Du vent dans les vignes : un projet de ferme-école à Saint-Fiacre-sur-Maine

Peu avant de commencer à arpenter le territoire du vignoble nantais, j’avais été amenée à approcher les questions de grand territoire à l’occasion d’un stage au CAUE de Loire Atlantique. J’y ai découvert le département sous l’angle de la défense des patrimoines, qu’ils soient architecturaux ou paysagers, car la visibilité des différents patrimoines du département représente aujourd’hui un enjeu de pédagogie pour permettre une meilleure habitabilité des territoires.

Avec cette approche, je me suis rendue compte en découvrant le quadrant sud-est au-delà de la métropole nantaise, que c’est un secteur géographique qui semble illustrer cette dynamique par plusieurs aspects : Cet endroit se présente comme le Pays du Vignoble Nantais, et outre son nom, c’est une identité forte que portent les communes qui le composent, puisqu’il est aussi labellisé « Pays d’art et d’histoire » depuis 2011. Ce label est décerné par le ministère de la culture et vise à promouvoir les communes qui s’engagent dans une politique de sensibilisation à la qualité du patrimoine, de l’architecture et du cadre de vie.

En ces lieux, la viticulture marque énormément le paysage, nous sommes dans les terroirs du muscadet d’appellation Sèvre et Maine (fig.1) . À l’occasion des marches que j’ai pu faire au début du semestre, j’ai été frappée par l’ampleur des cultures, mais aussi par le fait que cette économie marque l’architecture : on trouve beaucoup de hameaux composés de maisons de vignerons, en pierre et en tuiles oranges, inspirées du style à l’italienne de la ville de Clisson qui se trouve au sud du vignoble.

Après ce premier aperçu, j’ai vite constaté que c’est un secteur géographique qui mise de plus en plus sur l’œnotourisme : Il y a plusieurs sentiers de randonnée qui permettent de marcher de Nantes à Clisson, et des lieux phares mis en avant par les différents organismes touristiques locaux.

Mais en me rendant sur place, j’ai éprouvé la difficulté qu’il peut y avoir à suivre ces sentiers, car ils côtoient souvent les routes départementales, et des portions traversent des cultures de vignes et des hameaux pendant plusieurs kilomètres sans beaucoup de possibilité de faire halte de manière agréable, par le peu d’abris offerts par les coteaux. Je me suis alors interrogée sur la dimension hospitalière du vignoble, face au constat d’une viticulture très prédatrice qui dessine en hiver un paysage parfois presque désertique, où l’on voit s’étendre les rangs de vignes sur de longues distances avec peu de haies bocagères. Puis rapidement, j’ai découvert que beaucoup de parcelles sont en friche. J’ai appris qu’il s’agit du résultat de plusieurs crises qui ont frappé le vignoble au cours des 20 dernières années, où le nombre des parcelles cultivées dans l’appellation Sèvre et Maine a réduit pour passer de 13 000 hectares dans les années 90, à 6 000 environ aujourd’hui (fig. 2).

Ce déclin a un impact à la fois paysager et économique, mais il met aussi en évidence les limites écologiques de la monoculture de la vigne, car c’est une culture qui épuise les sols et les rend fragiles et difficilement cultivables immédiatement après un arrachage des vieilles vignes. Aussi, les changements de régimes météorologiques liés aux bouleversements climatiques aggravent le phénomène, en soumettant la vigne à des intempéries plus violentes qu’auparavant, avec des épisodes de gel et de canicule plus dévastateurs et des pluies fortes qui érodent les sols nus des parcelles de vignes. (fig. 3)

Ces phénomènes poussent à croire que c’est une agriculture qui est amenée à muter dans un avenir relativement proche. Mais l’ampleur de la viticulture dans le Pays du Vignoble Nantais est telle qu’il est difficile d’imaginer le territoire bifurquer soudainement et abandonner le patrimoine à la fois matériel et culturel qui le compose.

Il m’est alors apparu que l’enjeu pour ce territoire serait de donner à voir les limites auxquelles il fait face, pour permettre une réflexion collective sur la transformation du paysage. Puis plus globalement, la monoculture de la vigne pose des questions écologiques sur la résilience des terres, des productions agricoles et des consommations. Cette situation doit alors conduire aujourd’hui à une réinvention du vignoble sur lui-même.

