Lieux communs

La pratique de la marche permet, par sa lenteur et par l’engagement de nos sens et de nos corps, de s’imprégner du territoire et de repérer dans le paysage les indices des enjeux qui le traversent. Le trouble est né de l’arpentage du quadrant sud-est de la métropole nantaise et de l’observation de ces indices. 

Les villages à communs

L’enquête démarre dans les hameaux de la commune du Pallet. Les écarts1 y sont constitués de petites maisons mitoyennes à étage en moellons de schiste ou gabbro, organisées autour d’une place de village ou le long de grandes étendues de vigne.  

Le trouble part de l’ambiguïté constatée entre espace public et espace privé dans ces hameaux et de l’observation de bâtiments vacants et d’espaces ruraux qui semblent délaissés, dont on ne sait à quoi rattacher l’usage. On retrouve autour et dans les hameaux, des anciens puits, des vieux fours, des moulins et des dépendances. Autant de témoins d’un passé agricole qui semble aujourd’hui désuet. 

“ […] une multitude de petites propriétés imbriquées les unes dans les autres où chacun·e se retranche chez lui pour essayer de préserver une difficile vie privée, exposée au regard de tous·tes, à travers ces espaces collectifs en bordure du bâti […] ” 

ORIALLRD Marion, L’inventaire des villages à communs en Pays du Vignoble Nantais, in Les cahiers Nantais 2017-1, 2021

On découvre le terme “les communs de village”2. Ils pouvaient prendre la forme de ressources naturelles partagées, tels que les terres communales incultes3 utilisées par les villageois·es pour le pâturage, la cueillette ou encore le bois de chauffage et l’approvisionnement en eau, mais aussi se caractériser en pratiques et infrastructures communautaires dont on se répartissait la gestion, lavoirs, moulins, fours à pain. Ces espaces jouaient un rôle crucial dans le maintien de la cohésion sociale et dans la subsistance des habitant·es des hameaux. 

Certains écarts de la commune du Pallet étaient par exemple organisés autour de l’usage du four commun. Le four occupait une position centrale de la place du village. Le temps de la cuisson et du séchage des denrées rythmait la vie de la communauté et constituait un moment de sociabilité important. La marche a permis d’observer ces fours dans leur contexte actuel et de contempler leur devenir. Parfois oubliés et délaissés, parfois appropriés, parfois restaurés ou tout simplement détruits puis remplacés.  

Fig 1 – Au Pé de Sèvre, à l’endroit de l’ancien four commun se trouve aujourd’hui une zone de stationnement.

Les indices récoltés durant cette marche ont permis de comprendre l’évolution de l’usage des communs dans le temps, mais surtout leur délaissement actuel et leur remplacement dû à une perte de sens et d’intérêt lié à la modernisation des modes d’habiter ruraux. En effet, l’arrivée de l’automobile a permis de reconnecter ses écarts aux pôles urbains émergents. Et la démocratisation du confort moderne dans les foyers a également contribué à rendre obsolète l’usage des communs.  

Continuer la lecture de « Lieux communs »

“Ici, vos sables et graviers déco”, terres en attentes et tas d’autres produits terriens

On marche. Au fil du parcours, mon regard s’arrête sur des tas.
Des tas de terre, enherbés ou piétinés, de pierres, démolies ou prêtes à construire, de briques, entières ou concassées, de racines, arrachées…
D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? Depuis quand sont-ils là ? Partiront-ils un jour ?

Une carrière productrice de matériaux de construction est au centre du quadrant. Fait-elle lien entre l’extraction et l’utilisation de ces tas ? La volonté est plus forte, il faut que je creuse ici.

L’entreprise Charier, exploitante de la carrière de la Faubretière (entre autres) débute son ascension économique au Nord du département, dans la commune de Redon. C’est pour répondre au besoin de construire des routes “pour relier les hommes et transporter les marchandises”, qu’en 1897 est lancé leur premier chantier de travaux de voirie à Redon. Au fur et à mesure, l’entreprise grandit, acquiert des sites et des carrières. Leur expansion est relativement locale, et le siège social s’installe finalement en 2020 à Couëron, au plus proche de la métropole et des échanges périphériques.

