sommes lundi 29 mars, il est 16h et je croise, en l’espace de quelques mètres, deux personnes réparer des voitures. Je me souviens alors, de ce texte précédemment écrit, de la peine que j’avais prise à documenter une scène qui m’avait alors paru plutôt banale. Cette fois, il n’en est rien, si une personne qui répare sa voiture un samedi soir n’avait, en soit, rien d’étonnant, deux personnes en l’espace de quelques mètre un lundi après-midi avait quelque chose de beaucoup plus troublant. Je conscientise ce que j’étais venu chercher, j’écris dans mon journal : « Que font ces hommes ? Réparent-ils leur voiture ou s’agit-il un travail ? ».

Trouble : État d’agitation, d’inquiétude, de confusion ou d’émotion dans lequel se trouve quelqu’un (Larousse en ligne)

Dès lors, les questions se multiplient : « Que se passe-t-il ? Qui sont ces réparateurs de voiture ? Pourquoi-font-il-cela ? Où exactement le font-ils ? Quelles traces laissent leur travail ? Quelles forment prend le travail de la mécanique ? Comment s’inscrit-il dans l’espace public ? Qui vient faire réparer sa voiture ? » De là, nait le besoin, presque une obsession, de constituer une base de données brute et neutre, seule capable de répondre à mes interrogations.

Traces : Suite d’empreintes laissées sur le sol par le passage de quelqu’un, d’un animal, d’un véhicule.
            Ce qui subsiste de quelque chose du passé sous la forme de débris, de vestiges, etc. (Larousse en ligne)

Une nouvelle étape de l’enquête s’engage, la recherche de « traces » (Ginzburg, 1980). Je me lance alors, toute azimut, dans une collecte d’informations concernant le quartier Château : données statistiques (« tôt de chômage élevé qui expliquerait le déploiement d’un travail informel ? »), données historiques, projets futurs… J’erre même sur Leboncoin en quête de nouvelles pistes. Très rapidement, je tombe sur une photo sur laquelle on perçoit clairement la place François Mitterrand, place centrale du quartier du Château. Quelques clics plus tard, j’ai déjà identifié des « revendeurs » de voitures basés dans le quartier. Ce n’est pas bien compliqué, ce sont des particuliers qui pourtant vendent jusqu’à 10 voitures sur la plateforme, et en fond de photos, quasi systématique, on voit le Château, facile à reconnaitre.  Puis, très vite, cela ne me convient pas, frustrée « je veux en être sûr, je veux voir ». Alors dès que j’ai un instant, je vais au Château. J’assiste à quelques scènes de réparation. Elles semblent se concentrer tout particulièrement allée de Provence (« pourquoi toujours cette rue ? C’est pourtant l’une des plus proche du poste de police »), sans que pour autant j’ai l’occasion de discuter avec des travailleurs. S’introduire, aborder des thèmes liés à des pratiques illégales, instaurer la confiance et le respect ne sont pas des choses simples. Alors pendant un temps, je relève (écrits, dessins et photos) les scènes et les traces : camions utilitaires en nombre, camion porte-voitures immatriculé Roumanie, déchets mécaniques, tâches d’huiles, privatisation de places de parking (au moyen de cônes orange), rétroviseurs posés sur le rebord d’une descente de cave, sièges automobiles, roues de voitures, enjoliveurs abandonnés, etc.

Quelques traces laissées
par la mécanique de rue

Mais rien de concret. Ces traces sont comme des indices laissés là, des suggestions qui me donnent le sentiment de « toucher du doigt » quelque chose qui est pourtant encore bien loin. L’incertitude du déchiffrement des traces m’insatisfait. J’en viens même à me demander si je ne surinterprète pas ce que je vois.

Témoignage : Action de témoigner, de rapporter ce qu’on a vu, entendu, ce qu’on sait (Larousse en ligne)
Observation : Action de regarder attentivement les phénomènes, les événements, les êtres. (Larousse en ligne)

Pour faire des rencontres, se faire une place dans le quartier j’avais besoin qu’on m’ouvre des portes.  Je décide alors de passer par les structures associatives et municipales.

