Faire parler la forêt

« Je récuse absolument toute opposition entre savoir et pratique, entre théorie et pratique. […] Sans savoir on n’amène que soi partout. L’ignorance nous place dans une situation où on est plus à même de ne projeter que soi sur le monde. Et c’est pour cela qu’il est très important de tisser finement ensemble savoir et sensibilité. »

Estelle Zhong Mengual, historienne de l’art, dans l’épisode « Voir le vivant » du podcast La Suite dans les idées.

Modifier sa posture pour découvrir


Au cours de la première marche, je tente de modifier ma posture, pour sortir du point de vue de l’être humain. Accroupie, je découvre un tronc d’arbre coupé par l’Homme. Pourquoi les gardes forestiers l’ont-ils laissé au sol ?

Le trouble
Continuer la lecture de « Faire parler la forêt »

A sols ouverts ! Dans les entrailles d’une ancienne décharge

A quelques kilomètres du centre ville de Nantes, entre le quartier du vieux Doulon et la Loire, se trouve la Prairie de Mauves. Si son nom de « prairie » évoque une vaste plaine enherbée abritant une faune et une flore foisonnante, le paysage que j’ai découvert lors de la marche est bien loin d’être bucolique.

Enclavée entre le centre technique SNCF au nord, l’usine d’incinération des déchets à l’ouest, le périphérique à l’est et la Loire au sud, la Prairie de Mauves a accueilli les déchets de la ville de Nantes durant une vingtaine d’années. Exploitée de 1969 à 1987, cette ancienne décharge a été l’un des sites privilégiés par la municipalité afin d’enfouir tous les détritus dont on ne savait plus quoi faire.

Consommation de l’espace jetable

Depuis la moitié du 20e siècle la quantité de déchets s’est accrue avec la croissance économique et les changements des modes de consommation et de production. Le triptyque « Take, Make, Waste » est alors le paradigme de cette culture de la consommation jetable épuisant les ressources naturelles considérées comme intarissables. Dans les années 60, pour “gérer” les quantités astronomiques de déchets produits, le modèle de la décharge s’est imposé partout en France et dans le monde en raison de son coût extrêmement bas. Nous ne savons pas recycler ces déchets, alors, pour ne plus les voir, nous allons les cacher sous terre : problème résolu ! Invisible, puisque sous nos pieds, le phénomène d’enfouissement de million de tonnes de déchets témoigne d’une ignorance et du mépris absolu des sols comme vivant. Or, le sol est une ressource non renouvelable à l’échelle humaine et un patrimoine fragile dont il est urgent de prendre soin.
Si la « Loi n°92-646 du 13 juillet 1992 relative à l’élimination des déchets » a permis la fermeture de nombreuses décharges ne respectant pas les mesures sanitaires et environnementales, nous héritons aujourd’hui de territoires aux sols artificialisés et pollués dont il est nécessaire d’imaginer la reconversion. Par la création des centres d’enfouissement, nous avons consommé les sols comme s’ils étaient, eux aussi, jetables. Ayant une durée d’exploitation déterminée avant même le début de leur mise en service, nous pouvons dire que les décharges ont programmé l’obsolescence du territoire sur lequel elles ont été implantées. Elles deviennent alors le réceptacle et le témoin de nos modes de consommation. Si l’enfouissement est aujourd’hui réservé aux déchets ultimes, les décharges ont détruit les sols et se pose aujourd’hui la question de leur évolution. Que faire de cet héritage commun négatif ?

Continuer la lecture de « A sols ouverts ! Dans les entrailles d’une ancienne décharge »

Sans titre

Au milieu, une route.
D’un côté, quelques fraisiers sauvages qui poussent à la sortie d’un bois.
De l’autre côté, une étendue de pousses de mâche qui grandissent sous serre de plastique.

D’abord : un état d’âme.

