La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

Les eaux troubles du port de Cheviré

L’entrée amont du port…

Jeu mot facile j’en conviens, mais ayant choisi de parcourir le long d’un sentier les paysages de l’eau de la métropole nantaise, il me fallait aller à la rencontre de ce port que les Nantais ne semblent plus connaître, mais qui se rappelle pourtant à eux lorsqu’ils empruntent le pont de Cheviré. Créé après la seconde guerre mondiale et s’étant développé à la suite du déplacement des activités portuaires de l’île de Nantes vers l’aval de la Loire, autrefois propriété de l’État, Cheviré fut institué en grand port maritime par la loi portant réforme portuaire du 5 juillet 2008. Cette nouvelle entité est maintenant propriétaire de son foncier et « assure l’accès maritime, la sécurité et la sûreté ».

… et l’entrée centrale, guère plus avenante.

 

A partir de là, le port s’est un peu plus renfermé sur lui-même, étant déjà à la lisière de la ville, en érigeant des barrières contrôlant ses accès à terre, veillant principalement à empêcher tout accès indésirable de véhicules. Mais le piéton, qu’il vienne de Trentemoult ou de Bouguenais, par l’est, le sud ou l’ouest, trouvera tout de même un accès dérobé pour pénétrer la forteresse.

Continuer la lecture de « Les eaux troubles du port de Cheviré »

Sur les traces de l’île d’Utopia.

Les limites sont floues,
on peine à voir sa forme arrondie qui devrait émerger des marais,
des friches d’arbres la rendent très discrète,
ils sont sauvages ou mal entretenus ça dépend,
on glisse un regard dans trou de feuillage pour tenter de l’apercevoir.

C’est un territoire en mouvement,
vivant au gré des saisons,
sèches ou humides,
des chemins se révèlent au printemps lorsque l’eau se retire,
si l’on se rapproche un peu trop de ces prairies devenues accessibles,
de grands oiseaux blancs s’envolent dans un bruissement d’ailes,
en ce moment ils reviennent des pays chauds,
ils reviennent de plus en plus tôt,
avec eux planent les changements climatiques,
la modification du milieu aquatique et la possibilité d’une future montée de eaux.

Continuer la lecture de « Sur les traces de l’île d’Utopia. »

Serpentage industriel

Dimanche 28 mars – rencontre avec le trouble

En descendant de La Montagne, une large allée de platanes dit “têtards” nous guide le long du chemin. Des deux côtés, de hautes grilles lourdement cadenassées bloquent le passage. Nous trouvons à l’arrivée une atmosphère étrange : une chapelle à l’allure décrépie présente fièrement un visuel criard de deux mètres sur trois à la place du vitrail d’origine. Il représente une  vue intérieure avec un effet dégradé du plafond religieux bleuté, au sol creusé où tournent les hélices d’un moulin : “Sous la chapelle le moulin à marée”. En arrière-plan de cette chapelle écrasant divinement le moulin travailleur, les pans asymétriques d’un bâtiment industriel fait de tôle blanche coupent le ciel de manière élégante. Portiques, caméra de surveillance, barbelés : le message est clair. A moins de trois mètres de distance, des petites maisons ouvrières à l’allure modeste lui font timidement face. Au bout de la rue, le parking est noir de monde. La vue s’élargit sur une Loire scintillante. Un bateau arrive. En face, le marché de la Basse Indre rencontre un franc succès.

Un serpent fait de tuyauterie rouge sort de l’eau ou nous invite à plonger en elle, découvrir son monde marin. Il vient combler le vide laissé entre les hauts platanes qui accompagnent le quai. Cette promenade n’en est pas vraiment une puisque l’on est sur une emprise privée, clôturée de bout en bout. Des hangars de tailles, époques, usages différents se succèdent, alignés à la rive comme pour faire front, n’ouvrant pourtant ni fenêtres ni perspectives, mais faisant plutôt barrage, nous empêchant de voir ce qu’il se passe à l’intérieur de la “zone”, où des petits hommes jaunes et oranges s’agitent. Derrière les hangars, une ligne d’arbres de laquelle se détache un clocher. Le Lola fait des aller-retours lentement sur le fleuve. 

Continuer la lecture de « Serpentage industriel »

Les lichens, partir du microscopique pour dévoiler une réalité territoriale

Xanthoria Parietina

C’est un ensemble de lichens de la famille des Xanthoria parietina que j’ai aperçu en marchant le long d’un sentier piéton dans le quartier des Cöuets à Bouguenais. Par la suite j’ai appris la nature de ces taches colorées jaunes accrochées à un mur de clôture. 