Carte de l’autrice

Dans notre quadrant sud-est, la carrière de la Faubretière est un des 7 sites d’exploitation de l’entreprise Charier dans le département et une des 22 exploitées en Loire Atlantique.

Ici, Charier TP gratte, creuse, concasse, broie, crible, lave toutes ces roches devenues petit à petit gravillons. Ses clients particulièrement friands de ces petites douceurs viennent charger des camions direction Point P, Caddac. Les clients majoritaires, les gros du terrassement. Car ici, la roche extraite n’a de qualités que pour le terrassement. Le gneiss et l’amphibolite des filons géologiques présents sur le site sont trop argileux pour rentrer dans les compositions de bétons coulés directement sur chantier. Pour les utiliser, elles doivent être re-traitées en aval avec de nouvelles technologies qui permettent de séparer les argiles des sables créés.
Si les bénéficiaires majoritaires à cette extraction sont les terrasseurs et bétonniers, certains particuliers viennent charger leur coffre de voiture de quelques kg de gravillons pour leurs usages personnels. On donnera pour illustrer un ratio de 90% de professionnels par rapport à 10% de particuliers.

“280 kg ! ça te fait 8,28€”

interaction à l’accueil de la carrière

La valeur du sol est faible, malgré le travail derrière.

Continuer la lecture de « “Ici, vos sables et graviers déco”, terres en attentes et tas d’autres produits terriens »

Devenir identitaire d’un vignoble : entre paysage et consommation

Être ici. Connaître là. Faire, alors ?

Quand je marche, beaucoup de paysage disparaît car mes yeux regardent le sol : Je dois m’arrêter pour voir. Quand j’habite, je ne connais que des points de mon réseau : L’entre-deux est décousu. Doit-on le recoudre ? Peut-on le recoudre ?
Comment s’arrêter, être ici ? Comment voir, connaître là ? Comment recoudre, faire alors ?
– Première formulation du trouble, texte de l’auteure

Le trouble émerge avant même de se rendre sur place, par le constat fait d’après cartes d’une viticulture très présente dès la sortie de Nantes. Et il se vérifie une fois le paysage déroulé devant nos yeux. “Être ici“, à Nantes, pour moi à ce moment, ça signifiait comprendre pour “connaître là” : ce morceau de carte entre Nantes et Clisson, à la fois si proche, mais que je connais si mal. Je le savais déjà, le Muscadet est le vin de Nantes. Mais que nous dit ce produit ? Que nous raconte la vigne sur le territoire et son histoire ? J’ai donc commencé par me renseigner sur cette viticulture. Puis, il m’est apparu un fait : bien qu’ancien, le Muscadet n’a pas toujours été ce que l’on en voit aujourd’hui.