Je mène un premier entretien (téléphonique, covid oblige) exploratoire auprès de Mme M. agent de développement au service logement politique de la ville. Toujours peu sure de moi, j’attends de cet entretien une première validation de la présence de la mécanique de rue et des premières réponses aux questions précédemment énoncées. Je m’introduis et présente la notion de « travail d’à-côté » (Weber, 1989), ou de « travail mécanique », elle réplique « c’est drôle que vous appeliez cela « travail », nous on appelle cela la « mécanique sauvage », c’est le terme institutionnel. En même temps, c’est vrai que c’est un travail », j’ajoute « on dit parfois aussi, travail de subsistance » (Mies, 1988) et à elle de poursuivre « ah oui c’est vrai, il y a aussi « travail au « black » ou au « noir » ». Cette première discussion sémantique dit beaucoup de la façon dont ce travail est perçu.

La dénomination « sauvage » opère une folklorisassion stigmatisante du travail des classes populaires. Elle place d’emblée ce travail dans le cadre de l’illégalité et du marginal, même s’il reste toléré jusqu’à un certain point.  Mme M. m’explique « Pour un des mécaniciens, on a dû envoyer les collègues de la tranquillité publique. Sa pratique posait problème et impactait le cadre de vie des habitants du quartier. En général on laisse faire mais tout de même, dans certains cas ça pose problème. Les voitures supplémentaires occupent des places de stationnement pour les riverains ou sinon elles sont garées sur le trottoir : pas cool pour les piétons. Sans compter les déchets mécaniques, les parechocs qui traînent, les parebrises et la vidange, même pour l’environnement, … ».

Cet extrait révèle deux sujets contradictoires. D’une part, la mécanique de rue est appréhendée comme un problème d’ordre public et se règle par l’intervention policière et sous le mode punitif. D’autre part, l’intervention des forces de l’ordre ne se fait que dans des cas particuliers de « trouble à l’ordre public ». En effet, la collectivité fait preuve de « souplesse » envers ces travailleurs. D’ailleurs tout au long de la discussion avec Mme M. je perçois une réelle compréhension des problématiques auxquelles sont soumises ses populations ; le caractère nécessaire de la ressource produite par ce travail n’est pas dénié. Preuve en est, pour toute la suite de la discussion Mme M. emploiera le terme de « mécanique de rue » et non plus de « mécanique sauvage » (ce qui est sans rappeler la bataille sémantique menée par certains chercheurs pour la préconisation de cette première expression). Elle communique sur sa volonté de trouver une « solution », les propositions d’aménagement que je pourrais faire dans ce cadre l’intéressent.

Qui sont ces mécaniciens ? Et quand exercent-ils leur travail ?

L’observation sur place me permet d’identifier plusieurs pratiques. Certains travaillent le soir, après les horaires classiques de travail salarié et le week-end, ce qui laisse penser que la « mécanique de rue » ici permet de compléter un travail salarié mal rémunéré ou plus simplement de réaliser un travail de maintenance personnel qui permet d’éviter des dépenses supplémentaires chez un garagiste. D’autres, travaillent la journée sur des horaires classiques du salariat, cette seconde situation laisse penser que la « mécanique de rue » correspond au travail principal exercé. Ce ne sont que des hypothèses qui oublient de prendre en compte des réalités complexes que sont par exemple le travail aux horaires décalées ou en temps partiel qui organisent alors différemment les emplois du temps. Mme M. donne de nouveaux éléments de réponses : « Si on passe d’un jour sur l’autre, du lundi au vendredi, si je passe tous les jours à 15h, au même endroit, je verrais les mêmes personnes, et même pas forcément avec la même voiture. »

Quelles forment prend le travail de la mécanique ? Comment la voiture s’inscrit-elle dans l’espace public ?

J’ai eu l’occasion d’observer divers travaux mécaniques, croisés avec les éléments de réponses apportés par la direction du service jeunesse et Mme M. on ne peut que noter la diversité des pratiques, entre petite mécanique et mécanique lourde : vidange, changement de roues, travaux sur pièces détachés,… Le parking devient un véritable atelier, même si pas toujours très adapté. Des précisions devront être apportés à ces question à travers notamment la rencontre avec plusieurs mécaniciens. Un premier contact avec la personne verbalisée qui exerce allée de Guérande a été amorcé grâce à Mme M. Elle me raconte d’ailleurs une rencontre avec cette personne : « Il demandait s’il pouvait louer un garage : « Mais vous pouvez pas louer un garage pour y exercer une activité illégale » il répond « Bah oui mais c’est mon boulot ? Est-ce-que la mairie peut me venir en aide ? » Et à Mme M. de répliquer « Mais la mairie n’aide pas pour réaliser des activités illégales. » ». Ce dialogue rapporté témoigne d’une grande divergence entre la représentation de la « mécanique de rue » par les acteurs institutionnels et la représentation qu’on d’eux-mêmes les travailleurs. 