Lichens de la famille du Xanthoria parietina, Les Couëts, avril 2021.

Les lichens sont des organismes qui résultent de la symbiose d’un champignon hétérotrophe nommé mycobiante, des cellules microscopiques qui ont de la chlorophylle (souvent des algues vertes unicellulaires ou des cyanobacteries autotrophes) appelées photobiantes, ainsi que des communautés bactériennes nommées bactérobiontes.

Pour rappel, un organisme hétérotrophe se nourri de constituants organiques préexistants et crée de l’énergie en les oxydant à partir de l’oxygène capté lors de la respiration, tandis qu’un organisme autotrophe ne nécessite pas de ces derniers pour se développer et synthétise des matières organiques via la photosynthèse. Dans cette relation symbiotique, le champignon apportera la fixation, l’eau et les minéraux à l’algue et l’algue apportera la matière organique.

Continuer la lecture de « Les lichens, partir du microscopique pour dévoiler une réalité territoriale »

La Noue, le nous ?

 

Nadja Warnant – Lena Guillo

Comme à plusieurs endroits du sud-ouest de Nantes Métropole, La Noue est un toponyme qui revient souvent. Lieux marécageux, c’était auparavant des endroits pas très appréciés et souvent laissés aux pauvres. De là vient la notion de communs, ces champs, ces mares étaient parfois des communaux à mettre en partage, gérés par plusieurs familles. Au lieu-dit La Noue à Saint-Aignan de Grand-lieu, au sud-est de l’aéroport de Nantes, une carte datant d’avant le 19e siècle fait état des communs du domaine du Roy sur les villages des Poteries et de la Noë. (Fig. 1) On peut y voir trois constructions ainsi que des mares, des pièces d’eaux à entretenir, un champ en contrebas d’où la terre aurait été utilisée pour faire des tuiles, ainsi qu’un terrain vague où était prévu des plantations. Autour de cela, des vignes qui appartenait à un Monsieur Jamet, pour le domaine de Launay.

Figure 1 : Carte des communs de La Noë et Les Poteries
sources : archives départementales de Loire Atlantique

 

Nous avons réussies à retrouver aujourd’hui plusieurs traces et indices de cette carte sur le territoire.

Continuer la lecture de « La Noue, le nous ? »

Cachez cette eau que je ne saurais voir

Sur les cartes IGN, série bleue, on distingue des petits points bleus aux centres blancs : Fontaine, Puits, Source. Trois mots pour qualifier ces petits points, mais trois mots aux significations bien différentes. Je décide d’aller à leur rencontre, ou du moins à la rencontre de ces sources parce que pour moi ce sont des sources, j’en ai tellement envie. Cela signifierait la possibilité d’un ravitaillement lors de marches, des moments de repos en écoutant le chuchotement d’un filet d’eau.

Quelle ne fut alors ma stupéfaction en constatant que ces points étaient des puits et des puits clos, vraisemblablement hors d’usages, relégués au rang de décoration urbaine pour les plus chanceux. Leurs bouches sont grillagées ou obstruées, les pompes manuelles puisent dans le vide, nous privant de ce fait du précieux liquide qui incarne pareils lieux.

 

Trois puits. L’environnement a été mis en nuances de gris, les puits sont photographiés en couleur, on constate la monotonie. Le puits de gauche est condamné d’une plaque d’acier galvanisé, celui au centre est à pompe manuelle de puisage mais il ne fonctionne plus, celui de droite est obstrué par une porte grillagée.

Continuer la lecture de « Cachez cette eau que je ne saurais voir »

La fable du pylône et de la prêle des champs

Je marchais sur les traces des soignant.es, à la recherche de manifestations du care. A force de marcher d’un pas décidé d’écoles en pharmacies, c’est là qu’au beau milieu du concentré de pollutions sur la porte de Bouguenais, là où aucun soin ne semblait être pris, qu’une manifestation du care toute spécifique s’est trouvée devant moi.

La porte 52 s’impose alors comme étant l’endroit d’excellence où aucun soin n’est pris. Les délaissés autour de cette infrastructure sont importants, l’échangeur s’inscrit dans une aire d’environ 350 m sur 350 m.