Un paysage en mutations : brève histoire du Vignoble Nantais

Si l’on peut faire remonter le début de la viticulture dans le secteur à l’empereur romain Probus qui fit planter les premières vignes1, l’histoire du Muscadet (du cépage Melon de Bourgogne, Vitis vinifera Melon B.) contemporain ne commence vraiment qu’à l’époque moderne, puisqu’il remplaça grâce à sa résistance au gel le cépage de Gros Plant qui dominait la région auparavant. Les côteaux furent ensuite ravagés par les guerres de Vendée, mais l’on replanta très rapidement, jusqu’à la fin du XIXème siècle, quand la crise du phylloxéra (1886) imposa un changement de méthode. C’est suite à cette crise que les parcelles viticoles et les pieds de vigne ont commencé à devenir ce que l’on observe maintenant : par la fin du bail à complant2 les parcelles ont été redessinées jusqu’à former aujourd’hui de plus grands lots rectangulaires, et la plante elle-même est “nouvelle” puisqu’elle pousse désormais sur des pieds de greffe américains dont les racines résistent au phylloxéra3. C’est par l’arrivée de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC Muscadet) en 1937 que l’on assiste ensuite à une standardisation du produit, puisque l’appellation impose (et protège) certaines méthodes de production mais aussi un goût. Avec la mécanisation, le muscadet se produit rapidement et en grandes quantités, mais ne présente pas de qualités gustatives très fines et reste, jusqu’à la fin du XXème siècle, un vin acide et peu cher, réputé “de comptoir” et utilisé dans la cuisine. En 1991, un épisode de gel très violent ralentira drastiquement la production. Il fut difficile ensuite pour le secteur de s’en remettre, car pendant l’absence du Muscadet sur le marché, c’est le Chardonnay qui prit sa place. Au début des années 2000, le gouvernement proposa une prime à l’arrachage afin de permettre aux viticulteurs affaiblis de cesser leur activité tout en ne perdant pas tout. Mais cette réponse au coup dur vécu par le vignoble Nantais n’a pu satisfaire ses acteurs, soucieux de défendre l’existence du Muscadet et ne pouvant rentrer dans leur frais en ne comptant que sur cette prime dont “la somme couvrira tout juste les frais d’arrachage”4. Aujourd’hui, les menaces climatiques s’ajoutent à la détresse du monde viticole : les intempéries violentes mettent en danger les ceps par l’érosion5, l’humidité (mildiou) et les fortes chaleurs influencent les saisons de vendanges (ainsi que le reste des cycles de la plante, voués à s’accélérer)6. Rien n’augure une amélioration prochaine de ces aléas, aussi puisque la Commission Européenne et le gouvernement français ont très récemment assoupli les ambitions environnementales portées par la PAC, et reculé l’arrêt de l’usage des produits phytosanitaires dans l’agriculture7, ce qui aura nécessairement un impact sur le monde vivant et le climat. Néanmoins, au cours de la décennie 2010 et début 2020, une nouvelle opportunité s’est offerte au vignoble : une consommation plus occasionnelle mais aussi plus qualitative, mêlée d’une envie chez les consommateurs de se “reconnecter à la terre”, qui se traduit par une recherche de traçabilité et de circuit court. Dans cette mouvance, le Muscadet dès la décennie 2010 prend le parti de la qualité associée au terroir, avec la création des crus communaux. Aujourd’hui au nombre de 10 appellations, ils permettent aux vignerons de valoriser la qualité du sol qu’ils travaillent, “une mosaïque de terroirs”8 (induite par la géologie), et de proposer un nouveau Muscadet, cette fois-ci haut de gamme.

Les mutations du vignoble Nantais ont donc toujours existé. La stabilité apparente que l’on croit observer lorsque l’on découvre le territoire, par son architecture vernaculaire viti-vinicole et les rangs de ceps qui quadrillent les communes, n’est que toute relative. Face aux nouveaux enjeux qui touchent l’agriculture française et s’ajoutent aux difficultés plus anciennes, les bouleversements qui arrivent peuvent s’observer comme d’autres de ces mutations en série. Être ici et connaître là se met alors à rimer avec l’envie de faire. Autrement dit : habiter quelque part c’est aussi consommer ce que la terre d’ici peut offrir, et se sentir chez soi dans un paysage dont on comprend les tenants et les aboutissants.

Continuer la lecture de « Devenir identitaire d’un vignoble : entre paysage et consommation »

Fouace nantaise et biscuit LU : que racontent-ils du territoire hayonnais ?