Sortie d’école_tiré du journal d’enquête

D’autres voitures encore, ne font l’objet d’aucune réparation, elles sont parfois revendues dans le même état que précédemment achetées selon le service jeunesse, parfois, cela pose le problème des « voitures ventouses » (sujet d’un prochain entretien avec un expert de la question…).

Pourquoi réparent-ils les voitures ?

Selon Mme M. Il y a très clairement un commerce sous-jacent aux travaux de mécanique de rue : « C’est vraiment un travail de commerce, alors soit ils réparent les voitures des voisins pour pas cher, parce que bon, personne n’a vraiment les moyens, soit ils revendent des voitures. Moi je dis toujours, allez sur Leboncoin c’est pas compliqué vous reconnaissez vite la récurrence des photos prisent au château, et c’est facile à reconnaître, les prix sont en général très attractifs. »

De plus, à l’occasion d’une discussion au sujet des moyens déployés pour la lutte contre le chômage dans le quartier du château, je demande si des passerelles entre mécanique de rue et travail salarié dans un garage par exemple existent. La réponse qu’en donne Mme M. est révélatrice de possibles raisons pour lesquelles ce travail est exercé dans ce contexte : « Les personnes qui pratiquent la « mécanique de rue » n’ont pas forcément de diplôme, ou du moins un diplôme français, qui leur permette de trouver un travail dans ce domaine. Et ils ne sont pas forcément dans une situation administrative régularisée. Car dans les quartiers QPV, il y a beaucoup de personnes qui sont dans des situation en cours de régularisation ». A priori donc, une partie au moins des mécaniciens se trouve imposée une situation de chômage. La « mécanique de rue » serait alors le moyen trouvé par les travailleurs afin de subvenir à leurs besoins en dehors du cadre « légal » qui leur est tout simplement interdit (absence de papier ou de reconnaissance du diplôme).

Où sont réparées les voitures ?

Mes observations et déambulation m’ont amené à constater l’importance du travail mécanique allée de Provence. En faisant part de cette information à Mme M, elle retorque : « Ah bah allée de Provence là ça y va ! Allée de Provence, c’est un vrai garage en plein air ! Du coup ça prend tellement de place que les gens qui habitent la barre d’immeuble doivent rentrer par les caves. ». Puis, elle pointe d’autres lieux où la « mécanique de rue » a lieu de façon quotidienne : allée de Provence, allée de Guérande, allée de Gascogne et au niveau de la Mahaudière.

La rencontre avec la direction du service jeunesse du quartier ajoute quelques précisions, selon mon interlocutrice, certains jeunes viennent imprimer les certificats de vente dans le centre jeunesse qui met à disposition des ordinateurs. Je me demande alors si d’autres services du quartier facilitent leur travail. La médiathèque Diderot, situé dans le quartier du Château, porte-t-elle une attention particulière à l’achat d’ouvrages liés à l’automobile ? Je me lance dans un exercice comparatif sur la proposition d’ouvrage avec la Médiathèque Jacques Demy, et les résultats sont assez étonnants.

Médiathèque Diderot (Rezé, Château) :
Nombre total d’ouvrages : 100 000
« voiture » : 679 résultats
« automobile » : 154 résultats
« réparation automobile » : 11 résultats (dont « Entretenir et réparer sa voiture soi-même », « restaurer et réparer votre carrosserie », …)

Médiathèque Jacque Demy (Nantes, Ile) :
Nombre total d’ouvrages : 155 000
« voiture » : 545 résultats
« automobile » : 134 résultats
« réparation automobile » : 1 résultat (« Les métiers de l’automobile »)

Reste à confirmer par les médiathécaires…

Vers des premiers éléments de réponses ?

Tous ces éléments laissent penser qu’un regard attentif pourrait permettre de redéfinir les manières dont se déploie ce travail, à la fois dans la rue, sur les trottoirs et places de parking mais aussi sur les plateformes dématérialisées comme Leboncoin ou encore des lieux ressources du quartier (ici le service jeunesse ou la médiathèque). Les premières réponses apportées (même si elles doivent être confrontées à d’autres points de vues) soulagent quelque peu le doute mais laissent place à de nouvelles questions : Où les mécaniciens achètent-ils les voitures qu’ils réparent (vers une économie mondialisée, ou la start-up nation qui ne dit pas son nom) ? Où les revendent-ils ? Qui vient faire réparer sa voiture au château ?