Objectifs du projet

Le premier objectif du projet que je propose pour ce territoire est celui de rendre visible le paysage et sa transformation.

Pour cela, j’avais envisagé qu’à l’échelle d’une commune on puisse emprunter les chemins qui existent entre les parcelles. C’est la commune de Saint-Fiacre-sur-Maine qui a été le lieu de ma réflexion. Elle se trouve à la confluence de la Sèvre Nantaise et de la Maine, sur un plateau géologique qui s’élève de 2 à 53m d’altitude, et elle a la particularité d’être presque intégralement cultivée de vignes. Toutefois, au cours des deux dernières décennies, plusieurs parcelles ont été arrachées et continuent de l’être : on peut y voir des terrains nus sur lesquels sont entassés les vieux ceps de vignes (fig.3). Au point le plus haut de la commune se trouve un ancien moulin à vent qui a été partiellement restauré, il se situe le long d’une route départementale qui relie le bourg de Saint-Fiacre-sur-Maine et le hameau de la Bourchinière. C’est un lieu qui offre un point de vue intéressant sur les coteaux alentours, mais en l’état, sa proximité à la route et son exposition au vent et au soleil n’invitent pas à s’y rendre, malgré le fait qu’un sentier de randonnée passe non loin.

Un deuxième objectif de mon projet est alors de rendre plus hospitalière cette portion de territoire, pour parvenir à l’arpenter plus facilement. L’enjeu sous-jacent propre à ce site est de mieux connecter le bourg et le hameau de la Bourchinière, car dans un contexte où le paysage est amené à se transformer, accéder aux terres peut être un levier de pédagogie et de concertation citoyenne autour de la fabrique du territoire. Pour les habitants, il n’y a actuellement pas de raison de fréquenter les hauteurs des coteaux, j’aimerai donc parvenir à les inviter à se déplacer à pieds sur leur commune pour leur permettre de mieux se saisir des paysages de leur cadre de vie, en offrant une halte dans cette interface en entre-deux bourgs. L’inhospitalité actuelle du site exclut aussi la biodiversité dans cette épaisseur du territoire entre la Sèvre Nantaise et la Maine, par l’omniprésence de la vigne qui n’a pas laissé place à des formations végétales variées pouvant servir de refuges et faire office de corridors écologiques.

Outre accéder au paysage et s’y arrêter, il faudra un lieu qui permette d’échanger et d’expérimenter, si l’on veut pouvoir anticiper et choisir ce qui est fait des terres. Le troisième objectif que je me suis fixée pour ce projet est de proposer un modèle d’espace agricole contemporain, qui permette de faire école autour de la transformation du territoire en hybridant des programmes qui soient strictement agricoles avec de la pédagogie et une place laissée à l’expérimentation. L’idée étant grâce à cela de permettre de réinvestir les terres par de la polyculture, pour poursuivre les traditions agricoles locales tout en visant un modèle plus pérenne.

Spatialisation

La ferme-école que je propose s’implante sur les parcelles situées sous le moulin, sur l’axe qui se forme entre le hameau de la Bourchinière et le bourg, et au croisement du second axe entre la Sèvre et la Maine.

Dans le projet, lorsque l’on emprunte le sentier depuis le bourg, nous croisons des haies sèches constituée de ceps de vignes morts, installées de part et d’autre du chemin. Elles permettent aux espèces animales de s’y réfugier et d’y semer des graines qui formeront plus tard de nouvelles haies bocagères, apportant de l’ombre sur le sentier et permettant aux insectes de prospérer.

Depuis le chemin, on peut apercevoir les nouvelles cultures qui se développent sur les pentes. Les différentes strates végétales plantées pour stabiliser et revitaliser le sol peuvent être entrevues au loin. Plus près, des terrasses ont été aménagées grâce à des murs de pierre sèche pour ralentir l’écoulement de l’eau et offrir de la chaleur aux vignes et autres fruitiers palissés qui poussent contre eux. En haut, le moulin surplombe un champ de sarrasin. C’est une plante très mellifère qui permet d’attirer et d’abriter de nombreux pollinisateurs. L’édifice a retrouvé ses ailes et permet de nouveau de produire de la farine issue de cette plantation.