La fouace nantaise n’est pas tant le trouble en soi que sa manière d’exister actuellement à la Haie-Fouassière. Cette tradition hayonnaise nous était apparue, par une lecture architecturale et toponymique du lieu, comme une culture d’usage persistante. Le territoire historique, ses réalités vécues, ses cultures, ses travailleur.euses, ses moulins à vent et lieux de sociabilités très investis de la gastronomie locale, peignent la fouace nantaise comme un témoin important de subsistance jusqu’à la Première Guerre mondiale. Mais le maillage socio-vitico-agricole de la Haie-Fouassière a évolué à l’épreuve des modes de production industrialisés, racontant aujourd’hui ce pain par des moyens de production étalés sur le territoire, très peu consommé et faisant plutôt lieu d’une culture identitaire. Par ailleurs, un autre biscuit du territoire nantais, et installé sur le territoire hayonnais depuis 1986, le LU, témoigne d’une part d’une évolution divergente à celle de la fouace, et d’autre part d’un usage de subsistance contemporain bien plus réel que cette dernière. Une première intuition est alors née sur la base d’une pure comparaison historique des distances des chemins de fabrication entre farine et les deux biscuits, comme réalité territoriale à mettre en lumière. Seulement, ne pouvant pas considérer l’évolution de leurs chaînes de subsistance à travers une simple influence industrielle, relevant en réalité d’une dynamique bien plus complexe et nuancée, nous comprenons que l’enjeu n’est pas tant d’examiner et montrer les distances, que de visibiliser les intermédiaires et s’affranchir de leur monopole(1).

A titre d’exemple, l’usine LU s’est d’abord vue invisibilisée du regard du plus grand nombre en quittant la ville en contexte de désindustrialisation. Ses modalités de production sont invisibles par l’opacité de sa typologie architecturale. Au sein même du bâtiment usine, seules les machines ont un œil sur la fabrication des biscuits, les ouvriers ayant un œil sur les machines. Les chemins que parcourent les matières premières ont été eux, depuis plus longtemps encore, rendus imperceptibles en gagnant en distanciation.

Continuer la lecture de « Fouace nantaise et biscuit LU : que racontent-ils du territoire hayonnais ? »

Les femmes rurales

Le trouble a commencé par un questionnement. Où la ville commence et où la campagne se termine. Et inversement. Comment ces lieux, noms, concepts qu’on dit s’opposer, coexistent plutôt en étant superposés ? C’est cette superposition qui m’a troublée. Notamment les questions de seuils entre la boue, la terre labourée des champs et le goudron des routes. Les résidus de terre qui s’étalent sur le goudron qui a lui-même empiété sur la matière terre. Le passage de l’un à l’autre, cette superposition, ces strates m’ont inspiré le temps. Le temps qui passe, qui se stratifie et les époques qui se superposent les unes aux autres.

Puis en marchant à la recherche de ces seuils de temps, je suis tombée, un peu par hasard, sur un lieu que ne pouvais décrire. Mais là, au cœur du hameau de la Bouteillerie, se trouvait ce qui, je l’apprendrai plus tard, est un commun de village. Dans ce hameau, une terre inculte (et sa marre communale) transformée en aire de pique-nique et bibliothèque partagée.

(Elsa Foucault)

Je commence alors à chercher à en apprendre plus sur ces communs de villages, que sont-ils ? A quoi servent-ils ? Ces communs, de villages, appartiennent à partir de 1330 de manière inaliénable et indivisible aux habitant.e.s. Ils ont des véritables marqueurs de la vie et de la société villageoise de l’avant-guerre. L’ancienne coutume de Bretagne (1330) avait pour but de donner une propriété à celleux qui n’en avait pas. Au XIX et XXe siècles, les communs de villages servaient avant tout à partager certains usages et équipements qui n’étaient pas encore individualisés : fours, lavoirs etc.

Ces lieux, étaient centraux dans la vie des habitants mais surtout des habitantes. Les hameaux du vignoble nantais ce sont en majorité installés suite au développement des vignes, et leurs habitant.e.s travaillaient dans les vignes. Les hommes étaient vignerons, ou du moins viticulteurs, et les femmes également, par mariage.

1Localisation des communs de village dans le vignoble nantais
Continuer la lecture de « Les femmes rurales »

La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes.