Ce travail donne les prémices des possibilités ouvertes par l’étude des grands ensembles à travers le prisme du travail. Cela permet de porter un regard nouveau sur le quartier, dépasser l’image d’un quartier enclavé et surtout, affirmer un vrai « art de faire » (De Certeau, 1980) de ses habitants. Il s’agit également de signifier les dimensions économiques, sociales et symboliques complexes qui régissent le quartier, afin de peut-être même affirmer sa dimension de « centralité populaire » (Rosa Bonheur, 2019) loin des discours disqualifiants. Reste encore à réellement prendre en compte le point de vue de ces travailleurs à l’occasion de rencontres informelles et d’entretiens à venir.

Le projet par la recherche

L’enquête évidement, ici sert un objectif final projectuel.

Pour le dessin d’un sentier :
Comment le tracé d’un sentier peut-il s’approprier des problématiques liées aux « arts de faire », aux ruses et multiples formes de résistances déployées à travers le Sud-Ouest de Nantes, cela afin d’infléchir de nouvelles politiques en faveur des habitants ?
Comment, dans le cadre d’une excursion urbaine, penser le visiteur comme un « marcheur » qui pratique l’espace et non pas comme un simple « voyeur » qui ignore les pratiques (l’opposition « marcheur » / « voyeur » est développée par Michel de Certeau, dans L’invention du quotidien, 1980) ?

En lien avec l’aménagement des abords :
Quel type d’organisation spatiale, urbaine et architecturale, peut soutenir le développement des économies de subsistance tout en limitant leur impact sur le voisinage ?

Faire sauter les barrières ; libérer les enfants!

Rempart, enceinte, forteresse, barricade… Tant d’adjectifs pourrait qualifier cette cour de récréation observée à Bouaye de l’école Victor Hugo, faisant face à la Venelle des Écoliers. Comme dans de nombreux espaces récréatifs d’écoles que j’ai pu observer, le constat fut le même : les cours de récréation sont des espaces clos, protégés, parqués. Les sols uniformément bitumés, les grillages verts jouant le rôle de barrières ou encore la végétation quasiment inexistante dans ces espaces récréatifs créent une ambiance que l’on pourrait presque qualifier de carcérale. 

Cette situation de l’école à huit clos m’a alors troublée. Les enfants masqués, collés au grillage vert et leurs petits doigts s’accrochant à celui-ci semblent rêver de liberté, ou du moins semblent avoir l’envie de passer entre les mailles et de suivre le groupe de marcheurs en contrebas. Ce grillage vert d’environ quatre mètres de haut joue différents rôles. Celui de filet protecteur, afin de protéger les voitures des ballons pouvant vouloir s’échapper de la cour de l’école. Celui de barrière protectrice afin de protéger les enfants du vide. Celui de barrière visuelle permettant d’une certaine manière d’obstruer la vue avec la hauteur et ainsi de préserver les enfants. Mais en fin de compte, ce n’est pas ce grillage futile qui dissuade, c’est cette hauteur sur laquelle il est accroché. Cette position en altitude semble alors être autant une barrière physique que mentale. Cette double barrière est vraisemblablement là pour protéger ce public vulnérable, mais finalement, ne pourrions nous pas tenter de le responsabiliser ?

« Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité. »  – Victor Hugo

Qui dit barrières dit restrictions, et pour l’enfant peut être une envie de les contourner. En passant devant cette école, je me suis alors souvenu qu’en passant devant d’autres cours de récréation le constat fut toujours le même : les enfants sont en grande partie accolés à cette barrière et regardent avec un regard plein d’envie l’autre côté, celui où ils n’ont pas le droit d’aller : l’inatteignable. Je me suis alors mise à imaginer ce que l’on pourrait trouver derrière cet obstacle. On y retrouve sans aucun doute un sol bitumé comme dans chaque espace récréatif, avec peut-être un ou deux petits arbres émergeant du sol, leurs racines transperçant le bitume, comme si la nature elle aussi voudrait s’échapper et rêvait de liberté. J’ai finalement fait le rapprochement entre cette forteresse écolière et cette venelle des écoliers. Et si cette ruelle étroite serait l’échappatoire en sortant de l’école, celle dans laquelle les enfants peuvent enfin se sentir libres? 