Ressentir une petite fierté, celle de marcher et de reconnaître un pied de fraise sauvage. Oui, j’ai reconnu ces feuilles, car j’ai dû apprendre une fois, en la croisant peut-être, qu’elle ressemblait à ça. Et puis un peu de honte, marcher une autre fois, pendant plus de cinq heures de marche, et se rendre compte que les espèces végétales dont j’étais capable de dire le nom se comptent sur les doigts d’une main.

Associé à une lecture, Estelle Zhong Mengual, Apprendre à voir, donnant envie d’en savoir plus, d’être comme intarissable au sujet des fraisiers sauvages et de leurs voisines. Non pas seulement de manière naturaliste et scientifique, mais aussi de chercher du côté de l’histoire et du voyage de ces deux espèces végétales, devenir intime et spécifique. Sans devenir naturaliste, se pencher, littéralement et corporellement, pour s’initier à regarder. D’un même mouvement l’attention au reste du vivant suivra et questionnera. Commencer à reconnaître, à recroiser à tel point que désormais on la voit partout.

la maquette du trouble, à gauche les fraisiers sauvages, à droite la mâche sous tunnel,
au fond, (peut-être) un paulownia poussant sur la terrasse de l’ENSA dont les feuilles sont connues pour leurs vertus médicinales.
  • Le fraisier des bois (Fragaria Vasca) est le fraisier sauvage le plus répandu, également appelé « fraisier commun » ou « fraisier sauvage », il est une espèce qui pousse dans les sols riches en humus, dont le climat tempéré et juste ensoleillé que lui offrent les bois, lisières, clairières ou chemins. Une plante mellifère dont le faux-fruit particulièrement apprécié des oiseaux, la fera voyager sur tout l’hémisphère nord, dans leurs soutes digestives. C’est de ce petit fruit dont on parle lorsque l’on évoque la fraise, jusqu’au XVIe, en occident.
    Sur son site Books of Dante, Gilles Gras, amateur d’histoires chamaniques et ésotériques, nous raconte que la fraise sauvage est connue des ‘anciens’, Pline la mentionne dans son encyclopédie Histoire Naturelle (74), tout comme l’aurait fait Ovide et Virgile.
    Peu estimée car « [elles] poussent tout près du sol et dans un air putride »1, certaines élites médiévales s’en méfient. On en retrouve la trace en 1368, dans les jardins royaux du Louvre où 12 000 pieds sont plantés, mais seulement à titre ornemental2.
Le jardin des délices, 1490-1500, du peintre néerlandais Jérôme Bosch,
triptyque religieux, représentant, le Paradis, « L’Humanité avant le déluge » et l’Enfer, la peint comme un fruit représentant la débauche et la luxure.
Continuer la lecture de « Sans titre »

Le chien, une histoire de domestication

Depuis sa domestication il y a environ vingt mille ans1, le chien fait partie de la ville, de sa composition mais aussi de sa fabrication. La domestication de l’animal au service de l’humain a guidé l’histoire des relations entre homme et chien, faisant passer ce dernier d’un état sauvage à un état d’asservissement aujourd’hui quasi immuable. A ses débuts chien de défense, de travail puis animal domestique dès l’Antiquité, sa place au sein de la société humaine n’a cessé d’évoluer. Jusqu’à la Renaissance, chiens et chats, moutons comme cochons, cohabitent avec l’homme et sont présents en zone urbaine. On pourra d’ailleurs croiser jusqu’au début du XXe siècle ânes et chèvres en plein cœur de Paris. 

