Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ?

Chemins piétons du Bois Raguenet Photographie personnelle

Arpenter la métropole nantaise à pied confronte à différents niveaux de publicité de l’espace.

C’est au Bois Raguenet dans la commune d’Orvault que nous nous sommes autorisés à quitter la voie principale dominée par la voiture. Le chemin des Matines offre un large passage uniquement piéton et entouré de végétation. Le contraste est énorme entre la voie bitumée très large où les voitures nous frôlent et ce chemin calme où nous pouvons marcher les uns à côté des autres. C’est dans ce lieu, couvert par les arbres, que nous aurions pu nous arrêter pour nous réfugier des grands axes de circulation.

Organisation du Bois Raguenet : En orange les cheminements secondaires, en bleu les voiries principales.

Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au droit des axes principaux.

Le lotissement du Bois Raguenet, par ses espaces communs, chercher à activer une entente collective et les liens sociaux au sein du quartier. En fait les 600 habitants s’organisent en copropriété autour du parc situé au sud du quartier. Un jardin de 4 hectares qui accueille des jeux pour enfants, souvent utilisés lors des sorties d’école. Il s’agit donc d’un quartier où les parcelles privées sont parcourues par des voies pédestres publiques. 

A l’échelle de notre quadrant, de nombreuses autres situations de lotissement peuvent être observées. Le Petit Chantilly, tout comme le Petit-Moulin ont une emprise au sol très importante et s’étendent de la Vallée du Cens jusqu’à la route de Vannes. De même pour le quartier résidentiel Nord Beauséjour mais où la circulation est principalement motorisée. 

Exemple d’organisation de fond de parcelle en espace public Photographie personnelle

Au sud du quadrant on peut nommer dans la commune de Saint-Herblain : le Tillay, Preux-Crémetterie, Bourg Solvardière, Bourg Pelousière et le Village Expo .

Ces quartiers d’habitation sont des espaces joints par l’étoile verte de Nantes. Ce n’est pas pour cela qu’aujourd’hui nous pouvons observer une pratique transversale de ces espaces. Il existe certes une possibilité pour les piétons de joindre les deux branches en passant par les voiries principales. Mais il n’existe pas d’aménagements qui motivent cette pratique de l’espace.  

Quartiers résidentiels : espaces transversaux de l’étoile verte

Nous pouvons nous interroger sur la valeur de la ville passante, ville où chaque environnement qu’il soit résidentiel, commercial, agricole ou public serait possiblement traversé.  David Mangin dans La ville franchisée (2004) définit le sens de la ville passante :  

 «Une juxtaposition d’environnements sécurisés ou la ville passante ? La ville passante permet d’avoir accès aux services de proximité (écoles, commerces, transports en commun) et une offre foncière diversifiée.» 

A l’échelle d’un quartier résidentiel qu’est-ce que cela signifie ? Quels sont ces espaces intermédiaires entre le privé et le public, ressentis comme un refuge de tranquillité pour nous, marcheurs au Bois Raguenet ? Ces cheminements secondaires longent la plupart du temps les jardins privés riches en biodiversité mais fragmentés de part et d’autre par des espaces publics de circulation le plus souvent minéralisé.

Bien que les espaces privés sont sources de biodiversité, certains habitants peuvent avoir des comportements nuisibles avec par exemple l’utilisation de pesticides ou encore une forte consommation d’eau. 

Les espaces publics “verts” sont eux facteur de liens sociaux et apportent un confort et un cadre de vie en plus de permettre une unité végétale. Il ne faut pas s’arrêter à l’image des grands jardins publics très aménagés au centre des métropoles, mais plutôt pousser cette réflexion en proposant des nouveaux modes d’habiter en péri-urbain qui impliquent les habitants à une logique de proximité. 

Pour Xavier Desjardins et Antoine Fleury, “L’enjeu est de mieux prendre en compte – voire de promouvoir – des pratiques de proximité généralisées entre les logements, les commerces, les équipements publics, les gares et les espaces « naturels ».”

Le commun privé serait donc produit par un ensemble d’aménagements qui rassemblent les habitants de la métropole. Comment alors permettre un réseau de proximité pour les habitants de ces quartiers ou bien pour les travailleurs dans ces zones commerciales ou encore pour les différents promeneurs ?  

Une revalorisation des espaces publics permettrait de favoriser des modes de déplacement comme le vélo, la marche ou encore les transports en commun. Les usagers seraient amenés à orienter leurs pratiques vers le partage et le bien-être commun.