Photographie et collage du site “trouble”.

Le mystère de l’Ermitage de Saint-Hermeland

Me voilà arrivé dans la cité des trois îles, plus précisément à Indret, zone mystérieuse repérée sur la carte IGN suscitant hautement ma curiosité. D’abord détachée du reste de sa commune, puis isolée par des grandes prairies humides et l’estuaire de la Loire, Indret parait historiquement et spatialement garder son ancien passé d’île. Arrivé en bateau, ou plutôt en BAC, j’ai d’abord été frappé par la forte identité industrielle d’Indret et son gigantisme. Constructions soit hautes, soit massives, le relief d’Indret vient scinder le paysage ligérien. Si mon objectif premier était de traverser la fonderie d’Indret, aujourd’hui aux mains de Naval Group, je me suis rapidement rendu compte de l’impossibilité de ce franchissement. Indret, c’est une ville, un extrait de ville, une île fortifiée ! C’est aussi un grand soin apporté au contrôle et à la protection des regards. Des kilomètres linéaires de murs et grillages l’encerclent. Y faire le tour implique de longer la Loire mais cela est également impossible. Recalé à la frontière sud d’Indret, j’engage ma traversée d’est en ouest. Déçu de cette mise à distance, je persiste. Et voilà que je ne vais pas être déçu…


Arrivé plein ouest, bientôt « en bout d’île », et face à ce qui semble être une impasse, je vois au loin une prairie hautement herborisée avec une matérialité inhabituelle contrastant hautement avec le béton et les métaux de l’usine Naval Group. À cette distance, il s’agit d’un simple agglomérat de pierre s’élevant dans les airs. En m’approchant, bien que difficilement à travers les hautes herbes, je me rends finalement compte que ces pierres ont été soigneusement disposées par la main de l’homme pour former une sorte de grotte formée de deux tours étonnamment liées entre elles. Mais qui y a-t-il à l’intérieur ? Aucun accès n’est encore possible. Cette île semble vouloir conserver des secrets et maintenir un mystère que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de ses remparts.

Photographie du trouble insulaire et en dérive. 8 avril 2021

En effet, ces 2 tours que je qualifierais de « Trouble » semblent être protégées par une triple frontière : localisation égarée ; accessibilité envahissante ; enveloppe-muraille. Il faut dire que ce Trouble est très bien caché. Qui viendrait construire ce genre d’édifice en impasse et en périphérie d’une zone industrielle, sur une ancienne île entourée de rien ? D’une autre part, son accessibilité laisse à désirer, et vient même contrer la marche. Des hautes herbes, on y voit même plus où poser le pied. Une pente ascendante sans prise à laquelle se retenir. C’est un véritable périple pour arriver jusqu’à lui. Le Trouble laissé inerte, comme la prairie non entretenue, semble être une dérive dans le temps, conservé volontairement à l’état d’oubli. Puis c’est son enveloppe de pierres qui vient empêcher l’accès à son contenu, à son intérieur. Tel 2 tours tombées du ciel puis brisées au tier, elles semblent faire muraille à une haute divinité qu’elles protégeraient. Et en prime, la nature s’en mêle une fois de plus. Le lierre s’accrochant à lui vient à former le liant entre les pierres. Véritable élément structurelle, il tend à renforcer la tenue du Trouble dans le temps ainsi que le caractère infranchissable de son enveloppe-muraille.