Une race au bord de l’extinction

En marchant sur la route de Saint-Julien-De-Concelles, je fus étonnée de rencontrer des vaches aussi près de la ville. Je ne m’attendais pas à en rencontrer ici, un jour de pluie qui plus est. Alors je cherche les vaches, vers Vertou, dans les Bas Prés. Les prairies sont là, les panneaux d’informations aussi, mais pas les vaches. Débute alors mon enquête sur les bovins, et je découvre l’existence d’une race spécifique à Nantes: la vache nantaise.

Race rustique, non adaptée au circuit industriel, elle fut de moins en moins élevée au fur et à mesure que la consommation de bovin se standardisait. A tel point que dans les années 80, on n’en comptait plus qu’une cinquantaine. Au bord de l’extinction, elle fut sauvée par quelques agriculteurs et éleveurs nantais qui ont créée l’association de la vache nantaise, pour la sauvegarde de cette race.

Alimenter la biodiversité, alimenter le circuit court

Pour les éleveurs nantais, la vache nantaise a un fort intérêt écologique. En effet, c’est une vache plus que apte à pâturer dans les prairies et zones humides des abords de Nantes, là où le niveau d’eau est haut en automne et en hiver, et redescend au printemps et en été. Faire pâturer des animaux dans une prairie au lieu de faucher la végétation permet une plus grande diversité de la faune et de la flore du terrain. La nantaise est totalement herbivore, son alimentation est composé à 100% d’herbacées. Elle a ses propres préférences quant à celles-ci: elles préfèrent manger des graminées qui ne sont pas encore arrivées à maturité, qui n’ont pas encore de graines ou qui n’ont pas encore fleuries car c’est à ce moment là qu’elles ont le plus d’apport nutritif.

En plus des graminées, les vaches sont aussi un atout essentiel pour lutter contre la prolifération de la jussie, une plante invasive que l’on trouve dans les zones humides. Les bovins s’habituent à manger sur certaines parties d’une prairie, laissant la faune se développer sur l’autre partie, ce qui offre un paysage non-homogène, avec ici des herbes à ras du sol et là d’autres qui montent en hauteur. Cette disparité permet au reste de la faune de vivre, de manger, de se reproduire… Par exemple, sur les zones délaissées par le cheptel, les oiseaux faisant leur nid au sol peuvent facilement s’installer, leurs poussins étant protégés par les hautes herbes de leurs prédateurs quand ils sortent du nid.

Dessin de l’autrice
Continuer la lecture de « La Vache Nantaise: Plus qu’un produit, une actrice majeure de la biodiversité du Sud de Nantes. »

Ouvrir les digues, une proposition stupide et dérisoire ?

J’ai rencontré le trouble à l’origine du projet lors de l’entretien avec Christophe Hivert, président de l’Association Intercommunale de Protection de la Levée de la Divatte. Durant cette discussion, j’aborde le sujet de l’ouverture possible dans un futur à moyen et long terme de la levée pour laisser les eaux s’y engouffrer. Sa réponse est tranchante et directe.

« C’est une notion [dont] on entend parler régulièrement qui nous paraît assez bizarre. […] Du point de vue de l’histoire populaire ça nous paraît farfelu. Ça parait assez dérisoire et stupide. »

Christophe Hivert – Entretien du 27 mars 2024

Il m’apparaît clairement ici que je touche à une controverse. Les principaux arguments invoqués contre la proposition d’ouvrir la levée sont l’ancienneté de la conquête des terres sur le fleuve et la situation dans l’estuaire. De plus, la présence d’habitations empêcherait d’envisager ce projet. Pourtant durant mes recherches la question de l’ouverture des digues revient souvent. Plusieurs exemples me viennent en tête.