A l’aube du XVe siècle, on va progressivement mettre à distance les bêtes des lieux de vie et d’habitation humains, dans la perspective d’une ville à l’image du progrès, sans vagabondage ni débordement. Cette vision de la société ne coïncide pas avec la présence encore notable de chiens errants dans les villes au XIXe siècle. Ils véhiculent une image de saleté, de maladie et de désordre2 que l’on se donne du mal à éradiquer depuis plusieurs siècles, et à contre-courant du mouvement hygiéniste naissant. Par conséquent, c’est à cette période que voient le jour les premières fourrières, recueillant les animaux sans domicile avant de les faire disparaître. De colossaux canicides sont opérés dans les grandes villes, avec un record de vingt-sept-mille chiens tués à Paris en 18923. En parallèle de cette violence controversée à l’encontre des animaux, et plus particulièrement ici des chiens, certain·e·s ont à cœur de défendre la cause animale, les droits des êtres vivants présents en société et l’importance de leur place dans le monde humain. Mary Tealby, militante anglaise du bien-être animal, fonde en 1860 à Londres le Temporary Home for Lost and Starving Dogs (Foyer temporaire pour chiens perdus et affamés), en alternative aux fourrières meurtrières. A Asnières-sur-Seine, c’est en 1899 qu’est créé le Cimetière pour Chiens et autres Animaux Domestiques, suite à la loi du 21 juin 1898 autorisant l’enfouissement des animaux domestiques.

Continuer la lecture de « Le chien, une histoire de domestication »

Laboratoire à ciel ouvert

Photographie personnelle _ Piste d’essai SNCF au Moulin Boisseau

Mardi 14 mars 2023, nous débutons une marche dans le but de suivre l’ancienne voie de chemin de fer Nantes-Segré. Ce fil conducteur nous amène tout d’abord au départ de la voie verte de Carquefou. Un vaste parking se tient à son entrée et laisse entrevoir des barrières en bois qui marquent le début de la balade. Un sol sableux semble avoir totalement recouvert les rails et tout autre signe du passé ferroviaire. Promeneurs et cyclistes se croisent laissant place à une atmosphère calme et apaisée. Des portillons situés à l’arrière des jardins des maisons, qui bordent la voie, donnent un accès direct aux habitants du quartier de la Madeleine. D’autres entrées au sentier se matérialisent par des ouvertures plus larges sur des lotissements. Devant la maison de retraite Florilège, un panneau planté fait valoir l’utilisation de “bandes de courtoisie” pour avoir “les pieds dans l’herbe” dans le cadre d’une “ville qui agit pour votre cadre de vie”. La perspective offerte par le linéaire de la Voie Verte, héritière de celui du passage de l’ancien chemin de fer, laisse paraître les traces d’une transformation du paysage. 

A la sortie de ce sentier de marche, la transition est brutale. Un axe routier bruyant laisse place à une zone industrielle d’où se distingue un grand panneau hissé en hauteur. “Plateforme d’innovation pour la mobilité autonome”. “SNCF installe ici un laboratoire à ciel ouvert pour construire et tester un futur système de transport public autonome”. A travers le grillage nous séparant du chantier en cours, des locaux métalliques se détachent par leur couleur éclatante entourés d’échafaudages. Chacun d’entre eux semblent être attitrés à une fonction : “Base de lancement”, “Cargo”, “Garage, “Show-room”. Des véhicules noirs spéciaux aux vitres teintées, équipés de caméras, sont étiquetés de l’appellation “Véhicules autonomes d’expérimentation”. Derrière ces bases de vie, une route rectiligne encore inaccessible semble avoir été récemment bitumée. Des indices attirent notre attention : des piquets au numéro 2 et 3 ainsi qu’une plaque rouillée, cassée en plusieurs morceaux. Sa reconstitution permet de décerner ce qui y est écrit : “Passage du train P”. Le chantier est bel et bien situé sur une portion de l’ancien chemin de fer Nantes-Segré. Les murs de l’arrière d’une maison font office de séparation du lieu des travaux d’avec l’espace public. Cette maison est l’ancienne gare de Carquefou. 