La porte est placée au barycentre d’un certain nombre d’infrastructures nuisibles et polluantes présentées sur la carte ci-dessous. Au milieu de l’échangeur, auquel permet aujourd’hui d’accéder une piste cyclable qui traverse deux voies d’insertion, on n’entend même plus le grésillement électrique des lignes haute tension au-dessus de nos têtes sous le chaos des bruits d’un flot de véhicules à 90 km/h et où le sable de la carrière attenante nous fouette le visage. Le trafic aérien déverse sa pollution, la chaufferie de la Californie un peu plus au nord-est émet des fumées qui inquiètent les habitants.

Carte du concentré des pollution sur la porte de Bouguenais

 

Et juste là,  une petite prêle des champs !

La prêle des champs, petite plante d’environ 40 cm de haut, se trouve en nombre en contrebas de la voie cyclable avec laquelle la métropole nous invite à entrer sur l’échangeur autoroutier. Il faut d’abord se pencher pour pouvoir l’apercevoir, jusqu’à descendre en-dessous du pylône qui trône sur l’échangeur et qui lui a une taille d’environ 40 m. Cela fait tout d’abord un drôle d’effet de descendre dans ce fossé, on ressent qu’on expérimente une sorte de mise en danger et qu’il n’a pas été aménagé pour être accessible. Le grésillement de la ligne haute tension fait hésiter. Puis, piquée de curiosité, on ne peut s’empêcher de s’approcher. 

Continuer la lecture de « La fable du pylône et de la prêle des champs »

Un, deux, trois… arbres

Photo prise à la sortie de la maison du lac de Grand Lieu. Les arbres cachent le lac

 

Marcher avec les arbres

Depuis le début de ce studio de projet, nous avons marché, nous avons visité et découvert des lieux de la métropole que nous ne connaissions que de nom, que nous n’avions vu que sur une carte. Nous avons défilé entre les terres, les forêts, et suivi les routes bitumées, les sentiers clandestins, et surtout, les cours d’eau. 

Au début, tout m’intriguait mais rien ne me troublait. Pendant la première marche avec Ariane Wilson, j’étais tellement occupée à découvrir cette nouvelle façon d’arpenter le territoire en marchant, que je ne me suis pas laissée l’opportunité de m’intéresser au territoire arpenté en lui-même. L’intrigue venait plutôt par moment, comme lorsque nous avons traversé le bois des Fous à la Montagne, et que ce passage de l’urbain à quelque chose de plus rural, m’avait marqué. Un bois caché derrière des maisons, une petite bulle verte qui ferait presque penser à un monde parallèle, un monde féerique. 

Ce même jour, lorsque nous nous sommes arrêtés au port Hamoneau, face à un paysage de l’Acheneau, les marais  à ses abords, une ligne d’arbre à l’horizon qui marque presque une fin, et une sensation du bout du monde m’avait intrigué. Qu’est ce qui se cache derrière ce paysage ? Puis-je le traverser, le toucher ? Ces arbres si lointains, si grands, d’où viennent-ils ? A ce moment de la journée, je me suis rendue compte de quelque chose, qui me hantera l’esprit tout le long de la marche, ainsi les marches suivantes : les arbres, partout ou nous allons, il y a toujours ce compagnon fidèle avec nous, qui nous montre le chemin, nous dessine des paysages et parfois nous empêche de voir plus loin. Des arbres. C’est ici que commence mon trouble. 

Continuer la lecture de « Un, deux, trois… arbres »

Mais qu’y a-t-il derrière ?

 

Cette enquête commence au travers de deux perceptions: la première derrière des grillages et une dense végétation ; la seconde plus en hauteur, depuis un siège coloré du TER vers Pornic. Nous sommes toutes deux troublées par ce paysage minéral profond qui nous semble tout droit venu d’ailleurs. Sa proximité avec les habitations nous interroge. Nous revenons quelques jours plus tard, vêtues de notre curiosité, et décidons d’aller au-delà des barrières, des barbelés et de la végétation afin d’approcher au plus près de cette cicatrice du sol.

Nous voilà désormais surplombant la carrière des Maraîchères profonde de 120 mètres, couplée de son usine d’enrobé à l’odeur brûlée, marqueurs strictement cachés de l’anthropisation de la métropole. Une des premières questions qui traversent notre esprit porte sur le devenir de cette carrière dans une zone à la fois occupée par des habitations, de grands axes de circulation, une voie ferrée et un aéroport. Ce cratère artificiel aujourd’hui délaissé serait apparemment destiné à être comblé dans les prochaines années, à l’image de sa voisine un peu plus au nord, la carrière des Pointreaux.

Continuer la lecture de « Mais qu’y a-t-il derrière ? »