Des bidonvilles

 

Tout commence par une rencontre. Au détour d’une zone d’activité, entre silos à grain et chemin urbain, à travers une végétation foisonnante et une atmosphère polluante: ici se loge le trouble. En ce lieu, une vie s’est installée, un quartier s’est élevé, abritant des hommes, des femmes et des enfants. Sur un vaste terrain qui semble être délaissé s’est auto-construit une “ville”, une enfilade de caravanes où les palettes nous montrent le chemin. Les vêtements qui sèchent, les déchets à l’entrée, nul doute qu’ici on habite.

C’est quand nous parcourons nos paysages quotidiens avec une foulée et un regard différents que ces rencontres surviennent abruptement face à nous. Un paysage inconnu se dessine alors, composé d’une succession d’espaces divers, de situations variables : ici des aires marginales sont sources de conflits et d’inégalités, porteuses d’une réalité de plus en plus dure dans les grandes métropoles. Les bidonvilles sont des objets mal identifié et mal identifiable. Ils se sont formés au fil des décennies, en raison des migrations économiques,  pour trouver des conditions de vie meilleure, pour donner une scolarisation pour les enfants. 

Etonnés par notre passage, une dizaine d’enfants font irruption sur le chemin qui borde leur terrain de vie et de jeu. Ils viennent nous saluer, mains tendues, le sourire aux lèvres et les yeux pétillants.

En effet, ici sur les rives du quai Emile Cormerais, une vingtaines d’enfants grandissent dans des conditions précaires. Absence d’un accès à l’eau pour se laver ou s’hydrater, absence d’un accès à l’électricité pour manger ou communiquer. Cette précarité, immédiatement visible, se double d’une facette moins perceptible, celle de la difficulté d’un parcours d’insertion, pour avoir  accès à l’administration, à la santé, au logement, à un emploi, mais aussi à l’éducation. L’éducation est un besoin vital pour nos enfants, elle contribue à un cadre stable, améliore la santé et le bien-être social. Elle transmet des principes communs et peut être un outil de réduction de la pauvreté et des inégalités.

Ce jour là, ils n’étaient plus là. Mais pourquoi ? La balade est devenue habituelle, le paysage attachant. Mais aujourd’hui plus rien, la vie qui s’était établie s’est enfuie, laissant un terrain vague, un terrain de déchets, clôturé par une montagne de cailloux. Où sont-ils partis ? Ce jour là, j’ai compris. Que la vie s’établit mais qu’elle n’y est pas conviée.

La vie s’est établie puis enfuie au quai Emile Cormerais
                                                                           (CC.GoogleMap)

Les expulsions déstabilisent les parcours déjà chaotiques des habitants des bidonvilles. Environ 35 expulsions par an sont conduites au sein de la métropole nantaise. Expulser ces populations sans solution d’hébergement ou de logement provoque une rupture dans leurs parcours d’insertion et annule les efforts fournis par les associations. Au sein des 54 bidonvilles, ce sont 120 enfants scolarisés contre 800 vivant dans la métropole nantaise: des chiffres qui évoquent la grande précarité d’insertion scolaire. En raison des expulsions de leur bidonville, certains enfants qui avaient pu être scolarisés se retrouvent très loin de leur école. Il arrive aussi que leurs papiers d’identité et carnets de vaccination soient perdus lors de l’expulsion ce qui complique les démarches à venir. C’est un temps difficile pour les enfants et leurs parents, il y a une vie à reconstruire sur un nouveau terrain à 20 kilomètre de là.

Ces expulsions constituent également des situation troublantes au regard de l’histoire d’un espace. Des espaces ponctués de situations mouvantes, éphémères, d’incertitudes: un changement permanent de notre paysage caché par la dynamique quotidienne.

 

Carte critique
L’éducation des enfants de bidonvilles dans  l’espace Nantais

L’éducation pour ces enfants est une véritable nécessité, enquêtons pour établir des actions !

De l’importance des petits coins résiduels – les abeilles

La subsistance des abeilles dépend entièrement des fleurs. Le pollen des fleurs est la principale et unique source de nourriture des abeilles. La présence des abeilles est à son tour cruciale pour la reproduction des plantes. Sans pollinisateurs, la plupart des plantes disparaîtraient. Il est donc dans notre meilleur intérêt que les deux restent en bonne santé.


