Cinq puits à la Maladrie, communiser la ressource en eau

Remailler le territoire de puits et regarder ce qu’un tel retour à une pratique des communs engendre sur ce territoire et pour ses habitant·es.

Se saisir du puits comme d’un objet intéressant à regarder pour réfléchir à la manière dont on habite le monde. Nous verrons qu’il nous parle de relations au milieux, de relations sociales, de relations au vivant.

Le projet, en s’inscrivant dans une tradition d’usage des communs, propose de questionner notre rapport à la ressource en eau du territoire.

Le système de production d’eau potable présente des failles, de plus en plus visibles et de manière de plus en plus récurrente.

C’est de ce constat de la fragilité de l’infrastructure qui m’amène à me poser la question du rapport que l’on entretien avec la ressource, et nous verrons comment de ce problème on peut articuler des enjeux spatiaux.

Continuer la lecture de « Cinq puits à la Maladrie, communiser la ressource en eau »

L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux

 

Ça commence au cœur du hameau des Brosses, sur la commune de Chateau-Thébaud, juste à côté du parking qui fait office de place centrale du village. Une juxtaposition d’objets de verre, de métal et de plastique qui constituent aujourd’hui ce que l’on met en commun à l’échelle d’un village : un abribus, une grappe de boîtes aux lettres, des bennes à ordures, une borne d’incendie. Ces objets nous parlent de réseaux (de distribution, de ramassage) par et vers des lieux de stockage plus ou moins lointains et invisibles à nos yeux. L’emplacement de cet agglutinement d’objets ne semble pas dû au seul hasard ; on peut voir au premier plan sur la photo un modeste édifice circulaire, appareillage de pierres pris d’assaut par les mousses et coiffé d’une plaque de métal : le vieux puits communal. S’il ne fait plus office de point de captage d’eau, sa présence semble toujours opérer dans l’organisation du tissu du village. On ne s’est pas résolu à raser cette percée dans le sous-sol, alors on garde le puits en vestige, et la place attenante avec.

Ce puits nous parle d’un autre temps, d’une autre forme de communs. C’est un symbole de l’ère paysanne où aller puiser l’eau quotidiennement mettait en rapport direct les corps humains avec la ressource en eau du sol. Il nous parle d’ancrage.

Valérie Jousseaume, dans l’ouvrage – publié à partir de sa thèse, Plouc Pride, un nouveau récit pour les campagnes, nous parle d’un biculturalisme qui serait propre à l’ouest français, du fait de l’histoire de l’industrialisation des campagnes du pays. C’est dans l’ouest de la France, industrialisé plus récemment que le nord par exemple, que l’identité et les pratiques paysannes ont perduré plus longtemps, jusqu’à cohabiter avec les valeurs de la modernité. Et l’autrice nous enjoint à se saisir des traces restantes de cette culture pour penser le monde qui vient, pour ré-atterrir.

C’est dans cette veine que nous nous sommes intéressés aux anciens communs de villages, et plus particulièrement aux puits, donc à l’eau potable, et finalement aux manières actuelles de la produire et de la distribuer.

Continuer la lecture de « L’eau potable de la métropole nantaise, d’un maillage de puits à un réseau de tuyaux »

Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun

 

De Saint Sébastien sur Loire à Saint Fiacre sur Maine

Le projet de sentier se donne pour prétexte d’aller voir un puits communal dans le village de La Hautière, et ainsi s’aventurer au-delà des limites administratives de la métropole nantaise.

Le tracé figure en quelque sorte un rayon allant du centre vers la périphérie.

Cette traversée sera l’occasion de se demander ce qui fait commun aujourd’hui dans un périurbain qu’on imagine de prime abord comme le règne de la maison individuelle, de la voiture et du gazon.

L’idée est de marcher pour faire taire ses a priori, essayer de regarder ce qui fait vraiment commun en 2024 sur un territoire habité. Le sentier passe “en vrac” par des éléments naturels du territoire. De l’eau, des sols dont on prend plus ou moins soin, des traces d’anciens communaux de villages – des puits, des chemins, des fours à pains – et des objets plus contemporains – un abribus, un château d’eau,une table de pisue-nique, un arbre de boîtes aux lettres, un système d’éclairage public…

des boites partagées (photographies personnelles)

Continuer la lecture de « Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search