Sentier des Arts Faire

Subvenir

Consommer, se soigner, prendre soin de soi et des autres, gagner de l’argent. Des actions que l’on réalise tou·te·s en somme. Pourtant, chez chacun·e·s de nous, ces pratiques prennent des formes différentes, en des lieux divers. Quels sont les moyens déployés pour tirer notre subsistance du monde qui nous est imposé ?

Sous les conseils de Michel de Certeau (L’invention du quotidien, 1980), se sentier vous propose de partir à la rencontre des pratiques ordinaires, créatives, bricoleuses et rusées que nous déployons pour survivre au monde, les manières de faire. Le recours à cette notion permet de penser l’articulation entre visite de sentier, regard porté et discours tenu sur le lieu que l’on traverse. Nous serons alors attentifs aux manières de marcher afin que traverser ce sentier soit déjà prendre part à aux manières de faire présentées, cela, avec l’objectif final de brouiller les limites entre visiteur·euse·s et visité·e·s.

Théâtre de rue

Afin de mettre en œuvre les objectifs précédemment décrits, le sentier est pensé comme une performance déambulée et théâtralisée. Ce sentier scénarisé se compose de plusieurs actes ou tableaux. Chaque tableau est pensé comme une boucle au cours de laquelle se déroule une performance rendant compte d’une facette différente des manières de faires dans le Sud-Ouest de Nantes. Le reste des marches se fait sans discours tenu sur les parties traversées afin de permettre de temps moins formels de rencontre entre acteurs et spectateurs, il est néanmoins prévu de traverser des lieux qui font échos aux manières de faire. De plus, être présent sur le sentier c’est déjà regarder la ville sous le prisme des arts de faire et ainsi les voir là où nos chemins habituels ont tendance à les ignorer.

A chaque étape, les tableaux sont pensés par les acteur·trice·s et habitant·e·s du quartier traversé en partenariat avec les associations de théâtre ancrées dans le territoires. Dès lors les urbanistes, architectes et géographes se font les scénographes de la ville. Chaque tableau est pensé afin de révéler une ou plusieurs manières de faire qui prennent place dans le lieu traversé par le sentier. Le recours au théâtre et ses formes dérivées permet un jeu entre réalité et fiction afin d’une part, produire un discours sur l’espace traversé, d’autre part, révéler l’espace traversé du point de vue de celles et ceux qui le pratiquent tous les jours. Ces derniers ont ainsi le choix de ce qu’ils disent et montrent. Le choix en somme de ce qu’ils veulent donner à voir et comprendre aux spectateur·trice·s.

Les premières prestations se feront alors sur un sentier tracé sur carte et non-aménagé, puis c’est la portée du discours et des visites qui auront pour effet d’infléchir des politiques publiques pour l’aménagement des abords du sentier.

Sentier des arts de faire

Tableau 1_ La mécanique de rue (scénario fictif)

La Soufflerie, un espace de fabrication de concerts, théâtres et spectacles de danse, situé au cœur du quartier du Château (zone QPV), s’empare de l’appel à projet. Le centre socio-culture et l’atelier théâtre du château se joignent au projet ainsi qu’un jeune collectif d’architectes, un urbaniste et une sociologue et des habitant·e·s du quartier affilié·e·s a aucune association. Après quelques mois de préparation, ils·elles sont prêt·e·s à prendre part à la première performance déambulée.

Le 1ère prestation démarre sur un monologue revendicateur : « Chômeurs, inactifs, paresseux, assistés, cas sociaux, … Et si je vous disais que ceux qui ne font rien passent en réalité leurs journées à travailler. ». Nous sommes alors allées de Provence. A notre droite se trouve une longue barre délabrée. A gauche, des voitures sont garées en épi, quelques-unes ont le capo ouvert. De voiture en voiture, les comédiens jouent de courtes scènes évoquant des situations quotidiennes : vidange, réparation de moteur, changement de roue, … certains travaillent seuls d’autres en famille. Très vite, nous arrivons au bout de l’allée, à gauche, l’allée de Touraine dévoile le commissariat de Police de la ville de Rezé, l’occasion pour les acteurs de jouer une interpellation policière : « Deux individus ont été interpelée car ils s’adonnaient à la pratique illégale de la mécanique sauvage. » Nous poursuivons notre chemin rue du lieutenant Monti, à la frontière de la zone QPV, à droite des pavillons à gauche des barres de grand-ensemble, paysage de bordure classique. 

Zoom sur tableau 1_La mécanique de rue

Les spect-acteurs sont invités à intervenir à tout instant, à faire corps avec la proposition, penser des alternatives possibles aux problèmes présentés.  On découvre alors la complexité de la mécanique de rue, son caractère artisanale. On prend à gauche, allée de Guérande, un comédien-mécanicien nous précise : « ici on fait de la mécanique clinique, les garagistes conventionnels prendraient jamais la peine de réaliser des opération si complexes ». On en apprend un peu plus sur les raisons qui sous-tendent ce travail et notamment son caractère nécessaire, de subsistance.

Les effets du sentier

La déambulation invite alors les spect-acteur·trice·s à poser un regard différent sur la mécanique de rue et requestionner la notion de travail. L’inclusion de la mécanique de rue au le champs des arts de faire accorde une valeur positive à ce travail. Les dispositifs en place fondés sur la responsabilisation des chômeur·euses·s qui jusque-là pouvait avoir des effets culpabilisants et se trouver non-adapté à une grande partie des habitant·e·s du quartier changent petit à petit pour laisser plus de place au déploiement d’autres activités, d’autres économies.