Photographie personnelle de l’ancienne gare de Carquefou et de la piste SNCF
Continuer la lecture de « Laboratoire à ciel ouvert »

Les acteurs de la nuit

Tout commence lors de ma marche un soir d’avril, le long de la Boire de Mauves. Des pécheurs pèchent la nuit. Mais pourquoi ? Parce que la carpe n’est active que la nuit, quand tout est calme. Nous sommes à la Boire de Mauves, un petit étang anthropique de 6,5 hectares alimenté par le ruisseau des Goberts ; un bras dit “mort” de la Loire qui se gorge d’eau lors des crues du fleuve. La Boire est un sur un domaine privé, elle a été racheté par la Gaule Nantaise, une Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA). Lors de la sortie de nuit, j’arrive avant la tombée de la nuit par l’ouest, la partie la moins large de l’étang, avec l’idée de longer la Boire, la contourner en passant de l’autre côté de la voie ferrée, pour rejoindre l’écluse faisant le lien entre la Boire et la Loire, avant de revenir à mon point de départ et poster une garde pour observer ce qui se passe.

Le trajet commence ainsi : franchir un petit pont sommaire d’un mètre de large environ, lampe torche à la main, sur un chemin non tracé mais “dégarni” par le passage des pêcheurs, il se dessine et nous guide. Celui-ci est étroit et s’élargi en arrivant vers l’entonnoir qui élargit la Boire, ici nous on commence à apercevoir un quai en bois en surplomb sur la Boire. En longeant l’étang, les perceptions et la vision s’adapte enfin à l’obscurité. j’emprunte ensuite le chemin plus large et gravillonné, le bruit de la marche s’amplifie et dérange face au calme environnant. Je décide de longer le chemin sur le bord de l’herbe pour réduire mon impact sonore; un ragondin fuit et nage en bord d’eau.

C’est étonnant et troublant à la fois, le vivant commence à apparaître au fur et à mesure que la nuit se prononce et que le bruit et l’éclairage de la ville s’atténue. La sensation est difficilement descriptible, mais on peut ressentir à la fois de la peur et de l’excitation. Une fois passée la voie ferrée par le dessous, j’entame  un sentier peu dessiné et légèrement visible qui fait passer à travers champs. Sur la droite, un champ pâturé et sur la gauche, un champ de culture de la mâche. Ma lampe torche vise le lointain paysage, tout à coup deux yeux brillants ! Qu’est-ce encore que cet animal ? Impossible à percevoir, il a déjà disparu à travers champs. Sur notre piste, des excréments de renard et des traces de passage de biches. Après une heure de marche, on passe d’un paysage humide à un paysage de champs relativement plat. On longe désormais une voie qui en surplomb de la Loire pour atteindre l’écluse au bout d’une heure et demi. Il est minuit, les trains ne circulent plus, aucun bruit de voiture et une impression d’être seul au monde et au milieu de nulle part. Une fois la Boire regagnée, c’est le sursaut : une biche ayant eu autant peur que moi surgit et court derrière les buissons. Je finis le parcours et repose mes muscles posté le long d’une petite mare d’eau. Au bout d’une demi-heure, splach splach … Téléphone à la main, je prends une photo vers l’horizon, un renard me fixe sans peur et repart. Il était venu s’abreuver. La marche se termine ainsi, rempli de sensations, d’émotions.

 

La nuit reste le dernier espace de liberté des animaux sauvages qui ne peuvent exister durant la journée. Cet épiphénomène permet de mettre en lumière ce qui se joue. Parcourir le chemin de nuit, c’est prendre conscience des dégâts réalisés par l’homme, car se qui se joue à la petite échelle a un impact sur la grande échelle. Ces zones sont des réservoirs de biodiversité très riche et qu’il nous faut préserver. Après analyse et recul par rapport à ce territoire à mi-chemin entre ruralité et urbanité, on constate en effet que la biodiversité présente sur ce quadrant est aussi riche et aussi importante que celle du marais de Cordemais (44).

Le sentier nocturne proposé va permettre aux habitants de prendre conscience du milieu dans lequel ils vivent et de l’importance des lieux comme la Boire de Mauves. L’idée serait de proposer un espace d’observation sur ce sentier tout en respectant l’espace des acteurs de la nuit sans y dégrader l’environnement. Les acteurs de la nuit dessinent le sentier par leur passage – le reste doit y trouver sa place et comme le mentionne Gilles Clément les délaissés ont leur intérêt et leur place dans le paysage. Il manquerait juste un lieu permettant d’observer le vivant la nuit, un lieu qui serait en adéquation avec le paysage existant.