Puis nous arrivons à la ferme. La cour qui nous accueille est bordée au sud par le bâtiment de formation, et au nord par une serre qui donne à voir les semis ; une halle qui s’avance offrant un abri et un lieu d’échange où il est possible d’acheter des légumes ; puis l’on découvre un lieu d’hébergement destiné aux participants de la formation. C’est aussi là que se trouve le bureau administratif, afin de gérer la vente des productions en saison froide. Un logement y est associé, mais c’est à l’étage que les participants souhaitant séjourner iront déposer leurs affaires, dans l’espace de dortoir.

vue du dortoir, document de l’auteure

Nous nous dirigeons ensuite vers le bâtiment de formation. La coursive qui s’avance côté cour nous conduit tout d’abord à une grande pièce en double hauteur où l’on découvre une cuisine et de quoi se réunir à plusieurs pour déjeuner et profiter de la vue. L’épaisseur des murs isolés en paille permet des rangements et assises supplémentaires près des ouvertures. La terrasse qui se déploie au sud offre un panorama sur le paysage en contrebas.

Depuis ce salon, un escalier mène à une mezzanine où les bibliothèques qui enserrent la charpente mettent à disposition des ouvrages théoriques et où s’ouvre un espace d’étude au calme. La forme du toit permet une entrée d’air dans la direction du vent dominant : depuis le sud-ouest vers le nord-est, circulant par des ouvrants disposés sur la façade et sous le faîtage, garantissant une ventilation totalement naturelle. De l’autre côté, la mezzanine se prolonge sur la salle de formation.

En bas, on trouve des plans de travail équipés d’éviers qui permettent de petits travaux manuels autour des sciences naturelles et de la culture de la terre. L’espace s’ouvre sur la grande terrasse pour prolonger les ateliers pratiques en extérieur. Cette terrasse peut être occultée par des brises soleil placés entre les arbalétriers de la charpente qui se prolongent jusqu’au sol. Des plantes grimpantes peuvent aussi investir la façade sur ces supports en bois.

Depuis la salle de formation, nous pouvons accéder à un atelier d’outils en double-hauteur où des machines et des établis sont disponibles. Ces plus gros travaux peuvent être faits au chaud quand le temps l’impose, mais l’espace peut aussi s’ouvrir sur la terrasse grâce à de grands coulissants, ainsi qu’au niveau du pignon, où une grande porte en quatre partie permet d’ouvrir sur toute la longueur du mur afin d’accéder à une halle seulement couverte qui se déploie dans le prolongement de la structure. Ainsi, il est possible de déplacer du matériel facilement de l’intérieur à l’extérieur, et d’abriter sous cette toiture des engins plus gros qui ne nécessitent pas d’être enfermés.

Après une journée de travail dans les cultures ou dans les ateliers, il est possible d’emprunter la coursive pour se rendre aux vestiaires, avant de profiter de la soirée dans l’espace de salon.

De retour dans la cour, le jour d’une vente directe des productions de la ferme : La grande porte du stockage s’ouvre sur la halle, les cagettes sont déployées à l’extérieur et chacun peut faire son marché. La serre peut être visitée par le public, et des points d’eau sont accessibles dans la cour, d’où l’eau de pluie stockée dans des cuves souterraines ressort filtrée et peut servir au nettoyage de certains outils et à l’arrosage des plantes. Le grand salon s’ouvre également au public et peut accueillir différents événements comme des dégustations, des expositions, ou des réunions associatives.

Pour l’ensemble bâti, le choix des matériaux a été porté sur des charpentes en bois, qui permettent des volumes capacitaires adaptés à un programme de ferme ; et des isolants en matériaux biosourcés partiellement issus du monde agricole : c’est le cas des bottes de paille qui remplissent les murs du bâtiment de formation. Cette proposition permet de donner à voir d’autres usages possibles d’un matériau produit à l’origine pour le bétail et que l’on peut obtenir en grande quantité à une échelle locale, sur le territoire du département.

Conclusion

Finalement, le projet dans sa formalisation connecte le grand paysage à des questions de confort intime, pour l’étude et le logement, par une suite de seuils qui lui donnent son caractère multiscalaire. « Du vent dans les vignes » parvient à rendre le site hospitalier tout en rendant visible le paysage et sa transformation grâce à cette proposition d’un modèle d’espace agricole contemporain.

Devenir identitaire d’un vignoble : entre paysage et consommation

Être ici. Connaître là. Faire, alors ?