Les mécaniciens s’organisent et les architectes les accompagnent. Ils investissent des locaux abandonnés et y aménagent un atelier de réparation mécanique. Le parking, qui souffrait d’une réputation négative chez des architectes et urbanistes fait l’objet d’une attention nouvelle dans le projet de réhabilitation du Château. En effet, alors que jusque-là, les documents officiels détaillaient des intervention massives de rénovation et de démolition aux moyens de grands mailles piétons, d’absence de voitures et qui visaient l’objectif final d’une redistribution des population pour une mixité sociale évoluent vers une proposition plus en accord avec la population actuelle qui y réside et non plus simplement la population nouvelle qu’ils souhaitent attirer.

Tableau 2_ « Jardin des 3 moulins » association ECOS (scénario fictif)

Le second tableau est pensé par l’association ECOS qui choisie de nous faire visiter le Jardin des 3 moulins. Ecos est une association qui mêle pratique artistique, jardinage et sensibilisation aux enjeux écologiques afin de construire un savoir sur les thème de la biodiversité dans l’espace public métropolitain.

L’association nous propose aujourd’hui la visite théâtralisée du jardin des 3 Moulins et les environs du quartiers. On découvre ainsi les jardins familiaux, espaces de stockage et de convivialités pensées par les habitant·e·s eux·elles-mêmes (tables de pique-nique, composteurs,) qui impactent une vie de quartier entière. Ils ajoutent « tout le monde est le bienvenu à tout instant, pour participer au jardin ou simplement se promener ».

Tableau 3 _ « Travail domestique » (scénario fictif)

Le troisième tableau se situe au Parc de Praud. Le rendez-vous est donné au pied du manoir de Praud. C’est cette demeure abandonnée aux fenêtres clôturés de parpaings que l’association des « mamans de Rezé » choisit pour dénoncer la division sexuée du travail domestique.

La visite du manoir puis du parc et des jeux pour enfants rendent compte de la charge mentale qui pèse sur les femmes qui ont en majorité la responsabilité du travail ménager, de la confection des repas, du soins des enfants, du travail éducatif… On les voit à travers une mise en scène calibrée, se déplacer dans l’espace public et porter les courses, pousser des poussettes, s’occuper des enfants… et ainsi rendre compte d’un espace urbain qui souvent oublie de prendre en compte le travail domestique.

Tableau 4_ « Les compagnons » (scénario fictif)

Les compagnons Emmaüs présentent le dernier tableau. Face à leurs locaux à Bouguenais, ils nous proposent une visite axée sur l’accueil, le travail et la solidarité pour les personnes en situation d’exclusion sociale.

Leur prestation montre leur locaux incroyables et les environs du quartier. Partout sur notre chemin, des objets sur le sol (meubles, décoration, électroménager, …) créent une scénographie inattendue.

Fermeture de rideau

Spect-acteurs et spect-actrices restent comme accroché·e·s aux scènes qui se sont déroulées sur leurs yeux, aux expériences qu’ils ont vécues, aux rencontres qu’ils ont faites. Les activités quotidiennes, les gestes banales, la manières de faire et de répondre à nos besoins mais aussi les préjugés perçus comme évidents que parce qu’ils ne sont pas requestionnés, notre usage du sol, de la terre, tous les actes inconscients et pourtant opérants que l’on fait tou·te·s nous placent dans la communauté des habitant·e·s du monde.

Trouble mécanique : et si on pensait les grands ensembles à travers le prisme travail ?

Déjà vu : Trouble de la mémoire donnant l’impression soudaine et intense d’avoir déjà vécu dans le passé la situation présente. (Larousse en ligne)

« Il est 18h50. Le soleil est encore haut dans le ciel. Le vent est froid. Je traverse l’allée de Provence, au nord du quartier du château, à Rezé. Devant moi, une route bordée d’une vingtaine de véhicules dont au moins cinq véhicules utilitaires. A droite, une barre de logement dégradée. Au-dessus, une fenêtre ouverte de laquelle se dégage une musique dansante. A gauche un city stade. Quelques jeunes hommes jouent au basket. Les enfants eux, se cachent dans les buissons attenants. Ils sont à peine perceptibles mais leurs rires eux, résonnent dans toute la rue.  Je fais quelques mètres, et face à moi, j’aperçois une voiture dont les roues ne touchent plus le sol. Une 206 blanche, année : 2007 (j’aime souvent me vanter de ma capacité à estimer le modèle d’une voiture et son année de production. « C’est mon truc ». Alors bon, en modèles anciens je m’y connais moins, mais pour ce qui est des voitures récentes c’est vrai que je me trompe rarement. Je les ai jamais appris et pourtant je les connais. Parfois je me demande d’où vient ce savoir, mais au fond je le sais très bien). Cette 206 est montée sur un cric. Le coffre est ouvert. Des outils sont disposés un peu partout autour. Le réparateur s’est glissé dessous.  Je suis surprise du professionnalisme de sa pratique. Cette scène me donne un fort sentiment de déjà-vu, ou plutôt de toujours-vu. »

(Extrait de journal de marche, première rencontre avec le château, 27.03)

Quelques jours après cette première visite au château, je me rends à nouveau allée de Provence avec l’envi de « confirmer » quelque chose sans vraiment savoir quoi. Nous sommes lundi 29 mars, il est 16h et je croise, en l’espace de quelques mètres, deux personnes réparer des voitures. Je me souviens alors, de ce texte précédemment écrit, de la peine que j’avais prise à documenter une scène qui m’avait alors paru plutôt banale. Cette fois, il n’en est rien, si une personne qui répare sa voiture un samedi soir n’avait, en soit, rien d’étonnant, deux personnes en l’espace de quelques mètre un lundi après-midi avait quelque chose de beaucoup plus troublant. Je conscientise ce que j’étais venu chercher, j’écris dans mon journal : « Que font ces hommes ? Réparent-ils leur voiture ou s’agit-il un travail ? ».