Je reste là, autour de lui, tournant encore et encore. Les mêmes questions se ressassent. Qu’a-t-il à me révéler ? Quel est son utilité ? Que peut-on faire dans un espace si étroit ? Empreint de curiosité, je mène alors quelques recherches historiques. À ma grande surprise, ce n’est pas une grotte divine mais un refuge, plus précisément un ermitage qu’on nomme également l’oratoire de Saint Hermeland. Oratoire et Ermitage rapportent tous les deux au besoin de se mettre à l’écart. Si le premier est un petit lieu consacré à la prière à l’usage d’une personne ou d’une famille, le second se dit être l’habitation d’un ermite. D’après son nom, cet édifice était alors l’habitat et le lieu de prière de Saint Hermeland, grand personnage historique du 7ème siècle du territoire Nantais. Initialement destiné à faire carrière dans les armes, il fit connaître sa décision de quitter la cour du Roi afin de se consacrer à une vie religieuse. En 670, Les nantais émirent le souhait de voir se fonder dans la région un nouveau monastère. De cette occasion, Hermeland partit pour le diocèse de Nantes. Parvenu dans la capitale des namnètes, il demanda une barque pour descendre la Loire jusqu’à la mer et reconnaître l’endroit qui lui paraîtrait le plus approprié. « Il descendit ainsi la Loire et arriva sur une île un peu en aval. Celle-ci, bien buttée, mettait le lieu à l’abri des inondations et pouvait permettre de dégager des terrains propres à l’implantation des cultures nécessaires. Il aurait nommé le lieu Antrum (antre). Par déformation ce nom se serait transformé par la suite en Aindre puis Indre (nom actuel de la commune). En face, au milieu du fleuve, une autre île plus petite qui lui sembla propre à accueillir ses méditations. Il la nomma Antricinum (petite antre) qui devint également par déformation Aindrette puis Indret »1. Saint Hermeland aimait particulièrement traverser la Loire et venir se recueillir dans la partie ouest d’Antricinum dans ce petit oratoire. Tous les carêmes, Hermeland s’y retirait avec quelques religieux, pour s’y préparer à célébrer la fête de Pâques. Empreint d’un ascétisme hors du commun, il passa la fin de sa vie ermite à Indret, dans son ancien oratoire, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle on nomme à la fois cet édifice Oratoire et Ermitage.

Aujourd’hui encore, l’état de conservation de l’Ermitage de Saint-Hermeland est incroyable. En effet, les marches pour accéder à sa toiture semblent poursuivre l’atteinte des cieux. Propriété de personne, ou du moins c’est là perception que l’on en a, je ressens la fierté de cette découverte vaguement référencée et très peu informée, et j’apprécie pouvoir l’arpenter. Les marches tournant autour de l’ermitage encouragent d’autant plus son exploration qu’elle donne la sensation de s’élever au même titre que les tours avoisinantes, offrant un point de vue unique sur l’usine. Dans un environnement tantôt contrasté ; je pense au contraste d’époque et de matériaux, puis tantôt mystique ; je pense notamment aux coussins de mousses verdoyants et aux pierres polies près du chenal, cet ermitage cultive l’héritage des pèlerins, la transformation du territoire ligérien et les ambiances de l’âge de Pierre presque fantaisistes et étonnamment similaires à celles retranscrites dans nos dessins animés d’enfances.

Alors que j’y retenais la notion d’attente, de repos, d’isolement, de tranquillité et de contemplation en raison de son nom et son emplacement, j’ai récemment appris qu’il a été le fruit d’une expertise patrimoniale en 1982. Le verdict est le suivant, « L’intérieur de l’ermitage, difficilement identifiable, est du XIX siècle. Dans son état actuel, l’édifice proprement dit peut-être considéré comme une curiosité architecturale intéressante, d’un âge difficile à définir, mais pas très ancien (3 à 400 ans), sans intérêt archéologique »2. Pour d’autres, il s’agirait bel et bien d’une tour de défense mais bâtie au XVIIIe siècle sur laquelle on pouvait poser un canon afin de permettre la défense, en aval, des arsenaux tout proches. Le temps a passé, le rôle défensif de la construction n’étant plus d’actualité, une poignée de romantiques, représentatifs de leur époque, auraient transformé la vieille tour en vestige d’ermitage habillé d’un placage de gros blocs de pierre dans le style carolingien vers la fin XIX siècle. À ce sujet, les avis divergent une nouvelle fois. Il s’agirait bien originellement d’un ermitage datant de plus de 1000 ans mais qui serait devenue une loge de gardien. Alors quel est le vrai du faux ? Fiction, fantaisie ou réalité ? Peut-être est-ce là l’âme du lieu : un mystère tourné autour du Mythe de l’Ermitage. Retirer ce mythe, c’est retirer une part de son histoire et à chacun, notre âme d’enfant. Alors pourquoi pas essayer de le faire perdurer encore un peu ?

1Saint Hermeland, moine. Société d’Histoire de Saint-Jean-de-Boiseau.
2Saints de Loire-Atlantique : Hermeland d’Indre. Agence Bretagne Presse, publié le 19/03/12

Symbologie, mythologie et perception dessinées de l’Ermitage de Saint-Hermeland – production personnelle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search