Dans la baie de Lancieux dans les Côtes d’Armor une digue de polder, terre conquise au 19e siècle sur l’estran, est abandonnée aux assauts des vagues en 2020. Cette décision controversée a été alors prise par le Conservatoire du littoral en charge de l’infrastructure depuis 2002 lorsque les agriculteurs propriétaires n’étaient plus capable d’assurer son entretien. En 2020, une pétition riveraine avait été lancée pour s’opposer à cette dépoldérisation, aujourd’hui ces habitants sont en majorité en accord avec ce projet.

Autre exemple, celui de l’île Nouvelle dans l’estuaire de la Gironde. Cette île alluviale apparue au 19e siècle a longtemps été habitée et cultivée jusqu’à son acquisition par le Conservatoire du littoral en 1991. Les digues y ont cédé en 2010 lors de la tempête Xynthia et les brèches n’ont jamais été réparées depuis. Le milieu est retourné aux vasières puis à la végétation. Aujourd’hui cette île est devenue une zone humide de 300 hectares accueillant 200 nouvelles espèces d’oiseaux.

L’île Nouvelle, esturaire de la Gironde – NousAutres

Ces deux exemples ouvrent les possibles sur la vallée de la Divatte puisqu’ils recouvrent quelques caractéristiques perçues comme trop contraignantes. Ce sont d’anciennes digues ayant permis d’accaparer des terres au 19e siècle et de les exploiter, les habiter. De plus ces terres se trouvent dans des estuaires et sont balayées par les eaux de mer et de fleuve. A partir de ces exemples, il me fallait déterminer les conditions qui ont permis d’ouvrir ces endiguements.

Le premier facteur évident est l’enjeu financier. Dans les deux situations exposées, il a été le levier principal à l’origine de l’ouverture. Cet enjeu financier est à double tranchant sur la vallée de la Divatte. Actuellement, l’économie des communes est articulée autour de l’industrie maraîchère avec chaque année plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette économie peut très largement supporter le coût de l’entretien de la levée qui se situe autour de 800 000€ par an. Malgré tout, cet entretien de l’infrastructure est un poids supplémentaire sur l’ensemble des propriétaires des communes concernées. De plus l’économie maraîchère est tributaire du dérèglement climatique, des politiques agricoles nationales et internationales, des politiques migratoires… Cet état de fait n’est pas immuable et la capacité de la vallée à être un espace de production maraîchère pourrait changer dans les années à venir.

Le second facteur bloquant, c’est l’enjeu culturel. Dans de nombreux cas, l’attachement des populations aux digues est aussi une question d’attachement au territoire et plus particulièrement à son paysage, à ses savoir-faire. Cette manière d’envisager l’infrastructure hydraulique est très prégnante à l’île de Ré où elle est menacée par la montée des eaux et les tempêtes.

« Ceux qui y travaillent et les modèlent louent leur argile très plastique, qui imprime le caractère du saunier, ceux qui les préservent sont attentifs à la lumière, à l’arrivée des migrateurs, aux bernaches cravants qui amènent l’automne. Et ceux qui en profitent admirent les oiseaux qui s’envolent de partout, les goélands, l’herbe, les huîtres dans le marais et aimeraient que leurs enfants continuent à voir tout ça. »

The Conversation, Laure Carassou et Anne Gassiat, 4 novembre 2020

Mais que dire de la question de l’Histoire populaire ? La levée de la Divatte, c’est initialement une infrastructure demandée et financée par les populations bourgeoises pour libérer des espaces fonciers. Le lit majeur de le Loire était jusque là un espace commun utilisé pour le pâturage des bêtes. L’endiguement de cet espace a permis de le libérer des eaux du fleuve et ainsi de le financiariser au profit de certains. Le contrôle des espaces n’a pas profité à tous.

Je tiens à honneur qu’en France, les fleuves comme la révolution rentrent dans leur lit et qu’ils ne puissent plus en sortir.

Napoléon III, discours au corps législatif, 17 février 1857

Proposer d’ouvrir la Divatte, c’est toucher à nos dépendances à la fois économiques mais aussi sensibles aux infrastructures. C’est se poser la question de à qui appartient la vallée de la Divatte et qui en profite.