Le sentier des abeilles traverse aussi bien des sols agricoles que des sols bétonnés dans des zones industrielles, jusqu’à des utilisations mixtes dans les zones urbaines. Dans ces différentes zones, les abeilles sont confrontées à des défis différents. Sur les surfaces agricoles, les déserts verts de cultures et de plantes utiles (des kilomètres de champs de colza ne fleurissent que trois à cinq semaines par an environ, selon les conditions météorologiques) leurs posent un problème. En raison des monocultures, elles ne trouvent de la nourriture que pendant une période limitée de l’année et sont intoxiquées par l’utilisation importante de pesticides. Une utilisation massive de lisier comme engrais entraîne également une flore pauvre en espèces. Un manque de nourriture et trop peu de possibilités de nidification ont un impact négatif sur le développement des larves d’abeilles (sauvages), ainsi que sur les insectes complets formés.

En milieu urbain, les insectes sont stressés et désorientés par le trafic bruyant, ainsi que par les vibrations dans le sol dues à une forte circulation. De plus en plus de surfaces sont construites et le sol est scellé par du béton, ce qui entraîne la disparition des friches et, de manière générale, des surfaces résiduelles, c’est-à-dire des petits coins inutilisés, des talus ou des bandes étroites qui ne sont ni labourés, ni fauchés, ni entretenus régulièrement. Pourtant, ces espaces pourraient abriter une grande variété de plantes à fleurs et fournir du pollen et du nectar aux abeilles mellifères et sauvages. Dans les jardins privés, on trouve souvent des surfaces pavées ou des pelouses décoratives vertes qui demandent beaucoup d’entretien et n’offrent rien d’autre qu’un désert gris / vert aux abeilles. L’utilisation de poisons agricoles est également plus élevée dans les petits jardins et les jardins de balcon, que ce qui est bon pour les insectes.

Tant sur les terres agricoles que dans les villes, les éléments “perturbateurs”, tels que les petites rivières, les haies, les friches où poussent les plantes sauvages et où se reproduisent les insectes, sont éliminés afin de pouvoir exploiter davantage de surface et utiliser de grosses machines. Néanmoins, la biodiversité est plus diversifiée en ville, car les espaces verts ne sont pas axés sur le rendement. Une étude publiée en 2018 par la Royal Society B a montré que les abeilles vivant dans les zones urbaines ont une vie plus saine que leurs congénères vivant dans les zones rurales. Ses colonies sont plus grandes, mieux nourries et moins sujettes aux maladies. Les colonies urbaines survivent également à leurs cousines des campagnes. Par exemple, à Paris, on a pu détecter plus de 200 pollens différents, alors que dans la région rurale environnante, on ne trouvait que 15 à 20 espèces de pollens.

La Loire, territoires liquides

Tout au long de la Loire, nous sommes confrontés à une zone de territoires liquides qui changent de forme et d’essence indépendamment de l’homme. Les territoires atteints par le sentier ont radicalement changé au cours des siècles et continuent de se modifier aujourd’hui. Ce sont des espaces naturels de grande valeur écologique tout autant que fabriqués par une histoire qui risque de tomber dans l’oubli.

Ile la Motte, Indre

L’histoire de cet estuaire nous apprend que la Loire était autrefois couverte de petites îles vertes ; aujourd’hui incorporées aux rives du fleuve, elles sont des prairies ou des marais. Dans de nombreux cas, ils ne sont pas accessibles ni même visibles de loin. Elles perdent leur importance dans la ville qui grandit et englobe la nature. Cela n’est pas seulement dû aux événements comme les marées hautes ou la végétation envahissante, mais aussi à la façon dont l’homme modifie la zone. Pourrions-nous imaginer visiter ces zones comme s’il s’agissait encore d’îles ? En suivant les voies d’eau, la rivière et les canaux qui les entourent ? Les îles ne sont pas seulement des espaces physiques, géographiquement localisées et délimitées, elles sont aussi des entités mentales, des lieux imaginaires, des modèles intellectuels, des motifs pour la création littéraire et artistique.

D’où l’idée d’une île utopique, un lieu idéal qui n’existe pas. La tentative sera de rendre cette utopie aussi réelle que possible, un lieu où le promeneur peut s’arrêter et apprécier la nature environnante, au sein d’un village insulaire, pour un tourisme attentif et sensible aux questions de nature et d’écologie.