Trouble : État d’agitation, d’inquiétude, de confusion ou d’émotion dans lequel se trouve quelqu’un (Larousse en ligne)

Dès lors, les questions se multiplient : « Que se passe-t-il ? Qui sont ces réparateurs de voiture ? Pourquoi-font-il-cela ? Où exactement le font-ils ? Quelles traces laissent leur travail ? Quelles forment prend le travail de la mécanique ? Comment s’inscrit-il dans l’espace public ? Qui vient faire réparer sa voiture ? » De là, nait le besoin, presque une obsession, de constituer une base de données brute et neutre, seule capable de répondre à mes interrogations.

Traces : Suite d’empreintes laissées sur le sol par le passage de quelqu’un, d’un animal, d’un véhicule.
            Ce qui subsiste de quelque chose du passé sous la forme de débris, de vestiges, etc. (Larousse en ligne)

Une nouvelle étape de l’enquête s’engage, la recherche de « traces » (Ginzburg, 1980). Je me lance alors, toute azimut, dans une collecte d’informations concernant le quartier Château : données statistiques (« tôt de chômage élevé qui expliquerait le déploiement d’un travail informel ? »), données historiques, projets futurs… J’erre même sur Leboncoin en quête de nouvelles pistes. Très rapidement, je tombe sur une photo sur laquelle on perçoit clairement la place François Mitterrand, place centrale du quartier du Château. Quelques clics plus tard, j’ai déjà identifié des « revendeurs » de voitures basés dans le quartier. Ce n’est pas bien compliqué, ce sont des particuliers qui pourtant vendent jusqu’à 10 voitures sur la plateforme, et en fond de photos, quasi systématique, on voit le Château, facile à reconnaitre.  Puis, très vite, cela ne me convient pas, frustrée « je veux en être sûr, je veux voir ». Alors dès que j’ai un instant, je vais au Château. J’assiste à quelques scènes de réparation. Elles semblent se concentrer tout particulièrement allée de Provence (« pourquoi toujours cette rue ? C’est pourtant l’une des plus proche du poste de police »), sans que pour autant j’ai l’occasion de discuter avec des travailleurs. S’introduire, aborder des thèmes liés à des pratiques illégales, instaurer la confiance et le respect ne sont pas des choses simples. Alors pendant un temps, je relève (écrits, dessins et photos) les scènes et les traces : camions utilitaires en nombre, camion porte-voitures immatriculé Roumanie, déchets mécaniques, tâches d’huiles, privatisation de places de parking (au moyen de cônes orange), rétroviseurs posés sur le rebord d’une descente de cave, sièges automobiles, roues de voitures, enjoliveurs abandonnés, etc.

Quelques traces laissées
par la mécanique de rue

Mais rien de concret. Ces traces sont comme des indices laissés là, des suggestions qui me donnent le sentiment de « toucher du doigt » quelque chose qui est pourtant encore bien loin. L’incertitude du déchiffrement des traces m’insatisfait. J’en viens même à me demander si je ne surinterprète pas ce que je vois.

Témoignage : Action de témoigner, de rapporter ce qu’on a vu, entendu, ce qu’on sait (Larousse en ligne)
Observation : Action de regarder attentivement les phénomènes, les événements, les êtres. (Larousse en ligne)

Pour faire des rencontres, se faire une place dans le quartier j’avais besoin qu’on m’ouvre des portes.  Je décide alors de passer par les structures associatives et municipales.

Je mène un premier entretien (téléphonique, covid oblige) exploratoire auprès de Mme M. agent de développement au service logement politique de la ville. Toujours peu sure de moi, j’attends de cet entretien une première validation de la présence de la mécanique de rue et des premières réponses aux questions précédemment énoncées. Je m’introduis et présente la notion de « travail d’à-côté » (Weber, 1989), ou de « travail mécanique », elle réplique « c’est drôle que vous appeliez cela « travail », nous on appelle cela la « mécanique sauvage », c’est le terme institutionnel. En même temps, c’est vrai que c’est un travail », j’ajoute « on dit parfois aussi, travail de subsistance » (Mies, 1988) et à elle de poursuivre « ah oui c’est vrai, il y a aussi « travail au « black » ou au « noir » ». Cette première discussion sémantique dit beaucoup de la façon dont ce travail est perçu.

La dénomination « sauvage » opère une folklorisassion stigmatisante du travail des classes populaires. Elle place d’emblée ce travail dans le cadre de l’illégalité et du marginal, même s’il reste toléré jusqu’à un certain point.  Mme M. m’explique « Pour un des mécaniciens, on a dû envoyer les collègues de la tranquillité publique. Sa pratique posait problème et impactait le cadre de vie des habitants du quartier. En général on laisse faire mais tout de même, dans certains cas ça pose problème. Les voitures supplémentaires occupent des places de stationnement pour les riverains ou sinon elles sont garées sur le trottoir : pas cool pour les piétons. Sans compter les déchets mécaniques, les parechocs qui traînent, les parebrises et la vidange, même pour l’environnement, … ».

Cet extrait révèle deux sujets contradictoires. D’une part, la mécanique de rue est appréhendée comme un problème d’ordre public et se règle par l’intervention policière et sous le mode punitif. D’autre part, l’intervention des forces de l’ordre ne se fait que dans des cas particuliers de « trouble à l’ordre public ». En effet, la collectivité fait preuve de « souplesse » envers ces travailleurs. D’ailleurs tout au long de la discussion avec Mme M. je perçois une réelle compréhension des problématiques auxquelles sont soumises ses populations ; le caractère nécessaire de la ressource produite par ce travail n’est pas dénié. Preuve en est, pour toute la suite de la discussion Mme M. emploiera le terme de « mécanique de rue » et non plus de « mécanique sauvage » (ce qui est sans rappeler la bataille sémantique menée par certains chercheurs pour la préconisation de cette première expression). Elle communique sur sa volonté de trouver une « solution », les propositions d’aménagement que je pourrais faire dans ce cadre l’intéressent.

Qui sont ces mécaniciens ? Et quand exercent-ils leur travail ?