Le tracé du sentier de la Coudrouse – Oskar Rischewski

Le sentier proposé dans le billet du tracé est le point de départ de cette exploration des dépendances de la vallée. La proposition était de marcher le long de l’eau de Loire passée au travers de la digue pour aller à la rencontre des situations du territoire. A partir du sentier et du trouble, la proposition d’exploration s’est articulée autour de deux entités prégnantes à la Divatte, le maraîchage et l’hydrologie.

Le parcours productif situé spatialement – Oskar Rischewski

La vallée, conquise sur le lit majeur de la Loire, est particulièrement exploitée par l’industrie maraîchère. C’est avant tout un système de production agricole orienté principalement autour des légumes. Ses productions principales sont la mâche (1500 ha), le poireau (300 ha) et le radis (200 ha). Cette production nécessite un bon approvisionnement, des savoirs, des techniques et enfin des services spécifiques. C’est donc un système productif hautement dépendant.
La production est transmise aux usines de conditionnement et aux entreprises de négociations, puis aux services de distribution. Ce système maraîcher est hautement concentré avec à peine 50 à 60 entreprises pour un peu plus de 2000 hectares cultivables.

Schéma du système maraîcher de la Divatte – Oskar Rischewski

La distribution de la production maraîchère est à peu de choses près divisée en 3. Un premier tiers de la production est destinée à une distribution locale orientée vers les grandes surfaces, le marché d’intérêt national ou les restaurateurs. Un second tiers de la production est destiné au marché national et principalement vers la capitale avec des acteurs du même ordre. Enfin, le dernier tiers de la production est tourné vers l’international et particulièrement l’Allemagne qui achète un tiers de la production de mâche nantaise.

Cette industrie maraîchère s’appuie sur l’hydrologie particulière de la vallée de la Divatte qui a accumulé durant des milliers d’années les sédiments charriés par la Loire et ce jusqu’à la construction de la digue de la Divatte en 1856. La mise en culture de la vallée humide a été facilitée par le drainage des eaux via un réseau de canaux s’appuyant sur d’ancien boire, ces bras morts de Loire. Ces eaux sont tantôt retenues, tantôt évacuées en aval par le canal de Goulaine et les portes de Basse-Goulaine pour les rejeter dans la Loire.

Schéma de la gestion des eaux sur la vallée – Oskar Rischewski

Cette gestion des eaux du lit majeur n’est pas propre à la vallée de la Divatte mais fait partie des nombreux systèmes de drainage mis en place sur le bassin versant ligérien et plus précisément en aval de Nevers. Ces systèmes repose sur la mise hors d’eau des vallées par les digues de Loire. Celles-ci étaient naturelles, ont évoluées en turcies puis ont été renforcées en levées.

L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux

 

Ça commence au cœur du hameau des Brosses, sur la commune de Chateau-Thébaud, juste à côté du parking qui fait office de place centrale du village. Une juxtaposition d’objets de verre, de métal et de plastique qui constituent aujourd’hui ce que l’on met en commun à l’échelle d’un village : un abribus, une grappe de boîtes aux lettres, des bennes à ordures, une borne d’incendie. Ces objets nous parlent de réseaux (de distribution, de ramassage) par et vers des lieux de stockage plus ou moins lointains et invisibles à nos yeux. L’emplacement de cet agglutinement d’objets ne semble pas dû au seul hasard ; on peut voir au premier plan sur la photo un modeste édifice circulaire, appareillage de pierres pris d’assaut par les mousses et coiffé d’une plaque de métal : le vieux puits communal. S’il ne fait plus office de point de captage d’eau, sa présence semble toujours opérer dans l’organisation du tissu du village. On ne s’est pas résolu à raser cette percée dans le sous-sol, alors on garde le puits en vestige, et la place attenante avec.