« La nuit n’est pas seulement un moment pour dormir, c’est un moment pour rêver, voyager et explorer l’inconnu. La nuit, le monde est une toile qui attend d’être peinte aux couleurs de votre voyage. »

 

 

À propos de chemin à Thouaré-sur-Loire

D’abord il y a ce chemin entre la rue de Bellevue et l’impasse du Vercors, à Thouaré-sur-Loire, dans le 44, la Loire-Atlantique. C’est un passage piéton entre deux pavillons idiosyncratiques de l’image commune du lotissement, avec son crépi, son entrée de garage et ses ardoises, peut-être un des seuls témoignages d’une localisation nord-Loire-proche-Bretagne. Quand on l’observe depuis le trottoir, à son entrée, on ne pense pas forcément à y aller. Rien n’indique d’ailleurs qu’on devrait ou pourrait le faire : un arbre pousse au milieu, l’herbe y pousse tranquillement, tapissant d’une unique surface le chemin de traverse et le jardin des voisins, où on peut absolument observer un transat moulé par injection blanc inspiration monobloc, un autre en bois et sous ces derniers une dalle grise qui fait seuil entre la pelouse et la maison. C’est comme si on marchait chez eux, même si le grillage vert foncé qui marque le fond de parcelle n’en dit pas autant, ou alors comme si eux et nous, le passage public et le jardin privé, on partageait en fait un bout de territoire commun et indépendant. Étrange. Mais continuons.

Continuer la lecture de « À propos de chemin à Thouaré-sur-Loire »

Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez

Aux abords du ruisseau de la Chalandière, on découvre un vallon très boisé de frênes, de chênes, de châtaigniers… Leurs troncs sont plutôt fins, ces arbres sont en effet très jeunes. C’est une vallée qui était fortement habitée avant le remembrement et qui s’est transformée en petite forêt, en friche pendant les années 70 – 80. Si vous vous y promenez au printemps, prenez de bonnes chaussures car le sol se gorge d’eau, et les chemins y sont pentus. Les sentiers, sûrement très anciens, longent des cours d’eau qui serpentent dans des fossés entre les arbres. On rejoint des mares, quelques sources, d’autres ruisseaux discontinus… De petites fleurs colorées poussent auprès des arbres, on trouve un terrier de lapin ou de blaireau, des oiseaux qui chantent dans les branches… C’est un lieu très habité.

En remontant vers le village de la Gouachère, ce n’est que très progressivement que l’on quitte cette ambiance de sous-bois. Les arbustes deviennent des haies opaques de lauriers ; le sentier, plus large, peut désormais accueillir le passage d’une voiture. Au bout de celui-ci, on trouve un petit édicule blanc, non loin des premières habitations de ce hameau. En vert sur fond blanc, trois traits parallèles tracent le S de Suez.

Suez, c’est le nom d’un isthme situé en Egypte qui relie l’Afrique et l’Asie et qui sépare la mer Rouge de la mer Méditerranée. C’est aussi le nom d’une multinationale dont la création remonte à 1855, au moment du percement d’un canal dans cette frange de terre pour relier les deux mers. L’entreprise trouve donc ses racines dans la longue histoire de l’exploitation d’un canal sur le sol égyptien par une entreprise française, puis par des britanniques jusqu’à la crise de Suez, la nationalisation par Nasser en 1956 et l’échec de l’opération militaire franco-israélo-britannique pour restituer l’exploitation du canal à ses anciens actionnaires. En somme, c’est un emblème de l’impérialisme européen au Proche-Orient1.

La construction du canal de Suez, 18662

L’exploitation du canal par la Compagnie financière de Suez prend fin dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle entreprend alors une conversion vers la finance et effectue de nombreux investissements à l’étranger notamment. En 1967, elle devient actionnaire majoritaire de la Société Lyonnaise des eaux et de l’éclairage. C’est une entreprise qui s’est attachée depuis le Second Empire à devenir l’acteur central de l’approvisionnement en eau, de la production de gaz puis d’électricité dans de grandes villes françaises. Les deux entités fusionnent en 1997 pour former le groupe Suez.