L’observation sur place me permet d’identifier plusieurs pratiques. Certains travaillent le soir, après les horaires classiques de travail salarié et le week-end, ce qui laisse penser que la « mécanique de rue » ici permet de compléter un travail salarié mal rémunéré ou plus simplement de réaliser un travail de maintenance personnel qui permet d’éviter des dépenses supplémentaires chez un garagiste. D’autres, travaillent la journée sur des horaires classiques du salariat, cette seconde situation laisse penser que la « mécanique de rue » correspond au travail principal exercé. Ce ne sont que des hypothèses qui oublient de prendre en compte des réalités complexes que sont par exemple le travail aux horaires décalées ou en temps partiel qui organisent alors différemment les emplois du temps. Mme M. donne de nouveaux éléments de réponses : « Si on passe d’un jour sur l’autre, du lundi au vendredi, si je passe tous les jours à 15h, au même endroit, je verrais les mêmes personnes, et même pas forcément avec la même voiture. »

Quelles forment prend le travail de la mécanique ? Comment la voiture s’inscrit-elle dans l’espace public ?

J’ai eu l’occasion d’observer divers travaux mécaniques, croisés avec les éléments de réponses apportés par la direction du service jeunesse et Mme M. on ne peut que noter la diversité des pratiques, entre petite mécanique et mécanique lourde : vidange, changement de roues, travaux sur pièces détachés,… Le parking devient un véritable atelier, même si pas toujours très adapté. Des précisions devront être apportés à ces question à travers notamment la rencontre avec plusieurs mécaniciens. Un premier contact avec la personne verbalisée qui exerce allée de Guérande a été amorcé grâce à Mme M. Elle me raconte d’ailleurs une rencontre avec cette personne : « Il demandait s’il pouvait louer un garage : « Mais vous pouvez pas louer un garage pour y exercer une activité illégale » il répond « Bah oui mais c’est mon boulot ? Est-ce-que la mairie peut me venir en aide ? » Et à Mme M. de répliquer « Mais la mairie n’aide pas pour réaliser des activités illégales. » ». Ce dialogue rapporté témoigne d’une grande divergence entre la représentation de la « mécanique de rue » par les acteurs institutionnels et la représentation qu’on d’eux-mêmes les travailleurs. 

Sortie d’école_tiré du journal d’enquête

D’autres voitures encore, ne font l’objet d’aucune réparation, elles sont parfois revendues dans le même état que précédemment achetées selon le service jeunesse, parfois, cela pose le problème des « voitures ventouses » (sujet d’un prochain entretien avec un expert de la question…).

Pourquoi réparent-ils les voitures ?

Selon Mme M. Il y a très clairement un commerce sous-jacent aux travaux de mécanique de rue : « C’est vraiment un travail de commerce, alors soit ils réparent les voitures des voisins pour pas cher, parce que bon, personne n’a vraiment les moyens, soit ils revendent des voitures. Moi je dis toujours, allez sur Leboncoin c’est pas compliqué vous reconnaissez vite la récurrence des photos prisent au château, et c’est facile à reconnaître, les prix sont en général très attractifs. »

De plus, à l’occasion d’une discussion au sujet des moyens déployés pour la lutte contre le chômage dans le quartier du château, je demande si des passerelles entre mécanique de rue et travail salarié dans un garage par exemple existent. La réponse qu’en donne Mme M. est révélatrice de possibles raisons pour lesquelles ce travail est exercé dans ce contexte : « Les personnes qui pratiquent la « mécanique de rue » n’ont pas forcément de diplôme, ou du moins un diplôme français, qui leur permette de trouver un travail dans ce domaine. Et ils ne sont pas forcément dans une situation administrative régularisée. Car dans les quartiers QPV, il y a beaucoup de personnes qui sont dans des situation en cours de régularisation ». A priori donc, une partie au moins des mécaniciens se trouve imposée une situation de chômage. La « mécanique de rue » serait alors le moyen trouvé par les travailleurs afin de subvenir à leurs besoins en dehors du cadre « légal » qui leur est tout simplement interdit (absence de papier ou de reconnaissance du diplôme).

Où sont réparées les voitures ?

Mes observations et déambulation m’ont amené à constater l’importance du travail mécanique allée de Provence. En faisant part de cette information à Mme M, elle retorque : « Ah bah allée de Provence là ça y va ! Allée de Provence, c’est un vrai garage en plein air ! Du coup ça prend tellement de place que les gens qui habitent la barre d’immeuble doivent rentrer par les caves. ». Puis, elle pointe d’autres lieux où la « mécanique de rue » a lieu de façon quotidienne : allée de Provence, allée de Guérande, allée de Gascogne et au niveau de la Mahaudière.

La rencontre avec la direction du service jeunesse du quartier ajoute quelques précisions, selon mon interlocutrice, certains jeunes viennent imprimer les certificats de vente dans le centre jeunesse qui met à disposition des ordinateurs. Je me demande alors si d’autres services du quartier facilitent leur travail. La médiathèque Diderot, situé dans le quartier du Château, porte-t-elle une attention particulière à l’achat d’ouvrages liés à l’automobile ? Je me lance dans un exercice comparatif sur la proposition d’ouvrage avec la Médiathèque Jacques Demy, et les résultats sont assez étonnants.

Médiathèque Diderot (Rezé, Château) :
Nombre total d’ouvrages : 100 000
« voiture » : 679 résultats
« automobile » : 154 résultats
« réparation automobile » : 11 résultats (dont « Entretenir et réparer sa voiture soi-même », « restaurer et réparer votre carrosserie », …)

Médiathèque Jacque Demy (Nantes, Ile) :
Nombre total d’ouvrages : 155 000
« voiture » : 545 résultats
« automobile » : 134 résultats
« réparation automobile » : 1 résultat (« Les métiers de l’automobile »)

Reste à confirmer par les médiathécaires…

Vers des premiers éléments de réponses ?