Ce puits nous parle d’un autre temps, d’une autre forme de communs. C’est un symbole de l’ère paysanne où aller puiser l’eau quotidiennement mettait en rapport direct les corps humains avec la ressource en eau du sol. Il nous parle d’ancrage.

Valérie Jousseaume, dans l’ouvrage – publié à partir de sa thèse, Plouc Pride, un nouveau récit pour les campagnes, nous parle d’un biculturalisme qui serait propre à l’ouest français, du fait de l’histoire de l’industrialisation des campagnes du pays. C’est dans l’ouest de la France, industrialisé plus récemment que le nord par exemple, que l’identité et les pratiques paysannes ont perduré plus longtemps, jusqu’à cohabiter avec les valeurs de la modernité. Et l’autrice nous enjoint à se saisir des traces restantes de cette culture pour penser le monde qui vient, pour ré-atterrir.

C’est dans cette veine que nous nous sommes intéressés aux anciens communs de villages, et plus particulièrement aux puits, donc à l’eau potable, et finalement aux manières actuelles de la produire et de la distribuer.

Continuer la lecture de « L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux »

Au service du damier de la Succise

Refaire émerger des écosystèmes

Alors que mon enquête portait initialement sur le marais de Goulaine, zone protégée Natura 2000 dont l’état est défini par la gestion de l’eau, j’ai recentré mes recherches sur une espèce symbole de cette zone humide, le damier de la Succise. Mais tout d’abord, faisons un point pour comprendre comment j’en suis arrivée là.

Pour le resituer, le marais de Goulaine aux frontières mouvantes selon la saison est l’habitat d’espèces particulières. Cette zone parfois inondée, parfois asséchée, présente des spécificités propres à plusieurs milieux au même endroit. Elle est impactée par l’activité humaine, comme l’étalement urbain, le maraîchage qui s’étale et ensable les cours d’eau, l’agriculture qui utilise des produits sanitaires agressifs, mais aussi la présence d’espèces invasives comme la jussie (plante à fleurs aquatique et amphibie) et l’écrevisse de Louisiane. De nombreux organismes gèrent le marais :

  • le syndicat Loire Aval qui détient la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,  
  • la communauté de communes Sèvre et Loire qui finance la Maison Bleue dont la mission est de faire découvrir le marais aux scolaires et aux marcheur.euse.s tout en assurant sa protection,  
  • ainsi que des communautés de pêcheur.euse.s et de chasseur.euse.s qui suivent l’évolution des espèces animales et végétales. 

Mon entretien avec un des animateurs de la Maison Bleue m’a révélé qu’une majorité des personnes en charge de la gestion du marais sont satisfaits de sa baisse de fréquentation afin de limiter les dégradations. 

Ce qui impacte le plus le marais n’est pas lié à une fréquentation interne mais plutôt à ce qui se passe à ses frontières. Alors pourquoi vouloir empêcher la population d’y accéder ? Le sanctuariser pourrait mener à un oubli de ce qui s’y passe, un oubli de ses richesses et une perte de sa biodiversité et de ses qualités d’ambiances reconnues par les passants. Son origine artificielle nous rappelle sa dépendance de l’action humaine. Cette zone humide a besoin d’être entretenue par fauchage pour l’empêcher de s’enfricher et de devenir une forêt homogène qui perdrait la richesse de ses écotones, et sa capacité d’îlot de fraîcheur. 

La zone protégée du marais au milieu de la diversité de parcelles (carte de l’autrice)
Continuer la lecture de « Au service du damier de la Succise »

En eaux troubles

Photo @florentlandreau

Des terres vaines et vagues

Les anciennes cartes de la région mentionnaient les marais sous le nom de « terres vaines et vagues ». Cette expression utilisée par les notaires indiquait des terres aux frontières changeantes et incertaines, sans valeur notable. Pendant longtemps, cette vision a prédominé concernant les marais. Cela explique pourquoi leur assèchement était perçu comme bénéfique, valorisant des zones autrefois négligées.

Continuer la lecture de « En eaux troubles »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search