Nous avons cessé d’écouter

Le paysage sonore influence nos vies de manière radicale. Nous sommes constamment soumis.es à des sons qui ne sont pas toujours agréables, dans les espaces urbains extérieurs, comme dans les espaces domestiques. Le bruit de la circulation est par exemple devenu la bande sonore de nos vies, sans vraiment que nous nous en rendions compte. Cette marche dans le quadrant nord-ouest m’a frappé pour ces variations sonores. Si nous nous arrêtons pour écouter, il y a des bruits qui nous sont agréables, d’autres insupportables, en nous prenons conscience de ce que nous aimons vraiment, de ce qui nous fait du bien.

Mais dans quelle mesure voulons-nous réellement échapper à cette réalité oppressante ? Il est également vrai que certains citadins se sentent étouffés lorsqu’ils passent du temps dans la nature. Peut-être en avons-nous vraiment besoin, de l’odeur de la ville, du bruit des tramways et de la circulation ? Et que sans eux, nous nous sentons perdus. Sans arrêt de bus ou de tram, nous ne savons pas comment nous déplacer. Nous voulons des indications, des points de repère et savoir exactement dans combien de minutes le bus va passer.

En représentant les sons, nous représentons également ce qu’ils nous font ressentir. Nous devons les analyser et comprendre combien de temps d’exposition nous pouvons prendre. Nous devons nous arrêter, écouter et évaluer.

Paysages sonores pour la santé a pour but d’amener le marcheur dans une situation parallèle, une oasis à quelques kilomètres de la ville. Mais en fait, combien d’oasis avons-nous à proximité sans nous rendre compte de leurs valeurs ? Créer une oasis c’est l’idée de mettre en valeur cette partie du territoire et de permettre une évasion de tous les bruits artificiels qui affectent négativement nos vies.

Représenter le son

 

 

La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble

Lors de nos marches dans le quadrant nord-ouest nous avons  traversé de nombreuses formes d’espaces hydrographiques sans pour autant les identifier. Des prairies sous l’eau, des canaux envasés, des marais enherbés. Notre méconnaissance s’est cristallisée sur une remarque : « je pense que le marais Audubon est un paysage façonné par l’Homme, enfin je ne suis pas sûr. »

Cette intervention m’a fait bondir. Comment un paysage autant drainé, canalisé, exploité quotidiennement peut-il être considéré comme « naturel » ? Sommes-nous à ce point déconnectés de notre gestion spatiale ?

Pourtant, la question de la gestion des eaux est de plus en plus devenue une question publique. Oubliée durant les grandes périodes d’aménagement du territoire français, les eaux ont été drainées, conduites et déviées pour permettre l’artificialisation, l’extension des espaces de production et l’endiguement du territoire. Cet excès d’imperméabilisation du territoire est sur le point de nous exploser au visage. Plaques d’égouts débordantes, déversoirs pleins, avals inondés, sécheresses « exceptionnelles » suivies de pluies intenses… Les inondations de plus en plus régulières dans les zones urbaines sont là pour nous rappeler la force des éléments qu’aucun drain ne pourra canaliser. Pour autant, les politiques de gestion de l’eau sont peu connues des publics souvent concernés et laissées aux professionnels.

Axonométrie d’enquête

Continuer la lecture de « La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble »

Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier

Le Périphérique - Lettre

Madame, Monsieur,

En tant que responsable de l’enquête n°2022_PDL_NA-NO/PERIPH, et après deux ans d’investigations menées sur le territoire nantais, j’ai l’honneur de vous communiquer en ce jour les conclusions issues de mon rapport d’enquête. Le présent courrier vous en propose une synthèse.

Continuer la lecture de « Le Périphérique : faire avec les utopies d’hier »

Les bassins d’Orv(eau)lt

                Au nord de Nantes et au sud d’Orvault, entre l’écoulement du ruisseau et le ronronnement des véhicules, se trouve un espace étonnamment paisible. Le chemin est large, ses abords disposent d’assises pour se poser et il est praticable à pied ou à vélo. Les abords du Cens restent sauvages et l’autoroute est mise à distance par une butte, mais aussi par un espace clôturé interdit au public : des bassins d’orages.

La vallée du Cens, une promenade urbaine du nord-est au nord-ouest de la métropole nantaise.
Continuer la lecture de « Les bassins d’Orv(eau)lt »

Exotisme en-terrinée

En cheminant le long des canaux du Marais Audubon, on ne met pas longtemps à apercevoir des monticules de pierres.
Ces derniers, plus ou moins ordonnés sous les arbres qui ponctuent la ligne d’eau, sont parfois si endommagés qu’on les retrouve éboulés.
Mais à quoi peuvent-ils bien servir ? Et qui les a installés ?