Tous ces éléments laissent penser qu’un regard attentif pourrait permettre de redéfinir les manières dont se déploie ce travail, à la fois dans la rue, sur les trottoirs et places de parking mais aussi sur les plateformes dématérialisées comme Leboncoin ou encore des lieux ressources du quartier (ici le service jeunesse ou la médiathèque). Les premières réponses apportées (même si elles doivent être confrontées à d’autres points de vues) soulagent quelque peu le doute mais laissent place à de nouvelles questions : Où les mécaniciens achètent-ils les voitures qu’ils réparent (vers une économie mondialisée, ou la start-up nation qui ne dit pas son nom) ? Où les revendent-ils ? Qui vient faire réparer sa voiture au château ?

Ce travail donne les prémices des possibilités ouvertes par l’étude des grands ensembles à travers le prisme du travail. Cela permet de porter un regard nouveau sur le quartier, dépasser l’image d’un quartier enclavé et surtout, affirmer un vrai « art de faire » (De Certeau, 1980) de ses habitants. Il s’agit également de signifier les dimensions économiques, sociales et symboliques complexes qui régissent le quartier, afin de peut-être même affirmer sa dimension de « centralité populaire » (Rosa Bonheur, 2019) loin des discours disqualifiants. Reste encore à réellement prendre en compte le point de vue de ces travailleurs à l’occasion de rencontres informelles et d’entretiens à venir.

Le projet par la recherche

L’enquête évidement, ici sert un objectif final projectuel.

Pour le dessin d’un sentier :
Comment le tracé d’un sentier peut-il s’approprier des problématiques liées aux « arts de faire », aux ruses et multiples formes de résistances déployées à travers le Sud-Ouest de Nantes, cela afin d’infléchir de nouvelles politiques en faveur des habitants ?
Comment, dans le cadre d’une excursion urbaine, penser le visiteur comme un « marcheur » qui pratique l’espace et non pas comme un simple « voyeur » qui ignore les pratiques (l’opposition « marcheur » / « voyeur » est développée par Michel de Certeau, dans L’invention du quotidien, 1980) ?

En lien avec l’aménagement des abords :
Quel type d’organisation spatiale, urbaine et architecturale, peut soutenir le développement des économies de subsistance tout en limitant leur impact sur le voisinage ?

Marche collective avec Ariane Wilson, 11 mars 2021 : de la noue à la Montagne

Première marche du studio avec Ariane Wilson, maîtresse de conférence et architecte-marcheuse, enseignante à l’école d’architecture de Strasbourg. De la noue à la Montagne.

7h55/ CHU Hôtel-Dieu
Le périple commence dans ce bus Aléop qui, aujourd’hui, prend des allures de car de sorties scolaires tant la quasi-totalité du groupe s’y est retrouvée.

8h17/ Nœud 0 : mise au point à La Tournelle, Pont Saint-Martin
Le ciel est gris, la pluie légère. Abrité·e·s sous l’arrêt de bus La Tournelle nous écoutons Ariane Wilson décrire le contenu de la journée. Ce matin, nous marcherons avec l’inspiration de la noue, figure récurrente du secteur. Et comme un écho toponymique, nous irons toute la journée de nœuds en nœuds. Ariane développe son interprétation du secteur Sud-Ouest, appréhendée selon elle comme entité administrative : le pôle de proximité métropolitain Sud-Ouest. Munie d’une carte rigide de ce pôle, elle nous révèle le territoire sous un angle nouveau : maintenant désolidarisé du grand Nantes, il devient entité à part entière. La curiosité est attisée, nous avons hâte de partir à la découverte de ces terres inconnues.

Le départ officiel de la marche : point le plus oriental du pôle de proximité Sud-Ouest.

8h35 / transect 1 : marche silencieuse sous le signe de l’écoulement
Cette première heure de marche se fait silencieusement. Direction le Nord. Après avoir franchi le pont qui enjambe le périphérique, nous arrivons face à une allée bordée d’arbres. Les regards des débuts de matinées sont vifs. Le silence est tenu : le sifflement du vent, les pas sur la boue, le craquement des branches, le crissement des feuilles se laissent entendre. Quelques centaines de mètres plus loin, le ruisseau de la Jaguère se révèle, nous le longeons au plus près avant de s’en détacher pour d’autres vues. Les paysages se succèdent : zone pavillonnaire aux tuiles oranges caractéristiques du Sud de la Loire, voie rapide effrayante, bosquets et autres paysages réputés naturels reposants. Le premier nœud est vite atteint.

Justine, durant le premier transect silencieux, a noté 100 observations.

10h20/ Nœud 1 : au dessus du périphérique
Le premier arrêt se fait au-dessus du pont de la rue Jean-Baptiste Clément qui traverse la E3. Ce nœud est l’occasion d’une courte pause, le temps de noter tout ce que l’on retient de cette première marche. Nous débriefons ensuite rapidement cette expérience grâce à quelques exercices rapides que l’on reproduira quasi systématiquement à chaque nœud :
1-Choisissez trois mots pour décrire cette marche. On entendra : boue, humide, tuile, pavillon, déchets, …
2-Qu’a provoqué le silence ? Romane répond qu’il permet d’exacerber les bruits alentours. Louise-Marie ajoute que les contrastes sonores sont plus marqués.
3-Comment avez-vous senti l’écoulement ? En vrac, les réponses se succèdent : c’est l’écoulement du temps, de l’eau aussi, de la pluie, de l’électricité, de nos corps…
4-Nous nous mettons ensuite en cercle et dessinons ce que nous voyons de façon à produire un panorama complet :

10h35/ Transect 2 : séquence topographique
Nous traversons le pont, 1er franchissement qui va être suivi de nombreux autres. Franchissement de la voie rapide, la voie ferrée, la voie de tram, d’une passerelle sur un étang, d’une bambouseraie, franchissement même des clôtures et des interdits.