Quand je marche, beaucoup de paysage disparaît car mes yeux regardent le sol : Je dois m’arrêter pour voir. Quand j’habite, je ne connais que des points de mon réseau : L’entre-deux est décousu. Doit-on le recoudre ? Peut-on le recoudre ?
Comment s’arrêter, être ici ? Comment voir, connaître là ? Comment recoudre, faire alors ?
– Première formulation du trouble, texte de l’auteure

Le trouble émerge avant même de se rendre sur place, par le constat fait d’après cartes d’une viticulture très présente dès la sortie de Nantes. Et il se vérifie une fois le paysage déroulé devant nos yeux. “Être ici“, à Nantes, pour moi à ce moment, ça signifiait comprendre pour “connaître là” : ce morceau de carte entre Nantes et Clisson, à la fois si proche, mais que je connais si mal. Je le savais déjà, le Muscadet est le vin de Nantes. Mais que nous dit ce produit ? Que nous raconte la vigne sur le territoire et son histoire ? J’ai donc commencé par me renseigner sur cette viticulture. Puis, il m’est apparu un fait : bien qu’ancien, le Muscadet n’a pas toujours été ce que l’on en voit aujourd’hui.

Un paysage en mutations : brève histoire du Vignoble Nantais

Si l’on peut faire remonter le début de la viticulture dans le secteur à l’empereur romain Probus qui fit planter les premières vignes1, l’histoire du Muscadet (du cépage Melon de Bourgogne, Vitis vinifera Melon B.) contemporain ne commence vraiment qu’à l’époque moderne, puisqu’il remplaça grâce à sa résistance au gel le cépage de Gros Plant qui dominait la région auparavant. Les côteaux furent ensuite ravagés par les guerres de Vendée, mais l’on replanta très rapidement, jusqu’à la fin du XIXème siècle, quand la crise du phylloxéra (1886) imposa un changement de méthode. C’est suite à cette crise que les parcelles viticoles et les pieds de vigne ont commencé à devenir ce que l’on observe maintenant : par la fin du bail à complant2 les parcelles ont été redessinées jusqu’à former aujourd’hui de plus grands lots rectangulaires, et la plante elle-même est “nouvelle” puisqu’elle pousse désormais sur des pieds de greffe américains dont les racines résistent au phylloxéra3. C’est par l’arrivée de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC Muscadet) en 1937 que l’on assiste ensuite à une standardisation du produit, puisque l’appellation impose (et protège) certaines méthodes de production mais aussi un goût. Avec la mécanisation, le muscadet se produit rapidement et en grandes quantités, mais ne présente pas de qualités gustatives très fines et reste, jusqu’à la fin du XXème siècle, un vin acide et peu cher, réputé “de comptoir” et utilisé dans la cuisine. En 1991, un épisode de gel très violent ralentira drastiquement la production. Il fut difficile ensuite pour le secteur de s’en remettre, car pendant l’absence du Muscadet sur le marché, c’est le Chardonnay qui prit sa place. Au début des années 2000, le gouvernement proposa une prime à l’arrachage afin de permettre aux viticulteurs affaiblis de cesser leur activité tout en ne perdant pas tout. Mais cette réponse au coup dur vécu par le vignoble Nantais n’a pu satisfaire ses acteurs, soucieux de défendre l’existence du Muscadet et ne pouvant rentrer dans leur frais en ne comptant que sur cette prime dont “la somme couvrira tout juste les frais d’arrachage”4. Aujourd’hui, les menaces climatiques s’ajoutent à la détresse du monde viticole : les intempéries violentes mettent en danger les ceps par l’érosion5, l’humidité (mildiou) et les fortes chaleurs influencent les saisons de vendanges (ainsi que le reste des cycles de la plante, voués à s’accélérer)6. Rien n’augure une amélioration prochaine de ces aléas, aussi puisque la Commission Européenne et le gouvernement français ont très récemment assoupli les ambitions environnementales portées par la PAC, et reculé l’arrêt de l’usage des produits phytosanitaires dans l’agriculture7, ce qui aura nécessairement un impact sur le monde vivant et le climat. Néanmoins, au cours de la décennie 2010 et début 2020, une nouvelle opportunité s’est offerte au vignoble : une consommation plus occasionnelle mais aussi plus qualitative, mêlée d’une envie chez les consommateurs de se “reconnecter à la terre”, qui se traduit par une recherche de traçabilité et de circuit court. Dans cette mouvance, le Muscadet dès la décennie 2010 prend le parti de la qualité associée au terroir, avec la création des crus communaux. Aujourd’hui au nombre de 10 appellations, ils permettent aux vignerons de valoriser la qualité du sol qu’ils travaillent, “une mosaïque de terroirs”8 (induite par la géologie), et de proposer un nouveau Muscadet, cette fois-ci haut de gamme.