Continuer la lecture de « Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez »

Des hameaux métropolitains

Décentrer le regard

15 Avril 2023, je décide d’aller explorer les marges de la métropole, d’aller voir ce qu’il se passe au-delà de la ville de Nantes qui concentre l’attention des politiques. Sur la carte, on peut voir de micro tâches d’urbanisation disjointes de la continuité urbaine, dispersées parmi des terres agricoles. Elles sont présentes tout le long du périmètre métropolitain formant une couronne presque continue. Leur emprise dans l’aire métropolitaine semble équivalente voire majoritaire à l’emprise de la surface urbanisée continue. Ainsi, à la manière de Bénédicte Grosjean dans son ouvrage Urbanisation sans Urbanisme (Mardaga, 2010), dans lequel elle s’attarde sur la formation des territoires contemporains « d’entre-deux ni urbains ni ruraux » à travers le cas de la province de Bruxelles, je propose un décentrement du regard afin de comprendre ce qui constitue une composante essentielle des territoires habités de la métropole et de pouvoir les prendre davantage en compte dans les politiques d’aménagement. Je soutiens l’hypothèse, portée par Brès, Mariolle et Beaucire dans leur ouvrage Territoire Frugal publié en 2017, «d’une durabilité insoupçonnée des espaces d’urbanisation dispersée et de l’existence de fortes capacités d’adaptation dans ce type de territoires».

Territoires habités en marge de la métropole nantaise (carte de l’autrice)

Avec mon coéquipier, nous prenons ce jour-là le tram depuis le centre-ville de Nantes, puis le bus de la compagnie régionale Aléop. Après 1h15 de trajet, nous pouvons commencer à marcher. Sur un chemin boisé, nous rencontrons Denise. Elle habite à 10 minutes à pieds, dans un « village ». Un village dans la métropole ? Je pense aux villages que je connais dans les Pyrénées, je n’aurai pas imaginé qu’il y en ait si proche d’un milieu urbanisé comme Nantes. Lorsqu’elle nous explique qu’ils ne sont que deux à y habiter, je comprends que ce ne sont pas les mêmes villages que ceux que je connais. Ici, il n’y a pas d’église ni de place du village, seulement trois maisons. Pourquoi cette habitante considère-t-elle qu’elle habite dans un village ? Qu’est ce qui caractérise ces villages à la situation bien particulière au sein d’une métropole ? Que reste-t -il aujourd’hui du caractère rural et des modes de vie villageois dans la métropole ?

Les persistances d’un territoire rural

J’enquête alors sur les villages que nous avons arpenté au nord-est de la métropole, entre l’Erdre et la Loire, au-delà de l’aire urbanisée mais toujours au sein du périmètre administratif de la métropole, appartenant aux communes de Carquefou et Mauves-sur-Loire qui dessinent cette périphérie. Je cherche à comprendre dans un premier temps comment se sont formés ces « villages » dont me parle Denise.

Continuer la lecture de « Des hameaux métropolitains »

Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ?

Chemins piétons du Bois Raguenet Photographie personnelle

Arpenter la métropole nantaise à pied confronte à différents niveaux de publicité de l’espace.

C’est au Bois Raguenet dans la commune d’Orvault que nous nous sommes autorisés à quitter la voie principale dominée par la voiture. Le chemin des Matines offre un large passage uniquement piéton et entouré de végétation. Le contraste est énorme entre la voie bitumée très large où les voitures nous frôlent et ce chemin calme où nous pouvons marcher les uns à côté des autres. C’est dans ce lieu, couvert par les arbres, que nous aurions pu nous arrêter pour nous réfugier des grands axes de circulation.

Organisation du Bois Raguenet : En orange les cheminements secondaires, en bleu les voiries principales.

Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au droit des axes principaux.

Continuer la lecture de « Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search