Mais revenons au départ de ce second transect. La voie rapide se trouve à notre droite, à gauche une zone protégée, sur nos têtes des lignes à haute tension, en face une ligne de voie ferrée, un TGV défile sous nos yeux.

Dès lors, les indices de la présence d’une carrière se dévoilent, de plus en plus intriguant … Curieux, le message « Danger, entrée interdite carrière » nous dissuade de l’idée de l’apercevoir. Nous continuons alors et entrons dans Bouguenais par le quartier des Couëts. Les pavillons bien rangés nous font oublier quelques instant la carrière, mais de retour au niveau de la voie rapide, un passage bien dissimulé, à quelques pas, donne à Ariane l’envie de jeter un coup d’œil dans cette direction.

Improvisation 1 : la carrière
Nous empruntons alors une passerelle en bois jetée sur un étang d’eau stagnante puis nous arrivons au cœur  d’une bambouseraie ; sa traversée procure une expérience incroyable, comme si à l’intérieur de ce microcosme le son était contenu d’une façon bien particulière. Nous continuons le chemin en direction d’une clairière depuis laquelle on aperçoit le pont de Cheviré. Enfin, à la vue d’une clôture qui semble tout à fait franchissable, l’envie nous prend de jouer les Stalker. Un petit groupe passe par-dessus la clôture et après quelques mètres, l’incroyable carrière se présente à nous. Moment magique partagé entre quelques personnes du groupe.

Nous rebroussons chemin et reprenons la voie rapide que nous longeons en toute sécurité sur une piste cyclable. À notre gauche, un défilé de scènes étonnantes : panneau « Carrière des Pointreaux : ici nous acceptons vos déblais et gravats », des préservatifs (neufs), des pylônes électriques posés sur le ruisseau de Bougon …

Nous avons également pris soin de ramasser un objet que nous révélons à l’occasion du second arrêt.

12h10/ Nœud 2 : l’échangeur
Le second arrêt se fait sur la piste cyclable. Les voitures sont à quelque mètres seulement. Nous disposons alors géographiquement nos objets : coquille d’escargot, pierre, fleur, feuille de plantin, mousse, branche, boitier électrique et entre autres objets humains non-identifiés. Cette disposition, explique Ariane, dit beaucoup de notre parcours : les degrés d’attention en fonction du chemin, des éventuelles pauses également …

Ariane ajoute, « cette séquence du trajet était sous le thème de la topographie ». Et nous l’avons senti ! Pour la suite cependant, nous quittons la logique de la noue pour d’autres explorations…

12h30/ Transect 3
Nous continuons quelque peu sur la piste cyclable. Les murs anti-bruit qui s’effritent annoncent le léger détour. Le paysage se fait bucolique, même si, rythmé par les déchets. Dans les prairies, les chevaux nous observent, les barbelés nous mettent à distance.

13h30/ Nœud 3 (improvisé) :le pont jaune et la carrière
Très vite, nous retrouvons la voie rapide et un très beau pont jaune nous donne l’envie d’improviser un arrêt . Près du pont, nous commençons les dessins du panorama ; à gauche les abords d’une nouvelle carrière, à droite la voie rapide vue d’en haut, avec ces jonctions et bifurcations multiples.


Après cette courte séquence nous partons en quête d’un lieu pour déjeuner. Nous nous arrêtons alors à proximité de la seconde carrière, cachée pourtant par une haie fournie. Nous prenons place autour d’une structure en béton, peut-être bien des toilettes à en croire les inscriptions à sa surface : « suce » « bite » « nique » …

14h20/ transect 4: rencontres et frontières
Après le repas, le chemin se fait moins silencieux. Nous entrons dans la Ville aux Denis dans laquelle nous faisons la rencontre d’un habitant. Il coule une chape dans son jardin. La discussion s’engage :
« – Vous êtes de touristes ?
-Non des étudiant·e·s en école d’architecture »

L’habitant poursuit et, en quelques instants, il nous dresse son parcours scolaire et son parcours d’immigration. Il ajoute quelques informations concernant les carrières aux allures de revendications écologiques. Plus loin, c’est une rencontre d’un tout autre genre : celle de petits nains de jardins et autres décorations d’extérieur, mises en scène pour les passant·e·s.

15h30/ Nœud 4 : point de trois frontières.
Une allée arborée nous mène vers le quatrième nœud, point des trois frontières entre Bouaye, Bouguenais et Saint-Aignan-Grand-Lieu. De prime abord, rien ne nous indique que nous nous trouvons sur une frontière, mais à y regarder de plus près, quelques indices se présentent : arrêt d’une ligne électrique, paysage très différent aux trois pôles, naturel d’un côté, industriel de l’autre, les réseaux d’évacuation sont également des marqueurs.

15h45/ Transect 5 : de surprises en surprises
La suite du chemin se fait dans la direction de Bouaye, elle est marquée par un paysage industriel et leurs tables de pique-niques si intrigantes. Après notre passage à proximité du service des phares et balises, nous arrivons face au laboratoire des ponts et chaussées, l’IFSTTAR. Le drapeau français et européens se dressent fièrement, et nous indiquent ce que l’architecture exprime difficilement, ici nous sommes dans un haut lieu du savoir. L’accueil est froid. L’appréhension du lieu et ces alentours difficiles. Nous rebroussons chemin, les objets incongrus se succèdent sur le retour : maillot de foot abandonné, tas d’ardoises, déchets en tout genre … Jusqu’à notre arrivée face à l’objet le plus étonnant de cette section …

Improvisation 2 : Urbex et jetons de poker
Il s’agit d’un grand bâtiment abandonné, non signalé sur la carte, à l’état de ruine, il nous réserve bien des surprises. Le béton brut et recouvert de tags et graffitis en tout genre. En y pénétrant, les pièces su succèdent jusqu’à l’arrivée dans une pièce gigantesque. Le mur rythmé d’ouvertures allongées et au sol de nombreux jetons de poker…

Suite et dernière ligne droite
La suite et fin de la balade se fait plus calme alors que la fatigue commence à se faire sentir dans le groupe. Sur la grande section direction nord que nous empruntons, le paysage se fait de plus en plus rural : prairies, fermes, allées arborées, petits ruisseaux, parcelles de vignes … se succèdent et parfois, se répètent. Quelquefois tout de même, nous passons dans un petit quartier pavillonnaire que vite nous quittons.