Les mutations du vignoble Nantais ont donc toujours existé. La stabilité apparente que l’on croit observer lorsque l’on découvre le territoire, par son architecture vernaculaire viti-vinicole et les rangs de ceps qui quadrillent les communes, n’est que toute relative. Face aux nouveaux enjeux qui touchent l’agriculture française et s’ajoutent aux difficultés plus anciennes, les bouleversements qui arrivent peuvent s’observer comme d’autres de ces mutations en série. Être ici et connaître là se met alors à rimer avec l’envie de faire. Autrement dit : habiter quelque part c’est aussi consommer ce que la terre d’ici peut offrir, et se sentir chez soi dans un paysage dont on comprend les tenants et les aboutissants.

Continuer la lecture de « Devenir identitaire d’un vignoble : entre paysage et consommation »

Le Muscadet pour un Commun Vivant

Le quadrant qui s’étend au sud-est de la métropole nantaise déploie un paysage marqué par la vigne. C’est d’abord ce que nous dit la carte, dont les petits points qui représentent les vignes grignotent le papier depuis le bord du département jusqu’aux portes de Nantes. Puis, c’est ce que nous disent les côteaux et les plaines, dont les ceps bien alignés nous regardent passer lentement sur le GRP Sèvre et Maine “Boucle du Vignoble”. Les 28 communes qui se trouvent ici, entre Nantes et Boussay, forment le Pays du Vignoble Nantais. Ce territoire porte aussi le nom du vin que l’on y produit : le Muscadet. 

«Parler d’un vignoble, c’est décrire un paysage marqué par l’économie qui le modèle et la nature qui le transforme.»

Sandra Savigny et Michaël Ripoche, Les paysages de la vigne, 303 hors série n°139
D’image d’Épinal à paysage liminal : monoculture au seuil du déclin

Vin blanc sec réputé pour son prix bas et son acidité, par deux fois lourdement mis à mal (tout d’abord dans les années 1880 à cause du phylloxéra, puis en 1991 suite aux gels), il fut la gageure des communes qui l’ont élevé. Ce marché là dessina tout autant les parcelles que les bâtiments qui les accompagnent : de petites maisons de vignerons en pierres enduites et tuiles oranges aux volumes imbriqués et tassés, aux granges-pressoir et longères, en passant par les fermes et maisonnées qui s’y greffèrent au XIXème siècle et qui constituent le vernaculaire local; le tout regroupé dans les hameaux qui encadrent les parcelles viticoles en “mosaïque” (C. Toulier, “La petite maison rurale de Loire-Atlantique”, 303 1er trimestre). Plus tard, des hangars ont vu le jour pour poursuivre la production viti-vinicole à l’aide de moyens plus contemporains.

Ce paysage caractéristique du Vignoble est de plus en plus fréquemment soumis à des perturbations, à l’instar du gel de 91, qui donna lieu à la fin de la décennie 90 à la prime à l’arrachage. Cette prime permit aux vignerons de partir en retraite dignement mais elle fit alors disparaître de nombreux rangs. Mais si l’arrachage a réduit le nombre de parcelles, il peut aussi être vu comme une opportunité pour produire peu mais en meilleure qualité, puisqu’aujourd’hui le vin rencontre une clientèle certes moins régulière, mais plus exigeante : “55% des personnes interrogées déclarent regarder si la bouteille qu’elles souhaitent acheter possède un certification environnementale. Une tendance qui est amplifiée chez les jeunes de 18-35 ans.” (source : La Revue du vin de France, Benjamin Helfer, mars 2023). Aussi, la culture viti-vinicole locale a récemment fait l’objet de coups de pouces médiatiques, notamment par un nouveau parcours orchestré par le Voyage à Nantes : le Voyage dans le Vignoble. Profitant du regain de popularité de l’œnotourisme, le Muscadet mise sur son patrimoine pour reprendre de l’élan.

Continuer la lecture de « Le Muscadet pour un Commun Vivant »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search