– Bonjour ! Vous êtes du coin ?
J’ai remarqué qu’il y a des tas de pierres au bord de l’eau. C’est bizarre, non ? Vous savez à quoi ça sert ?

– Ah ça, c’est pour éviter que les ragondins abiment les berges.
Si on ne le fait pas, ils détruisent tout.

Le ragondin.
Un rongeur devenu indissociable de nos zones humides… et souvent affublé d’une réputation peu flatteuse.
On l’accuse de nombreux maux : détruire les cultures, propager des maladies, détruire les écosystèmes, etc. Mais qu’en est-il vraiment ?

Continuer la lecture de « Exotisme en-terrinée »

Un pigeonnier à la Pâtissière

Pigeonnier du Château de la Pâtissière, photo personnelle

À la limite ouest de la commune de Saint-Herblain se dresse une vieille tour de pierre, assaillie par la végétation, qui semble être laissée à l’abandon. Il s’agit du pigeonnier associé au Château de la Pâtissière, situé juste à côté. Au-delà de la qualité architecturale du monument, le pigeonnier est porteur d’une symbolique forte au cours de l’histoire et témoigne de la grandeur de l’ancien domaine du Château. L’ensemble culmine à une douzaine de mètres de hauteur, avec une coupole et une lucarne d’envol; il est aujourd’hui un repère visuel dans le paysage.

Schéma du pigeonnier, chronologie et usages du pigeonnier, mur d’enquête, travail personnel

Grâce à son architecture, nous pouvons dater la construction du pigeonnier aux alentours du XVe siècle. Il s’agit d’un pigeonnier cylindrique sur pied en moëllons. Il comportait probablement une échelle tournante qui néanmoins ne se trouve plus à l’intérieur. De même, la girouette, qui aurait pu nous donner des informations sur le rang de noblesse du seigneur, a elle aussi disparue. Nous pouvons toutefois affirmer de par la taille de l’édifice qu’il s’agissait d’un grand domaine. Les boulins, qui sont les cavités servant de nid à l’intérieur du pigeonnier, permettent d’établir une estimation de la superficie du domaine, un boulin représentant un demi hectare.

La ZAC de la Pâtissière, quel impact?

Le pigeonnier aura bientôt de nombreux voisins. En effet, de l’autre côté de la départementale va bientôt s’implanter une ZAC de 200 logements et une école de 15 classes, sur un terrain de 10 hectares. Aujourd’hui, les parcelles sont occupées par la faune et la flore sauvage, qui risque d’être fortement impactée par les nouvelles constructions. Je me suis alors intéressé à la place des oiseaux en milieu urbain et périurbain et aux dangers auxquels ils font face. Les oiseaux sont les témoins de la santé de la biodiversité. Lorsque les oiseaux sont en danger, c’est généralement l’écosystème dans son ensemble qui est menacé. La France a perdu trente pour cent de sa population d’oiseaux ces trente dernières années. En milieu urbain, les dangers sont multiples, à commencer par l’étalement urbain et la bétonisation de la terre dans laquelle les oiseaux trouvent leur nourriture. La fragmentation des milieux naturels pose aussi un gros problème en tant qu’elle empêche la continuité entre les différents biotopes. Ensuite, les nuisances sonores et lumineuses liées à l’activité humaine ont aussi un impact sur le rythme de vie et de reproduction des oiseaux, en éclipsant le cycle jour/nuit par exemple. Enfin, la nourriture se faisant rare, les oiseaux s’adaptent et cherchent dans nos déchets de quoi survivre. Il s’agit pour eux de nourriture inadaptée, souvent trop grasse.

Futur site de la ZAC, photos personnelles

Comment agir ?

Il y a donc plusieurs enjeux qui ressortent de ces recherches. Le premier est la protection du pigeonnier en tant que patrimoine bâti, le second, la protection de la faune et de la flore sauvage au sein de la future ZAC de la Pâtissière. Mon travail consistera alors à fournir un protocole d’aménagement permettant la cohabitation de la faune sauvage et des humains au sein de la ZAC et concevoir un centre de soins pour oiseaux sauvages en réhabilitant le pigeonnier de la Pâtissière.