18h00/ Nœud final : arrivée à la Montage
Mais ce calme ne saurait durer, la dernière section jusqu’au point final nous fait longer la route le long de la barrière, un fossé à notre gauche, ne laissant que quelques centimètres à nos pieds pour avancer.
Nous réussissons à atteindre la Montagne mais le couvre-feu et la fatigue ont raison de nous, nous devons nous arrêter à quelques mètres du barycentre de gravité du pôle de proximité Sud-Ouest.

Rebecca Solnit « l’Art de marcher »

“Comme agir et travailler, marcher exige un engagement corps et âme dans le monde, c’est une façon de connaître le monde à partir du corps et le corps à partir du monde.”

Marcheur. Marcheuse

Rebecca Solnit est une marcheuse, j’entends par là, une femme qui marche. Cette précision, certes évidente, est cependant assez rare et signifiante pour mériter d’être soulignée.  Dans son ouvrage, « l’Art de marcher », l’autrice présente la marche comme « une façon de connaître le monde à partir du corps, et le corps à partir du monde » (page 47) ; pourtant, et elle l’explique plus tôt : « le corps qui nous est présenté dans ces centaines de livres et d’essais, ce corps […] n’est pas le corps humain dans son universalité » (page 45). Et à l’autrice de poursuivre sur les récits de marcheurs qui, pendant un temps, ont réussi à laisser croire qu’il était possible de décrire l’expérience pédestre depuis un point de vu neutre et objectif, alors qu’ils représentaient bien moins une figure universelle que celle d’un marcheur masculin, blanc et de classe bourgeoise. Rebecca Solnit est donc une marcheuse dans toute sa corporalité incarnée, son expérience située, et il convient de le garder en tête.

Ce court texte ne prétend pas résumer l’ouvrage de Rebecca Solnit, encore moins d’en faire une critique ; il est plutôt l’occasion d’une analyse commentée des quelques marches pratiquées par l’autrice et décrites dans la première partie intitulée « le rythme des pensées ». Nous verrons en quoi cet ouvrage révèle des pratiques et des expériences différenciées de la marche selon des facteurs tels que : le territoire traversé, la destination de la marche, les compagnons de marche, ou même plus simplement la personne qui marche.

Marcher au rythme des pensées

L’ouvrage commence alors que l’autrice se penche sur le début de la rédaction du présent texte et réalise, après quelques secondes à sa table que « l’espace d’un bureau n’est pas un lieu propice à la réflexion sur l’espace » (page 11). Elle part alors pour ce qui sera sa première marche. Un périple d’une dizaine de kilomètres, qui prend place à San Francisco et au court duquel elle marche tour à tour sur une pointe de terre rouge, remonte un vallon avant d’arriver face au pacifique.  Nous suivons ses pas qui, petit à petit, prennent de l’assurance et finissent par trouver un rythme harmonieux, si bien, qu’arrivée au niveau de la vallée, la confiance qu’elle a acquise en « l’habilité de ces pieds » (page 24) est telle qu’elle peut se consacrer à l’admiration du paysage. Maintenant sereine, l’autrice ajoute une nouvelle dimension à sa pratique. Elle explique alors que les chemins physiques que nous empruntons grâce à la marche ouvrent les portent à d’autres chemins, intérieurs, faisant de nos pensées un paysage traversable au rythme de nos pas. Elle va même plus loin et nous propose une véritable mise en abîme de ce concept en procédant d’allers-retours judicieux entre son expérience pédestre personnelle et une tentative de définition, peut-être la plus aboutie, de l’histoire de la marche.  Dès lors, ses pérégrinations mentales retracent l’histoire d’autre pérégrinateurs mentaux tels que Rousseaux, qui ne peut méditer qu’en marchant, Aristote et ses élèves formés à la philosophie au gré de marches (les péripatéticiens) ou encore Søren Kierkegaard et ses balades pensives.

Pèlerinage

Rebecca Solnit part ensuite, accompagnée de 5 autres personnes, en pèlerinage jusqu’au sanctuaire de Chimayô (Nouveau-Mexique). Son expérience de pélerine lui présente la marche sous un angle nouveau. En effet, même si le pèlerinage et la randonnée ont cela en commun de mettre en relation symbiotique le voyage et la destination, le pèlerin marche tout de même vers un but spirituel atteignable qu’au prix du dur labeur et de la privation. Cette marche se présente alors pour l’autrice comme un moment relativement désagréable car elle est sans cesse obligée d’adapter sa vitesse à celle de ses compagnons et leurs humeurs.  Ce chemin est l’occasion pour l’autrice de nous proposer une histoire du pèlerinage à travers des exemples comme Saint-Jacques-de-Compostelle ou La Mecque ainsi que l’étude de ce qu’elle pense être l’héritage du pèlerinage. Selon elle, les marches manifestes comme la marche pour la justice de San Francisco, les marches de Martin Luther King ou de Peace Pilgrim sont les versions modernes du pèlerinage. Puis elle poursuit sur ce qu’elle pense être les premières dérives de la marche manifeste avec les cyber-marche qui ne consistent en fait qu’à signer une pétition en ligne.

Dimension symbolique de la marche

Enfin, au croisement entre les marches de l’esprit et le pèlerinage, Solnit révèle une troisième dimension de la marche, la marche symbolique. Elle prend pour cela l’exemple des chemins de croix qui consiste à reproduire pas à pas, le périple du Christ, et qui mène le disciple vers une expérience physique de l’histoire. Dans un tout autre registre, et parce que cet exemple ouvre de multiples possibilités, le labyrinthe permet d’entrer « pour de vrai » (en admettant que le réel correspond au lieu dans lequel nous nous trouvons physiquement) dans un espace hautement symbolique. Les limites deviennent floues, l’expérience nouvelle, la carte devient le territoire, le territoire notre esprit.

Cette carte mentale présente les principaux types de marche décrits par Rebecca Solnit dans la première partie de son ouvrage “l’Art de marcher” intitulé “le rythme des pensées”. Elle tente à cette occasion de retracer une histoire de la marche.

Référence bibliographique de l’ouvrage :

Solnit, Rebecca. L’Art de marcher. Actes Sud, 2002

Corps à corps avec la ville : étude de la dimension expérientielle de la marche à travers la fiction

Nombreuses sont les enquêtes qui révèlent les discriminations et sentiments de discrimination vécus par les personnes issues des quartiers prioritaires. Certain.e.s chercheur.euse.s s’intéressent alors aux questions liées à l’accès au travail, au logement ou à la santé. D‘autres développent des arguments concernant la gestion urbaine et politique de ces quartiers (Epstein, 2013, Kipfer, 2019). Les auteurs et autrices décrivent alors souvent ces inégalités par le prisme des usages différenciés de la ville et des inégalités dans la distribution socio-spatiale. Certains travaux, moins nombreux, accordent un intérêt particulier à l’expérience subjective des discriminations (Alessandrin et Dagorn, 2016).  

Pour ce travail, nous partons des récentes recherches menées par Martinez Rodriguez et Avilès Arias (2019, Micropolitiques de la marche et inégalités urbaines : une exploration à partir de l’expérience vécue. Espaces et sociétés, 4(4), 111 127) qui, sur le terrain Argentin, constatent que les discriminations vécues (socio-économiques, de genre, de race…) agissent dans l’expérience pédestre, entraînant « des capacités inégales d’action des marcheurs sur leur pratique ». En d’autres termes, nous nous intéressons à l’idée selon laquelle le sentiment d’altérité et les multiples blessures dans la citoyenneté (notamment spatiale) qu’il provoque, suscite un malaise tel qu’il s’exprime dans la pratique de la marche (rythme, attention, réponse aux circonstances,…). La marche devient alors le support d’une expérience discriminatoire corporelle.  

Cette démarche s’accompagne de difficultés comme celles de percevoir l’ampleur de ce sentiment ou encore la nécessité d’aborder la question à travers les récits biographiques. Pourtant, nous sommes convaincus de l’importance de considérer la dimensions corporelle et expérientielle des discriminations. Nous pensons également qu’aborder la pratique de la marche sous cet angle peut constituer une entrée propice à la déconstruction des identités des personnes issues des quartier prioritaires.

Détour par la fiction, une démarche expérimentale

Afin de mettre à l’épreuve ces premières pistes de réflexion. Nous proposons d’utiliser la fiction comme outil d’exploration géographique. L’œuvre choisie à cette occasion est une bande dessinée de Clément Charbonnier Bouet parue en 2019, elle est intitulée « Monde parallèle ». Une œuvre dans laquelle l’unique personnage est un homme qui a grandi dans un quartier périphérique et renoncé à l’idée de le quitter. Ce dernier arpente quotidiennement son quartier d’un œil avisé. Au  travers de sa marche, il commente les sentiments qui le traverse et le paysage qui l’entoure. Il dira notamment « la rue par le corps. Le corps par la rue. Tout est un. Tout est fini. Je tourne en rond. » ou encore « J’ai marché pour trouver du travail, j’ai marché pour travailler, j’ai marché pour gagner de l’argent, j’ai marché pour ne pas en perdre. Maintenant je marche pour rien. »

« Monde parallèle » présente l’intérêt de produire un discours sur le territoire périphérique ainsi que sur l’expérience intime que suscite sa traversée. Une expérience qui d’ailleurs peut-être vécue de façon relativement similaire par d’autres habitant.e.s des quartiers prioritaires.

Nous avons alors dans un premier temps identifié sur l’ensemble de la métropole Nantaise les quartiers dans lequel un chemin similaire a celui du protagoniste pourrait être réalisé (typologie du quartier, …). Nous avons ensuite tracé dans ces quartiers de multiples micros-sentiers d’environ 10 km de long chacun. L’ensemble de ces sentiers prennent vie dans des « quartiers prioritaire des politiques de la ville », « zones urbaines sensibles » ou encore « zones de sécurité prioritaire ». Des lieux ignorés de la plupart, inaperçus car mouvants, ignorés car non vécus. Ces micros-sentiers, micros-iles , entre fiction et réalité, pourraient presque être explorés uniquement par le biais de la carte et la bande dessinée.

Nous nous sommes ensuite prêtés à l’exercice. Nous nous sommes rendus dans les quartiers Nords (La Boissière, Chêne des Anglais, le long du périphérique attenant,…) avec à l’esprit, l’idée de reproduire et d’expérimenter le trajet parcouru par notre protagoniste. Ainsi, le livre en main, notre chemin était guidé par les illustrations en quête de paysage similaire à celui dessiné sous nos yeux. Durant une après-midi, nous avons traversé les quartiers périphériques reproduisant une boucle similaire à celle du protagoniste dans un territoire pourtant tout autre. Par ailleurs, la facilité que nous avons eu à réaliser cet exercice dit également beaucoup du caractère générique et répétitif de ces territoires périphériques.

Cette expérimentation et la production graphique qui l’accompagne révèlent un territoire où fiction et réalité s’entremêlent et dialoguent créant un nouvel espace. Un espace sur lequel des mots sont plaqués sur les images, leur donnant tout à coup une dimension humaine forte.